Comment font les précaires pour se loger ?

Débats sur le thème de l'immobilier, anecdotes et annonces
Message
Auteur
Ystava
Messages : 628
Enregistré le : 09 juin 2017, 13:10

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#101 Message par Ystava » 01 févr. 2018, 15:54

licorne a écrit : Sceaux, ca va elle se fait pas chier.
Ouais hein ? Mais bon on peut aussi espérer que l'endroit contribuera à faire baisser les chances que l'enfant devienne un cassos. Parce que là il ne part pas du meilleur pied avce une fille-mère célibataire sans famille.

Avatar du membre
Elowen
Messages : 363
Enregistré le : 17 juin 2013, 10:53

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#102 Message par Elowen » 01 févr. 2018, 17:56

Ystava a écrit :
licorne a écrit : Sceaux, ca va elle se fait pas chier.
Ouais hein ? Mais bon on peut aussi espérer que l'endroit contribuera à faire baisser les chances que l'enfant devienne un cassos. Parce que là il ne part pas du meilleur pied avce une fille-mère célibataire sans famille.
Son enfant est autiste. On a cherché - et trouvé - le plus près possible de son job, de l'école où l'enfant a ses repères et de son centre de soins. Et on a pas fait la fine bouche sur la qualité de l'appart...
Il a la chance d'avoir une mère aimante, débrouillarde, courageuse, qui lutte pour s'en sortir. C'est déjà beaucoup mieux que ce qu'elle a eu.

Avatar du membre
clarine
Messages : 1584
Enregistré le : 20 juin 2015, 19:10

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#103 Message par clarine » 01 févr. 2018, 23:53

guyomette a écrit :Or pour l'instant Macron, le corpus idéologique et ses représentants (au sens quasi vrp) dont il est issu, appartiennent au passé : ils font l'inverse de ce qu'il faut soit : d'un côté, un refus de la redistribution qu'ils nomment "libéralisation" ET "en même temps",
une politique de l'offre qui n'a à vrai dire, que peu de chance de créer une nouvelle offre réellement nouvelle (et l'investissement préalable nécessaire).
Lui et toute sa bande d'oligarque ne font une politique de l'offre... pour favoriser l'offre de vieux trucs, issus d'un vieux modèle,
bref, pour préserver un taux de profit, qui ne peut plus exister sur les bases de l'offre actuelle, sans tailler dans le muscle des acquis sociaux, de l'emploi, de la sécurité et d'une unité culturelle minimum.
[...]

c'est l'archétype, le représentant, d'un type de pensée se présentant comme new wave alors qu'elle est archi-conservatrice

[...]
La société doit et on en a les moyens de ne pas laisser les gens à la rue : avec un toit et des sanitaires, un point web collectif, une cmu et une carte de transport, on peut se débrouiller.
Je plaide pour cette base politique, d'abord et avant tout.
Sinon, yourtes, légumes, c...ries, toussa.
Je partage ton analyse mais ce n'est pas tant pour cela que je te quote que parce que je la trouve intéressante à mettre en résonnance avec l'article cité dans un autre fil : http://uneheuredepeine.blogspot.fr/2017 ... s.html?m=1 (la culpabilisation que ce "type de pensée" fait porter aux pauvres et le fait que la réussite des uns - par exemple le bailleur immobilier- repose essentiellement sur l'exploitation de la misère des autres... Donc, bien sûr que oui, les classes moyennes sont conservatrices : pas du tout intérêt à ce que le modèle change).

Et sur la dialectique du "en même temps", je ne peux qu'inviter à la lecture de cette analyse -in extenso, de préférence (si on n'a pas trop peur de s'aventurer sur Le Media :wink: : https://www.lemediatv.fr/articles/de-qu ... e-symptome (en gras, c'est moi qui souligne).
Comment préserver l’autorité de l’Etat et « en même temps » externaliser ses missions en les abandonnant à la spéculation financière ? Comment « en même temps » placer la République sous l’enseigne de la « fraternité » et évoquer ces « gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien » ? Comment concilier Ricoeur et le CAC 40 ? Le psychanalyste Roland Gori explore brillamment pour « Le Média » les paradoxes et les impostures d’une expression devenue la marque Macron.
« Nous serions capables d’éteindre le soleil et les étoiles parce qu’ils ne nous versent pas de dividendes.» Keynes
la complexité et la signification de cette formule qui, au-delà de son effet de divertissement, condense la vérité d’une signature politique.
Les partisans du président dotent cette expression d’une signification positive : elle serait le signe d’une pensée de la « complexité » qui transcenderait les anciens clivages.
[...]
Nous le savons, les opposants au président Macron voient dans cette formule l’ambiguïté typique d’un centrisme social-libéral assumé, décomplexé, renouvelé, toujours aussi hypocrite. Peut-être, mais ce diagnostic se révèle bien insuffisant si on ne déconstruit pas davantage les composants qui assurent le succès de cette formule, que je considère comme symptomatique du macronisme.


[...]les significations sociales et politiques de cette formule-valise du président Macron. Elle participe d’une victoire qui repose sur un malentendu lié à la double signification de cette expression qui séduit d’autant plus le bon peuple de France que son pouvoir symbolique repose sur une ambiguïté fondamentale.
En effet, la signification de l’expression « en même temps » est d’abord argumentative. Elle signifie qu’aucune pensée n’est exempte de contradiction,

[...]
Le « en même temps » s’est accompagné d’un mot d’ordre quelque peu dangereux pour le mouvement En Marche lorsqu’il s’est revendiqué du slogan « ni droite, ni gauche ». Malgré, l’amnésie d’une société friande du présentisme, l’histoire rappelle que ce slogan avait déjà été utilisé par les partis fascistes et totalitaires[6] des heures sombres. Cette imprécation fût, me semble-t-il, remplacée par la suite par une autre, « et droite, et gauche », plus propice à la constitution d’un nouveau gouvernement.

