love money

Questions de la vie courante relatives à l'immobilier: location, accession, investissement, entretien, droit immobilier, etc
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 9471
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

love money

#1 Message par Jeffrey » 17 sept. 2019, 10:54

Bonjour,
Un ami est en train de monter un projet de reprise d'une entreprise. Il est en contact avec une banque pour le rachat de ladite société, la banque finance la majorité du montant du rachat et mon ami investit une somme de départ. On a parlé de "love money", un dispositif qui consiste à rassembler un montant complémentaire à l'apport de mon ami pour gonfler le capital apporté.
Avez vous des liens, des sources, des expériences, des pratiques, des ordres de grandeur en termes de pourcentage qu'un love money peut représenter ?
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
Parsifal
-+
-+
Messages : 2066
Enregistré le : 09 févr. 2015, 10:22

Re: love money

#2 Message par Parsifal » 17 sept. 2019, 12:08

J'ai déjà plusieurs fois le cas. Cela concernait des jeunes avec une première expérience qui réunissaient de l'argent auprès de leur familles pour se lancer en complément des prêts BPI et cie. En général cela ne dépasse pas quelques dizaines de milliers d'euros (même si j'ai vu quelqu'un collecter 100k€ de cette manière mais, c'était plutôt une avance sur héritage). Hors donations, c'est en échange de parts sociales (% à débattre mais l'on considère que le créateur amène aussi une valeur "virtuelle" qui correspond à son savoir faire afin qu'il ne se retrouve pas immédiatement dilué) ou bien sous la forme de prêt. Dans le cas des parts sociales cela ouvre droit à une réduction d'impôts de 18% à condition de garder les parts au moins 5 ans.

Après quand c'est pour un ami, je pense qu'il est prudent de rester sur des sommes pas trop significatives car c'est un excellent moyen de se fâcher avec.

Edit: j'ai lu trop vite; il s'agit d'un rachat et non d'une création. Je n'ai pas d'expérience de ce cette situation.

Avatar du membre
dioubiban
Messages : 514
Enregistré le : 18 sept. 2018, 13:05

Re: love money

#3 Message par dioubiban » 17 sept. 2019, 12:27

La love money c'est bien gentil mais ça doit rester sur des sommes négligables... tout pret à un ami ou de la famille doit etre considéré à fonds perdus...
Maintenant si les montants sont importants il est préférable d'acquérir une partie de l'entreprise en tant qu'associé et créer un pacte d'actionnaire pour gérer les facteurs et modalités de sortie (en fonction de la fiscalité et des résultats de la boite).
Parce qu'un collatéral composé uniquement d'affectif sur un pret c'est du brun...
Volem rien foutre al pais.

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 9471
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: love money

#4 Message par Jeffrey » 17 sept. 2019, 17:14

dioubiban a écrit :
17 sept. 2019, 12:27
La love money c'est bien gentil mais ça doit rester sur des sommes négligables... tout pret à un ami ou de la famille doit etre considéré à fonds perdus...
Maintenant si les montants sont importants il est préférable d'acquérir une partie de l'entreprise en tant qu'associé et créer un pacte d'actionnaire pour gérer les facteurs et modalités de sortie (en fonction de la fiscalité et des résultats de la boite).
Parce qu'un collatéral composé uniquement d'affectif sur un pret c'est du brun...
Il y a une différence entre love money et actionnaire ?
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
dioubiban
Messages : 514
Enregistré le : 18 sept. 2018, 13:05

Re: love money

#5 Message par dioubiban » 17 sept. 2019, 17:35

Pour moi la vrai love money se fait via un "fond" donc l'apporteur n'est pas actionnaire en tant que tel mais membre d'un collectif. Cette structure permet de mutualiser les contraintes réglementaire et faire profiter à tous de la defisc.
A l'origine c'est plutôt destiné au premier tour de table dans les tarte up et ce premier tour de table a vocation à ne pas durer ad vitam aeternam. Pour une reprise d'entreprise je pense que le terme est inapproprié.
Si tu veux financer ton pote via de la "love money" pour augmenter son apport et qu'il n'y a pas un fond de prévu autant lui faire un prêt devant notaire et basta.
Si les montants sont importants faut prendre une part de l'entreprise et faire un pacte d'actionnaire.
Rappel : un fond d'investissement qui s'implique dans une boite ne fait pas qu'attendre ses dividendes, il participe aussi à l'orientation de l'entreprise en faisant son boulot d'actionnaire (organisation, mise en relation.... ) Les potes et la famille font rarement ce job....
Volem rien foutre al pais.

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9992
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: love money

#6 Message par neron » 17 sept. 2019, 22:05

Si la banque y crois, pourquoi ne pas lui proposer un LBO avec un ratio de 20 ? Le risque personnel ne doit jamais dépasser pas son apport. C'est une entreprise anonyme (SA ou une holding financière) qui doit faire des dettes pour racheter cet entreprise pas lui !!

