L'Algérie (économie)

Discussions et articles de presse relatif à l'économie et à la finance personnelle comme générale.
Message
Auteur
moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#101 Message par moinsdewatt » 14 août 2016, 12:22

optimus maximus a écrit :C'est en train de devenir une bombe à retardement l'Algérie.
Un président fantoche, des réserves qui se vident, des réformes qui tardent à venir.
L'armée tient le pays cependant...
La prochaine étape c'est le FMI, comme en Egypte ?

Le Fonds monétaire international va prêter 12 milliards de dollars au Caire.

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9238
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: L'Algérie (économie)

#102 Message par optimus maximus » 14 août 2016, 12:39

J'ai regardé les donnés macro... Ils feront appel au FMI d'ici 18 à 24 mois... Mais ils n'ont aucun endettement, à la différence du Venezuela. Par conséquent, le FMI va sûrement oeuvrer pour libéraliser l'économie algérienne au maximum. Et les dirigeants algériens devront certainement ravaler leur fierté parfois mal placée...

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 9451
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: L'Algérie (économie)

#103 Message par Hippopotameuuu » 14 août 2016, 15:59

Le problème de l'Algérie c'est l’autosuffisance alimentaire impossible a atteindre. La terre d'Algérie est incapable ne nourrir 40 millions d'Algérien, même avec le secours de la révolution verte et a grand renfort de d'intrants d'origine pétrolier ou gazier.

Ce sont les exportations d'hydrocarbures qui payent une importante proportion de l'ordre de 20 % de l'alimentation du pays en importation. Manque de terres cultivables, manque d'eau d'irrigation, rendements parmi les plus bas du monde, sans le pétrole et le gaz les Algériens ne seraient pas 40 millions, mais la moitié et crèveraient de faim.

Or le temps du pétrole du Sahara va finir bientôt, et ce n'est pas le FMI et sa politique ultralibérale à la on qui va donner à bouffer aux Algériens surnuméraires ou re-remplir les puits de pétrole épuisés.
Mélenchon a écrit :«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »

mateo__1980
-+
-+
Messages : 2182
Enregistré le : 23 août 2006, 15:29
Localisation : 59

Re: L'Algérie (économie)

#104 Message par mateo__1980 » 15 août 2016, 10:39

Hippopotameuuu a écrit :Le problème de l'Algérie c'est l’autosuffisance alimentaire impossible a atteindre. La terre d'Algérie est incapable ne nourrir 40 millions d'Algérien, même avec le secours de la révolution verte et a grand renfort de d'intrants d'origine pétrolier ou gazier.

Ce sont les exportations d'hydrocarbures qui payent une importante proportion de l'ordre de 20 % de l'alimentation du pays en importation. Manque de terres cultivables, manque d'eau d'irrigation, rendements parmi les plus bas du monde, sans le pétrole et le gaz les Algériens ne seraient pas 40 millions, mais la moitié et crèveraient de faim.

Or le temps du pétrole du Sahara va finir bientôt, et ce n'est pas le FMI et sa politique ultralibérale à la on qui va donner à bouffer aux Algériens surnuméraires ou re-remplir les puits de pétrole épuisés.
Oh, je suis sûr que si la situation s'aggrave, ils viendront immigrer quand même "chez les sales racistes de français" :roll:

Avatar du membre
parpayou
~~+
~~+
Messages : 5796
Enregistré le : 10 mai 2008, 18:54

Re: L'Algérie (économie)

#105 Message par parpayou » 15 août 2016, 13:33

mateo__1980 a écrit :
Oh, je suis sûr que si la situation s'aggrave, ils viendront immigrer quand même "chez les sales racistes de français" :roll:
Ils seront accueilli comme au bled d'ici là
La tâche à laquelle nous devons nous atteler, ce n'est pas de parvenir à la sécurité, c'est d'arriver à tolérer l'insécurité.

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 9451
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: L'Algérie rit jaune

#106 Message par Hippopotameuuu » 31 août 2016, 20:10

L’Algérie a atteint son Peak-Oil pétrolier en 2008, depuis la production ne fait que baisser. Depuis 2008 l’Algérie a réduit sa capacité d’exportation de 34%, le plus inquiétant, en continuant à ce rythme, l’Algérie consommera toute sa production et sera importateur net avant 2030.

http://www.liberte-algerie.com/actualit ... ier-253940
Mélenchon a écrit :«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »

guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: L'Algérie rit jaune

#107 Message par guzy1971 » 09 sept. 2016, 09:15

Hippopotameuuu a écrit :L’Algérie a atteint son Peak-Oil pétrolier en 2008, depuis la production ne fait que baisser. Depuis 2008 l’Algérie a réduit sa capacité d’exportation de 34%, le plus inquiétant, en continuant à ce rythme, l’Algérie consommera toute sa production et sera importateur net avant 2030.

http://www.liberte-algerie.com/actualit ... ier-253940
Moi je suis triste pour les algériens, alors qu'ils ont un pays magnifique avec plein d'atouts. La Tunisie et le Maroc, malgré des difficultés s'en sortent mieux. L'Algérie a vraiment un régime pourri avec de vrais voleurs à sa tête qui n'ont aucune stratégie pour le pays.

guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: L'Algérie (économie)

#108 Message par guzy1971 » 09 sept. 2016, 09:24

Hippopotameuuu a écrit :Le problème de l'Algérie c'est l’autosuffisance alimentaire impossible a atteindre. La terre d'Algérie est incapable ne nourrir 40 millions d'Algérien, même avec le secours de la révolution verte et a grand renfort de d'intrants d'origine pétrolier ou gazier.

Ce sont les exportations d'hydrocarbures qui payent une importante proportion de l'ordre de 20 % de l'alimentation du pays en importation. Manque de terres cultivables, manque d'eau d'irrigation, rendements parmi les plus bas du monde, sans le pétrole et le gaz les Algériens ne seraient pas 40 millions, mais la moitié et crèveraient de faim.

Or le temps du pétrole du Sahara va finir bientôt, et ce n'est pas le FMI et sa politique ultralibérale à la on qui va donner à bouffer aux Algériens surnuméraires ou re-remplir les puits de pétrole épuisés.
Connais pas bien le sujet, mais j'ai l'impression à lire certains commentaires que le secteur agricole algériens est loin de ce qu'il serait capable de produire avec plus de capitaux.

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 9451
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: L'Algérie (économie)

#109 Message par Hippopotameuuu » 09 sept. 2016, 10:03

Ce n'est pas le capital le facteur limitant du secteur primaire Algérien, ni le soleil.
Le facteur limitant c'est l'eau et la terre arable
Mélenchon a écrit :«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »

guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: L'Algérie (économie)

#110 Message par guzy1971 » 09 sept. 2016, 10:10

Hippopotameuuu a écrit :Ce n'est pas le capital le facteur limitant du secteur primaire Algérien, ni le soleil.
Le facteur limitant c'est l'eau et la terre arable
Justement, hors sud désertique, il semble qu'ils pourraient améliorer sensiblement l'irrigation avec plus d'investissements, non ?