Mais, il convient de le reconnaître cette ambiguïté sémantique fondamentale de l’expression « en même temps » est une réussite conceptuelle qui révèle l’ambivalence propre au champ de la pensée politique. Le méconnaître risquerait de se priver des moyens de séduction qu’elle contient, au moment où les partis politiques et les entités traditionnelles traversent une crise, crise préalable à leur métamorphose ou à leur effondrement. Cette ambiguïté révèle la duplicité des significations que contient le langage humain, duplicité et équivocité souvent méconnues par les courants scientistes.
« En même temps » a une autre signification, non plus située dans le champ de l’argumentation mais dans celui de la temporalité. L’expression signifie simplement que l’on fait au même moment plusieurs choses, pas forcément contradictoires.

[...]
à ceux qui ont reconnu sa substance spirituelle, sa force symbolique. Il le déclare sans ambages le 16 février 2017 à L’Obs, quelques semaines avant son élection : « Vous savez bien que le Président, qui a plusieurs corps[7], est constitutionnellement le garant des institutions, de la dignité de la vie publique. Or cette responsabilité symbolique[8] ne relève ni de la technique ni de l’action, elle est de l’ordre littéraire et philosophique. » L’intuition politique et psychologique d’une telle déclaration tranche singulièrement dans le paysage électoral de l’époque. Elle révèle la nature théologico-politique de la fonction présidentielle : gouverner c’est prévoir certes, mais c’est surtout « faire croire », arracher par des fictions la confiance à une opinion publique versatile, inquiète et exigeante.
[...]
le pouvoir suprême est double : temporel et éternel, matériel et symbolique, absolu et contingent, économique et sacré. Oublier la dualité de la substance politique du pouvoir revient à se condamner à l’échec. Reconnaitre cette dualité, c’est admettre que la gestion technocratique et juridique de l’économie des populations ne suffit pas. La liberté politique, à laquelle aspirent de nombreux citoyens, est la libération du politique confisqué par la technocratie et la vision économique du monde.
C’est là que se révèlerait la contradiction autant politique que discursive de la politique initiée par Macron. La force symbolique de sa parole dépend de sa conformité avec ses actes.

[...] La complexité du monde chute alors dans une simple superposition temporelle : comment le président Macron, qui reconnait publiquement l’obscure dualité du pouvoir, peut-il « en même temps » concilier la nature religieuse du social et les exigences de la curatelle technico-économique des peuples ? Comment peut-il, en même temps, s’assumer populiste et élitiste ? Comment peut-il, par exemple, à quelques heures d’intervalle, faire un vibrant éloge des soldats, de leur dévouement à la sécurité de la Nation, brandir le drapeau d’une Défense européenne, et en même temps réduire le budget de l’Armée pour cause de cadeaux fiscaux ? Comment peut-il fonder son exercice du pouvoir sur une conception sacrée de la politique, et « en même temps », normaliser dans tous les domaines les secteurs sociaux et culturels sur une vision purement entrepreneuriale de l’humain ? Comment préserver son autorité, sa fonction présidentielle sacrée et symbolique et « en même temps » externaliser les missions de l’Etat en les abandonnant à la spéculation financière ? Paradoxe ou imposture ?
Comment « en même temps » placer la République sous l’enseigne de la « fraternité » et évoquer quelques mois plus tôt ces « gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien » ? Comment concilier Ricoeur et le CAC 40 ? Là est la vérité de la formule macronienne, celle d’un extrême centre qui remet au goût du jour le désir du sacré sans pour autant renoncer à l’économisme nauséabond, son plus redoutable ennemi, désireux de transformer la Nation en start up, et les citoyens en clients des plateformes ubérisées du social (social impact bond).
Le « en même temps », riche d’un potentiel symbolique, n’exprime plus la contradiction, la dialectique, le dialogue, l’invention du politique, le pouvoir sacré et symbolique, mais se réduit à la portion congrue du spectacle, de l’illusion brillante et habile. Reconnaissons-lui ce talent qui aveugle le peuple sur la férocité des pratiques néo-libérales mise en œuvre. La « fraternité » à laquelle conviaient les vœux présidentiels, et dont Bergson disait qu’elle était la valeur citoyenne qui réconciliait ces « sœurs ennemies » que sont l’égalité et la liberté, cède la place à l’ontologie entrepreneuriale présidentielle : l’humain ne vaut que par ce qu’il fait et rapporte. L’appel à la fraternité est épidictique, ornement d’une pratique néolibérale férocement assumée.
Un seul exemple récent : l’école. Le ministre en charge des petits Français est un universitaire brillant, au parcours exemplaire, désireux d’apparaitre comme un des nouveaux héritiers de la tradition des érudits humanistes[9] dont la France s’est montrée éplorée et orpheline. Jean-Michel Blanquer déclare se référer à « l’esprit Montessori », en appelle à « la créativité, la diversité des expériences[10] », et « en même temps » nomme un Conseil scientifique de l’Education Nationale « endogamique », désireux d’éclairer les managers des écoles maternelles et primaires par la science positive.
Voilà un ministre qui a compris la signification d’« en même temps », puisque « en même temps » qu’il prononce un discours rassurant, humaniste et pluraliste, il nomme un Conseil Scientifique de l’Education Nationale à la tête duquel il place Stanislas Dehaene, éminent professeur de psychologie cognitive expérimentale au Collège de France, entouré d’une « brochette » de positivistes assumés. Pour le pluralisme, on repassera. Point de professionnels de terrain, de cliniciens, de sociologues critiques, d’historiens de l’éducation, de chercheurs critiques en sciences de l’éducation… Non, que du beau monde, bien propre, objectif, neutre, prompt à la mesure et à l’imagerie fonctionnelle du cerveau qui feignent d’oublier que parfois « les experts se trompent plus que les chimpanzés [11]».
Et, Stanislas Dehaene, à peine intronisé, ne manque pas une occasion de rejeter « l’idéologie » au nom de la science ou de l’objectivité, en revendiquant la « neutralité » de la science pour plus d’efficacité. Face à ce que le grand historien polonais Johan Droysen nommait une « neutralité d’eunuque », il nous faut rappeler avec Jaurès qu’il n’y a « que le néant qui soit neutre ».
[...]
Le Ministre Banquer chante les louanges de l’humanisme, se réfère à Montessori qui préconisait l’« auto-éducation » de l’élève, et « en même temps » il installe un Conseil dont les membres, par leurs choix épistémologiques, réduisent l’élève à une machinerie cognitive et neuronale prompte à épeler et à calculer. « Ecoliers-machine » que les « experts » se devront de piloter et de corriger au mieux par IRM et protocoles « randomisés ». Le « million d’employés[16] », comme les nomme Stanislas Dehaene, n’ont qu’à bien se tenir : les « experts » leur fourniront les guides pratiques nécessaires à leur métier. Ce sera le règne de « la mesure[17] » et de l’« efficacité » chère au taylorisme qui prolétarise les métiers[18]. L’alliance du scientisme et de l’économisme va encore « frapper ». Un pas de plus sera accompli dans le « désenchantement du monde », « un monde sans esprit[19] » dont le totalitarisme prive les citoyens d’une liberté qui requiert la présence d’autrui. Le concept d’autrui ne saurait se réduire à un effet de neurone miroir. C’est le point aveugle des neurosciences et du cognitivisme, du moins en l’état de leurs recherches.

