CORSE

Message
Auteur
_MARIE_

CORSE

#1 Message par _MARIE_ » 21 déc. 2005, 21:29

L'immobilier en Corse.

pitouchok

#2 Message par pitouchok » 21 déc. 2005, 21:35

KrachBoom a écrit :Ca s'éffondre, mais pour des raisons plus simples à comprendre

http://permanent.nouvelobs.com/societe/ ... .html?0916

:oops:
Je voulais la faire mais je n'osais pas :lol:

NicoNico

#3 Message par NicoNico » 22 déc. 2005, 18:55

KrachBoom a écrit :Ca s'éffondre, mais pour des raisons plus simples à comprendre

http://permanent.nouvelobs.com/societe/ ... .html?0916

:oops:
:D :D :D

NicoNico

#4 Message par NicoNico » 22 déc. 2005, 18:56

KrachBoom a écrit :Oui, c'était facile... Ceci dit, si je ne cautionne pas le principe, ça a le mérite d'épargner les côtes corses du bétonnage massif
Ca a surtout le mérite de pas être bétonné par les promoteurs continentaux.

NicoNico

#5 Message par NicoNico » 22 déc. 2005, 19:04

NicoNico a écrit :
KrachBoom a écrit :Oui, c'était facile... Ceci dit, si je ne cautionne pas le principe, ça a le mérite d'épargner les côtes corses du bétonnage massif
Ca a surtout le mérite de pas être bétonné par les promoteurs continentaux.
Voir par exemple http://www.chez.com/levante/loi_littora ... _monde.htm

TSUNAMI

Re: CORSE

#6 Message par TSUNAMI » 22 déc. 2005, 23:25

chte_marie a écrit :L'immobilier en Corse.
bonsoir,

Rien n'est simple en Corse, le sujet est trop vaste pour en débattre, et seul les gens qui y ont vécus plusieurs années peuvent commencer à comprendre, avec beaucoup de patience et d'humilité. :wink:

Chaque communauté a son lot de "violence" que je ne cautionne pas, mais beaucoup de gens arrivent également en se comportant comme en terrain conquis, certains s'installent n'importe ou, pensant qu'avec de l'argent ils peuvent tout acheter, d'autres ne payent pas leurs factures, d'autres encore font commerce de la drogue.............

J'aime la Corse, et les Corses pour des miliiers de raisons, et je n'ai pas peur d'y passer ma retraite dans quelques années. 8)

Actuellement les prix sont stables, trés cher pour les enfants du pays qui souhaitent rester au pays :oops:

Pour la petite histoire, il y a 6 ans , un terrain de 1500 m2 + belle construction de 140 M2, avec vue 180° sur la baie d'ajaccio revenait à 210 000 euros environ :lol:

Aujourd'hui à moins de 600 000 euros, c'est pas la peine d'essayer :cry:

Beaucoup de Corse en ont marre que leur terre soit devenu "un bronze cul" pour touristes alors que leurs enfants trouvent difficilement du travail pour nourrir correctement leurs familles, mais ils ne disent rien et surveillent d'un oeil attristé leur terre qui se vend petit à petit au plus offrant.

Vivre sur l'ile de beauté, c'est le paradis pour l'âme

Salutations 8)

lorindie

La Corse épargnée par l'éclatement de la bulle?

#7 Message par lorindie » 29 déc. 2005, 15:56

Quid de la Corse? Mon père est Corse et veut revenir s'y installer pour sa retraite et ma soeur y vit, avec son copain, dans un minuscule studio payé 400 euros par mois.
Les prix à la location sont démentiels là-bas, et ma soeur, qui a pourtant de tout petits moyens voudrait y acheter. J'essaie de l'en dissuader, mais tout le monde dit là_bas que le marché sur l'île de beauté (région d'Ajaccio surtout) est vraiment particulier. En gros :

-Toujours la croix et la bannière pour trouver une location : tapez location Studio, F1, F2 ou F3 sur selog_.com et on vous retournera : 0 réponse !!!
-Peu de Robien et de complexes neufs en tout genre, parce que c'est une entreprise risquée par là-bas, et parce que loi de protection du littoral... Donc pas d'augmentation de l'offre. Donc pas de baisse de loyers en vue
-Des propriétaires qui préfèrent louer 4 mois en été à un prix astronomique et laisser vides leurs appartements hors saison, plutôt que de louer à l'année. (Là, vous me direz, on est peut-être dans le même cas que la Côte d'Azur).

Alors la Corse restera-t-elle une île épargnée par l'éclatement de la bulle, ou bien, si ce n'est pas le cas, par quels mécanismes est-ce que ça pourrait baisser (une contagion simple est-elle possible?).

TSUNAMI

#8 Message par TSUNAMI » 16 janv. 2006, 22:01

Bonsoir,

Avis de tempête immobiliére et fonciére sur la région d'Ajaccio, et en Corse du Sud, ou les prix sont montés plus haut que le ciel. Les seules ventes concernent les biens d'exeption en bordure de mer ou pieds dans l'eau et avec des négociations trés importantes :idea:

Augmentation de la mise en vente "des résidences secondaires" ou les propriétaires du continent sentent la "tempête s'approcher". Ils veulent prendre leurs plus value, mais côté acheteurs, même pas de proposition tellement les prix annoncés sont chers :lol:

Les terrains à vendre sont un peu plus nombreux, mais comme les prix sont beaucoup trop haut, pas de clients, si pas de client moins de construction, si moins de construction, moins de travail, si moins de travail moins de sous, si moins de sous baisse de la consommation, si baisse de la consommation..........PROBLEMES :cry:

D'aprés mon amis travaillant dans la promotion immobiliére résidencielle "mauvaise limonade" déja que la saison 2005 n'a pas été formidable (Baisse en hôtellerie de 8%) il ne manquerait plus que 2006 soit mauvais :!:

Grosses baisses à venir, si la situation persiste, et si le reste des propriétaires de résidences secondaires cédent à la panique.

Pour les terrains si les propriétaires ne reviennent pas aux fondamentaux de 1997, Ils risquent d'attendre longtemps avant de vendre.

A suivre, mais les nouvelles ne sont pas bonnes pour l'ile de beauté

Salutations 8)

lorindie

#9 Message par lorindie » 17 janv. 2006, 14:56

TSUNAMI a écrit :Bonsoir,

Avis de tempête immobiliére et fonciére sur la région d'Ajaccio, et en Corse du Sud, ou les prix sont montés plus haut que le ciel. Les seules ventes concernent les biens d'exeption en bordure de mer ou pieds dans l'eau et avec des négociations trés importantes :idea:

Augmentation de la mise en vente "des résidences secondaires" ou les propriétaires du continent sentent la "tempête s'approcher". Ils veulent prendre leurs plus value, mais côté acheteurs, même pas de proposition tellement les prix annoncés sont chers :lol:

Les terrains à vendre sont un peu plus nombreux, mais comme les prix sont beaucoup trop haut, pas de clients, si pas de client moins de construction, si moins de construction, moins de travail, si moins de travail moins de sous, si moins de sous baisse de la consommation, si baisse de la consommation..........PROBLEMES :cry:

D'aprés mon amis travaillant dans la promotion immobiliére résidencielle "mauvaise limonade" déja que la saison 2005 n'a pas été formidable (Baisse en hôtellerie de 8%) il ne manquerait plus que 2006 soit mauvais :!:

Grosses baisses à venir, si la situation persiste, et si le reste des propriétaires de résidences secondaires cédent à la panique.

Pour les terrains si les propriétaires ne reviennent pas aux fondamentaux de 1997, Ils risquent d'attendre longtemps avant de vendre.

