L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

Discussions et articles de presse relatif à l'économie et à la finance personnelle comme générale.
Message
Auteur
guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#51 Message par guzy1971 » 11 mai 2016, 14:25

optimus maximus a écrit :
wasabi a écrit :
optimus maximus a écrit :Ça y est: la grande bataille pour le contrôle du monde arabe entre l'Iran, l'Arabie Saoudite et la Turquie vient de commencer...
sachant que ni la turquie ni l'Iran ne sont arabes...
Ça n'empêche rien...
disons le moyen-orient, c'est plus exact en effet

Avatar du membre
davivd
~~+
~~+
Messages : 5998
Enregistré le : 05 oct. 2007, 15:24

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#52 Message par davivd » 12 mai 2016, 13:49

En fait l'Arabie Saoudite prépare son après pétrole depuis un petit moment.
Elle exporte ses imams salafistes qui envoient ensuite en masse des converties qui vont payer la dîme en tournant autour de la météorite cachée.... :mrgreen:
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 8849
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#53 Message par Hippopotameuuu » 05 oct. 2016, 23:39

L’Arabie Saoudite confrontée à une crise bancaire majeure

Un indice boursier au plus bas, des injections de capitaux qui ne produisent plus leurs effets, et des déposants qui retirent leur argent. L’Arabie Saoudite subit une vraie panne de son système financier, qui atteint désormais un seuil critique...
Un nouveau candidat plus que sérieux à l'effondrement systémique.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/l-ar ... 44171.html
Mélenchon a écrit :«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »

Avatar du membre
Bidibulle
~~+
~~+
Messages : 7543
Enregistré le : 06 sept. 2007, 13:38
Localisation : Dans les volcans qui riaient très fort

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#54 Message par Bidibulle » 06 oct. 2016, 05:13

Hippopotameuuu a écrit :
L’Arabie Saoudite confrontée à une crise bancaire majeure

Un indice boursier au plus bas, des injections de capitaux qui ne produisent plus leurs effets, et des déposants qui retirent leur argent. L’Arabie Saoudite subit une vraie panne de son système financier, qui atteint désormais un seuil critique...
Un nouveau candidat plus que sérieux à l'effondrement systémique.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/l-ar ... 44171.html
Prochain franchisé de l'EI ?
Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. (Gandhi)

guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#55 Message par guzy1971 » 06 oct. 2016, 08:57

Bidibulle a écrit :
Hippopotameuuu a écrit :
L’Arabie Saoudite confrontée à une crise bancaire majeure

Un indice boursier au plus bas, des injections de capitaux qui ne produisent plus leurs effets, et des déposants qui retirent leur argent. L’Arabie Saoudite subit une vraie panne de son système financier, qui atteint désormais un seuil critique...
Un nouveau candidat plus que sérieux à l'effondrement systémique.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/l-ar ... 44171.html
Prochain franchisé de l'EI ?
L'AS c'est déjà un master-franchisé de l'EI, mais c'est clair que si le Gouvernement ne parvient plus à acheter la paix sociale dans ce pays salafiste, c'est inquiétant. N'oublions pas que c''est un pays très peuplé, au milieu du désert.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#56 Message par moinsdewatt » 06 oct. 2016, 08:59

et du coup ils prennent des mesures bout de ficelles :
L'Arabie saoudite lâche le calendrier islamique pour baisser la paie de ses fonctionnaires

le 05.10.2016

L’Arabie Saoudite a changé de calendrier. Depuis le samedi 1er octobre, le royaume wahhabite a adopté pour le calendrier grégorien en lieu et place du calendrier de l’Hégire, aussi désigné sous le nom de « calendrier islamique ». But de la manœuvre ? Réaliser des économies en pleine cure d’austérité.

On vous explique : dans le calendrier islamique de l’Hégire, l’année compte 12 mois de 29 ou 30 jours, selon l’observation de la lune. Les années défilent ainsi plus vite que dans le calendrier grégorien qui compte 11 jours de plus. Bilan : en changeant de calendrier, l’Arabie saoudite fait donc travailler ses fonctionnaires 11 jours de plus et ce… sans augmentation de salaire, dixit le site Mashable.

Réduire des salaires des ministres de 20 %

A noter que l’Arabie saoudite était jusqu’ici le seul pays à encore utiliser le calendrier de l’Hégire qui détermine que l’année 1438 a débuté ce lundi 3 octobre. Un choix qui était devenu un symbole pour le royaume, abritant La Mecque ou la ville sainte de Medine.

Baisse des cours du pétrole oblige, Riyad avait fait état en fin d’année dernière d’un déficit budgétaire inédit de près de 90 milliards d’euros. Ce changement de calendrier fait ainsi parti des dernières mesures annoncées la semaine dernière et censée remplir les caisses du royaume qui a également prévu de réduire des salaires des ministres de 20 % et de geler des salaires des petits fonctionnaires.
http://www.20minutes.fr/monde/1936999-2 ... tionnaires
........
Quelques pays n'utilisent toujours pas le calendrier grégorien. Ils ne sont plus que 5 : l'Afghanistan, l'Ethiopie, l'Iran, le Népal et le Vietnam.
http://www.linternaute.com/actualite/so ... 4-10-2016/

guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#57 Message par guzy1971 » 06 oct. 2016, 09:14

Tout ceci ne va pas être bon pour la dépense touristique. Il ne faut pas croire que les touristes du proche-orient sont tous de gros émirs accompagnés de leur harem. Il y a une classe moyenne qui voyage comme tout le monde, Monsieur-Madame et les enfants.

Avatar du membre
pangloss
Presse
Presse
Messages : 14398
Enregistré le : 25 août 2005, 10:24
Localisation : 92

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#58 Message par pangloss » 06 oct. 2016, 10:04

guzy1971 a écrit :Tout ceci ne va pas être bon pour la dépense touristique. Il ne faut pas croire que les touristes du proche-orient sont tous de gros émirs accompagnés de leur harem. Il y a une classe moyenne qui voyage comme tout le monde, Monsieur-Madame et les enfants.
Ils produisent quoi là-bas à part du pétrole et des prédicateurs ?
Moins de dépense touristique certes, mais moins de rente à payer à l'étranger également... et des prédicateurs beaucoup moins riches. Il vont enfin pouvoir vivre leur Moyen-Age sans les tentations matérielles.
Excellente video (téléchargeable) de Hans Rosling sur l'évolution démographique au XXIème siècle: https://vimeo.com/79878808
Image

guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#59 Message par guzy1971 » 06 oct. 2016, 10:36

pangloss a écrit :
guzy1971 a écrit :Tout ceci ne va pas être bon pour la dépense touristique. Il ne faut pas croire que les touristes du proche-orient sont tous de gros émirs accompagnés de leur harem. Il y a une classe moyenne qui voyage comme tout le monde, Monsieur-Madame et les enfants.
Ils produisent quoi là-bas à part du pétrole et des prédicateurs ?
Moins de dépense touristique certes, mais moins de rente à payer à l'étranger également... et des prédicateurs beaucoup moins riches. Il vont enfin pouvoir vivre leur Moyen-Age sans les tentations matérielles.
Moui... Je crains plutôt que s'ils reviennent au MA, ce soit également sur le plan mental, un effondrement économique de ce pays signifiera encore plus de djihadistes, car la population sera en mode panique, un terreau idéal pour les extrémistes.

Non vraiment, même si ces pays du Golfe sont très antipathiques, et qu’un bon coup sur le nez leur fera du bien, c'est pas dans notre intérêt qu'ils se cassent la gueule et pas seulement du point de vue, anecdotique, des achats Place Vendôme ou dans les grands magasins.

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 8921
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#60 Message par optimus maximus » 06 oct. 2016, 11:57

L'Arabie Saoudite a beaucoup de travailleurs étrangers sur son sol. Ce seront certainement les premières victimes lorsqu'ils devront faire de vraies coupes budgétaires.

Avatar du membre
Pi-r2
Modérateur
Modérateur
Messages : 32972
Enregistré le : 08 juil. 2005, 19:31

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#61 Message par Pi-r2 » 06 oct. 2016, 12:22

ils leur rendront leurs passeports.
Les bonnes idées triomphent toujours. D'ailleurs c'est à cela qu'on reconnait qu'elles étaient bonnes.
mon statut de modérateur ne m'interdit pas de participer aux discussions. Je ne modère pas les discussions auxquelles je participe.

guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#62 Message par guzy1971 » 06 oct. 2016, 13:52

optimus maximus a écrit :L'Arabie Saoudite a beaucoup de travailleurs étrangers sur son sol. Ce seront certainement les premières victimes lorsqu'ils devront faire de vraies coupes budgétaires.
Ils seront touchés, mais pas les seuls et ce n'est pas du futur : L'Etat a annoncé qu'il baissait le salaires de fonctionnaires. La FP là-bas, c'est beaucoup d'emplois fictifs grassement payés pour tenir la population. A la limite, je m'inquièterais moins à CT pour les étrangers qui eux travaillent et dont le pays a besoin pour faire tourner la machine. ça va pas être facile d'apprendre aux locaux à travailler en tant que serveur ou femme de ménage.
Cette crise ça peut être une bonne chose pour le pays, si le gouvernement arrive à gérer la normalisation d'une société rentière à une société productive. de toute évidence, il y a une prise de conscience au sein de l'Etat, mais ça va pas être simple, on parle pas d'un émirat d'1 M d'habitants, mais d'un pays de 31 M d'habitants, habitués à bien consommer sans en foutre une rame, au milieu d'un désert aride (moins de 2% de terres cultivables). D'ailleurs, les problèmes sociaux ont commencé à apparaitre depuis quelques années, l'Etat, malgré la manne pétrolière ayant de plus en plus de mal à arroser une population en croissance rapide.

Pour moi le gros prob à venir du MO c'est ce pays, d'ailleurs c'est déjà le cas, car c'est lui qui finance toute la 'Mot2Cambronne' Djiahdiste. Finalement encore une histoire de l'imbécile qui regarde le doigt quand le sage montre la lune.