[...]L’énigme du « en même temps » serait-elle résolue ? Il ne s’agirait pas de la signification argumentative de l’expression, mais seulement d’une juxtaposition temporelle. En même temps qu’il prononce un magnifique discours humaniste, le pouvoir installe les conditions les plus féroces d’une curatelle technico-financière des peuples avec le positivisme scientifique et l’utilitarisme moral qui l’accompagnent.

Avatar du membre
Tom-Personne
Messages : 497
Enregistré le : 02 août 2015, 11:22
Contact :

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#104 Message par Tom-Personne » 02 févr. 2018, 22:27

A propos des oligarques français, leur fortune et celle de leur réseau dépend de la bonne santé de quelques industries d'envergure internationale.
Or, je ne suis pas vraiment convaincu par leur génie en matière de gestion, ou comme on dit aujourd'hui, de gouvernance...
Ils sont surtout bons à se faire racheter par les Allemands et les Américains.
Et comme il n'y a pas d'internationale des oligarques, il viendra bien un moment où quelques questions dérangeantes se poseront dans les hautes sphères.
Alors, le souverainisme et la protectionnisme, qui se résument aujourd'hui à "le nationalisme, c'est la guerre", deviendront la nouvelle évidence, et les médias se chargeront de répandre la bonne parole.

lescargot
+
+
Messages : 2589
Enregistré le : 24 juin 2008, 16:40

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#105 Message par lescargot » 02 févr. 2018, 23:10

clarine a écrit : Et sur la dialectique du "en même temps", je ne peux qu'inviter à la lecture de cette analyse -in extenso, de préférence (si on n'a pas trop peur de s'aventurer sur Le Media :wink: : https://www.lemediatv.fr/articles/de-qu ... e-symptome (en gras, c'est moi qui souligne).
Comment préserver l’autorité de l’Etat et « en même temps » externaliser ses missions en les abandonnant à la spéculation financière ? Comment « en même temps » placer la République sous l’enseigne de la « fraternité » et évoquer ces « gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien » ? Comment concilier Ricoeur et le CAC 40 ? Le psychanalyste Roland Gori explore brillamment pour « Le Média » les paradoxes et les impostures d’une expression devenue la marque Macron.
« Nous serions capables d’éteindre le soleil et les étoiles parce qu’ils ne nous versent pas de dividendes.» Keynes
Roland Gori a écrit :Ne craignons pas de le dire, nous avons un président qui a compris, beaucoup mieux que ses prédécesseurs, que sa fonction était hantée depuis l’origine par le fantôme des Rois thaumaturges. Ces rois qui guérissaient les écrouelles par le toucher, qui apaisaient les crises épileptiques (et sans doute hystériques) par les anneaux médicinaux
...perso , je préférerais me faire soigner par un "roi thaumaturge" ou par Emmanuel Macron plutôt que par un psychanalyste (cf. l'opinion de Michel Onfray sur la psychanalyse, que je partage assez largement...)
Roland Gori a écrit :L’expression « en même temps » est passée, non sans ironie, dans le vocabulaire des médias et du monde politique. Comme la célèbre phrase de Bartleby[2], « I would prefer not to », une expression peut « corrompre » l’entourage politico-mondain qui est le plus hostile à son promoteur. Emmanuel Macron a fait de cette expression, « en même temps », sa marque de fabrique politique. Dès le mois de juillet 2017 dans le quotidien Libération[3] j’attirais l’attention sur la complexité et la signification de cette formule qui, au-delà de son effet de divertissement, condense la vérité d’une signature politique.

Les partisans du président dotent cette expression d’une signification positive : elle serait le signe d’une pensée de la « complexité » qui transcenderait les anciens clivages. La France enfin livrée au ravissement d’un économisme décomplexé et d’un humanisme affirmé, pourrait assumer, à la fois l’efficacité et la justice, le souci de l’entreprise et l’exigence du social.
...bof, Gori critique Macron parce qu'il dit pouvoir mener "en même temps" une politique sociale humaniste et une politique économique efficace et dynamique. Moi je comprends que Freud était très probablement stipendié par l’extrême droite russe pour emmerder les Autrichiens avec un discours de gauche auquel il n'a jamais cru (cf. "l'Imposture Freudienne" par Michel Onfray). Aujourd'hui Macron tente de mettre fin aux liaisons contre nature entre extrême droite et extrême gauche française sur le dos des libéraux qui sont une grande tradition de notre pays depuis 1851. Gori appelle "pensée de la complexité transcendant certains clivages" ce qui est fait un retour à la normale d'avant 1851 et une simplification du jeu politique franco-français, qui de toutes façons ne trompe plus personne de sérieux depuis longtemps. L'imposture freudienne continue :roll:
Lucius Cassius ille quem populus Romanus verissimum et sapientissimum iudicem putabat identidem in causis quaerere solebat 'cui bono' fuisset
ignorés : toto78

lescargot
+
+
Messages : 2589
Enregistré le : 24 juin 2008, 16:40

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#106 Message par lescargot » 02 févr. 2018, 23:12

