Bretagne. Immobilier : un marché figé

Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
YoppY
~~+
~~+
Messages : 11574
Enregistré le : 01 avr. 2009, 16:06

Bretagne. Immobilier : un marché figé

#1 Message par YoppY » 25 janv. 2013, 15:11

Bretagne. Immobilier : un marché figé
ouest france, ce jour
http://www.entreprises.ouest-france.fr/ ... 2013-83027
En Bretagne, le bilan 2012 ne sera connu qu'en février. Les notaires parlent « de stabilité et d'acheteurs attentistes ».
Logements neufs : l'effondrement

Sans donner encore de chiffres précis, les notaires bretons parlent « d'un effondrement des ventes de logements neufs, sauf dans les centres des grandes villes ». Le dispositif Scellier s'achève. Cette perspective, et l'incertitude entourant la loi Dufflot qui lui succède, ont sévèrement refroidi les investisseurs qui achètent un bien immobilier neuf pour le louer, moyennant une incitation fiscale. Or cette catégorie représentait jusqu'ici près de 80 % des achats.
Des champions de la défisc les bretons ?
Logements anciens : l'attentisme

Sur le marché des logements anciens, le nombre de transactions s'annonce en baisse sensible. Mais, selon les notaires, les prix des ventes enregistrés en 2012, qui seront annoncés département par département à partir de février, sont stables. « Et, en 2013, il ne devrait pas y avoir de décrochage brutal comme en 2008, grâce au très bas niveau des taux des prêts immobiliers » avance Me Jean Dugor, président du conseil
Les taux vont sauver le marché ? Pas sur...
« L'attentisme des acheteurs s'explique en partie par l'instabilité fiscale. » Les notaires bretons évoquent notamment la disparition du prêt à taux zéro « qui pénalise les primo accédants : ils ont disparu du marché de l'ancien », et la fin de la défiscalisation Scellier « qui trouble les investisseurs ».

Avatar du membre
crispus
~~+
~~+
Messages : 6451
Enregistré le : 11 août 2007, 12:44

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#2 Message par crispus » 25 janv. 2013, 15:27

Bretagne. Immobilier : un marché figé
Le dégel approche... 8)
Et, en 2013, il ne devrait pas y avoir de décrochage brutal comme en 2008, grâce au très bas niveau des taux des prêts immobiliers
Les notaires bretons évoquent notamment la disparition du prêt à taux zéro
Explication digne de la méthode Coué : le PTZ permettait auparavant de réduire le taux global (enfin dans certains cas) :roll:

Et la hausse de l'apport demandé, ils en pensent quoi ? :mrgreen:

Au fait, si quelqu'un connaît le montant de l'apport moyen des primos je suis preneur :oops:

Avatar du membre
YoppY
~~+
~~+
Messages : 11574
Enregistré le : 01 avr. 2009, 16:06

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#3 Message par YoppY » 25 janv. 2013, 16:00

crispus a écrit :Au fait, si quelqu'un connaît le montant de l'apport moyen des primos je suis preneur :oops:
http://www.adil29.org/publications/de-ladil/
viewtopic.php?p=1612733#p1612733
L’apport personnel : 27 200 € dont < 7 500 € : 42 %
Une durée moyenne d’opération de 21 ans
Le PTZ+ dans 8 projets sur 10
Le prêt PAS dans 20 % des projets
9 projets sur 10 sont jugés viables.
Progression du prix, accédant à la propriété :

neuf :
2009 : 138 100
2010 : 156 400
2011 : 165 800

ancien :
2009 : 128 500
2010 : 133 800
2011 : 127 500
L'apport moyen est élevé, mais presque la moitié des primo du 29 ont un apport inférieur à 7500€.
D'ailleurs on ne sait pas si c'est avec ou sans PTZ

De rien, ca te fera 10 balles et un Mars :wink:

Sinon, un lien intéressant sur l'effet du PTZ dans l'ancien dans le finistère (ça du être pareil à peu près partout en province) => http://www.adil29.org/fileadmin/Sites/A ... _bilan.pdf

Image

Image

Avatar du membre
YoppY
~~+
~~+
Messages : 11574
Enregistré le : 01 avr. 2009, 16:06

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#4 Message par YoppY » 08 août 2014, 15:15

Un an plus tard, le "décrochage brutal" grâce au "niveau très bas des taux" a-t-il était évité comme l'avaient prévu les notaires ?