Avatar du membre
ddv
-++
-++
Messages : 4224
Enregistré le : 20 juin 2008, 14:43
Localisation : La Gacilly proche (56)

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#63 Message par ddv » 06 oct. 2016, 15:49

Il y a surtout une pénurie d'eau croissante en Arabie Saoudite:

http://www.notre-planete.info/actualite ... dite-crise
Moi, je maintiendrai le passe Navigo à 70 euros car je ne jouerai pas avec le pouvoir d'achat des Franciliens - V. Pécresse, dec 2015.
Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le SMIC net de 20 % - V. Pécresse, juin 2018

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#64 Message par moinsdewatt » 18 oct. 2016, 13:02

L’Arabie saoudite entame mardi 18 octobre des discussions avec des investisseurs internationaux pour lancer un grand emprunt financier. Une première pour cette pétromonarchie.

18/10/2016 francetvinfo.fr

On parle d’au moins 15 milliards de dollars. De grandes banques internationales, dont BNP Paribas, sont mandatées par Ryad pour organiser et gérer cette opération de grande ampleur. La levée de fonds devrait avoir du succès car le royaume a peu de dette extérieure et a donc la possibilité de lever d’importantes sommes. Et puis c’est tout bénéfice pour les prêteurs qui trouveront meilleur rendement à leur placement qu’en Europe où les taux rémunérateurs sont à zéro %, voire négatifs. Point de tout cela au Royaume de l’Or Noir.

Pourquoi ce besoin d’argent de la part de l’Arabie saoudite ?

Cet emprunt va permettre à Ryad de régler ses problèmes financiers liés à la chute des cours du brut depuis 2 ans. Une baisse des cours de 60% qui a sérieusement entamé ses revenus pétroliers, l’essentiel de ses ressources pour assurer le financement de la lourde administration publique d’un état providence.

Des problèmes financiers à relativiser


Certes, l’Arabie saoudite n’a pas de raison de se plaindre outre-mesure. Mais quand on regarde les chiffres, l’impact de la chute des cours du brut sur les finances saoudiennes est évident : les réserves financières du Royaume sont passées de 730 milliards de dollars en 2014 à 560 milliards en août dernier.

Le matelas reste confortable – l’Arabie saoudite a en réserve à la Banque centrale l’équivalent de trois ans d’importations –, mais les dépenses somptuaires du quotidien grignotent rapidement le magot. Le pays accuse un déficit budgétaire proche de 90 milliards de dollars.

L’Arabie saoudite a commencé à réagir

Ryad a déjà réduit les subventions, freiné la réalisation de gros projets et abaissé le salaire de ses ministres et de ses fonctionnaires. Une TVA vient d’être instaurée (lundi 17 octobre) : 5% qui ont fait l’objet d’un accord entre ministres des finances du Conseil de Coopération du Golfe composé de l’Arabie saoudite, Bahreïn, des Emirats arabes unis, du Koweït, d’Oman et du Qatar.

L’emprunt que lance aujourd’hui l’Arabie saoudite sur le marché international va servir de test pour les autres pétromonarchies confrontées aux mêmes problèmes. C’est aussi du pain béni pour les investisseurs internationaux qui ne savent plus où placer leurs liquidités excédentaires. Enfin, c’est aussi une opération vérité pour Ryad qui va devoir jouer la transparence et ouvrir tous ses livres de comptes…
http://www.francetvinfo.fr/replay-radio ... 67431.html

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 27310
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#65 Message par Gpzzzz » 18 oct. 2016, 13:08

moinsdewatt a écrit :
L’Arabie saoudite entame mardi 18 octobre des discussions avec des investisseurs internationaux pour lancer un grand emprunt financier. Une première pour cette pétromonarchie.

18/10/2016 francetvinfo.fr

On parle d’au moins 15 milliards de dollars. De grandes banques internationales, dont BNP Paribas, sont mandatées par Ryad pour organiser et gérer cette opération de grande ampleur. La levée de fonds devrait avoir du succès car le royaume a peu de dette extérieure et a donc la possibilité de lever d’importantes sommes. Et puis c’est tout bénéfice pour les prêteurs qui trouveront meilleur rendement à leur placement qu’en Europe où les taux rémunérateurs sont à zéro %, voire négatifs. Point de tout cela au Royaume de l’Or Noir.

Pourquoi ce besoin d’argent de la part de l’Arabie saoudite ?

Cet emprunt va permettre à Ryad de régler ses problèmes financiers liés à la chute des cours du brut depuis 2 ans. Une baisse des cours de 60% qui a sérieusement entamé ses revenus pétroliers, l’essentiel de ses ressources pour assurer le financement de la lourde administration publique d’un état providence.

Des problèmes financiers à relativiser


Certes, l’Arabie saoudite n’a pas de raison de se plaindre outre-mesure. Mais quand on regarde les chiffres, l’impact de la chute des cours du brut sur les finances saoudiennes est évident : les réserves financières du Royaume sont passées de 730 milliards de dollars en 2014 à 560 milliards en août dernier.

Le matelas reste confortable – l’Arabie saoudite a en réserve à la Banque centrale l’équivalent de trois ans d’importations –, mais les dépenses somptuaires du quotidien grignotent rapidement le magot. Le pays accuse un déficit budgétaire proche de 90 milliards de dollars.

L’Arabie saoudite a commencé à réagir

Ryad a déjà réduit les subventions, freiné la réalisation de gros projets et abaissé le salaire de ses ministres et de ses fonctionnaires. Une TVA vient d’être instaurée (lundi 17 octobre) : 5% qui ont fait l’objet d’un accord entre ministres des finances du Conseil de Coopération du Golfe composé de l’Arabie saoudite, Bahreïn, des Emirats arabes unis, du Koweït, d’Oman et du Qatar.

L’emprunt que lance aujourd’hui l’Arabie saoudite sur le marché international va servir de test pour les autres pétromonarchies confrontées aux mêmes problèmes. C’est aussi du pain béni pour les investisseurs internationaux qui ne savent plus où placer leurs liquidités excédentaires. Enfin, c’est aussi une opération vérité pour Ryad qui va devoir jouer la transparence et ouvrir tous ses livres de comptes…
http://www.francetvinfo.fr/replay-radio ... 67431.html

Rha les c.ons ils bouffent leur magot alors que nous on emprunte de la fausse monnaie a tout va :lol:

guinioul
Messages : 888
Enregistré le : 13 avr. 2011, 14:10

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#66 Message par guinioul » 18 oct. 2016, 13:57

la monnaie qu'ils ont en réserve n'est rien d'autre que celle que nous leur avons donné en échange de leur pétrole . Peut être que ton propos était ironique mais cette monnaie n'a rien de fausse dans la mesure ou c'est celle que l'on utilise tous les jours ...

Bon sinon ça doit leur faire drôle en AS de mettre en place une TVA :mrgreen:

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 27310
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#67 Message par Gpzzzz » 18 oct. 2016, 14:03

guinioul a écrit :la monnaie qu'ils ont en réserve n'est rien d'autre que celle que nous leur avons donné en échange de leur pétrole . Peut être que ton propos était ironique mais cette monnaie n'a rien de fausse dans la mesure ou c'est celle que l'on utilise tous les jours ...

Bon sinon ça doit leur faire drôle en AS de mettre en place une TVA :mrgreen:
l'emploi du terme "fausse monnaie" est exagérée bien sur mais ce que je voulais mettre en avant c'est qu'ils dépensent un magot épargné depuis des decennies alors que dans le meme temps on en crée a la pelle sans que ca nous coute rien :lol:

C'est un peu comme le mec qui cramerait tout son apport pour acheter un appart au lieu d'emprunter au max a 1% sur 20ans !

Avatar du membre
pangloss
Presse
Presse
Messages : 14398
Enregistré le : 25 août 2005, 10:24
Localisation : 92

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#68 Message par pangloss » 18 oct. 2016, 18:37

C'est pourtant simple ! Les Saoudiens n'ont qu'à imprimer davantage de leur monnaie...Souverainement!...
Excellente video (téléchargeable) de Hans Rosling sur l'évolution démographique au XXIème siècle: https://vimeo.com/79878808
Image

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 8849
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#69 Message par Hippopotameuuu » 18 oct. 2016, 20:47

Y peuvent pas justement, ils n'ont pas une monnaie souveraine.
En Arabie Saoudite, le Riyal Saoudien est une monnaie divisionnaire de l'us$.
Mélenchon a écrit :«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#70 Message par moinsdewatt » 19 oct. 2016, 18:52

L'Arabie saoudite emprunte un montant record de 17,5 milliards de dollars

Par Robert Jules 19/10/2016 La Tribune

Les investisseurs internationaux se sont rués sur le premier emprunt obligataire de l'Arabie saoudite. Si le royaume a finalement levé 17,5 milliards de dollars (15,9 milliards d'euros) par le biais des émissions obligataires à 5, 10 et 30 ans, libellées en dollars, la demande globale a atteint 67 milliards de dollars. Le montant est supérieur à celui levé par l'Argentine en début d'année qui pour son retour sur le marché de la dette avait atteint 16,5 milliards de dollars .

Si les émissions atteignent des prix moins élevés qu'attendu par les experts, celle de 30 an a attiré particulièrement les investisseurs qui croient en la stabilité du pays. Dans le détail, la tranche de 5,5 milliards de dollars à cinq ans a été lancée à 135 points de base (pdb) au-dessus des emprunts d'Etat américains, la tranche à dix ans, également de 5,5 milliards, à 165 pdb au-dessus des Treasuries et la tranche à 30 ans, de 6,5 milliards, à 210 pdb au-dessus.

Dépendant à 80% des recettes pétrolières
...........
...........
http://www.latribune.fr/bourse/l-arabie ... 09267.html

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#71 Message par moinsdewatt » 22 oct. 2016, 13:06

La compagnie pétrolière saoudienne Saudi Aramco devrait entrer en Bourse en 2018
L’Arabie saoudite estime que l’entreprise, nationalisée en 1980, pourrait être valorisée entre 2 000 et 3 000 milliards de dollars.