A suivre, mais les nouvelles ne sont pas bonnes pour l'ile de beauté

Salutations 8)
Ok, mais là, on parle surtout de résidences secondaires, c'est-à-dire de villas. Qu'en est-il des appartements pour les personnes habitant et travaillant sur l'île, qui n'auront de toutes façons pas les moyens de se payer ces villas, même si les prix baissent? Après test dans selog*, il n'y a aucune offre de location!
Si je comprends bien, il y a donc deux marchés déconnectés : celui des villas de vacances, et celui des appartements et maisons pour travailleurs et résidents? Et les deux sont-ils susceptibles de tomber?

D'autre part, que signifie "les terrains sont un peu plus nombreux" ? Qu'avant? Que les villas? Mes parents, découragés par le prix des maisons, cherchent depuis environ 3 ans un terrain à construire dans les environs, et eux non plus ne trouvent rien, ou bien des terrains tellement escarpés qu'il est inenvisageable de construire quoi que ce soit dessus.

Si votre ami a d'autres infos, ce serait gentil de nous tenir au courant!
Merci !

skidoo2
Messages : 110
Enregistré le : 03 août 2006, 02:35

#10 Message par skidoo2 » 03 août 2006, 16:11

Je suis persuadé que la dégringolade immobilière va faire mal mais que toutes les régions ne réagiront (malheureusement) pas de la même manière.

Aujourd'hui, étant sur Ajaccio, je suis vraiment très très pessimiste quant à l'éventualité de devenir propriétaire. La moindre 'Mot2Cambronne' se vend à prix d'or, y compris en zone rurale.

Entre ceux qui y reviennent (diaspora), ceux qui la décrouvrent, la faible quantité de nouveaux logements et le business touristique on est pas sortis de l'auberge !

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#11 Message par fabinoo » 03 août 2006, 18:03

Très vite, une réflexion de derrière les fagots, il se peut que je dise des conneries :


La Corse est un marché très particulier :
D'abord, c'est un tout petit marché. Moins de 300 000 habitants.
Pourtant, il est soumis à des flux beaucoup plus importants : de l'ordre de 2 millions de personnes y passent plus ou moins de temps dans l'année.
De plus, ce flux est lui-même soumis à différents aléas : situation économique hors de Corse, prix du transport, situation politique sur place,
De là, il découle qu'il est sujet à des variations plus amples et plus rapides qu'ailleurs, mais surtout, que le tourisme est un important ressort de ces variations.
Autant en France le mythe des étranger venant faire le marché est probablement infondé, autant en Corse, il doit être valable.

l faut donc pour analyser la situation en Corse partir de la situation générale et y superposer la situation particulière de la Corse.

Or, que peut-on analyser de ce côté ?
D'abord, il semble que les saisons touristiques aient été plutôt bonnes ces dernières années. D'où pression supplémentaire à la hausse.
De plus, vu du continent (et c'est la seule chose qui compte), la situation semble calme du côté politique.

Evidemment, tout ça est fragile :
Politiquement, je n'ai plus suivi précisément depuis quelques années, mais il peut très bien y avoir des tensions inattendues, et surtout relayées par les médias.
La hausse des prix du pétrole, la situation internationale, tous les événements prévisibles ou pas, auront des effets beaucoup plus importants en Corse qu'ailleurs : on éliminera d'abord le superflu (les vacances, les résidences secondaires...). D'ou effet direct sur les ventes d'immobilier, mais aussi indirect sur les locations, et sur la situation économique de l'ile.

On peut donc imaginer un scénario très brutal pour la Corse, où la chute générale de l'immobilier viendra s'additionner à un abandon particulier d'une région touristique, qui plus est difficile d'accès.


On peut s'interroger aussi sur le fait qu'une crise économique en Corse pourrait pousser encore plus de Corses à s'exiler, et à l'inverse sur l'effet modérateur des Corses expatriés.

Et sans doute sur des tas d'autres facteurs, qui dans des marchés plus vastes ont des effets dérisoires, mais sur un marché particulier comme celui-là peuvent ne pas être négligeables.

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#12 Message par fabinoo » 03 août 2006, 18:04

fabinoo a écrit :Très vite, une réflexion de derrière les fagots, il se peut que je dise des conneries :


La Corse est un marché très particulier :
D'abord, c'est un tout petit marché. Moins de 300 000 habitants.
Pourtant, il est soumis à des flux beaucoup plus importants : de l'ordre de 2 millions de personnes y passent plus ou moins de temps dans l'année.
De plus, ce flux est lui-même soumis à différents aléas : situation économique hors de Corse, prix du transport, situation politique sur place,
De là, il découle qu'il est sujet à des variations plus amples et plus rapides qu'ailleurs, mais surtout, que le tourisme est un important ressort de ces variations.
Autant en France le mythe des étranger venant faire le marché est probablement infondé, autant en Corse, il doit être valable.

ll faut donc pour analyser la situation en Corse partir de la situation générale et y superposer la situation particulière de la Corse.

Or, que peut-on analyser de ce côté ?
D'abord, il semble que les saisons touristiques aient été plutôt bonnes ces dernières années. D'où pression supplémentaire à la hausse.
De plus, vu du continent (et c'est la seule chose qui compte), la situation semble calme du côté politique.

Evidemment, tout ça est fragile :
Politiquement, je n'ai plus suivi précisément depuis quelques années, mais il peut très bien y avoir des tensions inattendues, et surtout relayées par les médias.
La hausse des prix du pétrole, la situation internationale, tous les événements prévisibles ou pas, auront des effets beaucoup plus importants en Corse qu'ailleurs : on éliminera d'abord le superflu (les vacances, les résidences secondaires...). D'ou effet direct sur les ventes d'immobilier, mais aussi indirect sur les locations, et sur la situation économique de l'ile.

On peut donc imaginer un scénario très brutal pour la Corse, où la chute générale de l'immobilier viendra s'additionner à un abandon particulier d'une région touristique, qui plus est difficile d'accès.


On peut s'interroger aussi sur le fait qu'une crise économique en Corse pourrait pousser encore plus de Corses à s'exiler, et à l'inverse sur l'effet modérateur des Corses expatriés.

Et sans doute sur des tas d'autres facteurs, qui dans des marchés plus vastes ont des effets dérisoires, mais sur un marché particulier comme celui-là peuvent ne pas être négligeables.

badaboum

#13 Message par badaboum » 04 août 2006, 08:40

Image

skidoo2
Messages : 110
Enregistré le : 03 août 2006, 02:35

#14 Message par skidoo2 » 04 août 2006, 15:46

Fabinoo : oui ce que tu dis me semble juste. J'aimerais bien avoir des statistiques sur le niveau des prix avant 1997...

Je sais en 1997 on trouvait des logements à louer sans problème : je me souviens d'un F5 centre ville, refait à neuf pour 3500 F (2ème étage par contre, pas mal de bruit fenêtre ouvertes) un prix très raisonnable donc puisque aujourd'hui le même vaudrait 1000 ¤ (je loge dans un grand et vieux F3 à 785 ¤ (prestation nulles mais appart sympa, vue sur jardin), loyer est au niveau de celui de 2001)...

Dans les années 90 c'était aussi touristique que maintenant, peut être même plus puisque de nombreux professionnels se plaignent d'une baisse de la fréquentation qui semble confortée par les institutionnels.

D'un autre côté, il y a une meilleure stabilité politique et de fait moins d'attentats (il était temps) - ce qui incite peut être quelques continentaux à acheter ici, mais je doute que ça représente le gros des troupes. En dehors de quelques zones bien précises je suis presque sûr que les achats portent sur des résidences principales.


M'enfin, suis pas rassuré quand même... En agence les prix indiqués sont si élevés que je ne regarde même plus les annonces. Une des rares proposition qui m'a attiré l'oeil à moins de 200.000 ¤ était un F3 de 76M² à 190.000 ¤, à 15 minutes du centre ville, jardinet de 10 m²... Situation inconnue, intérieur correct voire coquet (sur photos). Mais bon, ça reste quand même au niveau d'un premier prix villa d'il y a 7 ans...

