Trop peu d’impôts tue l’Euro

Les meilleures files d'information, réunies par les modérateurs pour plus de lisibilité
Message
Auteur
paulitis21
Messages : 139
Enregistré le : 02 juil. 2008, 13:28
Localisation : Ile de France

Trop peu d’impôts tue l’Euro

#1 Message par paulitis21 » 30 mars 2012, 21:36

Trop peu d’impôts tue l’Euro

Le titre est une boutade presque aussi simpliste que l’idéologie « Trop d’impôt tue l’impôt », ce post est une synthèse comparative des recettes des états en Europe occidentale qui connait une crise de la dette. La synthèse est macro-économique et basée sur des ratios par rapport au PIB, PIB qui est censé mesurer la richesse d’un pays.

Pour ceux que les posts trop longs rebutent voici le résumé :

La crise depuis 2007 en Europe s’est traduite pas un transfert massif de la dette privée vers la dette nationale publique, elle a fortement amplifié les déficits qui étaient récurrents depuis des dizaines d’années : la situation s’aggrave.

Les « sauvetages » en cours ne sont qu’un nouveau transfert de dettes cette fois entre les états, via la BCE: le surendettement se propage des états cigales qui vivaient à crédit d’impôts vers les états fourmis : les cigales meurent « sauvées » et les fourmis tombent malades. Les scandales en Europe ce sont la Grèce mais surtout l’Irlande et son dumping fiscal et social.

Le modèle de PIB à crédit et de «Tax cut» est en faillite en Europe et comme les états n’ont pas voulu organiser la faillite des banques en 2008-2009 ce sont maintenant les banquiers qui organisent la faillite des états.
_____________________________________________
Je vous encourage quand même à lire le détail ou à parcourir les graphes qui rendent le sujet moins aride, la réalité des chiffres est la meilleure réponse aux préjugés, y compris ceux du FMI et de la BCE.

Méthode choisie : il est très difficile de comparer les niveaux d’imposition entre les différents pays, dans chaque pays la fiscalité est très complexe avec un empilement d’assiettes, de taux et d’exonérations qui font vivre des contingents entiers de parlementaires, de comptables, d’avocats fiscalistes, de commissaires aux comptes et de contrôleurs des impôts. En regardant uniquement le résultat c'est-à-dire le produit de l’impôt cela permet d’intégrer de-facto toutes les optimisations qui peuvent rendre un taux théorique de prélèvement parfaitement trompeur (vieille ficelle politique qui permet de justifier ce que l’on veut à partir d’un chiffre bien choisi). En regardant ce produit en pourcentage du PIB cela permet aussi de gommer les différences de taille et de richesse entre les pays et de créer une base comparable entre les pays. C’est la méthode qu’utilise la cours des comptes pour comparer la France et l’Allemagne.

Par contre cet agrégat ne permet de savoir ce qu’il faut réformer au sein de l’agrégat, il faut alors se replonger dans les détails, vous en trouverez quelques uns plus loin.
Seuls les vieux pays de l’Europe occidentale, dont ceux de la zone Euro ont été considérés, en excluant Malte, Chypre (trop petits et spécifiques pour être comparables) et la Norvège (rente pétrolière oblige). Les chiffres officiels des comparaisons sont essentiellement ceux publiés par Eurostat sur la période 1999-2010, 2010 étant la dernière année de référence (les chiffres 2011 commencent seulement à sortir).

La politique d’augmentation de la dette des états : les fondamentaux

La dette n’est que l’accumulation de déficits annuels, un déficit c’est quand l’état dépense plus qu’il ne gagne. Pour réduire la dette il faut donc à priori réduire les dépenses tout en augmentant les recettes. Premier constat en Europe: on fait le contraire depuis 10 ans et pire depuis 4 ans.
Image
Sources Eurostat :
http://epp.eurostat.ec.europa.eu/statis ... statistics
Série tec00021 http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/ta ... e=tec00021
Série tec00023 http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/ta ... e=tec00023

C’est le cas aussi de la France, en plus grave grâce à la « rilance » des déficits: (rappel 1% du PIB en France c’est presque 20 Milliards d’Euros en 2010)
Image
Source Eurostat série Série tec00021 et tec00023 et Insee pour 2011 http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapi ... e=20120330

Sur la décennie écoulée, les recettes se sont effritées alors que les dépenses ont fortement progressé surtout depuis 2008.
Ce constat est général dans la vieille Europe, si on regarde le palmarès des pays endettés en 2011 cela donne :
Image
Sources Eurostat série Série tipsgo10 http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/ta ... e=tipsgo10

