[DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

Les meilleures files d'information, réunies par les modérateurs pour plus de lisibilité
Message
Auteur
Avatar du membre
FoX
~~+
~~+
Messages : 5664
Enregistré le : 15 oct. 2009, 09:46

[DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

#1 Message par FoX » 22 mars 2011, 12:41

Sujet parallèle à : [DOSSIER] Discussion autour du "mix énergétique" de demain !
Sujet parallèle à : [DOSSIER] Discussion autour de la consommation énergétique.

[NOTE PRÉALABLE #1 : Merci à tous les "pro-quelquechose" et "anti-quelquechose" de passer leurs chemins ou de réagir dans ce fil de discussion en argumentant et sans dogmatisme. Merci aussi aux trolls de passer définitivement leurs chemins. Enfin, merci aux modos & admin de bien vouloir virer de potentiels messages inutiles/insultants/scatos...[/NOTE]

[NOTE PRÉALABLE #2 : Je ne suis pas expert dans le domaine des énergies, loin de là. J'essaie juste d'apporter quelques informations tirées au fil du web (sources confirmées pour toutes !). N'hésitez donc à me MP pour toute potentielle erreur, commentaire ou ajout que vous souhaiteriez faire aux informations données sur ce message. D'avance, merci !
Ps : je ferai évoluer ce post au fur & à mesure ![/NOTE]


A - Objet de ce poste

L'idée est simplement de faire un point sur l'évolution de la production des différentes EnR depuis tous temps et spécifiquement cette dernière décade ; mais aussi d'en étudier le potentiel maximum afin de le mettre en parallèle avec la consommation.
En d'autres termes : si nous développions les ENR à leurs plein potentiels : serait-ce suffisant ?

Ensuite, pourquoi ne pas discuter d'un projet pour la société de demain sur ces thèmes ? ;)

B.1 - Rappel de ce que sont les EnR.

EnR : Énergie Renouvelable.

On s'aperçoit rapidement des limites d'une telle définition, dans le sens où le pétrole et le charbon peuvent être renouvelés (c'est juste très long !)... C'est pourquoi l'échelle de temps de ce renouvellement doit être limité pour qu'on parle d'EnR.
Cette échelle de temps est humainement égocentrique (as usual ;) ) puisqu'elle est à taille humaine. En d'autres termes, on parle d'une EnR si la ressource peut être renouvelée en moins de 25ans (une génération humaine). Il s'agit donc aussi de consommer/extraire autant de matière première qu'on en produit/laisse se renouveler.

Sont considérées comme des EnR :

* La Biomasse ou Bioénergie : Le bois.
* L'hydroélectricité : Barrage, usines marémotrices, hydroliennes, ...
* L'Éolien : Le vent.
* La Géothermie : Chaleur stockée dans le sous-sol.
* Le Solaire : Thermique et Photovoltaïque.

B.2 - Quel est l'importance de ces énergies aujourd'hui ? Quel était-il hier ? Que pourrait-il être demain ?

Au niveau de la production d'énergie primaire en Fr.

Au niveau de la production d'énergie primaire, la part des Énergies renouvelables représentent en 2009 en France 16.59%. Plus exactement, 6Mtep en électricité (éolien, hydro, photo), et 15.6Mtep en thermique (biomasse principalement).

Son évolution dans le temps :
Image
Notes :
- Les EnR représentaient 32% de l'énergie produite en 1973.
- Les EnR représentaient 12.5% de l'énergie produite en 2002.
- Les EnR représentaient 16.5% de l'énergie produite en 2009.
--> Si on a assisté à une baisse de la part des EnR jusqu'aux années 2000, cette dernière remonte (faiblement) depuis.
- Juste pour indication, la production d'énergie a baissé en 2009 ; ce qui semble n'être jamais arrivé auparavant.

Plus spécifiquement pour les EnR :
Image
Sous forme de graph :
Image

Au niveau de la consommation d'énergie primaire en Fr. (La FR a un taux d'indépendance énergétique de l'ordre de 50%)

Au niveau de la consommation d'énergie primaire, la part des Énergies renouvelables représentent en 2009 en France 6.2% + ?%.
Ce "?%" correspondant à la part des EnR comprise dans l'électricité primaire (cf. tableau ci-dessus).

Image

Néanmoins, d'après plusieurs sources, la part des EnR dans la consommation finale (et non pas d'énergie primaire) tourne autour de 10%.
La part des EnR produites en France représente selon mes calculs 7.23% de la consommation.

Et demain ?

Nous allons étudier plus après les potentiels réels actuels et donc les capacités de production énergétiques possibles de demain. A noter en aparté que les EnR augmentent généralement l'indépendance énergétique nationale.