Genre pour racheter une entreprise 2 m€, ton ami met 70% des 10.000 € du capital de la holding (SA) soit 7000 €., la banque 15% et l'ancien propriétaire en reçoivent 15% en s'engageant à prêter à la holding 1, 99 m€. pour racheter la boite. Ainsi l'ancien proprio récupère en cache 0,995 m€. et une créance de 1 m€+tx réduisant ces impôts de PV et en cadeau 5 % de la nouvelle boite dont il s'est engagé avant à revendre à tel prix à ton ami dans 10 ans. Si ils sont si sûr du prix et du succès, ils accepterons l'offre sinon c'est qu'il y a un loup. PS: le remboursement du prêt sur 10/15 ans doit correspondre au montant du bénéfice qu'ils aiment répéter à ton ami qui les fera remonter à la holding chaque année (hors ses primes et salaires). Ne rigole pas j'en ai connu un qui est repartit en 4 ans avec 4 mds d'Euro en rachetant ue boite 40 avec un lbo. Négocier c'est rentrer dans le jeu des autres avec une communication non violente

Si l'ancien patron à peur , il peut ne vendre que 70 % de l'€ avec un engagement de vendre le solde à prix ferme à terme. Au dessous il pourrait bloquer la gestion de l'€ donc faire du chantage à ton ami. Pas oublier qu'il aura un siège à la hodling donc des droit de vote en sus.

Que vaut une entreprise aujourd’hui? Ces produits que l'on peut trouver moins cher sur alliedexpress, sa clientèle qui d'un coup de google trouve les concurrents, ces actifs surcôtés alors qu'un garage et un bon site internet au fin fond du cantal rend abscond, son personnel au bord de la retraite, des brevets français qui n'en son pas depuis que 4euope couvre 22 pays. Avant d'acheter ton ami devrait recalculer le bilan. C'est à dire réevaluer tous les actifs matériel et immatériel de l'entreprise au vue de ce qu'un concurrent cost-killer pourrait faire et l'environnement (mais ca personne ne lui le dira). La plupart des boites bien gérées ne valent rien et le banquier est prêt à tout pour trouver un pigeon acceptant de reprendre les dettes à son nom. Les propriétaires sur-estimes la valeur de leur boite soit inconsciemment (affects) soit consciemment (arnaque). Trop de gars se sont retrouvé du jour au lendemain avec des boites n'ayant plus aucune valeur (changement de norme, départ d'un gros client, concurrence nouvelle, ..).
La carte que les médias vous vendent n'est pas le territoire où vous vivez

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 9471
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: love money

#7 Message par Jeffrey » 17 sept. 2019, 22:38

neron a écrit :
17 sept. 2019, 22:05
Si la banque y crois, pourquoi ne pas lui proposer un LBO avec un ratio de 20 ? Le risque personnel ne doit jamais dépasser pas son apport. C'est une entreprise anonyme (SA ou une holding financière) qui doit faire des dettes pour racheter cet entreprise pas lui !!
C’est ce qu’il prévoit je crois.
Un lbo avec un ratio de 20. La boîte coûte 10M€ et il apporte 500K€.
neron a écrit : Genre pour racheter une entreprise 2 m€, ton ami met 70% des 10.000 € du capital de la holding (SA) soit 7000 €., la banque 15% et l'ancien propriétaire en reçoivent 15% en s'engageant à prêter à la holding 1, 99 m€. pour le racheter la boite. Ainsi l'ancien proprio récupère en cache 0,995 m€. et une créance de 1 m€ réduisant ces impôts de PV en cadeau il a 15 % de la nouvelle boite dont il s'est engagé avant à revendre à tel prix à ton ami dans 10 ans.
Je ne comprends pas le calcul. 10000€, ça fait pas 1/20 de 2M€, ça fait 0,5% ? Ou alors je n’ai pas compris les chiffres que tu donnes.
Qui paye les deux millions à l’ancien proprio ?
L’ancien proprio n’attendra pas la moitié du prix de son entreprise pendant 15 ans, il arrête pour raison de santé. Il ne pense pas avoir une telle espérance de vie.
neron a écrit : Si ils sont si sûr du prix et du succès, ils accepterons l'offre sinon c'est qu'il y a un loup. PS: le remboursement du prêt sur 10/15 ans doit correspondre au montant du bénéfice qu'ils aiment lui répéter que ton ami fera remonter à la holding chaque année (hors ces primes et salaires). Ne rigoe pass j'en ai connu un qui est repartit en 4 ans avec 4 mds d'Euro en rachetant ue boite 20 avec un lbo.

Que vaut une entreprise aujourd’hui? Ces produits que l'on peut trouver moins cher sur alliedexpress, sa clientèle qui d'un coup de google trouve les concurrents, ces actifs surcôtés alors qu'un garage et un bon site internet au fin fond du cantal rend abscond, son personnel au bord de la retraite, des brevets français qui n'en son pas depuis que 4euope couvre 22 pays. Avant d'acheter ton ami devrait recalculer le bilan. C'est à dire réevaluer tous les actifs matériel et immatériel de l'entreprise au vue de ce qu'un concurrent cost-killer pourrait faire et l'environnement (mais ca personne ne lui le dira). La plupart des boites bien gérées ne valent rien et le banquier est prêt à tout pour trouver un pigeon acceptant de reprendre les dettes à son nom. Les propriétaires sur-estimes la valeur de leur boite soit inconsciemment (affects) soit consciemment (arnaque). Trop de gars se sont retrouvé du jour au lendemain avec des boites n'ayant plus aucune valeur (changement de norme, départ d'un gros client, concurrence nouvelle, ..).
Sur le plan pro, mon ami sait ce qu’il fait. Il est du métier de la boîte qu’il rachète , il connaît l’environnement pro et le secteur d’activité. Je ne m’étends pas là dessus.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
dioubiban
Messages : 514
Enregistré le : 18 sept. 2018, 13:05