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 9451
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: L'Algérie (économie)

#111 Message par Hippopotameuuu » 09 sept. 2016, 10:21

Le problème dans ce bas monde n'est jamais le capital, qui contrairement à l'eau peut être produit a partir de rien.
Ce qui conduit aux taux négatifs, alors que l'eau et la terre reste payante.
Mélenchon a écrit :«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#112 Message par moinsdewatt » 08 juil. 2017, 12:24

Bouteflika appelle les Algériens à soutenir les réformes économiques pour compenser la baisse des revenus pétroliers

Agence Ecofin 06 juillet 2017

Mercredi, Abdelaziz Bouteflika, le président de l’Algérie a appelé le peuple algérien à soutenir les nouvelles réformes économiques dédiées à compenser la baisse des revenus issus de la commercialisation de l’or noir. Ceci, dans un message écrit adressé à la nation, dans le cadre des célébrations de la fête de l’indépendance.

Le pétrole étant l’un des principaux produits d’exportation du pays, la faiblesse de ses cours a sérieusement érodé les recettes publiques depuis les trois dernières années.

L’Algérie s’est donc résolue à adopter une pile de mesures économiques pour non seulement développer d’autres sources de revenus mais réduire aussi sa dépendance vis-à-vis du pétrole.

Le message du chef de l’Etat algérien arrive après l’annonce par le gouvernement d’un plan visant à réduire les subventions publiques. Une réforme douloureuse, selon Reuters qui rappelle que le pays investit chaque année plus de 30 milliards de dollars dans les aides sociales, la subvention du carburant, du logement entre autres, ce qui contribue à maintenir la paix sociale.

« Notre pays est confronté à une réduction énorme de ses recettes d’exportation et à la détérioration de la balance des paiements.», a déclaré le président. « Je renouvelle mon appel aux Algériens, qu’ils travaillent et mettent en œuvre de manière souveraine, les réformes économiques nécessaires.», a-t-il poursuivi.

La commercialisation des ressources d’hydrocarbures contribue à financer le budget de plus de 60%. Or depuis 2014, ces recettes ont reculé de plus de 50%. Les réserves de devises étrangères étaient de 178 milliards de dollars avant la chute des prix du pétrole. Elles sont aujourd’hui de 108 milliards, rappelle Reuters.
http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... petroliers

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 9283
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: L'Algérie (économie)

#113 Message par WolfgangK » 08 juil. 2017, 17:43

L'Algérie va se faire déchiquetter par la conjonction de sa démographie et de la baisse de ses recette pétrolières. Une connaissance qui connaît TRÈS bien la situation envisage un scénario type Vénézuela.

À propos de l'histoire secrète de ce pays, je conseille la lecture de http://www.editionsladecouverte.fr/cata ... 51346.html

Le 7 avril 1987, Ali Mécili, avocat au barreau de Paris, figure marquante de l’opposition démocratique au régime d’Alger, était assassiné devant son domicile parisien. Deux mois plus tard, la police française arrêtait le tueur, un petit truand algérien aux ordres de la Sécurité militaire, les services secrets de l’armée algérienne. Mais au lieu d’être remis à la justice, il était… réexpédié à Alger. Et, depuis vingt ans, ce crime qui déshonore la Ve République est resté impuni. D’où l’importance de ce livre, publié pour la première fois en 1989, pour comprendre la vraie nature du régime algérien et les réseaux secrets de la « Françalgérie ».
Grande figure de la lutte d’indépendance algérienne et opposant historique au régime militaire qui contrôle l’Algérie, Hocine Aït-Ahmed y retrace en détail les circonstances du meurtre de son ami de toujours, ainsi que l’attitude scandaleuse de la police et de la justice françaises. Mais aussi, à travers l’évocation du parcours exemplaire d’Ali Mécili, la lutte d’opposants courageux contre un « pouvoir de l’ombre » qui a confisqué dès 1962 la lutte de libération du peuple algérien. Et, dans une postface inédite, il évoque le « bain de sang » dans lequel ce pouvoir a plongé son pays à partir de 1992, et l’incroyable omerta qui continue depuis à recouvrir, en France comme ailleurs, les crimes contre l’humanité d’une junte de généraux corrompus.
http://www.algeria-watch.org/fr/article ... _livre.htm

L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#114 Message par moinsdewatt » 14 juil. 2017, 16:26

WolfgangK a écrit :L'Algérie va se faire déchiquetter par la conjonction de sa démographie et de la baisse de ses recette pétrolières.
Voila comment ça commence :
Algérie : le pétrole ne paie plus, le Ketchup interdit d'importation

Le Parisien avec AFP 12 juillet 2017,

En suspendant l'importation de 24 produits, Alger cherche à mettre fin à la baisse des réserves de changes provoquée par la chute des cours du pétrole.

Les Algériens amateurs de ketchup ou ceux qui envisageaient de s'acheter des robinets importés vont devoir patienter. L'Algérie a suspendu l'importation de 24 types de produits alimentaires ou industriels – dont les sauces, le chocolat ou la robinetterie – dans le cadre des mesures visant à endiguer la baisse des réserves de changes due à la chute des cours du brut.
......................

.............. le gouvernement est contraint de piocher dans les réserves de change, estimées à 108 milliards de dollars à fin juin 2017, contre 113 à la fin 2016, 143 à la fin 2015 et 177 à la fin 2014.
http://www.leparisien.fr/international/ ... 130361.php

achillemo
~~+
~~+
Messages : 11455
Enregistré le : 20 août 2007, 21:05
Localisation : 93

Re: L'Algérie (économie)

#115 Message par achillemo » 14 juil. 2017, 20:05

L Algérie n'est pas gouvernée par des bolchéviques. Ce sont certes des dictateurs mais assez pragmatiques. Avant d écouler toutes leurs réserves de change ils vont enfin ouvrir leurs frontière aux investissement étrangers. La main d oeuvre est peu cher ce qui est un atout. Ensuite les algériens doivent changer de mentalité et arrêter de croire à l'état providence. Il y a un gros potentiel agricole mal exploité par paresse de la jeunesse, comme dans tout pays financé par les hydrocarbures et les retraites de parents ou grand parents ayant travaillé en France, sans compter pensions d ancien combattant.

Il est bon de voir le gouvernement s alarmer avant qu'ilsoit trop tard.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#116 Message par moinsdewatt » 15 juil. 2017, 11:30

achillemo a écrit :Il y a un gros potentiel agricole mal exploité par paresse de la jeunesse, comme dans tout pays financé par les hydrocarbures et l......
.
sur le sujet :
L’agriculture algérienne peine a se développer en dépit de moyens financiers colossaux

Par Nordine Grim -2 janvier 2017

...................

L’enjeu est en effet de taille, quand on sait que le pays est depuis quelques années le premier importateur africain de denrées alimentaires. Pas moins de 75% de ses besoins alimentaires sont en effet assurés par les importations. C’est une dépendance désastreuse tant au plan financier qu’au plan sécuritaire, s’agissant notamment des céréales et du lait qui constituent la nourriture de base des algériens. L’Algérie est, en effet, un des plus gros importateurs de céréales au monde. Des céréales destinées, aussi bien, à l’alimentation de la population (blés, farine etc.) qu’à celle des animaux (maïs, orge etc.). La demande nationale estimée à 8 millions de tonnes par an n’est couverte qu’à environ 30% par la production domestique. Les dépenses d’importations sont de ce fait ruineuses (800 millions d’euros uniquement pour les céréales importées de France) et l’intérêt de développer une industrie agroalimentaire à base de céréales (pâtes, biscuits, farines lactées etc.), n’a pas de sens en raisons des coûts trop élevés des matières premières importées.

