« Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

Articles de presse ayant l'immobilier pour centre d'intérêt
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 13745
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

« Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#1 Message par kamoulox » 19 sept. 2018, 22:51

Indirectement lié aussi à L’immobilier, à lire

Quelques extraits :


http://www.lagazettedescommunes.com/582 ... -campagne/



« Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »


Alors que le sujet des inégalités territoriales revient de plus en plus souvent dans le débat public, nous avons voulu faire le point sur cette question. Les inégalités territoriales sont-elles vraiment en hausse ? Y-a-t-il plus de pauvres à la campagne que dans les grandes villes ? Louis Maurin, sociologue et directeur de l'Observatoire des inégalités nous explique que la réalité est beaucoup plus nuancée.

« Prenons l’exemple de Tours. C’est une ville dont la pauvreté se situe dans la moyenne nationale – rien de particulier à noter donc [NDLR par pauvres, Louis Maurin désigne les personnes vivant sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 1 015 euros par mois pour une personne seule et 2 132 euros par mois pour un couple avec deux enfants]. Mais si vous vous concentrez spécifiquement sur certains quartiers, le taux de pauvreté y est aussi élevé que dans le département du Nord, l’un des plus déshérités de France. La notion de délimitation est donc essentielle pour bien savoir ce qu’on évoque précisément. Autre biais dont sont souvent victimes les élus locaux : penser que la situation de la grosse ville représente celle de tout le territoire. Le taux de pauvreté en Haute-Garonne ne doit pas se limiter à l’analyse de la situation de Toulouse. « 

Est-il exact de dire les Français sont plus pauvres dans le périurbain et le rural, dans cette « France de petits blancs » pour reprendre une expression controversée de Christophe Guilluy ?
Non, c’est même l’exact opposé. 65% des personnes pauvres vivent dans les grandes villes, là où habitent aussi les plus riches et où les inégalités de revenus sont les plus élevées. Plus précisément, 19,5% des habitants des grandes villes vivent sous le seuil de pauvreté et 14% résident dans les banlieues. C’est dans le périurbain et le rural non isolé qu’on trouve le moins de pauvres, avec respectivement 12% et 13%.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 6905
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#2 Message par Vincent92 » 19 sept. 2018, 23:08

C'est bien qu'il fasse les contre-arguments en même temps :
Les commentateurs ont souvent une image trompeuse du territoire et parlent souvent des territoires à faible densité. Alors oui, il y a bien des pauvres dans la Creuse mais ils sont beaucoup plus nombreux en Ile-de-France compte tenu du nombre d’habitants.
Est ce que ce qui compte c'est le nombre ou la proportion :?:
"Le pessimiste et l'optimiste s'accordent à ne pas voir les choses telles qu'elles sont. L'optimiste est un imbécile heureux, le pessimiste un imbécile malheureux."
Ignoré : stchong

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 13745
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#3 Message par kamoulox » 19 sept. 2018, 23:15

Vu que le taux de pauvreté est de presque 20% dans la creuse et plus faible à paris je pense que l’auteur s’est mélangé les pinceaux avec le pourcentage la proportion et le nombre

Bien vu pour la coquille

Ystava
Messages : 766
Enregistré le : 09 juin 2017, 13:10

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#4 Message par Ystava » 20 sept. 2018, 06:39

Faut dire que les villes sont en partie responsable du maintien de la pauvreté, via leurs programmes sociaux. Les villes attirent la pauvreté et la retiennent, cherchez l'erreur.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 13745
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#5 Message par kamoulox » 20 sept. 2018, 07:28

Les hlm massifs ont été construits pour le travailleur pour avoir un logement digne.

Le premier hlm que ma famille a eu après avoir vécu en bidonville en France c’était 10-20-30 fois mieux que ce qu’ils avaient au Portugal en terme de confort dans les années 60-70.

Électricité, Eau courante. Chambres pour tous ou 2 par chambres. Toilettes. Chauffage.

C’était même mieux que la plupart des habitations française.

Puis petit à petit les français et immigrés européens les ont désertés, n’est resté que les sans le sous et immigrants nord-africains. Sud sahariens maintenant.

Tu vois la gueule de certains quartiers maintenant tu te dis comment on a pu trouver ça classe et vivre heureux a une époque? La faute du contenant, ou du contenu?

Autour des villes, ça freine des pieds et des mains, on ne veut pas de logement social. Alors on déguise, béguinage pour les vieux, logement social d’un certains standing pour ne pas attirer la crème de la crème... d’où une pauvreté inférieure à la ville.

Les vrais riches peuvent rester en ville, ils habitent où les pauvres ne peuvent aller de toutes manières

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 18572
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#6 Message par lecriminel » 20 sept. 2018, 10:12

Vincent92 a écrit :
19 sept. 2018, 23:08
C'est bien qu'il fasse les contre-arguments en même temps :
Les commentateurs ont souvent une image trompeuse du territoire et parlent souvent des territoires à faible densité. Alors oui, il y a bien des pauvres dans la Creuse mais ils sont beaucoup plus nombreux en Ile-de-France compte tenu du nombre d’habitants.
Est ce que ce qui compte c'est le nombre ou la proportion :?:
j'imagine que le nombre de pauvres en IdF est très nettement supérieur au nombre d'habitants en Creuse, et qu'il parle donc de proportion
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Ystava
Messages : 766
Enregistré le : 09 juin 2017, 13:10

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#7 Message par Ystava » 20 sept. 2018, 11:49

kamoulox a écrit :
20 sept. 2018, 07:28
Autour des villes, ça freine des pieds et des mains, on ne veut pas de logement social. Alors on déguise, béguinage pour les vieux, logement social d’un certains standing pour ne pas attirer la crème de la crème... d’où une pauvreté inférieure à la ville.
Encore que ça dépend des villes. À Paris ils ont essayé (jusqu'à présent :roll:) de ne pas loger les plus pauvres, qui sont plutôt en banlieue. Après, dans le périurbain, les HLM prennent aussi la forme de maisons, ce qui doit aider à étaler la cassosserie (ce qui est déjà ça de pris).

