Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

Articles de presse ayant l'immobilier pour centre d'intérêt
Message
Auteur
Ben92
-++
-++
Messages : 3750
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#51 Message par Ben92 » 17 avr. 2020, 16:00

Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
C'est tout l'inverse. :D Des ouvriers, petits employés des commerces, etc seront au chômage pendant que les cadres ne seront pas touchés du tout, et auront accumulé un joli pactole faute de pouvoir dépenser pendant le confinement.

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21587
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#52 Message par lecriminel » 17 avr. 2020, 16:02

Ben92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:55
lecriminel a écrit :
17 avr. 2020, 15:33
tous ceux qui ont acheté des clapiers entre 2005 et 2008, déjà...
Ah là là le mythe fondateur de bulle-immo. :lol:
Ceux qui ont "acheté un clapier entre 2005 et 2008" ont déjà remboursé leur crédit depuis longtemps, revendu avec une belle plus-value et réinvesti dans un bel appartement. Au passage, ils te saluent bien bas. 8)
ah ? Ils ont pu acheté un bel appartement alors qu'en 2006 ils en étaient incapables et qu'entre temps les prix ont explosé ? Tout est possible dans ton monde...
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21587
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#53 Message par lecriminel » 17 avr. 2020, 16:04

Ben92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:00
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
C'est tout l'inverse. :D Des ouvriers, petits employés des commerces, etc seront au chômage pendant que les cadres ne seront pas touchés du tout, et auront accumulé un joli pactole faute de pouvoir dépenser pendant le confinement.
en résumé, c'est à BB que les prix monteront le plus.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 8176
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#54 Message par stchong » 17 avr. 2020, 16:06

ignatius a écrit :
17 avr. 2020, 15:32
Ca va faire comme d'habitude.
Ca va chuter où personne ne veut acheter, c'est à dire dans les campagnes.
Et ça va se maintenir ou baisser un peu dans les métropoles.
Par contre pour les biens avec défaut, ça risque d'être compliqué.

Cela risque de relancer le marché de la résidence secondaire, de la maison de campagne à bas prix.
En campagne ça risque d'augmenter, plus de décès" le parc des anciens est grand" et les transports en communs vont refroidir plus de gens dans les métropôles. Une voiture particulière c'est plus sécurisée question virus. En plus si des écolos retournent à la campagne.
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Korn
Messages : 1163
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#55 Message par Korn » 17 avr. 2020, 16:14

Ben92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:00
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
C'est tout l'inverse. :D Des ouvriers, petits employés des commerces, etc seront au chômage pendant que les cadres ne seront pas touchés du tout, et auront accumulé un joli pactole faute de pouvoir dépenser pendant le confinement.
La promiscuite, ça provoque de gros dégâts mentaux...

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10188
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#56 Message par Vincent92 » 17 avr. 2020, 16:17

Korn a écrit :
17 avr. 2020, 16:14
Ben92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:00
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
C'est tout l'inverse. :D Des ouvriers, petits employés des commerces, etc seront au chômage pendant que les cadres ne seront pas touchés du tout, et auront accumulé un joli pactole faute de pouvoir dépenser pendant le confinement.
La promiscuite, ça provoque de gros dégâts mentaux...
En tout cas, ma question est réelle. Donc, si quelqu'un a des éléments pour étayer un peu cette thèse... (autre que les parcs et la voiture sont plus mieux et les écolos veulent se mettre au vert svp :lol: )
Décentralisation massif dû au télétravail en région? Secteur du numérique bondé et réindustrialisation du territoire? Je peux tout entendre!
Modifié en dernier par Vincent92 le 17 avr. 2020, 16:27, modifié 2 fois.
Ignoré : Cagou780

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 29728
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#57 Message par Gpzzzz » 17 avr. 2020, 16:20

Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Marie 94 a écrit :Par contre, je ne sais pas si le clivage métropoles/France périphérique est toujours aussi pertinent dans une crise qui touchera durement les actuels gagnants de la mondialisation (très présents dans les métropoles justement).
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
Par ce que le déconfinement va d abord toucher les campagnes et les petits villes ?

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10188
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#58 Message par Vincent92 » 17 avr. 2020, 16:21

Gpzzzz a écrit :
17 avr. 2020, 16:20
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Marie 94 a écrit :Par contre, je ne sais pas si le clivage métropoles/France périphérique est toujours aussi pertinent dans une crise qui touchera durement les actuels gagnants de la mondialisation (très présents dans les métropoles justement).
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
Par ce que le déconfinement va d abord toucher les campagnes et les petits villes ?
On s'en fiche du déconfinement. Je parle à moyen terme donc après la crise...
Ignoré : Cagou780

Korn
Messages : 1163
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#59 Message par Korn » 17 avr. 2020, 16:24

Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:17
Korn a écrit :
17 avr. 2020, 16:14
Ben92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:00
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
C'est tout l'inverse. :D Des ouvriers, petits employés des commerces, etc seront au chômage pendant que les cadres ne seront pas touchés du tout, et auront accumulé un joli pactole faute de pouvoir dépenser pendant le confinement.
La promiscuite, ça provoque de gros dégâts mentaux...
En tout cas, ma question est réelle. Donc, si quelqu'un a des éléments pour étayer un peu cette thèse... (autre que les parcs et la voiture sont plus mieux et les écolos veulent se mettre au vert svp :lol: )
À voir si certaines villes, comme Bordeaux, ne sont pas devenues spéculatives ces dernières années : Air BNB etc.

Avatar du membre
Marie 94
+
+
Messages : 2674
Enregistré le : 28 janv. 2016, 18:50

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#60 Message par Marie 94 » 17 avr. 2020, 16:28

Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Marie 94 a écrit :Par contre, je ne sais pas si le clivage métropoles/France périphérique est toujours aussi pertinent dans une crise qui touchera durement les actuels gagnants de la mondialisation (très présents dans les métropoles justement).
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésentés. Tout ce beau monde a besoin de la mondialisation pour profiter d’une demande globale et de classes populaires dociles et acceptant les inégalités.

Les 1ers à être viré dans ma boîte ce sont les patrons de service (des types à 150k). Je ne sais pas bien comment ils vont se reconvertir désormais. Ceux qui sont au chômage partiel avec 84% du net réalisent qu’ils ne savent pas vivre avec des revenus en baisse. Le confinement révèle l’indécence de certains salaires voire l’inutilité de certains dans les boîtes (je m’inclus dans cette catégorie :mrgreen: ).
Delambre : "Donc finale Europe-Afrique demain... En tant qu'européen, mon soutien ira bien-sûr à l'équipe de Croatie."

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10188
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#61 Message par Vincent92 » 17 avr. 2020, 16:32

Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 16:28
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Marie 94 a écrit :Par contre, je ne sais pas si le clivage métropoles/France périphérique est toujours aussi pertinent dans une crise qui touchera durement les actuels gagnants de la mondialisation (très présents dans les métropoles justement).
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésentés. Tout ce beau monde a besoin de la mondialisation pour profiter d’une demande globale et de classes populaires dociles et acceptant les inégalités.
Tu sous entends qu'il va y avoir une démondialisation plus ou moins importante?
C'est l'état qui va créer des emplois en région? On va quitter l'UE? On va arrêter de signer des traités de libre échange? Les autres pays du monde vont se refermer sur eux même du aux risques sanitaires potentiels? Comment ca va se passer?
Ou alors tu parles uniquement du fait qu'il va y avoir moins de touristes et d'activités mondiales en général les 6-12-24 prochains mois? Bref, d'éléments conjoncturels court terme?
Pourrais tu développer?
voire l’inutilité de certains dans les boîtes (je m’inclus dans cette catégorie :mrgreen: )
Une boite peut dégraisser mais je vois mal comment on peut se passer totalement ou presque de RH.
Modifié en dernier par Vincent92 le 17 avr. 2020, 16:48, modifié 5 fois.
Ignoré : Cagou780

Indécis
~~+
~~+
Messages : 8297
Enregistré le : 19 mars 2009, 19:43

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#62 Message par Indécis » 17 avr. 2020, 16:43

Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 16:28
Le confinement révèle l’indécence de certains salaires voire l’inutilité de certains dans les boîtes (je m’inclus dans cette catégorie :mrgreen: ).
J'aimerais bien savoir quels sont les métiers qui sont inutiles d'après toi.
Tu t'auto-dénigres alors qu'objectivement, les RH sont très utiles dans une entreprise puisque les ressources humaines sont les "biens" les plus précieux d'une entreprise.
Malheureusement, les RH se révèlent souvent inutiles, voire pire, du fait de leur incompétence (mais cela serait très utile en cas de RH compétentes).
vpl : "OUI les migrants violent beaucoup plus que les suédois".
vpl : "Indécis et Zoumana, je fais suivre vos messages à la DCRI, au service qui s'occupe des prédicateurs radicaux".