...
Modifié en dernier par lescargot le 02 févr. 2018, 23:15, modifié 1 fois.
Lucius Cassius ille quem populus Romanus verissimum et sapientissimum iudicem putabat identidem in causis quaerere solebat 'cui bono' fuisset
ignorés : toto78

Ystava
Messages : 628
Enregistré le : 09 juin 2017, 13:10

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#107 Message par Ystava » 02 févr. 2018, 23:17

Elowen a écrit : Son enfant est autiste. On a cherché - et trouvé - le plus près possible de son job, de l'école où l'enfant a ses repères et de son centre de soins. Et on a pas fait la fine bouche sur la qualité de l'appart...
Il a la chance d'avoir une mère aimante, débrouillarde, courageuse, qui lutte pour s'en sortir. C'est déjà beaucoup mieux que ce qu'elle a eu.
Ah ouais, il commence la vie en mode difficile le gamin. Mais vu comment tu décris la mère, en plus d'être dans un coin favorable, y'a des chances qu'il ne finisse pas cassos. Tant mieux pour lui et pour la société.

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 17892
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#108 Message par lecriminel » 03 févr. 2018, 02:26

licorne a écrit :
Elowen a écrit : Elle vit avec son enfant dans un studio de 25 m2 à Sceaux.
Sceaux, ca va elle se fait pas chier.
elle a bien raison, le loyer d'un studio est semblable à sceaux ou Bobigny
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 7490
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#109 Message par optimus maximus » 03 févr. 2018, 09:42

Elowen a écrit :
kamoulox a écrit :
stchong a écrit :
kamoulox a écrit :Ils peuvent avoir des garants solides
Ca ne marche pas, quand tu es en CDD les assurances loyers impayés ne marchent pas y compris avec un garant donc y'a pas de solution.

Mes premiers apparts je n’avais pas de revenus fixe uniquement de l’alternance.

J’ai eu les logements car j’avais plusieurs gros garants , donc si , ça joue
Je confirme. Je suis garante pour une de mes anciennes élèves, en BTS alternance et sans aucune famille derrière (mais avec un enfant à charge)
Elle vit avec son enfant dans un studio de 25 m2 à Sceaux.
Le mieux pour elle est de trouver un mec à qui ça ne fait pas froid aux yeux se mettre en couple avec une mère célibataire et un enfant autiste. Je sais, ça fait un peu réac... Mais elle serait sans doute moins pressurée par les obligations de la vie.

Nouveau stephanois
Messages : 1686
Enregistré le : 09 mars 2013, 23:44

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#110 Message par Nouveau stephanois » 03 févr. 2018, 11:17

En revanche si elle veut un mec et pas juste un plan Q, va falloir qu'elle revoit ses exigences à la baisse !

Ben92
-+
-+
Messages : 2358
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#111 Message par Ben92 » 03 févr. 2018, 12:41

J'espère pour elle qu'elle a un physique attractif, sinon avec son gosse autiste pour trouver un mec c'est mort.
Et elle a intérêt à révéler le truc le plus tard possible.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 12603
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#112 Message par kamoulox » 03 févr. 2018, 13:09

Vous êtes horribles! Pauvre femme.

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 7490
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#113 Message par optimus maximus » 03 févr. 2018, 13:30

Ben92 a écrit :J'espère pour elle qu'elle a un physique attractif, sinon avec son gosse autiste pour trouver un mec c'est mort.
Et elle a intérêt à révéler le truc le plus tard possible.
Un enfant autiste peut être un enfant charmant.

Ystava
Messages : 628
Enregistré le : 09 juin 2017, 13:10

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#114 Message par Ystava » 03 févr. 2018, 14:40

Ben92 a écrit :J'espère pour elle qu'elle a un physique attractif, sinon avec son gosse autiste pour trouver un mec c'est mort.
Et elle a intérêt à révéler le truc le plus tard possible.
Déjà qu'avec un gosse tout court...
kamoulox a écrit :Vous êtes horribles ! Pauvre femme.
Y'a tellement de crevards qu'elle finira par trouver un mec. C'est juste que ça lui prendra plus de temps et de sacrifices.

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 24967
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#115 Message par Gpzzzz » 03 févr. 2018, 23:22

Ystava a écrit :
Ben92 a écrit :J'espère pour elle qu'elle a un physique attractif, sinon avec son gosse autiste pour trouver un mec c'est mort.
Et elle a intérêt à révéler le truc le plus tard possible.
Déjà qu'avec un gosse tout court...
kamoulox a écrit :Vous êtes horribles ! Pauvre femme.
Y'a tellement de crevards qu'elle finira par trouver un mec. C'est juste que ça lui prendra plus de temps et de sacrifices.
Trouver un mec s est pas compliqué mais le but c etait d en trouver un qui participe aux finances du foyer ^^

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 12194
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#116 Message par cashisking » 04 févr. 2018, 08:20

Gpzzzz a écrit :
Ystava a écrit :
Ben92 a écrit :J'espère pour elle qu'elle a un physique attractif, sinon avec son gosse autiste pour trouver un mec c'est mort.
Et elle a intérêt à révéler le truc le plus tard possible.
Déjà qu'avec un gosse tout court...
kamoulox a écrit :Vous êtes horribles ! Pauvre femme.
Y'a tellement de crevards qu'elle finira par trouver un mec. C'est juste que ça lui prendra plus de temps et de sacrifices.
Trouver un mec s est pas compliqué mais le but c etait d en trouver un qui participe aux finances du foyer ^^
Un sugar daddy ?