LE MONDE ECONOMIE | 19.10.2016

Si l’opération Saudi Aramco se fait, ce sera la plus grosse introduction en Bourse de l’histoire. Et une révolution politique pour le royaume wahhabite, qui gardait la haute main sur l’une des sociétés les plus riches, secrètes et tentaculaires de la planète. La chute des prix du brut, de 114 dollars, en juin 2014, à 50 dollars, aujourd’hui, et la grande opacité de la société ont freiné le lancement du processus, mais Riyad est bien décidé à prendre ce virage historique depuis la nationalisation de l’Aramco, en 1980.

« Nous sommes optimistes. Les marchés pétroliers ont commencé à se redresser et nous nous attendons à ce qu’ils se redressent davantage en 2017, a déclaré Amin Nasser, le PDG de l’entreprise, au congrès mondial de l’énergie, à Istanbul, mardi 11 octobre. Je pense que 2018 sera le bon moment. » Cette ouverture d’environ 5 % du capital est l’une des mesures phares du plan « Vision 2030 » présenté en avril par le vice-prince héritier, Mohammed Ben Salmane, pour moderniser et diversifier l’économie saoudienne.

Quatre à six fois la valeur d’Apple

Les dirigeants de la compagnie sont prêts à vendre des parts dans les étapes de raffinage et de distribution mais aussi dans le cœur de métier, la production de pétrole, a révélé M. Nasser dans un entretien à l’agence Bloomberg. Même si l’on ignore la valorisation précise de l’entreprise, estimée entre 2 000 et 3 000 milliards de dollars par Riyad (soit quatre à six fois celle d’Apple), ses dirigeants attendent de cette mise en Bourse plus de 100 milliards de dollars – quatre fois les fonds levés par le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, en 2014. Saudi Aramco sera coté à Riyad et probablement à New York, Londres ou Hongkong, a indiqué le PDG.

« Nous devons faire un gros travail en interne pour nous préparer à cette cotation, a reconnu M. Nasser. Nous introduisons en Bourse une part de la compagnie entière, pas seulement le “downstream” [raffineries, stations-service…] », et « il n’y a pas d’obstacles », les acheteurs potentiels devant « évaluer la taille d’Aramco et sa complexité ». C’est peu dire que le groupe est complexe puisqu’il gère jusqu’à des écoles, des fermes et des hôpitaux. Et est une véritable boîte noire. Les investisseurs seront prudents.
Les réserves de brut et de gaz n’appartiennent pas à la Saudi Aramco et n’ont jamais fait l’objet d’un audit, contrairement à celles des majors occidentales, qui répondent aux critères de la Security and Exchange Commission, l’autorité des marchés financiers américaine. Cela fait vingt ans que Riyad affirme posséder 260 milliards de barils – l’équivalent de soixante-dix ans de production au rythme actuel –… sans avoir fait de découvertes majeures entre-temps.
http://www.lemonde.fr/entreprises/artic ... 56994.html#

guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#72 Message par guzy1971 » 24 oct. 2016, 09:42

moinsdewatt a écrit :
La compagnie pétrolière saoudienne Saudi Aramco devrait entrer en Bourse en 2018
L’Arabie saoudite estime que l’entreprise, nationalisée en 1980, pourrait être valorisée entre 2 000 et 3 000 milliards de dollars.

LE MONDE ECONOMIE | 19.10.2016



Quatre à six fois la valeur d’Apple

Les dirigeants de la compagnie sont prêts à vendre des parts dans les étapes de raffinage et de distribution mais aussi dans le cœur de métier, la production de pétrole, a révélé M. Nasser dans un entretien à l’agence Bloomberg. Même si l’on ignore la valorisation précise de l’entreprise, estimée entre 2 000 et 3 000 milliards de dollars par Riyad (soit quatre à six fois celle d’Apple), ses dirigeants attendent de cette mise en Bourse plus de 100 milliards de dollars – quatre fois les fonds levés par le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, en 2014. Saudi Aramco sera coté à Riyad et probablement à New York, Londres ou Hongkong, a indiqué le PDG.


Les réserves de brut et de gaz n’appartiennent pas à la Saudi Aramco et n’ont jamais fait l’objet d’un audit, contrairement à celles des majors occidentales, qui répondent aux critères de la Security and Exchange Commission, l’autorité des marchés financiers américaine. Cela fait vingt ans que Riyad affirme posséder 260 milliards de barils – l’équivalent de soixante-dix ans de production au rythme actuel –… sans avoir fait de découvertes majeures entre-temps.
http://www.lemonde.fr/entreprises/artic ... 56994.html#
Fascinant.

Si je comprends bien, les prévisions de production et de réserves mondiales se fondent sur des chiffres donnés par les plus gros producteurs qui n'ont jamais été sérieusement vérifiés et sont de la politique pure.
En s'introduisant en Bourse, les saoudiens vont devoir être plus transparents et peu à peu une terrible vérité risque d'émerger : les réserves sont bien moins importantes que ce l'on pensait. On s'en doutait, mais on était bien obligé d'acheter les chiffres saoudiens faute de mieux.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#73 Message par moinsdewatt » 27 déc. 2016, 14:28

Après avoir obtenu près de 17,5 milliards de dollars en octobre dernier, Riyad viserait jusqu’à 35 milliards d’obligations en 2017.

27 dec 2016 Les Echos

L'Arabie saoudite prend goût au marché de la dette. Confronté à un très fort déficit budgétaire lié à la chute du pétrole, le royaume envisage à nouveau de solliciter les investisseurs internationaux. Selon l'agence Bloomberg, les premiers éléments du programme de financement de Riyad prévoient une levée de dette comprise entre 10 et 15 milliards de dollars l'an prochain.

Pour les Saoudiens, l'objectif est de capitaliser sur l'exceptionnel succès de leurs premiers pas sur le marché de la dette en dollars. En octobre dernier, le royaume a obtenu 17,5 milliards de dollars. Soit le plus gros montant jamais obtenu par un Etat en une seule opération. La demande de titres a même atteint 67 milliards de dollars. Ce très fort appétit des investisseurs s'explique notamment par le fait que l'Arabie est considérée comme un pays solide - il est noté A- par S & P et A1 par Moody's -, et qu'il offrait des rendements intéressants dans un univers global de taux bas. Le taux 10 ans saoudien s'élevait ainsi à 3,25 % lors de l'émission, soit 30 points de base au-dessus de celui du Qatar. Outre ce retour sur les marchés internationaux, l'Arabie saoudite s'apprêterait également à réaliser un emprunt massif sur le marché local des sukuks. Souvent qualifiés d'« obligations islamiques », ces instruments permettent de percevoir des revenus d'investissements, sans pour autant contrevenir à la charia qui proscrit les prêts à intérêts. Les émissions, d'un montant total évalué à 70 milliards de riyals (18 milliards d'euros), devraient commencer dès le premier trimestre 2017.

.....................
http://www.lesechos.fr/finance-marches/ ... 052895.php

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 8921
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#74 Message par optimus maximus » 27 déc. 2016, 19:23

Après avoir acheté des années durant de la dette souveraine de la France, nos assurances vies vont incorporer de la dette des Saoud...

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#75 Message par moinsdewatt » 21 janv. 2017, 13:50

L'Arabie saoudite inaugure sa première éolienne

AFP parue le 17 janv. 2017

L'Arabie saoudite a inauguré mardi sa première éolienne dans le cadre d'un programme de diversification de ses sources d'énergie. Le géant pétrolier saoudien Aramco a indiqué que cette éolienne avait été réalisée en partenariat avec la firme américaine General Electric.


Ce parc fournira de l'électricité à une usine d'Aramco à Turaif, près de la frontière avec la Jordanie. "La turbine de cette éolienne a une capacité de 2,75 mégawatts, de quoi approvisionner 250 foyers, ce qui réduit la demande en électricité sur le réseau national", a souligné Aramco à l'occasion dans un communiqué.

La compagnie pétrolière ambitionne de disposer d'un parc électrique « propre » de 9,5 gigawatts à l'horizon 2030, conformément à un plan de réformes économiques destiné à réduire la dépendance de l'Arabie saoudite par rapport au pétrole, dont le royaume est le premier exportateur mondial. Selon des projections officielles, la demande devrait dépasser 120 gigawatts en 2032.

Actuellement, la quasi totalité de la production d'électricité est générée à partir du pétrole et du gaz naturel. Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Falih a annoncé lundi devant un forum pétrolier à Abou Dhabi que son pays allait lancer dans les prochaines semaines un programme d'un coût de 30 à 50 milliards de dollars pour la production d'énergies renouvelables.Il a expliqué que l'objectif était d'atteindre une capacité de 10 gigawatts d'ici à 2023.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... nne-170117

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 8849
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#76 Message par Hippopotameuuu » 22 janv. 2017, 06:46

moinsdewatt a écrit :
L'Arabie saoudite inaugure sa première éolienne
Zont des problèmes de pic de pétrole les drôles ?

Marrant ça : l'Arabie Saoudite en léger déclin depuis un an et demi a réduit sa production au-dessous des 10 millions de b/j alors que toutes les vannes sont ouvertes à fond depuis des années, et ne pourra sans doute plus tenir longtemps à ce niveau de production si le vieux Ghawar, le plus grand gisement pétrolier au monde pic enfin du nez.

Alors il faudra bien quelque éoliennes pour faire tourner des ventilateurs sous les tentes bédouines et accompagner la fin du pétrole. En même temps comme ils ont épuisés leur nappes aquifères fossiles, ils risquent d'avoir soif.
Mélenchon a écrit :«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#77 Message par moinsdewatt » 05 févr. 2017, 20:57

L' Arabie Saoudite va lancer un appel d' offre (enchères les plus basses) pour 300 MW en solaire PV plus 400 mW en éolien onshore. Cloture mi avril.
Saudi Arabia will award its first tender to build 700 megawatts of solar and wind energy

February 2, 2017 evwind

Saudi Arabia will award its first tender to build 700 megawatts of solar and wind energy in September, with the cost of power forecast to be the lowest in the world, Bloomberg reports.

OPEC’s biggest oil producer plans to build 300 megawatts of solar plants in the al-Jouf area in northern Saudi Arabia and 400 megawatts of wind projects in nearby Tabuk, the report said, citing Energy Minister Khalid Al-Falih.

Requests to qualify for bidding will be issued Feb. 20 and bids will be on April 17.

