La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

Débats sur le thème de l'immobilier, anecdotes et annonces
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9809
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

#1 Message par optimus maximus » 20 juil. 2018, 21:33

Le Figaro publie l'intégralité du rapport : http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018 ... ilippe.php

Un chapitre est consacré à l'immobilier (p72). Rien d'emballant, et rien qui fera baisser le coût de l'immobilier dans les zones tendues. Mais les objectifs budgétaires sont explicites : une économie de 3,5 milliards d'euros est attendue.

Les rédacteurs du rapport manifeste leur volonté de confier davantage de prérogatives aux échelons locaux (i.e intercommunaux ou régionaux), notamment certaines aides à la pierre. Une réforme de la fiscalité des bailleurs plutôt à leur avantage est également préconisée.

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 31653
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

#2 Message par ignatius » 21 juil. 2018, 14:12

J'ai vu qu'ils voulaient porter le micro foncier à 35 % et avec un plafond de recettes brutes de 30 000 € par an.
En gros, ça compenserait le coût par des économies en matière de contrôle.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Hickson49
Messages : 293
Enregistré le : 07 déc. 2017, 08:10

Re: La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

#3 Message par Hickson49 » 22 juil. 2018, 18:37

Ainsi, d’un côté, ils captent l’aide publique qui se transforme pour eux en renteet de l’autre, ils créent de l’inflation
J'ose à peine imaginer la souffrance que ça a du être pour les riches cadres des ministères d'écrire un truc pareil.
Quand je lis ça je me dis que le dégagisme de 2017, même si il n'est pas parfait, a quand même du bon...

Extrait de la proposition 11.

Et du coté des préconisations:
établir un cadre juridique et fiscal pérenne pour l’investissement locatif privé.Pour cela nous préconisons : la suppression des régimes d’exception comme le Pinel ou les locations meublées non professionnelles, qui, dans les zones tendues, favorisent plus les rentes des propriétaires immobiliers fonciers que l’augmentation de l’offre, et n’a pas démontré son efficacité dans la construction de logements intermédiaires en raison de l’absence de contrôle des conditions de ressources des locataires; la création d’un régime de droit commun unique pour les investisseurs autorisant la déduction des charges de propriétéet d’un amortissement; l’interdiction de l’imputation des déficits fonciers sur les autres revenus catégoriels (ces déficits resteraient imputables uniquement sur les bénéfices fonciers ultérieurs) ; l’interdiction de l’imputation des intérêts d’empruntdans le revenu imposable ; l’élargissement du régime du microfoncier à une assiette de recettes brutes
Hippopotameuuu a écrit :Pour un croûtard il n'y a pas de petite économie, il y a juste des économies, et toutes sont bonnes a prendre. La recherche d'économies ne s’arrête que quand commence la gratuité.

Avatar du membre
clairette2
~~+
~~+
Messages : 11156
Enregistré le : 04 déc. 2007, 09:36
Localisation : 06

Re: La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

#4 Message par clairette2 » 04 mars 2019, 12:00

Je ne sais pas où mettre cette info :

Ma fille étudie sur un campus du plateau de Saclay (la nouvelle zone scientifique). Elle loue une chambre sur le campus pour 500 euros par mois. Au milieu des champs de patates et à 50 minutes de paris... Chambre avec salon commun pour 5 (une co-location en somme). C'est loué meublé, mais pas de vaisselle, seulement une plaque électrique et un frigo (pas de micro-onde). Le mobilier est au plus simple.

Elle vient de partir dans une ville étudiante d'Italie du nord. Elle a un petit appart étudiant proposé par la fac, qu'elle partage avec une autre personne. Un grand salon, une terrasse, une chambre pour 2, cuisine équipée, c'est spacieux et tout propre. Prix : 275 euros/ personne.

