Consommation de pétrole à travers le monde

Discussions et revue de presse sur des thèmes ne relevant ni de la politique ni de l'économie et des finances: technologies, emploi, écologie, transport, sport...
Message
Auteur
moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#551 Message par moinsdewatt » 23 janv. 2017, 16:26

L'accord OPEP jusqu'ici respecté par les pays signataires

Usine Nouvelle le 22/01/2017
Infos Reuters

Les principaux pays producteurs de pétrole, qui s'étaient engagés à compter du 1er janvier 2017 à baisser leur production de brut pour soutenir les cours, ont tenu leur promesse. A l'issue du premier comité de surveillance de la mise en œuvre de cet accord historique, les ministres du pétrole des pays concernés se sont montrés confiants quant à l'avènement d'un rééquilibrage du marché.

Je suis satisfait, je suis optimiste et, comme je l'ai dit, les marchés sont sur la voie d'un rééquilibrage, qui est en train de se réaliser", a dit le ministre de l'Energie d'Arabie saoudite, Khalid al Falih, lors de la première réunion de la commission de surveillance de la mise en oeuvre de cet accord historique.Les ministres de l'Energie des pays de l'Opep et hors Opep, réunis dimanche à Vienne, se sont ainsi montrés confiants quant à l'application de l'accord conclu entre les pays exportateurs de pétrole pour réduire leurs productions et soutenir les cours. Le respect de l'accord, qui appelle à commencer à réduire la production dès ce mois-ci, a été "fantastique", a ajouté le ministre saoudien.

Son homologue koweitien, Essam Al Marzouq, a annoncé que cette commission de cinq membres qu'il préside se réunirait à nouveau le 17 mars, puis une troisième fois avant une réunion de l'Opep prévue au mois de mai, et serait assisté d'un comité technique. Il a précisé que la commission de surveillance se chargerait d'établir la meilleure façon de respecter l'accord et de fixer les niveaux de conformité à l'accord jugés acceptables.

Les autres membres de la commission sont l'Algérie, le Venezuela, la Russie et Oman.

1,5 million de barils de pétrole par jour retirés du marché

Les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et des pays extérieurs au cartel sont convenus fin 2016, pour la première fois depuis 2001, d'une diminution de leurs pompages à compter du 1er janvier, dans le but de réduire l'excédent d'offre qui a longtemps pesé sur les cours. L'accord prévoit pour l'Opep une baisse globale de la production d'environ 1,20 million de barils par jour (bpj), à 32,50 millions de bpj. S'y ajoutent quelque 560 000 bpj de réduction acceptée par les pays hors Opep.

"Habituellement, les pays hors Opep augmentent leur production pour compenser les baisses volontaires de l'Opep. Aujourd'hui, nous assistons à des réductions volontaires des deux côtés", s'est réjoui le ministre saoudien de l'Energie. Environ 1,5 million de bpj de brut ont déjà été retirés du marché, avait-il indiqué la semaine dernière. "Les 300 000 bpj restants, à ma connaissance, sont en cours", avait-il dit, ajoutant qu'il tablait sur un respect à 100% en février.

LA RUSSIE SATISFAITE

Le Venezuela a réalisé la moitié de la baisse de production de 95 000 bpj à laquelle il s'est engagée, a annoncé pour sa part son ministre de l'Energie, Nelson Martinez, à la presse. Un respect total de l'accord pourrait réduire les stocks mondiaux de pétrole d'environ 300 millions de barils et les ramener à leur moyenne sur cinq ans d'ici le milieu de l'année, a dit Falih. "(Il n'y a) aucune surprise jusqu'ici en termes de demande ou d'offre d'autres sources; il n'y a donc pas de raison pour nous d'affirmer en janvier que nous avons besoin d'une réduction plus importante ou d'une période plus longue", a-t-il ajouté. L'Arabie saoudite produit légèrement moins de 10 millions de bpj et a fait savoir aux acheteurs de brut saoudien que des réductions sensibles sont prévues en février, a-t-il ajouté.

Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, s'est lui aussi déclaré satisfait, dimanche, de l'application de l'accord. La Russie a abaissé sa production d'environ 100.000 bpj, a-t-il dit à l'agence Tass, précisant que la production russe se situait en moyenne autour de 11,15 millions de bpj ce mois-ci. Dans son discours d'ouverture à la réunion de Vienne, Novak a dit que de nombreux pays avaient procédé à des réductions de production plus importantes que ce à quoi il s'étaient engagés.

Il a dit que la Russie prenait de l'avance en la matière, ajoutant que ces baisses avaient été positives pour le marché et qu'il était trop tôt pour évoquer une prolongation de l'accord au-delà des six mois prévus, mais que cela restait une option. "Tout le monde constate que ces accords de réduction de la production de pétrole ont déjà eu un impact positif sur les marchés pétroliers. Le marché est devenu plus stable et prévisible", a-t-il déclaré à la presse.

Il a précisé à l'agence Tass que la baisse de production serait de 1,7 million de bpj d'ici fin janvier et qu'il voyait les cours du baril de brut entre 50 et 60 dollars en 2017.
http://www.usinenouvelle.com/article/l- ... es.N490909

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#552 Message par moinsdewatt » 04 mars 2017, 12:08

L’Arabie Saoudite et l’Angola supplantent la Russie et deviennent les principaux fournisseurs de pétrole de la Chine

Agence Ecofin 01 mars 2017

Selon le rapport de l’administration chinoise des douanes du mois de janvier 2017, la Russie n’est plus le premier fournisseur de pétrole brut à la Chine. Ce sont l’Arabie Saoudite et l’Angola qui l’ont surclassée au terme du premier mois de l’année en cours.

Comme l’indique le document, sur la période, le royaume wahhabite a exporté 5,03 millions de tonnes de pétrole brut vers l’empire du Milieu, soit 18,9% de plus que la moyenne mensuelle enregistrée en 2016. Quant à l’Angola, nouveau plus grand producteur africain d’or noir, ses exportations chinoises se sont élevées à 4,95 millions de tonnes, soit une hausse de 63,5% par rapport à janvier 2016. Avec 4,59 millions de tonnes exportées en janvier vers le pays asiatique, la Russie arrive en troisième position dans la hiérarchie.

D’après les conclusions des analystes, cette situation est due au recul important de la production russe. On se souvient que Moscou avait promis une réduction 300 000 b/j de sa production à Vienne. Une promesse qu’il a mise en œuvre à partir de janvier 2017.

Même si l’Arabie Saoudite et l’Angola ont aussi réduit leurs productions de pétrole, ils ont profité de la hausse de 27,5% des importations chinoises enregistrée en janvier 2017, poussée par une demande sans cesse croissante. Celle-ci est telle que la CNPC, la compagnie publique chinoise du pétrole, a multiplié les acquisitions de périmètres pétroliers à travers le continent depuis les deux dernières années. D’ailleurs, comme le rappelle le site d’information suisse Le Temps, la Bank of China vient de faire un prêt de 600 millions $ au pays lusophone pour la réalisation d’un terminal pétrolier censé faciliter et doper les importations chinoises.

Cependant, le rapport craint que la montée en puissance de la production nigériane, dont les acteurs lorgnent le marché chinois, ne vienne à nouveau troubler la hiérarchie et redistribuer les cartes. Le Nigéria pourrait en effet dépasser l'Angola dans les prochains mois, car la différence de production entre les deux pays est marginale.

Avec 8,01 millions de barils par jour, la Chine est le plus gros importateur de pétrole à l’échelle mondiale.
http://www.agenceecofin.com/trade/0103- ... e-la-chine

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#553 Message par moinsdewatt » 13 mars 2017, 20:23

Pétrole: le regain de la production américaine fait flancher les cours

Par Claire Fages RFI 13 mars 2017

Depuis mercredi dernier, les cours du pétrole sont en chute. En cause : des stocks de brut sans précédent aux Etats-Unis, et qui remettent en cause la stratégie de l’OPEP.

Le regain de la production américaine de pétrole fait flancher les cours du brut, interrompant la courbe ascendante qu’ils suivaient depuis la fin de l’année dernière. Alors que le baril de Brent se maintenait à près de 58 dollars depuis décembre, il s’est effondré à 53 dollars en une journée mercredi dernier.