Re: love money

#8 Message par dioubiban » 18 sept. 2019, 09:07

donc on est plus dans la love money.
La love money c'est pour le premier tour de table. Dans le cas présent il n'y a pas de second tour prévu.
Volem rien foutre al pais.

franckyfranck
+
+
Messages : 2663
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: love money

#9 Message par franckyfranck » 18 sept. 2019, 12:54

Love Money signifie que tu fais le tour de tes amis et de tes connaissances pour leur proposer d’investir dans un projet qu’ils aiment bien une somme plus ou moins importante. Il vaut mieux que le love porte sur le projet plutôt que sur la personne c’est moins compliqué à gérer après. Et cela ne vaut pas le coup de se facher avec des gens qu’on aimes pour un peu de pognon.

En général tu as deux arguments : Le mec t’aimes bien et il aimes bien ton projet donc il donne un peu de fric en se disant effectivement qu’il peut le perdre. Et c’est un point important. Si tu veux conserver tes amis autant ne pas leur sur-vendre l’opération.

De la même façon que certains donnent pour de l’humanitaire ou des ONG, d’autres peuvent investir dans des projets qui leur plaisent en sachant qu’ils ont de très grande chance de perdre ce pognon. Ce qui fait qu’ils ne t’en voudront pas si ils le perdent. J’ai vu des mecs financer des spectacles car ils voulaient qu’ils soient montés et joués plus que par appât du gain. Dans le lot, ils savent qu’ils ont une chance minime de revoir 100% de leur pognon et une chance encore plus faible de finir millionnaire grâce à leur investissement. Idem dans la tech, des fois des gens vont investir sur un projet sympa sans être dupes de leur chance d’avoir une « licorne » à la fin.

Encore une fois donc l’important est la transparence et le coté sexy du projet.

Il faut enfin différentier la « love money » de l’investisseur classique qui lui attends de revoir son fric et va pour cela investir sur des dizaines de projet. Si tu investis 20 tickets de 20 000 Euros, ce n’est plus de la love money c’est un métier. Si tu investis un seul ticket de 20K dans une boite, même si tu y crois c’est de la love money car tes chances de succès sont faibles (il faut le savoir).

Ayant mis un petit billet dans une boite d’électronique (non encore dénoué, je ne sais pas si j’ai gagné ou perdu) je dirai que c’est vraiment l’intérêt personnel du projet qui doit primer. Si tu te dis

Attention enfin au LBO on a tot fait de se mettre dans des situations très inconfortables si on leverage trop. Et un levier de 20 c’est énorme. Ton ami est il à l’aise avec l’idée de « restructuration » ? Car ce type de levier oblige souvent à y aller bourrin par la suite. Il ne faut jamais oublier qu’après une reprise, il y aura des cadavres dans le placard (je les souhaites le moins grand possible) et qu’il vaut donc mieux tabler quand on fait son BP perso sur une légère baisse d’activité que sur une hausse. Sinon si le LBO est calé trop ricrac tu te retrouve à devoir licencier. Si c’est une boite avec du gras, tout va bien, tu tailles dans le gras et l’argent économisé payera la banque. Si à l’inverse tout le monde est utile à l’effort de guerre, tu as un sérieux problème.

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 9471
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: love money

#10 Message par Jeffrey » 18 sept. 2019, 14:07

Tout cela n'est pas très clair pour moi. Je ne suis pas calé avec les mots que vous employez : lbo, love money. Enfin disons que j'ai l'impression que vous leur accordez une définition d'usage, et pas une définition stricte.
- Je n'ai pas compris le calcul de Neron, si lui ou un autre peuvent m'éclairer.
- Vous n'avez pas l'air d'accord sur ce que vous appelez "love money". En fait, moi même je n'en sais rien :mrgreen: c'est pour cela que je demande des éclaircissements. La réponse de dioubiban m'interpelle à ce propos.

- ce qu'il m'intéresse de s'avoir c'est :

Est ce qu'il y a un cadre spécifique/fiscal appelé love money , qui justifie une réduc d'impôts par exemple, mais pas seulement, qui détermine la durée du montage, les conditions de sortie, ou est-ce que cela se négocie au cas par cas.

Est ce qu'un cadre spécifique appelé love money différencie mon investissement de l'actionnariat classique ? Est-ce que c'est différent d'un pacte d'actionnaire comme évoqué par dioudiban ou c''est juste un nom de baptême et basta ?

Si vous avez un lien assez pointu qui donne ces précisions techniques, c'est super (pas "investir votre argent" ou "capital" par pitié). Mon pote va m'expliquer tout cela, mais je souhaite avoir déjà une idée assez précise de la question avant.