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 29728
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#63 Message par Gpzzzz » 17 avr. 2020, 16:47

Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:21
Gpzzzz a écrit :
17 avr. 2020, 16:20
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Marie 94 a écrit :Par contre, je ne sais pas si le clivage métropoles/France périphérique est toujours aussi pertinent dans une crise qui touchera durement les actuels gagnants de la mondialisation (très présents dans les métropoles justement).
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
Par ce que le déconfinement va d abord toucher les campagnes et les petits villes ?
On s'en fiche du déconfinement. Je parle à moyen terme donc après la crise...
On en revient a ce que je disais l autre jour sur les retraités..
Si les vieux sont confinés pendant encore des mois en IDF tu crois qu'ils vont pas revoir leur façon de penser ?

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 29728
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#64 Message par Gpzzzz » 17 avr. 2020, 16:49

Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 16:28
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Marie 94 a écrit :Par contre, je ne sais pas si le clivage métropoles/France périphérique est toujours aussi pertinent dans une crise qui touchera durement les actuels gagnants de la mondialisation (très présents dans les métropoles justement).
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésentés. Tout ce beau monde a besoin de la mondialisation pour profiter d’une demande globale et de classes populaires dociles et acceptant les inégalités.

Les 1ers à être viré dans ma boîte ce sont les patrons de service (des types à 150k). Je ne sais pas bien comment ils vont se reconvertir désormais. Ceux qui sont au chômage partiel avec 84% du net réalisent qu’ils ne savent pas vivre avec des revenus en baisse. Le confinement révèle l’indécence de certains salaires voire l’inutilité de certains dans les boîtes (je m’inclus dans cette catégorie :mrgreen: ).
T inquiètes les patrons l ont bien compris :roll:
Ça va couper sevère dans certains services...
Et les effectifs en production qui auront assuré le job vont être réhabilité.. c est ce que je dis depuis 1mois..

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 29728
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#65 Message par Gpzzzz » 17 avr. 2020, 16:50

Indécis a écrit :
17 avr. 2020, 16:43
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 16:28
Le confinement révèle l’indécence de certains salaires voire l’inutilité de certains dans les boîtes (je m’inclus dans cette catégorie :mrgreen: ).
J'aimerais bien savoir quels sont les métiers qui sont inutiles d'après toi.
Tu t'auto-dénigres alors qu'objectivement, les RH sont très utiles dans une entreprise puisque les ressources humaines sont les "biens" les plus précieux d'une entreprise.
Malheureusement, les RH se révèlent souvent inutiles, voire pire, du fait de leur incompétence (mais cela serait très utile en cas de RH compétentes).
Bien sûr qu il faut des RH, mais les patrons ont compris que avec 50% des effectifs arrivaient au même résultat..

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21587
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#66 Message par lecriminel » 17 avr. 2020, 16:52

Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 16:28
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésentés. Tout ce beau monde a besoin de la mondialisation pour profiter d’une demande globale et de classes populaires dociles et acceptant les inégalités.

Les 1ers à être viré dans ma boîte ce sont les patrons de service (des types à 150k). Je ne sais pas bien comment ils vont se reconvertir désormais. Ceux qui sont au chômage partiel avec 84% du net réalisent qu’ils ne savent pas vivre avec des revenus en baisse. Le confinement révèle l’indécence de certains salaires voire l’inutilité de certains dans les boîtes (je m’inclus dans cette catégorie :mrgreen: ).
ça fait 2 jours que je ne comprenais pas pourquoi tu étais si "baissière", là c'est plus clair,
ça se défend tout à fait. Fin d'un modèle (à la noix), donc.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10188
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#67 Message par Vincent92 » 17 avr. 2020, 16:56

Gpzzzz a écrit :
17 avr. 2020, 16:47
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:21
Gpzzzz a écrit :
17 avr. 2020, 16:20
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
Par ce que le déconfinement va d abord toucher les campagnes et les petits villes ?
On s'en fiche du déconfinement. Je parle à moyen terme donc après la crise...
On en revient a ce que je disais l autre jour sur les retraités..
Si les vieux sont confinés pendant encore des mois en IDF tu crois qu'ils vont pas revoir leur façon de penser ?
Les retraités dont tu parles ont pour la plupart peu de mobilité (parce qu'ils sont dépendants car trop vieux, parce qu'ils veulent rester proche de leur famille ou de leurs souvenirs, parce qu'ils ont leurs habitudes, etc...). Ceux qui auraient les moyens financier de partir (on ne parle donc pas de celui qui habite depuis 40 ans dans sa location pas cher et qui est pauvre) sont déjà pour la plupart en maison avec jardin.
Pour les autres (ceux qui sont fraîchement retraités et encore en pleine forme, qui n'ont aucune attache et qui trouvent l'herbe plus verte ailleurs), une partie importante part de toute manière tous les ans. Avec ou sans confinement. Il y en aurait peut être un peu plus cette année et moins l'année prochaine.
On parle donc d'une très faible part des retraités (qui ne représentent que 16% de la population en IDF au global).
Amha, tu parles d'éléments qui ne font pas du tout une tendance.
Modifié en dernier par Vincent92 le 17 avr. 2020, 17:16, modifié 2 fois.
Ignoré : Cagou780

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21587
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#68 Message par lecriminel » 17 avr. 2020, 17:02

Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:32
C'est l'état qui va créer des emplois en région?
il n'y a absolument pas plus d'emplois/habitant naturels (évidemment si on y met tous les sièges sociaux, ministères etc... ça change la donne) en IDF qu'ailleurs.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10188
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#69 Message par Vincent92 » 17 avr. 2020, 17:05

lecriminel a écrit :
17 avr. 2020, 17:02
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:32
C'est l'état qui va créer des emplois en région?
il n'y a absolument pas plus d'emplois/habitant naturels (évidemment si on y met tous les sièges sociaux, ministères etc... ça change la donne) en IDF qu'ailleurs.
Il faut changer d'échelle pour comprendre. Ce n'est pas un hasard si le gros de la croissance dans l'UE se situe proche du centre et proche des 3 principaux ports (qui sont presque collés d'ailleurs).
Evidemment, que ce n'est pas un hasard si les sièges sociaux se trouvent surtout en IDF malgré le prix élevé des loyers. Questions d'infrastructures (autoroutes, métros, aéroports, RER,...) et de connectivité au monde. Dans une mégastructure où la règle est la libre circulation des biens et des services, plus on est "périphérique" et peu relié et pire c'est.
Après, évidemment, si on "démondialise" vraiment (et ce n'est certainement pas Macron ou Le Maire qui vont pousser pour le faire), c'est autre chose.
Ignoré : Cagou780

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9444
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#70 Message par neron » 17 avr. 2020, 17:26

La concentration en megalopide n'est pas près de s'arrêter comme au USA avec qui nous avons 30 ans de retard.

Seule une volonté politique pourrait contrecarrer notre instinct grégaire et de compétition. Or l'UE est trop grande pour gérer des préoccupations locales. De plus une population concentré est bien plus simple a géré, moins cher, écolo.,... et les leaders peuvent jouer à celui qui à la plus grosse dans ce système mono-pyramidale (non anar) qu'affectionnent tant les gens de pouvoir depuis la nuit des temps.