En Bretagne, l'immobilier résiste sur le littoral, mais les prix chutent dans les terres
Lemonde / 08/08/14
http://www.lemonde.fr/immobilier/articl ... 06281.html
« Il est à nouveau possible de trouver en Bretagne un appartement à moins de 1 000 euros le mètre carré ou une maison à moins de 120 000 euros. » Me Pierre-Luc Vogel, vice-président du Conseil supérieur du notariat et notaire à Saint-Malo, fait le constat que partout dans la région, les prix baissent. Si quelques stations résistent, elles se comptent sur les doigts d'une main.
« Jusqu'en 2012, la majorité des stations bénéficiant d'une image de marque très forte comme La Baule, Carnac ou Dinard avaient effectivement résisté au retournement de la conjoncture, mais aujourd'hui le recul des prix est général », écrivent les notaires bretons dans leur dernier baromètre de l'immobilier.
A La Baule, station pourtant prisée des Parisiens, les prix des biens situés sur le littoral ont baissé d'au moins 10 % par rapport à leur sommet, et le repli atteint rapidement 30 %, voire 40 % quand on s'éloigne des plages. Les appartements proposées à la vente n'ont jamais été aussi nombreux, et beaucoup de constructions datant des années 1960 et 1970 ont mal vieilli. Un appartement avec vue sur la mer se vendait entre 6 000 et 7 000 euros le mètre carré avant la crise. En cas de travaux important, son prix peut désormais tomber à 4 500 euros
« La baisse n'est pas finie, annonce Franck Leroy, qui tient une agence Guy Hoquet à La Baule. Notre marché étant constitué à 70 % de résidences secondaires, les acheteurs peuvent facilement décaler leur projet d'acquisition dans le temps. »
Trop loin de la capitale pour attirer les Parisiens et leur pouvoir d'achat, le Finistère souffre. Par exemple, il est possible de trouver un appartement bien situé à Dournenez pour moins de 100 000 euros et une petite maison avec un budget de 150 000 euros à Morlaix, ce qui n'était pas envisageable avant la crise
« Ce type de bien n'a perdu que 12 % depuis 2008 car la demande est forte, poursuit le notaire malouin. En revanche, pour les autres, c'est beaucoup plus difficile. Je n'ai jamais vu autant de biens à la vente ! » Dès qu'il manque un parking ou un ascenseur, ou qu'il y a des travaux importants à réaliser, les prix chutent.
Dès que l'on s'enfonce dans les terres, les baisses des prix sont spectaculaires. Le repli atteint rapidement entre 15 % et 20 %, voire davantage s'il y a des travaux.
De façon générale, les maisons de campagne des années 1970 éloignées des agglomérations souffrent, surtout si elles n'ont pas été rénovées. « Il y en a beaucoup à vendre car leurs propriétaires, en vieillissant, souhaitent se rapprocher des centres-villes »
« Avant la chute de la Bourse en 2007, on voyait des Parisiens prêts à dépenser plus d'un million d'euros, explique un notaire de Dinard. Désormais, leur budget est plutôt compris entre 400 000 euros et 500 000 euros. »
C'est dans les biens dits « de prestige » que les baisses de prix sont les plus marquées. Une grande maison d'architecture classique de 500 m2 située sur la place principale de Dinard avec vue sur la mer, initialement proposée à 4 millions d'euros, attend toujours un acheteur, malgré un prix récemment ramené à 2,5 millions d'euros.

pimousse
troll un peu lourd
Messages : 4842
Enregistré le : 08 mai 2011, 14:41

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#5 Message par pimousse » 08 août 2014, 17:57

quel bonheur de dépendre des tarifs prohibitifs de la sncf
blablacar
Voyagez amplement moins cher que le train avec checkmybus : comparateur de car longue distance, par exemple lyon-bordeaux pour 19 euros au lieu d'environ 150, le covoiturage avec karzoo ; covoiturage-libre ; laroueverte ; blablacar ; wetruck ; leboncoin

Avatar du membre
crispus
~~+
~~+
Messages : 6451
Enregistré le : 11 août 2007, 12:44