Néanmoins, nous connaissons déjà le "projet" européen pour la France :
La France se voit ainsi fixer un objectif de 23% d'énergie renouvelable dans sa consommation énergétique d'ici à 2020.
Source.

Autant dire qu'il y a du boulot ! La question étant de savoir si c'est réalisable, et si oui de quelle manière ? Let's search it !

Calculs perso... spéciale pour Bulle immo ! ;)

Image
Ça relativise...

C.1 - La Biomasse ou Bioénergie : Le bois.
Dans le domaine de l'énergie, et plus particulièrement des bioénergies, le terme de biomasse désigne l'ensemble des matières organiques d'origine végétale (algues incluses), animale ou fongique pouvant devenir source d'énergie par combustion (ex : bois énergie), après méthanisation (biogaz) ou après de nouvelles transformations chimiques (biocarburant).
État des lieux : La Biomasse aujourd'hui.

Cette énergie est la plus importante des EnR :
- Bois : 9Mtep soit 45.37% de la production énergétique EnR ou 3.289% de la consommation d'énergie primaire.
- Biocarburants : 2.2Mtep soit 11.42% de la production énergétique EnR ou 0.828% de la consommation d'énergie primaire.
- Déchets urbains : 1.2Mtep soit 6.22% de la production énergétique EnR ou 0.451% de la consommation d'énergie primaire.
- Résidus agricoles (verts) : 0.3Mtep soit 1.76% de la production énergétique EnR ou 0.128% de la consommation d'énergie primaire.
- Biogaz : 0.3Mtep soit 1.49% de la production énergétique EnR ou 0.10% de la consommation d'énergie primaire.

Au total :
- 13.2Mtep soit 66.28% de la production énergétique EnR ou 4.80% de la consommation d'énergie primaire.

La Biomasse hier ?

Cette énergie est historique : la première de toute ! Ça a débuté par le fait de chauffer un plat au feu de bois (cf. sujet sur les barbeuc !)...
Faute de graphique, données, études trouvées, on peut néanmoins supposer que la part de la production énergétique à base de biomasse a augmenté en valeur dans le temps mais fortement diminué en proportion.

La Biomasse de 1800 à nos jours.

La Biomasse demain ?

On trouve de nombreuses estimations sur le web... La plupart sont fausses car partant de mauvaises données de calculs.

Un résumé qui me semble pertinent :
- La forêt couvre 28 % de la surface du territoire français soit 15 millions d’hectares. Son taux de croissance annuelle est d’environ 1 %.
- En France, la récolte annuelle de bois (52 millions de m3 en 2003) est inférieure à la production biologique de la forêt (125 millions de m3).
- Le chauffage au bois domestique consomme 7,4 millions de tonnes équivalent pétrole soit environ 50 millions de stères de bois.
- Une ressource supplémentaire de bois pour l’énergie d’environ 7 à 12 Mtep/an est mobilisable en plus des 9,4 Mtep prélevées actuellement (source ADE ME)
Source
Autre source

Nous pourrions donc selon une étude de l'Ademe produire entre 16 et 21Mtep d'énergie à base de biomasse.

Pour comparaison,

C.2 - L'hydroélectricité : Barrage, usines marémotrices, hydroliennes, ...
L'énergie hydroélectrique est une énergie renouvelable générée par le déplacement, la chute et le débit d'un cours d'eau douce, ou l'énergie de la marée et des courants marins concernant l'eau de mer. L'électricité est produite par des turbines qui sont entraînées par la force de l'eau.
État des lieux : L'hydraulique aujourd'hui.

Cette énergie est la seconde plus importante des EnR :
- 4.9Mtep soit 24.71% de la production énergétique EnR ou 1.80% de la consommation d'énergie primaire.
L’énergie hydraulique fournit le cinquième de l’électricité mondiale. En France, elle représente 14% de la production d’électricité et 95 % de l’électricité produite par les énergies renouvelables. La puissance installée s’élève à environ 24 000 MW. Elle contribue à produire 70 Téra Watt heure (TWh) par an d’électricité sur les 480 TWh consommés annuellement. Le parc de production électrique français a une capacité totale de l’ordre de 120 000 MW.
L'hydroélectricité est la deuxième source de production d'électricité en France après le nucléaire.
Image

Note : la production d'énergie hydraulique est aussi liée aux précipitations !
La production annuelle moyenne est de 69,3 TWh, avec des variations liées aux précipitations. Ces variations sont relativement amples, avec une production annuelle parfois supérieure de 15 % à cette moyenne (en 2001 ou 1994 par exemple), parfois jusqu’à 30 % inférieure lors des années de très faible pluviométrie comme en 2005, par exemple.
Source.

L'hydraulique hier ?

Comme pour la biomasse, les moulins à eau sont "vieux comme le monde" !