“The terms on renewable contracts will be motivating so that the cost of generating power from these renewable sources will be the lowest in the world,” Al-Falih said Wednesday at a press conference in Riyadh.

The kingdom plans to produce 9.5 gigawatts of power from renewable energy sources by 2023, Al-Falih said. Building more solar plants and developing a nuclear-power industry is part of a broader government plan to diversify away from crude sales as the main source of income.
...........................
http://www.evwind.es/2017/02/02/saudi-a ... ergy/58686

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#78 Message par moinsdewatt » 01 mai 2017, 11:42

Total n'exclut pas de participer à l'IPO de Saudi Aramco

Reuters le 27/04/2017

PARIS (Reuters) - Prendre une participation au capital de Saudi Aramco dans le cadre de l'introduction en Bourse de la compagnie pétrolière saoudienne serait à coup sûr un "bon investissement" pour Total, a déclaré jeudi le PDG du groupe pétrolier français.

Le gouvernement saoudien veut coter jusqu'à 5% du capital d'Aramco à la Bourse de Ryad et sur au moins une Bourse étrangère au second semestre 2018, une opération qui s'inscrit dans son plan censé favoriser l'investissement et diversifier l'économie en réduisant sa dépendance aux hydrocarbures.

L'opération est susceptible d'atteindre 100 milliards de dollars (92 milliards d'euros), ce qui valoriserait la première compagnie pétrolière mondiale à quelque 2.000 milliards de dollars et constituerait la plus importante introduction en Bourse jamais réalisée dans le monde.

"Je suis sûr que ce serait un bon investissement, comme toujours dans une IPO, car Saudi Aramco a un vrai 'business case' à présenter", a déclaré Patrick Pouyanné, le PDG de Total, lors d'une conférence sur le pétrole à laquelle participait également Amin Nasser, le PDG de la compagnie nationale saoudienne.

"Nous verrons si c'est la meilleure allocation de capital pour Total", a-t-il ajouté, soulignant toutefois que le groupe français devrait investir des sommes considérables pour acquérir ne serait-ce qu'une très faible participation dans Aramco.
http://www.boursorama.com/actualites/to ... 2231bd3da4
La Chine fait les yeux doux au géant pétrolier Saudi Aramco

GUILLAUME BENOIT Le 24/04/2017 Les Echos

Des banques et groupes pétroliers chinois voudraient entrer au capital du saoudien lors de sa cotation.
Pékin compte sur cet atout pour attirer Aramco sur la Bourse de Hong Kong.


La future introduction en Bourse de Saudi Aramco continue de susciter les convoitises. Il devrait s'agir de la plus grosse opération jamais réalisée dans l'histoire, le groupe saoudien ayant pour ambition de lever 100 milliards de dollars, ce qui correspond à 5 % de son capital. Selon l'agence Reuters, Pékin serait en train de monter un consortium afin de prendre une participation dans le géant pétrolier saoudien quand celui-ci fera ses premiers pas sur la cote, a priori au second semestre 2018. Ce projet rassemblerait le fonds souverain chinois CIC, à la tête d'un pactole de 800 milliards de dollars, les groupes pétroliers publics Sinopec et PetroChina et des banques publiques. Le premier but de cette opération serait de renforcer les liens entre Aramco et l'empire du Milieu. Le plus grand producteur mondial d'or noir compte, en effet, parmi les plus gros exportateurs vers la Chine. En entrant au capital d'Aramco, Pékin entend sécuriser sur le long terme ses approvisionnements en pétrole saoudien.

Négocier une cotation sur une Bourse chinoise

Mais cette opération poursuit également un autre objectif : négocier avec les autorités saoudiennes et les dirigeants d'Aramco une cotation sur une Bourse chinoise, très probablement celle de Hong Kong. La bataille fait, en effet, rage entre les grandes places financières mondiales pour accueillir l'introduction en Bourse du géant pétrolier saoudien. Celui-ci ne pourra, en effet, pas se contenter de la seule Bourse de Riyad, le Tadawul. La Bourse de Londres est également en pleine opération séduction, avec en point d'orgue, il y a un peu plus de quinze jours, la visite de son patron à Riyad dans les bagages de Theresa May. Une offensive qui intervient alors que, fin mars, le ministre saoudien des Affaires étrangères avait confirmé que des « discussions sérieuses » étaient en cours avec le New York Stock Exchange.
https://www.lesechos.fr/finance-marches ... 081822.php

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#79 Message par moinsdewatt » 13 mai 2017, 11:43

Arabie saoudite: des revenus pétroliers en hausse au premier trimestre

AFP le 11 mai 2017

Le déficit budgétaire de l'Arabie saoudite a été réduit de 71% au premier trimestre à 26 milliards de riyals (6,37 milliards d'euros), a annoncé jeudi le ministre saoudien des Finances dont le pays est engagé dans une politique d'austérité.


Les revenus ont atteint 144 milliards de riyals (35,28 milliards d'euros) alors que les dépenses ont plafonné à 170 millions de riyals (41,65 milliards d'euros), a précisé le ministre Mohamed al-Jadaan.

C'est la première fois que l'Arabie saoudite annonce les chiffres du budget sur une base trimestrielle, signe d'une nouvelle politique de transparence. M. Jadaan a fait état d'une forte progression des revenus pétroliers et d'une baisse des dépenses pour expliquer le recul du déficit du budget. L'Arabie saoudite projetait un déficit de 53 milliards de dollars pour l'année 2017.

Parmi les mesures d'austérité, les autorités ont gelé en septembre les salaires et limité les primes et les indemnités pour les fonctionnaires qui constituent l'essentiel de la main d'oeuvre. Mais face à une certaine grogne sociale en particulier chez les fonctionnaires, le roi Salmane a décidé le mois dernier de restaurer ces primes et ces bénéfices.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... tre-170511

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#80 Message par moinsdewatt » 21 mai 2017, 12:39

Ils vont y passer tous leur revenus pétroliers ?
Ventes d'armements américains de 110 mds USD à l'Arabie (Maison Blanche)

20/05/2017 RYAD (awp/afp)

Un responsable de la Maison Blanche a annoncé samedi des contrats de ventes d'armements d'une valeur de 110 milliards de dollars à l'Arabie saoudite, au premier jour de la visite du président Donald Trump à Ryad où il effectue son premier déplacement à l'étranger.

"Le président et le secrétaire d'Etat (Rex) Tillerson vont assister à une cérémonie de signature de près de 110 milliards de dollars" de contrats militaires avec le royaume, un allié traitionnel des Etats-Unis, a déclaré ce responsable.

Ces contrats visent à "soutenir la sécurité à long terme de l'Arabie saoudite et de la région du Golfe face aux menaces iraniennes", a-t-il ajouté sans détailler ces accords.

Cela renforcera également la "capacité du royaume à contribuer aux opérations de contre-terrorisme à travers la région, ce qui réduira le fardeau pour l'armée américaine", a souligné le responsable.

Il a indiqué que les contrats militaires marquaient "un important développement dans une relation de sécurité, longue de plus de sept décennies entre les Etats-Unis et le royaume saoudien".

Les deux pays ont établi des relations diplomatiques en 1940, un partenariat scellé cinq ans plus tard lors d'une rencontre entre le roi Abdel Aziz ben Saoud et le président Franklin D. Roosevelt.

Par ailleurs, un projet d'accord portant sur un investissement de 6 milliards de dollars pour l'assemblage en Arabie saoudite de 150 hélicoptères Blackhawk de Lockheed Martin a été annoncé lors d'un Forum de chefs d'entreprises américaines et saoudiennes tenu dans la matinée à Riyad.

Le royaume sunnite, un des principaux acheteurs d'armes au monde, est l'un des partenaires clé des Etats-Unis dans la région, face à la République islamique d'Iran et dans la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

Les besoins militaires du royaume sont allés croissants en raison de l'engagement depuis 2014 de son armée, traditionnellement dévolue à la défense des frontières du royaume, dans la guerre au Yémen entre forces pro-gouvernementales et rebelles Houthis soutenus par Téhéran.

Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Ryad a été en 2016 le quatrième importateur d'armes au monde avec 63,7 milliards de dollars.
http://www.zonebourse.com/LOCKHEED-MART ... -24459366/
........Par exemple, Lockheed Martin a signé des accords de plus de 28 milliards de dollars avec l'Arabie saoudite (défense antimissile, navire de combat, avions tactiques et des hélicoptères).
Raytheon a également signé des accords (Air Defense Systems, Munitions intelligentes, C4I Systems et des systèmes de Cyber-sécurité pour protéger des systèmes et des plateformes de défense) sans communiquer de montants.
Selon le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), Ryad a été en 2016 le quatrième importateur d'armes au monde avec 63,7 milliards de dollars.

Parmi les contrats annoncés à l'occasion de la visite de Donald Trump, l'Arabie Saoudite a signé l'achat de 150 hélicoptères Blackhawk de l'américain Lockheed Martin qui seront assemblés localement. Cet accord de six milliards de dollars (5,3 milliards d'euros) devrait entraîner la création de 450 emplois en Arabie saoudite, a précise le communiqué officiel.
http://www.latribune.fr/entreprises-fin ... 18474.html

Avatar du membre
pangloss
Presse
Presse
Messages : 14398
Enregistré le : 25 août 2005, 10:24
Localisation : 92

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#81 Message par pangloss » 21 mai 2017, 16:02

Vivement l'après -pétrole !...
Excellente video (téléchargeable) de Hans Rosling sur l'évolution démographique au XXIème siècle: https://vimeo.com/79878808
Image

Avatar du membre
Bidibulle
~~+
~~+
Messages : 7543
Enregistré le : 06 sept. 2007, 13:38
Localisation : Dans les volcans qui riaient très fort

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#82 Message par Bidibulle » 22 mai 2017, 05:23

Ils sont passés au tiroir caisse pour leur défense. Trump voulait leur présenter la facture. C'est chose faite.
Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. (Gandhi)

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#83 Message par moinsdewatt » 10 sept. 2017, 13:37

Riyad revoit à la baisse son plan pour l’après-pétrole

RAPHAEL BLOCH Le 07/09/2017

Avec une croissance en net recul, l’Arabie Saoudite a dû modifier son plan « Vision 2030 » censé diversifier l’économie du pays et préparer l’après-pétrole.