Quelques ouistiti iront s'isoler sur une île ou dans les campagnes mais ils serint très marginaux comme ceux du plateau du Larzac.
La carte que les médias vous vendent n'est pas le territoire où vous vivez

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 29728
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#71 Message par Gpzzzz » 17 avr. 2020, 17:35

Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:56
Gpzzzz a écrit :
17 avr. 2020, 16:47
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:21
Gpzzzz a écrit :
17 avr. 2020, 16:20


Par ce que le déconfinement va d abord toucher les campagnes et les petits villes ?
On s'en fiche du déconfinement. Je parle à moyen terme donc après la crise...
On en revient a ce que je disais l autre jour sur les retraités..
Si les vieux sont confinés pendant encore des mois en IDF tu crois qu'ils vont pas revoir leur façon de penser ?
Les retraités dont tu parles ont pour la plupart peu de mobilité (parce qu'ils sont dépendants car trop vieux, parce qu'ils veulent rester proche de leur famille ou de leurs souvenirs, parce qu'ils ont leurs habitudes, etc...). Ceux qui auraient les moyens financier de partir (on ne parle donc pas de celui qui habite depuis 40 ans dans sa location pas cher et qui est pauvre) sont déjà pour la plupart en maison avec jardin.
Pour les autres (ceux qui sont fraîchement retraités et encore en pleine forme, qui n'ont aucune attache et qui trouvent l'herbe plus verte ailleurs), une partie importante part de toute manière tous les ans. Avec ou sans confinement. Il y en aurait peut être un peu plus cette année et moins l'année prochaine.
On parle donc d'une très faible part des retraités (qui ne représentent que 16% de la population en IDF au global).
Amha, tu parles d'éléments qui ne font pas du tout une tendance.
Le poids des retraités dans la population globale n est pas intéressante.. ce qui compte c est le nombre de retraité proprio par rapport aux nombres de ventes annuelles..
Il y a 40 000 ventes immobilières par an sur Paris pour 2 millions d habitants...

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21587
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#72 Message par lecriminel » 17 avr. 2020, 18:00

Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 17:05
Il faut changer d'échelle pour comprendre. Ce n'est pas un hasard si le gros de la croissance dans l'UE se situe proche du centre et proche des 3 principaux ports (qui sont presque collés d'ailleurs).
Evidemment, que ce n'est pas un hasard si les sièges sociaux se trouvent surtout en IDF malgré le prix élevé des loyers. Questions d'infrastructures (autoroutes, métros, aéroports, RER,...) et de connectivité au monde. Dans une mégastructure où la règle est la libre circulation des biens et des services, plus on est "périphérique" et peu relié et pire c'est.
Après, évidemment, si on "démondialise" vraiment (et ce n'est certainement pas Macron ou Le Maire qui vont pousser pour le faire), c'est autre chose.
j'explique plus simplement la différence de richesse: elle est créée loin du centre (espace et tout ce que ça engrange, salaires plus bas) MAIS captée au centre (par Ghosn et ses semblables) car si c'est aussi le centre des infrastructures, c'est d'abord le centre de décision (délocalisable),
un peu comme l'agriculteur indien ou le manufacturier ethiopien se fait sucrer une bonne partie de sa production par le trader londonien. Ce n'est que le résultat d'un rapport de force indécent probablement passager puisqu'il n'a rien de fondamental (il est même surprenant et malsain).

Aujourd'hui les décideurs laissent des miettes à des intermédiaires proches d'eux N-2,3,4,5,
ils peuvent être plus radins avec eux, leur utilité très relative étant démontrée pendant cette crise,
ils peuvent être forcés à rapatrier une partie de la production (pas de masques made in France, ça craint), surtout vu le coût. Maintenant que les élus sont encore plus dociles, pourquoi s'embêter à délocaliser alors que le pouvoir t'appuiera dans n'importe quel combat koikilencoute ?
ils peuvent se faire renverser, jamais l'oligarchie n'avait été aussi contestée,
tout ça n'arrivera pas forcément, ou alors à dose réduite. Mais la pierre parisienne est déjà un des actifs les plus surévalués (tu fais 5 minutes de RER, les prix sont divisés par 2, tu vas dans une préfecture avec tout le nécessaire, c'est divisé par 10, c'est sérieux ??), ça le rend plus vulnérable à un ajustement.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
Marie 94
+
+
Messages : 2674
Enregistré le : 28 janv. 2016, 18:50

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#73 Message par Marie 94 » 17 avr. 2020, 18:03

Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 16:32
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 16:28
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Marie 94 a écrit :Par contre, je ne sais pas si le clivage métropoles/France périphérique est toujours aussi pertinent dans une crise qui touchera durement les actuels gagnants de la mondialisation (très présents dans les métropoles justement).
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésentés. Tout ce beau monde a besoin de la mondialisation pour profiter d’une demande globale et de classes populaires dociles et acceptant les inégalités.
Tu sous entends qu'il va y avoir une démondialisation plus ou moins importante?
C'est l'état qui va créer des emplois en région? On va quitter l'UE? On va arrêter de signer des traités de libre échange? Les autres pays du monde vont se refermer sur eux même du aux risques sanitaires potentiels? Comment ca va se passer?
Ou alors tu parles uniquement du fait qu'il va y avoir moins de touristes et d'activités mondiales en général les 6-12-24 prochains mois? Bref, d'éléments conjoncturels court terme?
Pourrais tu développer?
voire l’inutilité de certains dans les boîtes (je m’inclus dans cette catégorie :mrgreen: )
Une boite peut dégraisser mais je vois mal comment on peut se passer totalement ou presque de RH.
Je souhaite bcp de courage à ceux qui voudront défendre le libre-échange, l’UE et la libre circulation des personnes et des marchandises. Leur discours sera totalement inaudible. Même Macron a fait un virage à 180° et est devenu souverainiste et étatiste. S’il veut sauver sa tête, il faudra caresser le peuple dans le sens du poil.

Je prévois une hausse du chômage dans ces secteurs surreprésentés en IDF et une baisse du pouvoir d’achat pour ceux qui vont sauver leur poste. Jusqu’à présent, l’horizon était celui du plein emploi, d’une hausse du pouvoir d’achat tout au long de la vie. Le parcours résidentiel dans le marché immobilier a besoin de gens en CDI qui connaissent une progression de salaire. Dans un marché de l’emploi sain, les gens pouvaient prendre des risques pour changer d’entreprise en faire un jump de salaires. Aujourd’hui, ils vont davantage hésiter. Fini les hausses de salaires, les bonus acquis, les participations/intéressements garantis chaque année. Lors de l'éval annuelle, une de nos jeunes collaboratrices a demandé +20% menaçant de démissionner pour aller voir la concurrence (elle avait une offre). Son responsable lui a promis oralement une hausse de +10% effective au 31/03/2020. Il a été viré entre temps. Comme le dit l'adage, les promesses n'engagent que ceux qui y croient. :mrgreen:

Il me semble que tu travailles dans le secteur bancaire. C’est un secteur pourvoyeurs d’emplois qualifiés bien rémunérés qui était déjà en difficulté cette année. Le Covid-19 n’est que l’accélérateur de cette crise. Toi-même, tu dis que tu avais mis fin au contrat de certains presta. Ce genre de profils était de bons candidats pour l’achat immobilier. Avec la crise, le marché des SSII va s’effondrer. Les commerciaux, patrons de boîte et leurs salariés vont tous morfler. On va prioriser la production dans la banque et geler les projets non essentiels (la plupart des projets à vrai dire où il y a souvent un salarié interne qui regarde bosser un presta => ne te sens pas visé :mrgreen: ).
Delambre : "Donc finale Europe-Afrique demain... En tant qu'européen, mon soutien ira bien-sûr à l'équipe de Croatie."

paul095
Messages : 807
Enregistré le : 29 août 2006, 15:03

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#74 Message par paul095 » 17 avr. 2020, 18:36

En 2008, sur une crise financière importée, les prix avaient baissés.
Aujourd’hui, on a en plus:
- une crise économique avec une perte de solvabilité des acheteurs
- une offre accrue à venir avec les successions de nos aînés décédés
- une offre accrue des investisseurs AirB&B qui vont boire le bouillon
Le doute ne me semble pas permis même si je reconnais que le marché du neuf va se bloquer et que les faillites des entreprise de BTP va faire croître les coûts de construction et de rénovation.

Indécis
~~+
~~+
Messages : 8297
Enregistré le : 19 mars 2009, 19:43

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#75 Message par Indécis » 17 avr. 2020, 18:43

Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 18:03
Je prévois une hausse du chômage dans ces secteurs surreprésentés en IDF et une baisse du pouvoir d’achat pour ceux qui vont sauver leur poste.
Encore une fois, de quels métiers parles-tu ?
Merci de ta réponse...
vpl : "OUI les migrants violent beaucoup plus que les suédois".
vpl : "Indécis et Zoumana, je fais suivre vos messages à la DCRI, au service qui s'occupe des prédicateurs radicaux".

Avatar du membre
Marie 94
+
+
Messages : 2674
Enregistré le : 28 janv. 2016, 18:50

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#76 Message par Marie 94 » 17 avr. 2020, 19:04

Indécis a écrit :
17 avr. 2020, 18:43
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 18:03
Je prévois une hausse du chômage dans ces secteurs surreprésentés en IDF et une baisse du pouvoir d’achat pour ceux qui vont sauver leur poste.
Encore une fois, de quels métiers parles-tu ?
Merci de ta réponse...
C'était dans un de mes posts précédents
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésent
Delambre : "Donc finale Europe-Afrique demain... En tant qu'européen, mon soutien ira bien-sûr à l'équipe de Croatie."