Sur le plan risque/relationnel, j'entends les remarques, et elles sont constructives pour l'intérêt global du fil . Disons que dans le cas présent, je gère la question : je ne peux pas évaluer les risques/bénéfices sur un plan technique, mais il va me les expliquer par rapport à son métier et environnement. Ensuite je saurai faire un arbitrage entre le niveau de montant comme fonction du risque/profit et de l'utilité de l'argent investi.

Sur les finalités du projet, je n'ai absolument aucun moyen de faire valoir une contribution technique à la gestion de son affaire. Pour deux raisons, mon domaine de compétence est universitaire, et la deuxième raison, c'est que lui c'est un pro du domaine, il évolue dans son secteur depuis trente ans et que son niveau de responsabilité actuelle est la direction d'unités de l'ordre de 500 à 1000 personnes. Il est très pro et son projet est de prendre en main un truc plus petit (200 personnes je crois), mais dont il est le boss, c'est à dire qu'il aura la possibilité de définir la ligne stratégique et je suppose tout ce qui va avec. Son intention n'est pas de rincer la boite, au contraire, mais de développer son marché sur des innovations technologiques et des secteurs inabordés actuellement, et aussi d'optimiser sa structure d'entreprise. Ce n'est pas le genre de type à virer les gens pour se faire du blé mais ce n'est pas un rigolo non plus et il fait bosser les autres sérieusement.
Je pense que son love money est autant pour gonfler son offre de reprise que pour pouvoir discuter ensuite sereinement de situations qui se présenteront avec des avis objectifs extérieurs. Assez curieusement, je le vois pour lui comme une forme de sérénité morale, la possibilité de discuter des choses qui arrivent autour d'un whisky s'il en a besoin. Sur le plan des risques financiers, je pense que s'il me demandait directement un chèque en blanc, je lui signerais, et il le sait d'ailleurs. Mais je crois qu'il commencerait par le demander à des amis plus riches que lui et moi réunis :roll: Et d'ailleurs, c'est pas lui qui m'a demandé le love money, c'est quand il m'a expliqué son projet, je lui ai demandé si je pouvais l'aider. Son premier niveau de réponse, c'est "on peut faire un love money". Le risque que je me fâche avec lui pour ces questions est totalement égal à zéro.
Mais je suis dans le cas particulier dans ce dernier paragraphe.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
dioubiban
Messages : 514
Enregistré le : 18 sept. 2018, 13:05

Re: love money

#11 Message par dioubiban » 18 sept. 2019, 15:16

Vais reformuler à la hache suis un peu pressé jusqu'à vendredi prochain...
La love money c'est une expression passe partout pour signifier aux pros de l'investissement que les fonds viennent de copains et amis non pro qui casseront pas les burnes au conseil d'administration....
Donc dans le cas qui nous interesse c'est pas le cas puisque le preteur aura un rôle de conseil. Il s'agit plus d'un actionnaire minoritaire.
Concernant la fiscalité ça me parait impossible de se prononcer à coup sur puisqu'on a la sale manie en franchouillie de changer les règles tous les 5 à 10 ans avec effet rétroactif (ie "immédiat") ce qui fait que la loi qui a servi de cadre au moment de la signature n'est plus valable et le nouveau cadre s'impose lors du débouclage donc bon....
Maintenant si on pense que Micron va repasser et continuer en mode tarte up nation et que l'investissement doit durer 5 à 7 ans alors oui il y a moyen de récupérer une carotte fiscale et gniagniatus sera le plus apte à répondre.
Perso je me ferais pas suer et ferais juste un contrat intuitu personnae devant notaire à mon pote sur 2 à 5 ans à taux 0 + frais de notaire avec remboursement partiel anticipé et basta.
Volem rien foutre al pais.

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9992
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: love money

#12 Message par neron » 18 sept. 2019, 22:01

Jeffrey a écrit :
17 sept. 2019, 22:38
Je ne comprends pas le calcul. 10000€, ça fait pas 1/20 de 2M€, ça fait 0,5% ? Ou alors je n’ai pas compris les chiffres que tu donnes.Qui paye les deux millions à l’ancien proprio ?L’ancien proprio n’attendra pas la moitié du prix de son entreprise pendant 15 ans, il arrête pour raison de santé. Il ne pense pas avoir une telle espérance de vie.
C'est pour le fun Disons que le ratio dépend de données financières comme la capacité de bénéfice (de remonté de cash) pour rembourser le taux du prêt, de la valeur de l'entreprise dans 10 ans, ... Par exemple si elle double, il pourrait racheter les 30 % de la hoding à un prix convenue pour la revendre et rembourser le prêt ou au moins 50 %. La valeur d'une boite c'est son "bénef * 10 année" d'où l’intérêt d'en racheter une en dessous de son point mort pour la restructurer. C'est une question de négociation.