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#6 Message par crispus » 09 août 2014, 17:27

« Avant la chute de la Bourse en 2007, on voyait des Parisiens prêts à dépenser plus d'un million d'euros, explique un notaire de Dinard. Désormais, leur budget est plutôt compris entre 400 000 euros et 500 000 euros. »
Je sens que je vais commencer à regarder les produits d'exception :lol:

Avatar du membre
YoppY
~~+
~~+
Messages : 11574
Enregistré le : 01 avr. 2009, 16:06

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#7 Message par YoppY » 10 août 2014, 13:26

crispus a écrit :
« Avant la chute de la Bourse en 2007, on voyait des Parisiens prêts à dépenser plus d'un million d'euros, explique un notaire de Dinard. Désormais, leur budget est plutôt compris entre 400 000 euros et 500 000 euros. »
Je sens que je vais commencer à regarder les produits d'exception :lol:
Est-ce les parisiens qui s'appauvrissent, ou considèrent-ils que proposer 50% de moins qu'il y a quelques années est déjà largement suffisant ? :wink:

J'aime bien aussi la formulation du notaire de saint-malo : « Ce type de bien n'a perdu que 12 % depuis 2008 car la demande est forte, poursuit le notaire malouin. En revanche, pour les autres, c'est beaucoup plus difficile. Je n'ai jamais vu autant de biens à la vente ! »
"Que" -12% pour le secteur le plus demandé et le plus touristique du secteur... C'est combien tout le reste, là où la demande n'est pas "forte" et où les biens à vendre sont surtout destinés aux locaux ? -20, -30 ?

danteaeris
Messages : 75
Enregistré le : 05 juin 2014, 13:52
Localisation : Brest

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#8 Message par danteaeris » 11 août 2014, 08:46

Cela fait un moment que je scrute attentivement les annonces sur la côte nord finistère.

On trouve quand même de nombreuses annonces qui datent un peu, à des prix astronomiques.
Sur la côte nord, on trouve encore facilement des annonces qui tapent le 3000€/m².

Quand on voit via patrim les biens qui se vendent effectivement, la différence est énorme : des biens situés à 100m de la plage se sont vendus à des prix de l'ordre de 2000€/m².
Mais les maisons normales partent à des prix de l'ordre de 800-1300€/m² (selon la qualité).
Je vois donc mal comment ces maisons ayant "juste" vue mer pourraient se vendre 3000€/m². (Sachant que dans ces coins-là, y'en a quand même beaucoup des maisons avec vue mer...)
Sachant que celles qui se vendent autour de 1300€/m² sont des maisons qui n'ont pas 10 ans.

Pour les maisons à rafraichir, j'ai bien l'impression qu'à 1000€/m², elles ne partent pas : c'est pas parce que la maison est jolie et propre qu'elle ne nécessite pas de travaux. Avec les travaux elle reviendrait donc à trop cher.
Pour ce qui est de celles qui nécessitent une rénovation (voire grosse rénovation), à 800€/m² c'est encore trop on dirait. On en trouve bcp à ce prix qui ne partent pas.
D'autant qu'il ne faut pas oublier qu'une proportion non négligeable de ces maisons est atteinte par cette chère mérule (ce qui fait fuir de nombreux acheteurs potentiels). Pour ces biens-là, j'ai du mal à savoir à quel prix ils pourraient partir : 400-500€/m² ?

Cela vous semble-t-il déconnant ?
On voit des articles sur pas mal de départements où les prix ont vraiment chuté, mais pour la côte nord du Finistère, il y a assez peu de sources. Il n'y a donc que Castorus, Immonot et patrim pour tenter d'y comprendre quelque chose.