Seuls deux changements par rapport au classement 2010 : l’Irlande poursuit son ascension ultra rapide et a dépassé le Portugal, l’Allemagne est passée derrière la France. Tous les pays ont connu une hausse de leur dette sauf l’Allemagne.
L’année 2011 marque cependant un tournant en Europe, après les mesures de réductions d’impôts et d’augmentation des dépenses prises par les états européens en entre 2008 et 2010 par la majorité des pays pour nous « sauver » de la crise bancaire et qui ont fait s’envoler la dette publique, des mesures de réductions des dépenses et d’augmentation des recettes commencent à être prises pour nous « sauver » du surendettement publique. On ne verra les effets qu’en 2012 et au-delà mais les mesures prises ne sont pas à la hauteur du problème et surtout ne traitent pas la cause, 2012 apportera certainement des remises en question plus profondes.

Qui ne paye pas assez d’impôts en Europe ? Qui est trop dépensier ?

Contrairement aux idées reçues, les pays les plus endettés ne sont pas en général les plus dépensiers, sauf l’Irlande. Le problème c’est que se sont aussi les pays qui collectent encore moins d’impôts et taxes :
Image
Source : Eurostat séries tec00021 et tec00023

Sans surprise la France fait partie des états très dépensiers (type Europe du Nord) et très collecteurs d’impôts
Le cas de l’Irlande est symbolique, ce pays – peu endetté au départ mais avec un secteur financier hypertrophié – a fait exploser ses dépenses en « sauvant » ses banques menacées de faillite par l’explosion des bulles immobilières et de crédit. Sa dette a explosé car ses revenus sont restés quasi stables et extrêmement faibles. Il est devenu en 2010 le pays où les impôts sont les plus bas avec des dépenses qui sont les plus élevées d’Europe, c’est plus effarant :shock: que la crise en Grèce. :!:

Image
Sur les graphes de la Zone Euro et de la France l’unité c’est 1% du PIB, pour l’Irlande l’unité c’est 5% du PIB
Source Eurostat série Série tec00021 et tec00023

Certes 2010 est l’année exceptionnelle du « super sauvetage » de la plus grosse banque mais 2009 était déjà calamiteuse et 2011 est très mauvaise selon l’estimation du ministère des Finances Irlandais (source Department of Finance http://www.finance.gov.ie Monthly economic bulletin February 2012)

En période de crise ou normale on justifie les déficits comme étant des investissements pour l’avenir, investissements qui génèreront des recettes supplémentaires. La reprise massive par l’état de créances immobilières douteuses (en fait déjà pourries vu l’explosion de la bulle) n’est en aucun cas un investissement dans l’avenir de l’Irlande. Reste l’argument du chantage (too big to fail) :evil: : c’est soit le renflouement d’une minorité soit le chaos pour tous :roll: . Céder au chantage ne fait que renforcer les maitres chanteurs mais surtout il existe bien d’autres solutions comme la restructuration et cloisonnement des activités financières plus une vraie rigueur dans les dépenses et les recettes: c’est la douche froide pour une minorité (qui s’en remettra vite) et le régime minceur raisonnable pour tous.

En attendant le « sauvetage » en Irlande tel qu’il est actuellement (très mal) organisé ne pourrait aboutir à une maîtrise de la dette que par l’introduction d’une augmentation massive des impôts en Irlande très improbable (qui provoquerait une récession encore plus massive et serait invalidée par les élections ou les émeutes) ou par un nouveau transfert massif de dette cette fois ci de l’état Irlandais vers les autres pays via la BCE et le FMI (transfert déjà largement en cours avec notre super Mario qui se prend pour Ben Banking) donc un transfert de la dette vers les autres états et contribuables d’Europe qui sont pourtant déjà tous plus imposés qu’en Irlande. Du grand n’importe quoi.

On retrouve le schéma si bien décrit dans l’excellent post de Jean Dupont: Le bernankisme, invention de l'impôt universel viewtopic.php?p=60366#p60366

Si on regarde ce qui s’est passé en Europe sur les 10 dernières années on a grosso modo le même phénomène : effritement des recettes des états et hausse sensible des dépenses depuis 2007-2008 et le début du transfert des dettes bancaires vers la dette publique.

Dépenses des états sur une décennie : forte hausse

Image
Source : Eurostat série tec00021

Le cas effarant de l’Irlande a déjà été commenté, la hausse des dépenses en UK est impressionnante aussi mais en UK au lieu de s’attaquer à la cause de la dette (le renflouement des banques par l’état) on s’attaque depuis 2011 aux conséquences : la hausse des dépenses sociales liée à la crise, on coupe alors massivement dans les dépenses ce qui entretient la crise.