C'est ce qu'on appelle un raté à l'allumage. A peine plus d'un an après son lancement, le grand plan de l'Arabie saoudite pour diversifier son économie et sortir du « tout pétrole » en quinze ans aurait déjà du plomb dans l'aile, selon une information du « Financial Times ».

La monarchie pétrolière, qui multiplie les projets de développements, du tourisme à la finance, aurait révisé à la baisse les objectifs de son plan de transformation « Vision 2030 ». Le nouveau plan, que le quotidien britannique a pu consulter, serait notamment moins brutal pour le secteur privé et plus étalé sur la période 2020-2030.

Un plan trop dur pour l'économie

« On reconnaît que les objectifs du plan initial étaient trop agressifs et ont peut-être eu trop d'impact sur l'économie du pays », a déclaré un proche du royaume au « Financial Times ».

Ce changement de pied intervient en effet alors que Riyad est confronté à un net ralentissement de son économie. Le FMI prévoit une croissance de seulement 0,1 % en 2017, contre 1,7 % en 2016, ce qui compromet la réalisation à court terme des objectifs du royaume sur l'emploi, la croissance et les déficits, dans un contexte de baisse des cours du prix du pétrole.

Le projet de transformation arrêté en 2016, porté par le nouveau prince héritier Mohamed ben Salman, surnommé « MBS », prévoyait la privatisation d'ici 2020 de nombreux actifs pour développer le secteur privé. Avec à la clé, la création d'1,2 millions d'emplois et la réduction du chômage de 11,6 % à 9 %.

Plus d'efforts pour le secteur public

Pour son nouveau plan, l'Arabie saoudite compte davantage se focaliser sur le secteur public et la réforme de l'administration avec une amélioration de la productivité des fonctionnaires. Le royaume n'abandonne toutefois pas les privatisations. Sauf que celles-ci ne seront plus portées directement par « MBS », mais par les ministres dans le cadre de douze programmes annexes, ce qui en limite l'impact.

Parallèlement et pour ne pas affoler les investisseurs, la principale puissance du Golfe maintient ses autres projets de développement. Au premier rang desquels on retrouve le gigantesque projet de privatisation partielle de la Saudi Aramco, la compagnie pétrolière nationale, qui doit avoir lieu en 2018. De quoi financer une partie des réformes en attendant 2030.
https://www.lesechos.fr/finance-marches ... 112475.php

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#84 Message par moinsdewatt » 14 sept. 2017, 21:29

Saudi Aramco dit que son projet d'IPO suit son cours

L'Usine Nouvelle le 14/09/2017
Infos Reuters

Le projet d'introduction en Bourse de Saudi Aramco suit son cours, a déclaré jeudi la compagnie pétrolière saoudienne, en réaction à un article de Bloomberg selon lequel l'Arabie saoudite se prépare à devoir éventuellement reporter de quelques mois cette IPO, promise à devenir la plus importante jamais réalisée dans le monde.

Les autorités saoudiennes souhaitent placer au cours du second semestre 2018 jusqu'à 5% du capital de la compagnie à la fois à la Bourse de Ryad, sur le Tadawul, et sur une ou plusieurs autres places étrangères, une opération qui pourrait permettre de lever 100 milliards de dollars (84 milliards d'euros).

"L'introduction en Bourse d'une participation de Saudi Aramco suit son cours", écrit le géant pétrolier dans un courriel. "La procédure d'IPO est bien engagée et Saudi Aramco continue de concentrer ses efforts pour faire en sorte que tout le travail relatif à cette IPO soit achevé à temps selon les normes les plus élevées.".

Bloomberg a rapporté mercredi que les autorités saoudiennes visaient toujours une introduction en Bourse de Saudi Aramco au second semestre 2018 mais que, au vu d'un calendrier de plus en plus serré, elles se préparaient à repousser éventuellement cette IPO en 2019.

Saudi Aramco n'a toujours pas choisi la Bourse étrangère où elle sera cotée même si New York et Londres font figure de favorites. La compagnie s'est adjoint les services de conseillers pour cette opération mais elle n'a toujours pas désigné de coordinateurs ni de teneurs de livre d'ordres internationaux, a-t-on appris de sources bancaires.
http://www.usinenouvelle.com/article/sa ... rs.N587288

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#85 Message par moinsdewatt » 01 oct. 2017, 13:06

Des pays du Golfe disent adieu à un monde sans impôts

AFP le 01/10/2017

Durement touchés par la chute des revenus pétroliers, des pays du Golfe ont réduit des subventions et augmenté des prix pour résorber leurs déficits budgétaires. Ils vont désormais passer à la vitesse supérieure avec, pour la première fois, l'introduction de la TVA.

Cette mesure, qui entrera en vigueur dès le 1er janvier aux Emirats arabes unis et en Arabie saoudite, aura un effet sur l'inflation et affectera durement les travailleurs expatriés aux revenus faibles ou moyens, selon des experts.

Recommandée par le Fonds monétaire international (FMI) pour assainir les finances publiques, la TVA, un impôt indirect, constituera une rupture avec le passé. Elle devrait être de l'ordre de 5% sur la majorité des biens et des services.

Les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG: Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman, Qatar) n'ont jamais pratiqué d'impôts et ont alimenté durant des décennies la culture de l'Etat-providence.

Avec la chute du prix du pétrole, leurs finances ont plongé dans le rouge malgré le gel des salaires, la réduction des subventions, la hausse des prix de l'électricité et du carburant et le report de grands projets. En outre, leurs réserves ont fondu avec des prélèvements réguliers depuis trois ans dans les fonds souverains.

"L'introduction de la TVA à partir du 1er janvier 2018 marque le début de changements socio-économiques les plus spectaculaires et les plus profonds depuis la découverte du pétrole", a estimé le cabinet Deloitte dans un récent rapport.

Les nationaux, formant la moitié des 50 millions d'habitants du CCG et ayant jusqu'ici été largement épargnés par les mesures d'austérité, seront directement touchés par la TVA.

L'Arabie saoudite et les Emirats, qui représentent 75% de l'économie du CCG (qui pèse quelque 1.400 milliards de dollars) et abritent 80% de sa population, ont déjà adopté plusieurs mesures d'austérité.

Ryad a réduit des subventions publiques et les Emirats vont doubler à partir de dimanche les prix des cigarettes et des boissons énergisantes et augmenter de 50% ceux des boissons gazeuses.

Les quatre autres pays du CCG ont encore toute l'année 2018 pour appliquer la TVA, en vertu d'un accord régional.

La TVA devrait faire grimper les prix. Capital Economics s'attend à un taux d'inflation de 4 à 4,5% en Arabie saoudite et de 4% aux Emirats.
..............................
http://www.boursorama.com/actualites/de ... 07d393007b

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 12800
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#86 Message par cashisking » 01 oct. 2017, 19:53

Bercy peut faire du consulting là bas. Si il y a un domaine où on est champion du monde c'est bien celui là.

Envoyé de mon SM-G930F en utilisant Tapatalk

Avatar du membre
roi.de.trefle
Messages : 1204
Enregistré le : 14 févr. 2008, 08:55
Localisation : La-Varenne-Saint-Hilaire

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#87 Message par roi.de.trefle » 01 oct. 2017, 20:16

La plus grande invention Française n'est pas le système métrique, mais bien la TVA :mrgreen:
Sursum corda

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 27310
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#88 Message par Gpzzzz » 01 oct. 2017, 20:16

moinsdewatt a écrit :
Saudi Aramco dit que son projet d'IPO suit son cours

L'Usine Nouvelle le 14/09/2017
Infos Reuters

Le projet d'introduction en Bourse de Saudi Aramco suit son cours, a déclaré jeudi la compagnie pétrolière saoudienne, en réaction à un article de Bloomberg selon lequel l'Arabie saoudite se prépare à devoir éventuellement reporter de quelques mois cette IPO, promise à devenir la plus importante jamais réalisée dans le monde.

Les autorités saoudiennes souhaitent placer au cours du second semestre 2018 jusqu'à 5% du capital de la compagnie à la fois à la Bourse de Ryad, sur le Tadawul, et sur une ou plusieurs autres places étrangères, une opération qui pourrait permettre de lever 100 milliards de dollars (84 milliards d'euros).

"L'introduction en Bourse d'une participation de Saudi Aramco suit son cours", écrit le géant pétrolier dans un courriel. "La procédure d'IPO est bien engagée et Saudi Aramco continue de concentrer ses efforts pour faire en sorte que tout le travail relatif à cette IPO soit achevé à temps selon les normes les plus élevées.".

Bloomberg a rapporté mercredi que les autorités saoudiennes visaient toujours une introduction en Bourse de Saudi Aramco au second semestre 2018 mais que, au vu d'un calendrier de plus en plus serré, elles se préparaient à repousser éventuellement cette IPO en 2019.

Saudi Aramco n'a toujours pas choisi la Bourse étrangère où elle sera cotée même si New York et Londres font figure de favorites. La compagnie s'est adjoint les services de conseillers pour cette opération mais elle n'a toujours pas désigné de coordinateurs ni de teneurs de livre d'ordres internationaux, a-t-on appris de sources bancaires.
http://www.usinenouvelle.com/article/sa ... rs.N587288
Y a pas un probleme dans cet article ??
Ils veulent mettre 5% des titres sur le marché et lever 100 milliards ?
Ca voudrait dire que la boite serait valorisé 2000 milliards de $ ??
Vache !! C est plus que l ensemble des société du CAC40 !!
Modifié en dernier par Gpzzzz le 01 oct. 2017, 21:21, modifié 1 fois.

Avatar du membre
henda
~~+
~~+
Messages : 5111
Enregistré le : 23 déc. 2010, 13:56

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#89 Message par henda » 01 oct. 2017, 20:23

roi.de.trefle a écrit :La plus grande invention Française n'est pas le système métrique, mais bien la TVA :mrgreen:
Un nouveau marché s'ouvre pour duffie. Mais faudra peut-être se mettre à la burqa par contre.