Avatar du membre
YoppY
~~+
~~+
Messages : 11574
Enregistré le : 01 avr. 2009, 16:06

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#9 Message par YoppY » 11 août 2014, 09:02

danteaeris a écrit :Quand on voit via patrim les biens qui se vendent effectivement, la différence est énorme : des biens situés à 100m de la plage se sont vendus à des prix de l'ordre de 2000€/m².
Mais les maisons normales partent à des prix de l'ordre de 800-1300€/m² (selon la qualité).
Je vois donc mal comment ces maisons ayant "juste" vue mer pourraient se vendre 3000€/m².
Certainement parce que contrairement à la majorité des autres biens ce ne sont pas des actifs locaux qui les achètent (avec leurs revenus). C'est le problème de toutes les zones "touristiques".
danteaeris a écrit :D'autant qu'il ne faut pas oublier qu'une proportion non négligeable de ces maisons est atteinte par cette chère mérule (ce qui fait fuir de nombreux acheteurs potentiels).
HS : il me semble avoir lu que ALUR allait rendre obligatoire le diagnostic mérule dans toutes les zones à risques.

danteaeris
Messages : 75
Enregistré le : 05 juin 2014, 13:52
Localisation : Brest

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#10 Message par danteaeris » 11 août 2014, 09:12

YoppY a écrit :
danteaeris a écrit :D'autant qu'il ne faut pas oublier qu'une proportion non négligeable de ces maisons est atteinte par cette chère mérule (ce qui fait fuir de nombreux acheteurs potentiels).
HS : il me semble avoir lu que ALUR allait rendre obligatoire le diagnostic mérule dans toutes les zones à risques.
Oui, le diagnostic est en effet obligatoire (loi Alur ou pas, je sais pas). Mais ils ne le disent pas clairement : "Oui, il y a quelques moisissures, je vais demander un devis si vous voulez". Et là, on reçoit un devis assez fantaisiste de l'entreprise surement la moins chère de toute la région ^^


Pour ce qui est des 2500-3000€/m², en effet, c'est un marché de RS. Mais j'ai cru comprendre que globalement, c'est ultra bloqué comme marché. :wink:
En fait, je voulais plutôt faire allusions à des maisons assez banales ayant une vue mer lointaine qui sont mises en vente au même prix par m² que certaines ayant littéralement les pieds dans l'eau :shock:

Avatar du membre
YoppY
~~+
~~+
Messages : 11574
Enregistré le : 01 avr. 2009, 16:06

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#11 Message par YoppY » 11 août 2014, 09:26

danteaeris a écrit :
YoppY a écrit :
danteaeris a écrit :D'autant qu'il ne faut pas oublier qu'une proportion non négligeable de ces maisons est atteinte par cette chère mérule (ce qui fait fuir de nombreux acheteurs potentiels).
HS : il me semble avoir lu que ALUR allait rendre obligatoire le diagnostic mérule dans toutes les zones à risques.
Oui, le diagnostic est en effet obligatoire (loi Alur ou pas, je sais pas). Mais ils ne le disent pas clairement : "Oui, il y a quelques moisissures, je vais demander un devis si vous voulez". Et là, on reçoit un devis assez fantaisiste de l'entreprise surement la moins chère de toute la région ^^
Moi j'ai compris que pour l'instant c'est fortement conseillé mais pas obligatoire. D'ailleurs j'ai jamais vu de diag mérules dans les maisons normandes, même anciennes, que j'ai visité. A priori pour l'instant c'est juste conseillé, parce qu'en cas de découverte de mérule après la vente, l'acheteur peut se retourner contre le vendeur et parfois ca passe.
La situation actuelle : http://droit-finances.commentcamarche.n ... tic-merule
En cas de vente ou de location d'un bien immobilier, l'établissement d'un diagnostic concernant la présence de mérules n'est pas obligatoire (contrairement aux autres diagnostics imposés par la loi).

Lorsque le bien est situé dans une zone à risques (Bretagne, Normandie, ...) et/ou présente des conditions favorables à la présence du champignon (bâtiment ancien, cave mal aérée, ...) il est néanmoins conseillé à l'acquéreur de demander au vendeur l'établissement d'un diagnostic. Le développement visible de mérules peut en effet n'apparaitre que plusieurs mois après une contamination.

Responsabilité du vendeur

La jurisprudence considère que la présence de la mérule peut, sous certaines conditions, constituer un vice caché de nature à engager la responsabilité civile du vendeur.