Avatar du membre
m.enfin
-+
-+
Messages : 1892
Enregistré le : 10 juin 2013, 13:55

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#8 Message par m.enfin » 20 sept. 2018, 12:02

le titre c'est « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »
ca veut bien dire que les pauvres sont en plus grand nombre en ville
plus loin « 65% des personnes pauvres vivent dans les grandes villes »

le taux est ici
Image

le pdf
notes de l'observatoire - état de la pauvreté en France (nov. 2017)
Les personnes pauvres sont réparties de manière relativement équilibrée entre les villes-centres (31,4 %) et leurs banlieues (33,8 %). 16,6 % vivent dans le périurbain, 12,8 % dans les petites et moyennes aires urbaines ainsi que leurs couronnes et 5,3 % dans les zones rurales isolées.
Les villes et leurs banlieues proches concentrent les inégalités : on y trouve à la fois la plus grande richesse et la plus grande pauvreté, parfois dans des territoires voisins. Cette situation est due à la localisation des emplois et à la situation géographique des zones d’habitat social. Dans ces territoires, la densité de population est beaucoup plus élevée que celle qui existe en milieu rural. Dans certaines villes ou quartiers, les taux de pauvreté dépassent les 40 %.
Pour autant, il ne faut pas négliger la pauvreté hors des villes. D’abord, parce que la conception de l’urbain de l’Insee est très large : on comptabilise comme « banlieues », des villes qui comprennent aussi une part d’habitat pavillonnaire peu dense. Ensuite, parce que les formes de pauvreté diffèrent. On trouve ainsi en milieu rural isolé une pauvreté de personnes âgées qui est structurelle, dont on sort rarement.
St Ex, Le petit prince a écrit :Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 13745
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#9 Message par kamoulox » 20 sept. 2018, 12:08

A part dans les zones sinistrées, partout en France tu as la petite tache rouge entourée de rond vert

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 6905
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#10 Message par Vincent92 » 20 sept. 2018, 12:53

lecriminel a écrit :
20 sept. 2018, 10:12
Vincent92 a écrit :
19 sept. 2018, 23:08
C'est bien qu'il fasse les contre-arguments en même temps :
Les commentateurs ont souvent une image trompeuse du territoire et parlent souvent des territoires à faible densité. Alors oui, il y a bien des pauvres dans la Creuse mais ils sont beaucoup plus nombreux en Ile-de-France compte tenu du nombre d’habitants.
Est ce que ce qui compte c'est le nombre ou la proportion :?:
j'imagine que le nombre de pauvres en IdF est très nettement supérieur au nombre d'habitants en Creuse, et qu'il parle donc de proportion
La proportion n'est pas le nombre. Or c'est bien la proportion qui me semble pertinent.
Exemple :
Route 1 :
J'ai 100 voitures par jour qui roulent et 5 incidents par an.
Route 2 :
J'ai 1000 voitures par jour qui roulent et 30 incidents par an.

Conclusion : Il y a plus d'incidents dans le route 2.
La proportion d'incidents vis à vis du trafic est plus importante sur le route 1 (et on peut donc conclure que la route 1 est plus accidentogène).

L'essentiel de l'article ne porte pas sur cela mais cette phrase me semble ambiguë (et certain pourraient en conclure une contre vérité).
"Le pessimiste et l'optimiste s'accordent à ne pas voir les choses telles qu'elles sont. L'optimiste est un imbécile heureux, le pessimiste un imbécile malheureux."
Ignoré : stchong

Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 39999
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#11 Message par slash33 » 22 sept. 2018, 14:17

Vincent92 a écrit :
20 sept. 2018, 12:53
Or c'est bien la proportion qui me semble pertinent.
Cela dépend totalement du point de vue et de l'objectif. Le sens commun te donne raison. Mais si on discute de dotations de l'Etat, je vais clairement considérer le point du vue numéraire. Les deux sont un tout. Aussi attention au type de pauvreté. La pauvreté relative et absolue ne vont absolument pas donner la même vision de la pauvreté sur le territoire.

Dans le cas de la source citée par m.enfin, il s'agit du seuil de pauvreté relatif à 40%, 50% et 60% du revenu médian national. La carte page 7, qui n'a rien à voir avec celle des taux communaux, est commentée de la manière suivante: "65 % des personnes pauvres vivent dans les grandes villes, là où habitent aussi les plus riches et où les inégalités de revenus sont les plus élevées".

Avatar du membre
Ave
-++
-++
Messages : 4694
Enregistré le : 27 juin 2008, 13:15
Localisation : Paris

Re: « Non, la plupart des pauvres ne vivent pas à la campagne »

#12 Message par Ave » 22 sept. 2018, 15:19

Il y aussi un autre biais. On est bien plus pauvre à Paris avec 1000€/mois ou 2000 pour une famille que dans la Creuse. Surtout si on n'a pas la chance d'avoir un HLM.
Fluctuat Nec Mergitur

Répondre