Le cas de la Suède est intéressant : le champion de la baisse des recettes depuis 10 ans (-6 points de PIB) et aussi le champion de la baisse des dépenses (-5 points de PIB). C’est impressionnant en valeur comme en cohérence.

Recettes des états sur une décennie : érosion en Europe

Image
A part l’érosion pour tous, seuls 2 pays ont connu une baisse sensible de leurs recettes en 10 ans: l’Espagne pour cause de faillite immobilière depuis 2007 et la Suède pour cause de refonte organisée des dépenses et recettes publiques.

Qui paye l’impôt le plus douloureux en Europe?

Dans chaque pays on retrouve le même refrain de calimero « nous sommes les plus imposés au monde » mais les impôts sont plus ou moins douloureux selon qu’ils sont plus ou moins directs et visibles.
Eurostat les décompose en 3 catégories principales:
1. L’impôt sur les revenus et le patrimoine : cet impôt direct concerne les ménages comme les entreprises et c’est le plus douloureux/polémique car ce sont des Euros que l’on a gagné et que les Etats viennent nous reprendre. En France cela inclus : l’impôt sur le revenu, la CSG+RDS, l’ISF, l’impôt sur les bénéfices des sociétés,
2. Les cotisations sociales (salariales et patronales): moins visibles chez les salariés car prélevées à la source, très sensibles pour les entreprises
3. Les impôts sur la production, les produits et les importations : comme la TVA, la taxe sur l’essence (TIPP), les droits de douanes… Selon que les prix sont affichés TTC ou HT, ils seront plus ou moins perceptibles par les citoyens consommateurs mais seront très perceptibles pour les intermédiaires comme les commerçants/artisans. Ces impôts incluent également la taxe foncière des entreprises.

Sources Eurostat : document KS-DU-11-001-EN-C «Taxation trends in theEuropean Union 2011 Edition »
http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ ... 001-EN.PDF http://ec.europa.eu/taxation_customs/ta ... dex_en.htm
et séries statistiques
http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal ... ain_tables http://appsso.eurostat.ec.europa.eu/nui ... ag&lang=fr

L’impôt de la douleur en Europe : en France, même pas mal !

Commençons donc par l’impôtle plus polémique, celui sur les revenus et le patrimoine même si c’est celui qui rapporte le moins en général aux Etats :
Image
Source Eurostat série tec00018 http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/ta ... e=tec00018

Les pays du modèle social du nord de l’Europe sont les plus taxés et la France fait partie des pays les moins taxés (et oui…..et pourtant la CSG est incluse dans ce chiffre !) et fait jeu égal avec l’Allemagne (la France taxant légèrement moins); les champions de la faible taxation étant également les champions de la dette. Le Danemark a un impôt record sur les revenus et les patrimoines mais on verra plus loin que c’est un choix de répartition entre les différentes catégories d’impôts.

L’Irlande et la Grèce posent problème avec leur faible taux effectif : en Grèce car le taux officiel ne correspond pas à la réalité (inefficacité de la collecte, fraudes, exonérations clientélistes) en Irlande à cause d’un taux officiel bien trop faible au regard de la dette.

On nous raconte souvent que ce type d’impôt est pervers car il décourage les vrais créateurs de richesses (donc de PIB), les entrepreneurs comme les sociétés ; visiblement les pays les plus « encouragés » Grèce, Portugal, Espagne, Irlande n’ont pas dû en faire assez….et les pays les plus « découragés » Danemark, Suède, Finlande ont dû sombrer dans la pauvreté. « Trop d’impôt tue l’impôt », vous y croyez encore ?..... :roll:

Toujours moins fort, l’impôt de la douleur est en légère baisse depuis 10 ans :

Image

La baisse en Irlande depuis 2007 s’explique par la baisse des revenus suite à l’explosion de la bulle immobilière et bancaire, baisse qui a été plus forte que celle du PIB. Pour les autres pays la tendance est plutôt à l’effritement.