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 24967
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#117 Message par Gpzzzz » 04 févr. 2018, 08:40

cashisking a écrit :
Gpzzzz a écrit :
Ystava a écrit : Déjà qu'avec un gosse tout court...
kamoulox a écrit :Vous êtes horribles ! Pauvre femme.
Y'a tellement de crevards qu'elle finira par trouver un mec. C'est juste que ça lui prendra plus de temps et de sacrifices.
Trouver un mec s est pas compliqué mais le but c etait d en trouver un qui participe aux finances du foyer ^^
Un sugar daddy ?
Pas un migrant quoi ^^

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 7490
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#118 Message par optimus maximus » 04 févr. 2018, 11:53

Franchement, elle me semble éligible au logement social sans problème. Elle prend rdv à la mairie, elle vient avec son gosse et joue la fille un peu débordée, ça devrait passer.

Avatar du membre
amalricu
-+
-+
Messages : 2276
Enregistré le : 16 juin 2005, 17:11

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#119 Message par amalricu » 04 févr. 2018, 13:18

Ystava a écrit :
Ben92 a écrit :J'espère pour elle qu'elle a un physique attractif, sinon avec son gosse autiste pour trouver un mec c'est mort.
Et elle a intérêt à révéler le truc le plus tard possible.
Déjà qu'avec un gosse tout court...
kamoulox a écrit :Vous êtes horribles ! Pauvre femme.
Y'a tellement de crevards qu'elle finira par trouver un mec. C'est juste que ça lui prendra plus de temps et de sacrifices.
Trouver un mec pour une femme c'est très simple : une file d'attente (je n'ose écrire une queue :mrgreen: ) plus ou moins longue selon ce qu'elle affiche en façade pour un ticket d'entrée à bon prix, mais l'enjeu est de le maintenir dans la salle après les 3 coups fatidiques et le lever de rideau.

Ystava
Messages : 628
Enregistré le : 09 juin 2017, 13:10

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#120 Message par Ystava » 04 févr. 2018, 15:06

amalricu a écrit : Trouver un mec pour une femme c'est très simple : une file d'attente (je n'ose écrire une queue :mrgreen: ) plus ou moins longue selon ce qu'elle affiche en façade pour un ticket d'entrée à bon prix, mais l'enjeu est de le maintenir dans la salle après les 3 coups fatidiques et le lever de rideau.
Belle métaphore, mon Alamriqueue 8)

Avatar du membre
guyomette
-++
-++
Messages : 3821
Enregistré le : 19 nov. 2011, 21:31

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#121 Message par guyomette » 04 févr. 2018, 17:30

clarine a écrit : Je partage ton analyse mais ce n'est pas tant pour cela que je te quote que parce que je la trouve intéressante à mettre en résonnance avec l'article cité dans un autre fil : http://uneheuredepeine.blogspot.fr/2017 ... s.html?m=1 (la culpabilisation que ce "type de pensée" fait porter aux pauvres et le fait que la réussite des uns - par exemple le bailleur immobilier- repose essentiellement sur l'exploitation de la misère des autres... Donc, bien sûr que oui, les classes moyennes sont conservatrices : pas du tout intérêt à ce que le modèle change).

Et sur la dialectique du "en même temps", je ne peux qu'inviter à la lecture de cette analyse -in extenso, de préférence (si on n'a pas trop peur de s'aventurer sur Le Media :wink: : https://www.lemediatv.fr/articles/de-qu ... e-symptome (en gras, c'est moi qui souligne).
Comment préserver l’autorité de l’Etat et « en même temps » externaliser ses missions en les abandonnant à la spéculation financière ? Comment « en même temps » placer la République sous l’enseigne de la « fraternité » et évoquer ces « gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien » ? Comment concilier Ricoeur et le CAC 40 ? Le psychanalyste Roland Gori explore brillamment pour « Le Média » les paradoxes et les impostures d’une expression devenue la marque Macron.
« Nous serions capables d’éteindre le soleil et les étoiles parce qu’ils ne nous versent pas de dividendes.» Keynes
la complexité et la signification de cette formule qui, au-delà de son effet de divertissement, condense la vérité d’une signature politique.
Les partisans du président dotent cette expression d’une signification positive : elle serait le signe d’une pensée de la « complexité » qui transcenderait les anciens clivages.
[...]
Nous le savons, les opposants au président Macron voient dans cette formule l’ambiguïté typique d’un centrisme social-libéral assumé, décomplexé, renouvelé, toujours aussi hypocrite. Peut-être, mais ce diagnostic se révèle bien insuffisant si on ne déconstruit pas davantage les composants qui assurent le succès de cette formule, que je considère comme symptomatique du macronisme.


[...]les significations sociales et politiques de cette formule-valise du président Macron. Elle participe d’une victoire qui repose sur un malentendu lié à la double signification de cette expression qui séduit d’autant plus le bon peuple de France que son pouvoir symbolique repose sur une ambiguïté fondamentale.
En effet, la signification de l’expression « en même temps » est d’abord argumentative. Elle signifie qu’aucune pensée n’est exempte de contradiction,

[...]
Le « en même temps » s’est accompagné d’un mot d’ordre quelque peu dangereux pour le mouvement En Marche lorsqu’il s’est revendiqué du slogan « ni droite, ni gauche ». Malgré, l’amnésie d’une société friande du présentisme, l’histoire rappelle que ce slogan avait déjà été utilisé par les partis fascistes et totalitaires[6] des heures sombres. Cette imprécation fût, me semble-t-il, remplacée par la suite par une autre, « et droite, et gauche », plus propice à la constitution d’un nouveau gouvernement.