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 8849
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#90 Message par Hippopotameuuu » 01 oct. 2017, 22:56

henda a écrit :Un nouveau marché s'ouvre pour duffie. Mais faudra peut-être se mettre à la burqa par contre.
Déjà avoir perdu les trois quart de son cerveau ne va pas aider.

http://www.europe1.fr/international/un- ... au-3443504
Mélenchon a écrit :«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »

Avatar du membre
ddv
-++
-++
Messages : 4224
Enregistré le : 20 juin 2008, 14:43
Localisation : La Gacilly proche (56)

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#91 Message par ddv » 01 oct. 2017, 23:30

Gpzzzz a écrit :
moinsdewatt a écrit :
Saudi Aramco dit que son projet d'IPO suit son cours

L'Usine Nouvelle le 14/09/2017
Infos Reuters

Le projet d'introduction en Bourse de Saudi Aramco suit son cours, a déclaré jeudi la compagnie pétrolière saoudienne, en réaction à un article de Bloomberg selon lequel l'Arabie saoudite se prépare à devoir éventuellement reporter de quelques mois cette IPO, promise à devenir la plus importante jamais réalisée dans le monde.

Les autorités saoudiennes souhaitent placer au cours du second semestre 2018 jusqu'à 5% du capital de la compagnie à la fois à la Bourse de Ryad, sur le Tadawul, et sur une ou plusieurs autres places étrangères, une opération qui pourrait permettre de lever 100 milliards de dollars (84 milliards d'euros).

"L'introduction en Bourse d'une participation de Saudi Aramco suit son cours", écrit le géant pétrolier dans un courriel. "La procédure d'IPO est bien engagée et Saudi Aramco continue de concentrer ses efforts pour faire en sorte que tout le travail relatif à cette IPO soit achevé à temps selon les normes les plus élevées.".

Bloomberg a rapporté mercredi que les autorités saoudiennes visaient toujours une introduction en Bourse de Saudi Aramco au second semestre 2018 mais que, au vu d'un calendrier de plus en plus serré, elles se préparaient à repousser éventuellement cette IPO en 2019.

Saudi Aramco n'a toujours pas choisi la Bourse étrangère où elle sera cotée même si New York et Londres font figure de favorites. La compagnie s'est adjoint les services de conseillers pour cette opération mais elle n'a toujours pas désigné de coordinateurs ni de teneurs de livre d'ordres internationaux, a-t-on appris de sources bancaires.
http://www.usinenouvelle.com/article/sa ... rs.N587288
Y a pas un probleme dans cet article ??
Ils veulent mettre 5% des titres sur le marché et lever 100 milliards ?
Ca voudrait dire que la boite serait valorisé 2000 milliards de $ ??
Vache !! C est plus que l ensemble des société du CAC40 !!
Introduction en bourse maintenant qu'il n'y a bientôt plus de pétrole dans le sous-sol :lol:
Moi, je maintiendrai le passe Navigo à 70 euros car je ne jouerai pas avec le pouvoir d'achat des Franciliens - V. Pécresse, dec 2015.
Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le SMIC net de 20 % - V. Pécresse, juin 2018

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#92 Message par moinsdewatt » 02 oct. 2017, 18:03

ddv a écrit : Introduction en bourse maintenant qu'il n'y a bientôt plus de pétrole dans le sous-sol :lol:
Ben justement, pour convaincre les investisseurs ils vont bien étre obligés de laisser filer quelques infos sur ce qui reste dans le sous sol, et si possible par des cabinets d' audits spécialisés dans le pétrole indépendants du royaume.
Ou alors c'est l' arnaque à plein nez.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#93 Message par moinsdewatt » 05 oct. 2017, 17:57

Le rapprochement de l' OPEP avec la Russie (les quota) doit y étre pour queque chose :
Poutine et le roi Salmane scellent leur rapprochement avec des accords commerciaux

AFP le 05/10/2017

Vladimir Poutine et le roi Salmane d'Arabie saoudite, allié traditionnel de Washington, ont scellé jeudi leur rapprochement en signant d'importants accords militaires et énergétiques à l'occasion de la première visite du souverain saoudien en Russie.

L'annonce d'un contrat ouvrant la voie à l'achat par Ryad de systèmes de défense antiaérienne russes S-400 sous les ors du Kremlin, parmi d'autres documents représentant des milliards de dollars, vient marquer plusieurs mois de dialogue croissant entre les deux pays mais symbolise aussi le rôle croissant joué par Moscou au Proche-Orient.

"Cette visite va donner une nouvelle impulsion puissante au développement des relations bilatérales", a déclaré M. Poutine en ouvrant sa rencontre avec le roi Salmane.

Les accords signés jeudi "permettent d'élever le partenariat russo-saoudien à un niveau inédit", a renchéri le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, à l'issue de ces négociations.

Au total, une quinzaine d'accords représentant des "milliards de dollars" selon le président du Fonds russe des investissements directs Kiril Dmitriev, ont été signés.

Image
Le président russe Vladimir Poutine reçoit le roi Salmane d'Arabie saoudite, le 5 octobre 2017 à Moscou ( SPUTNIK/AFP / Alexey NIKOLSKY )

Parmi eux figure un protocole d'accord signé par la Saudi Arabian Military Industries (SAMI) et l'agence russe en charge des exportations d'équipement militaire Rosoboronexport. Ce document ouvre la voie à l'achat de S-400, un puissant système antiaérien acheté récemment par la Turquie, membre de l'Otan, suscitant des critiques de Washington, en plus de systèmes antichars ou lance-roquettes.

A terme, les deux partenaires veulent mettre en place des transferts de technologie permettant la production des S-400 en Arabie Saoudite.

Deux autres accords prévoient notamment la mise en place de deux fonds communs d'investissement dans le domaine énergétique et celui de hautes technologies, pour un milliard de dollars chacun.

- 'Acteur important' -

Ces accords sont cependant à relativiser: avec Washington, l'Arabie saoudite avait signé en mai des contrats de ventes d'armements d'une valeur de 110 milliards de dollars, à l'occasion de la visite du président Donald Trump à Ryad.

......................

Le rapprochement récent entre Moscou et Ryad a été favorisé par leur rôle moteur dans l'accord entre grands producteurs de pétrole permettant d'enrayer l'effondrement des prix qui a frappé de plein fouet leurs économies.

"Nous aspirons à poursuivre la coopération positive entre nos pays en vue de stabiliser les marchés pétroliers mondiaux", a assuré le roi Salmane, lors des pourparlers avec Vladimir Poutine.
......................
http://www.boursorama.com/actualites/po ... edf9334422

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#94 Message par moinsdewatt » 07 oct. 2017, 12:11

L'Arabie saoudite lance un appel d'offres pour un projet d'énergie solaire

AFP parue le 03 oct. 2017

L'Arabie saoudite a lancé mardi un appel d'offres pour un projet d'énergie solaire de 300 mégawatts, une première dans ce royaume, premier exportateur de pétrole, qui cherche à diversifier sa production énergétique. "L'appel d'offre représente une étape significative pour le Programme national d'énergie renouvelable, et un pas important sur la voie de la diversification de l'énergie", a déclaré le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh.

La liste des compagnies pré-sélectionnées pour le projet Sakaka, dans la région d'Al-Jaouf (nord), sera annoncée le 28 novembre, selon un communiqué du gouvernement. Les autorités saoudienne ont déjà pre-sélectionné 25 entreprises, dont General Electric, EDF énergies nouvelles, une filiale d'EDF, ainsi que Siemens.

Ce projet fait partie du vaste plan de réformes engagé par l'Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole au monde, pour réduire sa dépendance à l'or noir. Le pays a en effet été touché de plein fouet par la chute des cours du brut à partir de la mi-2014. Pour redresser son économie, l'Etat a lancé un plan baptisé "Vision 2030".

Le royaume saoudien veut entre autres arriver à produire 9,5 gigawatts d'énergies renouvelables d'ici 2023, un projet fondé sur le solaire et l'éolien. Fin août, il avait invité 25 compagnies à déposer une offre pour la création d'un parc éolien de 400 mégawatts, également dans la région d'Al-Jaouf.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ire-171003

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#95 Message par moinsdewatt » 14 oct. 2017, 13:05

Pétrole : l'introduction d'Aramco en Bourse compromise ?

Victoria Adam, publié le 14/10/2017

Saudi Aramco envisagerait de renoncer à son projet d'une introduction en Bourse sur les marchés internationaux, en faveur d'un placement privé, selon le 'Financial Times'.

Depuis janvier 2016, les marchés boursiers se préparent à l'arrivée en Bourse d'un poids-lourd pétrolier, le géant saoudien Saudi Aramco... L'opération semble cependant avoir du plomb dans l'aile si l'on en croit des sources proches du dossier citées vendredi par le 'Financial Times'.

Selon le quotidien financier britannique, le groupe contrôlé par l'Etat saoudien envisagerait de renoncer à son projet d'introduction en Bourse sur les marchés internationaux, en faveur d'un placement privé auprès de fonds souverains et d'investisseurs institutionnels internationaux, notamment chinois.

De son côté, l'agence 'Bloomberg' a indiqué vendredi que l'Arabie saoudite envisageait plutôt de reporter l'introduction en Bourse sur les marchés internationaux jusqu'à la fin 2019, mais qu'elle pourrait en revanche placer des titres Aramco à la Bourse de Riyad avant la fin 2018.

La plus grosse introduction en Bourse de tous les temps ?

En 2016, l'Etat saoudien a indiqué vouloir céder en Bourse 5% du capital d'Aramco, une participation qui pourrait atteindre 100 milliards de dollars et valoriserait l'ensemble du géant pétrolier jusqu'à 2.000 Mds$, selon Riyad. Les analystes financiers avancent des chiffres un peu moins élevés compte-tenu de la baisse du cours du pétrole depuis trois ans.