L’idéologie du « trop d’impôt tue l’impôt » appliquée aux tranches les plus élevées était triomphante depuis 15 ans en Europe, les taxes sur les bénéfices des sociétés ont été baissées en diminuant le taux d’imposition maxi de plus d’un tiers en Europe :
Image
Source Eurostat doc KS-DU-11-001-EN-C

De même on a abaissé, un peu, le taux d’imposition pour les revenus des ménages de la tranche la plus élevée en Europe :
Image

Par contre cette baisse du taux sur la tranche maxi ne signifie pas grand-chose car les ménages de cette tranche ont un taux réel bien plus faible du fait du recours massif aux optimisations et niches fiscales dans beaucoup de pays.
L’érosion de l’impôt sur les revenus et le patrimoine entre 1999 et 2010 concerne aussi la France mais cela est dû à une baisse des impôts sur les revenus des sociétés alors que les impôts sur les particuliers ont été en très légère hausse.
Avec un impôt sur les revenus aussi bas en France par rapport aux autres pays européens, il reste de la place pour aligner le régime ultra favorable des plus-values foncières et immobilières sur celui des valeurs mobilières, non ? Taxer la rente de situation foncière et immobilière pour réduire la dette publique, j’en rêve….

A propos si l’Allemagne et la France sont très proches en % par rapport au PIB pour l’impôt sur les revenus, cela cache le fait qu’en Allemagne les ménages sont beaucoup plus imposés qu’en France sur leurs revenus car le PIB par habitant est plus élevé.

Le barème de l’impôt sur le revenu en Allemagne est plus sévère qu’en France :
Image
Source : cour des comptes, rapport thématique « LES PRELEVEMENTS FISCAUX ET SOCIAUX EN FRANCE ET EN ALLEMAGNE »
http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/ ... 032011.pdf

De plus il y a moins de niches fiscales en Allemagne qu’en France, les taux du barème représentent mieux la réalité de l’impôt en Allemagne. En France on compense le faible impôt sur le revenu par la CSG, de ce fait les impôts en France sont moins progressifs qu’en Allemagne. Curieusement les apôtres de la convergence avec l’Allemagne ne nous parlent jamais des taux plus élevé de locataires et d’impôt sur le revenu en Allemagne, un oubli sans doute. :wink:

Les cotisations et prestations sociales : La France championne d’Europe des cotisations…avec l’Allemagne

Côté cotisations sociales la France est championne de ce type d’impôts juste devant l’Allemagne (elle lui a ravi la première place depuis 2005). En face des cotisations collectées par l’état je vous ai mis les prestations sociales et redistribution.
Image
Source : Eurostat séries tec0026 http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/ta ... e=tec00026 et tec00019 http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/ta ... e=tec00019

Le Danemark compense sa très forte imposition des revenus & patrimoine par de très faibles cotisations sociales. Ouf, maintenant on sait pourquoi on n’a pas d’exode massif des entrepreneurs danois chez les PIGS.

L’Irlande continue de poser problème avec son taux très faible de cotisations au regard de sa dette financière.

Si on regarde l’évolution depuis 10 ans le taux de cotisations est resté très stable en moyenne en Europe, seules la Suède et l’Allemagne se distinguent par une baisse sensible: bien gérée, une baisse des cotisations sociales pourrait donc être efficace…
Image

Côté dépenses, les prestations sociales (maladie, famille, chômage, …) c’est très différent et très instable car la forte hausse du chômage a entraîné une forte hausse du cumul des prestations avec un PIB qui stagne ou qui baisse dans beaucoup de pays.
Image

C’est très net pour les PIGS qui voient leurs prestations sociales s’envoler +7 points de PIB pour la Grèce (qui fait la une des journaux depuis 3 ans) et pour l’Irlande (dont on ne parle presque jamais).

Il est intéressant alors de regarder la cohérence du modèle social de chaque pays en calculant le « déficit social fiscal » c'est-à-dire la différence entre les cotisations sociales et les prestations sociales :
Image
Remarque : la méthode de calcul d’Eurostat est la même pour toute l’Europe mais elle englobe quelques cotisations/prestations qui en France ne sont pas affectées aux comptes de la Sécu, le déficit « social fiscal » ne correspond donc pas exactement au « trou de la sécu » même s’il en est très proche.

Le plus intéressant c’est l’évolution depuis 10 ans :
Image

Le Danemark a fait le choix du déficit social structurel en finançant les prestations par un peu de cotisations et beaucoup d’impôts sur les revenus & patrimoine.

La Grèce et l’Irlande ont un déficit en forte croissance et parmi les plus élevés du fait de l’explosion du chômage, ce déficit étant financé par….RIEN donc de la dette :evil: . Ce sont deux formes de clientélisme : en Grèce, outre les impôts trop faibles, les prestations sont certainement trop élevées et très mal réparties c’est un clientélisme de la dépense; en Irlande les prestations sont dans la moyenne basse de l’Europe mais les cotisations sont ridiculement faibles c’est un clientélisme des recettes et une forme de dumping social et fiscal.