La différence entre le loyer en France et celui en Italie, c'est .... à peu près le montant des APL....
Modifié en dernier par clairette2 le 04 mars 2019, 14:56, modifié 1 fois.
« La moitié des hommes politiques sont des bons à rien. Les autres sont prêts à tout » Coluche

Ben92
-++
-++
Messages : 3754
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

#5 Message par Ben92 » 04 mars 2019, 13:47

clairette2 a écrit :
04 mars 2019, 12:00
La différence entre le loyer en France et celui en Italie, c'est .... à peu près le montant des APL....
Pourtant les loyers sont chers en Italie.
Le problème est que vous comparez Paris à une ville qui n'est pas comparable. Paris, ça se compare avec avec Londres ou New York.
(j'ai bien vu que vous parliez d'un campus qui n'est pas à Paris IM, mais ça reste l'agglomération parisienne).

Avatar du membre
m.enfin
Administrateur
Administrateur
Messages : 2826
Enregistré le : 10 juin 2013, 13:55

Re: La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

#6 Message par m.enfin » 04 mars 2019, 14:06

Ben92 a écrit : Le problème est que vous comparez Paris à une ville qui n'est pas comparable. Paris, ça se compare avec avec Londres ou New York.
(j'ai bien vu que vous parliez d'un campus qui n'est pas à Paris IM, mais ça reste l'agglomération parisienne).
lol, le plateau de saclay, ca n'a rien de l'agglomération,
c'est un coin, peut être le seul, au milieu de rien :mrgreen:

j'avais fait le même constat hors immobilier lors d'un road-trip en Italie vers 2005,
déduction faite de la prime verte de l'époque en France, un chauffe-eau solaire coutait même moins cher de l'autre coté des Alpes
idem pour un poêle à granulés en 2012, j'ai d'ailleurs fait venir le mien de là-bas
transport compris j'en avais pour moins de 1000 euros, le même modèle en France entre 1600 et 2000 euros :shock:
St Ex, Le petit prince a écrit :Les hommes n'ont plus le temps de rien connaître. Ils achètent des choses toutes faites chez les marchands. Mais comme il n'existe point de marchands d'amis, les hommes n'ont plus d'amis.

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 19703
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

#7 Message par wasabi » 04 mars 2019, 14:52

clairette2 a écrit :
04 mars 2019, 12:00
Je ne sais pas où mettre cette info :

Ma fille étudie sur un campus du plateau du Moulon (la nouvelle zone scientifique). Elle loue une chambre sur le campus pour 500 euros par mois. Au milieu des champs de patates et à 50 minutes de paris... Chambre avec salon commun pour 5 (une co-location en somme). C'est loué meublé, mais pas de vaisselle, seulement une plaque électrique et un frigo (pas de micro-onde). Le mobilier est au plus simple.

Elle vient de partir dans une ville étudiante d'Italie du nord. Elle a un petit appart étudiant proposé par la fac, qu'elle partage avec une autre personne. Un grand salon, une terrasse, une chambre pour 2, cuisine équipée, c'est spacieux et tout propre. Prix : 275 euros/ personne.

La différence entre le loyer en France et celui en Italie, c'est .... à peu près le montant des APL....
Mon expérience perso c'est que les étudiants dans les grandes écoles sont des vaches à lait. Donc ce n'est pas nécessairement représentatif du logement en France. Le logement hors de prix pour ce que c'est fait partie du transfert.

Exemple perso, il y a une grosse dizaine d'années, j'étais étudiant, d'abord en CPGE, je logeais en cité U, je payais 91€ par mois sur dix mois tout compris ni taxe, ni chauffage ni rien d 'autre en plus. J'avais le droit à 79€ d'APL, restait donc à charge 12€ par mois. J'avais le droit à une dizaine de mètre carrés, un lavabo individuel, le reste (cuisine, WC, douche) collectif, c'était dans une métropole française dans un beau quartier assez central, avec un arrêt de TEC rien que pour nous. C'était vieux mais propre, il y avait même une cafétéria universitaire qui était infecte mais pas chère. Pas de dépôt de caution, paiement à la fin du mois.