Mais, il convient de le reconnaître cette ambiguïté sémantique fondamentale de l’expression « en même temps » est une réussite conceptuelle qui révèle l’ambivalence propre au champ de la pensée politique. Le méconnaître risquerait de se priver des moyens de séduction qu’elle contient, au moment où les partis politiques et les entités traditionnelles traversent une crise, crise préalable à leur métamorphose ou à leur effondrement. Cette ambiguïté révèle la duplicité des significations que contient le langage humain, duplicité et équivocité souvent méconnues par les courants scientistes.
« En même temps » a une autre signification, non plus située dans le champ de l’argumentation mais dans celui de la temporalité. L’expression signifie simplement que l’on fait au même moment plusieurs choses, pas forcément contradictoires.

[...]
à ceux qui ont reconnu sa substance spirituelle, sa force symbolique. Il le déclare sans ambages le 16 février 2017 à L’Obs, quelques semaines avant son élection : « Vous savez bien que le Président, qui a plusieurs corps[7], est constitutionnellement le garant des institutions, de la dignité de la vie publique. Or cette responsabilité symbolique[8] ne relève ni de la technique ni de l’action, elle est de l’ordre littéraire et philosophique. » L’intuition politique et psychologique d’une telle déclaration tranche singulièrement dans le paysage électoral de l’époque. Elle révèle la nature théologico-politique de la fonction présidentielle : gouverner c’est prévoir certes, mais c’est surtout « faire croire », arracher par des fictions la confiance à une opinion publique versatile, inquiète et exigeante.
[...]
le pouvoir suprême est double : temporel et éternel, matériel et symbolique, absolu et contingent, économique et sacré. Oublier la dualité de la substance politique du pouvoir revient à se condamner à l’échec. Reconnaitre cette dualité, c’est admettre que la gestion technocratique et juridique de l’économie des populations ne suffit pas. La liberté politique, à laquelle aspirent de nombreux citoyens, est la libération du politique confisqué par la technocratie et la vision économique du monde.
C’est là que se révèlerait la contradiction autant politique que discursive de la politique initiée par Macron. La force symbolique de sa parole dépend de sa conformité avec ses actes.

[...] La complexité du monde chute alors dans une simple superposition temporelle : comment le président Macron, qui reconnait publiquement l’obscure dualité du pouvoir, peut-il « en même temps » concilier la nature religieuse du social et les exigences de la curatelle technico-économique des peuples ? Comment peut-il, en même temps, s’assumer populiste et élitiste ? Comment peut-il, par exemple, à quelques heures d’intervalle, faire un vibrant éloge des soldats, de leur dévouement à la sécurité de la Nation, brandir le drapeau d’une Défense européenne, et en même temps réduire le budget de l’Armée pour cause de cadeaux fiscaux ? Comment peut-il fonder son exercice du pouvoir sur une conception sacrée de la politique, et « en même temps », normaliser dans tous les domaines les secteurs sociaux et culturels sur une vision purement entrepreneuriale de l’humain ? Comment préserver son autorité, sa fonction présidentielle sacrée et symbolique et « en même temps » externaliser les missions de l’Etat en les abandonnant à la spéculation financière ? Paradoxe ou imposture ?
Comment « en même temps » placer la République sous l’enseigne de la « fraternité » et évoquer quelques mois plus tôt ces « gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien » ? Comment concilier Ricoeur et le CAC 40 ? Là est la vérité de la formule macronienne, celle d’un extrême centre qui remet au goût du jour le désir du sacré sans pour autant renoncer à l’économisme nauséabond, son plus redoutable ennemi, désireux de transformer la Nation en start up, et les citoyens en clients des plateformes ubérisées du social (social impact bond).
Le « en même temps », riche d’un potentiel symbolique, n’exprime plus la contradiction, la dialectique, le dialogue, l’invention du politique, le pouvoir sacré et symbolique, mais se réduit à la portion congrue du spectacle, de l’illusion brillante et habile. Reconnaissons-lui ce talent qui aveugle le peuple sur la férocité des pratiques néo-libérales mise en œuvre. La « fraternité » à laquelle conviaient les vœux présidentiels, et dont Bergson disait qu’elle était la valeur citoyenne qui réconciliait ces « sœurs ennemies » que sont l’égalité et la liberté, cède la place à l’ontologie entrepreneuriale présidentielle : l’humain ne vaut que par ce qu’il fait et rapporte. L’appel à la fraternité est épidictique, ornement d’une pratique néolibérale férocement assumée.
Un seul exemple récent : l’école. Le ministre en charge des petits Français est un universitaire brillant, au parcours exemplaire, désireux d’apparaitre comme un des nouveaux héritiers de la tradition des érudits humanistes[9] dont la France s’est montrée éplorée et orpheline. Jean-Michel Blanquer déclare se référer à « l’esprit Montessori », en appelle à « la créativité, la diversité des expériences[10] », et « en même temps » nomme un Conseil scientifique de l’Education Nationale « endogamique », désireux d’éclairer les managers des écoles maternelles et primaires par la science positive.
Voilà un ministre qui a compris la signification d’« en même temps », puisque « en même temps » qu’il prononce un discours rassurant, humaniste et pluraliste, il nomme un Conseil Scientifique de l’Education Nationale à la tête duquel il place Stanislas Dehaene, éminent professeur de psychologie cognitive expérimentale au Collège de France, entouré d’une « brochette » de positivistes assumés. Pour le pluralisme, on repassera. Point de professionnels de terrain, de cliniciens, de sociologues critiques, d’historiens de l’éducation, de chercheurs critiques en sciences de l’éducation… Non, que du beau monde, bien propre, objectif, neutre, prompt à la mesure et à l’imagerie fonctionnelle du cerveau qui feignent d’oublier que parfois « les experts se trompent plus que les chimpanzés [11]».
Et, Stanislas Dehaene, à peine intronisé, ne manque pas une occasion de rejeter « l’idéologie » au nom de la science ou de l’objectivité, en revendiquant la « neutralité » de la science pour plus d’efficacité. Face à ce que le grand historien polonais Johan Droysen nommait une « neutralité d’eunuque », il nous faut rappeler avec Jaurès qu’il n’y a « que le néant qui soit neutre ».
[...]
Le Ministre Banquer chante les louanges de l’humanisme, se réfère à Montessori qui préconisait l’« auto-éducation » de l’élève, et « en même temps » il installe un Conseil dont les membres, par leurs choix épistémologiques, réduisent l’élève à une machinerie cognitive et neuronale prompte à épeler et à calculer. « Ecoliers-machine » que les « experts » se devront de piloter et de corriger au mieux par IRM et protocoles « randomisés ». Le « million d’employés[16] », comme les nomme Stanislas Dehaene, n’ont qu’à bien se tenir : les « experts » leur fourniront les guides pratiques nécessaires à leur métier. Ce sera le règne de « la mesure[17] » et de l’« efficacité » chère au taylorisme qui prolétarise les métiers[18]. L’alliance du scientisme et de l’économisme va encore « frapper ». Un pas de plus sera accompli dans le « désenchantement du monde », « un monde sans esprit[19] » dont le totalitarisme prive les citoyens d’une liberté qui requiert la présence d’autrui. Le concept d’autrui ne saurait se réduire à un effet de neurone miroir. C’est le point aveugle des neurosciences et du cognitivisme, du moins en l’état de leurs recherches.