La facture d’importation de lait est également très lourde. Elle était de 1,3 milliards de dollars en 2008. Une certaine tendance à la baisse a certes été au cours de ces cinq dernières années en raison d’un accroissement substantiel de lait cru, mais la croissance naturelle de la population est si forte que ce surcroît de production sera vite réduit à néant par la très forte poussée démographique qui donne à l’Algérie chaque année plus d’un million d’enfants de plus à nourrir.
http://www.algerie-eco.com/2017/01/02/l ... colossaux/

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#117 Message par moinsdewatt » 02 oct. 2017, 20:10

L'Algérie veut reprendre l'exploration du gaz de schiste

Par AFP le 02.10.2017

Le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a demandé au groupe pétrolier public Sonatrach de reprendre l'exploration du gaz de schiste, suspendue après des manifestations d'habitants et de défenseurs de l'environnement, ont rapporté les médias algériens.

"Il est temps que Sonatrach exploite toutes ses énergies au service de l'entreprise et du pays", a déclaré M. Ouyahia lors d'une visite dimanche à la raffinerie d'Arzew (ouest).

Le Premier ministre a notamment "encouragé" les dirigeants du groupe pétrolier détenu à 100% par l’État algérien, à "investir dans le domaine du gaz de schiste", selon des images de la télévision nationale.

"Il ne s'agit pas là d'une démarche aventurière, mais d'une option visant à garantir l'avenir en matière énergétique", a expliqué M. Ouyahia.

En 2015, des manifestations d'opposants à l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste s'étaient multipliées à In Salah, localité du Sahara située à 1.500 km au sud d'Alger, où la Sonatrach avait effectué avec succès son premier forage exploratoire fin décembre 2014.

Les habitants craignaient les conséquences sur l'environnement de la méthode d'extraction du gaz de schiste, la fracturation hydraulique.

Ce procédé, qui consiste à créer des fissures et à y infiltrer de grandes quantités d'eau mélangée à des produits chimiques, pour permettre l'extraction de gaz capturé dans la roche, est très controversé.

La fracturation hydraulique a été interdite dans certains pays comme la France. Aux États-Unis, grand exploitant des gaz de schiste, l'Agence de protection de l'environnement avait conclu dans un rapport publié fin 2016 que cette méthode d'extraction peut avoir un effet négatif sur la disponibilité et la qualité des ressources en eau.

L’Algérie compte énormément sur ses ressources en gaz de schiste - qui seraient les quatrièmes au monde, selon plusieurs études - pour compenser la baisse des prix des hydrocarbures "classiques", principale ressource du budget de l’État.

L'Algérie table sur 31 milliards de dollars (26 milliards d'euros) de recettes provenant de ses ventes d'hydrocarbures en 2017. Avant la chute des cours de l'or noir, ces recettes dépassaient 65 milliards de dollars.

Face à la chute des recettes pétrolières, le pays a été contraint de puiser ces dernières années dans ses réserves de devises, qui ont fondu de moitié en trois ans, et peine à contenir son déficit budgétaire (13,7% du PIB en 2016).
https://www.sciencesetavenir.fr/nature- ... ste_116994

ezetrol0
+
+
Messages : 2854
Enregistré le : 26 oct. 2005, 21:39
Localisation : marseille 13001
Contact :

Re: L'Algérie (économie)

#118 Message par ezetrol0 » 02 oct. 2017, 21:21

Oui en Algérie c'est la crise.

Petit exemple perso.

Mon père a un compte devise à Alger.

Il lui est devenu très dur de transférer SES euros vers la France, la banque BEA ne cesse de trouver des excuses pour repousser les virements.

Et c'est valable pour tout le monde.

Le pays n'a plus d'argent, et le peu qu'il reste, ils font tout pour le garder.

Taux de change 195 DA pour 1€.

En attendant, nous on est dans la m..erde.

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: L'Algérie (économie)

#119 Message par stchong » 02 oct. 2017, 21:48

ezetrol0 a écrit :Oui en Algérie c'est la crise.

Petit exemple perso.

Mon père a un compte devise à Alger.

Il lui est devenu très dur de transférer SES euros vers la France, la banque BEA ne cesse de trouver des excuses pour repousser les virements.

Et c'est valable pour tout le monde.

Le pays n'a plus d'argent, et le peu qu'il reste, ils font tout pour le garder.

Taux de change 195 DA pour 1€.

En attendant, nous on est dans la m..erde.
Tu te fais entretenir par ton père ???
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

achillemo
~~+
~~+
Messages : 11455
Enregistré le : 20 août 2007, 21:05
Localisation : 93

Re: L'Algérie (économie)

#120 Message par achillemo » 03 oct. 2017, 08:43

1 millions d enfants par an ça m'étonne un peu quand même. Les gens ne font que rarement plus de 3 enfants, en tout cas parmi les algériens que je connais la bas.

Le pays a une population jeune et une vaste surface agricole. Il peut développer l arboriculture., les énergies renouvelables et l implantation de petites industries comme le textile.

Avatar du membre
pangloss
Presse
Presse
Messages : 14857
Enregistré le : 25 août 2005, 10:24
Localisation : 92

Re: L'Algérie (économie)

#121 Message par pangloss » 03 oct. 2017, 11:11

Syndrome hollandais doublé de socialisme corrompu et inefficace.
L'Algérie a plus de potentiel que ses voisins, mais compte tenu des habitudes prises il y aura un grand choc avant qu'il soit exploité.

Image Taux de fécondité (source Banque mondiale)
Excellente video (téléchargeable) de Hans Rosling sur l'évolution démographique au XXIème siècle: https://vimeo.com/79878808
Image

ezetrol0
+
+
Messages : 2854
Enregistré le : 26 oct. 2005, 21:39
Localisation : marseille 13001
Contact :

Re: L'Algérie (économie)

#122 Message par ezetrol0 » 03 oct. 2017, 12:27

stchong a écrit :
ezetrol0 a écrit :Oui en Algérie c'est la crise.

Petit exemple perso.

Mon père a un compte devise à Alger.

Il lui est devenu très dur de transférer SES euros vers la France, la banque BEA ne cesse de trouver des excuses pour repousser les virements.

Et c'est valable pour tout le monde.

Le pays n'a plus d'argent, et le peu qu'il reste, ils font tout pour le garder.

Taux de change 195 DA pour 1€.

En attendant, nous on est dans la m..erde.
Tu te fais entretenir par ton père ???
Négatif.

Alzheimer, je paye SES dépenses avec SON argent.

Et là, avec les sous bloqués et le prix des EPAD(2500€ par mois), je vois venir la catastrophe.

Chienne de vie...

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#123 Message par moinsdewatt » 27 janv. 2018, 15:14

Algérie: en 2017, les revenus énergétiques ont enregistré une hausse de 16,45% par rapport à 2016

Agence Ecofin 23 janv 2018

En Algérie, selon des données douanières publiées lundi, les recettes liées aux exportations de pétrole et de gaz ont connu une hausse de 16,45% par rapport à l’année précédente. Au total, Alger a obtenu 32,86 milliards de dollars contre 28,22 milliards de dollars en 2016.

Cela a permis de réduire de 34,4% le deficit commercial, et fait grimper la couverture des importations à hauteur de 76% contre 64% en 2016.

L’essence est le principal produit importé en 2017. Il a coûté 2 milliards de dollars contre 1,61 milliard de dollars en 2016.

Quant à la valeur des exportations, elle a atteint 34,76 milliards de dollars, en hausse de 15,8% par rapport à 2016, tandis que les importations ont diminué de 2,4% pour atteindre 45,95 milliards de dollars.