La situation future : http://www.boursorama.com/actualites/di ... d24e2a83cd
Diagnostic en cas de vente

Lorsqu'un bien immobilier sera vendu dans une zone avec un « risque de mérule » précisé par arrêté préfectoral, un diagnostic devra être fait sur la présence d'un risque effectif de ce champignon, dans le logement. Il devra être joint au DDT.
danteaeris a écrit :Pour ce qui est des 2500-3000€/m², en effet, c'est un marché de RS. Mais j'ai cru comprendre que globalement, c'est ultra bloqué comme marché. :wink:
En fait, je voulais plutôt faire allusions à des maisons assez banales ayant une vue mer lointaine qui sont mises en vente au même prix par m² que certaines ayant littéralement les pieds dans l'eau :shock:
Ca ce sont des vendeurs qui espèrent trouver des parisiens. L'espoir fait vivre.
Pour ce qui est du blocage, oui, le marché des RS est difficile sur la majeure partie du littoral ouest. La réforme fiscale sur les PV de RS a certainement accéléré le mouvement.
Pour ce qui est des évolutions de prix, les notaires peuvent déjà te donner une idée de ce qui se passe (uniquement les RS) :

Image

danteaeris
Messages : 75
Enregistré le : 05 juin 2014, 13:52
Localisation : Brest

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#12 Message par danteaeris » 11 août 2014, 09:52

HS : Mon rêveur préféré : http://www.leboncoin.fr/ventes_immobili ... htm?ca=6_s
Sachant qu'une maison pas trop loin, dans la même configuration s'est vendue pour presque 3 fois moins y'a quelques mois !

danteaeris
Messages : 75
Enregistré le : 05 juin 2014, 13:52
Localisation : Brest

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#13 Message par danteaeris » 11 août 2014, 10:52

Ardoise a écrit : Les acheteurs ne sont pas des parisiens, mais des Brestois qui veulent avoir une RS, les jeunes sont moins nombreux car il existebeaucoup de terrains à vendre qui ne prennent plus preneurs.
Ou bien des gens travaillant sur brestois qui ne veulent pas vivre en ville mais plutôt à la campagne ou en bord de mer :D (Peut-être pas la majorité, j'en sais trop rien)
Je surveille plutôt les 29870 et 29880 :)

franckyfranck
+
+
Messages : 2594
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#14 Message par franckyfranck » 11 août 2014, 12:35

Est-ce les parisiens qui s'appauvrissent, ou considèrent-ils que proposer 50% de moins qu'il y a quelques années est déjà largement suffisant ? :wink:
Ben les parisiens ont vu leur immobilier augmenter fortement depuis l'an 2000. Je crains que l'argent qui auparavant servait à acheter des RS soit passé dans l'habitation principale. Du coup, plus de fric pour ce genre d'achat. Couplé au fait que les plus jeunes préférent majoriairement aller en vacances partout à l'étranger plutot que de s'attacher à un coin avec une maison de campagne. Les plus agés pensent aussi aux futures études de leurs enfants et savent qu'aujourd'hui un loyer à Paris est délirant. Ils économisent donc en fonction lorsqu'ils ont envie que leurs enfants soient indépendents plus vite.

Les quelques personnes intéréssées ont bien compris cela et font des offres basses car ils savent que cela ne vaut pas plus en ce moment. Et les locaux font des offres compatibles avec leurs revenus ils peuvent de nouveau acheter dans le coin.

danteaeris
Messages : 75
Enregistré le : 05 juin 2014, 13:52
Localisation : Brest

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#15 Message par danteaeris » 11 août 2014, 13:35

Le terme "Attentisme" revient assez souvent dans la bouche des notaires du coin. Déjà il y a 6 mois la revue des notaires du Finistère faisait état d'un attentisme des acheteurs qui se poursuivait. Eh ben il se poursuit encore.

D'après de nombreuses personnes de mon entourage, c'est osé, mais souhaitant une maison à rénover, je ne veux pas mettre plus de 400-500€/m² (400 si la maison est grande, 500 si elle l'est moins).
Pourquoi se précipiter alors qu'il y a tant de maisons à vendre et dont les vendeurs veulent se débarrasser.

Un cas qu'on retrouve souvent : les parents âgés ne vivant plus dans la maison, les enfants souhaitent se débarrasser de cette maison qu'ils doivent venir entretenir régulièrement (et en ont marre). Pas ou peu de visites, ils se lassent petit à petit.
Certains laissent même entendre tout de suite qu'ils sont prêts à baisser le prix alors que la maison est en vente depuis quelques jours seulement.

