Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

Articles de presse ayant l'immobilier pour centre d'intérêt
Message
Auteur
Ben92
-++
-++
Messages : 4370
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#1 Message par Ben92 » 11 août 2020, 09:18

Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté
Plusieurs éléments plaident en ce sens : un marché du logement en pénurie chronique, des mises en chantier qui diminuent et un mètre carré qui ne cesse d’augmenter.De sorte que Les particuliers auront de plus en plus de mal à acheter − qui plus est si le chômage augmente et que les banques se montrent plus restrictives sur les dossiers de crédit. Or, l’éviction des particuliers − et notamment des primo-accédants − du marché, rendus incapables d’acheter compte tenu des prix du mètre carré, représente un danger réel, explique Laurent Quignon, responsable de l’économie bancaire chez BNP Paribas. « Cet effet d’éviction pourrait ne laisser sur le marché que des professionnels ou des investisseurs à la recherche d’une plus-value », explique-t-il.
Ce risque est d’autant plus important que les liquidités abondantes injectées dans l’économie vont venir massivement alimenter la demande des investisseurs pour la pierre. « Le bilan de la BCE va augmenter de 50 % cette année, rappelle Patrick Artus, chef économiste chez Natixis, du fait des mesures de soutien des banques centrales liées à la crise du Covid. »
Voilà, ce qu'on craignait est confirmé par les professionnels. :|
Pour les parisiens qui veulent acheter, il ne va pas falloir trop tergiverser et acheter avant que les prix n'atteignent 15k le m²...

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#2 Message par Cagou780 » 11 août 2020, 09:47

La bonne blague. Y a deux 1er avril par an maintenant ?

immo12
Messages : 11
Enregistré le : 04 août 2020, 15:22

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#3 Message par immo12 » 11 août 2020, 09:53

Dur dur ! Et malheureusement il n'y a pas qu'à Paris que les prix augmentent :/

Qqun_de_Passage
Messages : 98
Enregistré le : 23 janv. 2020, 17:07

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#4 Message par Qqun_de_Passage » 11 août 2020, 09:53

Intéressant cet article car il prend la peine de définir sérieusement la notion de bulle.

Ce n’est pas parce que le marché apparaît cher qu’il faut parler de bulle.
En effet, La pénurie d’offre est importante sur Paris et Petite couronne :
1) ceux qui possèdent un locatif n’ont aucune raison de vendre (pas de placement alternatif avec un aussi bon couple rendement/risque),
2) ceux qui y habitent déjà voudront prendre une autre RP (Somme nulle, sauf si émigration hors Paris et PC)
3) la construction est quasiment à l’arrêt faute de terrains dans les secteurs recherchés ou faute d’autorisation administrative.
Du coup, le marché ne peut satisfaire que les 10% ou 20% le plus solvables, ce qui fait apparaître les prix très cher à la plupart des gens.
La pénurie d’offre n’a jamais caractérisée une bulle.

La bulle c quand les prix deviennent déconnectés du rendement, quand la PV devient le motif 1er d’achat, ou bien quand c’est la peur que ça soit plus cher demain.
Et la effectivement le marché sera fait par des spéculateurs.
Lors de la 1ere bulle historique que sur les bulbes de tulipes, il ne devait plus trop y à avoir de jardiniers dans le coup.

En matière d’habitation, dans une telle situation, les gens normaux n’ont qu’à louer et placer l’excédent au taux sans risque. S’il ne cherchent à ne pas le faire, c bien qu’il n’y a pas de bulle.

ParisIDF92
Messages : 577
Enregistré le : 14 avr. 2020, 13:06

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#5 Message par ParisIDF92 » 11 août 2020, 09:57

Qqun_de_Passage a écrit :
11 août 2020, 09:53
1) ceux qui possèdent un locatif n’ont aucune raison de vendre (pas de placement alternatif avec un aussi bon couple rendement/risque)
Par contre pour la demande infinie de Paris by bulle-immobilière, le prix des loyers est en train de descendre facilement à 2 chiffres comme montré dans un autre thread. Le risque monte aussi (plus de chômage, moins de demande, etc.). Donc le couple rendement/risque je ne le vois plus.

ProfGrincheux
-+
-+
Messages : 2000
Enregistré le : 28 févr. 2019, 20:46

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#6 Message par ProfGrincheux » 11 août 2020, 10:01

Rien n'est confirmé. Si ce n'est qu'une hypothèse plausible est formulée qui sera confirmée ou infirmée par les faits.

Il serait intéressant de calculer le taux de fiabilité à 6 mois, 1 an et 3 ans des prédictions de Patrick Artus.
Ignorés: pimono, Laurent, Manfred, ddv.

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2220
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#7 Message par Pazuzu » 11 août 2020, 10:05

L'article dit :
« On parle de bulle lorsque le niveau des prix et leur évolution ne sont justifiés que par des anticipations de plus-value future »,
On est pas loin de la position de ben là ...

S'il y a de plus en plus de logement qui appartiennent à des investisseurs, les loyers devraient donc baisser (ou moins monter), avec cette offre supérieure.

Reste que, amha, le télétravail va tout changer. On a fait un bon de 30 ans en avant en seulement 2 mois pour les mentalités.

Ben92
-++
-++
Messages : 4370
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#8 Message par Ben92 » 11 août 2020, 10:07

Qqun_de_Passage a écrit :
11 août 2020, 09:53
La pénurie d’offre n’a jamais caractérisée une bulle.
Tout à fait, ce qui a fait croire à tord à une bulle sur Paris, Lyon, etc.
Qqun_de_Passage a écrit :
11 août 2020, 09:53
La bulle c quand les prix deviennent déconnectés du rendement, quand la PV devient le motif 1er d’achat, ou bien quand c’est la peur que ça soit plus cher demain.
Et la effectivement le marché sera fait par des spéculateurs.
Tant que ce ne sont que des particuliers qui achètent (comme c'est le cas à Paris depuis 2000), il n'y a pas de bulle. Quoi qu'on en dise le phénomène AirBnB reste marginal.
S'il y a un retour massif des investisseurs professionnels là on pourra peut-être parler de bulle. Mais attention : il y a aussi des bulles qui n'éclatent pas. Dans ce cas peut-on encore parler de bulle ? Question philosophique autant qu'économique !

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2220
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#9 Message par Pazuzu » 11 août 2020, 10:31

SI ce ne sont que des particuliers qui achètent, je ne vois pas comme les appartement de 3, 4 pièces ou plus pourraient passer à des investisseurs. Les particulier n'achètent que des petites surface, et pour cause.

supermascotte
Messages : 432
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#10 Message par supermascotte » 11 août 2020, 10:47

Qqun_de_Passage a écrit :
11 août 2020, 09:53
Intéressant cet article car il prend la peine de définir sérieusement la notion de bulle.