Ce sont les stocks record de brut aux Etats-Unis qui ont déclenché le plongeon des marchés, les réserves pétrolières américaines ont augmenté quatre fois plus que prévu. Les cuves n’ont jamais été aussi pleines depuis que l’Institut américain du pétrole publie ses données. L’embellie des prix du dernier semestre a dopé, la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis, elle repart comme jamais dans le bassin du Permian au Texas. Les compagnies américaines, Hess, Chesapeake ou Chevron, étendent leurs forages dans le Dakota du Nord et en Oklahoma.

De quoi mettre en péril toute la stratégie de l’OPEP, qui avait en s’accordant avec la Russie décidé de diminuer sa production de 1,8 million de barils par jour à partir de janvier. Les excédents mondiaux de pétrole reviennent hanter les dirigeants de ces pays, de l’Arabie saoudite à l’Irak, alors qu’ils avaient plutôt bien respecté leur promesse de réduire l’offre. Inquiet, le secrétaire général de l’OPEP, le Nigérian Mohamed Barkindo, s’est entretenu avec les PDG des compagnies américaines à Houston, où se tenait une conférence de l’industrie pétrolière la semaine dernière. Mais les compagnies privées appâtées par le retour des profits n’ont pas les mêmes préoccupations que les Etats pétroliers chargés de redresser leur budget.

Et ce sont ces compagnies qui profitent du sacrifice de l’OPEP et orientent aujourd’hui les prix à la baisse. De quoi irriter le ministre saoudien du Pétrole, il a prévenu qu’il n’y aurait pas de « nouveau tour gratuit » pour les producteurs de pétrole de schiste. Ce qui laisse penser que l’OPEP ne reconduira pas sa décision de baisser la production au-delà du mois de juin. Les membres du cartel se réunissent le 25 mai prochain.
http://www.rfi.fr/emission/20170313-pet ... cher-cours

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 10390
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#554 Message par Hippopotameuuu » 13 mars 2017, 20:50

moinsdewatt a écrit :
Pétrole: le regain de la production américaine fait flancher les cours
Du reste le nombre d'appareil de forage en exploitation a nettement augmenté depuis début 2017.

http://www.businesswire.com/news/home/2 ... 005630/en/

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#555 Message par moinsdewatt » 20 mars 2017, 20:34

L'Opep prête à prolonger l'accord avec les pays non-membres

Publié le 20/03/2017
Infos Reuters DUBAI/LONDRES

Les pays de l'Opep penchent de plus en plus fortement vers une prolongation au-delà du mois de juin de leur accord de réduction de la production entré en vigueur le 1er janvier afin de rééquilibrer le marché, ont déclaré des sources internes au cartel, précisant que la Russie et les pays non membres de l'organisation devraient également y souscrire.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'est engagée le 30 novembre dernier à réduire sa production de 1,2 million de barils par jour (bpj) pour la ramener à 32,5 millions de bpj au premier semestre de cette année. La Russie et d'autres pays non-membres de l'organisation ont également consenti à réduire leurs pompages.

Cet accord a permis de faire remonter les cours du baril de brut, mais les stocks des pays industriels continuent d'augmenter et la hausse des prix a encouragé une relance de la production américaine de pétrole de schiste. Un nombre croissant de responsables de l'Opep pensent que six mois seront insuffisants pour réduire les stocks.

"Une prolongation (de l'accord) est nécessaire pour rééquilibrer le marché", a dit un délégué de l'Opep, ajoutant : "Toute prolongation de l'accord devra concerner les pays non-Opep."

En février dernier, des sources avaient rapporté à Reuters que le cartel pourrait prolonger son accord de réduction, voire mettre en oeuvre des baisses plus importantes à partir du mois de juillet si les stocks de brut ne parvenaient pas à descendre au niveau ciblé.

Selon les chiffres les plus récents, les stocks mondiaux ont atteint 278 millions de barils en janvier, un niveau supérieur à leur moyenne des cinq dernières années, alors que le cartel cherche à ce qu'ils retombent à ce palier.

Cinq autres sources au sein de l'Opep ont dit qu'il était de plus en plus clair que six mois seraient insuffisants pour stabiliser le marché, ajoutant là encore que tous les producteurs, de l'Opep comme hors-Opep, devaient être d'accord.

"Les ministres se rencontreront en mai pour arrêter leur décision, mais chacun devra être d'accord", a déclaré une source d'un des principaux pays producteurs de l'Opep.

La prochaine réunion ministérielle de l'Opep est prévue le le 25 mai à Vienne. Une réunion entre pays membres et non membres de l'Opep aura également lieu en mai, a dit le mois dernier le secrétaire général de l'organisation, Mohammad Barkindo.

"D'âpres négociations sont en cours", a dit une autre source.

La Russie, le plus important des 11 producteurs non membres de l'Opep qui se sont associés à l'accord, n'a pas publiquement annoncé si elle défendrait sa prolongation. Mais Moscou se méfie de la reprise de la production du pétrole de schiste aux Etats-Unis, qui pèse sur les cours.

Les ministres de l'Opep n'anticipent pas pourtant une forte relance de la production de pétrole de schiste en 2017. Une source au sein du cartel a précisé qu'elle devrait augmenter de 300.000 barils par jour cette année, un niveau dont le marché pourrait s'accomoder.
http://www.usinenouvelle.com/article/l- ... es.N517214

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#556 Message par moinsdewatt » 24 mars 2017, 22:14

Cela avait été combattu pendant des années par l' administation Obama :
Le département d'Etat américain autorise TransCanada à construire l'oléoduc Keystone XL

Usine Nouvelle le 24/03/2017
Infos Reuters WASHINGTON


Le département d'Etat américain a délivré le 24 mars un permis à la société TransCanada pour construire l'oléoduc Keystone XL entre le Canada et les Etats-Unis, a déclaré l'entreprise énergétique canadienne.

Donald Trump doit en officialiser l'attribution lors d'une cérémonie programmée à 10h15 (14h15 GMT), a déclaré le porte-parole de la Maison blanche Sean Spicer sur son compte Twitter.

Le projet, qui remonte à 2008, doit permettre de relier sur près de 1 900 km les sables bitumineux de l'Alberta aux réseaux d'oléoducs du Nebraska. Il est rejeté par les défenseurs de l'environnement.

L'ancien président Barack Obama l'avait bloqué, estimant qu'il n'aurait aucun impact sur le prix de l'essence et contribuerait aux émissions de gaz à effet de serre.

Son successeur en a relancé la mise en oeuvre dans un décret signé le 24 janvier, quatre jours après son investiture, assurant qu'il créerait des milliers d'emplois.

Lors de la cérémonie à la Maison blanche, le président américain sera entouré notamment du directeur général de TransCanada, Russell Girling, et de Sean McGarvey, président du syndicat Building Trades Union.

En prenant une décision accélérée sur ce dossier, Donald Trump entend marquer sa volonté d'aller vite dans l'approbation des grands projets d'infrastructures, alors que les procédures de validation peuvent parfois prendre des années.

Pendant sa campagne, le magnat de l'immobilier avait promis 1 000 milliards de dollars d'investissements sur dix ans dans des grands travaux.

"Cela correspond parfaitement à la stratégie globale du président en matière d'infrastructures", a commenté un haut responsable de l'administration.

Le projet Keystone XL doit permettre d'acheminer plus de 800 000 barils par jour de pétrole lourd des sables bitumineux de l'Alberta jusqu'aux raffineries et ports du golfe du Mexique, via le réseau existant d'oléoducs qui part du Nebraska.

Les autorités de régulation des Etats concernés doivent encore délivrer leurs autorisations et Keystone devrait s'exposer à des recours.

Les organisations écologistes promettent de poursuivre leur lutte à l'aide de pétitions et de manifestations.
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... xl.N518999

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#557 Message par moinsdewatt » 20 avr. 2017, 09:30

Le PDG de Total n'exclut pas une rechute du prix du pétrole

Reuters le 20/04/2017 PARIS

Le prix du pétrole pourrait de nouveau chuter en raison d'un afflux des productions de schistes américaines sur le marché d'ici à la fin de l'année, a estimé jeudi le PDG de Total, Patrick Pouyanné.