[...]L’énigme du « en même temps » serait-elle résolue ? Il ne s’agirait pas de la signification argumentative de l’expression, mais seulement d’une juxtaposition temporelle. En même temps qu’il prononce un magnifique discours humaniste, le pouvoir installe les conditions les plus féroces d’une curatelle technico-financière des peuples avec le positivisme scientifique et l’utilitarisme moral qui l’accompagnent.
Merci pour ces deux très bons textes. Pour celui sur Macron, Gori est limpide et lumineux. Le pervers c'est le gars qui fait l'inverse de ce qu'il annonce. La middle class est-elle condamnée a être conservatrice... en l'absence de révolution productive (et encore d'ailleurs, voir file robots, travail, etc), la middle class est surtout condamnée à s'amenuiser, donc à revoir ses positions.
Modifié en dernier par guyomette le 05 févr. 2018, 15:11, modifié 1 fois.
« la plupart des gens (...) croient à la pérennité de la mémoire (...) et à la possibilité de réparer (...). La vérité se situe juste à l'opposé : tout sera oublié et rien ne sera réparé.» Kundera, La Plaisanterie.

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 17892
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#122 Message par lecriminel » 04 févr. 2018, 18:05

au lieu de vos remarques misogynes, que pensez vous de cette surprenante statistique de seloger: les loyers sont plus élevés à bobigny qu'à sceaux
http://www.seloger.com/prix-immobilier/ ... gny-93.htm
http://www.seloger.com/prix-immobilier/ ... aux-92.htm
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
ddv
+
+
Messages : 3127
Enregistré le : 20 juin 2008, 14:43
Localisation : La Gacilly proche (56)

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#123 Message par ddv » 04 févr. 2018, 20:29

lecriminel a écrit :au lieu de vos remarques misogynes, que pensez vous de cette surprenante statistique de seloger: les loyers sont plus élevés à bobigny qu'à sceaux
http://www.seloger.com/prix-immobilier/ ... gny-93.htm
http://www.seloger.com/prix-immobilier/ ... aux-92.htm
Normal, à Bobigny, tu profites de l'enrichissement multiculturel, ainsi que des animations de quartier tous les soirs 8) Le luxe, ça se paie.
Moi, je maintiendrai le passe Navigo à 70 euros car je ne jouerai pas avec le pouvoir d'achat des Franciliens - V. Pécresse, dec 2015.
Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le SMIC net de 20 % - V. Pécresse, juin 2018

Avatar du membre
Goldorak2
~~+
~~+
Messages : 9475
Enregistré le : 25 sept. 2008, 22:51
Localisation : Nantes

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#124 Message par Goldorak2 » 05 févr. 2018, 08:43

lecriminel a écrit :au lieu de vos remarques misogynes, que pensez vous de cette surprenante statistique de seloger: les loyers sont plus élevés à bobigny qu'à sceaux
http://www.seloger.com/prix-immobilier/ ... gny-93.htm
http://www.seloger.com/prix-immobilier/ ... aux-92.htm
Il n'y a presque que des HLM à louer à Bobigny (55.5% des logements). Et le gros du reste doit être des propriétaires occupants. Le locatif privé -ce qui est étudié- doit être portion congrue.
Posts préférés : Dossier immobilier et http://www.bulle-immobiliere.org/forum/ ... 04&t=75765
Ignorés : toto78, Marie 94, et s_chlaf

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 17892
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#125 Message par lecriminel » 05 févr. 2018, 15:16

exact, 51 appartements de moins de 60 m2 en location à Sceaux,
15 à Bobigny
sur LBC.
Malgré tout, c'est un peu surprenant (je dis un peu car il y a très longtemps, j'avais remarqué ce phénomène d'écart très limité de loyers entre Paris IM et la banlieue , plus près de 0 que de 5% d'écart)
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

lescargot
+
+
Messages : 2589
Enregistré le : 24 juin 2008, 16:40

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#126 Message par lescargot » 05 févr. 2018, 16:09

lecriminel a écrit :exact, 51 appartements de moins de 60 m2 en location à Sceaux,
15 à Bobigny
sur LBC.
Malgré tout, c'est un peu surprenant (je dis un peu car il y a très longtemps, j'avais remarqué ce phénomène d'écart très limité de loyers entre Paris IM et la banlieue , plus près de 0 que de 5% d'écart)
si tu fais des stats avec les loyers de propriétaires bailleurs et les loyers HLM tu arrives probablement a la conclusion inverse
Lucius Cassius ille quem populus Romanus verissimum et sapientissimum iudicem putabat identidem in causis quaerere solebat 'cui bono' fuisset
ignorés : toto78