J'ai l'occasion de passer régulièrement à coté de quelques maisons qui m'intéressent et qui ne trouvent pas acheteur. J'y jette de temps en temps un oeil pour voir si la pelouse est tondue : pelouse pas tondue -> pas de visite :D

Quid de la technique de l'offre "très basse" (-40/50%) limitée dans le temps - A prendre ou à laisser ?

pierre56
Messages : 395
Enregistré le : 30 janv. 2012, 10:22

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#16 Message par pierre56 » 11 août 2014, 13:39

Sur mon secteur (coin huppé et très touristique), les prix ont très clairement baissé. Au niveau de ma commune, les droits de mutation ont chuté de 40%. Le marché est clairement bloqué avec depuis 6 mois une acceleration flagrante.

Un petit exemple. J'appelle pour une maison de pays (environ 60m2) à rénover entièrement et en profondeur. Cette maison a été vendue en 2011 180K€, le vendeur en veut aujourd'hui 150K€ (négociable) et elle partira dans les 130K€. Bien que peu intéressé, j'ai discuté avec le gars en évoquant un possible intérêt à 100K€. Réponse du vendeur, faite-moi une offre écrite, je vais réfléchir. En 5 ans, j'estime la baisse à environ 20% voire plus sur les biens avec travaux.

Par contre, les apparts neufs, en centre ville conservent des prix élevés, les papy boomer assurant la demande de ce type de biens.
Modifié en dernier par pierre56 le 11 août 2014, 20:10, modifié 2 fois.

Avatar du membre
mat 72
Presse
Presse
Messages : 3250
Enregistré le : 09 déc. 2005, 01:56
Localisation : sarthe

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#17 Message par mat 72 » 11 août 2014, 13:41

danteaeris a écrit :HS : Mon rêveur préféré : http://www.leboncoin.fr/ventes_immobili ... htm?ca=6_s
Sachant qu'une maison pas trop loin, dans la même configuration s'est vendue pour presque 3 fois moins y'a quelques mois !
"vue carte postale" sur la vase :mrgreen:

"effet garanti !"
Ces AI et ces notaires, quelle engeance !

danteaeris
Messages : 75
Enregistré le : 05 juin 2014, 13:52
Localisation : Brest

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#18 Message par danteaeris » 11 août 2014, 14:08

pierre56 a écrit :Un petit exemple. J'appelle pour une maison de pays (environ 60m2) à rénover entièrement et en profondeur. Cette maison a été vendue en 2011 180K€, le vendeur en veut aujourd'hui 150K€ (négociable) et elle partira dans les 130K€. Bien que peu intéressé, j'ai discuté avec le gars en évoquant un possible intérêt à 100K€. Réponse du vendeur, faite-moi une offre écrite, je vais réfléchir. En 5 ans, j'estime la baisse à environ 20% voire plus sur les biens avec travaux.
Le vendeur a pas été trop choqué ?
Tu as finalement fait une offre écrite ?

Ca m'intéresse ce genre d'histoires... Et surtout leur issue ;)

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 12789
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#19 Message par cashisking » 11 août 2014, 14:10

pierre56 a écrit :Le marché est clairement bloqué avec depuis 6 mois une acceleration flagrante.
L'accélération du blocage, c'est beau comme un discours de la Fnaim :mrgreen:

Avatar du membre
Immoboum
Messages : 135
Enregistré le : 07 août 2014, 15:55
Localisation : Sceaux - 92
Contact :

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#20 Message par Immoboum » 11 août 2014, 14:34

cashisking a écrit : L'accélération du blocage, c'est beau comme un discours de la Fnaim :mrgreen:
J'adore aussi
:mrgreen: :mrgreen:
Créateur du blog Immoboum en 2005 http://immoboum.canalblog.com/
Bullomaniac sévère
Maxime

pierre56
Messages : 395
Enregistré le : 30 janv. 2012, 10:22

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#21 Message par pierre56 » 11 août 2014, 14:51

Immoboum a écrit :
cashisking a écrit : L'accélération du blocage, c'est beau comme un discours de la Fnaim :mrgreen:
J'adore aussi
:mrgreen: :mrgreen:
:lol: c'est pas moi, j'ai écrit à l'insu de mon plein gré. :mrgreen:

Pour l'offre, je n'ai rien fait, c'était à mon goût encore beaucoup trop cher.