Ce n’est pas parce que le marché apparaît cher qu’il faut parler de bulle.
En effet, La pénurie d’offre est importante sur Paris et Petite couronne :
1) ceux qui possèdent un locatif n’ont aucune raison de vendre (pas de placement alternatif avec un aussi bon couple rendement/risque),
2) ceux qui y habitent déjà voudront prendre une autre RP (Somme nulle, sauf si émigration hors Paris et PC)
3) la construction est quasiment à l’arrêt faute de terrains dans les secteurs recherchés ou faute d’autorisation administrative.
Du coup, le marché ne peut satisfaire que les 10% ou 20% le plus solvables, ce qui fait apparaître les prix très cher à la plupart des gens.
La pénurie d’offre n’a jamais caractérisée une bulle.

La bulle c quand les prix deviennent déconnectés du rendement, quand la PV devient le motif 1er d’achat, ou bien quand c’est la peur que ça soit plus cher demain.
Et la effectivement le marché sera fait par des spéculateurs.
Lors de la 1ere bulle historique que sur les bulbes de tulipes, il ne devait plus trop y à avoir de jardiniers dans le coup.

En matière d’habitation, dans une telle situation, les gens normaux n’ont qu’à louer et placer l’excédent au taux sans risque. S’il ne cherchent à ne pas le faire, c bien qu’il n’y a pas de bulle.
Lol. Quand on voit ce type de discours tenu, c'est là qu'on a la confirmation qu'on est bien au dernier stade de la bulle :lol:

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#11 Message par Cagou780 » 11 août 2020, 11:00

supermascotte a écrit :
11 août 2020, 10:47
Qqun_de_Passage a écrit :
11 août 2020, 09:53
Intéressant cet article car il prend la peine de définir sérieusement la notion de bulle.

Ce n’est pas parce que le marché apparaît cher qu’il faut parler de bulle.
En effet, La pénurie d’offre est importante sur Paris et Petite couronne :
1) ceux qui possèdent un locatif n’ont aucune raison de vendre (pas de placement alternatif avec un aussi bon couple rendement/risque),
2) ceux qui y habitent déjà voudront prendre une autre RP (Somme nulle, sauf si émigration hors Paris et PC)
3) la construction est quasiment à l’arrêt faute de terrains dans les secteurs recherchés ou faute d’autorisation administrative.
Du coup, le marché ne peut satisfaire que les 10% ou 20% le plus solvables, ce qui fait apparaître les prix très cher à la plupart des gens.
La pénurie d’offre n’a jamais caractérisée une bulle.

La bulle c quand les prix deviennent déconnectés du rendement, quand la PV devient le motif 1er d’achat, ou bien quand c’est la peur que ça soit plus cher demain.
Et la effectivement le marché sera fait par des spéculateurs.
Lors de la 1ere bulle historique que sur les bulbes de tulipes, il ne devait plus trop y à avoir de jardiniers dans le coup.

En matière d’habitation, dans une telle situation, les gens normaux n’ont qu’à louer et placer l’excédent au taux sans risque. S’il ne cherchent à ne pas le faire, c bien qu’il n’y a pas de bulle.
Lol. Quand on voit ce type de discours tenu, c'est là qu'on a la confirmation qu'on est bien au dernier stade de la bulle :lol:
Artus : Personne a été capable d'expliquer sa théorie selon laquelle l'argent de la BCe finit dans la poches des particuliers pas même lui. :roll:

"La bulle c quand les prix deviennent déconnectés du rendement". On serait pas déjà en bulle non ?

Korn
-+
-+
Messages : 1852
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#12 Message par Korn » 11 août 2020, 11:04

Ben92 a écrit :
11 août 2020, 09:18
Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté
Plusieurs éléments plaident en ce sens : un marché du logement en pénurie chronique, des mises en chantier qui diminuent et un mètre carré qui ne cesse d’augmenter.De sorte que Les particuliers auront de plus en plus de mal à acheter − qui plus est si le chômage augmente et que les banques se montrent plus restrictives sur les dossiers de crédit. Or, l’éviction des particuliers − et notamment des primo-accédants − du marché, rendus incapables d’acheter compte tenu des prix du mètre carré, représente un danger réel, explique Laurent Quignon, responsable de l’économie bancaire chez BNP Paribas. « Cet effet d’éviction pourrait ne laisser sur le marché que des professionnels ou des investisseurs à la recherche d’une plus-value », explique-t-il.
Ce risque est d’autant plus important que les liquidités abondantes injectées dans l’économie vont venir massivement alimenter la demande des investisseurs pour la pierre. « Le bilan de la BCE va augmenter de 50 % cette année, rappelle Patrick Artus, chef économiste chez Natixis, du fait des mesures de soutien des banques centrales liées à la crise du Covid. »
Voilà, ce qu'on craignait est confirmé par les professionnels. :|
Pour les parisiens qui veulent acheter, il ne va pas falloir trop tergiverser et acheter avant que les prix n'atteignent 15k le m²...
Ah

Korn
-+
-+
Messages : 1852
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#13 Message par Korn » 11 août 2020, 11:09

Cagou780 a écrit :
11 août 2020, 11:00
supermascotte a écrit :
11 août 2020, 10:47
Qqun_de_Passage a écrit :
11 août 2020, 09:53
Intéressant cet article car il prend la peine de définir sérieusement la notion de bulle.

Ce n’est pas parce que le marché apparaît cher qu’il faut parler de bulle.
En effet, La pénurie d’offre est importante sur Paris et Petite couronne :
1) ceux qui possèdent un locatif n’ont aucune raison de vendre (pas de placement alternatif avec un aussi bon couple rendement/risque),
2) ceux qui y habitent déjà voudront prendre une autre RP (Somme nulle, sauf si émigration hors Paris et PC)
3) la construction est quasiment à l’arrêt faute de terrains dans les secteurs recherchés ou faute d’autorisation administrative.
Du coup, le marché ne peut satisfaire que les 10% ou 20% le plus solvables, ce qui fait apparaître les prix très cher à la plupart des gens.
La pénurie d’offre n’a jamais caractérisée une bulle.

La bulle c quand les prix deviennent déconnectés du rendement, quand la PV devient le motif 1er d’achat, ou bien quand c’est la peur que ça soit plus cher demain.
Et la effectivement le marché sera fait par des spéculateurs.
Lors de la 1ere bulle historique que sur les bulbes de tulipes, il ne devait plus trop y à avoir de jardiniers dans le coup.

En matière d’habitation, dans une telle situation, les gens normaux n’ont qu’à louer et placer l’excédent au taux sans risque. S’il ne cherchent à ne pas le faire, c bien qu’il n’y a pas de bulle.
Lol. Quand on voit ce type de discours tenu, c'est là qu'on a la confirmation qu'on est bien au dernier stade de la bulle :lol:
Artus : Personne a été capable d'expliquer sa théorie selon laquelle l'argent de la BCe finit dans la poches des particuliers pas même lui. :roll:

"La bulle c quand les prix deviennent déconnectés du rendement". On serait pas déjà en bulle non ?
Avec les Aibnb non, pas vraiment, puisqu'en contournant les règles, les rendements pouvaient être importants. Maintenant que le Covid a fracassé cette aberration dans les centres des grandes villes, oui.