L’Algérie est le premier producteur africain de gaz naturel et le troisième producteur d’or noir. Le pays est tributaire à plus de 90% de ses exportations d’énergie pour financer son budget.
https://www.agenceecofin.com/gestion-pu ... ort-a-2016

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9238
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: L'Algérie (économie)

#124 Message par optimus maximus » 27 janv. 2018, 21:55

C'est *** pour eux de ne pas raffiner le pétrole à la maison. Ça baisserait de plusieurs milliards leurs importations.
Et l'Algérie fait partie de ces pays, à l'instar du Vénézuela ou des pays du golfe qui subventionnent de manière exagérée l'essence à la pompe, ce qui est aussi assez *** aussi.

achillemo
~~+
~~+
Messages : 11455
Enregistré le : 20 août 2007, 21:05
Localisation : 93

Re: L'Algérie (économie)

#125 Message par achillemo » 28 janv. 2018, 11:15

optimus maximus a écrit :C'est *** pour eux de ne pas raffiner le pétrole à la maison. Ça baisserait de plusieurs milliards leurs importations.
Et l'Algérie fait partie de ces pays, à l'instar du Vénézuela ou des pays du golfe qui subventionnent de manière exagérée l'essence à la pompe, ce qui est aussi assez *** aussi.
Dans un pays mafieux, chaque mouvement d'importation ou d'exportation génère une "commission" pour un général, on comprend pourquoi ils n'ont pas crée de raffinerie.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#126 Message par moinsdewatt » 28 janv. 2018, 13:22

optimus maximus a écrit :C'est *** pour eux de ne pas raffiner le pétrole à la maison. Ça baisserait de plusieurs milliards leurs importations.
Et l'Algérie fait partie de ces pays, à l'instar du Vénézuela ou des pays du golfe qui subventionnent de manière exagérée l'essence à la pompe, ce qui est aussi assez *** aussi.
Ils veulent effectivement le faire :
Algérie : environ 6 milliards de dollars pour la construction de quatre raffineries pétrolières

Agence Ecofin 31 janvier 2017

Selon des informations rapportées par Reuters, la Sonatrach a lancé, lundi dernier, un appel d’offres à l’endroit de soumissionnaires internationaux pour la construction de quatre raffineries pétrolières. Le coût des installations sera d’environ 6 milliards de dollars.

Comme l’indique TSA Algérie, il s’agira d’une raffinerie à Tiaret, dans l’ouest du pays, d’une raffinerie à Hassi Messaoud pour traiter le brut extrait du plus grand gisement pétrolier du pays, et de deux usines à Skikda dans le nord-est. Les installations de Tiaret et Hassi Messaoud auront chacune une capacité de traitement de 5 millions de tonnes.

C’est un pas de plus vers l’autosuffisance énergétique, l’accroissement des capacités de raffinage, l’augmentation des revenus pétroliers et la construction d’un hub énergétique.

Depuis l’année dernière, l’Algérie ne cesse d’investir dans la mise à niveau de ses installations de production ainsi que ses périmètres de pétrole et de gaz. C’est le seul pays africain qui maintient un rythme croissant d’investissements depuis le début de la chute des prix du pétrole.

Le pays compte injecter 70 milliards de dollars sur les 5 prochaines années dans l’amélioration de ses rendements. L’Algérie produit actuellement 30 millions de tonnes de produits pétroliers raffinés chaque année.
https://www.agenceecofin.com/industrie/ ... etrolieres

et en attendant :
L'Algérie va raffiner une partie de son pétrole brut en Italie, selon le PDG de Sonatrach

French.china.org.cn  le 17-01-2018

Le PDG du groupe algérien des hydrocarbures Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a indiqué mardi que sa compagnie transformera une partie de son pétrole brut à partir d'une raffinerie italienne pour en faire des carburants qui seront ensuite commercialisés en Algérie.

Visant à épargner des devises à son pays, M. Ould Kaddour a fait savoir à la presse à l'issue d'une visite effectuée dans le site gazier de Tiguentourine, au sud-est du pays, attaqué par les terroristes il y a cinq ans, que son groupe avait signé lundi dernier un contrat de processing avec une raffinerie pétrolière italienne.

Le carburant, un produit subventionné coûte à l'Algérie 2 milliards de dollars par an.

Etant un pays producteur et exportateur de pétrole les capacités de raffinage ne répondent pas à la demande locale, d'où le recours à l'importation.

En termes chiffrés, 11,5 millions de tonnes de carburants sont raffinés en Algérie, alors que la consommation a atteint 15 millions de tonnes de carburants annuellement.

Ces dernières années, le gouvernement s'est lancé dans un programme de réhabilitation de ces vieilles raffineries et la construction de nouvelles.
http://french.china.org.cn/foreign/txt/ ... 234001.htm

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9238
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: L'Algérie (économie)

#127 Message par optimus maximus » 28 janv. 2018, 15:19

En temps de crise, on finit toujours par avoir un peu de jugeote...

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#128 Message par moinsdewatt » 31 mars 2018, 12:39

Algérie: en 2017, les recettes d'exportation de pétrole et de gaz ont augmenté de 18,42% par rapport à 2016

Agence Ecofin 28 mars 2018

Un rapport de la Banque centrale algérienne, publié mardi, a indiqué qu’en 2017, les recettes d’exportation de pétrole et de gaz ont augmenté de 18,42%, à 33,06 milliards de dollars, par rapport à 2016.

Cette hausse des recettes a été favorisée par l’amélioration des prix du pétrole, depuis la crise de 2014. Il faut néanmoins remarquer qu’en 2017, les volumes d'exportation de pétrole et de gaz ont diminué de 2,88% à 108,48 millions de tonnes d'équivalent pétrole (Tep).

Quoi qu’il en soit, la hausse des recettes énergétiques du pays d’Afrique du Nord lui a permis de réduire son déficit commercial de 28,9%, à 14,33 milliards de dollars, souligne le rapport.

En Algérie, la production de pétrole et de gaz stagne toujours depuis plusieurs années. Ceci, en raison d’un code pétrolier peu attrayant pour les investisseurs étrangers qui préfèrent de plus en plus s’investir dans leurs activités hors Algérie. Pour remédier à cette situation, le nouvel exécutif de la Sonatrach tient des négociations avec les acteurs étrangers du secteur pour trouver les voies et moyens susceptibles de permettre la relance de la production.

Il y a quelques jours, le ministre algérien des Hydrocarbures, Mustapha Guitouni, a annoncé que le nouveau code en préparation prévoit des incitations fiscales intéressantes.

Le membre de l'OPEP est un important fournisseur de gaz pour le marché européen et dépend fortement des recettes provenant des exportations d'énergie. Elles représentent 95% de ses exportations totales et 60% du budget de l'Etat.
https://www.agenceecofin.com/hydrocarbu ... ort-a-2016

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#129 Message par moinsdewatt » 24 juin 2018, 12:11

Algérie : création de 30 milliards de dollars de monnaie dans le cadre du processus de «la planche à billets»

Par Sylvain Vidzraku 23/06/2018, La Tribune

Jusqu'au 31 mars dernier, la Banque d'Algérie a créé 3 585 milliards de dinars de monnaie, soit environ 30,41 milliards de dollars. Cette opération s'insère dans le cadre du financement non conventionnel, communément connu sous l'appellation de processus de «la planche à billets».