C'est plus TENABLE !!!! Vivement que cette mascarade se termine !

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#15 Message par fabinoo » 04 août 2006, 16:15

Mes parents ont vendu leur maison (6 pièces dont 4 chambres, 90m2 (oui, les pièces sont petites dans les maisons de village)) dans mon village en 96 ou 97, je sais plus, pour 400 000 F. A l'époque, ils avaient eu très peur de ne pas réussir à vendre, ça avait traîné plus d'un an.
Pour un peu plus que ce prix, ils ont construit leur actuelle résidence, qui est estimée à 400 000 euros aujourd'hui.

Aujourd'hui, je trouve sur Se loger : 5 pièces, 3 chambres, 65m2 pour 90 000 euros.
Maison 70m2, 2 chambres pour 140 000 euros.
Maison 75m2, 2 chambres pour 145 900 euros.

A ma connaissance trois autres maisons aussi ont été mises en vente dans l'année écoulée, je ne sais pas si elles ont été vendues.
Ca fait 6 mises en vente au moins en 1 an dans un village de... 200 habitants (1000 l'été pendant un mois).

Ca a beau être le plus beau village du monde, ça fait beaucoup.

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#16 Message par fabinoo » 04 août 2006, 21:20

J'ai eu ma mère au téléphone, elle me dit qu'actuellement, elle pourrait proposer sa maison à 600Ke, sans être en-dehors de ce qui se demande actuellement (elle me dit que la vraie valeur serait 300, et on tombe d'accord sur le fait que ça se vendrait bien à 450).

Qu'une belle maison en bord de mer, mais pas un château non plus, c'est récemment vendue à 1Me dans les parages.

Elle me dit aussi que notre ancienne voisine du village vend sa maison, qui était à peu près de la taille de la nôtre, mais moins bien selon ma mère, et qui a ma connaissance a très peu de fenêtres (coincée entre deux autres tranches d'un pâté de maisons mitoyennes). Elle la proposerait à 3MF selon ma mère, qui a un peu de mal avec les euros. 450KE pour 100m2 dans un village à 20km de la mer, c'est du délire. C'est clair qu'elle n'a aucune chance, mais rien que le fait de pouvoir demander ça montre qu'on a perdu toute mesure.

skidoo2
Messages : 110
Enregistré le : 03 août 2006, 02:35

#17 Message par skidoo2 » 05 août 2006, 04:17

Quand on voit ça : http://www.seloger.com/detail.htm?cp=20 ... g=32#photo

Un appart pourri dans un quartier pourri, à 1.7 MF !! Quand on voit la tronche de la salle de bain, y a de quoi rire...

Effectivement, y a pas de mesure !

Pef

#18 Message par Pef » 05 août 2006, 07:58

skidoo2 a écrit :Quand on voit ça : http://www.seloger.com/detail.htm?cp=20 ... g=32#photo

Un appart pourri dans un quartier pourri, à 1.7 MF !! Quand on voit la tronche de la salle de bain, y a de quoi rire...

Effectivement, y a pas de mesure !
Disons qu'ajaccio, c'est déjà probablement l'endroit le plus cher de corse.
C'est pas une obligation d'acheter là bas.

De mémoire, la corse compte normément de résidences secondaires (35% des logements), mais un fort taux de propriétaires (environ 55% des insulaires sont propriétaires de leur logement).

Mouna
Presse
Presse
Messages : 4356
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:25

#19 Message par Mouna » 05 août 2006, 08:37

le 05/08/2006

http://lejournal.euskalherria.com/idatz ... 175392.php

Basques, Catalans et Corses signent une déclaration commune à Corte

A Corte, la journée de demain sera consacrée aux questions essentiellement locales. Des organisations et mouvements sociaux insulaires vont présenter une "proposition au peuple corse pour tenter d’endiguer la dépossession de ses terres et de ses maisons". "Elle se voudra une réponse ferme et déterminée aux spéculateurs et à ceux qui ont la responsabilité de la crise actuelle en matière d’immobilier", ont expliqué les organisateurs.

Pef

#20 Message par Pef » 05 août 2006, 08:40

Et ils vont faire quoi ? Obliger les corses à vendre aux corses ? :lol:

C'est ridicule...

On ne peut pas d'un côté miser en grande partie sur le tourisme, et de l'autre, refuser catégoriquement que des "étrangers" s'installent...


Le beurre et l'argent du beurre, ça ne marche pas.

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#21 Message par fabinoo » 05 août 2006, 08:44

Moi, c'est plutôt ça qui me fait halluciner :

http://www.seloger.com/detail.htm?cp=20 ... pg=5#photo

Pef

#22 Message par Pef » 05 août 2006, 08:44

Nan, et puis bon, faut pas rêver, hein.

Il y a en corse des particularismes incompatibles avec le maintien d'un immobilier bas.

- La Corse, c'est 10 fois plus de touristes chaque année qu'il n'y a d'habitants sur l'île.

- La Corse, c'est une impossibilité chronique d'étendre le domaine constructible (sauf passe-droits) grâce/à cause d'une loi littoral surprotégée par certains groupuscules.

- La Corse, c'est aussi une magnifique île.

Pour toutes ces raisons, l'immo bas en corse, c'est impossible. Il faudra bien que les nationalistes s'y fassent.

immobilier-2

#23 Message par immobilier-2 » 05 août 2006, 10:35

Mouna a écrit :le 05/08/2006

http://lejournal.euskalherria.com/idatz ... 175392.php

Basques, Catalans et Corses signent une déclaration commune à Corte

A Corte, la journée de demain sera consacrée aux questions essentiellement locales. Des organisations et mouvements sociaux insulaires vont présenter une "proposition au peuple corse pour tenter d’endiguer la dépossession de ses terres et de ses maisons". "Elle se voudra une réponse ferme et déterminée aux spéculateurs et à ceux qui ont la responsabilité de la crise actuelle en matière d’immobilier", ont expliqué les organisateurs.
Je propose une association en Ile de france pour bouter hors de notre région ces Basques, Catalans et Corses qui viennent surpeupler nos logements et entretiennent de fait la spéculation

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#24 Message par fabinoo » 05 août 2006, 12:51

Il y a en corse des particularismes incompatibles avec le maintien d'un immobilier bas.

- La Corse, c'est 10 fois plus de touristes chaque année qu'il n'y a d'habitants sur l'île.
Justement, les capacités d'accueil en Corse sont sans commune mesure avec la population.
Il suffirait que la fréquentation touristique baisse durablement pour qu'on se retrouve avec des tas de proprios qui ne parviendront plus à louer l'été. Ils remettront alors leur logement sur le marché à l'année. Il suffirait que le tourisme baisse de 20 ou 30% sur quelques étés pour que l'immobilier ne vale virtuellement plus rien en Corse.

Certes, 20 ou 30% sur plusieurs années, ce n'est pas rien, mais avec la crise économique qui se profile, du fait par exemple de l'effondrement de l'immobilier, le tourisme sera touché de plein fouet.
Et le coût des vacances en Corse est exhorbitant si on le compare par exemple avec un voyage en Tunisie. Dans une situation de crise, les gens seront plus regardants sur ce genre de choses.
Si on fait le compte : moins de tourisme en général + plus d'exigence sur le niveau de prix, et la Corse peut se prendre un véritable coup de massue sur le plan touristique.