Les cours du brut se sont redressé depuis fin 2016, à un niveau globalement supérieur à 50 dollars le baril, depuis que l'Opep et d'autres pays producteurs tels que la Russie ont décidé de réduire leur production de près de 1,8 million de barils par jour (bpj) au premier semestre.

"Le prix peut à nouveau baisser (...), les producteurs américains qui se sont relancés rapidement vont regénérer un afflux d'offre d'ici à la fin de l'année et ça peut avoir un impact négatif sur les marchés", a observé Patrick Pouyanné lors d'une intervention organisée par l'association des anciens élèves de Sciences Po Paris.

"L'accord (des pays producteurs) est en place et fonctionne très bien (...), je pense qu'il sera prolongé, mais simplement l'effet à court terme sur les marchés n'est pas immédiat parce qu'il y a des stocks extrêmement élevés (...). Pour que l'offre passe sous la demande, ça va prendre plutôt 18-24 mois que six mois", a-t-il également déclaré.

L'Agence internationale de l'Energie (AIE) a de son côté estimé mi-avril que le marché mondial du pétrole était proche de l'équilibre après avoir été excédentaire pendant près trois ans, les réductions des principaux pays producteurs compensant la baisse à long terme de la demande des pays riches.

Le développement du pétrole de schiste a transformé à tel point le secteur de l'énergie, américain et mondial, qu'il a bouleversé les dynamiques traditionnelles de l'offre et complique la tâche des prévisionnistes.

Les banques d'investissement, dont beaucoup financent les nouveaux projets, et les grandes compagnies mondiales, ont prévenu que les larges coupes dans les investissements en raison de la baisse des prix du pétrole depuis 2014, conduiraient à une pénurie de l'offre dans les deux prochaines années.

Pourtant Goldman Sachs, la seule banque à tirer un milliard de dollars de revenus par an des transactions sur les matières premières, estime que la reprise de la production aux Etats-Unis, stimulée par la remontée des cours du pétrole, et une série de nouveaux projets conventionnels aboutiront à une offre excédentaire d'ici 2019.
http://www.boursorama.com/actualites/le ... c118a1fe77

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 10390
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#558 Message par Hippopotameuuu » 27 avr. 2017, 09:11

Pétrole: les découvertes et les investissements tombés à des niveaux historiquement bas en 2016

Paris - Les compagnies pétrolières ont continué l'an dernier à réduire massivement leurs investissements, selon des chiffres publiés jeudi par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui s'inquiète pour la sécurité énergétique mondiale.

Les découvertes de pétrole sont tombées à 2,4 milliards de barils l'an dernier, contre une moyenne de 9 milliards de barils par an durant les quinze dernières années, tandis que "le nombre de projets qui ont reçu une décision finale d'investissement ont chuté à leur plus bas niveau depuis les années 1940", s'inquiète l'AIE dans un communiqué...]
https://www.romandie.com/news/Petrole-l ... 791138.rom

Chiffres a mettre en rapport avec la consommation mondiale annuelle de pétrole de 35 milliards de barils.

Avatar du membre
Pi-r2
Modérateur
Modérateur
Messages : 36015
Enregistré le : 08 juil. 2005, 19:31

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#559 Message par Pi-r2 » 27 avr. 2017, 09:58

oui, le pétrole n'est pas assez cher pour justifier le risque que représente l'exploration actuellement.
Les bonnes idées triomphent toujours. D'ailleurs c'est à cela qu'on reconnait qu'elles étaient bonnes.
mon statut de modérateur ne m'interdit pas de participer aux discussions. Je ne modère pas les discussions auxquelles je participe.

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 10390
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#560 Message par Hippopotameuuu » 27 avr. 2017, 10:08

C'est donc un gros problème si le prix du pétrole n'est plus rémunérateur pour les producteurs, mais en même temps trop cher pour les consommateurs et pour maintenir une économie technologiquement complexe. Comme le TRE est appelé a continuer de décroître de plus en plus, la décroissance et l'effondrement systémique sont incontournable.
Ce fait étant mondial, les politiques nationales des uns ou des autres ne sont que des discutions stériles hors-sol et des gesticulations pour occuper les peuples.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#561 Message par moinsdewatt » 27 avr. 2017, 16:45

Risque de pénurie mondiale de pétrole dans les prochaines décennies, selon Saudi Aramco

Agence Ecofin 19 Avril

Depuis le début de la chute des prix du pétrole, en 2014, jusqu’en décembre 2016, les investissements globaux dans l’amont pétrolier ont reculé de 1000 milliards de dollars.

Bien qu’en 2017, les analystes tablent sur une augmentation de 3% des dépenses liées à l’exploration et à la production (450 milliards $), les responsables saoudiens du secteur pétrolier anticipent une pénurie mondiale d’or noir «dans les prochaines décennies ». Une chance pour le pétrole de retrouver ses niveaux d’avant mi-2014.

Selon Amin Nasser (photo), le PDG de Saudi Aramco, la société publique saoudienne du pétrole, la dépendance mondiale au pétrole n’est pas prête de s’estomper, mais celle-ci risque de se heurter à une demande insuffisante si les investissements ne sont pas spontanés. A cela s’ajoute la baisse de plus de moitié des découvertes de pétrole conventionnel depuis les 4 dernières années, a exposé le pétrolier selon des propos rapportés par TSA Algérie.

En dehors de cela, le pronostic du responsable est appuyé par l’évidence selon laquelle, vu la conjoncture actuelle marquée par de trop faibles cours du baril, les compagnies pétrolières rechigneront à investir.

Si le scénario décrit par le chef d’entreprise venait à se concrétiser, on pourrait assister à une émergence du pétrole de schiste car son exploitation coûte moins chère que celle du pétrole conventionnel. Les Etats-Unis pourraient ainsi, rapidement devenir le premier producteur mondial de pétrole de schiste.

Par ailleurs, M. Amin Nasser soutient que la poussée de la demande dans les prochaines décennies favorisera l’augmentation de la capacité de raffinage aux USA et en Asie.
http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... udi-aramco

ET46
~~+
~~+
Messages : 11189
Enregistré le : 10 janv. 2006, 12:32

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#562 Message par ET46 » 28 avr. 2017, 10:42

moinsdewatt a écrit : Si le scénario décrit par le chef d’entreprise venait à se concrétiser, on pourrait assister à une émergence du pétrole de schiste car son exploitation coûte moins chère que celle du pétrole conventionnel. Les Etats-Unis pourraient ainsi, rapidement devenir le premier producteur mondial de pétrole de schiste.
????
J'aurais craché de la même manière sur Staline, lénine, Danton, Mao, Hitler, Allende
Nabu, à propos de Chavez

sequoia
Messages : 256
Enregistré le : 09 févr. 2014, 09:40

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#563 Message par sequoia » 28 avr. 2017, 11:50

Ce serait surprenant pour les gisements saoudiens, mais peut-être pas ailleurs.
Le prix de revient du pétrole de Kashagan (par exemple) devrait être de l'ordre de 60 $/baril, alors que celui du pétrole de schiste a bien baissé au Etats-Unis, en dessous de 50 $/baril, et est encore orienté à la baisse.

guzy1971
-+
-+
Messages : 2289
Enregistré le : 26 août 2010, 11:00

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#564 Message par guzy1971 » 28 avr. 2017, 12:36

Hippopotameuuu a écrit :C'est donc un gros problème si le prix du pétrole n'est plus rémunérateur pour les producteurs, mais en même temps trop cher pour les consommateurs et pour maintenir une économie technologiquement complexe. Comme le TRE est appelé a continuer de décroître de plus en plus, la décroissance et l'effondrement systémique sont incontournable.
Ce fait étant mondial, les politiques nationales des uns ou des autres ne sont que des discutions stériles hors-sol et des gesticulations pour occuper les peuples.
Le niveau actuel du pétrole est-il trop élevé pour les consommateurs ? je demande à voir. Le pétrole étant en premier lieu l'énergie de la mobilité :

- hausse spectaculaire du parc automobile dans les pays émergents
- performance énergtéique accrue des véhicules, qu'ils soient 100% thermique ou hybrides.