L'Hydraulique n'a pas bénéficié comme d'autres EnR de l'engouement de cette dernière décade pour les énergies renouvelables. En effet, la production hydraulique est globalement stable depuis longtemps et diminue donc en proportion (elle représentait dans les années 60 entre 50 et 60% de la production électrique en France !).

L'hydraulique demain ?
Dans le cadre du Grenelle de l'environnement en France, la filière hydroélectrique devrait être développée, afin d'atteindre à l'horizon 2020 une amélioration de 10 % de ses performances énergétiques.
En d'autres termes, il est prévu pour 2020 que la filière produise 5.4Mtep d'énergie.

Rappel de mes écrits précédents sur les limitations du développement de l'hydraulique :
Ce développement rencontre néanmoins des contraintes... entre autre écologiques !
En effet, cette énergie est l'une des plus difficiles à développer en France du fait des réglementations protégeant les cours d'eau qui limitent fortement l'ouverture de nouveaux sites de production ; principalement sur les cours d'eau protégés, nombreux en France. A cela s'ajoute les droits de propriété privée sur les berges, etc.
Dans le monde ?

Image
On remarquera qu'à part en Asie-Pacifique, ça a tendance à stagner voire baisser.

C.3 - L'éolien (terrestre, offshore)

État des lieux : L'éolien aujourd'hui.

Cette énergie est selon moi le potentiel outsider des EnR :
- 0.7Mtep soit 3.34% de la production énergétique EnR ou 0.34% de la consommation d'énergie primaire.

Image
En effet, en janvier 2007, la France n’était que le 6ème pays Européen en terme de puissance éolienne installée sur son territoire (tous types d'éoliennes confondus), alors que l’Allemagne, pionnier incontestable de l’éolien, représentait près d'un quart de la production mondiale (23,6%) soit près de 10 fois plus que la France.
L'éolien hier ?

Mis à part les moulins, soyons sincères : cette énergie n'était pas vraiment utilisée hier.

Cette énergie a commencé à être exploité dans les années 2000, comme le montre ce graphique...
Image
Image

L'éolien demain ?

Le potentiel français en terme d'éolien est le second en Europe ! Rien que cela...
Image
Si ce potentiel était mobilisé en 2040, il représenterait alors 31 % de la consommation française prévisible d’électricité. Cette production de 200 TWh/an pourrait se répartir comme suit :
* 8000 éoliennes offshore de 5 MW sur 40 grandes centrales installées entre 15 et 40 km de la côte, à des profondeurs maximales d'eau de 200 m ;
* 8000 éoliennes terrestres de 3 MW, soit moins du quart du nombre de pylônes très haute tension (400 kV) installés en France (qui mesurent 50 à 55 m de haut - et jusqu’à 100 m dans les zones vallonnées, contre 80 à 100 m pour les mâts des grandes éoliennes).
200Twh/an n'est pas significatif dans cette étude (car nous parlions jusque là en Tep).
Une fois la conversion faite (1 tep = 11 628 kWh), cela ferait : 17.2Mtep

Les objectifs du grenelle (le projet de Kyoto n'a pas atteint ses objectifs, pour simple rappel) :
En France, le Grenelle de l’environnement a fixé des objectifs ambitieux pour cette filière puisque l’éolien représente un quart de l’objectif de 23% d’énergie renouvelable dans la consommation énergétique de la France en 2020, ce qui représente 25 000 MW, dont 6 000 MW en mer. 6 000 éoliennes supplémentaires devront être installées, soit trois fois plus qu’actuellement. L’essentiel des projets, sur terre comme en mer, qui permettront d’atteindre ces objectifs sont à ce jour identifiés.
Potentiel européen :
Image

Le Nord de l'Allemagne est alimenté en électricité éolienne à hauteur de 25% ! (stats nationales beaucoup plus basses, du fait de la moitié sud du pays qui n'a aucun éolienne par manque de gisements)

C.4 - La Géothermie

La géothermie désigne le processus permettant de capter en profondeur la chaleur terrestre, et l’exploiter via un système de canalisations afin de l’exploiter en surface sous forme d’électricité ou de chaleur.
La chaleur présente dans les profondeurs vient du centre même de la Terre, et est ainsi répartie également sur l’ensemble de sa surface. Ainsi, il n’existe pas de bon ou mauvais site géothermique, la chaleur naturelle étant tout simplement disponible partout sous nos pieds. La seule variable déterminant le choix d’un site reposera sur la facilité d’accès à cette ressource (composition du sous-sol, situation en surface, etc.).
Vrai et faux. Vrai pour le particulier mais pour une utilisation industrielle, il est bien évident qu'il faudra prendre en compte le potentiel (cf. carte plus après).