Ce qui ne serait pas forcément un mal sur l'île, qui à mon avis possède bien d'autres atouts qu'elle pourrait valoriser en temps de crise. Mais là on sort du sujet de l'immobilier.

skidoo2
Messages : 110
Enregistré le : 03 août 2006, 02:35

#25 Message par skidoo2 » 05 août 2006, 13:30

Mouna a écrit :le 05/08/2006

http://lejournal.euskalherria.com/idatz ... 175392.php

Basques, Catalans et Corses signent une déclaration commune à Corte

A Corte, la journée de demain sera consacrée aux questions essentiellement locales. Des organisations et mouvements sociaux insulaires vont présenter une "proposition au peuple corse pour tenter d’endiguer la dépossession de ses terres et de ses maisons". "Elle se voudra une réponse ferme et déterminée aux spéculateurs et à ceux qui ont la responsabilité de la crise actuelle en matière d’immobilier", ont expliqué les organisateurs.
Pitié, il faut que ces névrosés arrêtent leurs délires ! Moi y me spolient ma santé mentale et mon oxygène.

skidoo2
Messages : 110
Enregistré le : 03 août 2006, 02:35

#26 Message par skidoo2 » 05 août 2006, 13:35

fabinoo a écrit :
Il y a en corse des particularismes incompatibles avec le maintien d'un immobilier bas.

- La Corse, c'est 10 fois plus de touristes chaque année qu'il n'y a d'habitants sur l'île.
Justement, les capacités d'accueil en Corse sont sans commune mesure avec la population.
Il suffirait que la fréquentation touristique baisse durablement pour qu'on se retrouve avec des tas de proprios qui ne parviendront plus à louer l'été. Ils remettront alors leur logement sur le marché à l'année. Il suffirait que le tourisme baisse de 20 ou 30% sur quelques étés pour que l'immobilier ne vale virtuellement plus rien en Corse.
Tout à fait d'accord... Il n'y a qu'a voir à quel point la location saisonnière nous pourri la vie car ce sont des milliers de logements qui sortent du circuit locatif (ou alors à l'année scolaire, youpi en juin tu pars dans la caravane pour 3 mois - le beurre, l'argent du beurre, la crémière, etc)

immobilier-2

#27 Message par immobilier-2 » 05 août 2006, 14:10

skidoo2 a écrit :Tout à fait d'accord... Il n'y a qu'a voir à quel point la location saisonnière nous pourri la vie car ce sont des milliers de logements qui sortent du circuit locatif
Bien sur ces fumiers de touristes ne créent aucun emploi ni richesse. On devait les obliger par une loi a envoyer directement les chèques aux corses mais passer leurs vacances en vendée. Avec le soir des projections cinéma ou DVD sur la Corse pour satisfaire leur volonté première. Idem pour le pays basque breton etc.. Problème : en moins de deux ans les vendéens vont se revolter :)

skidoo2
Messages : 110
Enregistré le : 03 août 2006, 02:35

#28 Message par skidoo2 » 05 août 2006, 14:54

immobilier-2 a écrit :
skidoo2 a écrit :Tout à fait d'accord... Il n'y a qu'a voir à quel point la location saisonnière nous pourri la vie car ce sont des milliers de logements qui sortent du circuit locatif
Bien sur ces fumiers de touristes ne créent aucun emploi ni richesse.
Justement, les locations saisonnières ne créent aucun emploi et n'apportent de la richesse (au black bien sûr) qu'à ceux qui disposent d'un logement à fourguer.

Quand l'hiver on compare le nombre de volets fermés et celui des offres de location il y a largement de quoi choper les boules et pas seulement à cause de la bubulle qui nous réunit ici.

Pef

#29 Message par Pef » 05 août 2006, 22:09

skidoo2 a écrit :
Justement, les locations saisonnières ne créent aucun emploi et n'apportent de la richesse (au black bien sûr) qu'à ceux qui disposent d'un logement à fourguer.

Quand l'hiver on compare le nombre de volets fermés et celui des offres de location il y a largement de quoi choper les boules et pas seulement à cause de la bubulle qui nous réunit ici.
Faut arrêter 2 min, hein.

D'une part, le tourisme c'est pas 100% de location saisonnière au black.
D'autre part, l'argent rapporté avec ces locations saisonnières repart à un moment ou à un autre dans le circuit en Corse, en clair, il circule, et crée des emplois indirectements.
Enfin pour finir, sans touristes, peut être que les prix de l'immo vont baisser aussi, mais l'économie va clairement s'arrêter, et là, même si les prix de l'immo sont à 0, personne ne pourra acheter, à part les retraités.

En Corse, on a grosso modo 190.000 logements donc 65% de résidences principales (de mémoire).

Ce qui fait 123.500 résidences principales pour 250.000 hab (grosso modo), donc 1 logement pour 2 habitants, et ce, hors résidences secondaires. Je trouve que cette statistique est loin d'être défavorable.

AMHA, le gros problème de la Corse, il est plus traditionnel qu'on ne le croit.

Dans ce qui va suivre, je pense que beaucoup de corses vont se reconnaître.

Qui n'a jamais eu à suivre d'histoires de familles, ou plusieurs membres d'une même famille héritent d'un même bien, mais n'arrivent pas à se mettre d'accord pour payer les frais d'entretien, ou s'engueulent pour un droit de passage, bloquant le cousin du beau-frère pour pas qu'il passe devant l'oncle de truc. Et au final, des centaines, voire probablement des milliers de vieilles maisons sont abandonnées.

De même, les fameux arrêtés Miot. Ah, quel beau cadeau empoisonné, de n'être pas obligé de faire la succession d'un défunt. Au final, il n'y a que des indivisions d'indivisions regroupant souvent 40 héritiers (voire parfois plus) pour une maison qui ne vaut pas 5.000 ¤ par héritier (et encore)... Le plus cocasse, c'est quand les impôts fonciers arrivent au nom d'une personne décédée depuis 70 ans. Ca, c'est vraiment la classe...

Habiter en montagne ? pas de problème. Seulement quand un berger vient te pourrir ton terrain avec ses chèvres et qu'il te répond, quand tu oses lui faire une remarque "a terra è a tutti" (la terre est à tous), t'as presque envie d'aller camper dans son salon pour voir s'il ne change pas d'avis...

On en revient à l'indivision que dans un éclair de génie, vous avez réglée "à la corse", c'est à dire que le lot unique (la maison) a été divisée en différentes pièces, à la manière d'un immeuble, et chacun possède une pièce... Quelle bonne idée que cela. Et vas y que les gens s'engueulent en permanence pour des choses toujours aussi idiotes. Untel mets des fleurs au balcon, mais les pétales tombent par la fenêtre de truc qui posède l'étage du dessous, etc...

Combien y-a-t-il de propriétés familiales abandonnées en Corse parce que les successions sont IMPOSSIBLES à gérer ? A mo avis, un nombre tellement importants que si ces maisons étaient mises sur le marché du jour au lendemain, les prix de l'immo feraient la gueule...

Problème...
Il faut mettre tout le monde d'accord pour vendre : 1ère difficulté.

Il faut mettre tout le monde d'accord sur le prix : 2ème difficulté. Le syndrôme est présent en Corse comme ailleurs. Lorsque des gens vendent, si un membre de la famille rachète, ils ont toujours l'impression de lui faire un "cadeau", même à 10.000 ¤ le m²...

Il faut mettre tout le monde d'accord sur l'acheteur : 3ème difficulté. Entre ceux qui s'autorisent à réserver la maison pour un proche ou un consin et ceux qui veulent gagner plus d'argent en vendant à un "étranger", il y a source de discorde.


Et j'oublie la brebis galeuse de la famille (il y en a une dans chaque famille) qui exige de s'attribuer gratuitement l'ensemble du patrimoine familiale. En raison de quoi ? Je l'ignore toujours...


Et puis il y a les habitudes familiales qui ont la vie dur. Les jeunes qui vivent chez leurs parents jusqu'à très tard, c'est encore très courant. Plusieurs générations dans la maison familiale, c'est encore d'actualité. Le mode de vie, aussi. En Corse comme dans une bonne partie du sud de la france continentale, la frime, c'est important. On ne peut pas acheter une maison et rouler en subaru à 25 ans, le banquier est rarement d'accord...