Si la boite coute 10 m€, elle doit faire entre 0,5 et 1 m€ de bénef. brute donc que son apport soit de 500 k€ ou 50 k€ cela ne change rien sauf que sa rassure la banque de savoir que le nouvel entrant y a miser sa chemise. C'est la banque qui paye les 9,5 m€. Si la boite ne peut rembourser, la banque reprend la holding d'où perte nulle. Si elle est maligne, le prix aura été fixé pour faire de ton ami un aliéné toute sa vie à s’escrimer de rembourser les intérêts mais pas le solde. Si la banque ne trouvait un repreneur, la boite fermerait et elle se retrouve avec 10 m€ de perte sur base CA= 10*benéf = endettement. La banque satisfaait son rôle que l'état lui asssigne en investissant 10m€ des xmds que la BdF lui donne (a un certain niveau l'argent n'a pas de sens, c'est un moyen d'une politque )De plus rien ne prouve qu'il n'y ai pas un accord entre le banquier et le proprio. Ne pas laisser plus de 30% d'actions à d'autres pour être mâitre chez soit et contacter un pro des montages arnaques.

PS: Coup classique du vendeur qui se dit malade, cela fait baisser les défenses/agressivité de l'acheteur. Mensonge ou pas, faut s'appuyer dessus pour proposer "un montage sans taxe pour héritiers" car "il ne va pas dépenser ces 10 m€." D'où une double holding, avec une holding des enfants+ami ou refaire le coup d' Arnault avec Reamier/LVMH. C'est dans les vieux pot que l'on fait les meilleurs soupe.


Un LBO c'est un Leveraged Buyout, voir wiki. Amhaa, si ton ami te parle de love monnaie c'est qu'il cherche des amis (donc toi) pour financer ces 500 k€. A toi de voir si tu préfères lui faire crédit (love) ou être plus actif avec des parts ou rien. Oui amha un LBO de 20 demande une restructuration pour sortir (5%+tx) de bénef. net ! Il n'aura qu'un/deux an pour cela avant de manger son/ton capital. D'où l'avtg de prendre une boite prèt de son point mort (cout=ca), faire du cost-killing (cout+benef=chiffre d'affaire) quite à faire baisser le CA et dans les question d'argent pas dit que la banque l'aide à reussir à 100%. 80 lui suffit.
La carte que les médias vous vendent n'est pas le territoire où vous vivez

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 9471
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: love money

#13 Message par Jeffrey » 18 sept. 2019, 22:52

neron a écrit :
18 sept. 2019, 22:01
Jeffrey a écrit :
17 sept. 2019, 22:38
Je ne comprends pas le calcul. 10000€, ça fait pas 1/20 de 2M€, ça fait 0,5% ? Ou alors je n’ai pas compris les chiffres que tu donnes.Qui paye les deux millions à l’ancien proprio ?L’ancien proprio n’attendra pas la moitié du prix de son entreprise pendant 15 ans, il arrête pour raison de santé. Il ne pense pas avoir une telle espérance de vie.
C'est pour le fun
? ça veut dire que le calcul c'est n'importe quoi ?
ben c'est pas engageant à lire la suite.
neron a écrit : Disons que le ratio dépend de données financières comme la capacité de bénéfice (de remonté de cash) pour rembourser le taux du prêt, de la valeur de l'entreprise dans 10 ans, ... Par exemple si elle double, il pourrait racheter les 30 % de la hoding à un prix convenue pour la revendre et rembourser le prêt ou au moins 50 %. La valeur d'une boite c'est son "bénef * 10 année" d'où l’intérêt d'en racheter une en dessous de son point mort pour la restructurer. C'est une question de négociation.
je me doute que le ratio dépend de plein de choses, comme l'état de l'entreprise, mais aussi le secteur d'activité quand même. Quant à la valeur d'une boite, c'est certainement fonction d'autre chose que son bénéf, sinon faut m'expliquer Uber.
Mais c'est pas important ici. Ce n'est pas moi qui négocie la valeur de la boite.
neron a écrit : Si la boite coute 10 m€, elle doit faire entre 0,5 et 1 m€ de bénef. brute donc que son apport soit de 500 k€ ou 50 k€ cela ne change rien sauf que sa rassure la banque de savoir que le nouvel entrant y a miser sa chemise.C'est la banque qui paye les 9,5 m€. Si la boite ne peut rembourser, la banque reprend la holding d'où perte nulle. Si elle est maligne, le prix aura été fixé pour faire de ton ami un aliéné toute sa vie à s’escrimer de rembourser les intérêts mais pas le solde. Si la banque ne trouvait un repreneur, la boite fermerait et elle se retrouve avec 10 m€ de perte sur base CA= 10*benéf = endettement. La banque satisfaait son rôle que l'état lui asssigne en investissant 10m€ des xmds que la BdF lui donne (a un certain niveau l'argent n'a pas de sens, c'est un moyen d'une politque )De plus rien ne prouve qu'il n'y ai pas un accord entre le banquier et le proprio. Ne pas laisser plus de 30% d'actions à d'autres pour être mâitre chez soit et contacter un pro des montages arnaques.