État des lieux : La Géothermie aujourd'hui.

Cette énergie est la seconde moins importante des EnR (juste au dessus du solaire) :
- 0.119Mtep soit 0.60% de la production énergétique EnR ou 0.043% de la consommation d'énergie primaire.
Pour exemple, en Ile-de-France, la géothermie peut être considérée comme une des premières énergies renouvelables : en effet, la région compte à ce jour 34 centrales géothermiques en fonctionnement, dont 16 dans le seul département du Val-de-Marne qui représente 40 % de la géothermie française!
La Géothermie hier ?

On pourra citer l'exploitation très ancienne de thermes.
Cela restera accessoire dans l'histoire des énergies utiles à l'homme.

La Géothermie demain ?

Gisement géothermique de la métropole FR:
Image
La quantité moyenne d’énergie des roches de la croûte terrestre par km3 représente environ 15 millions de tep
Si on s'en tient à cette indication, on peut imaginer le très fort potentiel de cette énergie !

Malheureusement, je n'ai pas trouvé de potentiel quantifié ; uniquement les objectifs du grenelle...

Objectifs du Grenelle :
Le Grenelle de l’Environnement prévoit une contribution de la géothermie à hauteur de plus de 1,3 million de tonnes équivalent pétrole en 2020.
Image

Ailleurs dans le monde...
Les Philippines produisent 25 % de leur électricité par géothermie.

C.5 - Le Solaire

État des lieux : Le Solaire aujourd'hui.

Cette énergie est la moins importante des EnR :
- Thermique : 0.052Mtep soit 0.26% de la production énergétique EnR ou 0.019% de la consommation d'énergie primaire.
- Photovoltaïque : 0.014Mtep soit 0.07% de la production énergétique EnR ou 0.005% de la consommation d'énergie primaire.

Au total :
- 0.066Mtep soit 0.33% de la production énergétique EnR ou 0.024% de la consommation d'énergie primaire.

Bref... C'est infinitésimale ! ... et pourtant, tant médiatisé.
Il est intéressant de prendre note à ces calculs de la relativité entre "mise en avant médiatique" et "réalité du terrain" !

Le Solaire hier ?

La technologie photovoltaïque a été découverte au 19ème siècle.
Cette technologie au plan industriel est elle aussi assez récente...
Après une période essentiellement consacrée au développement de l'énergie hydraulique, des essais de développement industriel de centrales solaires thermiques ont été couronnés d'un succès technique, mais non économique, car arrivant au moment où le prix du pétrole diminuait à nouveau [1]. Néanmoins, depuis les années 1970 et 1980, son développement prend du retard alors que le développement du photovoltaïque est favorisé. Dès lors, seule des petites unités de solaire thermique (chauffe-eau individuel ou de petites collectivités, piscines, etc.) sont fonctionnelle, au détriment du solaire thermique lourd destiné à produire de l'électricité.
Le Solaire demain ?

Gisement solaire FR.
Image
Image

Potentiel solaire...
En moyenne dans le monde chaque m2 reçoit 1 700 kWh par an.
Bien entendu, il faut à cela retrancher le nombre d'heure non ensoleillement ; et les pertes de transfert de l'énergie solaire en énergie thermique (30% de perte) ou photovoltaïque (90% de perte), etc.

Là encore, le potentiel est très large... mais les limites évidents : le coût, la rentabilité et le "bilan pollution" (je pense spécialement au photovoltaïque) très critiqué.

En Europe ?

Gisement solaire européen...
Image
Modifié en dernier par FoX le 23 mars 2011, 22:39, modifié 1 fois.
Liste d'ignorés : "Ahsoka Tano", "Shermann", "Nuwanda", "Manudesol", "maxihome", "12°5".

Avatar du membre
FoX
~~+
~~+
Messages : 5664
Enregistré le : 15 oct. 2009, 09:46

Re: [DEBAT] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR en FR

#2 Message par FoX » 22 mars 2011, 15:28

Synthèse des potentiels de chaque type d'EnR :

Développement potentiel des différentes EnR sous 20-40 ans :

* La Biomasse : "Nous pourrions donc selon une étude de l'Ademe produire entre 16 et 21Mtep d'énergie à base de biomasse."
* L'hydroélectricité : "En d'autres termes, il est prévu pour 2020 que la filière produise 5.4Mtep d'énergie."
* L'Éolien : "En 2040 (...) 17.2Mtep"
* La Géothermie : Objectif du grenelle entre 2.5Mtep et 3Mtep pour 2020
* Le Solaire : Objectif du grenelle entre 0.5Mtep et 1Mtep pour 2020

Au total, cela nous amènerait sur une horizon 2020-2040 à une production d'énergie "verte" de l'ordre de 41.6-47.6Mtep.
Pour rappel, la consommation énergétique finale est aujourd'hui de 162Mtep et elle est prévue en baisse sur ces prochaines décades.

