Changer de vie: Plus d'un Français sur trois a attrapé la bougeotte

Articles de presse ayant l'immobilier pour centre d'intérêt
Message
Auteur
lavocre31
Messages : 782
Enregistré le : 22 août 2020, 22:00

Re: Changer de vie: Plus d'un Français sur trois a attrapé la bougeotte

#51 Message par lavocre31 » 02 sept. 2021, 12:03

Korn a écrit :
02 sept. 2021, 11:38
kamoulox a écrit :
31 août 2021, 11:34
nanne02 a écrit :
31 août 2021, 10:51
D autres emploient ce temps pour se constituer un patrimoine : j ai discuté de ça avec un jeune trentenaire, bossant dans le BTP. Il avait déjà achete 3 appartements et 2 maisons, refaites par ses soins pendant des périodes de chômage volontaire ou non, puis louées ou revendues. C est pas avec son salaire qu il arriverait à se constituer ce patrimoine.
J’avais fait ça aussi, travaux dans ma rp et profité du temps libre pour organiser notre mariage, sans pression. J’ai mis le temps à contribution utilement.
À partir du moment où tu as des compétences pour faire toi-même des travaux qui coûtent un bras, c'est ce qu'il faut faire. C'est ce que beaucoup de jeunes font dans le bâtiment. C'est la raison pour laquelle l'intérim cartonne. Il suffit de faire un passage en CDI pour emprunter puis faire 2 ans en intérim. La période de chômage permet de rénover la maison.
C'est exactement comme ça qu'il faut faire à notre époque. Il faut juste le savoir faire.

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 33866
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: Changer de vie: Plus d'un Français sur trois a attrapé la bougeotte

#52 Message par ignatius » 02 sept. 2021, 12:27

Suricate a écrit :
02 sept. 2021, 11:17
ignatius a écrit :
02 sept. 2021, 10:22
Suricate a écrit :
02 sept. 2021, 09:20
A chacun de trouver son équilibre. Pour moi la taille critique c'est 40 000 habitants. Au dessus c'est invivable, aka : les salaires ne permettent pas d'accéder à la propriété dans des conditions correctes et/ou avec des externalités importantes (circulation, promiscuité...).
40000 habitants, faut ptet pas exagérer.
Tu peux pousser sur une agglo de 100000 habitants (soit une ville-centre autour de 50-60000 habitants).
Des exemples :
Niort, Angoulême, voire Poitiers qui est au delà.
Ça permet déjà d'avoir un marché de l'emploi plus dynamique, des services (santé, éducation) plus développés.
Les prix immobiliers y sont modérés.

Je connais moins bien d'autres régions de France, mais cela doit être similaire hors sud de la France et littoral.
Quand je parle de 40 000 habitants je parle de la ville centre, pas de l'agglo. Saumur c'est 27 000 habitants dans la ville, 100 000 dans l'agglo :mrgreen:

Merci de confirmer ce que je disais.
On est d'accord sur la taille de l'agglo.
Une ville de 30000 habitants avec une agglo de 40000, c'est trop petit.
Avec une agglo de 100000, ça va.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
Praséodyme
~~+
~~+
Messages : 5190
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: Changer de vie: Plus d'un Français sur trois a attrapé la bougeotte

#53 Message par Praséodyme » 02 sept. 2021, 14:08

Suricate a écrit :
02 sept. 2021, 09:20
lavocre31 a écrit :
02 sept. 2021, 06:57
Pas étonnant.
Ils verront bien s'ils ont eu raison...
Si c'est pour partir de la Capitale vers une métropole de Province le top management va y gagner. Par contre pour les cadres intermédiaires les métropoles de Province risquent d'être encore chères.

A chacun de trouver son équilibre. Pour moi la taille critique c'est 40 000 habitants. Au dessus c'est invivable, aka : les salaires ne permettent pas d'accéder à la propriété dans des conditions correctes et/ou avec des externalités importantes (circulation, promiscuité...).
Le mieux si on est candidat au départ, c'est d'être muté de l'IdF vers un site en province de la même boîte sans perte de salaire. Au pire, les augmentations ultérieures sont au raz de la NAO.
Même si c'est pour aller dans une ville chère et embouteillée comme Lyon, Bordeaux ou Nice, ça représente toujours une amélioration de la qualité de vie par rapport à ce qu'on peut s'offrir à Paris avec le même revenu, en terme de surface habitable, temps de transport et confort.

Il faut bien tomber pour avoir ce genre d'opportunité dans une ville de moins de 40 000 habitants (c'est à dire plus petit que Compiègne, Chartres, Valenciennes, Belfort, Angoulème, Bourg-en-Bresse, Gap...) D'autre part, quand on est habitué à la vie parisienne avec un choix pratiquement illimité de sorties culturelles, de restaurants, de commerces spécialisés, des transports à toute heure, et qu'on a le temps et les moyens d'en profiter, on a très vite fait le tour d'une agglomération de cette taille. Il faut vraiment avoir envie de se poser. Il faut aussi être bien sûr de son emploi si on veut acheter son logement, parce que le jour où il faut se reclasser, ça passe forcément par un déménagement.

Je rejoins Ignatius, pour des ex-parisiens, une ville de 100 000 habitants (Orléans, Rouen, Caen, Metz, Nancy, Avignon) ou un peu plus grand (Angers, Tours, Dijon, Clermont, Annecy, Aix-en-Provence) c'est un peu moins violent comme choc culturel.