Indécis
~~+
~~+
Messages : 8297
Enregistré le : 19 mars 2009, 19:43

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#77 Message par Indécis » 17 avr. 2020, 19:21

Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 19:04
Indécis a écrit :
17 avr. 2020, 18:43
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 18:03
Je prévois une hausse du chômage dans ces secteurs surreprésentés en IDF et une baisse du pouvoir d’achat pour ceux qui vont sauver leur poste.
Encore une fois, de quels métiers parles-tu ?
Merci de ta réponse...
C'était dans un de mes posts précédents
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésent
Pour la finance, il n'y a absolument aucune raison (secteur essentiel, indispensable et qui crache beaucoup d'argent, donc c'est normal que les salariés prennent leur part dans la VA).
De plus, avec le Brexit, il y a plus de raisons pour que cela s’accentue, plutôt que le contraire...

Pour la culture et les loisirs, j'aimerais savoir de quoi tu parles exactement ?
vpl : "OUI les migrants violent beaucoup plus que les suédois".
vpl : "Indécis et Zoumana, je fais suivre vos messages à la DCRI, au service qui s'occupe des prédicateurs radicaux".

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9444
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#78 Message par neron » 17 avr. 2020, 19:30

Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 18:03
Jusqu’à présent, l’horizon était celui du plein emploi, d’une hausse du pouvoir d’achat tout au long de la vie .. le marché immobilier a besoin de gens en CDI qui connaissent une progression de salaire.
:shock: Dans quel monde stp vis-tu ? Depuis 1990 ce n'est plus le mien.

Je l'entend bien ici que certains vivent cela, et continueront a le vivre, se créant un monde onirique d'absolu où tout est un dû, beurrés des deux côtés rouspètant et de droit que la tranche ne le soit, sans regarder les autres et imbus de leur titre et fonction.
Modifié en dernier par neron le 17 avr. 2020, 19:32, modifié 2 fois.
La carte que les médias vous vendent n'est pas le territoire où vous vivez

alexlyon
+
+
Messages : 2900
Enregistré le : 18 nov. 2015, 22:37

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#79 Message par alexlyon » 17 avr. 2020, 19:31

C'est Abel et Cain.

Il y a toujours Cain qui produit.
De temps en temps (comme maintenant) il reprend de la valeur.

Mais celui qui en général vit sur son dos, c'est Abel, et il vit mieux que Cain.

Bon à la fin, Cain, il tue Abel. :mrgreen:

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9444
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#80 Message par neron » 17 avr. 2020, 19:35

Oui mais Caïn aujourd'hui est une machine voir un 🤖

Nous sommes tous des Caïn: Je mange au râtelier comme la plupart d'entre nous et je suis bien, comme vous, incapable de fabriquer le millième de ce que je consomme.

Tu veux donc détruire les machines pour retourner au temps des cavernes où l'homme y trouvait soit disant son essence dans sa recherche de la matrice originelle du bonheur perdu ?!

Amah cette image avec Cain et Abel ressemble plus une projection de l'Eden freudien avec sa caverne en sus, qu'à celui d'Adam et Eve lol :wink:

PS: je pense que notre rapport à l'immobilier est très lié à notre vécu liee à cette matrice, un peu comme un caca que l'on ne veut faire dans un plaisir anal perverse que l'on ne peut se donner
La carte que les médias vous vendent n'est pas le territoire où vous vivez

alexlyon
+
+
Messages : 2900
Enregistré le : 18 nov. 2015, 22:37

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#81 Message par alexlyon » 17 avr. 2020, 20:26

neron a écrit :
17 avr. 2020, 19:35
Oui mais Caïn aujourd'hui est une machine voir un 🤖

Nous sommes tous des Caïn: Je mange au râtelier comme la plupart d'entre nous et je suis bien, comme vous, incapable de fabriquer le millième de ce que je consomme.

Tu veux donc détruire les machines pour retourner au temps des cavernes où l'homme y trouvait soit disant son essence dans sa recherche de la matrice originelle du bonheur perdu ?!

Amah cette image avec Cain et Abel ressemble plus une projection de l'Eden freudien avec sa caverne en sus, qu'à celui d'Adam et Eve lol :wink:

PS: je pense que notre rapport à l'immobilier est très lié à notre vécu liee à cette matrice, un peu comme un caca que l'on ne veut faire dans un plaisir anal perverse que l'on ne peut se donner
Oui tout à fait, tu as raison, c'est limpide et c'est exactement ça.
Nan j'déconne et je comprends rien à toi y'en à quoi dire :mrgreen:

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9444
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#82 Message par neron » 17 avr. 2020, 20:38

alexlyon a écrit :
17 avr. 2020, 19:31
C'est Abel et Cain.Il y a toujours Cain qui produit.De temps en temps (comme maintenant) il reprend de la valeur.Mais celui qui en général vit sur son dos, c'est Abel, et il vit mieux que Cain.Bon à la fin, Cain, il tue Abel. :mrgreen:
J'espère néanmoins que tu comprends ce que tu écris dans le cadre de notre sujet : l'immo. :mrgreen:

Pour te répondre, je crois que le refus de certains ici d'acheter ou leur rapport avec l'immobilier (la caverne, l'antre, la matrice ou retrouver le bonheur originel) est très lié avec leur enfance. Il n'est donc pas paradoxal de retrouver ici par exemple nombre de réfractaires ou de diplomés en science. Ce rejet du plaisir d'être propriétaire peut s'asssimiler a un disfonctionnement au même titre que le plaisir anal perverse de se retenir. Je ne juge pas ce qui est bien ou bon mais constate de certains un refus de jouir, une retenue perverse puisqu'ils " veulent sans faire alors qu'ils le peuvent".

Sûr je dois projeter, mais je crois qu'il y a là dedans une grosse part de vérité que certains pourrait travailler pour une vie plus heureuse.

Re-edit
La carte que les médias vous vendent n'est pas le territoire où vous vivez

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 31647
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#83 Message par ignatius » 18 avr. 2020, 08:31

Vu mon transit exemplaire, je comprends maintenant pourquoi je suis multipropriétaire :mrgreen:
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Korn
Messages : 1163
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#84 Message par Korn » 18 avr. 2020, 10:08

Gpzzzz a écrit :
17 avr. 2020, 16:49
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 16:28
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Marie 94 a écrit :Par contre, je ne sais pas si le clivage métropoles/France périphérique est toujours aussi pertinent dans une crise qui touchera durement les actuels gagnants de la mondialisation (très présents dans les métropoles justement).
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésentés. Tout ce beau monde a besoin de la mondialisation pour profiter d’une demande globale et de classes populaires dociles et acceptant les inégalités.

Les 1ers à être viré dans ma boîte ce sont les patrons de service (des types à 150k). Je ne sais pas bien comment ils vont se reconvertir désormais. Ceux qui sont au chômage partiel avec 84% du net réalisent qu’ils ne savent pas vivre avec des revenus en baisse. Le confinement révèle l’indécence de certains salaires voire l’inutilité de certains dans les boîtes (je m’inclus dans cette catégorie :mrgreen: ).
T inquiètes les patrons l ont bien compris :roll:
Ça va couper sevère dans certains services...
Et les effectifs en production qui auront assuré le job vont être réhabilité.. c est ce que je dis depuis 1mois..
Tu confonds une gestion de crise et une gestion d'entreprise MT/LT. Ce n'est pas la du tout la même chose.

Cagou780
Messages : 476
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#85 Message par Cagou780 » 18 avr. 2020, 10:24

On peut avoir une gestion de crise M/T.

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 29728
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#86 Message par Gpzzzz » 18 avr. 2020, 10:25

Korn a écrit :
18 avr. 2020, 10:08
Gpzzzz a écrit :
17 avr. 2020, 16:49
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 16:28
Vincent92 a écrit :
17 avr. 2020, 15:57
Des infos là dessus? Pourquoi les métropoles seraient davantage touchées que le reste du pays?
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésentés. Tout ce beau monde a besoin de la mondialisation pour profiter d’une demande globale et de classes populaires dociles et acceptant les inégalités.