Jusqu'à la fin de mars 2018, la Banque d'Algérie a émis des billets pour l'équivalent de 3 585 milliards de dinars, soit près de 30,4 milliards de dollars. C'est l'institution monétaire algérienne elle-même qui a rendu publique cette information dans son rapport mensuel, via le Journal officiel. Cette émission entre dans le cadre d'un plan quinquennal de recours à «la planche à billets» approuvé par les parlementaires en septembre dernier, pour financer la dette publique et éviter une cessation de versement des salaires des fonctionnaires et des retraités, tout en relançant les projets qui manquent de financement.

Notons que les besoins en financements du Trésor public algérien sont encore plus lourds cette année. Selon le ministre algérien des Finances, Abderrahmane Raouya, si l'année dernière ces besoins se chiffraient à 570 milliards de dinars (environ 4,8 milliards de dollars), ils sont passés cette année à 1 815 milliards, ce qui équivaut à environ 15,3 milliards de dollars. L'année prochaine, ajoute le responsable gouvernemental, lesdits besoins seront de 580 milliards de dinars, soit quelque 4,9 milliards de dollars.

Désaccord du FMI et de l'opposition

Ce plan répondait aux orientations du chef de l'Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, qui avait refusé que son pays recoure à l'endettement extérieur pour financer la commande publique et permettre une relance de la croissance économique. Un plan largement critiqué par le Fonds monétaire international (FMI) qui en craignait les conséquences et décrié par l'opposition politique en Algérie. Cette dernière estime que le plan est une solution de «facilitation» qui ne fera que retarder l'apparition des effets de la crise. L'opposition indique que ce mécanisme de financement non conventionnel conduira à une augmentation considérable de l'inflation, une faiblesse du pouvoir d'achat des citoyens algériens et fera chuter la valeur du dinar algérien.

...........
https://afrique.latribune.fr/finances/2 ... 82723.html

30 milliards c'est l' équivalent de 90% des recettes d' exportations (voir post au dessus) en Gaz et pétrole de l' Algérie de 2017 !

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 18764
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: L'Algérie (économie)

#130 Message par kamoulox » 24 juin 2018, 12:21

Nouvelle vague de clandos dans 3,2,1...

Avatar du membre
Lo2
~~+
~~+
Messages : 7312
Enregistré le : 24 avr. 2008, 10:13

Re: L'Algérie (économie)

#131 Message par Lo2 » 24 juin 2018, 12:56

Cette dernière estime que le plan est une solution de «facilitation» qui ne fera que retarder l'apparition des effets de la crise.
Tout comme nos QE.
1) 在金子我信任
2) The American dream is a dream

Avatar du membre
Toine
Messages : 665
Enregistré le : 25 janv. 2010, 16:57

Re: L'Algérie (économie)

#132 Message par Toine » 25 juin 2018, 10:12

Lo2 a écrit :
Cette dernière estime que le plan est une solution de «facilitation» qui ne fera que retarder l'apparition des effets de la crise.
Tout comme nos QE.
Le QE en Europe ne génère pas d'inflation que je sache... En tout cas pas à cause d'une dévaluation de la monnaie

Avatar du membre
Lo2
~~+
~~+
Messages : 7312
Enregistré le : 24 avr. 2008, 10:13

Re: L'Algérie (économie)

#133 Message par Lo2 » 25 juin 2018, 10:29

Oui, un QE n'est pas de la planche à billet mais un QE ne fait que repousser les problèmes également.

Les BC rachètent des trucs pourris à des prix bien plus haut auquel le marché était prêt à l'acheter. La différence, en plus de soulager le marché malade, est une "injection de liquidités".
Ça ne résoud en rien le problème de fond qui a amené ces trucs pourris à exister. Vu l'ampleur du truc, le mal est plus profond. Ce que l'on observe, c'est que les sommes à éponger sont de plus en plus grandes.
Et à chaque fois, on fait des QE => on ne fait que repousser les problèmes comme l'Algérie avec sa planche à billet.
1) 在金子我信任
2) The American dream is a dream

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9238
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: L'Algérie (économie)

#134 Message par optimus maximus » 25 juin 2018, 11:18

moinsdewatt a écrit :
Algérie : création de 30 milliards de dollars de monnaie dans le cadre du processus de «la planche à billets»

Par Sylvain Vidzraku 23/06/2018, La Tribune

Jusqu'au 31 mars dernier, la Banque d'Algérie a créé 3 585 milliards de dinars de monnaie, soit environ 30,41 milliards de dollars. Cette opération s'insère dans le cadre du financement non conventionnel, communément connu sous l'appellation de processus de «la planche à billets».

Jusqu'à la fin de mars 2018, la Banque d'Algérie a émis des billets pour l'équivalent de 3 585 milliards de dinars, soit près de 30,4 milliards de dollars. C'est l'institution monétaire algérienne elle-même qui a rendu publique cette information dans son rapport mensuel, via le Journal officiel. Cette émission entre dans le cadre d'un plan quinquennal de recours à «la planche à billets» approuvé par les parlementaires en septembre dernier, pour financer la dette publique et éviter une cessation de versement des salaires des fonctionnaires et des retraités, tout en relançant les projets qui manquent de financement.

Notons que les besoins en financements du Trésor public algérien sont encore plus lourds cette année. Selon le ministre algérien des Finances, Abderrahmane Raouya, si l'année dernière ces besoins se chiffraient à 570 milliards de dinars (environ 4,8 milliards de dollars), ils sont passés cette année à 1 815 milliards, ce qui équivaut à environ 15,3 milliards de dollars. L'année prochaine, ajoute le responsable gouvernemental, lesdits besoins seront de 580 milliards de dinars, soit quelque 4,9 milliards de dollars.

Désaccord du FMI et de l'opposition

Ce plan répondait aux orientations du chef de l'Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika, qui avait refusé que son pays recoure à l'endettement extérieur pour financer la commande publique et permettre une relance de la croissance économique. Un plan largement critiqué par le Fonds monétaire international (FMI) qui en craignait les conséquences et décrié par l'opposition politique en Algérie. Cette dernière estime que le plan est une solution de «facilitation» qui ne fera que retarder l'apparition des effets de la crise. L'opposition indique que ce mécanisme de financement non conventionnel conduira à une augmentation considérable de l'inflation, une faiblesse du pouvoir d'achat des citoyens algériens et fera chuter la valeur du dinar algérien.

...........
https://afrique.latribune.fr/finances/2 ... 82723.html

30 milliards c'est l' équivalent de 90% des recettes d' exportations (voir post au dessus) en Gaz et pétrole de l' Algérie de 2017 !
Ils en ont stérilisé une partie ?

Hickson49
Messages : 293
Enregistré le : 07 déc. 2017, 08:10

Re: L'Algérie (économie)

#135 Message par Hickson49 » 25 juin 2018, 12:50

La planche a billet, ca a l'air tout a fait islamo compatible comme concept, je ne voit pas trop comment les "Kouffar" du fmi pourraient faire entendre raison a Bouteflika.