Mais si l'introduction en Bourse de 5% d'Aramco était in fine réalisée, il s'agirait de la plus grande levée de fonds au monde après celle d'Alibaba, qui avait levé 25 Mds$ à Wall Street en 2014.
http://www.boursier.com/actualites/macr ... .html?fil1

Avatar du membre
Jabberwocky
Messages : 378
Enregistré le : 30 avr. 2012, 19:31

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#96 Message par Jabberwocky » 24 oct. 2017, 11:12


Seoud yuanisé ou l'empire en péril

21 Octobre 2017 , Rédigé par Observatus geopoliticus
http://www.chroniquesdugrandjeu.com/20 ... peril.html
Il est de ces répétitions de l'Histoire... Il y a plus de deux ans - sous le titre Pétrodollar : le début de la fin ? - nous écrivions un billet prémonitoire qui n'a pas pris une ride :

A Washington, on doit beaucoup écouter les Doors en ce moment : This is the end, my only friend, the end... Certes, il ne faut pas vendre la peau de l'aigle avant de l'avoir plumé, mais ce n'est pas vraiment un futur radieux qui se profile à l'horizon pour l'empire 2.0.

Le système financier issu de la Seconde guerre mondiale - notamment les prêts en dollars du FMI ou de la Banque mondiale - assurait l'hégémonie de la monnaie américaine, permettant aux Etats-Unis de vivre au-dessus de leurs moyens en faisant financer leur dette par des pays étrangers tenus d’accumuler des réserves de titres libellés en dollars pour commercer. Ce "privilège exorbitant" (dixit Giscard) fut encore renforcé en 1973 lorsque Nixon se mit d'accord avec les Saoudiens pour que ceux-ci vendent leur pétrole uniquement en billets verts, créant de facto le pétrodollar. L'OPEP suivra deux ans après. Pour les Etats-Unis, des décennies d'argent facile et de guerres financées par des pays tiers...

Jusqu'à ce que ces pays tiers disent stop. Certains d'entre eux du moins. La fronde a commencé vers la fin des années 2000. En Amérique latine, Argentine et Brésil décident de commercer dans leurs monnaies respectives, puis c'est au tour de la Chine et du Brésil, tandis que les pays émergents se rebellent au sein même des instances du FMI et de la Banque mondiale. Curieusement, Poutine était d'abord en retrait dans ce mouvement jusqu'à ce que la nouvelle Guerre froide subséquente à la crise ukrainienne fasse de lui le chevalier blanc de la dé-dollarisation de la planète. C'est, depuis 2014, une avalanche de défections auxquelles fait face le billet vert, contrairement à la fable médiatique hollywoodienne qui voudrait nous faire croire à une "communauté internationale" réunie autour de l'Occident. Russie, Chine, Brésil, Argentine, Afrique du Sud, Inde, Turquie, Uruguay, Iran, Equateur, Egypte, Venezuela, Vietnam, Paraguay, Kazakhstan... tous ces pays ont renoncé au dollar ou sont en voie de le faire dans leurs échanges commerciaux bilatéraux au profit de leur monnaie ou de l'or. Pire ! les propres alliés de Washington (Canada, Corée du sud, Qatar) quittent le navire et s'en vont sifflotant passer des accords SWAP (échanges de devises) avec la Chine.

Comme si cela ne suffisait pas, les BRICS ont décidé au sommet de Fortaleza la création d'un système financier parallèle concurrençant le FMI et la Banque Mondiale d'obédience américaine tandis que la Chine y allait de sa propre banque personnelle vers laquelle se sont précipités les alliés intimes de l'oncle Sam (Angleterre, Australie) comme des enfants turbulents désobéissant au majordome. Il paraît qu'Obama en a interrompu sa partie de golf...

Une chose demeurait, stoïque et inébranlable : le pétrodollar. Saddam avait bien tenté de monter une bourse pétrolière en euros mais il fut immédiatement tomahawkisé. Kadhafi avait lancé l'idée mais les bombes libératrices de l'OTAN tombaient déjà sur Tripoli avant qu'il ait eu le temps de passer un coup de fil. Les stratèges américains pouvaient dormir du sommeil du juste, leurs charmants alliés pétromonarchiques du Golfe resteraient le doigt sur la couture du pantalon.

Sauf que... Une info extrêmement importante, donc passée inaperçue dans la presse française, est sortie il y a quelques jours. La Russie et l'Angola ont dépassé l'Arabie saoudite comme premiers fournisseurs de pétrole à la Chine. Chose intéressante d'après les observateurs, c'est le fait que la Russie (encore ce diable de Poutine !) accepte désormais les paiements en yuans chinois qui a motivé ce changement tectonique. D'après un analyste, si l'Arabie veut reprendre sa part de marché, il faudrait qu'elle commence à songer sérieusement à accepter des paiements en yuans... c'est-à-dire mettre fin au pétrodollar.

Et là, cela risque de poser un sérieux dilemme aux Saoudiens : faire une croix sur leur prééminence pétrolière mondiale ou faire une croix sur le pétrodollar au risque de voir les Américains le prendre très mal et éventuellement fomenter un changement de régime.

Y a-t-il un lien avec la visite de haut niveau des Saoudiens à St Pétersbourg la semaine dernière, quelque chose du genre "Cher Vladimir, vous nous protégerez le cas échéant si on change de devise ?" A suivre...


On ne pouvait pas taper plus dans le mille. Octobre 2017 : un économiste de renom prévoit le remplacement par Riyad du dollar par le yuan, le roi saoudien effectue une visite historique à Moscou et les Russes vont vendre des batteries S400 à l'Arabie saoudite.

Carl Weinberg ne s'est pas souvent trompé dans ses analyses. Aussi, quand il déclare que Riyad est fortement encouragée par Pékin à lui vendre son pétrole en yuans et prédit que d'ici peu, les Saoudiens succomberont à la pression, il vaut mieux le prendre au sérieux :

« D'ici deux ans, la demande chinoise en pétrole écrasera la demande américaine. Je pense que la cotation des cours en yuans est pour bientôt. Dès que les Saoudiens l'accepteront - comme les Chinois les y contraignent - le reste du marché [les pétromonarchies, ndlr] suivra le mouvement. »

En filigrane, l'effondrement du pétrodollar mis en place il y a plus de quarante ans et pilier du système impérial américain. Les liaisons dangereuses entre Bush Junior et l'establishment wahhabite, le tendre baiser de Barack à frites sur le royal arrière-train du Seoud, tout cela n'aura finalement servi à rien...

Ca doit sérieusement grincer des dents le long des corridors néo-cons de Washington et il n'est pas impossible que quelques plans sur la "remodélisation" du royaume saoudien soient soudain sortis des tiroirs. Coïncidence (ou pas), le facétieux Vladimirovitch a justement ironisé sur la chose lors de la réunion annuelle du Club Vadaï à Sotchi .

Est-ce tout à fait un hasard si, dans ces conditions, Salman a débarqué à Moscou il y a deux semaines, la première visite officielle d'un monarque saoudien en Russie. Cela fait des décennies que l'ours et le chameau sont opposés sur à peu près tous les dossiers brûlants de la planète, le second finançant le djihadisme mondial pour le bénéfice de son parrain US afin de diviser l'Eurasie et mettre le premier en difficulté. Que cache donc cette visite historique ?

Au-delà des nécessaires relations entre ces deux poids lourds du pétrole (accord OPEP+), le Seoud suit les pas des autres acteurs du Moyen-Orient, délaissés par l'inexorable reflux de l'empire et qui vont tous rendre visite au nouveau boss de la région. Comme le dit sans ambages Bloomberg :

« Les Israéliens, les Turcs, les Egyptiens, les Jordaniens - tous prennent le chemin du Kremlin dans l'espoir que Vladimir Poutine, le nouveau maître du Moyen-Orient, puisse assurer leurs intérêts et résoudre leurs problèmes. »

Le Seoud ne fait pas autre chose, allant à Canossa, mangeant son keffieh en rabaissant très sérieusement ses folles prétentions syriennes (tiens, Assad ne doit plus partir finalement). Mais il y a peut-être plus, beaucoup plus, et plusieurs voix (ici ou ici) y décèlent un changement tectonique. Nous en revenons à notre pétrole yuanisé et à nos S400...

Certains ont dû avoir le hoquet en lisant qu'après la Turquie, Moscou allait également vendre son inégalable système anti-aérien à son ex-Némésis wahhabite. On le comprendrait mieux s'il s'agit de créer un environnement favorable à une transition saoudienne vers la dédollarisation et la multipolarité eurasienne, voire d'assurer la future défense du pays face aux réactions hystériques de l'empire trahi. L'avenir nous le dira...
La paix, c'est juste l'intervalle de temps entre deux guerres

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#97 Message par moinsdewatt » 12 déc. 2017, 20:18

Saudi Aramco prévoit 414 milliards de dollars de dépenses sur 10 ans

Publié le 12/12/2017 Infos Reuters DAMMAM, Arabie saoudite

Le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco prévoit de porter ses dépenses à 414 milliards de dollars (352 milliards d'euros) au cours des 10 prochaines années, notamment sur les infrastructures et le forage, a annoncé mardi son directeur général, Amin Nasser.

Cette projection est supérieure à celle donnée l'an dernier d'un investissement d'environ 334 milliards de dollars d'ici 2025, Aramco ayant décidé d'étendre ses activités à de nouveaux secteurs.

"Nous sommes dans de nombreux secteurs à présent", a dit à la presse Amin Nasser en marge d'une conférence à Dammam visant à promouvoir les capacités industrielles du royaume.

Aramco prévoit d'investir 134 milliards de dollars dans le forage et l'entretien de puits et 78 milliards de dollars pour maintenir son potentiel de production dans le pétrole, a précisé le directeur général des achats, Nassir Al Yami.

La compagnie a déjà créé une division d'énergies renouvelables pour développer des projets dans l'énergie éolienne et le photovoltaïque. Le mois dernier, Aramco et le chimiste Saudi Basic Industries Corp (Sabic) ont signé un protocole d'accord afin de construire un complexe spécialisé dans la transformation du pétrole en produits chimiques en Arabie saoudite, une opération à 20 milliards de dollars (17 milliards d'euros).

Ce projet, qui selon les deux partenaires sera le plus grand site de transformation de ce type au monde, s'inscrit dans le cadre de la diversification de l'économie saoudienne et de la réduction de sa dépendance vis-à-vis du pétrole.