Ben92
-+
-+
Messages : 2358
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#127 Message par Ben92 » 06 févr. 2018, 11:09

lecriminel a écrit : Malgré tout, c'est un peu surprenant (je dis un peu car il y a très longtemps, j'avais remarqué ce phénomène d'écart très limité de loyers entre Paris IM et la banlieue , plus près de 0 que de 5% d'écart)
A Paris et dans les bonnes villes de banlieue la sélection des locataires se fait avant tout par la qualité du dossier, plus que par le montant du loyer. Les "recalés" qui auraient eu les moyens de se loger à Paris/Levallois/Neuilly/etc mais n'ont pas été pris se tournent vers des villes de standing moindre, où ils ont de meilleures chances d'être acceptés car moins de concurrence. (en effet entre un 30 m2 dans le 19e à 900€ et un 30m2 à Aubervilliers à 800€, la plupart choisiraient Paris IM).

Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 39852
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#128 Message par slash33 » 07 févr. 2018, 07:48

Sans-abri: de plus en plus de familles vivent dans la rue
AFP Video le 07/02/2018
http://www.boursorama.com/actualites/sa ... 1ccb7c7ae2
Elles sont de plus en plus nombreuses et pourtant souvent invisibles: livrées à la jungle de la rue, les familles sans abri se cachent dans les cages d'escalier, les halls d'hôpitaux en quête de chaleur, sécurité, et dignité. Les associations alertent sur la situation des familles à la rue, qui représentent selon elles un appel sur deux au 115. Durée: 01:19

itrane2000
Messages : 189
Enregistré le : 26 nov. 2011, 16:49

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#129 Message par itrane2000 » 07 févr. 2018, 15:09

Il y a toujours plus précaires que soi

http://www.lemonde.fr/logement/article/ ... 53445.html
Paris : un marchand de sommeil condamné à 500 000 euros d’amende et deux ans de prison avec sursis

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 17892
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#130 Message par lecriminel » 07 févr. 2018, 15:13

une soixantaine de logements situés dans le 18e arrondissement de la capitale et loués en moyenne deux fois plus chers que les prix du marché étaient concernés. Selon le CAL, la plupart des locataires étaient des familles avec enfants, détenant le statut de réfugiés et originaires du Sri Lanka et du Bangladesh.
ils faisaient comment pour payer 2 fois le loyer ???
dèjà 1 à Paris, la plupart des gens auraient du mal....
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 5719
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#131 Message par Vincent92 » 07 févr. 2018, 15:15

dépensant 6,7 millions d’euros pour récupérer l’immeuble, qui sera transformé en logements sociaux
Ouf, tout est rentré dans l'ordre.
D'ailleurs si on pouvait y loger presque gratuitement les anciens occupants ("la plupart des locataires étaient des familles avec enfants, détenant le statut de réfugiés et originaires du Sri Lanka et du Bangladesh.") et après avoir rénové entièrement et luxueusement les logements via une nouvelle taxe de solidarité, ca serait top.
"Le pessimiste et l'optimiste s'accordent à ne pas voir les choses telles qu'elles sont. L'optimiste est un imbécile heureux, le pessimiste un imbécile malheureux."

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 17892
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#132 Message par lecriminel » 07 févr. 2018, 15:21

il est récent l'article ?
il y en a un de 2015 sur ce monsieur qui passe sa vie en Israel, où il avait été relaxé et déjà préempté par la mairie https://www.streetpress.com/sujet/14335 ... l-paris-18
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

itrane2000
Messages : 189
Enregistré le : 26 nov. 2011, 16:49

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#133 Message par itrane2000 » 07 févr. 2018, 15:51

lecriminel a écrit :il est récent l'article ?
il y en a un de 2015 sur ce monsieur qui passe sa vie en Israel, où il avait été relaxé et déjà préempté par la mairie https://www.streetpress.com/sujet/14335 ... l-paris-18
l'article est récent (aujourd'hui), mais c'est la même affaire en appel.

Avatar du membre
pimono
~~+
~~+
Messages : 6343
Enregistré le : 03 juin 2011, 22:45

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#134 Message par pimono » 28 avr. 2018, 20:16

Ystava a écrit :
amalricu a écrit : Trouver un mec pour une femme c'est très simple : une file d'attente (je n'ose écrire une queue :mrgreen: ) plus ou moins longue selon ce qu'elle affiche en façade pour un ticket d'entrée à bon prix, mais l'enjeu est de le maintenir dans la salle après les 3 coups fatidiques et le lever de rideau.
Belle métaphore, mon Alamriqueue 8)


ha, c'était ça en fait= amalri-CUL !!!

J'avais jamais fait le rapprochement, maintenant on sait à quoi s'en tenir avec un pseudo de cette nature.
The winner takes it all

Avatar du membre
miguel
+
+
Messages : 2731
Enregistré le : 18 nov. 2007, 13:54

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#135 Message par miguel » 28 avr. 2018, 21:09

Ils ont qu'à loger sous les ponts. Pas de pitié.
Les affaires de ce monde sont gouvernées par la fortune et par Dieu. Machiavel.

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 17892
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#136 Message par lecriminel » 29 avr. 2018, 14:59

miguel a écrit :Ils ont qu'à loger sous les ponts. Pas de pitié.
Tu veux retirer la rente des bailleurs ? tu es effectivement sans pitié, toi.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
licorne
+
+
Messages : 3493
Enregistré le : 22 déc. 2011, 13:12
Localisation : GROLAND

Re: Comment font les précaires pour se loger ?

#137 Message par licorne » 03 mai 2018, 10:10

lecriminel a écrit :
licorne a écrit :
Elowen a écrit : Elle vit avec son enfant dans un studio de 25 m2 à Sceaux.
Sceaux, ca va elle se fait pas chier.
elle a bien raison, le loyer d'un studio est semblable à sceaux ou Bobigny

ah bon?
je connais pas, j'ai toujours ete en hlm

Répondre