En conclusion à ces recherches, dans le cas où le soutien aux EnR continue, voire s'intensifie, on peut espérer qu'à horizon 2030 (on coupe la poire en deux), 25% de l'énergie consommée provienne d'EnR.

Chacun tirera ses conclusions... n'hésitez pas à les partager ici. ;)

Pour ma part, je doute que "l'abondance" des ressources et les conditions géopolitiques (permettant un actuel relatif "libre" accès aux énergies fossiles) nous laisse autant de temps ; et nous permettent alors d'être encore autant dépendant d'autres pays.
Je pense donc que les développements des EnR doivent s'intensifier en favorisant (à première vue & dans l'ordre d'importance) : La biomasse, l'éolien terrestre et offshore et enfin le solaire thermique.
Liste d'ignorés : "Ahsoka Tano", "Shermann", "Nuwanda", "Manudesol", "maxihome", "12°5".

aquafiestas

Re: [DEBAT] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR en FR

#3 Message par aquafiestas » 22 mars 2011, 16:07

Il apparait donc clairement que des économies d'énergies sont indispensables.

Merci.

Peut-on chiffrer le potentiel d'économie d'énergie réalisable dans le même laps de temps ?

L'idéal étant de combler la différence...Je doute que cela soit réalisable complétement mais si il reste quelques 10 ou 20% d'énergie non renouvelable à utiliser, on aura déjà fait un grand pas !

Avatar du membre
FoX
~~+
~~+
Messages : 5664
Enregistré le : 15 oct. 2009, 09:46

Re: [DEBAT] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR en FR

#4 Message par FoX » 23 mars 2011, 09:49

Complément d'info :
Production régionale d’électricité renouvelable et part dans la consommation finale d’électricité en 2008
Image
Source : SOeS
Liste d'ignorés : "Ahsoka Tano", "Shermann", "Nuwanda", "Manudesol", "maxihome", "12°5".

Avatar du membre
FoX
~~+
~~+
Messages : 5664
Enregistré le : 15 oct. 2009, 09:46

Re: [DEBAT] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR en FR

#5 Message par FoX » 23 mars 2011, 10:08

aquafiestas a écrit :Peut-on chiffrer le potentiel d'économie d'énergie réalisable dans le même laps de temps ?

L'idéal étant de combler la différence...Je doute que cela soit réalisable complétement mais si il reste quelques 10 ou 20% d'énergie non renouvelable à utiliser, on aura déjà fait un grand pas !
En effet, ça serait intéressant de voir jusqu'à quel point il est possible de "baisser" la "facture" énergétique. J'ai vu à plusieurs reprises une donnée de baisse de la consommation d'énergie estimée pour ces prochaines décades d'environ 5%. Je ne sais pas ce que ça vaut, ni comment ça a pu être calculé...

On sait que les principaux leviers pour faire baisser la conso énergétique sont :
- Les activités/secteurs liés à l'utilisation de pétrole,
- Les activités/secteurs liés à l'utilisation de gaz,
- Les activités/secteurs liés à l'utilisation d'électricité,

En gros, ces trois points représentent 50-20-20% de la consommation globale.

Pour le pétrole, on a un lien intéressant ici sur la consommation finale. On se rend compte que c'est très majoritairement lié au transport individuel et "industriel" (+50%), mais aussi au chauffage (fioul domestique ; +15%). Développer les transports en commun et des moyens de transport consommant moins (voire électrique) est une solution pouvant impacter fortement la consommation globale. Pour le fioul domestique, il "suffirait" de développer la géothermie individuelle ou la biomasse (cheminée & assimilé !) pour le chauffage de nos résidences...

Pour le gaz, on a un lien intéressant ici sur la consommation finale. Le Résidentiel-tertiaire, puis l'industriel font la part belle de la consommation. Pour le Résidentiel-tertiaire, j'ai pu lire à plusieurs reprises que de fortes économies pouvaient être réalisées au niveau des bâtiments publics. Le chauffage quoi qu'il en soit revient là aussi sur le devant de la scène. La solution serait peut-être la même que pour le fioul domestique ? Et dans les deux cas, l'isolation, l'isolation et l'isolation !

Pour l'électricité, on a un lien intéressant ici sur la consommation finale. On trouve globalement les mêmes consommateurs que pour le gaz.

Il faudrait donc maintenant trouver des infos sur les solutions proposées et voir quels sont les objectifs (atteignables) sous 10/20/50 ans sur les économies possibles à réaliser sur ces énergies.