Ensuite je suis allé dans une école. Grosso modo la même surface, dans une ville dortoir de banlieue parisienne, cuisine et douche collectifs et WC collectifs, un lavabo individuel, donc pareil que l'autre. C'était vieux et moins propre. TEC exploitables (RER) à 20 ou 30 minutes à pied. 300€ par mois payable par trimestre en avance, avec dépôt de caution d'un mois. APL de 90€ minorés car société HLM "en théorie" alors que dans un logement du secteur privé j'aurais eu le double environ (c'est à dire que ce logement coûtait autant qu'un à 400€ CC environ dans le privé). Accès au réseau en sus, accès à la cafétéria associative en sus. Le logement n'avait rien coûté, il était avec un bail emphytéotique gratuit pour le terrain et les bâtiments avaient été payés par des entreprises sponsors dont les noms figuraient à l'entrée. Boîtes aux lettres collectives qui faisait qu'on se faisait souvent piquer le courrier. Il y avait un restaurant universitaire pas cher (tarif réglementé) mais très lent avec beaucoup d'attente qui faisait qu'on ne pouvait pas espérer aller en cours avant et après midi fallait forcément faire une croix sur l'un des deux, ou alors on pouvait payer le double environ en prenant le système par point sur une autre file, pour manger la même chose et il n'y avait pas d'attente.

Bref l'un 20 fois plus cher au m2 que l'autre. La différence ? Dans un cas on aide, dans l'autre on exploite.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
clairette2
~~+
~~+
Messages : 11156
Enregistré le : 04 déc. 2007, 09:36
Localisation : 06

Re: La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

#8 Message par clairette2 » 04 mars 2019, 14:56

Ben92 a écrit :
04 mars 2019, 13:47
clairette2 a écrit :
04 mars 2019, 12:00
La différence entre le loyer en France et celui en Italie, c'est .... à peu près le montant des APL....
Pourtant les loyers sont chers en Italie.
Le problème est que vous comparez Paris à une ville qui n'est pas comparable. Paris, ça se compare avec avec Londres ou New York.
(j'ai bien vu que vous parliez d'un campus qui n'est pas à Paris IM, mais ça reste l'agglomération parisienne).
Nan, plateau de Saclay, des champs et des chantiers, pas de superette, de restos, ni rien d'autre, bus rares le we pour rejoindre le RER, loin de Paris...
Il n'y a aucune raison pour que les loyers soient chers là-bas - ce ne sont que des terres agricoles autour- si ce n'est une gestion d'un parc privé à des étudiants captifs (c'est difficile de vivre hors campus sauf à avoir une voiture, et être un peu asocial) bénéficiant des APL.
« La moitié des hommes politiques sont des bons à rien. Les autres sont prêts à tout » Coluche

Ben92
-++
-++
Messages : 3754
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: La politique du logement envisagée par le rapport CAP22

#9 Message par Ben92 » 04 mars 2019, 15:40

clairette2 a écrit :
04 mars 2019, 14:56
Nan, plateau de Saclay, des champs et des chantiers, pas de superette, de restos, ni rien d'autre, bus rares le we pour rejoindre le RER, loin de Paris...
Il n'y a aucune raison pour que les loyers soient chers là-bas - ce ne sont que des terres agricoles autour- si ce n'est une gestion d'un parc privé à des étudiants captifs (c'est difficile de vivre hors campus sauf à avoir une voiture, et être un peu asocial) bénéficiant des APL.
Je connais le plateau Saclay, c'est cher pour les raisons de captivité des étudiants que vous évoquez ET que c'est à 25km de Paris. Ce ne serait pas du tout le même prix en province, même à Lyon. Pourtant il y a aussi les APL. La vraie raison est que Paris influence le prix immobiliers bien au-delà de 25km.

Répondre