J'ai quand même bien hâte de voir l'évolution de l'immobilier dans les centres des grandes villes. La ville, c'est devenu pour les losers. :mrgreen:

Avatar du membre
Romario
~~+
~~+
Messages : 7848
Enregistré le : 27 juil. 2006, 21:25
Localisation : Lyon

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#14 Message par Romario » 11 août 2020, 11:13

Ben92 a écrit :
11 août 2020, 09:18
Les particuliers auront de plus en plus de mal à acheter − qui plus est si le chômage augmente et que les banques se montrent plus restrictives sur les dossiers de crédit. Or, l’éviction des particuliers − et notamment des primo-accédants − du marché, rendus incapables d’acheter compte tenu des prix du mètre carré, représente un danger réel, explique Laurent Quignon, responsable de l’économie bancaire chez BNP Paribas. « Cet effet d’éviction pourrait ne laisser sur le marché que des professionnels ou des investisseurs à la recherche d’une plus-value », explique-t-il.
On se retrouverait donc dans un marché "fermé" d'investisseurs, recherchant un rendement et/ou une plus-value. Comment ce système pourrait-il perdurer à moyen-terme ?
Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. (T. Jefferson)

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2220
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#15 Message par Pazuzu » 11 août 2020, 11:16

Pas sûr que ca craque dansles centres-villes en premier.

Par exemple, chez nous, il se dit que la direction envisagerait de permettre 3 ou 4 jours de télétravail hebdomadaires en échange de l'abandon du poste fixe. Avec plus qu'une journée sur site, ca change vraiment la donne, tu peux aller t'installer loin, voire très loin.

Après un rapide sondage, ce sont les banlieusards de zone 4/5 qui seraient le plus enclins à aller s'installer en province, alors que les parisiens sont attachés à leur mode de vie.

Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 42946
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#16 Message par slash33 » 11 août 2020, 11:17

Vous avez 15 ans de retard. C.f. index.

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 31020
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#17 Message par Gpzzzz » 11 août 2020, 11:28

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 11:16
Pas sûr que ca craque dansles centres-villes en premier.

Par exemple, chez nous, il se dit que la direction envisagerait de permettre 3 ou 4 jours de télétravail hebdomadaires en échange de l'abandon du poste fixe. Avec plus qu'une journée sur site, ca change vraiment la donne, tu peux aller t'installer loin, voire très loin.

Après un rapide sondage, ce sont les banlieusards de zone 4/5 qui seraient le plus enclins à aller s'installer en province, alors que les parisiens sont attachés à leur mode de vie.
Meme sans ca c'est fini les postes fixes ! Avec juste une journée de TT + les congés + RTT + les temps partiel, t'es en dessous de 70% de remplissage !
Chez nous bcp sont deja a 2j même, et vu qu'on doit passez au flex bureau, ils sont fait faire une étude.. Sur 3 semaines de relevé en novembre, on était dans certain services en dessous de 50% d'occupation quotidienne !
Tu pourrais diviser les locaux par 2 ! :lol:

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 21940
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#18 Message par kamoulox » 11 août 2020, 11:35

Chez madame les bruits de couloirs c’est que ça quitte les 600m2 de bureau pour du télétravail et du coworking.
Rien d’officiel pour l’instant.
Pour les bureaux par contre c’est acté et vont être au moins divisés par 3.

Pourtant y’a du pognon en ce moment ça manque pas de boulot au contraire!

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2220
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#19 Message par Pazuzu » 11 août 2020, 11:37

Perso l'année dernière j ai bossé moins d'un jour sur deux. 179j de mémoire, dont une vingtaine en mission à l'étranger. et donc une trentaine en TT à raison d'un jour par semaine.J'ai donc du faire environ 130j sur site.

Mais ils n'envisageaient que des retouches légères dans les plans. Ce confinement a démontré les possibilités du TT et fait bouger les mentalités comme jamais. La calculette a fait le reste. J'aimerais pas avoir des bureaux à louer dans les prochains mois/années.

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 10691
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#20 Message par optimus maximus » 11 août 2020, 11:59

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 11:37
Perso l'année dernière j ai bossé moins d'un jour sur deux. 179j de mémoire, dont une vingtaine en mission à l'étranger. et donc une trentaine en TT à raison d'un jour par semaine.J'ai donc du faire environ 130j sur site.

Mais ils n'envisageaient que des retouches légères dans les plans. Ce confinement a démontré les possibilités du TT et fait bouger les mentalités comme jamais. La calculette a fait le reste. J'aimerais pas avoir des bureaux à louer dans les prochains mois/années.
Ils seront reconvertis en logement à moyen/long terme. Ou en immeubles mixtes : par exemple, en jouxtant appartements et espaces de travail (coworking voire des cabines de travail).
Quelle incidence sur les prix ? A priori, ça devrait faire pression à la baisse... Mais on ne sait jamais...

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 21940
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#21 Message par kamoulox » 11 août 2020, 12:10

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 11:37
Perso l'année dernière j ai bossé moins d'un jour sur deux. 179j de mémoire, dont une vingtaine en mission à l'étranger. et donc une trentaine en TT à raison d'un jour par semaine.J'ai donc du faire environ 130j sur site.

Mais ils n'envisageaient que des retouches légères dans les plans. Ce confinement a démontré les possibilités du TT et fait bouger les mentalités comme jamais. La calculette a fait le reste. J'aimerais pas avoir des bureaux à louer dans les prochains mois/années.
+1
Les boites qui le faisaient déjà ont passé le covid sur une planche de surf 🏄‍♀️
Celles qui ont dû mettre ça en place à l’arrache y’a du bon et du moins bon... et pour ceux qui ont raté le virage numérique c’est dead

Korn
-+
-+
Messages : 1852
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#22 Message par Korn » 11 août 2020, 12:41

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 11:37
Perso l'année dernière j ai bossé moins d'un jour sur deux. 179j de mémoire, dont une vingtaine en mission à l'étranger. et donc une trentaine en TT à raison d'un jour par semaine.J'ai donc du faire environ 130j sur site.