Image
Source : Eurostat

A la lecture du graphe ci-dessus ont comprend qu’une multinationale a intérêt à s’installer en Irlande plutôt qu’en France ou en Allemagne, si en plus ces 2 pays garantissent le déficit de l’Irlande créé par ce dumping social et fiscal ils sont doublement perdants, mais Super Mario est content. Comme de plus l’Irlande a le plus faible taux d’imposition implicite en Europe sur le capital, les revenus du capital et les bénéfices commerciaux cela aggrave le phénomène.

En échange de prêts supplémentaires (solution de la fuite en avant) on impose à la Grèce des réductions drastiques des dépenses mais pour l’Irlande on n’impose pas d’augmentation drastique des recettes : pourquoi l’Europe a-t-elle intérêt à conserver un paradis fiscal en son sein ? L’Irlande vit à crédit avec extrêmement peu de cotisations sociales et peu d’impôt sur les revenus et les sociétés, tout cela aux frais des autres pays. Imposera-t-on à l’Irlande en faillite une baisse des prestations sociales (allocations chômages, maladie, etc…) pour éviter toute augmentation des cotisations et conserver ce système de dumping fiscal ? Super Mario en rêve peut-être….

Super Mario parle de faillite du modèle social européen, il devrait parler de la faillite du modèle « Tax cut » et clientéliste car il fait un contresens complet : ce sont les pays qui ont le modèle social le plus avancé qui se portent le moins mal en Europe. Evidemment s’il transfert à ces pays du modèle social européen le fardeau des dettes issues de la bulle de crédit et du dumping fiscal, Super Mario mettra ce modèle social européen en faillite. Finalement je trouve Ben Banking presque sympathique et compétent comparé à notre Super Mario. :cry:

La France et l’Allemagne sont très proches et quasi à l’équilibre « social fiscal ». Par contre la situation de la France est fragile car la hausse du chômage en 2011 et 2012 va dégrader la situation et la bulle immobilière est monstrueuse. Quasi à l’équilibre ne signifie pas que tout va bien, au contraire si on regarde en détails on a de nombreuses « cuvettes » d’inefficacité dans les prestations sociales en France. Prenons par exemple les prestations familiales, selon l’étude du CREDOC de 2008 on a une cuvette créée par l’empilement des prestations et avantages fiscaux :
Image
Source credoc rapport N°249 de décembre 2008 « LES CLASSES MOYENNES SOUS PRESSION » http://www.credoc.fr/pdf/Rech/C249.pdf

Les ménages les plus aisés sont les plus aidés, ce qui est inutile et injuste : la suppression des avantages indus augmenterait les recettes donc diminuerait le déficit. Une réforme du quotient familial et des niches fiscales serait bien utile.

Les ménages les plus modestes sont assez aidés mais certaines aides sont essentiellement inflationnistes (par ex. la plupart des aides au logement) donc totalement inefficaces : la suppression des aides inefficaces ferait baisser les dépenses de l’état comme des ménages. Qui aura le courage politique de l’expliquer ?…

Les taxes sur la production, la consommation et les importations :

Ces taxes sont très liées à l’activité économique, leur produit baisse donc fortement en cas de récession et souvent plus vite que le PIB total, il faut en tenir compte pour les interpréter.
Image
Source Eurostat série tec00020 http://epp.eurostat.ec.europa.eu/tgm/ta ... e=tec00020

L’Allemagne se distingue par une faible imposition ramenée au PIB, et se retrouve très loin de la France alors que nos deux pays ont presque les mêmes impôts sur les revenus et les mêmes cotisations sociales. On a enfin trouvé une vraie différence de revenus fiscaux entre la France et l’Allemagne mais elle est liée à la différence de structure du PIB pas au taux d’imposition nominal.

Le taux faible en Irlande et en Espagne pose problème mais il est dû en grande partie à une baisse très sensible de la production et de la consommation dans ces pays frappés durement par la crise. Cela se voit sur l’évolution su 10 ans :
Image

Mais revenons à notre différence entre la France et l’Allemagne, d’où vient-elle au sein de cet agrégat? En fait les taux de TVA et autres taxes sont très proches entre la France et l’Allemagne, ils sont mêmes un peu plus élevés en Allemagne ; la différence ne vient pas des taxes mais du PIB : en France le PIB repose beaucoup sur la consommation interne (taxée un poil moins que l’Allemagne) alors qu’en Allemagne le PIB repose beaucoup sur les exportations (très souvent exonérées de taxes en Allemagne comme en France).

L’Allemagne exporte environ 2 fois plus en Europe que la France et presque 3 fois plus que la France en dehors de l’Europe (source cours des comptes).