Le plus iconique de nos islamo presidents, ca reste quand meme Erdogan. Dans un discours recent, il fustigeait les banques pratiquant les taux d'interet (non islamo compatibles) comme responsables de l'inflation.
En particulier l'independance ne la banque centrale de Turquie ne semblait absolument pas a son gout.
Cela meme alors qu'il avait commence sa politique de pret "gratuits" a taux d'interet nuls, offerts au citoyens par l'etat.

source: https://www.lesechos.fr/monde/europe/03 ... 176437.php

Bon apres, est-ce que l'inflation est mauvaise pour un pays comme l'Algerie, ou la Turquie, ca c'est un autre debat. L'inflation ca permet de diminuer l'attrait de tous ces sales produits haram fabriques a l'etranger par des mecrants, ca peut etre un objectif.
Hippopotameuuu a écrit :Pour un croûtard il n'y a pas de petite économie, il y a juste des économies, et toutes sont bonnes a prendre. La recherche d'économies ne s’arrête que quand commence la gratuité.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#136 Message par moinsdewatt » 25 juin 2018, 13:02

Hickson49 a écrit :. ............L'inflation ca permet de diminuer l'attrait de tous ces sales produits haram fabriques a l'etranger par des mecrants, ca peut etre un objectif.
Ah ? et les céréales ils vont les faire pousser dans le désert pour éviter celles des mecréants ?
La balance commerciale agroalimentaire de l’Algérie est fortement déficitaire : 7,6 milliards d’euros en 2013.

Le pays importe massivement des céréales ; c’est le plus gros importateur mondial de blé par habitant (160 kg/habitant.) Ses principaux fournisseurs sont la France, l’Argentine et le Brésil. Il importe aussi des quantités importantes de lait, des huiles, du sucre brut et des tourteaux destinés à l'alimentation animale2.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Agricultu ... g%C3%A9rie
Modifié en dernier par moinsdewatt le 25 juin 2018, 13:09, modifié 1 fois.

achillemo
~~+
~~+
Messages : 11455
Enregistré le : 20 août 2007, 21:05
Localisation : 93

Re: L'Algérie (économie)

#137 Message par achillemo » 25 juin 2018, 13:07

moinsdewatt a écrit :
Hickson49 a écrit :. ............L'inflation ca permet de diminuer l'attrait de tous ces sales produits haram fabriques a l'etranger par des mecrants, ca peut etre un objectif.
Ah ? et les céréales ils vont les faire pousser dans le désert pour éviter celles des mécréants ?
La balance commerciale agroalimentaire de l’Algérie est fortement déficitaire : 7,6 milliards d’euros en 2013.

Le pays importe massivement des céréales ; c’est le plus gros importateur mondial de blé par habitant (160 kg/habitant.) Ses principaux fournisseurs sont la France, l’Argentine et le Brésil. Il importe aussi des quantités importantes de lait, des huiles, du sucre brut et des tourteaux destinés à l'alimentation animale2.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Agricultu ... g%C3%A9rie
L'Algérie n'est pas qu'un désert, et la plupart des algériens préferent jouer au domino/tenir une boutique que cultiver leur champs. Si ils ne peuvent plus importer autant, ils changeront peut-être d'opinion.

Les terres cultivables ne manquent pas. Par ailleurs ce n'est pas tout ou rien: soit on importe tout soit on importe rien. Il va falloir qu'ils dévelopent massivement leur agriculture et il me semble que c'est en cours.

Enfin, même le désert est en partie éxploitable. Il y a beaucoup d'éxploitations de légumes qui se sont crées ces dernières années.

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9238
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: L'Algérie (économie)

#138 Message par optimus maximus » 25 juin 2018, 13:08

Hickson49 a écrit :La planche a billet, ca a l'air tout a fait islamo compatible comme concept, je ne voit pas trop comment les "Kouffar" du fmi pourraient faire entendre raison a Bouteflika.

Le plus iconique de nos islamo presidents, ca reste quand meme Erdogan. Dans un discours recent, il fustigeait les banques pratiquant les taux d'interet (non islamo compatibles) comme responsables de l'inflation.
En particulier l'independance ne la banque centrale de Turquie ne semblait absolument pas a son gout.
Cela meme alors qu'il avait commence sa politique de pret "gratuits" a taux d'interet nuls, offerts au citoyens par l'etat.

source: https://www.lesechos.fr/monde/europe/03 ... 176437.php

Bon apres, est-ce que l'inflation est mauvaise pour un pays comme l'Algerie, ou la Turquie, ca c'est un autre debat. L'inflation ca permet de diminuer l'attrait de tous ces sales produits haram fabriques a l'etranger par des mecrants, ca peut etre un objectif.
Pour l'Algérie, il y a surtout une crainte plus ou moins rationnelle envers l'endettement extérieur. A priori, vu que c'est une économie de rente pétrolière, ce n'est pas totalement dénué de sens. D'autant plus qu'avec un président momie plus capable de décider grand chose, ils en sont réduits à gouverner à court terme.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#139 Message par moinsdewatt » 25 juin 2018, 13:11

achillemo a écrit :
moinsdewatt a écrit :
Hickson49 a écrit :. ............L'inflation ca permet de diminuer l'attrait de tous ces sales produits haram fabriques a l'etranger par des mecrants, ca peut etre un objectif.
Ah ? et les céréales ils vont les faire pousser dans le désert pour éviter celles des mécréants ?
La balance commerciale agroalimentaire de l’Algérie est fortement déficitaire : 7,6 milliards d’euros en 2013.

Le pays importe massivement des céréales ; c’est le plus gros importateur mondial de blé par habitant (160 kg/habitant.) Ses principaux fournisseurs sont la France, l’Argentine et le Brésil. Il importe aussi des quantités importantes de lait, des huiles, du sucre brut et des tourteaux destinés à l'alimentation animale2.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Agricultu ... g%C3%A9rie
L'Algérie n'est pas qu'un désert, et la plupart des algériens préferent jouer au domino/tenir une boutique que cultiver leur champs. Si ils ne peuvent plus importer autant, ils changeront peut-être d'opinion.
.
aprés vérification oui vous avez raison :
Agence Ecofin 12 janv 2018
- Le Ministre algérien de l’Agriculture, du développement Rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi (photo), a déclaré lors d’une séance à la Commission des finances et du Budget de l’Assemblée Populaire Nationale (APN), que deux (2) millions d’hectares de terres agricoles demeurent inexploitées.
https://www.agenceecofin.com/gestion-pu ... exploitees

Manfred
~~+
~~+
Messages : 12718
Enregistré le : 20 oct. 2007, 17:35

Re: L'Algérie (économie)

#140 Message par Manfred » 25 juin 2018, 13:32

Au risque de conforter mon image d'indécrottable raciste, je crois que le principal problème de l'Algérie, c'est les algériens.
Dans un pays avec un taux de chômage énorme, ce sont des chinois qui viennent faire les travaux alors qu'il y a de la main d’œuvre locale à profusion.
D'ailleurs, ces travaux n'avancent pas car dès qu'il y a un chantier quelque part, une fois la nuit tombée une nuée de sauterelles fond dessus s'il n'est pas très bien gardé et volent tout ce qu'il est possible de voler (tu me diras dans certaines villes du 93 c'est pareil, en même temps c'est la même population).
Il leur faudrait un régime militaire car c'est une population qui ne comprends et ne respecte dans sa majorité que le knout (ou son équivalent local), mais qui ne soit pas (trop) corrompu et ait la volonté de faire avancer le pays. Ils n'ont que le régime militaire, avec pour couronner le tout une société qui s'est largement islamisée (et c'est pas vraiment une amélioration).

vpl
troll un peu lourd
Messages : 12545
Enregistré le : 20 sept. 2008, 13:12

Re: L'Algérie (économie)

#141 Message par vpl » 25 juin 2018, 13:41

La rente pétrolière... Y'a pas qu'en Algérie que c'est "compliqué".
Là où ça se passe le mieux c'est quand le pays n'a pas trop de population et peut donc avoir la main ferme envers ses manards, vu qu'ils sont étrangers.