Mais ils n'envisageaient que des retouches légères dans les plans. Ce confinement a démontré les possibilités du TT et fait bouger les mentalités comme jamais. La calculette a fait le reste. J'aimerais pas avoir des bureaux à louer dans les prochains mois/années.
Au-delà l'aspect réduction des coûts, une boîte avec une gouvernance digne de ce nom n'a d'autre choix que de s'adapter et d'intégrer ce nouveau risque dans son mode de fonctionnement. Ce risque a toujours existé mais était tout simplement ignoré.
Nous ne savons pas combien de temps nous aurons à faire face au Covid. Il n'est pas à exclure qu'il y ait d'autres virus virulents dans les années à venir avec les conséquences que l'on sait sur nos modes de vie. Pour une entreprise du 21ème siècle, pas d'autres choix que de développer la flexibilité des collaborateurs, il en va de sa survie. AMHA, celles qui ne le feront pas de manière conséquente passeront pour des has been.

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2220
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#23 Message par Pazuzu » 11 août 2020, 12:49

Oui, c'est vrai, d'ailleurs les boites avec un vrai PCA avaient déjà commencé à renvoyer du monde à la maison avant le confinement.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 21940
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#24 Message par kamoulox » 11 août 2020, 13:55

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 12:49
Oui, c'est vrai, d'ailleurs les boites avec un vrai PCA avaient déjà commencé à renvoyer du monde à la maison avant le confinement.
Comme je l’avais dit il y a quelques mois on commence à voir fleurir dans les annonces de recrutement « télétravail »
Ça va devenir (devenu?)un argument de recrutement au même titre qu’une prime. Certains avaient rigolé ici même.

jobserve75
Messages : 1143
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#25 Message par jobserve75 » 11 août 2020, 14:23

Avec ces pics de canicule qui deviennent de plus en plus la norme, je ne serai pas étonné que la prochaine région à la mode soit la Bretagne.
Pour atteindre les 30° en Bretagne Nord sur la côte, il y a encore de la marge.
Ça risque de flamber comme sur la Côte d’Azur il y a 50 ans.

Investissez en Bretagne : la future région à la mode.

Ben92
-++
-++
Messages : 4370
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#26 Message par Ben92 » 11 août 2020, 14:24

optimus maximus a écrit :
11 août 2020, 11:59
Ils seront reconvertis en logement HLM et centres d'hébergement pour migrants à moyen/long terme.
Pas d'impact direct sur le marché du logement privé donc.

Korn
-+
-+
Messages : 1852
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#27 Message par Korn » 11 août 2020, 14:48

jobserve75 a écrit :
11 août 2020, 14:23
Avec ces pics de canicule qui deviennent de plus en plus la norme, je ne serai pas étonné que la prochaine région à la mode soit la Bretagne.
Pour atteindre les 30° en Bretagne Nord sur la côte, il y a encore de la marge.
Ça risque de flamber comme sur la Côte d’Azur il y a 50 ans.

Investissez en Bretagne : la future région à la mode.
C'est déjà le cas malheureusement. Donc, si tu pouvais ne pas relayer ce genre de messages, ce serait bien.
J'ai bien peur qu'il n'y ait plus que des villes mortes près des côtes dans pas longtemps. Des maisons achetées par des gens qui viennent 4 semaines par an avec leur ciré, leur pull Armorlux et leurs bottes, non merci.
Cette année, même le centre ouest Bretagne fait recette, c'est à dire le no man's land.

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2220
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#28 Message par Pazuzu » 11 août 2020, 14:51

Korn a écrit :
11 août 2020, 14:48
jà le cas malheureusement. Donc, si tu pouvais ne pas relayer ce genre de messages, ce serait bien.
J'ai bien peur qu'il n'y ait plus que des villes mortes près des côtes dans pas longtemps. Des maisons achetées par des gens qui viennent 4 semaines par an avec leur ciré, leur pull Armorlux et leurs bottes, non merci.
Cette année, même le centre ouest Bretagne fait recette, c'est à dire le no man's land.
La différence c'est que maintenant ils vont pouvoir venir quasiment à plein temps.
Quel intéret d'habiter à Yerres ou Maison Lafitte si tu n'as qu'une journée de boulot en RP ?

Korn
-+
-+
Messages : 1852
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#29 Message par Korn » 11 août 2020, 15:09

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 14:51
Korn a écrit :
11 août 2020, 14:48
jà le cas malheureusement. Donc, si tu pouvais ne pas relayer ce genre de messages, ce serait bien.
J'ai bien peur qu'il n'y ait plus que des villes mortes près des côtes dans pas longtemps. Des maisons achetées par des gens qui viennent 4 semaines par an avec leur ciré, leur pull Armorlux et leurs bottes, non merci.
Cette année, même le centre ouest Bretagne fait recette, c'est à dire le no man's land.
La différence c'est que maintenant ils vont pouvoir venir quasiment à plein temps.
Quel intéret d'habiter à Yerres ou Maison Lafitte si tu n'as qu'une journée de boulot en RP ?
Aucune, on est d'accord.
Mais il faut quand même faire déménager la famille, ce qui n'est pas chose facile.Et le fond de la Bretagne reste tout de même très loin de tout. Quand les déplacements sont occasionnels, ça le fait, mais dès que ça commence à être hebdomadaire, déjà beaucoup moins. C'est la raison pour laquelle, ce sont surtout des retraités qui achètent pour y vivre à l'année.

Ce qui est inquiétant de mon point de vue, ce ne sont pas ceux qui viennent avec un vrai projet de vie à l'année. Tant mieux si le développement du télétravail le permet.
Beaucoup de villes côtières ont vu leur population diminuer fortement en 15 ans, les locaux étant peu à peu remplacés par les RS et locations saisonnières (un cancer de la société moderne :twisted: ). Avant, il y avait une vraie vie à l'année, ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.
Malheureusement, les élus n'ont que cette idée en tête, développer le tourisme. Bravo pour l'imagination.

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2220
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#30 Message par Pazuzu » 11 août 2020, 15:31

Ca peut aussi être les jeunes familles qui passent directement de l'apparte en proche banlieue à la province plutot que d acheter une maison en lointaine banlieue. Ou les couples qui n ont plus d'enfants à la maison.

Le tourisme de masse est un fléau, je suis le premier à ne pas pleurer si on voit moins de toursites, mais il ne faut pas tout lui mettre sur le dos. Les locaux aussi n'aident pas parfois. Un exemple, j'ai passé quelques jours dans un petit bled auvergnat que je fréquente depuis quelques décennies. Avant, il y avait boulangerie, pharmacie, marchand de journaux, boucherie et plusieurs autre commerces. Il n'en reste pas un, seule une épicerie subventionnée par la mairie a pu voir le jour. Et pourtant, la population a augmenté sur cette période. Seulement, au lieu d'avoir des gens qui vivent et consomment un peu local, on a une ville dortoir, avec des lotissements moches soutenus par les élus, et les gens travaillent et achetent dans la grosse bourgade à 15 km.