Bref, que de raison qui me poussent à croire que le touriste n'est certainement pas le premier responsable. Mais il est certain qu'il est plus facile de l'accuser lui que de se remettre en cause pour les corses ;)

Pef

#30 Message par Pef » 05 août 2006, 22:17

skidoo2 a écrit :
Pitié, il faut que ces névrosés arrêtent leurs délires ! Moi y me spolient ma santé mentale et mon oxygène.
Autant les nationalistes peuvent être rationels sur certains points (protection du littoral, etc), autant sur d'autres, ils sont à côtés de la plaque.

On ne peut pas d'un côté pratiquement refuser tout "élargissement du parc immobilier de peur que ça ne dénature les côtes", et de l'autre souhaiter un parc locatif "peu cher" tout en attirant les touristes en masse...

Le tourisme est une ressource plus qu'importante pour la Corse. C'est un fait. Le freiner, c'est tuer en grosse partie l'économie de l'île. Je suis ok pour dire que si la corse pouvait en avoir moins et maintenir son économie, ça serait bien. Mais ça n'est pas le cas, pour l'instant, c'est VITAL pour la corse. Au même titre que les produits agro-alimentaires qui représentent une ressource importante (clémentines, vin, maïs, fromages, charcuterie, etc.)

J'irai même jusqu'à dire que les prix de l'immo en Corse sont presque "peu chers" comparés à leurs homologues de la côte d'azur qui, pourtant, sont autrement plus bétonnés et comparativement attirent moins de touristes/habitant.

Quant aux réponses "fermes" des nationalistes, si ça consiste à plastiquer des résidences secondaires pour qu'elles rstent à l'abandon ensuite, ça ne sert pas à grand chose, si ce n'est à tuer la corse à petit feu.

immobilier-2

#31 Message par immobilier-2 » 05 août 2006, 23:15

Pef : bravo pour avoir détaillé aussi précisément le pb des successions en corse. Il n'est jamais, ou extrement rare, fait état de cette situation ..
Si la même chose existait en France ce serait un bordel sans nom. Cette particularité fait qu'en corse vous n'etes jamais vraiment sur d'acheter un tout. Dixit mon notaire qui a finalement abndonné l'idée de s'installer en corse
On se demande pourquoi :)

Pef

#32 Message par Pef » 05 août 2006, 23:24

immobilier-2 a écrit :Pef : bravo pour avoir détaillé aussi précisément le pb des successions en corse. Il n'est jamais, ou extrement rare, fait état de cette situation ..
Si la même chose existait en France ce serait un bordel sans nom. Cette particularité fait qu'en corse vous n'etes jamais vraiment sur d'acheter un tout. Dixit mon notaire qui a finalement abndonné l'idée de s'installer en corse
On se demande pourquoi :)
Tu sais, entre les problèmes de droits de passage, de certains membres de la famille qui veulent enclaver des propriétés (et que ça ne dérangent pas de le faire), ceux qui grapillent années après années des m² sur des terrains qui t'appartiennent en "déplaçant" les clôtures, les propriétés construites sur des terrains qui ne leurs appartiennent pas (les erreurs cadastrales sont légions), les problèmes liés aux arrêtés miots, la manie qu'ont les gens de faire des indivions pour tout ou rien (y compris les maisons de 50m²), etc...

Notaire en Corse, c'est un boulot de malade, faut être cinglé pour s'y mettre.

L'immo en Corse, c'est la galère, mais les premiers responsables sont en premier lieu les corses d'une part et les arrêtés miots d'autre part. Les touristes et les résidences secondaires, à mon sens, ça vient bien bien après...

immobilier-2

#33 Message par immobilier-2 » 05 août 2006, 23:43

Pef a écrit :L'immo en Corse, c'est la galère, mais les premiers responsables sont en premier lieu les corses d'une part et les arrêtés miots d'autre part. Les touristes et les résidences secondaires, à mon sens, ça vient bien bien après...
:lol: chuuuut ..
a te dire vrai a une epoque maintenant lointaine j'ai eu l'idée saugrenue d'envisager l'installation d'une entreprise en corse. Mais devant "l'obligation" de prendre un "associé" natif du coin et 2 ou 3 autres trucs du genre j'ai renoncé . J'aime pas l'ambiance moyen age dans les affaires ou autres.
Mais bon silence hein on va pas parler de trucs qui fachent.
Pas grave 7 emplois ont étés crees ailleurs, en France ;) , avec des gens autour, collectivités voisins, qui en sont ravis.

skidoo2
Messages : 110
Enregistré le : 03 août 2006, 02:35

#34 Message par skidoo2 » 06 août 2006, 01:42

Ce qui est dit à propos des successions est vrai. Mais la situation était strictement identique il y a 8 ans alors que louer ou acheter un bien ne posait aucun problème particulier, même pour moi et mon profil.

Pour ce qui est des locations saisonnières, tu dis que l'argent circule mais ça reste à démontrer sachant qu'en Corse l'épargne est surabondante.

Je préfèrerais de loin voir se développer les gites labellisés (en forte augmentation d'ailleurs) dont l'existance n'entrave pas le marché locatif, à l'instar de beaucoup de pays d'europe où le selfcatering se fait en parallèle de l'habitation principale (bâtiment mitoyen ou partie de la résidence principale) alors qu'ici se sont des apparts à part entière qui sortent du marché.

Je sais aussi que l'entraide familliale joue aussi beaucoup dans la surenchère. Je me souviens avoir posé cette question à un interlocuteur du secteur bancaire (immobilier) : mais comment font les gens pour se payer des logements à se prix là, connaissant le marché local de l'emploi ? Réponse : la famille aide lourdement... Ce qui ne m'étonne pas et permet à de jeunes ménages d'accéder à des biens qu'ils n'auraient jamais pu se payer.

Sans parler de la diaspora, habituée à des niveaux de prix élevés et dont le retour sur l'île est parfaitement sensible (95% des maisons de mon village ont été rachetées et rénovées, contre 20% dans les années 80).

Pef

#35 Message par Pef » 06 août 2006, 07:18

skidoo2 a écrit :Ce qui est dit à propos des successions est vrai. Mais la situation était strictement identique il y a 8 ans alors que louer ou acheter un bien ne posait aucun problème particulier, même pour moi et mon profil.
Bien sûr, l'immo a monté en Corse comme partout en France, globalement.

C'est donc plus un effet de masse qu'une conséquence de l'achat de résidences secondaires qu'autre chose. Acheter en Corse reste encore clairement faisable. Encore faut-il éviter certains coins qui étaient déjà fort chers il y a 8 ans et qui le sont encore plus aujourd'hui (ajaccio, par exemple).
Pour ce qui est des locations saisonnières, tu dis que l'argent circule mais ça reste à démontrer sachant qu'en Corse l'épargne est surabondante.
N'exagère pas non plus. Ce qui est gagné dans ces locations finit forcément par circuler à un moment ou à un autre.
Je préfèrerais de loin voir se développer les gites labellisés (en forte augmentation d'ailleurs) dont l'existance n'entrave pas le marché locatif, à l'instar de beaucoup de pays d'europe où le selfcatering se fait en parallèle de l'habitation principale (bâtiment mitoyen ou partie de la résidence principale) alors qu'ici se sont des apparts à part entière qui sortent du marché.
Bien sûr, mais comme je l'ai expliqué, la Corse compte 1 résidence principale pour 2 habitants pratiquement et c'est loin d'être un chiffre ridicule.
Je sais aussi que l'entraide familliale joue aussi beaucoup dans la surenchère. Je me souviens avoir posé cette question à un interlocuteur du secteur bancaire (immobilier) : mais comment font les gens pour se payer des logements à se prix là, connaissant le marché local de l'emploi ? Réponse : la famille aide lourdement... Ce qui ne m'étonne pas et permet à de jeunes ménages d'accéder à des biens qu'ils n'auraient jamais pu se payer.
Ca n'arrive pas qu'en Corse.
Sans parler de la diaspora, habituée à des niveaux de prix élevés et dont le retour sur l'île est parfaitement sensible (95% des maisons de mon village ont été rachetées et rénovées, contre 20% dans les années 80).
Tu soulèves là un point important. La rénovation de vieilles maison.
On n'achète pas une ruine à renfort de millions. Même si la ruine augmente de 100%, le surcoût final est faible car le principal restent les travaux.