Quand le baril passe la barre des 100 $, oui ça devient un problème pour les consommateurs, les niveaux actuels non, même si je suis conscient que le prix à la pompe est une variable très importante dans le budget de beaucoup de nos concitoyens.

ET46
~~+
~~+
Messages : 11189
Enregistré le : 10 janv. 2006, 12:32

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#565 Message par ET46 » 28 avr. 2017, 12:47

sequoia a écrit :Ce serait surprenant pour les gisements saoudiens, mais peut-être pas ailleurs.
Le prix de revient du pétrole de Kashagan (par exemple) devrait être de l'ordre de 60 $/baril, alors que celui du pétrole de schiste a bien baissé au Etats-Unis, en dessous de 50 $/baril, et est encore orienté à la baisse.
J'avais en tête pour le pétrole saoudien un coût d'extraction de moins de 10 USD le baril.
C'est quand même ahurissant que le coût du pétrole de schiste américain puisse se situer en desous de certains gisements conventionnels. Cela est il durable?
J'aurais craché de la même manière sur Staline, lénine, Danton, Mao, Hitler, Allende
Nabu, à propos de Chavez

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 10390
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#566 Message par Hippopotameuuu » 28 avr. 2017, 21:26

ET46 a écrit :J'avais en tête pour le pétrole saoudien un coût d'extraction de moins de 10 USD le baril.
C'est quand même ahurissant que le coût du pétrole de schiste américain puisse se situer en desous de certains gisements conventionnels. Cela est il durable?
Oui et ça va s’amplifier c'est ce qui ce traduit aussi par une baisse constante du TRE. Sequoia site Kashagan, mais les pétroles des champs antésalifères de Lula et de Libra dans le bassin de Santos, c'est encore pire, on parle de coûts de prè de 100 us$/bbl, pareil pour les pétrole lourds du Venezuela ou les bitumes de l'Alberta, même en Iran, le pétrole facile c'est fini.

Dans le même temps on nous dit que les pétroles de roches mères au Etats-Unis, serait dans les meilleurs gisements en dessous de 35 us$/bbl, ils ne sont pas grévés par de coûteux frais de transport et profite de plus de souplesse d'utilisation.

En fait ce qui compte ce n'est pas le coûts d'extraction en Irak ou en Arabie-séoudite, mais c'est le prix de revient du puits marginal.

guzy1971 a écrit :Le niveau actuel du pétrole est-il trop élevé pour les consommateurs ? je demande à voir. Le pétrole étant en premier lieu l'énergie de la mobilité.
Certes pour vous ou moi, ou pour l’essentiel des lecteurs de ce forum, je ne dis pas. De fait nous faisons tous parti des 10% les plus riches de la planète. Mais pour les pauvres des pays pauvres qui gagnent moins de 100 us$ par mois, il en va tout autrement, pour ceux là le pétrole est TRèS cher.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#567 Message par moinsdewatt » 06 mai 2017, 12:47

Jeudi, le pétrole est tombé à son plus bas niveau de l’année

Agence Ecofin 05 Mai 2017

On s’y attendait. Contraint de reculer face à la montée de l’offre globale depuis les deux dernières semaines, le pétrole a atteint le plancher jeudi.

Selon l’AFP, le WTI, référence américaine du brut, a cédé 2,30 dollars à 45,52 dollars à New York sur le contrat pour livraison en juin au New York Mercantile Exchange (Nymex). Le combustible n’avait plus atteint ce niveau depuis le mois de novembre 2016.

Pour les analystes et experts, il urge que les pays membres de l’OPEP et ceux non-OPEP reconduisent l’accord de réduction de l’offre pour rassurer les marchés. « Le marché s'écroule vraiment. Tant que l'on n'aura pas l'annonce d'un accord sur des baisses de production, les investisseurs vont tirer les cours vers le bas.», a expliqué au Figaro, Gene McGillian, analyste chez Tradition Energy, l’un des leaders mondiaux du consulting énergétique.

En attendant le retour de la confiance des investisseurs, des jours sombres attendent le pétrole, au moins jusqu’au 25 mai prochain, à moins qu’un changement majeur ne survienne aux Etats-Unis où la production de schiste ne cesse de grimper.
http://www.agenceecofin.com/trade/0505- ... de-l-annee

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#568 Message par moinsdewatt » 08 mai 2017, 13:15

Cuba signe avec la Russie un accord pour des livraisons de pétrole

Par Caroline PopovicPublié le 06/05/2017

Rosneft, la compagnie pétrolière de l’État Russe a signé un accord avec Cuba pour une première livraison de 250.000 tonnes de pétrole et de diesel. C’est la première fois depuis 20 ans que la Russie exporte du fioul à Cuba. Le premier pétrolier accostera à la Havane le 10 mai 2017.

250.000 tonnes de produits pétroliers raffinés en provenance de la Russie seront livrés à la Havane le 10 mai 2017. Un accord a été signé entre ces deux pays pour une livraison de 250.000 tonnes de pétrole et de diesel. C’est la première fois depuis 20 ans que la Russie exporte du fioul à Cuba. Un pétrolier accostera à la Havane le 10 mai 2017.

Le Vénézuela réduit les livraisons à Cuba
Auparavant, le Venezuela fournissait 70% des besoins pétroliers de Cuba. La crise économique et sociale à Caracas a fortement réduit les livraisons vers la Havane. Elles ont chuté de 40 % depuis 2014. Et les pénuries se font ressentir. Les coupures de courant se multiplient et souvent les stations d’essence sont à sec.

La raffinerie de Cuba est à l'arrêt

La raffinerie de Cienfuegos sur la côte sud de Cuba a cessé son activité à cause du manque de produit brut en provenance du Venezuela. Selon les experts, Cuba a besoin de 22.000 barils de diesel par jour et de 140.000 barils de produits pétroliers.

''Il est évident que Cuba doit diversifier ses contrats d’approvisionnement de pétrole; surtout si l’accord pour les livraisons de pétrole subventionné du Venezuela est interrompu'', explique Jorge Pinon de l’Université du Texas, spécialiste en industrie pétrolière internationale.

D’autres livraisons de pétrole en provenance de Russie sont attendues à Cuba dans les mois à venir. Le contrat global concerne 20 millions de barils, soit une valeur de 105 millions de dollars selon le cours actuel du pétrole brut.
http://la1ere.francetvinfo.fr/martiniqu ... 71171.html

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#569 Message par moinsdewatt » 10 mai 2017, 14:03

Pétrole: Arabie saoudite et Russie prêtes à limiter la production en 2018

Par Claire Fages RFI 8 mai 2017

Face à la rechute des cours du brut, Arabie saoudite et Russie évoquent un accord OPEP- non OPEP qui prolongerait la baisse de production au-delà de 2017.

L’Arabie saoudite et la Russie prêtes à réduire leur production jusqu’à la fin 2017 et même en 2018 : en ce début de semaine les deux géants du pétrole doivent à nouveau rassurer les marchés, avant même la réunion de l’OPEP à Vienne le 25 mai prochain. Il s’agit d’enrayer le nouveau plongeon des prix du baril, repassés sous les 50 dollars en fin de semaine dernière.

Cette rechute des cours est temporaire, affirme le ministre saoudien du Pétrole : c’est la saison de maintenance des raffineries. Mais il y a plus : la Chine inquiète de nouveau, le resserrement du crédit fait chuter les bourses chinoises. D’où d’ailleurs le nouveau plongeon du minerai de fer. Quant aux stocks de pétrole, ils continuent de déborder aux Etats-Unis. Enfin les fonds se mettent à parier à la baisse des prix du pétrole, un mouvement massif qui a accentué le plongeon de la semaine dernière - 10%.

Pour enrayer cette chute, les producteurs de l’OPEP et la Russie n’ont guère que la communication. Pour l’instant la baisse de leur production s’est traduite par un doublement de celle des Etats-Unis, et non par le rééquilibrage souhaité du marché mondial.