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 10048
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#31 Message par Hippopotameuuu » 11 août 2020, 15:34

ProfGrincheux a écrit :
11 août 2020, 10:01
Il serait intéressant de calculer le taux de fiabilité à 6 mois, 1 an et 3 ans des prédictions de Patrick Artus.
Hou-là ! Si Patrick Artus croit que la bulle immobilière n'existe pas serait plutôt de nature à me faire vendre au plus vite avant l'implosion. En 2007, Patrick Artus expliquait pourquoi il n'y a pas lieu de craindre une crise financière prochaine. En 2010 Patrick Artus avait prédit un baril de pétrole à 300 $, il a aussi prédit dernièrement le retour de l’inflation.

Mais dans un avenir proche Patrick Artus avec toujours autant d’aplomb nous expliquera pourquoi la bulle immobilière va éclater, et cela sans rire. Trop fort Patrick Artus, avec un économiste en chef comme lui, pas étonnant que Natixis ne fasse pas d’étincelle.
Mélenchon a écrit :«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »

Korn
-+
-+
Messages : 1852
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#32 Message par Korn » 11 août 2020, 15:44

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 15:31
Ca peut aussi être les jeunes familles qui passent directement de l'apparte en proche banlieue à la province plutot que d acheter une maison en lointaine banlieue. Ou les couples qui n ont plus d'enfants à la maison.
Cela reste tout de même compliqué à réaliser. Le travail reste difficile à trouver pour 2 en Bretagne (excepté Rennes mais là on est loin des côtes). Il vaut mieux avoir un bon réseau d'ailleurs.

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2220
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#33 Message par Pazuzu » 11 août 2020, 16:07

Korn a écrit :
11 août 2020, 15:44
Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 15:31
Ca peut aussi être les jeunes familles qui passent directement de l'apparte en proche banlieue à la province plutot que d acheter une maison en lointaine banlieue. Ou les couples qui n ont plus d'enfants à la maison.
Cela reste tout de même compliqué à réaliser. Le travail reste difficile à trouver pour 2 en Bretagne (excepté Rennes mais là on est loin des côtes). Il vaut mieux avoir un bon réseau d'ailleurs.
Y'a plus besoin de trouver en Bretagne. Le mardi, M. va à paris, le jeudi c'est madame, et hop ça roule.

Je dis pas que ça va être général, mais nombres de personnes vont y penser. On est quand même nombreux à avoir un boulot faisable à distance.

ParisIDF92
Messages : 577
Enregistré le : 14 avr. 2020, 13:06

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#34 Message par ParisIDF92 » 11 août 2020, 17:34

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 16:07
Y'a plus besoin de trouver en Bretagne. Le mardi, M. va à paris, le jeudi c'est madame, et hop ça roule.

Je dis pas que ça va être général, mais nombres de personnes vont y penser. On est quand même nombreux à avoir un boulot faisable à distance.
Moi je suis 100% en TT jusqu'a 2021.

Je pense que je vais faire du télétravail indéfiniment. Parce qu'aux États-Unis (je travaille pour une entreprise américaine), déjà avant COVID, il y avait des gens qui, avec mon poste, vivaient dans les montagnes ou sur la plage et qui faisaient du télétravail à 99 %. De temps en temps, ils allaient au siège lorsqu'ils avaient besoin de réunions/formations/etc.

Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de vivre en Bretagne profonde.

1) Si je change d'emploi (ou si je le perds), cela me met dans une mauvaise position.

2) Un village en Bretagne peut être sympa en été avec le soleil et la plage, mais que faites-vous en Bretagne profonde pendant les 8 mois d'hiver ? Parler aux vaches ? Plus tous les inconvénients comme le fait d'avoir besoin d'une voiture pour tout.

Je pense que le télétravail peut mener à trois choses :

1) déménagement de Paris/petite couronne vers la grande couronne. La plus réaliste.

2) s'installer dans des villes voisines d'IDF pas chères comme Orléans, Le Mans ou Chartres à 1 heure de Paris. Aussi réaliste. Je pense surtout pour les familles qui recherchent un environnement agréable et bon marché loin de la folie des prix et multiculturelle francilienne.

3) s'installer vers les villes de province "attractives". Qu'est-ce qui est attrayant ? C'est très personnel pour tout le monde. Par exemple, j'aime bien Marseille même si je suis conscient que c'est une ville dysfonctionnelle et je ne me vois pas vraiment y vivre. Mais je suis allé à Marseille plusieurs fois en hiver et la différence de climat du gris parisien est énorme. Toutefois, je reviens au point 1 du thème du travail en cas de perte/changement.

Korn
-+
-+
Messages : 1852
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#35 Message par Korn » 11 août 2020, 18:18

ParisIDF92 a écrit :
11 août 2020, 17:34
Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 16:07
Y'a plus besoin de trouver en Bretagne. Le mardi, M. va à paris, le jeudi c'est madame, et hop ça roule.

Je dis pas que ça va être général, mais nombres de personnes vont y penser. On est quand même nombreux à avoir un boulot faisable à distance.
Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de vivre en Bretagne profonde.

1) Si je change d'emploi (ou si je le perds), cela me met dans une mauvaise position.

2) Un village en Bretagne peut être sympa en été avec le soleil et la plage, mais que faites-vous en Bretagne profonde pendant les 8 mois d'hiver ? Parler aux vaches ? Plus tous les inconvénients comme le fait d'avoir besoin d'une voiture pour tout.
Il y a pratiquement 2 millions d'habitants entre le Morbihan et Finistère, pour ce qui est des activités, celui qui veut trouvera. C'est pas la creuse non-plus.
A moins de vivre a Paris et manger du bitume et du CO2 tous les jours, il faut une voiture partout aujourd'hui pour bien vivre.

achillemo
~~+
~~+
Messages : 12337
Enregistré le : 20 août 2007, 21:05
Localisation : 93

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#36 Message par achillemo » 11 août 2020, 18:38

80% des français ne vivent pas en idf. Donc ça doit être possible de perdre son travail et d en trouver un autre ailleurs qu en IDF.

ParisIDF92
Messages : 577
Enregistré le : 14 avr. 2020, 13:06

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#37 Message par ParisIDF92 » 11 août 2020, 19:16

Korn a écrit :
11 août 2020, 14:48
jobserve75 a écrit :
11 août 2020, 14:23
Avec ces pics de canicule qui deviennent de plus en plus la norme, je ne serai pas étonné que la prochaine région à la mode soit la Bretagne.
Pour atteindre les 30° en Bretagne Nord sur la côte, il y a encore de la marge.
Ça risque de flamber comme sur la Côte d’Azur il y a 50 ans.

Investissez en Bretagne : la future région à la mode.
C'est déjà le cas malheureusement. Donc, si tu pouvais ne pas relayer ce genre de messages, ce serait bien.
J'ai bien peur qu'il n'y ait plus que des villes mortes près des côtes dans pas longtemps. Des maisons achetées par des gens qui viennent 4 semaines par an avec leur ciré, leur pull Armorlux et leurs bottes, non merci.
Cette année, même le centre ouest Bretagne fait recette, c'est à dire le no man's land.
https://www.leparisien.fr/immobilier/ce ... 362029.php
«Certains achètent sans visiter» : la ruée immobilière des Britanniques en Bretagne

Avec la fin de la période de transition pour le Brexit le 31 décembre, les Britanniques sont très nombreux à vouloir acquérir une maison cette année. Les agences doivent faire face à la demande.