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9238
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: L'Algérie (économie)

#142 Message par optimus maximus » 25 juin 2018, 14:22

Manfred a écrit :Au risque de conforter mon image d'indécrottable raciste, je crois que le principal problème de l'Algérie, c'est les algériens.
Dans un pays avec un taux de chômage énorme, ce sont des chinois qui viennent faire les travaux alors qu'il y a de la main d’œuvre locale à profusion.
D'ailleurs, ces travaux n'avancent pas car dès qu'il y a un chantier quelque part, une fois la nuit tombée une nuée de sauterelles fond dessus s'il n'est pas très bien gardé et volent tout ce qu'il est possible de voler (tu me diras dans certaines villes du 93 c'est pareil, en même temps c'est la même population).
Il leur faudrait un régime militaire car c'est une population qui ne comprends et ne respecte dans sa majorité que le knout (ou son équivalent local), mais qui ne soit pas (trop) corrompu et ait la volonté de faire avancer le pays. Ils n'ont que le régime militaire, avec pour couronner le tout une société qui s'est largement islamisée (et c'est pas vraiment une amélioration).
La rente pétrolière est quand même une incitation à ne rien foutre (la caricature étant le Venezuela). La tentation est de distribuer les profits de la rente pétrolière sans tenir compte des disparités en terme de revenus, sans regarder la nature des activités subventionnées etc.
C'est surtout des lacunes dans la gouvernance qui est en cause, c'est-à-dire le fait d'avoir des institutions au sein de l'état capables de fournir rapidement des statistiques fiables sur l'état du pays (ça peut être un problème local comme Mayotte pour la France). Et pour cela, il faut sortir de la culture de l'opacité.
Après l'Algérie c'est loin d'être le pays le plus arriéré au monde... s'ils veulent vraiment s'en sortir, ils le peuvent mais faudra sans doute qu'ils fassent leur aggiornamento dans leur manière de pratiquer le pouvoir (ou au moins avoir un homme fort et probe à la tête du pays)...

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 9283
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: L'Algérie (économie)

#143 Message par WolfgangK » 25 juin 2018, 14:57

Il y a aussi des problèmes liés au changement de mentalité en ce qui concerne la transmission des grands patrimoines.
Je sais qu'il y a un foncier ahurissant laissé à l'abandon parce que transmis en indivision mais que personne n'a l'autorité dans la "famillle" (sur 2 ou 3 générations) pour gérer tout ça.
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

Avatar du membre
Goldorak2
~~+
~~+
Messages : 12291
Enregistré le : 25 sept. 2008, 22:51
Localisation : Nantes

Re: L'Algérie (économie)

#144 Message par Goldorak2 » 25 juin 2018, 15:11

Manfred a écrit :Au risque de conforter mon image d'indécrottable raciste, je crois que le principal problème de l'Algérie, c'est les algériens.
Dans un pays avec un taux de chômage énorme, ce sont des chinois qui viennent faire les travaux alors qu'il y a de la main d’œuvre locale à profusion.
D'ailleurs, ces travaux n'avancent pas car dès qu'il y a un chantier quelque part, une fois la nuit tombée une nuée de sauterelles fond dessus s'il n'est pas très bien gardé et volent tout ce qu'il est possible de voler (tu me diras dans certaines villes du 93 c'est pareil, en même temps c'est la même population).
Il leur faudrait un régime militaire car c'est une population qui ne comprends et ne respecte dans sa majorité que le knout (ou son équivalent local), mais qui ne soit pas (trop) corrompu et ait la volonté de faire avancer le pays. Ils n'ont que le régime militaire, avec pour couronner le tout une société qui s'est largement islamisée (et c'est pas vraiment une amélioration).
je viens de lire "comme je parle" d'Aldo Stérone.
Il décrit l'Algérie des 80's 90's... un peu de celle des années 70 (qu'il a personnellement peu connu mais il décrit la vie de ses parents) et de l'émigration en Europe. Hallucinant !
Je recommande chaudement chaudement pour savoir ce que l'Algérie a vécu, vit... et où on va.
On y décrit aussi la politique d'immigration européenne. En gros : un islamiste y obtient l'asile politique malgré les protestations officielles de l'Algérie (et l'islamiste se moque ensuite de ces fous de mécréants). Un jeune algérien respecteurx des lois, volontaire, diplômé, qualifié, utile, sera refoulé sans pitié.
Image
Aldo Stérone a écrit :Je suis né en Algérie dans une ville qui ressemblait à n’importe quelle ville provinciale de France ou de Navarre. Le temps que je devienne ado, c’était l’Irak. On a tout d’abord vu arriver les vandales en culotte courtes, puis les islamistes, puis le terrorisme. D’absurdités, en stupidités, en compromissions, nous avons perdu notre pays par petits morceaux. Lors de mon arrivée en Europe, je découvris un continent en proie à des démons similaires au pays que je venais de quitter. J’ai payé cher mon refus des voies qui m’étaient tracées. L’Europe me disait : deviens islamiste, criminel ou assisté social et je t’ouvre les bras. Vieille putain !
Ce livre - qui a commencé comme un email - retrace un parcours à travers un monde pourrissant.
http://www.historionomie.com/archives/2 ... 05770.html
Dans ce livre, il retrace son parcours dans l’Algérie des années 1980 et 1990, qui ont vu son enfance et son adolescence, et son long combat pour fuir un pays en pleine déliquescence, en proie à des maux qui, bien souvent, ont été importés chez nous.
[...]
Reste que l’ami Aldo est un type intelligent, qui décrit par ailleurs, de manière très vivante, ce qu’est une société gangrenée par le corporatisme et le copinage.
[...]
Je recommande donc chaudement la lecture du livre d’Aldo Sterone, qui donne à voir la soudaine montée de l’islamisme dans un pays comme l’Algérie, qui fut durement touchée par le fléau durant la décennie noire des années 1990, et dont l’auteur dresse un tableau qui rappelle les images actuelles de l’Etat islamique.
[...]
page 148, Aldo Sterone écrit : « Le problème avec la société arabo-musulmane est [qu’elle est] totalement hermétique au changement. Les esprits créatifs sont dénigrés, agressés, exilés ou tués. »
J'en ferais mon propre résumé si je trouve le courage et le temps.

Lisez le.
Modifié en dernier par Goldorak2 le 25 juin 2018, 15:19, modifié 2 fois.
Posts préférés : Dossier immobilier et http://www.bulle-immobiliere.org/forum/ ... 04&t=75765
Ignorés : Marie 94 s_chlaf Matthieu Brucher et libertycom

Manfred
~~+
~~+
Messages : 12718
Enregistré le : 20 oct. 2007, 17:35

Re: L'Algérie (économie)

#145 Message par Manfred » 25 juin 2018, 15:15

Oui, Aldo Sterone est assez intéressant, notamment ses lectures du coran et autres al sunna ("le coran des terroristes" dirait lo2...), il est surtout connu pour ses très nombreuses vidéos youtube qu'il fait invariablement dans sa bagnole. Il y en a d'excellentes, d'autres sont assez dispensables.

Hickson49
Messages : 293
Enregistré le : 07 déc. 2017, 08:10

Re: L'Algérie (économie)

#146 Message par Hickson49 » 10 août 2018, 10:07

Hickson49 a écrit :
25 juin 2018, 12:50
La planche a billet, ca a l'air tout a fait islamo compatible comme concept, je ne voit pas trop comment les "Kouffar" du fmi pourraient faire entendre raison a Bouteflika.