Méthode Coué ou pas, le ministre saoudien est convaincu que la demande asiatique, pas seulement en Chine, mais en Inde, au Vietnam, aux Philippines, finira par éponger les stocks mondiaux de brut. Khalid El-Falih s’exprimait d’ailleurs depuis Kuala Lumpur, en Malaisie, où la compagnie saoudienne Aramco investit 7 milliards de dollars dans un complexe pétrochimique, tandis qu’en Indonésie, elle contribue à l’extension d’une méga-raffinerie. Mais en attendant, l’OPEP va devoir modérer sa production plus longtemps que prévu.
http://www.rfi.fr/emission/20170508-pet ... ction-2018

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#570 Message par moinsdewatt » 13 mai 2017, 12:08

alain2908 a écrit :et elle en est où l'Arabie saoudite avec ses problèmes budgétaires ?
voir : viewtopic.php?p=2203972#p2203972

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#571 Message par moinsdewatt » 13 mai 2017, 12:08

Quelles perspectives pour la politique pétrolière américaine ?

Olivier Appert, Ancien président Directeur général d’IFP Énergies nouvelles
Olivier Appert
Président du Conseil Français de l’Énergie

.................
long article à lire ici : http://www.connaissancedesenergies.org/ ... americaine

Image

Image

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#572 Message par moinsdewatt » 15 mai 2017, 10:39

Pétrole: Riyad et Moscou prolonge l’accord de réduction de la production

Par RFI le 15-05-2017

Les deux plus grands producteurs de pétrole, la Russie et l'Arabie saoudite, se sont prononcés ce lundi 15 mai, dans un communiqué commun, en faveur d'une extension de l'accord de réduction de la production jusqu'en mars 2018.

L’annonce intervient après une rencontre à Pékin entre le ministre russe de l'Energie Alexandre Novak et son homologue saoudien Khaled Al-Faleh, et avant une rencontre le 25 mai des Etats membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

« Les deux ministres sont tombés d'accord sur la nécessité, afin de parvenir au but souhaité d'une stabilisation du marché, d'une prolongation des accords (de réduction de la production) pour 9 mois, jusqu'au 31 mars 2018 », ont indiqué les deux ministres dans un communiqué commun.

« Réduire les stocks de pétrole »

Cette mesure doit permettre de « réduire les stocks de pétrole à leur niveau moyen des cinq dernières années et à souligner la détermination des producteurs à assurer la stabilité, la prévisibilité et le développement durable du marché », selon la même source. Moscou et Riyad consulteront les autres pays producteurs de pétrole avant le 25 mai afin de « parvenir à un consensus complet » sur une prolongation pour 9 mois de l'accord de réduction de la production, poursuit le communiqué.

Les pays membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) sont convenus en novembre de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour sur une période de six mois à compter du début du mois de janvier de cette année en vue de soutenir les cours. Cette mesure a été partiellement suivie par des producteurs non membres du cartel, Russie en tête.
http://www.rfi.fr/economie/20170515-pet ... jusqu-2018

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#573 Message par moinsdewatt » 22 mai 2017, 18:39

Le pétrole de la mer du Nord par encore mort :
Le FPSO « Glen Lyon » entre en service au large des Shetland

le 22/05/2017 lemarin.fr

BP a annoncé le 22 mai la mise en production de Quad 204, à l’ouest des îles Shetland. Ce projet a donné lieu à la construction de la plus grande barge de production, stockage et déchargement (FPSO) au monde pouvant fonctionner en conditions difficiles.

Image
Le FPSO « Glen Lyon » peut traiter 130 000 barils par jour de pétrole. (Photo : OMV)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... s-shetland

Je vais peut étre prendre ma retraite avant le pétrole de la mer du Nord alors.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#574 Message par moinsdewatt » 25 mai 2017, 12:41

L'Opep prolonge de neuf mois l'accord sur la production

PUBLIÉ LE 25/05/2017
INFOS REUTERS VIENNE

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé jeudi de prolonger de neuf mois, jusqu'à fin mars 2018, l'accord de réduction de la production de pétrole entré en vigueur le 1er janvier, a dit un délégué du cartel.


L'Opep poursuit ainsi ses efforts de rééquilibrage du marché, le déséquilibre entre l'offre et la demande s'étant traduit par une division par deux du prix du baril en trois ans.

La dizaine de pays non-membres du cartel qui se sont joints à l'accord déjà en vigueur, au premier rang desquels figure la Russie, devraient eux aussi le prolonger.

Une réunion entre pays Opep et pays non-Opep est prévue plus tard dans la journée.

Les mesures de réduction de la production ont permis au cours du brut de repasser la barre des 50 dollars, ce qui a redonné un peu de marges de manoeuvre budgétaire aux pays producteurs, dont bon nombre sont fortement dépendants des revenus pétroliers et ont dû, à l'image de l'Arabie saoudite, puiser dans leurs réserves de change pour combler leur déficit budgétaire.

Entamée à la mi-2014, alors que le baril s'échangeait encore à plus de 100 dollars, la chute des cours - tombés à un moment à moins de 30 dollars en 2016 - a, au-delà des tensions sur les budgets, provoqué de violents remous sociaux dans des pays tels que le Venezuela et le Nigeria.

Vers 10h25 GMT, les cours reculaient de plus de 1%, après avoir fortement augmenté ces dernières semaines dans l'anticipation de la prolongation de l'accord sur la réduction de la production. Le Brent se traitait à 53,15 dollars le baril .
http://www.usinenouvelle.com/article/l- ... on.N545088

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#575 Message par moinsdewatt » 27 mai 2017, 12:12

La Guinée Equatoriale devient le 14e membre de l’OPEP

Agence Ecofin 26 Mai 2017

Jeudi, la Guinée Equatoriale est devenue le 14e membre de l’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et le 6e en provenance d’Afrique. Avec, en 2015, des réserves prouvées estimées à 1,1 milliard de barils de pétrole, c’est désormais le plus petit membre de l’OPEP, en ce qui concerne les réserves de pétrole brut, souligne Kallanish Energy.

Cependant, le Gabon reste le plus petit producteur du groupe avec 200 000 b/j, bien qu’ayant des réserves prouvées de 2 milliards de barils. La Guinée Equatoriale en produit environ 300 000 par jour.

Malabo avait déposé sa candidature pour intégrer le cartel en janvier 2017. Il a notamment reçu le soutien de l’Arabie Saoudite, le plus importateur producteur du groupe. Sa candidature a été validée lors de la 172e réunion générale à Vienne. «Nous sommes heureux d’accueillir la Guinée Equatoriale au sein de l’OPEP », a annoncé Khalid Al-Falih, le ministre saoudien du Pétrole et président de l’OPEP.

L’officiel équato-guinéen avait, à plusieurs reprises, rencontré les responsables du groupe qui l'ont assuré de leur soutien à l’adhésion de son pays. Malabo avait indiqué qu’il souhaite pleinement contribuer aux efforts de réduction de l’offre mondiale pour stabiliser le marché ainsi que son économie lourdement tributaire de la ressource. Un argument qui a sûrement dû peser dans son dossier de candidature.

Selon l’Agence Internationale de l’Energie, la Guinée Equatoriale est le 36e plus gros producteur d’or noir au monde. Le pétrole constitue environ 95% de son PIB.
http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... -de-l-opep

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#576 Message par moinsdewatt » 13 juin 2017, 19:17

Plus de 50 pétroliers VLCC utilisés pour stocker du brut

Publié le 13/06/2017 lemarin.fr

Selon les experts d’Affinity Research, plus de 50 pétroliers de plus de 280 000 tpl (VLCC) sont actuellement utilisés non pas pour transporter mais pour stocker du brut. La plupart sont en Asie pour s’adapter à la baisse du prix du baril.