Des biens beaucoup moins chers qu'Outre-Manche

« J'apprécie beaucoup cette région à cause de la culture mais aussi parce que cela me permettrait de revenir facilement en Angleterre voir ma famille sans prendre l'avion », indique-t-elle. L'autre avantage, c'est bien entendu le prix des biens en Centre Bretagne. « On y vend facilement des petites maisons habitables à 40 000 ou 50 000 euros », observe Pamela. Le manoir de Merdrignac est beaucoup plus cher : 352 000 euros. Malgré les travaux à réaliser, cela reste néanmoins une bonne affaire en comparaison du marché britannique.

« Ce genre de propriété avec autant de terrain, c'est très rare dans le sud de l'Angleterre et ça coûterait entre 700 000 et 1 million d'euros », souligne Anoushka. Outre-Manche, « la campagne est réservée aux gens riches, corrobore Brice Bonato. La demande type d'un Anglais en France, c'est une maison de caractère qu'ils pourront décorer, avec du terrain et des dépendances. » Les deux sœurs remontent en voiture. Elles ont encore une maison à découvrir à Redon, au sud de Rennes (Ille-et-Vilaine). Ensuite, elles s'accorderont deux jours de repos mérités. A moins qu'elles décident de faire une contre-visite à Merdrignac…

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#38 Message par Cagou780 » 11 août 2020, 20:32

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 11:16
Pas sûr que ca craque dansles centres-villes en premier.

Par exemple, chez nous, il se dit que la direction envisagerait de permettre 3 ou 4 jours de télétravail hebdomadaires en échange de l'abandon du poste fixe. Avec plus qu'une journée sur site, ca change vraiment la donne, tu peux aller t'installer loin, voire très loin.

Après un rapide sondage, ce sont les banlieusards de zone 4/5 qui seraient le plus enclins à aller s'installer en province, alors que les parisiens sont attachés à leur mode de vie.
ça a été les premiers a se barrer avant le confinement.

achillemo
~~+
~~+
Messages : 12337
Enregistré le : 20 août 2007, 21:05
Localisation : 93

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#39 Message par achillemo » 11 août 2020, 21:23

Des confinements y en a eu combien dans l histoire?

Qqun_de_Passage
Messages : 98
Enregistré le : 23 janv. 2020, 17:07

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#40 Message par Qqun_de_Passage » 11 août 2020, 22:05

ParisIDF92 a écrit :
11 août 2020, 09:57
Qqun_de_Passage a écrit :
11 août 2020, 09:53
1) ceux qui possèdent un locatif n’ont aucune raison de vendre (pas de placement alternatif avec un aussi bon couple rendement/risque)
Par contre pour la demande infinie de Paris by bulle-immobilière, le prix des loyers est en train de descendre facilement à 2 chiffres comme montré dans un autre thread. Le risque monte aussi (plus de chômage, moins de demande, etc.). Donc le couple rendement/risque je ne le vois plus.
Si c’est le cas, on peut normalement s’attendre à un recul des prix au moins équivalent à la baisse des loyers.
C bien la seule chose capable de faire baisser les prix à Paris et PC, car le marché est fait par les RP et les Investissement locatifs.
A suivre
Ça reste à confirmer en septembre-octobre prochain.

Avatar du membre
ddv
~~+
~~+
Messages : 5324
Enregistré le : 20 juin 2008, 14:43
Localisation : Est Morbihan

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#41 Message par ddv » 11 août 2020, 22:59

Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 11:16
Après un rapide sondage, ce sont les banlieusards de zone 4/5 qui seraient le plus enclins à aller s'installer en province, alors que les parisiens sont attachés à leur mode de vie.
Leur mode de vie actuel, ou plutôt celui qu'ils ont connu avant la crise (voyages en avion, vie riche de rencontres avec des touristes étrangers, nombreux commerces indépendants, emplois concentrés à Paris, etc.). Pas sûr que ce mode de vie subsiste dans "le monde d'après".
"La Bête de l'événement est là; et elle arrive." - "Cette règle des 6, qui est une règle de bon sens, que chacun peut avoir, il faut essayer de se l'appliquer à soi-même." - E. Macron, 2020

kurisutofa
Messages : 64
Enregistré le : 17 janv. 2014, 11:39

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#42 Message par kurisutofa » 12 août 2020, 07:06

Korn a écrit :
11 août 2020, 18:18
ParisIDF92 a écrit :
11 août 2020, 17:34
Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 16:07
Y'a plus besoin de trouver en Bretagne. Le mardi, M. va à paris, le jeudi c'est madame, et hop ça roule.

Je dis pas que ça va être général, mais nombres de personnes vont y penser. On est quand même nombreux à avoir un boulot faisable à distance.
Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de vivre en Bretagne profonde.

1) Si je change d'emploi (ou si je le perds), cela me met dans une mauvaise position.

2) Un village en Bretagne peut être sympa en été avec le soleil et la plage, mais que faites-vous en Bretagne profonde pendant les 8 mois d'hiver ? Parler aux vaches ? Plus tous les inconvénients comme le fait d'avoir besoin d'une voiture pour tout.
Il y a pratiquement 2 millions d'habitants entre le Morbihan et Finistère, pour ce qui est des activités, celui qui veut trouvera. C'est pas la creuse non-plus.
A moins de vivre a Paris et manger du bitume et du CO2 tous les jours, il faut une voiture partout aujourd'hui pour bien vivre.
+1 par rapport a la vie dans le Morbihan mais plutôt vers Vannes qui a pratiquement tout (bon climat, mer, ville de bonne taille, permet d aller en 1h a 1h30 a rennes ou nantes...).

Par contre je rejoins le constat de la personne précédente.

Pour les jobs a faible revenu, souvent pas de teletravail donc pas de changement pour les jobs en RP.

Pour les jobs a haut revenu, il y a du télétravail mais les jobs du prive sont concentrés en RP. Toutes les entreprises n'emploient pas la même durée de teletravail (la mienne 1,5 et ma femme 2 a 3 jours). La majorité seront sûrement autour des 2 a 3 jours. Pas si simple d avoir 3 jours semaine avec 3h de train aller ! En plus il faut si tu changes que la nouvelle boite soit autour de la même gare d arrivée de train.

Autour de moi, il y a énormément d achat en ce moment avec toujours la même logique :
- pour les parisiens, c est paris voir limitrophe (Levallois, issy...) avec métro evidemment
- pour les autres, c'est grande couronne pour une maison (la petite couronne etant trop chère de toute façon)
Ceux ci en effet sont enclin a aller un peu plus loin pour avoir une plus grande maison...etc...