Si on regarde le taux implicite, c'est-à-dire le produit fiscal (TVA, droits de douanes, …) divisé par la consommation des ménages, cela donne donc ce que paye chaque ménage sur sa consommation réelle :
Image
Source Eurostat série gov_a_tax_itr

La France et l’Allemagne ont un taux implicite très proche, en fait la TVA est en moyenne légèrement plus élevée en Allemagne et la politique fiscale récente (TVA réduite sur les travaux et la restauration) a fait baisser le taux en France. La baisse sensible du taux implicite chez les PIGS depuis 2007 est liée à la crise : frappée par la baisse des revenus, les dépenses de la population se concentrent sur les biens de première nécessité qui ont souvent un taux de TVA réduit.

Si on exclut le cas atypique du Danemark, les impôts liés à la production et la consommation sont plus uniformisés en Europe que les autres formes d’impôts avec 2 grands groupes : les pays du modèle social européen du nord à un peu plus de 25% et les autres un peu en dessous de 20% de taux implicite. L’idée d’augmenter un peu la TVA en France tout en diminuant en peu les cotisations sociales est finalement une mesure très intéressante :idea: , cela fonctionne ailleurs mais il faudrait commencer par supprimer les taux réduits sur la restauration et les travaux pour démontrer qu’on a tourné la page du clientélisme et de la « rilance » des déficits.

Avant de conclure je vous remets la vision globale tous types d’impôts en Europe selon le rapport Eurostat :
Image

Conclusions:

Le modèle de PIB à crédit et de « tax cut » est en faillite en Europe (aux Etats Unis aussi d’ailleurs).

Super Mario se sert des impôts élevés du modèle social de l’Europe du Nord pour « faire durer » le modèle de vie à crédit et sans impôts des pays en faillite. Renflouer massivement les banques c’est mettre en faillite les états les uns après les autres puis le modèle social européen. Il est urgent que Super Mario retourne chez Goldman Sachs, sa vraie place est là.

Et si on regardait ce qu’ont fait la Suède et l’Islande ? La Suède a réussi à réformer son modèle social et l’Islande a refusé le renflouement aveugle des banques pour mieux sauver sa société, à suivre…

Pour approfondir : je vous recommande la lecture des rapports d’Eurostat et de la cour des comptes cités plus haut et l’excellent site d’Olivier Berruyer avec par ex. les billets sur les impôts en France : http://www.les-crises.fr/prelevements-obligatoires/ http://www.les-crises.fr/prelevements-obligatoires-2/ et les « sauvetages » http://www.les-crises.fr/retour-sur-le-plan-grec/
Se loger est un besoin trop essentiel pour le confier aux professionnels de l'immobilier et de la finance

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 35671
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#2 Message par ignatius » 30 mars 2012, 21:39

Bravo pour ce post.
post it demandé.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
neron
~~+
~~+
Messages : 12604
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#3 Message par neron » 30 mars 2012, 22:55

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro.
Oui c'est un raccourci car "Battre la monnaie" est un acte souverain. Idem pour l'impôt, dont le rôle est plus politique même si cela permet au prince de récupérer ses Louis qu'il a injecté dans le système.. Je vais regarder en détail ces valeurs mais la carte n'est pas le territoire

Premièrement de l'argent y-en a tant que l'on veut:
- L'EU vient de trouvé 1000 mds. Soit 4000 € / Européens, 16000 par famille, 15 ans d'impôts sur le revenu,
Deuxièmement, pourquoi ne pas baisser les rentes des situations plutôt que d'augmenter les taxes
- Réduire les retraites ou faire payer la sécu. comme tout le monde,
- Casser les corporations (notaire, taxis, opticiens, ...) et oligopoles (fibre, eau, élec, ...)
Troisièmement, pourquoi l'état ne verse rien à la sécu, chômage, ... ?
- Parce que les charges sociales lui rapporte des taxes (50%) et des des salaires de fonctionnaires. Donc ça lui coute 2 fois moins que dans le privé.
Quatrièmement,
- Le dollar, le yuan, le réal seraient faible
Image

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#4 Message par fabinoo » 31 mars 2012, 07:56

Ardoise a écrit :Bof! rien de neuf qui ne fût déjà écrit ici.
:roll:

Merci pour ce gros travail, Paulitis.
Mériterait effectivement d'être en post-it.

Marek
+
+
Messages : 2692
Enregistré le : 31 mars 2010, 07:16

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#5 Message par Marek » 31 mars 2012, 08:48

Merci beaucoup paulitis21.

Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 47091
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#6 Message par slash33 » 31 mars 2012, 10:16

fabinoo a écrit :Mériterait effectivement d'être en post-it.
Il est dans l'essentiel, la version permanente des post-it.

Avatar du membre
Goldorak2
~~+
~~+
Messages : 17938
Enregistré le : 25 sept. 2008, 22:51
Localisation : Nantes

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#7 Message par Goldorak2 » 31 mars 2012, 10:55

Merci et bravo pour le post.
Les ménages les plus aisés sont les plus aidés, ce qui est inutile et injuste : la suppression des avantages indus augmenterait les recettes donc diminuerait le déficit. Une réforme du quotient familial et des niches fiscales serait bien utile.
Grosse réserve sur la politique familliale. Le gros des avantages fiscaux ne sont pas des prestations mais traduisent le fait qu'à 5 à vivre sur le même revenu, on a un moins bon niveau de vie qu'à 1 ou 2. Et donc on paie moins d'impôts... si on veux des impôts progressifs.
Modifié en dernier par Goldorak2 le 31 mars 2012, 12:38, modifié 1 fois.
Posts préférés : Dossier immobilier et viewtopic.php?f=204&t=75765
Ignorés : s_chlaf, Matthieu Brucher, libertycom, F. Zabinsky, immodium, pazuzu

Avatar du membre
Pi-r2
Modérateur
Modérateur
Messages : 35874
Enregistré le : 08 juil. 2005, 19:31

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#8 Message par Pi-r2 » 31 mars 2012, 12:08

Merci pour ce post qui rétablit quelques vérités au détriment de la propagande débile et nihiliste qu'on nous impose. Je ne comprends même pas leur intérêt puisque le résultat est l'appauvrissement général qui est contre productif pour tous. On remarquera l'excédent social des pays bas, qui sont aux trente cinq heures depuis plus longtemps que nous, et qui cotisent 25 ans je crois, pour avoir droit à une retraite complète.
Effectivement ce ne sont PAS les dépenses sociales le problème, au contraire. Ce sont bien les taxes excessives sur les salaires improprement appelées charges sociales ou salaires différés. Il serait temps que les crétins de droitistes s'en aperçoivent :roll:

Et pourtant les chiffres que tu présentes sont là, clairs indiscutables.
Alors pourquoi on n'arrive pas à faire entendre raison aux électeurs, aux décideurs, et même à quelques uns d'entre nous sur ce forum ????
Les bonnes idées triomphent toujours. D'ailleurs c'est à cela qu'on reconnait qu'elles étaient bonnes.
mon statut de modérateur ne m'interdit pas de participer aux discussions. Je ne modère pas les discussions auxquelles je participe.

Gei
~~+
~~+
Messages : 12617
Enregistré le : 09 nov. 2008, 09:22

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#9 Message par Gei » 31 mars 2012, 12:10

Y'a plein de trucs à colorier, ça va plaire à Cédric.

Avatar du membre
Black_Jack
-+
-+
Messages : 2071
Enregistré le : 27 août 2008, 09:03

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#10 Message par Black_Jack » 31 mars 2012, 12:34

half-truth... :wink:
in memoriam jeanguimauve (28 Déc 2007/06 nov 2011)
Image

paulitis21
Messages : 139
Enregistré le : 02 juil. 2008, 13:28
Localisation : Ile de France

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#11 Message par paulitis21 » 31 mars 2012, 21:29

Pi-r2 a écrit : Alors pourquoi on n'arrive pas à faire entendre raison aux électeurs, aux décideurs, et même à quelques uns d'entre nous sur ce forum ????
C’est pour tenter d’en convaincre quelques uns que j’ai passé autant de temps à préparer ce post. Merci à tous ceux qui m’encouragent.

Ce que je trouve réjouissant c’est qu’il n’y a pas un mais plusieurs modèles sociaux et fiscaux qui marchent en Europe du Nord. La France peut aussi choisir sa propre voie.
J'ai bien peur que la gravité de la crise et de ce qui se passe ne soient pas encore bien perçue et admise en France. Le déni est plus confortable que l'analyse de la réalité.