Reste tout de même un problème de taille concernant les EnR : Elles fournissent électricité et chaleur... mais ne proposent pas de solutions au niveau du transport individuel et collectif. A moins que ce secteur passe au tout électrique !
Liste d'ignorés : "Ahsoka Tano", "Shermann", "Nuwanda", "Manudesol", "maxihome", "12°5".

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse

Re: [DEBAT] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR en FR

#6 Message par fabinoo » 23 mars 2011, 11:18

Fox, arrête d'ouvrir des sujets sérieux, tu vas traumatiser tout le monde :mrgreen:

Merci, en tout cas.

lebouru
-++
-++
Messages : 4383
Enregistré le : 04 déc. 2005, 01:42
Localisation : chateau la valliere

Re: [DEBAT] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR en FR

#7 Message par lebouru » 23 mars 2011, 11:50

bref comme l'on dit cochet ou janco , on ne pourra pas s'affranchir d'une BAISSE de la consommation GLOBALE !!! Vu quela majorite des citoyens sont accros au consumerisme et au gachisme cela ne pourra se faire que par la contrainte via une flambee des prix qui mettra dans la mouise toute une partie de la population qui consomme peu et fait deja gaffe faute de moyen !!! Ah oui le marche est intelligent !!! :mrgreen:
La decroissance n'est pas le retour au moyen age. La sainte croissance perpetuelle basee sur le consumerisme productviste est une escroquerie esclavagiste qui ne profite d'abord et surtout qu'aux rentiers , aux banksters et a une caste!

Avatar du membre
FoX
~~+
~~+
Messages : 5664
Enregistré le : 15 oct. 2009, 09:46

Re: [DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

#8 Message par FoX » 25 mars 2011, 12:01

Document de synthèse sur le scénario négaWatt 2006 (version 1.0.1 - 216 Ko, format PDF)

Intéressant ! Une proposition sur l'évolution et de la consommation (sobriété et efficacité énergétique) et de la production (remplacement des énergies fossiles par les EnR).
Liste d'ignorés : "Ahsoka Tano", "Shermann", "Nuwanda", "Manudesol", "maxihome", "12°5".

seb-seb
-++
-++
Messages : 4732
Enregistré le : 25 avr. 2008, 08:50

Re: [DEBAT] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR en FR

#9 Message par seb-seb » 25 mars 2011, 12:07

FoX a écrit :décades
Décade désigne une période de 10 jours. Le terme adéquat est décennie.

Vous vous souvenez sans doute du débat Chirac-Jospin où le socialiste avait repris le gauliste sur ce terme.

En anglais, décennie, c'est decade, d'où le mélange.

Fin de l'hommage à Maitre Capello.

Avatar du membre
FoX
~~+
~~+
Messages : 5664
Enregistré le : 15 oct. 2009, 09:46

Re: [DEBAT] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR en FR

#10 Message par FoX » 25 mars 2011, 12:33

seb-seb a écrit :Décade désigne une période de 10 jours. Le terme adéquat est décennie.
Sans rentrer dans un débat grammaticale, "Décade" est aussi accepté pour "période de dix ans" par un certains nombre de grammairiens... mais il est vrai que si l'on souhaite être précis et enlever toute potentielle mauvaise compréhension, "décennie" est à privilégier ! Merci donc pour le rectificatif/complément et désolé pour les possibles erreurs de compréhension. :oops:

Edit (pour pas flooder la file) :
seb-seb a écrit :Rien de méchant, c'était un clin d'oeil ;o)
Je l'avais pris comme tel. Mon remerciement était réel et sincère ;)
Modifié en dernier par FoX le 25 mars 2011, 12:48, modifié 2 fois.
Liste d'ignorés : "Ahsoka Tano", "Shermann", "Nuwanda", "Manudesol", "maxihome", "12°5".

seb-seb
-++
-++
Messages : 4732
Enregistré le : 25 avr. 2008, 08:50

Re: [DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

#11 Message par seb-seb » 25 mars 2011, 12:37

Rien de méchant, c'était un clin d'oeil ;o)

Avatar du membre
FoX
~~+
~~+
Messages : 5664
Enregistré le : 15 oct. 2009, 09:46

Re: [DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

#12 Message par FoX » 09 févr. 2012, 14:20

Sortie du Manifeste négaWatt
Ici : http://www.negawatt.org/

Et aussi...

Scénario Negawatt 2011
Ici : http://www.negawatt.org/scenario-negawatt-2011-p46.html
Liste d'ignorés : "Ahsoka Tano", "Shermann", "Nuwanda", "Manudesol", "maxihome", "12°5".