Le projet d'introduction en Bourse d'environ 5% d'Aramco en 2018 est également l'un des piliers de Vision 2030, le plan de réforme économique élaboré par le prince Mohamed ben Salman.
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... ns.N626588

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#98 Message par moinsdewatt » 02 janv. 2018, 20:48

Ryad et Abou Dhabi introduisent la TVA, une première dans le Golfe


parue le 01 janv. 2018 à 12h30

L'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont introduit lundi une TVA pour diversifier leurs revenus, une première dans le Golfe où les habitants profitaient jusqu'à présent d'une absence de taxes et d'importantes subventions.

Premier exportateur mondial de pétrole, le royaume saoudien a par ailleurs annoncé dimanche soir une hausse de 127% et de 83% du prix du litre selon le type d'essence, avec un effet immédiat à partir du 1er janvier.

Ces annonces sont les dernières en date d'une série de mesures introduites par les monarchies pétrolières du Golfe au cours des deux dernières années pour trouver de nouvelles recettes et résorber leur déficit budgétaire dû à la baisse constante du prix du brut.

L'introduction d'une taxe sur la valeur ajoutée de 5% avait fait l'objet en juin 2016 d'un accord entre les six pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG - Arabie saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Oman et Qatar).

Elle s'applique à la majorité des biens et services et pourrait rapporter aux deux pays un total de 21 milliards de dollars en 2018, soit l'équivalent de 2% de leur PIB, estiment des analystes.

Bahreïn, le Koweït, Oman et le Qatar ont eux décidé de repousser à 2019 l'introduction de la TVA.

La hausse des prix des carburants en Arabie saoudite est la deuxième en deux ans mais l'essence dans le royaume reste parmi la moins chère au monde. Les prix du diesel et du kérosène sont restés inchangés.

Le mois dernier, Ryad a également augmenté le prix de l'électricité.

L'Arabie saoudite a accumulé ces quatre dernières années 258 milliards de dollars de déficits budgétaires.

Malgré la mise en place progressive de ces réformes, le pays va continuer à afficher des déficits budgétaires jusqu'en 2023, a toutefois prévenu le roi Salmane.

Pour y faire face, Ryad a puisé dans ses réserves à hauteur de 250 milliards de dollars depuis 2014 et emprunté 100 milliards de dollars de plus.
https://www.connaissancedesenergies.org ... lfe-180101

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#99 Message par moinsdewatt » 31 mars 2018, 13:39

SoftBank et l'Arabie saoudite veulent développer un méga-projet solaire

AFP parue le 28 mars 2018

Le géant japonais SoftBank Group et l'Arabie saoudite vont développer un méga-projet solaire dans le royaume avec l'objectif de construire 200 gigawatts (GW) de capacités d'ici 2030, a-t-on appris mercredi auprès du groupe de télécoms.

Ce projet, pour lequel un partenariat a été signé en marge de la visite officielle du prince hériter saoudien Mohamed ben Salmane aux États-Unis, fait partie de la stratégie du royaume saoudien pour diversifier sa production énergétique, actuellement très dépendante du pétrole.

Le groupe japonais va investir dans ce projet via son colossal fonds d'investissement, SoftBank Vision Fund (SVF), créé en 2016 avec le soutien du principal fonds souverain saoudien et doté de près de 100 milliards de dollars. L'objectif est de construire en plusieurs phases un total de 200 GW de capacités de production d'énergie solaire réparties dans tout le pays, a détaillé à l'AFP un porte-parole de SoftBank Group.

S'exprimant devant des journalistes à New York, le PDG de SoftBank Masayoshi Son a présenté ce projet solaire, qui intègrera également des capacités de stockage d'électricité, comme "le plus important" au monde. Son coût sera de "200 milliards de dollars", a-t-il précisé, selon une vidéo diffusée par l'agence Bloomberg News.

Une première étape sera lancée dès cette année avec l'installation de 7,2 GW, pour une mise en service devant "débuter en 2019", a indiqué le porte-parole. Son coût est estimé à 5 milliards de dollars, dont 1 milliard sera financé en capital et "viendra de SVF, tandis que le reste (4 milliards de dollars) sera du financement de projet" (par de la dette).

La vente de l'électricité produite par les premiers parcs installés contribuera au financement des phases suivantes, a expliqué M. Son. Et si les premiers panneaux solaires seront importés, une usine de fabrication de panneaux solaires sera construite "d'ici deux ou trois ans" dans le pays.

Cette annonce intervient quelques mois après le lancement par l'Arabie saoudite de son premier appel d'offres pour un projet d'énergie solaire. Le royaume saoudien veut notamment développer 9,5 GW de capacités d'énergies renouvelables d'ici 2023, à la fois dans l'éolien et le solaire. Touché de plein fouet par la chute des cours du pétrole, le pays a lancé un plan baptisé "Vision 2030" pour relancer et diversifier son économie.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ire-180328

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10723
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: L'Arabie saoudite se prépare à l'après-pétrole

#100 Message par moinsdewatt » 10 avr. 2018, 17:57

Faites bientot du tourisme, à condition de pas vous poser de questions :
Le président d'Engie Gérard Mestrallet à la manoeuvre dans le désert saoudien d'Al-Ula

Simon Chodorge Usine Nouvelle le 10/04/2018

Le prince héritier saoudien a profité de sa visite en France pour signer un accord pour un gigantesque projet de développement touristique. Le montant est estimé entre 50 et 100 milliards d'euros d'investissements. Gérard Mestrallet, président du conseil d'administration d'Engie, a négocié l'accord et présidera l'agence chargée de mobiliser les acteurs français. Le défi, raconte-t-il à L'Usine Nouvelle : transformer le désert d’Al-Ula en attraction culturelle.

La visite à Paris du prince héritier saoudien se conclut le mardi 10 avril. Le développement du tourisme en Arabie Saoudite fut au coeur des discussions entre Mohammed Ben Salmane et Emmanuel Macron. Ils s’apprêtent à signer un accord de dix ans pour un projet gigantesque autour du site archéologique d’Al-Ula, au nord-ouest du pays. Un chantier ambitieux dont le coût est estimé entre 50 et 100 milliards d’euros.

Autour des vestiges de la cité nabatéenne d’Hégra, c’est une zone de 22 000 km² qui est concernée par ce traité, à 200 kilomètres de la Mer Rouge. Un espace désertique de la taille de la Sardaigne que l’Arabie Saoudite entend transformer en attraction culturelle et touristique.
Le président d’Engie au coeur des négociations

L’accord prévoit la création en mai d’une agence, dont l’Etat français sera le seul actionnaire mais dont les frais de fonctionnement seront couverts par l’Arabie Saoudite. Elle aura pour but de “mobiliser les acteurs et les savoir-faire français dans le domaine culturel, archéologique, scientifique et hôtelier”, confie à L'Usine Nouvelle Gérard Mestrallet, le futur président de cette agence. Également président du conseil d’administration d’Engie, il a été désigné en 2017 par l’Elysée pour négocier l’accord entre l’Arabie Saoudite et la France.

“Engie est le deuxième investisseur français en Arabie Saoudite après Total”, explique Gérard Mestrallet. Le groupe énergétique fournit ainsi 10% de l’électricité et 11% de l’eau du royaume. “Par ailleurs, j’ai été choisi récemment par l’Arabie Saoudite pour entrer au conseil de l’EDF local, la Saudi Electricity Company. Je suis le seul non saoudien. Ils ont des grands projets de réforme de leur système énergétique, et je suis là pour leur éviter de faire les mêmes erreurs que l’Europe.”

Un objectif de 1,5 à 2,5 millions de visiteurs par an

Le site touristique devrait ouvrir entièrement en 2035, après quoi l’Arabie Saoudite espère y accueillir entre 1,5 et 2,5 millions de visiteurs par an, contre 20 000 à 3000 aujourd’hui. Le projet est colossal, Gérard Mestrallet liste tous les travaux à venir : “Le développement sera touristique au départ mais il sera aussi agricole. Les Saoudiens veulent une agriculture durable : des palmiers, des dattiers, des productions agricoles pour les thermalistes et pour les produits sanitaires biologiques.” Sur ce sujet, il doit rencontrer le ministre français de l’Agriculture dans les prochains jours.

“Il y aura aussi un développement urbain puisqu’il y aura beaucoup plus d’habitants, notamment temporaires. Il faudra des infrastructures routières et développer l’aéroportuaire. L’aéroport d’Al-Lula sera très rapidement insuffisant”, ajoute le président de l’agence.

Le projet vise une énergie 100 % renouvelable. L’eau sera acheminée et dessalée depuis la Mer Rouge. Sur tous ces chantiers, Gérard Mestrallet parle de nombreux appels d’offres à venir. “Des groupes français sont susceptibles d’être intéressés. Dans le domaine des infrastructures routières, il y a les grands groupes de BTP : Vinci, Bouygues, Eiffage. Dans le domaine hôtelier et touristique il y a Accor, Pierre & Vacances ou Sodexo.”

Des discussions avec Thales autour des recherches archéologiques

Dans le domaine de l’archéologie aussi, les industriels devraient jouer un rôle. Depuis 2001, une mission franco-saoudienne oeuvre sur place sous la direction d’une chercheuse du CNRS. L’Arabie Saoudite souhaite désormais une accélération des recherches. “Cela va nécessiter des moyens financiers, des moyens humains mais aussi des moyens technologiques”, prédit Gérard Mestrallet.

“J’ai eu une réunion avec Patrice Caine [PDG de Thales] sur ce sujet. Il est très intéressé parce que Thales a déjà des protocoles utilisant des satellites, des drones et des dirigeables. Cela permettrait de rendre quasiment automatique la recherche des inscriptions sur les roches, sans avoir forcément des personnes à pied qui arpentent ce territoire gigantesque”, explique le président du conseil d’administration d’Engie.

Pour l’instant, aucun contrat n’est signé et les appels d’offres seront ouverts à toutes les entreprises internationales. “Je serai conduit à une neutralité totale”, assure Gérard Mestrallet. “Mon objectif, c’est que les groupes français pensent à Al-Ula suffisamment tôt pour qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes.”
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... la.N678149

Répondre