PS: Coup classique du vendeur qui se dit malade, cela fait baisser les défenses/agressivité de l'acheteur. Mensonge ou pas, faut s'appuyer dessus pour proposer "un montage sans taxe pour héritiers" car "il ne va pas dépenser ces 10 m€." D'où une double holding, avec une holding des enfants+ami ou refaire le coup d' Arnault avec Reamier/LVMH. C'est dans les vieux pot que l'on fait les meilleurs soupe. [/size]

Un LBO c'est un Leveraged Buyout, voir wiki. Amhaa, si ton ami te parle de love monnaie c'est qu'il cherche des amis (donc toi) pour financer ces 500 k€. A toi de voir si tu préfères lui faire crédit (love) ou être plus actif avec des parts ou rien. Oui amha un LBO de 20 demande une restructuration pour sortir (5%+tx) de bénef. net ! Il n'aura qu'un/deux an pour cela avant de manger son/ton capital. D'où l'avtg de prendre une boite prèt de son point mort (cout=ca), faire du cost-killing (cout+benef=chiffre d'affaire) quite à faire baisser le CA et dans les question d'argent pas dit que la banque l'aide à reussir à 100%. 80 lui suffit.
ok, ça veut dire quoi ? je perds 20% de ma mise dans ce cas ?
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
Parsifal
-+
-+
Messages : 2066
Enregistré le : 09 févr. 2015, 10:22

Re: love money

#14 Message par Parsifal » 19 sept. 2019, 07:30

Non tu perds toute ta mise (et lui aussi, sauf qu'il conservera les parts s'il réussit à poursuivre les remboursements) et la banque retrouve toutes ses billes car sa créance sera prioritaire.

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9992
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: love money

#15 Message par neron » 19 sept. 2019, 08:54

Jeffrey , tu demande si tu perd ces 20% ? Pourquoi 20: c'est tout ou rien. En principe on ne joue en "love money" ou en bourse que l'argent que l'on est prêt à perdre. Quand je dis "pour le fun" c'est pour te dire que sans rien connaitre du contexte, de toi, de lui, de vos attentes / besoin, ne t’attend pas que l'on puisse en 10 lignes te parler avec pertinence ou te dire à quoi t'attendre d'un sujet couvrant des milliers de pages d'éco., finance, histoire, psycho, ... Comme si tu me demandais que pensez-vous si j’achète un logement ou me marie sans rien dire d'autre

Pour être positif: la plupart des dirigeants ont/veulent avoir un pool d'actionnaires très minoritaires proche d'eux et fidèle. Déjà parce que légalement c'est obligatoire: 3 actionnaire pour un SARL, 2 voir 7 pour une SA, puis pour récompenser des amis, pour ne pas être seul (en AG face à la banque, ou pour partager ces soucis/réussite ou pour se confier, être rassurer,avoir un contradictoire désintéressé ou pour avoir un miroir bienveillant car l'on n'est que l'image que les autres vous renvoi), pour avoir un support/aide/avis (psy, comptable, légal, réseau, savoir) de gens gratuit/amicaux/fidèle impliqués comme lui, pour éviter la perte/ blocage de l'entreprise en cas de conflit avec Madame. Cette "love money" en a rendu de nombreux très riche. Elle se partage aussi avec les hommes clefs de l'entreprise pour obtenir leur loyauté. C'est le principal moyen des experts comptable pour s'enrichir: ces 1% ou 0,1% qu'il acquiert. Le mieux côté conjoint est de faire une séparation de bien avant mais ça peut être la goute d'eau or un divorce est le pire qu'il puisse arriver à un entrepreneur dans sa phase à risque.

Amha offre lui ce support mais n'en met pas plus que ce que vaudra son amitié si il perd tout (garde en un peu pour sa soif si cela lui arrive). Plus que ton argent (si sa demande reste dans le raisonnable), c'est un entourage, un environnement affectif qu'il recherche à sécurisé - comme dans la "vérité si je mens", avant de se lancer dans l'inconnu, inconnu qui bouleversera sa vie et votre relation un peu aussi

PS1: Tu dis que cette boite vaut 10 m€. et aurait 200 salariés. Or si elle vaut 10, elle doit faire 10 m€ de CA(val=benef/tx=CA), soit 100 salariés dans l'industrie ou 50 en SSII/service ou 10 en NTIC. 200 salariés c'est just amha sauf dans le nettoyage /babysitting, ...
PS2: Si tu rentre niveau holding, tu gagneras par la valorisation des parts sur le LT avec un risque total, si tu rentre niveau SA tu auras ta part des dividendes importants qu'il lui faut remonter à la holding pour rembourser du prêt) sans effet de levier sur la valeur de ta part. Comme avec tous fonds d'investissement, la holding doit aspirer tous les actifs et tous les revenus de la SA.
PS3: Quand ton ami va te parler de sa proposition, il va juger si ton comportement/proximité lui sera bénéfique. Si tu t'y montre avide, mesquin, grip-sous ... tu risques qu'il te bazarde ou que votre amitié vacille. L’être humain normal tisse proximité avec 3 à 7 gars. pas 2 ni 15.
La carte que les médias vous vendent n'est pas le territoire où vous vivez

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 32116
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: love money

#16 Message par ignatius » 19 sept. 2019, 11:10

A voir si c'est compatible avec le statut de fonctionnaire et quelles sont les limites réglementaires de la participation au projet.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 9471
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: love money