Image
Le nombre de pétroliers en attente avec du brut à bord est en hausse, notamment au large de Singapour. (Photo : DR°
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... er-du-brut

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#577 Message par moinsdewatt » 14 juin 2017, 12:25

Pétrole: demande record prévue et accélération de la production prévues en 2018

AFP le 14/06/2017

Les pays non-Opep, Etats-Unis en tête, devraient voir la croissance de leur production pétrolière s'accélérer en 2018 à un niveau supérieur à la hausse de la demande mondiale, attendue à un nouveau record, a indiqué l'Agence internationale de l'énergie (AIE) mercredi.

Dans son rapport mensuel sur le pétrole, l'AIE a dit tabler sur une augmentation de 1,5 million de barils par jour (mbj) à 59,7 mbj de la production de ces pays.

A eux seuls, les Etats-Unis produiront plus d'un mbj supplémentaires à 14,1 mbj l'an prochain, le pétrole brut comptant pour plus de trois quarts des volumes.

Cette tendance est susceptible de miner les efforts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de onze pays partenaires n'appartenant pas au cartel pétrolier, dont la Russie, qui se sont engagés à réduire leur production jusqu'en mars 2018 pour diminuer des stocks abondants et soutenir des cours de l'or noir anémiques.

Ces derniers évoluent actuellement entre 45 et 50 dollars le baril, plus de deux fois moins qu'à la mi-2014, avant que ne commencent à peser les effets d'une offre surabondante.

"Sur la base de nos prévisions actuelles pour 2017 et 2018, en intégrant le scénario que les pays de l'Opep continueront de respecter leur accord de production, les stocks pourraient ne pas retomber au niveau désiré avant d'arriver presque au terme de l'accord en mars 2018", a prévenu l'agence énergétique basée à Paris.

Quant à la demande mondiale d'or noir, elle devrait légèrement s'accélérer aussi en 2018, de 1,4 mbj à 99,3 mbj, après une hausse de 1,3 mbj attendue cette année, selon la même source.
http://www.boursorama.com/actualites/pe ... 61fd45c938

Avatar du membre
titano
~~+
~~+
Messages : 8943
Enregistré le : 27 oct. 2013, 19:36
Localisation : Stilwater

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#578 Message par titano » 14 juin 2017, 15:39

moinsdewatt a écrit :
Plus de 50 pétroliers VLCC utilisés pour stocker du brut

Publié le 13/06/2017 lemarin.fr

Selon les experts d’Affinity Research, plus de 50 pétroliers de plus de 280 000 tpl (VLCC) sont actuellement utilisés non pas pour transporter mais pour stocker du brut. La plupart sont en Asie pour s’adapter à la baisse du prix du baril.

Image
Le nombre de pétroliers en attente avec du brut à bord est en hausse, notamment au large de Singapour. (Photo : DR°
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... er-du-brut
50 x 300 000T = 15 000 000 T x 7,6 = 114 000 000 de barils, soit 1.17 jours de consommation mondiale.
ΜΟΛΩΝ ΛΑΒΕ
Shermann a écrit :It's a jungle out there : 978-2412019689
Pooteen président !
Pimono, neron, saturne, Guynemer => /dev/null

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#579 Message par moinsdewatt » 25 juin 2017, 11:27

Les ventes de l' OPEP au même niveau en 2016 qu' en ...... 2004 !
OPEC net oil revenues in 2016 were the lowest since 2004

MAY 19, 2017

Members of the Organization of the Petroleum Exporting Countries (OPEC) earned about $433 billion in net oil export revenues in 2016, the lowest since 2004. In real dollar terms, the 2016 revenue represents a 15% decline from the $509 billion earned in 2015, mainly because of the fall in average annual crude oil prices and, to a lesser extent, because of decreases in OPEC net oil exports.
EIA projects that OPEC net oil export revenues will rise to about $539 billion dollars (nominal) in 2017, based on the forecast of global oil prices and OPEC production levels in EIA's May 2017 Short-Term Energy Outlook (STEO). The expected increase in OPEC's net export earnings is attributed to slightly higher forecast annual crude oil prices in 2017 as well as slightly higher OPEC output during the year.

Image

graph of OPEC net oil export revenues, as explained in the article text
Source: U.S. Energy Information Administration, OPEC Revenues Fact Sheet
https://www.eia.gov/todayinenergy/detail.php?id=31292

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#580 Message par moinsdewatt » 11 juil. 2017, 19:03

Un monde à deux vitesses se dessine dans les hydrocarbures

AFP le 11/07/2017

Les investissements dans l'exploration et la production d'hydrocarbures devraient repartir à la hausse en 2017, mais cela sera essentiellement concentré aux Etats-Unis, dessinant un monde du pétrole "à deux vitesses", selon les prévisions de l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Après une baisse de 50% en deux ans, les investissements dans l'amont pétrolier et gazier devraient "repartir modestement" cette année (+6%), mais ils vont bondir de 53% dans les hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis, anticipe l'AIE dans son rapport annuel sur les investissements dans l'énergie, publié mardi.

C'est un "marché du pétrole à deux vitesses" qui se dessine, a commenté Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE dans une conférence de presse au Congrès mondial du pétrole, qui se tient jusqu'à jeudi à Istanbul.

"La majeure partie des investissements vont dans les schistes américains et ces derniers changent tout le paysage, changent tout simplement les dynamiques industrielles" de tout le secteur du pétrole et du gaz, a-t-il également jugé, dans un entretien à l'AFP.

A l'inverse, au Moyen-Orient, en Russie ou en Afrique, les investissements pourraient croître mais bien plus modestement, selon l'agence qui défend les intérêts des pays consommateurs de pétrole.

Les hydrocarbures de schiste sont au coeur des préoccupations des acteurs du secteur, à la fois pour les opportunités qu'ils offrent, mais aussi parce que leur développement rapide est une des raisons majeures du bas niveau des cours de l'or noir depuis près de trois ans.

En 2014, "on pensait qu'un prix de 70 dollars le baril mettrait les schiste hors du marché, mais aujourd'hui, nous constatons que les schistes sont tout à fait viables à 40 ou 50 dollars", explique Daniel Yergin, vice-président du cabinet IHS Markit.


Aujourd'hui, la production des pétroles de schiste américains a atteint la production entière de l'Irak, a insisté M. Birol.

Les hydrocarbures de schiste, dont les forages sont rapides à développer et très flexibles à opérer en fonction du marché, poussent aussi les compagnies pétrolières à se concentrer sur des projets au temps de développement plus courts, assurant un retour sur investissement plus rapide, note le rapport de l'AIE.

En moyenne, depuis 2014, le temps de développement et la taille des projets onshore sont ainsi passés de 3,5 ans à 2 ans et leur taille de près de 500 millions de barils à moins de 300 millions.

- changement de "mantra" -

Seules les majors continuent de s'engager dans des projets géants et complexes, pour lesquels elles peuvent tirer partie de leur capacité d'investissement et de leur compétence technique.

Mais là encore, les coûts sont un enjeu majeur, quel que soit le projet.

"Nous avons géré nos compagnies selon un seul mantra durant les dix dernières années (...): il fallait du volume: chaque baril, quel que soit son coût, rapportait de l'argent. Maintenant nous changeons pour nous concentrer sur les coûts", a par exemple expliqué à Istanbul Patrick Pouyanné, le PDG de la compagnie française Total.

En plus des contraintes liées aux prix bas de l'or noir, le secteur des hydrocarbures doit affronter la concurrence des autres énergies.

L'an dernier, et pour la première fois, les investissements dans l'électricité ont dépassé ceux dans les énergies fossiles.

Les dépenses y ont été tirées par les dépenses en faveur de l'efficacité énergétique (+9%) et les réseaux électriques (+6%), tandis que les investissements dans les capacités de production ont baissé de 5%, du fait de la baisse des coûts des énergies renouvelables.