Les 1ers à être viré dans ma boîte ce sont les patrons de service (des types à 150k). Je ne sais pas bien comment ils vont se reconvertir désormais. Ceux qui sont au chômage partiel avec 84% du net réalisent qu’ils ne savent pas vivre avec des revenus en baisse. Le confinement révèle l’indécence de certains salaires voire l’inutilité de certains dans les boîtes (je m’inclus dans cette catégorie :mrgreen: ).
T inquiètes les patrons l ont bien compris :roll:
Ça va couper sevère dans certains services...
Et les effectifs en production qui auront assuré le job vont être réhabilité.. c est ce que je dis depuis 1mois..
Tu confonds une gestion de crise et une gestion d'entreprise MT/LT. Ce n'est pas la du tout la même chose.
De mon côté je parle bien de la gestion des patrons a MT/LT et non des mesures liés a la crise covid19.

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21587
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#87 Message par lecriminel » 18 avr. 2020, 11:32

neron a écrit :
17 avr. 2020, 20:38
Pour te répondre, je crois que le refus de certains ici d'acheter
tu ne t'inscris pas sur BI pour ne pas acheter, mais parce que c'est trop cher, tu te plains de ne pas pouvoir.
Au fur et à mesure que la bulle dégonflait, pratiquement tout le monde est passé à l'achat.
Les locataires aujourd'hui tiennent sur les doigts des deux mains….
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

supermascotte
Messages : 185
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#88 Message par supermascotte » 18 avr. 2020, 11:56

Certains ici semblent vouloir se convaincre que l'immobilier ne subira pas le contrecoup de la crise actuelle et même qu'il en ressortira peut-être gagnant. Je pense qu'ils se trompent lourdement.

A MON SENS, la baisse des prix immobiliers voire l'éclatement de la bulle immobilière relèvent de l'évidence. Les prix immobiliers ont augmenté ces dernières années sous l'impulsion de plusieurs facteurs. Sans rentrer dans le détail, les facteurs d'augmentation des prix immobiliers principaux sont les suivants :

- Une situation économique réjouissante avec un chômage qui diminuait et des salaires plutôt tirés vers le haut
- Des taux de crédit immobilier au plancher qui boostaient artificiellement le pouvoir d'achat immobilier des français.
- Des investisseurs immobiliers locatifs courte et longue durée qui font monter les enchères dans les villes avec une forte activité ou des centres culturels et touristiques (notamment sous la pression d'Air B&B)
- Une métropolisation à outrance. Les Français préféraient acheter en centre ville d'une métropole pour se rapprocher de leur lieu de travail et éventuellement se débarrasser des frais liés à la possession d'un véhicule.

Début 2020, on est arrivés à la fin de ce cycle avec des prix immobiliers outrageusement élevés qui commençaient à être déconnectés du niveau de vie des Français. Même un couple CSP+ sans enfant aura bien du mal à trouver un logement décent à Paris. Je suis persuadé que même sans le coronavirus, le marché immobilier aurait de toute façon fini par caler.

En février/mars 2020, arrive le coronavirus qui vient tout bousculer. Avec le coronavirus, nous sommes en train de traverser une crise SANS PRECEDENT. J'emploie le terme SANS PRECEDENT car cette crise est sans précédent de par son ampleur mais aussi de par sa nature. Il faudra probablement des années avant d'en mesurer les effets, mais d'emblée on commence à en avoir une petite idée. Pendant toute la période de confinement, le PIB baisse de 35% et nous sommes actuellement aux alentours de 9 millions de chômeurs partiels pour 19 millions de salariés. C'est une crise sans précédent qui risque de se traduire par un grand nombre d'entreprises et de travailleurs en très grande difficulté. Il faut être réaliste, beaucoup de petites et moyennes entreprises risquent de faire faillite et la majorité des autres risquent de connaitre des grosses difficultés qui se traduiront par des licenciements, des baisses d'investissement et des mois voire années avant de pouvoir s'en remettre. Et ça, même avec la meilleure volonté du gouvernement pour sauver les entreprises. J'ai une pensée particulière pour tous les travailleurs et toutes les entreprises qui sont dans des secteurs sinistrés comme le commerce de proximité, la restauration, l’hôtellerie, le tourisme, le transport et l'aérien. Dans ces secteurs, ça risque d'être un désastre.
Il va de soit que dans ce contexte, beaucoup de travailleurs risquent de perdre leur emploi ou de voir leur revenu diminuer ou du moins stagner et nous risquons de renouer avec le chômage de masse.

Un autre point important dans cette crise, ce sont les banques. Ce n'est pas parce que les Banques centrales inondent le marché de liquidité que les banques ne connaissent pas de difficultés. Bien au contraire. Les liquidités mises à disposition notamment des banques et de manière générale les politiques monétaires non conventionnelles des banques centrales permettent aux états de s'endetter sans voir leurs taux de refinancement exploser et permettent d'éviter un credit crunch au niveau des banques. Mais ces dernières ne sont pas au bout de leur peine. Elles aussi sont impactées par la crise. Elles ont perdus de l'argent sur les opérations de marché, elles sont elles-aussi impactées par les mesures de confinement qui les empêchent de fonctionner normalement mais surtout, elles enregistrent aussi des pertes. Elles vont devoir éponger les pertes de leurs client qui font faillite, voir un nombre croissant de prêt devenir non performants et devoir négocier des rééchelonnements de crédits pour les clients et entreprises qui connaissent des problèmes de trésorerie. Dans ce contexte, les banques sont extrêmement vigilantes et ne sont pas dans les meilleures conditions pour octroyer de nouveaux crédits. Pire encore, dans le contexte actuels de grande incertitude et de risques croissant, les banques sont forcées de faire preuve de plus grande sélectivité et d'inclure des primes de risques pour les prêts accordés. C'est d'ailleurs ce qu'on a commencé à voir apparaître pour les crédits immobiliers, réputés non risqués, avec des taux de crédits immobiliers en nette hausse sur le seul mois de mars.

Enfin, certains forumeurs en parlent depuis quelques temps, mais avec le confinement, nous risquons de voir des modifications dans les comportements d'achat immobilier des Français. Après la crise du coronavirus, il devient vital pour les entreprises qui le peuvent de permettre et de développer le télétravail. Nous risquons de voir une généralisation du télétravail. Ce qui peut inciter certains Français à délaisser les centrevilles pour s'installer en banlieue, là où les prix sont plus attractifs et où le cadre de vie sera plus agréable. On peut raisonnablement penser qu'un certain nombre de Français auront, après la période de confinement, une plus grande envie de plein air. Evidemment, je ne me risquerai pas à parler de mouvement de masse, mais c'est un phénomène dont il faudra tenir dans les prochaines années.

Le dernier point important à aborder ce sont les investissements locatifs. On a vu ces dernières années une explosion des "gourous de l'immobilier" incitant les gens à se transformer en rentiers immobiliers en leur promettant fortune sans risque et sans avoir à travailler. Malheureusement un très grand nombre de personnes ont du écouter ces conseils peu avisés et se sont endettés avec parfois de forts effets de leviers pour faire de louer des biens immobilier et souvent mettre leur bien sur Air B&B. Je n'ai pas besoin de vous faire un dessin pour vous expliquer que les hôtes AIR B&B sont dans la panade avec un carnet de réservation quasi vide jusqu'en été et risquent de ne pas avoir de rentrées d'argent avant des mois et devoir faire face à leurs échéances. Mais même pour les bailleurs de location de longue durée que ce soit commerce ou logement, les ennuis se profilent à l'horizon avec un nombre grandissant de locataires qui ne pourront pas payer leur loyer.

DONC SI ON RESUME, LA SITUATION SUR LE MARCHE IMMOBILIER AVEC LA CRISE DU CORONAVIRUS est la suivante :

- Une situation économique franchement sombre avec un chômage qui risque d'exploser et un pouvoir d'achat des Français qui va pâtir de la crise. Pire encore, des Français qui peuvent se retrouver dans des difficultés telles qu'ils seront forcés de vendre car incapable de faire face à leurs échéances ou ayant des besoins de trésorerie.
- Les taux de crédit immobilier, ce puissant levier qui a permis aux prix de l'immobilier de s'envoler ces dernières années, qui est déjà arrivé au plancher et qui risque d'augmenter avec les primes de risques et la situation compliquée dans laquelle les banques se trouvent
- Des investisseurs immobiliers locatifs courte et longue durée qui risquent de connaitre une purge sans nom et dont certains risquent tout simplement la banqueroute.
- Une métropolisation à outrance qui est peut-être arrivée au bout de sa logique et certains Français qui pourraient être tentés d'aller vivre plus loin de la métropole pour bénéficier de prix plus abordables, profiter de la flexibilité du télétravail et d'un meilleur cadre de vie.