#17 Message par Jeffrey » 19 sept. 2019, 13:13

neron a écrit :
19 sept. 2019, 08:54
Jeffrey , tu demande si tu perd ces 20% ? Pourquoi 20: c'est tout ou rien. En principe on ne joue en "love money" ou en bourse que l'argent que l'on est prêt à perdre. Quand je dis "pour le fun" c'est pour te dire que sans rien connaitre du contexte, de toi, de lui, de vos attentes / besoin, ne t’attend pas que l'on puisse en 10 lignes te parler avec pertinence ou te dire à quoi t'attendre d'un sujet couvrant des milliers de pages d'éco., finance, histoire, psycho, ... Comme si tu me demandais que pensez-vous si j’achète un logement ou me marie sans rien dire d'autre
Je n'ai pas demandé qu'on me parle de la bourse ou du rachat général d'une entreprise, ni de comment monter une start up. Je demandais un ou deux liens sur le cadre définissant ce qu'on appelle "love money", quelques ordres de grandeur qu'apparemment tu sais annoncer sur des trucs encore plus vagues, comme le % que cela représente en moyenne par rapport à l'investisseur premier.

Cela me paraissait assez précis. Je veux bien entendre que c'est très variable, mais dans ce cas, j'aimerais que ça vienne d'un post qui ne contient pas l'énoncé d'un ensemble de généralités, genre "il doit y avoir 100 salariés dans une boite qui vaut 10, parce que val=benef/tx=CA = 100 salariés, parce que ça me semble encore plus hasardeux d'établir ces règles d'échelles indépendamment par exemple des immobilisations de l'entreprise ou d'un tas d'autres trucs qui ont une influence sur sa valeur. Aussi, j'aurais simplement aimé comprendre le 10000€ qui représente la moitié d'un pourcent de la boite autrement dit rien, et je vois pas comment un repreneur pourrait se prévaloir d'une offre concurrente de reprise avec un truc aussi raz des pâquerettes. Je comprends que c'est pour le fun ces chiffres, mais à un moment donné, faut que le cadre d'hypothèse ait un quelconque rapport à la réalité. Sinon, ça me fait penser à un autre fil de discussion...
neron a écrit : Pour être positif: la plupart des dirigeants ont/veulent avoir un pool d'actionnaires très minoritaires proche d'eux et fidèle. Déjà parce que légalement c'est obligatoire: 3 actionnaire pour un SARL, 2 voir 7 pour une SA, puis pour récompenser des amis, pour ne pas être seul (en AG face à la banque, ou pour partager ces soucis/réussite ou pour se confier, être rassurer,avoir un contradictoire désintéressé ou pour avoir un miroir bienveillant car l'on n'est que l'image que les autres vous renvoi), pour avoir un support/aide/avis (psy, comptable, légal, réseau, savoir) de gens gratuit/amicaux/fidèle impliqués comme lui, pour éviter la perte/ blocage de l'entreprise en cas de conflit avec Madame. Cette "love money" en a rendu de nombreux très riche. Elle se partage aussi avec les hommes clefs de l'entreprise pour obtenir leur loyauté. C'est le principal moyen des experts comptable pour s'enrichir: ces 1% ou 0,1% qu'il acquiert. Le mieux côté conjoint est de faire une séparation de bien avant mais ça peut être la goute d'eau or un divorce est le pire qu'il puisse arriver à un entrepreneur dans sa phase à risque.
C'est ce que j'exprimais dans un post précédent, c'est de l'accompagnement solidaire auquel je souhaite donner un cadre fiscal et sans ambiguité.
neron a écrit : Amha offre lui ce support mais n'en met pas plus que ce que vaudra son amitié si il perd tout (garde en un peu pour sa soif si cela lui arrive). Plus que ton argent (si sa demande reste dans le raisonnable), c'est un entourage, un environnement affectif qu'il recherche à sécurisé - comme dans la "vérité si je mens", avant de se lancer dans l'inconnu, inconnu qui bouleversera sa vie et votre relation un peu aussi
Pas vu le film, j'ai zappé au bout de cinq minutes, expression et vacarme insupportable.
Je me fiche de perdre cette somme, et ça ne le laissera pas en slip s'il perd sa mise, c'est sa prime de départ de sa boite précédente, donc ça passe en argent de poche pour lui. L'idée est qu'il cherche à se faire plaisir.
neron a écrit : PS1: Tu dis que cette boite vaut 10 m€. et aurait 200 salariés. Or si elle vaut 10, elle doit faire 10 m€ de CA(val=benef/tx=CA), soit 100 salariés dans l'industrie ou 50 en SSII/service ou 10 en NTIC. 200 salariés c'est just amha sauf dans le nettoyage /babysitting, ...
Je vérifierai les chiffres quand il m'en reparlera. Mais cf supra.
neron a écrit : PS2: Si tu rentre niveau holding, tu gagneras par la valorisation des parts sur le LT avec un risque total, si tu rentre niveau SA tu auras ta part des dividendes importants qu'il lui faut remonter à la holding pour rembourser du prêt) sans effet de levier sur la valeur de ta part. Comme avec tous fonds d'investissement, la holding doit aspirer tous les actifs et tous les revenus de la SA.
Je note, je vais me renseigner sur la différence, merci.
neron a écrit : PS3: Quand ton ami va te parler de sa proposition, il va juger si ton comportement/proximité lui sera bénéfique. Si tu t'y montre avide, mesquin, grip-sous ... tu risques qu'il te bazarde ou que votre amitié vacille. L’être humain normal tisse proximité avec 3 à 7 gars. pas 2 ni 15.
Je prends cela pour une remarque générale pour le fil. Dans le contexte, c'est strictement impossible. Pour le nombre d'amis, je ne suis pas quelqu'un de "normal", ça fait longtemps que je le sais, et lui non plus.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 9471
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: love money