D'ailleurs celui qui est parti a Vendôme il y a 3 ans déjà... Rêve d en revenir (rien a faire, connait peu de monde sur place...) pour aller en grande couronne.

NB : dans le 78 grande couronne en ce moment c est l'euphorie sur les maisons pour tout ce qui est pas trop loin de gares. A pas mal d endroit, les maisons sont a +25% par rapport a il y a 1,5 an

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 11190
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#43 Message par Vincent92 » 12 août 2020, 08:30

Korn a écrit :
11 août 2020, 18:18
ParisIDF92 a écrit :
11 août 2020, 17:34
Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 16:07
Y'a plus besoin de trouver en Bretagne. Le mardi, M. va à paris, le jeudi c'est madame, et hop ça roule.

Je dis pas que ça va être général, mais nombres de personnes vont y penser. On est quand même nombreux à avoir un boulot faisable à distance.
Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de vivre en Bretagne profonde.

1) Si je change d'emploi (ou si je le perds), cela me met dans une mauvaise position.

2) Un village en Bretagne peut être sympa en été avec le soleil et la plage, mais que faites-vous en Bretagne profonde pendant les 8 mois d'hiver ? Parler aux vaches ? Plus tous les inconvénients comme le fait d'avoir besoin d'une voiture pour tout.
Il y a pratiquement 2 millions d'habitants entre le Morbihan et Finistère, pour ce qui est des activités, celui qui veut trouvera. C'est pas la creuse non-plus.
A moins de vivre a Paris et manger du bitume et du CO2 tous les jours, il faut une voiture partout aujourd'hui pour bien vivre.
La voiture n'est pas indispensable dans presque toutes les métropoles (Paris, Lille, Lyon, etc...) et ce qui est proche des métropoles.
Cela reste de toute manière un confort partout. Par contre, c'est un budget.
Avoir 2 voitures dont on se sert très souvent compensent en grande partie le gain de pouvoir d'achat par de l'immobilier moins cher.
Il ne faudra donc pas venir se plaindre à Paris si on fait le choix de perdre en salaire pour aller travailler volontairement à un endroit où il faut 2 voitures et qu'on décide d'acheter une maison et de vivre d'une certaine manière qui entraîne un coût plus élevé dans certains postes.

jobserve75
Messages : 1143
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#44 Message par jobserve75 » 12 août 2020, 11:50

Vincent92 a écrit :
12 août 2020, 08:30
Korn a écrit :
11 août 2020, 18:18
ParisIDF92 a écrit :
11 août 2020, 17:34
Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 16:07
Y'a plus besoin de trouver en Bretagne. Le mardi, M. va à paris, le jeudi c'est madame, et hop ça roule.

Je dis pas que ça va être général, mais nombres de personnes vont y penser. On est quand même nombreux à avoir un boulot faisable à distance.
Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de vivre en Bretagne profonde.

1) Si je change d'emploi (ou si je le perds), cela me met dans une mauvaise position.

2) Un village en Bretagne peut être sympa en été avec le soleil et la plage, mais que faites-vous en Bretagne profonde pendant les 8 mois d'hiver ? Parler aux vaches ? Plus tous les inconvénients comme le fait d'avoir besoin d'une voiture pour tout.
Il y a pratiquement 2 millions d'habitants entre le Morbihan et Finistère, pour ce qui est des activités, celui qui veut trouvera. C'est pas la creuse non-plus.
A moins de vivre a Paris et manger du bitume et du CO2 tous les jours, il faut une voiture partout aujourd'hui pour bien vivre.
La voiture n'est pas indispensable dans presque toutes les métropoles (Paris, Lille, Lyon, etc...) et ce qui est proche des métropoles.
Cela reste de toute manière un confort partout. Par contre, c'est un budget.
Avoir 2 voitures dont on se sert très souvent compensent en grande partie le gain de pouvoir d'achat par de l'immobilier moins cher.
Il ne faudra donc pas venir se plaindre à Paris si on fait le choix de perdre en salaire pour aller travailler volontairement à un endroit où il faut 2 voitures et qu'on décide d'acheter une maison et de vivre d'une certaine manière qui entraîne un coût plus élevé dans certains postes.
C’est pareil dans des villes de moyenne importance comme Brest, Vannes ou St-Brieuc. Tu as un réseau de transport adéquat.
En 2D voiture, il est possible d’acheter une voiture électrique d’occasion à moins de 10000€ assez récente et dont le coût est minime. Tout compris, j’estime que ça peut revenir à moins de 1500€/an

Korn
-+
-+
Messages : 1852
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#45 Message par Korn » 12 août 2020, 11:58

Vincent92 a écrit :
12 août 2020, 08:30
Korn a écrit :
11 août 2020, 18:18
ParisIDF92 a écrit :
11 août 2020, 17:34
Pazuzu a écrit :
11 août 2020, 16:07
Y'a plus besoin de trouver en Bretagne. Le mardi, M. va à paris, le jeudi c'est madame, et hop ça roule.

Je dis pas que ça va être général, mais nombres de personnes vont y penser. On est quand même nombreux à avoir un boulot faisable à distance.
Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de vivre en Bretagne profonde.

1) Si je change d'emploi (ou si je le perds), cela me met dans une mauvaise position.

2) Un village en Bretagne peut être sympa en été avec le soleil et la plage, mais que faites-vous en Bretagne profonde pendant les 8 mois d'hiver ? Parler aux vaches ? Plus tous les inconvénients comme le fait d'avoir besoin d'une voiture pour tout.
Il y a pratiquement 2 millions d'habitants entre le Morbihan et Finistère, pour ce qui est des activités, celui qui veut trouvera. C'est pas la creuse non-plus.
A moins de vivre a Paris et manger du bitume et du CO2 tous les jours, il faut une voiture partout aujourd'hui pour bien vivre.
La voiture n'est pas indispensable dans presque toutes les métropoles (Paris, Lille, Lyon, etc...) et ce qui est proche des métropoles.
Cela reste de toute manière un confort partout. Par contre, c'est un budget.
Avoir 2 voitures dont on se sert très souvent compensent en grande partie le gain de pouvoir d'achat par de l'immobilier moins cher.
Il ne faudra donc pas venir se plaindre à Paris si on fait le choix de perdre en salaire pour aller travailler volontairement à un endroit où il faut 2 voitures et qu'on décide d'acheter une maison et de vivre d'une certaine manière qui entraîne un coût plus élevé dans certains postes.
Dans les faits, elle l'est si on veut bien vivre. J'en connais peu qui n'ont pas de voitures dans les grandes métropoles, même plus aucun. On s'en passe à 25 ans/30 ans, mais après, c'est nécessaire si tu veux avoir d'autres horizons que les terrasses de cafés et les musées.
Mais si on se limite au côté strictement indispensable, habiter n'importe quelle ville de 15 000h suffit largement.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 11190
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#46 Message par Vincent92 » 12 août 2020, 12:18

Korn a écrit :
12 août 2020, 11:58
Vincent92 a écrit :
12 août 2020, 08:30
Korn a écrit :
11 août 2020, 18:18
ParisIDF92 a écrit :
11 août 2020, 17:34

Personnellement, je ne vois pas l'intérêt de vivre en Bretagne profonde.