Je vous mets au défis de me convaincre que le marché immobilier peut ne pas baisser.
Ben92 a écrit :
17 avr. 2020, 14:15
Et si au lieu de spéculer on s'intéressait un peu à du concret ?
Un mois jour pour jour que le confinement a commencé. Je suis allé faire un tour sur leboncoin pour Paris et Boulogne.
Résultat des courses : Les prix n'ont pas baissé d'un centime.
A Paris, les seules annonces qui n'explosent pas trop la barre des 10000€/m2 sont dans les 19e et 20e... Mais en dessus des 10000€ quand même !
Et dans les arrondissements à deux chiffres "standard" ça commence à 12000€/m2 pour les biens lambdas hors RDC.
Et si vous prenez le temps de réfléchir, vous devriez comprendre que ça tombe sous le sens. Le marché est à l'arrêt, pourquoi voudriez-vous que les vendeurs se lancent dans une enchère des prix vers le bas. Abaisser le prix de son bien ne va pas permettre de le vendre plus vite. Donc à quoi bon?

Et de toute façon, le marché immobilier est un marché lent avec beaucoup d'inertie, pas comme la bourse qui réagit au quart de tour. De toute façon, en toute logique lorsque le marché immobilier va reprendre, vous savez ce qu'il va se passer ? Rien, absolument rien du tout. Pourquoi ? Parce que les premières transactions qui auront lieu seront les transactions qui avaient débuté avant la crise sanitaire et qui avaient été interrompu par le confinement. Les prix des biens vendus seront dans la continuité du marché immobilier avant le coronavirus.

Il faudra donc probablement attendre au moins 3 mois après la fin du confinement pour commencer à percevoir les effets du coronavirus sur le marché immobilier. A ce moment-là, ce qu'il va se passer c'est une détérioration de la solvabilité des acheteurs. Un moins grand nombre d'acheteurs en capacité d'acheter et les acheteurs restant ayant un pouvoir d'achat immobilier réduit par effet ciseaux (des conditions d'emprunt restreintes, des taux de crédit immobilier à la hausse et des revenus impactés par la crise). Mais c'est pas pour autant que les prix immobilier vont nécessairement s'effondrer immédiatement. La réaction typique d'un vendeur face à une baisse de prix, c'est soit de maintenir ses propres prix, soit de retirer son bien de la vente. Au final, les vendeurs qui resteront seront des vendeurs forcés de vendre (pour raisons personnelles ou pour besoin rapide de liquidité. Donc les prix baisseront mais modérément. En revanche, le nombre de transaction risque de chuter dramatiquement.

Donc les premiers signaux d'un éclatement de la bulle immobilière, ce sera une baisse somme toute modérée des prix, mais surtout, ce sera une baisse du nombre de transaction. C'est quand les vendeurs qui ont essayé de temporiser seront à leur tour forcés de vendre et que la baisse des prix sera intégrée par les acteurs du marché que le marché immobilier baissera. Et ça, ça peut prendre des mois voire des années.

Mais pour toutes les raisons invoquées précédemment, je ne vois pas comment le marché immobilier peut ne pas baisser.

Avatar du membre
Marie 94
+
+
Messages : 2674
Enregistré le : 28 janv. 2016, 18:50

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#89 Message par Marie 94 » 18 avr. 2020, 12:22

Indécis a écrit :
17 avr. 2020, 19:21
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 19:04
Indécis a écrit :
17 avr. 2020, 18:43
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 18:03
Je prévois une hausse du chômage dans ces secteurs surreprésentés en IDF et une baisse du pouvoir d’achat pour ceux qui vont sauver leur poste.
Encore une fois, de quels métiers parles-tu ?
Merci de ta réponse...
C'était dans un de mes posts précédents
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésent
Pour la finance, il n'y a absolument aucune raison (secteur essentiel, indispensable et qui crache beaucoup d'argent, donc c'est normal que les salariés prennent leur part dans la VA).
De plus, avec le Brexit, il y a plus de raisons pour que cela s’accentue, plutôt que le contraire...

Pour la culture et les loisirs, j'aimerais savoir de quoi tu parles exactement ?
Oui effectivement maintenant que tu le dis, je pense que je vais conseiller aux jeunes diplômés de la promo Covid de viser un poste dans le secteur financier qui est un secteur d’avenir. Brexit is coming :mrgreen:

Quant à la culture (audiovisuel, spectacle vivant, publicité, livre, presse, patrimoine…), j’ai déjà écrit qu’en plus du choc conjoncturel lié au confinement (saison blanche), se profile un choc structurel avec des consommateurs qui vont d’abord penser à assurer leurs besoins primaires et à épargner pour pouvoir tenir en cas de coup dur.
Delambre : "Donc finale Europe-Afrique demain... En tant qu'européen, mon soutien ira bien-sûr à l'équipe de Croatie."

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9444
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#90 Message par neron » 18 avr. 2020, 13:39

lecriminel a écrit :
18 avr. 2020, 11:32
Au fur et à mesure que la bulle dégonflait, pratiquement tout le monde est passé à l'achat. Les locataires aujourd'hui tiennent sur les doigts des deux mains….
Ben content pour eux , mais quand-est-ce dégonflement de la bulle que j'ai dû zapper Friggit aussi ?.
La carte que les médias vous vendent n'est pas le territoire où vous vivez

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21587
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#91 Message par lecriminel » 18 avr. 2020, 13:57

la qualité des logements et les taux, le principal donc, n'apparaît pas dans le calcul.
tu es le seul à acheter une bouse avec tout à refaire à 100k et 6% d'intérêt
ou un château refait à neuf à 100k et 1% d'intérêt,
pour Friggit c'est la même chose.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

cnem
Messages : 95
Enregistré le : 14 juil. 2011, 14:48

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#92 Message par cnem » 18 avr. 2020, 14:06

Je suis complètement d'accord avec l'analyse de "supermascotte" (Message #88).

J'y ajouterais un paramètre, mais qui va dans le même sens, c'est l'aspect psychologique des choses, le fameux moral des français :(
Pour acheter en s'endettant sur 20 ans, il faut avoir confiance dans son avenir, dans celui de son entreprise et penser que les prix continueront à monter. J'ai connu la période des années 90 avec des prix qui baissaient doucement, ça ne donnait pas très envie d'acheter, ou en tout cas, on se disait qu'on avait le temps d'y réfléchir.
Jusqu'alors, beaucoup de gens (en gros les moins de 40 ans) étaient persuadés que l'immobilier ne pouvait pas baisser et c'était assez normal qu'ils le pensent car ils n'avaient connu que cette période. Pour cette génération, ça risque d'être un choc qui va les calmer pour quelques années dans leurs projets d'achats.

Je me pose également une question, mais sans avoir de réponse car je ne suis pas économiste. Est ce que les états n'auraient pas intérêt à voir repartir un peu d'inflation en cette période pour diminuer leur dette ? Ça entrainerait une hausse des taux de crédit et accentuerait encore la baisse des prix immos...

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 31647
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#93 Message par ignatius » 18 avr. 2020, 14:20

Moi j'en conclus que les gens, notamment les franciliens, vont en profiter pour acheter une RS à la campagne. :roll:
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21587
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#94 Message par lecriminel » 18 avr. 2020, 14:52

ignatius a écrit :
18 avr. 2020, 14:20
Moi j'en conclus que les gens, notamment les franciliens, vont en profiter pour acheter une RS à la campagne. :roll:
Les Deux Sèvres en force dans la place !
https://www.leboncoin.fr/ventes_immobil ... 61001.htm/
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 13545
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#95 Message par cashisking » 18 avr. 2020, 14:59

ignatius a écrit :
18 avr. 2020, 14:20
Moi j'en conclus que les gens, notamment les franciliens, vont en profiter pour acheter une RS à la campagne. :roll:
Pour se confiner en cas d'épidémie centénale ?