Bien souvent, acheter une ruine, c'est 25% d'achat, 75% de travaux. La hausse de l'immo, même si elle est de 100% ne sera plus que de 25% au final.. (25x2 + 75= 125)

Encore faut-il pouvoir acheter la ruine (avec les problèmes de succession dont j'ai parlé), et surtout avoir la volonté de le faire. Quant tu vois la montagne de maison qui ne sont pas terminées en Corse (un point commun avec le portugal), tu vois assez mal les jeunes corses se lancer dans des travaux de restauration important.

Par contre, ce qu'on voit souvent, c'est le syndrôme "il a acheté pour une bouchée de pain à la famille"

Exemple:

M. et Mme. X achètent la vieille maison de l'arrière grand-mère, décédée, pour en faire leur résidence secondaire. La maison est vraiment dans un état pourri et sur un petit terrain. Ils l'achètent 45.000 ¤, la somme est partagée entre les 5 héritiers, soit 9.000 ¤ chacun.

M. et Mme. X font pour 150.000 ¤ de travaux à l'intérieur. La maison ressemble enfin à quelque chose. Au final, ils ont dépensé quelques 195.000 ¤. Une somme qui n'a rien non plus de monstrueux car, agrandissement compris, la maison fait 130m², soit 1500 ¤/m²

La "branche pourrie" de la famille de M. et Mme. X jalouse les "heureux propriétaires". Lorsqu'ils voient ce qu'est devenu la maison, ils estiment qu'ils auraient du vendre bien plus cher la ruine, car maintenant, ça vaut sans doute 300.000 ¤ et ils n'ont vendu que 45.000 ¤. Dans leur tête, ils auraient ont perdu 255.000 ¤, et ont donc fait un énorme cadeau à M. et Mme. X

Le fait que la maison était en ruien, inhabitable et a nécessité 150.000 ¤ de travaux ? C'est pas leur problème. Ils voient uniquement ce qu'ils ont vendu (une maison) et combien vaut cette maison.

Et ça, ça arrive plus que très souvent, en Corse. Dans chaque famille que je connais, ce genre de "désagrément", ça arrive...

Alors, les Corses insulaires, ils pourraient aussi rénover des maisons, ça n'a rien d'impossible. Encore faut-il le vouloir.

Pef

#36 Message par Pef » 06 août 2006, 07:20

immobilier-2 a écrit : :lol: chuuuut ..
a te dire vrai a une epoque maintenant lointaine j'ai eu l'idée saugrenue d'envisager l'installation d'une entreprise en corse. Mais devant "l'obligation" de prendre un "associé" natif du coin et 2 ou 3 autres trucs du genre j'ai renoncé . J'aime pas l'ambiance moyen age dans les affaires ou autres.
Mais bon silence hein on va pas parler de trucs qui fachent.
Pas grave 7 emplois ont étés crees ailleurs, en France ;) , avec des gens autour, collectivités voisins, qui en sont ravis.
Boarf, c'est pas une obligation non plus de travailler avec un corse pour s'installer. Par contre, si tu fais de la concurrence à un autonomiste, tu risques effectivement des problème, que tu sois corse ou pas d'ailleurs.

C'est le problème de la dérive mafieuse du nationaliste. Maintenant, on retrouve plastiqués des boulangeries appartenant à des corses, des "journaux-tabac" appartenant à des corses, etc...

Etrangement, ils font à chaque fois concurrence à un autonomiste réputé pour avoir déjà plastiqué... Coincidence...

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#37 Message par fabinoo » 06 août 2006, 19:14

Ce que vous dites, Pef et Immobilier-2 est assez juste, mais je ne vois pas en quoi cela infirme ce que j'ai dit. Ca le complète plutôt.

Pour la questions du tourisme, il faut signaler que l'essentiel de ce qui se vend ou se loue en Corse aux touristes a été produit ailleurs. De même pour ce que les Corses achèteront ensuite avec l'argent du tourisme.
Les maisons sont construites avec des matériaux importés, les voitures sont produites ailleurs, l'énergie est importée en grande partie, les produits dans les supermarchés sont importés, sauf d'assez petits rayons de produits locaux, quand les Corses partent en vacances, ils reviennent avec des cargaisons de trucs achetés à la FNAC, etc...
Ce qui fait que l'argent du tourisme circule finalement assez peu en Corse (comme celui des fonctionnaires, des pensions diverses, etc...).

Ce n'est évidemment pas la faute du tourisme en soi, mais comme dans beaucoup de régions touristiques du monde, il n'y a pas l'intégration du tourisme dans le tissu local, mais plutôt sa greffe, aussi bien dans l'économie que dans l'espace et le temps.

Dans l'idéal, il serait préférable d'avoir moitié moins de touristes, et qu'il leur soit proposé beaucoup plus de produits locaux de qualité, aussi transformés que possible (évidemment, on fera jamais de voitures en Corse), mais avec la qualité des produits et du climat là-bas, il est aberrant que la grande majorité de l'alimentation vienne d'ailleurs, par exemple. Que la construction se fasse avec des matériaux locaux, au moins en partie, que l'énergie soit plus produite localement (et sur ce plan, la Corse a des atouts fabuleux en renouvelable : biomasse (si ce qui brûle chaque année dans les incendies était utilisé, la Corse serait riche), petit hydraulique, éolien, solaire...).

Le tourisme mal maîtrisé peut être une calamité pour le développement local. On le voit bien : complication de la vie des insulaires, recherche de revenus extérieurs qui conduit à négliger les richesses locales. Il est très difficile de concilier les deux.

Cela dit, quand je parle de la possibilité de chute massive de l'immobilier suite à une crise du tourisme, je ne fais pas de jugement de valeur en soi. J'essaie juste de me demander ce qui est possible.

Même quand je dis qu'une baisse du tourisme ne serait pas en soi une catastrophe, je ne dis pas que le tourisme soit bien ou mal, je dis juste que je pense que cette baisse pourrait être l'occasion d'exploiter d'autres richesses.

Avatar du membre
neron
Presse
Presse
Messages : 9967
Enregistré le : 21 déc. 2005, 19:21
Localisation : Haut de Seine

#38 Message par neron » 06 août 2006, 19:16

PS: Y-avait une file sur les donations d'argent aux enfants. La valeur successorale est rapportée à la valeur du bien acheté, au jour de la succession Donc si l'un a fait des travaux ou un bon coup, il peut en être de sa poche.

Pef

#39 Message par Pef » 06 août 2006, 19:52

fabinoo a écrit : Pour la questions du tourisme, il faut signaler que l'essentiel de ce qui se vend ou se loue en Corse aux touristes a été produit ailleurs. De même pour ce que les Corses achèteront ensuite avec l'argent du tourisme.
Les maisons sont construites avec des matériaux importés, les voitures sont produites ailleurs, l'énergie est importée en grande partie, les produits dans les supermarchés sont importés, sauf d'assez petits rayons de produits locaux, quand les Corses partent en vacances, ils reviennent avec des cargaisons de trucs achetés à la FNAC, etc...
Ce qui fait que l'argent du tourisme circule finalement assez peu en Corse (comme celui des fonctionnaires, des pensions diverses, etc...).
C'est de la mauvaise foi, ça.