#18 Message par Jeffrey » 19 sept. 2019, 13:14

ignatius a écrit :
19 sept. 2019, 11:10
A voir si c'est compatible avec le statut de fonctionnaire et quelles sont les limites réglementaires de la participation au projet.
si tu pouvais servir à quelque chose ... ça ne parle pas de Pinel :wink:
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 32116
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: love money

#19 Message par ignatius » 19 sept. 2019, 13:21

---
Modifié en dernier par ignatius le 21 sept. 2019, 17:03, modifié 1 fois.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

part
-+
-+
Messages : 1840
Enregistré le : 02 nov. 2011, 11:01

Re: love money

#20 Message par part » 19 sept. 2019, 13:28

Jeffrey,

Je serais bien incapable de répondre à tes demandes d'information précises. Pour moi, la love money, c'est les 6 000 € que ma mère m'a donné pour commencer.

Je veux juste rebondir sur cela.
Assez curieusement, je le vois pour lui comme une forme de sérénité morale, la possibilité de discuter des choses qui arrivent autour d'un whisky s'il en a besoin.
Juste pour dire que je pense que tu as raison sur ce diagnostic. Que c'est quelque chose d'hyper précieux.

J'ai souvent pensé à faire quelque chose de cet ordre : vendre quelques pourcentages à des amis. Pas pour l'argent que cela apporterait car il ne ferait pas de différence. Mais juste pour les intéresser au projet et avoir des avis impliqués en face de moi.

Je l'ai jamais fait car cela n'avait pas de sens au début et qu'aujourd'hui, cela voudrait dire beaucoup de paperasse. Mais c'est sûr qu'il me manque ce whisky.

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9992
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

Re: love money

#21 Message par neron » 19 sept. 2019, 21:52

Jeffrey a écrit :
19 sept. 2019, 13:13
Je n'ai pas demandé qu'on me parle de la bourse ou du rachat général d'une entreprise, ni de comment monter une start up. Je demandais un ou deux liens sur le cadre définissant ce qu'on appelle "love money", quelques ordres de grandeur qu'apparemment tu sais annoncer sur des trucs encore plus vagues, comme le % que cela représente en moyenne par rapport à l'investisseur premier.
:oops: :oops: Désolé je pensais que tu ne savais pas comment un proche peux te faire participe à son aventure entrepreneuriale, les tours/t détours

Je suis donc bien incapable de répondre à ta demande précise. Pour moi que ce soit 10 €. ou 1m€, la loi est la même.
La carte que les médias vous vendent n'est pas le territoire où vous vivez

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 9471
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: love money

#22 Message par Jeffrey » 19 sept. 2019, 22:08

neron a écrit :
19 sept. 2019, 21:52
Jeffrey a écrit :
19 sept. 2019, 13:13
Je n'ai pas demandé qu'on me parle de la bourse ou du rachat général d'une entreprise, ni de comment monter une start up. Je demandais un ou deux liens sur le cadre définissant ce qu'on appelle "love money", quelques ordres de grandeur qu'apparemment tu sais annoncer sur des trucs encore plus vagues, comme le % que cela représente en moyenne par rapport à l'investisseur premier.
:oops: :oops: Désolé je pensais que tu ne savais pas comment un proche peux te faire participe à son aventure entrepreneuriale, le tour et détour
C'est la troisième fois qu'on me le propose en deux ans. Une fois pour monter un pôle d'enseignement universitaire privé, l'autre fois pour trouver un plan type data mining sur une entreprise d'un secteur du secondaire pour augmenter des performances en matière d'analyse de failles et défauts. Et cette troisième fois juste pour accompagner un pote dans une démarche de changement de cap.
Les trois fois, ce sont des amis différents, l'un ami d'enfance, l'autre un de mes anciens profs de fac et le troisième un camarade d'école d'ingé. A chaque fois, des gens que je connais depuis au moins trente ans ou quarante ans, à chaque fois il s'agit de partager une aventure, un projet commun.
Les gens qui me le proposent me connaissent. Un ils savent que le fric ne m'intéresse pas plus que cela - c'est à dire que j'en ai assez et en tout cas plus que je n'en dépense -. Deux, je ne suis probablement pas bon pour faire du fric, sinon j'aurais peut être trouvé cela intéressant d'en faire plus, mais ils savent que je sais faire certaines choses assez proprement.
Ce que je veux dire, c'est que contextuellement, tes réponses ont probablement un intérêt par rapport au sujet du fil, mais en ce qui me concerne, j'étais parti sur un questionnement plus ciblé.
Donc déjà merci pour tes réponses, c'est intéressant. Je pense quand même que ça mérite d'être un peu nettoyé, parce que je pige pas tout ce que tu expliques, et d'après moi, c'est peut être simplement manquer d'humilité, mais ça veut souvent dire que c'est pas nickel limpide tout court.
Quis custodiet ipsos custodes?

Répondre