Ce n’est pas une question de droite ou de gauche mais une question de choix de mode de vie en société. Personnellement j’ai toujours aimé l’utopie de la révolution française « Liberté, Egalité, Fraternité » et détesté le cynisme qui l’a remplacé par « Liberté, Inégalités, Individualisme ».
Se loger est un besoin trop essentiel pour le confier aux professionnels de l'immobilier et de la finance

paulitis21
Messages : 139
Enregistré le : 02 juil. 2008, 13:28
Localisation : Ile de France

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#12 Message par paulitis21 » 31 mars 2012, 21:33

Ardoise a écrit :Bof! rien de neuf qui ne fût déjà écrit ici.
Oui les conclusions ont déjà été écrites sur ce forum, mais les thèses inverses sont parfois présentes donc revenir aux réalités chiffrées permet remettre un peu de rationalité dans le débat.
Quant aux statistiques elles restent une approximation de la réalité mais c'est toujours mieux que les préjugés et la propagande qui sont de grossières déformations de la réalité.
Se loger est un besoin trop essentiel pour le confier aux professionnels de l'immobilier et de la finance

paulitis21
Messages : 139
Enregistré le : 02 juil. 2008, 13:28
Localisation : Ile de France

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#13 Message par paulitis21 » 31 mars 2012, 21:38

neron a écrit :Premièrement de l'argent y-en a tant que l'on veut:
- L'EU vient de trouvé 1000 mds. Soit 4000 € / Européens, 16000 par famille, 15 ans d'impôts sur le revenu,
C’est plutôt : Premièrement de l'argent la dette y-en a tant que l'on veut peut. L’EU n’a pas trouvé 1000 Milliards de cash, elle les a empruntés aux contribuables des prochaines décennies.
Les Européens sont nombreux mais les européens solvables deviennent de plus en plus rares chaque année.
neron a écrit :Deuxièmement, pourquoi ne pas baisser les rentes des situations plutôt que d'augmenter les taxes
100% d’accord sur le principe mais la première rente de situation en France c’est la plus-value foncière et immobilière. Et pour s’y attaquer il faut la taxer.
Se loger est un besoin trop essentiel pour le confier aux professionnels de l'immobilier et de la finance

paulitis21
Messages : 139
Enregistré le : 02 juil. 2008, 13:28
Localisation : Ile de France

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#14 Message par paulitis21 » 31 mars 2012, 21:41

Ardoise a écrit :C'était pour un cours un exposé ce post?
Non, c’est pour soutenir le cours de l’euro explosé.
Se loger est un besoin trop essentiel pour le confier aux professionnels de l'immobilier et de la finance

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 35671
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#15 Message par ignatius » 31 mars 2012, 21:55

paulitis21 a écrit :
Ardoise a écrit :C'était pour un cours un exposé ce post?
Non, c’est pour soutenir le cours de l’euro explosé.
tu veux dire que tu as fait ça pour le plaisir ?
la prochaine fois que j'ai une présentation avec un powerpoint à faire, je peux t'appeler ? :wink:
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#16 Message par fabinoo » 31 mars 2012, 22:03

ignatius a écrit :
paulitis21 a écrit :
Ardoise a écrit :C'était pour un cours un exposé ce post?
Non, c’est pour soutenir le cours de l’euro explosé.
tu veux dire que tu as fait ça pour le plaisir ?
la prochaine fois que j'ai une présentation avec un powerpoint à faire, je peux t'appeler ? :wink:
Je vais t'apprendre un mot nouveau :
L’altruisme est un terme employé pour décrire un comportement animal caractérisé par des actes n'ayant pas d'avantages apparent pour l'individu qui les exécute mais qui sont bénéfiques à d'autres individus. Chez l'Homme il peut désigner un amour désintéressé d'autrui, c'est-à-dire le souhait qu'autrui trouve le bonheur et la générosité n'attendant rien en retour.

manormandie
-+
-+
Messages : 2281
Enregistré le : 18 mai 2007, 15:59

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#17 Message par manormandie » 01 avr. 2012, 18:09

---
Modifié en dernier par manormandie le 11 août 2012, 18:08, modifié 1 fois.

notred
Messages : 533
Enregistré le : 20 mars 2008, 11:11

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#18 Message par notred » 02 avr. 2012, 05:47

Merci !

olivier_aix
-+
-+
Messages : 2036
Enregistré le : 16 janv. 2009, 20:09

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#19 Message par olivier_aix » 05 avr. 2012, 21:19

Super intéressant ! merci !

Avatar du membre
Sapu
Messages : 148
Enregistré le : 29 déc. 2006, 23:34

Re: Trop peu d’impôts tue l’Euro

#20 Message par Sapu » 09 avr. 2012, 22:39

Merci Paulitis, excellent boulot, un des meilleurs trucs que je lis sur la bulle depuis longtemps.
(avec le même bémol que Goldo sur le quotient familial ceci dit).
A++
«Il y a une lutte des classes, tout à fait. Mais c'est ma classe, la classe des riches, qui mène la guerre et nous la gagnons.»
Warren Buffet, 2006