Au total, et pour la deuxième année consécutive, les investissements mondiaux dans l'énergie, tous secteurs confondus, ont baissé l'an dernier à 1.700 milliards de dollars (-12%).
http://www.boursorama.com/actualites/un ... 4366e5b915

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#581 Message par moinsdewatt » 14 juil. 2017, 16:19

Pétrole: l'AIE relève sa prévision

Par Le Figaro.fr avec AFP le 13/07/2017

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a relevé légèrement jeudi sa prévision de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2017 après un rebond de la consommation au deuxième trimestre.
L'agence prévoit que la demande mondiale augmente de 1,4 million de barils par jour (soit +1,5% ou encore +0,1 mbj comparé à son estimation précédente) pour atteindre 98 millions de barils par jour en 2017. L'AIE anticipe la même croissance de 1,4 mbj pour 2018 avec une demande mondiale devant s'élever à 99,4 mbj.
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2017/0 ... vision.php

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#582 Message par moinsdewatt » 29 juil. 2017, 14:06

Pétrole : les producteurs américains lèvent le pied

ANNE FEITZ Les Echos Le 27/07/2017

Selon la société de services Halliburton, les compagnies ­appuient sur le frein.
Anadarko et Hess ont déjà annoncé une réduction des investissements prévus.


L'espoir de la filière parapétrolière aura été de courte durée. A défaut de décisions d'investissement dans les grands projets, les sociétés de services du secteur misaient sur le rebond de l'activité dans le pétrole de schiste américain pour se refaire une santé. Or, la croissance spectaculaire des forages dans ce domaine commence à marquer le pas et les commentaires formulés lors de la publication des premiers résultats semestriels aux Etats-Unis laissent entrevoir des perspectives nettement moins ensoleillées.

« Les clients appuient sur le frein », a ainsi commenté, lundi, Dave Lesar, président exécutif d' Halliburton, l'un des grands parapétroliers américains. « Et ce freinage, on le sent partout en Amérique du Nord ». De fait, Anadarko, premier des producteurs de pétrole de schiste à publier ses résultats, a annoncé mardi qu'il allait réduire les dépenses prévues cette année de 300 millions de dollars (pour les ramener dans la fourchette 4,2-4,4 milliards). De même Hess, qui a annoncé mercredi une perte nette au deuxième trimestre, va réduire ses investissements de 100 millions de dollars par rapport à son budget de l'année.

Pénurie de main-d'oeuvre

Alors que l'activité pétrolière aux Etats-Unis avait traversé une sévère crise avec la chute du prix du baril, tombé à moins de 30 dollars début 2016, son rebond au début de 2017 avait provoqué une nouvelle ruée vers l'or noir, notamment dans le bassin texan du Permian. Le nombre de plates-formes de forage actives (qui forent les nouveaux puits de production) est alors remonté à vive allure, à 950, après être tombé à 404 en mai 2016. De quoi doper les revenus des sociétés de services : Schlumberger a annoncé une croissance de 27 % en Amérique du Nord au deuxième trimestre.

Leur activité pourrait donc nettement ralentir sur la deuxième moitié de l'année. Le nombre de platesformes de forage a cessé de progresser depuis deux semaines - il a même reculé la semaine dernière. Les fluctuations des cours du baril, qui peinent à se maintenir au-delà de 50 dollars, comme les compagnies l'espéraient, les conduisent à lever le pied sur leurs investissements. Mais la pénurie d'équipements et surtout de main-d'oeuvre ralentit aussi leurs plans. « Il faut maintenant trois mois pour obtenir une équipe de "fracking" [la fracturation hydraulique, qui déclenche la production], c'était quelques jours il y a six mois », explique Alexandre Andlauer, analyste chez AlphaValue. Corollaire, les prix des services augmentent, renchérissant les coûts de production et amputant les résultats des compagnies. La publication des résultats des autres grands producteurs de pétrole de schiste (comme EOG, Pioneer, ou Marathon), montrera si la tendance se confirme.

Ce ralentissement de l'activité de forage ne devait toutefois pas, selon le spécialiste, se traduire tout de suite par une baisse de la production. Car de nombreux puits, déjà forés, vont maintenant être « frackés » et entrer en production : il table toujours sur une croissance de 1,2 million de barils par jour aux Etats-Unis, entre décembre 2016 et décembre 2017.
https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... 104535.php

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#583 Message par moinsdewatt » 30 août 2017, 20:45

je réponds sur cette file plus adaptée.
Hippopotameuuu a écrit :
Pi-r2 a écrit :une citation peut être ? Moi je vois un prix de vente du brut à 50$/b et aucun prix de revient à 100 sur les zolis graphes.
50 us$ c'est le prix spot pour du Brent, soit la meilleur qualité, au prix le plus favorable, rendu raffinerie du golfe du Mexique.

Le shale oil et grévé de deux décotes, une pour le transport par camion ou train le plus souvent, depuis les lieux de productions.
L'autre décote concerne la qualité des pétroles de roche maire de moins bonne qualité que les pétroles conventionnels.
De plus les pétroles non conventionnels sont plus cher a produire que les pétrole du M-O.

Le pétrole de schiste us est une bulle en forme de Ponzi, vous ne croyez pas que le mécanisme de tonte des mougeons investisseurs va s’étaler dans la presse au grand jour, il faut lire entre les lignes, mais vous verrez plus clair quand la bulle des schistes éclatera au grand jour. :wink:
Pour ce que j'ai mis en gras :

Je n'y crois pas.
Dés que le pétrole remonte de quelques $ le baril les shale Oil rouvrent les vannes aux USA et la production remonte.
Vous n' avez toujours pas intégré dans votre tête la baisse des couts de production suite aux compressions drastiques des couts de personnels et l' évolution technologique des 2 derniéres années dans les shale Oil.
D'ailleurs il y a eu des faillites des compagnies les plus fragiles (et leurs investisseurs ont perdu du pognon).

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 10390
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#584 Message par Hippopotameuuu » 30 août 2017, 21:20

moinsdewatt a écrit :Je n'y crois pas.
Dés que le pétrole remonte de quelques $ le baril les shale Oil rouvrent les vannes aux USA et la production remonte.
Vous n' avez toujours pas intégré dans votre tête la baisse des couts de production suite aux compressions drastiques des couts de personnels et l' évolution technologique des 2 derniéres années dans les shale Oil.
D'ailleurs il y a eu des faillites des compagnies les plus fragiles (et leurs investisseurs ont perdu du pognon).
Pas très clair tout ça : que le prix du pétrole remonte les producteurs rouvrent les vannes aux USA et la production remonte. Et dans le même temps des compagnies font faillite et leurs investisseurs ont perdu du pognon.
:?: :?: :?:
Mais pourriez vous lister ces évolutions technologiques miraculeuses des 2 dernières années dans les shale Oil ?

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#585 Message par moinsdewatt » 30 août 2017, 22:59

Je voulais dire que les compagnies les plus fragiles ont fait faillite car n' ont pas su s'adapter à la nécessité de rendre le cout de production plus bas pour arriver quand méme à vendre du pétrole sur les marchés.
Ce qui veux dire que les banques ne les ont pas suivi indéfiniment dans ce que certains appelent le Ponzi des Oil shales.
Je pense que la situation maintenant est relativement assainie.

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 10390
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#586 Message par Hippopotameuuu » 30 août 2017, 23:46

moinsdewatt a écrit :Je pense que la situation maintenant est relativement assainie.
Très bien, c'est donc une opinion personnelle.

Pour respectable qu'elle soit, je pense le contraire, en matière de faillite de sociétés zombies, dans le pétrole ou autre, on a encore rien vu. Que les taux directeurs des BC remontent de 5 %, alors là, là on va voir qui gagne vraiment de l'argent dans des activités rentable, et qui boulotte le pognon à pertes.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#587 Message par moinsdewatt » 31 août 2017, 00:02

Hippopotameuuu a écrit :
moinsdewatt a écrit :Je pense que la situation maintenant est relativement assainie.
Très bien, c'est donc une opinion personnelle.

Pour respectable qu'elle soit, je pense le contraire, en matière de faillite de sociétés zombies, dans le pétrole ou autre, on a encore rien vu. Que les taux directeurs des BC remontent de 5 %, alors là, là on va voir qui gagne vraiment de l'argent dans des activités rentable, et qui boulotte le pognon à pertes.
Si les les taux directeurs des BC remontent de 5 %, il y aura dans pleins d'autres secteurs de grosses surprises et de grosses faillites ......
Pas seulement dans l' Oil Shale.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#588 Message par moinsdewatt » 06 sept. 2017, 12:36

Ce que N Hulot veux interdire aprés 2040 :
Que représente la production d'hydrocarbures, en France ?