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 31647
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#96 Message par ignatius » 18 avr. 2020, 15:02

cashisking a écrit :
18 avr. 2020, 14:59
ignatius a écrit :
18 avr. 2020, 14:20
Moi j'en conclus que les gens, notamment les franciliens, vont en profiter pour acheter une RS à la campagne. :roll:
Pour se confiner en cas d'épidémie centénale ?
Pour respirer un peu.
Je suis sûr qu'on va avoir de plus en plus de claustrophobe et d'agoraphobe.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Blangar1
Messages : 250
Enregistré le : 27 avr. 2008, 16:59

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#97 Message par Blangar1 » 18 avr. 2020, 15:34

J'ai suivi BI depuis le début... et je me suis planté depuis le début (2005)
Après un parcours immobilier très rémunérateur, j'ai pensé depuis 2005 que les prix sont trop élevés. J'ai eu tout faux sur ce sujet : les chiffres le disent.
Cela étant, j'habite un bel appartement, que je loue très cher, mais que je ne pourrais pas acheter... Alors...
En ce qui concerne la crise en cours, je n'ai pas de vision bien claire. Qui en aura une ?
En revanche, ce que je sais, c'est que les crises font rarement monter les prix : perte sur les investissements en actions / obligations, chômage, perte de revenus (salaires ou foncier pour les loyers non payés), inquiétudes...
Il faudra voir si les winners sont tjr d'accord pour payer 12 k€ le m2 à Paris, dont la densité je crois est la 7ème DU MONDE (2 fois plus que New York)
Alors, j'attends tranquillement pour acheter l'immeuble de rapport qui me paiera mon loyer.
Si vous avez ça en stock, on peut causer en MP
8,5% minimum de renta
Belle journée à tous

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 29728
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#98 Message par Gpzzzz » 18 avr. 2020, 15:47

Marie 94 a écrit :
18 avr. 2020, 12:22
Indécis a écrit :
17 avr. 2020, 19:21
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 19:04
Indécis a écrit :
17 avr. 2020, 18:43

Encore une fois, de quels métiers parles-tu ?
Merci de ta réponse...
C'était dans un de mes posts précédents
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésent
Pour la finance, il n'y a absolument aucune raison (secteur essentiel, indispensable et qui crache beaucoup d'argent, donc c'est normal que les salariés prennent leur part dans la VA).
De plus, avec le Brexit, il y a plus de raisons pour que cela s’accentue, plutôt que le contraire...

Pour la culture et les loisirs, j'aimerais savoir de quoi tu parles exactement ?
Oui effectivement maintenant que tu le dis, je pense que je vais conseiller aux jeunes diplômés de la promo Covid de viser un poste dans le secteur financier qui est un secteur d’avenir. Brexit is coming :mrgreen:

Quant à la culture (audiovisuel, spectacle vivant, publicité, livre, presse, patrimoine…), j’ai déjà écrit qu’en plus du choc conjoncturel lié au confinement (saison blanche), se profile un choc structurel avec des consommateurs qui vont d’abord penser à assurer leurs besoins primaires et à épargner pour pouvoir tenir en cas de coup dur.
Putain au déconfinement je t'invite pour un apéro a la maison on va pas s'embrouiller si tu continues sur cette ligne :mrgreen:

Indécis
~~+
~~+
Messages : 8297
Enregistré le : 19 mars 2009, 19:43

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#99 Message par Indécis » 18 avr. 2020, 15:54

Marie 94 a écrit :
18 avr. 2020, 12:22
Indécis a écrit :
17 avr. 2020, 19:21
Marie 94 a écrit :
17 avr. 2020, 19:04
Indécis a écrit :
17 avr. 2020, 18:43

Encore une fois, de quels métiers parles-tu ?
Merci de ta réponse...
C'était dans un de mes posts précédents
L’économie des métropoles est spécialisée dans les secteurs les mieux intégrés à la mondialisation qui nécessitent l’emploi de personnel qualifié. A Paris, les emplois liés à la finance, à la culture et aux loisirs sont surreprésent
Pour la finance, il n'y a absolument aucune raison (secteur essentiel, indispensable et qui crache beaucoup d'argent, donc c'est normal que les salariés prennent leur part dans la VA).
De plus, avec le Brexit, il y a plus de raisons pour que cela s’accentue, plutôt que le contraire...

Pour la culture et les loisirs, j'aimerais savoir de quoi tu parles exactement ?
Oui effectivement maintenant que tu le dis, je pense que je vais conseiller aux jeunes diplômés de la promo Covid de viser un poste dans le secteur financier qui est un secteur d’avenir. Brexit is coming :mrgreen:

Quant à la culture (audiovisuel, spectacle vivant, publicité, livre, presse, patrimoine…), j’ai déjà écrit qu’en plus du choc conjoncturel lié au confinement (saison blanche), se profile un choc structurel avec des consommateurs qui vont d’abord penser à assurer leurs besoins primaires et à épargner pour pouvoir tenir en cas de coup dur.
Pour le secteur financier, on voit que tu n'y connais rien.

Pour le reste, je suis étonné qu'il y ait beaucoup de salariés travaillant dans le spectacle vivant à 150k€.
Donc, je pense que ton propos est du bullshit comme pour le secteur financier.
vpl : "OUI les migrants violent beaucoup plus que les suédois".
vpl : "Indécis et Zoumana, je fais suivre vos messages à la DCRI, au service qui s'occupe des prédicateurs radicaux".

kurisutofa
Messages : 53
Enregistré le : 17 janv. 2014, 11:39

Re: Immobilier: les Français redoutent que les prix restent élevés après la crise

#100 Message par kurisutofa » 18 avr. 2020, 16:37

supermascotte a écrit :
18 avr. 2020, 11:56
Certains ici semblent vouloir se convaincre que l'immobilier ne subira pas le contrecoup de la crise actuelle et même qu'il en ressortira peut-être gagnant. Je pense qu'ils se trompent lourdement.

A MON SENS, la baisse des prix immobiliers voire l'éclatement de la bulle immobilière relèvent de l'évidence. Les prix immobiliers ont augmenté ces dernières années sous l'impulsion de plusieurs facteurs. Sans rentrer dans le détail, les facteurs d'augmentation des prix immobiliers principaux sont les suivants :

- Une situation économique réjouissante avec un chômage qui diminuait et des salaires plutôt tirés vers le haut
- Des taux de crédit immobilier au plancher qui boostaient artificiellement le pouvoir d'achat immobilier des français.
- Des investisseurs immobiliers locatifs courte et longue durée qui font monter les enchères dans les villes avec une forte activité ou des centres culturels et touristiques (notamment sous la pression d'Air B&B)
- Une métropolisation à outrance. Les Français préféraient acheter en centre ville d'une métropole pour se rapprocher de leur lieu de travail et éventuellement se débarrasser des frais liés à la possession d'un véhicule.

Début 2020, on est arrivés à la fin de ce cycle avec des prix immobiliers outrageusement élevés qui commençaient à être déconnectés du niveau de vie des Français. Même un couple CSP+ sans enfant aura bien du mal à trouver un logement décent à Paris. Je suis persuadé que même sans le coronavirus, le marché immobilier aurait de toute façon fini par caler.

En février/mars 2020, arrive le coronavirus qui vient tout bousculer. Avec le coronavirus, nous sommes en train de traverser une crise SANS PRECEDENT. J'emploie le terme SANS PRECEDENT car cette crise est sans précédent de par son ampleur mais aussi de par sa nature. Il faudra probablement des années avant d'en mesurer les effets, mais d'emblée on commence à en avoir une petite idée. Pendant toute la période de confinement, le PIB baisse de 35% et nous sommes actuellement aux alentours de 9 millions de chômeurs partiels pour 19 millions de salariés. C'est une crise sans précédent qui risque de se traduire par un grand nombre d'entreprises et de travailleurs en très grande difficulté. Il faut être réaliste, beaucoup de petites et moyennes entreprises risquent de faire faillite et la majorité des autres risquent de connaitre des grosses difficultés qui se traduiront par des licenciements, des baisses d'investissement et des mois voire années avant de pouvoir s'en remettre. Et ça, même avec la meilleure volonté du gouvernement pour sauver les entreprises. J'ai une pensée particulière pour tous les travailleurs et toutes les entreprises qui sont dans des secteurs sinistrés comme le commerce de proximité, la restauration, l’hôtellerie, le tourisme, le transport et l'aérien. Dans ces secteurs, ça risque d'être un désastre.
Il va de soit que dans ce contexte, beaucoup de travailleurs risquent de perdre leur emploi ou de voir leur revenu diminuer ou du moins stagner et nous risquons de renouer avec le chômage de masse.