Le plus iconique de nos islamo presidents, ca reste quand meme Erdogan. Dans un discours recent, il fustigeait les banques pratiquant les taux d'interet (non islamo compatibles) comme responsables de l'inflation.
En particulier l'independance ne la banque centrale de Turquie ne semblait absolument pas a son gout.
Cela meme alors qu'il avait commence sa politique de pret "gratuits" a taux d'interet nuls, offerts au citoyens par l'etat.

source: https://www.lesechos.fr/monde/europe/03 ... 176437.php

Bon apres, est-ce que l'inflation est mauvaise pour un pays comme l'Algerie, ou la Turquie, ca c'est un autre debat. L'inflation ca permet de diminuer l'attrait de tous ces sales produits haram fabriques a l'etranger par des mecrants, ca peut etre un objectif.

Des nouvelles aujourd'hui: https://www.lesechos.fr/finance-marches ... 197402.php

Le régulateur est inquiet du risque que certains emprunteurs ne soient pas couverts contre la baisse de la livre turque et commencent à faire défaut sur des emprunts en devises. Ces crédits représentent jusqu'à 40 % des actifs du secteur bancaire turc, relève le FT.
Hippopotameuuu a écrit :Pour un croûtard il n'y a pas de petite économie, il y a juste des économies, et toutes sont bonnes a prendre. La recherche d'économies ne s’arrête que quand commence la gratuité.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#147 Message par moinsdewatt » 10 août 2018, 12:17

Ah, la Turquie est devenue une province de la Grande Algérie.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 11680
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Algérie (économie)

#148 Message par moinsdewatt » 10 août 2018, 12:33

L'Algérie multiplie les efforts pour diversifier son économie

YVES BOURDILLON Le 16/07 2018

Y a-t-il une vie après la rente ? L'Algérie essaye de répondre à cette question vertigineuse au gré des variations des prix du gaz, par une stratégie de diversification qui peine à porter des fruits. Mais cette fois-ci est peut-être la bonne, veulent croire les participants du forum des chefs d'entreprise (FCE) réunis récemment à Alger. « Pour la première fois il y a deux ans, les recettes fiscales tirées du secteur privé ont dépassé celles tirées des hydrocarbures », souligne Mohammed Skander, du cabinet BH Advisory, qui met en avant le potentiel du pays dans le secteur high-tech.

Hautes technologies
Ce qu'illustre la pléthore d'initiatives numériques d'étudiants rassemblés dans la pépinière Smart City, ou encore le Condor, premier smartphone assemblé en Algérie à un prix compétitif grâce aux salaires locaux proches de 150 euros.

Des salaires qui, conjugués à une formation de bonne qualité quoique parfois trop académique et un coût de l'énergie parmi les plus bas du monde (le litre de carburant coûte l'équivalent de 15 centimes d'euro) constituent des facteurs de compétitivité appréciables. « Les investissements bénéficient aussi de crédits à taux bonifiés et de cinq ans de franchise fiscale », fait valoir Nadir Abderrahim, patron du groupe IMC, devant une salle stérile de son usine pharmaceutique qui exporte partout dans le monde.

Pénurie de devises
Ali Haddad, président du FCE, met en avant la part désormais prépondérante de produits alimentaires locaux dans les supérettes grâce à une politique assumée de substitution comme le fait que « le pays commence à exporter du ciment et de l'acier, impensable il y a seulement deux ans ». D'autres membres du FCE soulignent l'amélioration du climat des affaires depuis cinq ans, avec davantage de fluidité dans les embauches, la possibilité de signer des baux à long terme et l'assouplissement récent de l'ouverture des comptes en devises.

L'énergie est l'ADN du pays
L'économiste Rafik Boukria estime que cette transition, urgente au vu des cours erratiques des hydrocarbures, est difficile à piloter : « Peu de pays dans le monde ont réussi à s'affranchir de la rente des hydrocarbures ». Il fait valoir que le pays dispose d'atouts sous-employés dans l'agriculture, la pharmacie, l'agroalimentaire, le tourisme et les mines (fer, phosphates, uranium). Sans oublier « le secteur de l'énergie qui est notre ADN », selon Rahmoun Zergoun, patron du groupe éponyme : l'Algérie dispose du deuxième potentiel du monde dans le solaire, qui, cinq fois moins cher que le gaz, devrait fournir la moitié de la production de 22 gigawatts à installer d'ici à 2023.

Amélioration des infrastructures
Malgré la corruption et les soupçons de fuite à l'étranger des bénéfices tirés du gaz, l'Algérie a aussi amélioré ses infrastructures avec la participation des omniprésents Chinois qui ont investi dans des routes, ponts et chemins de fer. Les coupures d'électricité ou d'eau potable ne sévissent quasiment plus. Et grâce à la construction de 3,7 millions de logements depuis le début du siècle, nul bidonville ne défigure Alger, malgré la croissance démographique de 2 % par an, qui fait qu'un quart des 38 millions d'Algériens sont à l'école.

Le pays sait aussi faire preuve de résilience, comme il l'a montré face à la chute récente des cours des hydrocarbures, mais aussi lors de la « décennie » noire (100.000 à 200.000 morts entre 1992 et 2002), quand il a été frappé par le terrorisme islamiste avant tout le monde et que « personne ne sortait passé 18 heures et qu'on partait au travail la peur au ventre », raconte le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel. Le chemin est long toutefois. Malgré cet essor récent, l'industrie ne pèse que 5 % du PIB et les hydrocarbures 95 % des exportations.

Réduire les subventions
Le développement de l'industrie dépend de réformes structurelles , notamment sur le plan fiscal, dont le poids explique une partie de l'économie informelle, de l'établissement d'un droit clair des faillites. Alger doit aussi réduire les subventions aux produits de première nécessité, électricité, céréales, lait, qui profitent à des ménages aisés et absorbent 15 % du PIB. Demeurent les incertitudes politiques liées à l'opacité du régime et l'état de santé du président Abdelaziz Bouteflika , clé de voûte du régime et qui pourrait malgré son AVC de 2013 se présenter pour un cinquième mandat en avril 2019.
https://www.lesechos.fr/monde/afrique-m ... 192465.php

Hickson49
Messages : 293
Enregistré le : 07 déc. 2017, 08:10

Re: L'Algérie (économie)

#149 Message par Hickson49 » 10 août 2018, 12:58

Ouai desole, j'aurais du creer un nouveau thread pour ca.
Hippopotameuuu a écrit :Pour un croûtard il n'y a pas de petite économie, il y a juste des économies, et toutes sont bonnes a prendre. La recherche d'économies ne s’arrête que quand commence la gratuité.

Avatar du membre
Pi-r2
Modérateur
Modérateur
Messages : 33641
Enregistré le : 08 juil. 2005, 19:31

Re: L'Algérie (économie)

#150 Message par Pi-r2 » 14 août 2018, 17:21

moinsdewatt a écrit :
10 août 2018, 12:17
Ah, la Turquie est devenue une province de la Grande Algérie.
ben c'est un peu le cas vu que les turcs sont soumis aux arabes par l'islam.
Les bonnes idées triomphent toujours. D'ailleurs c'est à cela qu'on reconnait qu'elles étaient bonnes.
mon statut de modérateur ne m'interdit pas de participer aux discussions. Je ne modère pas les discussions auxquelles je participe.

Répondre