Les matériaux des habitations sont peut être importés (évidemment, jusqu'à maintenant, y'a pas d'aciéries en Corse puisque pas de gisement, par exemple), mais les entreprises de BTP et les emplois qui y sont liés sont corses, eux.

Les voitures sont produites ailleurs, mais les emplois liées à leur entretien ou à leur vente sont en Corse.

L'électricité n'est pas importée mais produite sur l'île. le pétrole est évidemment importé. Là encore, les emplois dérivant de l'énergie (chauffagiste, pompiste, électricien, etc.) sont corses.

Les produits de supermarché sont importés, exception faite pour les produits locaux, comme tu le dis. Globalement, on a aussi une bonne partie (même si ce n'est pas la majorité) des rayons charcuterie-fromage-vin, qui sont corses.
Evidemment, smoby n'est pas implanté en Corse, et donc les pelles en plastiques pour bébés sont importés. Quoi qu'il en soit, les emplois liés à l'alimentation sont corses.

Les touristes qui achètent des trucs sur place essaient bien souvent de consommer local, et au niveau des souvenirs ramenés, c'est toujours local.

Dire que l'argent du tourisme circule assez peu en Corse est d'une bêtise sans nom et je pèse mes mots. L'argent du tourisme crée de l'emploi et de l'économie. On n'est pas obliger de consommer des "produits locaux" pour faire tourner l'économie. De nombreux pays vivent en quasi totalité de produits importés et ne s'en portent pas plus mal. Le tourisme EST un moteur de l'économie Corse, aussi morose soit-elle. Sans ce tourisme, ça serait la cata car il n'y a pas grand chose pour prendre la relève (bien que ça soit à déplorer).

Au niveau des produits qui s'exportent, je viens d'y penser, mais 98% des clémentines produites en France le sont en Corse.

Ce n'est évidemment pas la faute du tourisme en soi, mais comme dans beaucoup de régions touristiques du monde, il n'y a pas l'intégration du tourisme dans le tissu local, mais plutôt sa greffe, aussi bien dans l'économie que dans l'espace et le temps.
Faut pas exagérer. Je suis certain que si tu regarde la courbe des ventes des produits "locaux", curieusement, on va voir un gros pic sur juillet-août qui va probablement représenter plus de 50% des ventes annuelles. Alors dire que le tourisme n'est pas intégré dans le tissu local, c'est une hérésie.
Dans l'idéal, il serait préférable d'avoir moitié moins de touristes, et qu'il leur soit proposé beaucoup plus de produits locaux de qualité, aussi transformés que possible (évidemment, on fera jamais de voitures en Corse), mais avec la qualité des produits et du climat là-bas, il est aberrant que la grande majorité de l'alimentation vienne d'ailleurs, par exemple.
On trouve beaucoup de produits alimentaires "corses".

- Fruits
- Pâtes
- Farines
- Gateaux
- Boissons (vins, alcool, eau gazeuse, eau plate, etc.)
- viandes
- Poissons (en moindre quantité, la méditerrannée n'est pas terrible pour la pêche)
- pas énormément de légumes, c'est vrai.
- Huile
- etc...
Globalement, celui qui veut manger 100% Corse, il peut le faire.
Avoir moitié moins de tourisme, c'est difficile à juguler sauf à réduire le nombre de lit. Et pour se permettre ceci, il faut avoir une économie susceptible de résister à une pareille hémorragie, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.
Que la construction se fasse avec des matériaux locaux, au moins en partie,


Dans le principe, je suis sûr que tout le monde sera d'accord. Problème : Une maison en pierre de rivière (la maison traditionnelle) coûte bien plus cher qu'une maison en béton. Et enfin il n'y a pas que les matériaux qui comptent, mais également les emplois qui utilisent ces matériaux.
que l'énergie soit plus produite localement (et sur ce plan, la Corse a des atouts fabuleux en renouvelable : biomasse (si ce qui brûle chaque année dans les incendies était utilisé, la Corse serait riche)
L'électricité est produite localement puisque la Corse n'est pas rattachée au continent. Pas toujours d'une manière très propre il est vrai (la centrale thermique du Viazzo), mais parfois de manière très clean (barrage de calacuccia par exemple),
petit hydraulique, éolien, solaire...).
Cf ci-dessus.

Quoi qu'il en soit, tout ne peut pas se faire du jour au lendemain.
Ca coûte énormément d'argent, donc il faut du temps.
Le tourisme mal maîtrisé peut être une calamité pour le développement local. On le voit bien : complication de la vie des insulaires, recherche de revenus extérieurs qui conduit à négliger les richesses locales. Il est très difficile de concilier les deux.
Ah mais je te rassure, si je pouvais voir moins de touristes, ça ne me gâcherait pas la vue, hein... Mais la réalité revient assez vite. En l'absence de grosse industrie en Corse, pour l'instant, faut faire avec et essayer de développer autre chose. Et pour développer autre chose, force est d'admettre que la Corse n'est pas la mieux placée pour accueillir les grands projets.

Bien que ça puisse choquer certains, les plastiquages sont en partie responsable de ce manque d'initiative en Corse. J'ai connu plusieurs types qui se sont lancés dans diverses activités pour finir par être plastiquées... La concurrence n'est pas toujours aimée en Corse et les dérives mafieuses pourrissent l'innovation. Tant que cet état d'esprit perdurera sur certains qui ne respectent pas les Corses, rien ne sera possible. On n'a jamais vu une économie se développer sous un climat menaçant, quoi qu'on en dise.
Cela dit, quand je parle de la possibilité de chute massive de l'immobilier suite à une crise du tourisme, je ne fais pas de jugement de valeur en soi. J'essaie juste de me demander ce qui est possible.

Même quand je dis qu'une baisse du tourisme ne serait pas en soi une catastrophe, je ne dis pas que le tourisme soit bien ou mal, je dis juste que je pense que cette baisse pourrait être l'occasion d'exploiter d'autres richesses.
Encore faudrait-il que la Corse (au sens large) en ait la volonté (ça, sûrement pour la majorité) et les possibilités (et là, on revient aux problèmes de jalousies, sabotage et autres...)

Pour l'instant, je n'y crois pas, à mon grand regret, et j'estime que le tourisme est INDISPENSABLE pour la survie économique de l'île.

On peut digresser pour savoir qui en est responsable... En premier lieu, l'état jusque dans les années 80, ensuite, les nationalistes ont pris le relais, à mon sens. Cela n'a pas grand intérêt dans le débat présent de l'immobilier en Corse.

Pour moi, il s'agit d'un problème en premier lieu conjoncturel (bulle de l'immo partout en France), en second lieu successoral (maisons qui tombent en ruine pour cause de succession non effectuées), et enfin en 3ème lieu de tourisme.

Il n'y a pas de pénurie de logement en Corse, des logements, y'en a la pelle. C'est surtout un problème de prix vis à vis de l'économie... Comme partout en France. Les résidences secondaires, c'est assez secondaire, à mon sens. Si déjà on s'occupait de remettre sur le marché tous les biens "successoraux" abandonnés et qu'en plus on les remettait en état, ça ferait un boulot monstre pour le bâtiment, et une offre surabondante de logements...

Pef

#40 Message par Pef » 06 août 2006, 19:53

neron a écrit :PS: Y-avait une file sur les donations d'argent aux enfants. La valeur successorale est rapportée à la valeur du bien acheté, au jour de la succession Donc si l'un a fait des travaux ou un bon coup, il peut en être de sa poche.
Dans ces cas là, on fait une donation-partage, et la valeur enregistrée est la valeur à la signature de l'acte. Le bien n'est pas réévalué à la succession.

Ce problème peut être facilement évité.

Pef

#41 Message par Pef » 06 août 2006, 20:00

Pour ma part, je m'arrêterai là. Les débats sur la Corse ont la facheuse habitude de se terminer en engueulade.