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 19930
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#22 Message par lecriminel » 11 août 2014, 16:16

pierre56 a écrit : Par contre, les apparts neufs, en centre ville conserve des prix élevés, les papy boomer assurant la demande de ce type de biens.
Ardoise, tu es tellement prévisible.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 19930
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#23 Message par lecriminel » 11 août 2014, 22:41

c'est toi qui fais des erreurs, je ne te hais point,
au contraire tu me fais rire
Tout n'est pas figé en centre ville.
Ca fait 2 fois que je téléphone
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

danteaeris
Messages : 75
Enregistré le : 05 juin 2014, 13:52
Localisation : Brest

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#24 Message par danteaeris » 12 août 2014, 10:45

Pour le fun : http://www.leboncoin.fr/ventes_immobili ... htm?ca=6_s

D'après Castorus : baisse de 52%...

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 27293
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#25 Message par Gpzzzz » 12 août 2014, 10:57

L entretien doit pas etre donné. Et la chaumière a l air d etre a changer !!!
A 100ke ( 400e le.m2) ca doit commencer a etre jouable !

gdronni
Messages : 55
Enregistré le : 20 janv. 2006, 10:53
Localisation : paris

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#26 Message par gdronni » 13 août 2014, 08:20

danteaeris a écrit :Pour le fun : http://www.leboncoin.fr/ventes_immobili ... htm?ca=6_s

D'après Castorus : baisse de 52%...

C'est ... comment dire ... SUPER MOCHE !

Avatar du membre
YoppY
~~+
~~+
Messages : 11574
Enregistré le : 01 avr. 2009, 16:06

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#27 Message par YoppY » 24 oct. 2014, 11:03

Saint-Brieuc: Une maison à vendre ouvre ses portes samedi
Maville, 24/10/14
http://www.saint-brieuc.maville.com/act ... 8_actu.Htm
Jean-Michel Éouzan ne manque pas d’idées pour braver un marché morose. Il organise, à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) une vente ciblée sur un bien dont le prix a été baissé.
Dans la maison, à trois jours de la porte ouverte, le propriétaire s'affaire pour que son bien soit le plus attrayant possible.
« On y a vécu 14 ans, on appréciait la vue dégagée, la proximité du centre-ville. J'ai fait faire de gros travaux », raconte-t-il.

Elle était estimée 285 000 €. Malgré ses qualités et son parfait état, elle n'a pas trouvé preneur jusqu'à présent.
« Samedi, elle sera en vente à 210 000 €, honoraires d'agence inclus. C'est une grosse baisse de prix, un acheteur ne peut pas se tromper sur cette affaire », annonce Jean-Michel Éouzan.
Donc achat en 2000, pile poil au début de la bulle. Les -30% il peut donc les encaisser sans problème, il peut même aller plus bas :mrgreen:

Avatar du membre
YoppY
~~+
~~+
Messages : 11574
Enregistré le : 01 avr. 2009, 16:06

Re: Bretagne. Immobilier : un marché figé

#28 Message par YoppY » 15 juil. 2015, 16:43

"Depuis le début de l'année, les prix de l'immobilier ont encore baissé de 2 à 5% à Saint-Malo"
Capital, 13/07/15
http://www.capital.fr/immobilier/zoom-s ... lo-1054315
Capital.fr : Comment sont orientés les prix aujourd’hui ?
Xavier Etraves : Depuis le début de l’année, ils ont subi une lente érosion, de l’ordre de 2 à 5% selon l’état et la localisation. Lorsque le bien a un défaut, qu’il est à rafraichir, n’a pas une orientation parfaite ou dispose d’un jardin un peu petit, les acheteurs n’hésitent pas à faire des propositions à la baisse, souvent cohérentes. Si les propriétaires n’acceptent pas d’ajuster leurs prétentions, ils ne vendent pas, car les acheteurs portent alors leurs recherches ailleurs. Comme le choix reste vaste dans la ville, malgré la mini-embellie que nous connaissons depuis quatre mois, la légère diminution des prix risque de continuer d’ici la fin de l’année. Si les taux remontent brutalement en revanche, elle pourrait être plus sensible.

Répondre