1) Si je change d'emploi (ou si je le perds), cela me met dans une mauvaise position.

2) Un village en Bretagne peut être sympa en été avec le soleil et la plage, mais que faites-vous en Bretagne profonde pendant les 8 mois d'hiver ? Parler aux vaches ? Plus tous les inconvénients comme le fait d'avoir besoin d'une voiture pour tout.
Il y a pratiquement 2 millions d'habitants entre le Morbihan et Finistère, pour ce qui est des activités, celui qui veut trouvera. C'est pas la creuse non-plus.
A moins de vivre a Paris et manger du bitume et du CO2 tous les jours, il faut une voiture partout aujourd'hui pour bien vivre.
La voiture n'est pas indispensable dans presque toutes les métropoles (Paris, Lille, Lyon, etc...) et ce qui est proche des métropoles.
Cela reste de toute manière un confort partout. Par contre, c'est un budget.
Avoir 2 voitures dont on se sert très souvent compensent en grande partie le gain de pouvoir d'achat par de l'immobilier moins cher.
Il ne faudra donc pas venir se plaindre à Paris si on fait le choix de perdre en salaire pour aller travailler volontairement à un endroit où il faut 2 voitures et qu'on décide d'acheter une maison et de vivre d'une certaine manière qui entraîne un coût plus élevé dans certains postes.
Dans les faits, elle l'est si on veut bien vivre. J'en connais peu qui n'ont pas de voitures dans les grandes métropoles, même plus aucun. On s'en passe à 25 ans/30 ans, mais après, c'est nécessaire si tu veux avoir d'autres horizons que les terrasses de cafés et les musées.
Mais si on se limite au côté strictement indispensable, habiter n'importe quelle ville de 15 000h suffit largement.
Plus il y a d'options moins c'est essentiel. En métropole, il y a des commerces, des activités et de nombreux transports en commun à proximité.
A Paris, on est à 30% des ménages qui ont une voiture et 4% qui ont 2 voitures ou plus. Pourtant, l'âge moyen est de ~40 ans.
Dans le 93, on est à 46% des ménages ont une voiture et 15% qui ont 2 voitures ou plus. Avec des différences suivant les villes où il y a plus ou moins d'infrastructures.
Et ce n'est pas tellement une question de moyen car dans le 92, on est à 50% et 15%.
Par contre, en s'éloignant, la vie change. Par exemple, dans le 77 où la vie ressemble davantage à la GJnie (maison, voitures, centres commerciaux, barbec', etc...), on a 47% des foyers qui ont une voiture et 39% qui en ont 2 ou plus. Soit 87% des foyers avec au moins une voiture.
Dans des endroits paumés, on a plus d'1 foyer sur 2 qui a au moins deux voitures (sachant qu'un foyer peut aussi être composé d'une personne).
De même pour les autres métropoles. Plus il y a des transports en commun, d'infrastructures, d'activité de proximité, etc... moins il y a de voiture/habitant.
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2012694

En effet, c'est un confort de vie mais c'est nettement moins indispensable en métropole pour "bien vivre". Surtout avec les bouchons dans ces villes denses. On ne vit pas de la même manière partout.

Korn
-+
-+
Messages : 1852
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#47 Message par Korn » 12 août 2020, 12:38

A part Ben92 (j'en sais rien mais je le suppose :mrgreen: ), parmi les plus de 35 ans habitant Paris ou la proche banlieue, qui n'a pas de voiture sur ce forum?
Je veux bien croire qu'on n'en ait pas parce que cela se transforme vite en enfer.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 11190
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#48 Message par Vincent92 » 12 août 2020, 12:42

Korn a écrit :
12 août 2020, 12:38
A part Ben92 (j'en sais rien mais je le suppose :mrgreen: ), parmi les plus de 35 ans habitant Paris ou la proche banlieue, qui n'a pas de voiture sur ce forum?
Je veux bien croire qu'on n'en ait pas parce que cela se transforme vite en enfer.
Je n’en ai pas mais Madame en a une dont elle/on se sert peu.
Je crois d’Ave n’en a pas. Transpalette n’en avait pas non plus de souvenir (une forumeuse qui habite à Lille).
Il me semble que Ben92 en a une.
Au delà des cas particuliers, on ne peut pas faire mieux que les statistiques INSEE que je viens de te donner. Il y en a plein qui n’en ont pas.
Beaucoup plus que dans des petites villes de province où c’est presque indispensable.

Ben92
-++
-++
Messages : 4370
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#49 Message par Ben92 » 12 août 2020, 12:47

Korn a écrit :
12 août 2020, 12:38
A part Ben92 (j'en sais rien mais je le suppose :mrgreen: ), parmi les plus de 35 ans habitant Paris ou la proche banlieue, qui n'a pas de voiture sur ce forum?
J'ai toujours eu une voiture, je m'en sers surtout le week-end.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 21940
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Le risque de bulle immobilière est loin d’être écarté

#50 Message par kamoulox » 12 août 2020, 12:51

Vincent92 a écrit :
12 août 2020, 12:42
Korn a écrit :
12 août 2020, 12:38
A part Ben92 (j'en sais rien mais je le suppose :mrgreen: ), parmi les plus de 35 ans habitant Paris ou la proche banlieue, qui n'a pas de voiture sur ce forum?
Je veux bien croire qu'on n'en ait pas parce que cela se transforme vite en enfer.
Je n’en ai pas mais Madame en a une dont elle/on se sert peu.
Je crois d’Ave n’en a pas. Transpalette n’en avait pas non plus de souvenir (une forumeuse qui habite à Lille).
Il me semble que Ben92 en a une.
Au delà des cas particuliers, on ne peut pas faire mieux que les statistiques INSEE que je viens de te donner. Il y en a plein qui n’en ont pas.
Beaucoup plus que dans des petites villes de province où c’est presque indispensable.
Quand tu habites en hyper centre et que tu taff a Côté par besoin de bagnole.

Après si j’étais parisien, vu le coût pharaonique du stationnement et des Dégradations sur véhicule, je louerais plutôt une bagnole pour de l’occasionnel

Même en ville de province si tu bosses à côté en vrai t’as pas besoin de bagnole.
C’est assez souvent indispensable en periurbain et absolument vital en rural par contre
Modifié en dernier par kamoulox le 12 août 2020, 12:54, modifié 1 fois.