Un autre point important dans cette crise, ce sont les banques. Ce n'est pas parce que les Banques centrales inondent le marché de liquidité que les banques ne connaissent pas de difficultés. Bien au contraire. Les liquidités mises à disposition notamment des banques et de manière générale les politiques monétaires non conventionnelles des banques centrales permettent aux états de s'endetter sans voir leurs taux de refinancement exploser et permettent d'éviter un credit crunch au niveau des banques. Mais ces dernières ne sont pas au bout de leur peine. Elles aussi sont impactées par la crise. Elles ont perdus de l'argent sur les opérations de marché, elles sont elles-aussi impactées par les mesures de confinement qui les empêchent de fonctionner normalement mais surtout, elles enregistrent aussi des pertes. Elles vont devoir éponger les pertes de leurs client qui font faillite, voir un nombre croissant de prêt devenir non performants et devoir négocier des rééchelonnements de crédits pour les clients et entreprises qui connaissent des problèmes de trésorerie. Dans ce contexte, les banques sont extrêmement vigilantes et ne sont pas dans les meilleures conditions pour octroyer de nouveaux crédits. Pire encore, dans le contexte actuels de grande incertitude et de risques croissant, les banques sont forcées de faire preuve de plus grande sélectivité et d'inclure des primes de risques pour les prêts accordés. C'est d'ailleurs ce qu'on a commencé à voir apparaître pour les crédits immobiliers, réputés non risqués, avec des taux de crédits immobiliers en nette hausse sur le seul mois de mars.

Enfin, certains forumeurs en parlent depuis quelques temps, mais avec le confinement, nous risquons de voir des modifications dans les comportements d'achat immobilier des Français. Après la crise du coronavirus, il devient vital pour les entreprises qui le peuvent de permettre et de développer le télétravail. Nous risquons de voir une généralisation du télétravail. Ce qui peut inciter certains Français à délaisser les centrevilles pour s'installer en banlieue, là où les prix sont plus attractifs et où le cadre de vie sera plus agréable. On peut raisonnablement penser qu'un certain nombre de Français auront, après la période de confinement, une plus grande envie de plein air. Evidemment, je ne me risquerai pas à parler de mouvement de masse, mais c'est un phénomène dont il faudra tenir dans les prochaines années.

Le dernier point important à aborder ce sont les investissements locatifs. On a vu ces dernières années une explosion des "gourous de l'immobilier" incitant les gens à se transformer en rentiers immobiliers en leur promettant fortune sans risque et sans avoir à travailler. Malheureusement un très grand nombre de personnes ont du écouter ces conseils peu avisés et se sont endettés avec parfois de forts effets de leviers pour faire de louer des biens immobilier et souvent mettre leur bien sur Air B&B. Je n'ai pas besoin de vous faire un dessin pour vous expliquer que les hôtes AIR B&B sont dans la panade avec un carnet de réservation quasi vide jusqu'en été et risquent de ne pas avoir de rentrées d'argent avant des mois et devoir faire face à leurs échéances. Mais même pour les bailleurs de location de longue durée que ce soit commerce ou logement, les ennuis se profilent à l'horizon avec un nombre grandissant de locataires qui ne pourront pas payer leur loyer.

DONC SI ON RESUME, LA SITUATION SUR LE MARCHE IMMOBILIER AVEC LA CRISE DU CORONAVIRUS est la suivante :

- Une situation économique franchement sombre avec un chômage qui risque d'exploser et un pouvoir d'achat des Français qui va pâtir de la crise. Pire encore, des Français qui peuvent se retrouver dans des difficultés telles qu'ils seront forcés de vendre car incapable de faire face à leurs échéances ou ayant des besoins de trésorerie.
- Les taux de crédit immobilier, ce puissant levier qui a permis aux prix de l'immobilier de s'envoler ces dernières années, qui est déjà arrivé au plancher et qui risque d'augmenter avec les primes de risques et la situation compliquée dans laquelle les banques se trouvent
- Des investisseurs immobiliers locatifs courte et longue durée qui risquent de connaitre une purge sans nom et dont certains risquent tout simplement la banqueroute.
- Une métropolisation à outrance qui est peut-être arrivée au bout de sa logique et certains Français qui pourraient être tentés d'aller vivre plus loin de la métropole pour bénéficier de prix plus abordables, profiter de la flexibilité du télétravail et d'un meilleur cadre de vie.

Je vous mets au défis de me convaincre que le marché immobilier peut ne pas baisser.
Ben92 a écrit :
17 avr. 2020, 14:15
Et si au lieu de spéculer on s'intéressait un peu à du concret ?
Un mois jour pour jour que le confinement a commencé. Je suis allé faire un tour sur leboncoin pour Paris et Boulogne.
Résultat des courses : Les prix n'ont pas baissé d'un centime.
A Paris, les seules annonces qui n'explosent pas trop la barre des 10000€/m2 sont dans les 19e et 20e... Mais en dessus des 10000€ quand même !
Et dans les arrondissements à deux chiffres "standard" ça commence à 12000€/m2 pour les biens lambdas hors RDC.
Et si vous prenez le temps de réfléchir, vous devriez comprendre que ça tombe sous le sens. Le marché est à l'arrêt, pourquoi voudriez-vous que les vendeurs se lancent dans une enchère des prix vers le bas. Abaisser le prix de son bien ne va pas permettre de le vendre plus vite. Donc à quoi bon?

Et de toute façon, le marché immobilier est un marché lent avec beaucoup d'inertie, pas comme la bourse qui réagit au quart de tour. De toute façon, en toute logique lorsque le marché immobilier va reprendre, vous savez ce qu'il va se passer ? Rien, absolument rien du tout. Pourquoi ? Parce que les premières transactions qui auront lieu seront les transactions qui avaient débuté avant la crise sanitaire et qui avaient été interrompu par le confinement. Les prix des biens vendus seront dans la continuité du marché immobilier avant le coronavirus.

Il faudra donc probablement attendre au moins 3 mois après la fin du confinement pour commencer à percevoir les effets du coronavirus sur le marché immobilier. A ce moment-là, ce qu'il va se passer c'est une détérioration de la solvabilité des acheteurs. Un moins grand nombre d'acheteurs en capacité d'acheter et les acheteurs restant ayant un pouvoir d'achat immobilier réduit par effet ciseaux (des conditions d'emprunt restreintes, des taux de crédit immobilier à la hausse et des revenus impactés par la crise). Mais c'est pas pour autant que les prix immobilier vont nécessairement s'effondrer immédiatement. La réaction typique d'un vendeur face à une baisse de prix, c'est soit de maintenir ses propres prix, soit de retirer son bien de la vente. Au final, les vendeurs qui resteront seront des vendeurs forcés de vendre (pour raisons personnelles ou pour besoin rapide de liquidité. Donc les prix baisseront mais modérément. En revanche, le nombre de transaction risque de chuter dramatiquement.

Donc les premiers signaux d'un éclatement de la bulle immobilière, ce sera une baisse somme toute modérée des prix, mais surtout, ce sera une baisse du nombre de transaction. C'est quand les vendeurs qui ont essayé de temporiser seront à leur tour forcés de vendre et que la baisse des prix sera intégrée par les acteurs du marché que le marché immobilier baissera. Et ça, ça peut prendre des mois voire des années.

Mais pour toutes les raisons invoquées précédemment, je ne vois pas comment le marché immobilier peut ne pas baisser.
A mon sens, on suit les US avec une bonne 10ene d'années de retard.
- Métropolisation encore plus forte à venir (même avec le télétravail ; c'est simplement la zone qui sera plus grande qu'avant, la plupart des gens voulant être à environ 15/30mn du boulot aller aujourd'hui)
- Taux toujours bas du fait de la dette stagnant
- Légère baisse du marché immo à très court terme (différents suivant les zones : conséquent sur les zones pas ou peu tendues ; faible en zone tendue) dû aux pertes d'emploi (surtout les faibles salaires donc plutot les zones peu ou pas tendues) puis remonté sur les zones tendues et stagnation ou continuation de la baisse dans les zones sans emplois, sans mer...
- Inflation à moyen terme du fait des nouvelles injections monétaires & éventuellement de quelques fabrications "françaises ou européennes" (main d'oeuvre et donc prix plus cher) sans inflation des salaires = paupérisation

On pourrait en effet avoir une baisse plus forte que certains ne le pensent sur Paris (10/15% mais on resterait toujours sur des prix conséquents du fait des taux) du fait d'un report sur la petite ou grande couronne (#maison) ou comme le dit un membre d'ici un boom des RS (même si j'y crois peu, la plupart des familles aisées ayant déjà une RS).

Ensuite... soit un autre pays sort de la zone euro (Italie) soit on fini par élire un gouvernement souverainiste. J'ai du mal à croire que l'actuel change à 180° et nous fasse de la relocalisation d'emplois (en France)

Répondre