Tassin
Messages : 1045
Enregistré le : 16 déc. 2011, 16:24

Re: [DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

#13 Message par Tassin » 09 févr. 2012, 14:57

@ FoX :

Excellente synthèse. Je me permets d'ajouter le rapport 2011 de Negawatt. Pour ma part je les trouve trop volontaristes sur la biomasse (dont on aura aussi besoin pour l'agriculture avec les BRF entre autre) et pessimistes sur l'éolien et le PV.
Ces 2 énergies ont un potentiel énorme.
http://www.negawatt.org/telechargement/ ... 111017.pdf


Tu mettais 200TWh de potentiel d'ici à 20/30ans pour l'éolien et je partage cet avis réaliste. Ca fait quand même 42% de la consommation électrique Française base 2011.

Par contre je pense que tu sous-estime pas mal le potentiel du PV. Regardons par exemple ce qu'il s'est passé en Allemagne ces 2 dernières années.
Et l'Allemagne est d'ors et déjà équipée de 24GW de PV! Produisant plus de 20TWh annuels. Et c'est pas près de s'arrêter.
Les prix des modules à l'installation ont été divisés par 3 en 2 ans et la parité réseau sera là dans la majorité de l'Europe avant 2015 (elle est déjà à parité réseau dès cette année en Italie).
http://tecsol.blogs.com/mon_weblog/2012 ... magne.html

Je pense qu'à l'horizon même de 2020 il est difficile de se fixer des objectifs tellement la situation évolue vite (et en bien) dans le secteur. Mais si la politique énergétique de la France change en 2012 on peut tabler sur 5GW/an installés en moyenne d'ici 2020. Ce qui porterait la puissance à une petite 40aine de GW. Soit 40TWh supplémentaires. Les Allemands seront surement autour de 60GW de PV d'ici là.

Avec la RT 2012 le solaire thermique va devenir quasiment la norme. Maintenant il faudrait encourager davantage à la rénovation dans le domaine. Les installations stagnent depuis 2ans.
Et puis on ne dira jamais assez que l'essentiel dans tout ça est de faire tendre la consommation à la baisse, c'est à dire l'inverse de la tendance actuelle. Encore une fois les Allemands sont en pointe là dessus : ils augmentent leur part de renouvelable chaque année, tout en consommant 15% de moins par habitant que les Français et en réduisant tous les ans leur consommation quand nous l'augmentons. Le tout en ayant conservé une industrie alors que nous l'avons exportée (et ses consommations énergétiques avec).

Question régulation, la conversion de quelques barrages en STEP est une solution économique et déjà au point, avec de plus un excellent rendement. Mais les interconnexions HVDC à priori permettraient de limiter grandement les besoins de stockage.
http://www.decouplage.org/article-europ ... 96565.html

Avatar du membre
vortex
Messages : 597
Enregistré le : 20 avr. 2009, 23:15
Localisation : Rennes

Re: [DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

#14 Message par vortex » 09 févr. 2012, 17:34

J'ai peut etre mal lu, mais tu n'aborde pas la cogénération.

Procédé consistant à produire en même temps et dans la même installation de l’énergie thermique (chaleur) et de l’énergie mécanique. L’énergie thermique est utilisée pour le chauffage et la production d’eau chaude à l’aide d’un dispositif (échangeur). L’énergie mécanique est transformée en énergie électrique grâce à un alternateur (dynamo). Elle est ensuite revendue à EDF ou consommée par l’installation. Cette source d’énergie faisant fonctionner une turbine ou un moteur.
source : http://www.acqualys.fr/pages/index.php? ... Définition


http://fr.wikipedia.org/wiki/Cogénération

La cogénération (ou « co-génération ») est un principe de production simultanée de deux énergies différentes dans le même processus. Le cas le plus fréquent est la production d'électricité et de chaleur, la chaleur étant issue de la production électrique ou l'inverse. Au sens plus large, l'énergie électrique peut être remplacée par l'énergie mécanique. Ces systèmes sont à haut rendement (de 80 % à 90 % en général) bien que le sens de ce rendement doit être considéré avec précaution. Un cogénérateur valorise l'énergie thermique produite.

A noté que la cogeneration, arrive chez le particulier. A savoir une chaudière de 9/15kw fonctionnant au fuel/gaz/granulé de bois couplé à un moteur Stirling. Il semblerais que l'ensemble peut produire jusqu'a 3kw tout e chauffant la maison. Qualité ou défaut, ca produit de l'électricité surtout en période froide la ou justement on en a besoin. Le cout est élevé (les quelques tarifs que j'ai pu voir sont de l'ordre de + de 20k€) et ca reste nouveau sur le marché (technologie non éprouvé sur plusieurs decenie).

Autre technologie en test actuellement en Bretagne : l’hydrolienne ou éolienne sous-marine
source : http://www.ecosources.info/dossiers/Hyd ... ous-marine
Les hydroliennes exploitent l’énergie des courant de marées. Une source d’énergie particulièrement intéressante car elle est régulière et inépuisable. A l'image de l’éolien qui utilise l’énergie cinétique de l’air, l’hydrolien utilise l’énergie cinétique de l’eau.

