Loyers et revenus depuis les années 1970 (CGEDD)

Les meilleures files d'information, réunies par les modérateurs pour plus de lisibilité
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 39871
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Loyers et revenus depuis les années 1970 (CGEDD)

#1 Message par slash33 » 10 juin 2013, 12:23

http://www.cgedd.fr/loyer-revenu-2013.pdf
2.2. Loyers et revenus depuis les années 1970

« Loyers et revenus depuis les années 1970 », J. Friggit, juin 2013. Au cours des quarante dernières années, l’indice des loyers de l’INSEE a augmenté comme le revenu moyen de l’ensemble des ménages mais le poids du loyer dans le revenu des locataires a doublé. Cela résulte d’une part de la paupérisation relative des locataires, qui reflète celle des ménages jeunes, et d’autre part d’une croissance du loyer moyen supérieure à celle de l’indice des loyers.
C'est un nouveau document publié ce mois. Il est dit dans l'intro:
Cette note reprend une présentation effectuée devant le Collège Logement du CGEDD le 11 juillet 2012.

alleu
Messages : 874
Enregistré le : 06 août 2008, 16:59
Localisation : Genève

Re: Loyers et revenus depuis les années 1970 (CGEDD)

#2 Message par alleu » 10 juin 2013, 19:00

4.3. Jeunes et vieux

Plus largement, en termes de revenu et de logement, les personnes âgées sont les gagnantes des 40 dernières années par le revenu, et des 10 dernières années par les prix de cession des logements :
- leur revenu (par ménage et par unité de consommation) s’est rééquilibré par rapport à la moyenne, entre autres parce que les retraites ont augmenté et parce que, en tant que retraitées, elles ne sont pas exposées à la concurrence des pays à bas salaires et au chômage subis par la population active,
- elles sont davantage propriétaires de leur résidence principale et à ce titre moins exposées aux hausses des prix d’achat et des loyers,
- elles sont les gagnantes de l’envolée du prix des logements depuis 2000 car elles sont vendeuses nettes de logements,
- elles vivent plus longtemps et sont parties en retraite plus tôt.

A contrario, les jeunes sont les perdants, les phénomènes ci-dessus ayant joué à leur détriment :
- ils se sont massivement paupérisés par rapport à l’ensemble des ménages depuis les années 1970
- primo-accédants, ils ont été les perdants de l’envolée du prix des logements depuis 2000 (envolée que la diminution des taux d’intérêt, dont ils bénéficient davantage que les autres ménages puisqu’ils empruntent davantage, n’a compensée que très partiellement),
- ils bénéficient de moins en moins de logements sociaux14 (la garantie de maintien dans les lieux joue contre eux et les occupants du parc locatif social en sortent moins souvent pour accéder à la propriété),
- ils héritent de leurs parents de plus en plus tard (actuellement vers 55 ans),
- ils vont supporter l’augmentation de la dette qui a financé l’envolée du prix des logements (dette des ménages) et l’amélioration des retraites (dette publique).

Il n’est donc pas surprenant que les jeunes aient de plus en plus de difficultés à se loger.

Répondre