Je suis pas là pour me prendre la tête, donc je vous laisse débattre :D

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#42 Message par fabinoo » 06 août 2006, 21:45

Les débats sur la Corse ont la facheuse habitude de se terminer en engueulade.
Si tu n'étais pas arrogant, voire limite insultant, cela n'arriverait pas. Pour l'instant, il n'y a que toi qui t'énerve.
Ne suis-je pas resté courtois dans mes interventions ? Pourquoi ne fais-tu pas de même ?

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#43 Message par fabinoo » 06 août 2006, 21:48

fabinoo a écrit :
Les débats sur la Corse ont la facheuse habitude de se terminer en engueulade.
Si tu n'étais pas arrogant, voire limite insultant, cela n'arriverait pas. Pour l'instant, il n'y a que toi qui t'énerve.
Ne suis-je pas resté courtois dans mes interventions ? Pourquoi ne fais-tu pas de même ?

De plus, si une bonne partie de ce que tu dis est juste et bien documenté, pour le reste, la Corse dont tu parles et où toutes les habitations semblent tomber en ruine dans l'indivision ne ressemble en rien à celle que j'ai connue, et où j'ai vécu 20 ans où mes parents vivent encore, et où ces phénomènes dont tu parles sont certes réels, mais absolument pas dominants.

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#44 Message par fabinoo » 06 août 2006, 21:49

Et pourquoi on peut pas éditer ses messages, sur ce forum ?
Même pas 5 minutes.

Pef

#45 Message par Pef » 06 août 2006, 22:23

fabinoo a écrit :
Si tu n'étais pas arrogant, voire limite insultant, cela n'arriverait pas. Pour l'instant, il n'y a que toi qui t'énerve.
Ne suis-je pas resté courtois dans mes interventions ? Pourquoi ne fais-tu pas de même ?
Je ne suis ni arrogant, ni insultant. Si le fait que je dise que dire que l'argent du tourisme ne circule pas en corse est d'une bêtise sans nom, tu le considère comme insulte ou quelque chose d'arrogant, libre à toi, mais c'est mon avis.

Je n'ai jamais vu aucune économie, en particulier insulaire, où l'argent du tourisme soit "négligeable" et "ne circule pas dans l'économie de l'île".

Et la corse n'y échappe pas. L'apport d'argent généré par le tourisme est plus qu'important sur l'île. Cet argent est par la suite majoritairement dépensé sur l'île et c'est ça l'important.
De plus, si une bonne partie de ce que tu dis est juste et bien documenté, pour le reste, la Corse dont tu parles et où toutes les habitations semblent tomber en ruine dans l'indivision ne ressemble en rien à celle que j'ai connue, et où j'ai vécu 20 ans où mes parents vivent encore, et où ces phénomènes dont tu parles sont certes réels, mais absolument pas dominants.
Ces phénomène sont tellement minoritaire que tout le monde les connaît, chaque petit bout de famille corse a dans son patrimoine une maison qui tombe plus ou moins en ruine.

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#46 Message par fabinoo » 06 août 2006, 22:39

Bon, mettons que je n'aie rien dit, et toi non plus.
Moi, je trouve cette discussion intéressante et instructive. Même si je te trouve trop affirmatif sur certains points.

Par exemple, le tourisme ne représente que 10% du PIB de la Corse, selon cette source nationaliste, http://www.uribombu.com/tourisme.htm, mais ç'est assez proche des chiffres que j'avais vus auparavant (10 à 14%). Donc même si ce tourisme devait régresser de 20 ou 30%, l'impact global sur l'économie ne serait pas si énorme. En revanche, je persiste à penser que l'impact sur l'immobilier serait grand.

Cela n'enlève rien à ton analyse sur les succession.

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#47 Message par fabinoo » 06 août 2006, 23:09

Une autre erreur, je ne sais plus de qui, sur ce forum : on ne construirait presque pas en Corse à cause de la loi littoral. Je me suis amusé à voir quelques statistiques de ma région :

Agglomération L'ile rousse/corbara/sta reparata/monticello.
5500 habitants environ. Mises en chantiers moyenne annuelle depuis 3 ans : 96 logements. Rapporté à la population de la France, équivaut à... 1 070 000 logements par an !

Ca fait pas mal, pour une région où on ne construit pas.

Plus drôle : agglomération Calvi / Calenzana / Lumio : 8400 habitants. Mises en chantier ces 3 dernières années : 312 par an. Rapporté à la population de la France, 2 300 000 logements par an.

Tu dis que la Corse te fait penser au Portugal pour le nombre de logements pas finis. Moi, je te dis chiffres à l'appui que la Corse ridiculise l'Espagne pour le nombre de logements construits.

Même en supposant qu'un certain nombre de ces logements ne soient pas terminés, on est dans une situation de surconstruction hallucinante en Corse.


Pour toute la Hte Corse :
1961 logements en 2005 pour 150 000 habitants, ce qui correspondrait pour France entière à 810 000 logements dans l'année.
Soit deux fois la moyenne française.
Comment peut-on dire que la construction est bloquée en Corse ?

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#48 Message par fabinoo » 06 août 2006, 23:55

les produits agro-alimentaires qui représentent une ressource importante (clémentines, vin, maïs, fromages, charcuterie, etc.)
Et encore un mythe :
L'agriculture représente 2,4% du PIB de la Corse. Moins que la moyenne française. Un comble pour une région totalement rurale.
Elle n'existe quasiment pas. Et encore, une bonne part est destinée à l'exportation. L'essentiel de ce qui se mange en Corse est importé. Je le sais, mes parents étaient restaurateurs, et j'ai bossé chez d'autres aussi. Et je connais le contenu des caddies qui sortent des hypermarchés. Et le surdimentionnement de ceux-ci. Je sais bien que la part de produits corses, hormis dans quelques rares restaurants, sont ultra-minoritaires. Quant à ce que mangent aussi bien les corse que les touristes, c'est Nestlé, Danone, Kellog's, etc., comme partout en France.
Bien sûr, il reste la part salariale. Soit 20% du chiffre d'affaires des entreprises en moyenne, et probablement peu ou prou 60% de la valeur ajoutée, comme partout.
Il reste quoi après 3 ou 4 changements de main (0,6*0,6*0,6*0,6 = 13%) ?
Non, l'argent file vite hors de Corse, et c'est un problème qui a été soulevé il y a bien longtemps. On nous en parlait au lycée.

L'électricité est produite en Corse ? La belle affaire. l'essentiel provient de deux centrales thermiques. C'est-à-dire qui marchent avec du combustible importé.


Sinon, je suis entièrement d'accord sur le fait qu'entreprendre en Corse est très hypothéqué par l'ambiance locale.

Pef

#49 Message par Pef » 07 août 2006, 07:55

fabinoo a écrit :
Sinon, je suis entièrement d'accord sur le fait qu'entreprendre en Corse est très hypothéqué par l'ambiance locale.
Un petit exemple, avec l'élagueur qui vient chez nous pour nos arbres.

Il a essayé 2 fois de se mettre à son compte, et 2 fois son camion a été brûlé...

Finalement, il travaille au noir, maintenant... Tu parles d'un exemple.

fabinoo
~~+
~~+
Messages : 5345
Enregistré le : 31 août 2005, 12:37
Localisation : Haute Corse
Contact :

#50 Message par fabinoo » 07 août 2006, 08:20

Oui, mais tout ça, une région où entreprendre est kamikaze (je le sais, j'y retournerais volontiers entreprendre, mais j'hésite...), où les résidences secondaires sont susceptibles d'être rasées d'une nuit à l'autre, où les questions notariales sont si complexes, où une grande part du logement est réservée à une population qui pourrait décider de ne plus venir, où la qualité des logements est parfois douteuse, etc.

Ca plaiderait plutôt pour des prix de l'immobilier bas, non ?

Répondre