La production d’électricité est prévisible, puisque les marées peuvent être calculées à l’avance.

les courants marins constituent une ressource énergétique intéressante car la densité de l’eau est importante, 1 000 fois supérieure à celle de l’air.
A noté le potentielle intéressante de cette source d'enr : production prévisible en fonction des marée et apparemment en quantité énorme (prendre les pincettes nécessaire tout de même).

En dehors de la question de la production, la question du transport et de la consommation d'énergie est à poser. Je me rappelle un exercice en physique de terminal de calculer les pertes par effet joule de l'ensemble du réseau EDF, au milieu des années 90 c'était l'équivalent d'une central nucléaire qui partait ainsi (je pense qu'il faudrait faire le calcule, les données sont disponibles, je ne sait pas si les valeurs données à l'époque étaient réel, le prof de physique ne paraissant pas spécialement pro ou anty nucléaire). Produire mieux et surtout plus proche des centres de consommations semblerait déjà un potentiel d'économie (certes définie mais à portée de main)
Enfin la manière de consommer, le tout électrique français, montre ses limites actuellement. Je ne suis pas trop pour que l'état subventionne, mais supprimer la TVA sur tous les produits isolants, ainsi que sur les travaux pour leur mise en œuvre pourrait donné un coup de fouet bien plus important qu'un dpe peut efficace. Une taxe foncière modulée en fonction de la consommation d'énergie par rapport la surface habitable est aussi une piste.

Edit: pour le solaire thermique je peut vous faire un retour d'experience de 6 mois.
Quand je nourris un pauvre, on dit que je suis un saint. Mais quand je demande pourquoi il est pauvre, on me traite de communiste.Hélder Câmara

Avatar du membre
JohnLord
-++
-++
Messages : 4870
Enregistré le : 21 avr. 2009, 15:11
Localisation : Au sommet

Re: [DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

#15 Message par JohnLord » 09 févr. 2012, 17:45

vortex a écrit :mais supprimer la TVA sur tous les produits isolants, ainsi que sur les travaux pour leur mise en œuvre pourrait donné un coup de fouet bien plus important qu'un dpe peut efficace.
J'ai bien peur que l'impact d'une telle mesure finisse comme celle sur la TVA restauration.
116233

Avatar du membre
pigiste
~~+
~~+
Messages : 8172
Enregistré le : 27 mai 2009, 15:12

Re: [DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

#16 Message par pigiste » 09 févr. 2012, 18:48

vortex a écrit : http://fr.wikipedia.org/wiki/Cogénération

La cogénération (ou « co-génération ») est un principe de production simultanée de deux énergies différentes dans le même processus. Le cas le plus fréquent est la production d'électricité et de chaleur, la chaleur étant issue de la production électrique ou l'inverse. Au sens plus large, l'énergie électrique peut être remplacée par l'énergie mécanique. Ces systèmes sont à haut rendement (de 80 % à 90 % en général) bien que le sens de ce rendement doit être considéré avec précaution. Un cogénérateur valorise l'énergie thermique produite.
Une des applications pratiques et possible à grande échelle de la cogénération, c'est de récupérer la chaleur des compresseurs qui servent à faire du froid.

J'ai par exemple toujours pensé qu'il faudrait clouer au pilori les maires qui construisent une patinoire sans récupérer la chaleur, par exemple pour chauffer une piscine.

L'été, on voit une absurdité totale : Des millions de climatiseurs qui soufflent de lair chaud dehors ; et dans ces mêmes bâtiments il y a des chauffe-eau qui tournent pour faire chauffer de l'eau chaude sanitaire :roll:
La réduction d'impôt ce n'est pas de l'argent que l'on donne, mais de l'argent que l'on rend. Comme le bouclier fiscal. Nuance de taille !

La redistribution selon Cedric1973.

Avatar du membre
Pi-r2
Modérateur
Modérateur
Messages : 36015
Enregistré le : 08 juil. 2005, 19:31

Re: [DOSSIER] Discussion sur l'évolution & potentiel des EnR

#17 Message par Pi-r2 » 28 oct. 2012, 09:08

je me permet de rajouter la dernière étude d'un organisme mondialement reconnu sur l'énergie à horizon de 30 ans :mrgreen:
https://www.exxonmobil.com/Corporate/fi ... pub_eo.pdf
Les bonnes idées triomphent toujours. D'ailleurs c'est à cela qu'on reconnait qu'elles étaient bonnes.
mon statut de modérateur ne m'interdit pas de participer aux discussions. Je ne modère pas les discussions auxquelles je participe.