Par Hayat Gazzane Le Figaro le 06/09/2017

Depuis les années 2000, la production locale d'hydrocarbures s'effondre en France. Et le projet de loi présenté mercredi par le ministre de l'Ecologie, Nicolas Hulot, devrait encore accentuer cette dynamique. Le Figaro fait le point.

Exit la production d'hydrocarbures en France. Le ministre de l'Ecologie présente ce mercredi un projet de loi pour en finir avec la production de cette énergie fossile, gravant ainsi dans le marbre une promesse de campagne du président Emmanuel Macron. En janvier 2016, lors d'un débat parlementaire, Ségolène Royal avait déjà indiqué son souhait de refuser systématiquement les demandes de permis d'exploration. Pourtant, la ministre de l'Ecologie a prolongé, en mai 2017, un permis de recherche, revenant ainsi sur ses déclarations d'intention. Nicolas Hulot souhaite ainsi aller plus loin et stopper la production d'hydrocarbures en France, qui reste toutefois très modeste. Le Figaro fait le point.

• Combien de permis d'exploitation la France compte-elle?

Depuis le 1er janvier 2016, les permis de recherche d'hydrocarbures conventionnels sont accordés par arrêté ministériel. Ce permis fournit à une entreprise le droit exclusif d'explorer les hydrocarbures à l'intérieur d'un certain périmètre. Il est attribué pour une période de 5 ans et peut être prolongé à deux reprises, chaque fois de cinq ans au plus.

Le permis de recherche est à distinguer du permis d'exploitation. Pour obtenir ce dernier, l'entreprise doit en effet déposer une nouvelle demande. C'est seulement si elle obtient le précieux sésame qu'elle pourra exploiter les hydrocarbures trouvés dans le périmètre défini par son permis de recherche. On parle alors de concession. Une concession est habituellement accordée par l'État pour une période de 25 ou 50 ans et peut être renouvelée plusieurs fois pour 25 ans au plus chaque fois. Ainsi, à ce jour, le pays compte 63 concessions en cours de validités concentrées dans les bassins parisien et aquitain. Le plus gros producteur est le canadien Vermilion, qui a racheté des champs à Esso et Total.

À noter que ces permis ne concernent que les hydrocarbures conventionnels. Depuis la loi du 13 juillet 2011, la fracturation hydraulique pour la recherche et l'exploitation d'hydrocarbures de schiste, est strictement interdite.

Image
En bleu les zones de recherches d'hydrocarbures et en vert les zones d'exploitations d'hydrocarbures Data.gouv.fr

• Quelle est la production française de pétrole?

Le pays produit environ 815.000 tonnes de pétrole par an. Cela ne correspond qu'à un modeste 1% de la consommation nationale: le pays importe massivement son pétrole (dont la première utilisation est le transport) et son gaz (utilisé notamment pour le chauffage). Le seul gisement d'importance en France a fermé: il s'agissait de celui de gaz à Lacq (Pyrénées-Atlantiques), découvert dans les années 50 et exploité jusqu'à il y a quelques années. En revanche, les compagnies pétrolières avaient ces dernières années porté leurs espoirs sur l'outre-mer, et notamment la Guyane.

«Les deux tiers de la production de pétrole sont assurés par dix gisements dont la production unitaire est supérieure à 20.000 tonnes. Parmi ceux-ci, quatre concentrent près de 40% de la production nationale: Parentis et Cazaux en Aquitaine, Champotran et Itteville dans le bassin parisien», précise le ministère dans un rapport publié à l'été 2015.

Image

• Quel est le poids économique de cette filière?

D'après les derniers rapports, la filière a permis de générer en 2014 un chiffre d'affaires de l'ordre de 330 millions d'euros et des retombées fiscales de plus de 55 millions d'euros. «La production d'hydrocarbures sur notre territoire contribue à limiter notre dépendance énergétique tout en étant également source d'activité économique et d'emplois», assurent les auteurs du rapport publié par le ministère en août 2015. Le refus systématique des nouveaux permis de recherche risque donc d'accélérer la chute de cette activité.
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017 ... france.php

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#589 Message par moinsdewatt » 07 sept. 2017, 11:08

Voila qui va bien enmerder les tazus :
China Readies Yuan-Priced Crude Oil Benchmark Backed By Gold

By Tsvetana Paraskova - Sep 01, 2017

The world’s top oil importer, China, is preparing to launch a crude oil futures contract denominated in Chinese yuan and convertible into gold, potentially creating the most important Asian oil benchmark and allowing oil exporters to bypass U.S.-dollar denominated benchmarks by trading in yuan, Nikkei Asian Review reports.

The crude oil futures will be the first commodity contract in China open to foreign investment funds, trading houses, and oil firms. The circumvention of U.S. dollar trade could allow oil exporters such as Russia and Iran, for example, to bypass U.S. sanctions by trading in yuan, according to Nikkei Asian Review. To make the yuan-denominated contract more attractive, China plans the yuan to be fully convertible in gold on the Shanghai and Hong Kong exchanges.

Last month, the Shanghai Futures Exchange and its subsidiary Shanghai International Energy Exchange, INE, successfully completed four tests in production environment for the crude oil futures, and the exchange continues with preparatory works for the listing of crude oil futures, aiming for the launch by the end of this year. ?

“The rules of the global oil game may begin to change enormously,” Luke Gromen, founder of U.S.-based macroeconomic research company FFTT, told Nikkei Asia Review.

The yuan-denominated futures contract has been in the works for years, and after several delays, it looks like it may be launched this year. Some potential foreign traders have been worried that the contract would be priced in yuan.

But according to analysts who spoke to Nikkei Asian Review, backing the yuan-priced futures with gold would be appealing to oil exporters, especially to those that would rather avoid U.S. dollars in trade.

“It is a mechanism which is likely to appeal to oil producers that prefer to avoid using dollars, and are not ready to accept that being paid in yuan for oil sales to China is a good idea either,” Alasdair Macleod, head of research at Goldmoney, told Nikkei.

By Tsvetana Paraskova for Oilprice.com
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... -Gold.html

pour les non Angliciste, lire chez Olivier Demeulenaere
https://olivierdemeulenaere.wordpress.c ... /#comments

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 10390
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#590 Message par Hippopotameuuu » 11 sept. 2017, 05:47

...Mais le plus récent signe de problèmes provient du Wall Street Journal, qui vient de signaler que plus de producteurs de pétrole évitent le forage dans le schiste et utilisent leur faibles réserves financière pour réinvestir dans les anciens puits conventionnels. « À mesure que les prix du brut diminuent à moins de 50 $ le baril, avec des coûts croissants pour la terre, le travail et l’infrastructure, certaines opérations de fracturation dans le schiste commencent à être chères », a déclaré le WSJ.

Le WSJ dit que, bien que Wall Street ait arrosé l’IPC avec des milliards de dollars de capital, et bien que cela ait entraîné une poussée de la production pétrolière, les producteurs dans le schiste dans l’ensemble ne sont toujours pas rentables. Aux prix actuels, le WSJ dit: « la plupart des producteurs perdent de l’argent sur chaque baril qu’ils pompent »....

Une partie du problème pour l’IPC aux États-Unis est qu’elle montre des symptômes semblables à ceux des bulles financières....
http://lesakerfrancophone.fr/le-dernier ... etats-unis

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#591 Message par moinsdewatt » 11 sept. 2017, 11:27

et pour le moment pas trop de changement dans le nombre de nouveaux forages aux USA.
Baker Hughes Rig Count Climbs by 1 Despite Oil Production Drop
Despite a 800,000 barrel-per-day production decrease in the U.S. last week, U.S. producers netted a one-rig increase, and analysts expect more rigs to come back online as energy prices soar over the next few months due to Hurricane Harvey disruptions.

Tom Terrarosa Follow Sep 8, 2017

U.S. oil and gas producers added one drilling rig last week, according to Baker Hughes (BHGE) , bringing the Houston oilfield services provider's total count to 944.

Baker Hughes data showed the oil rig count decreased by three week over week to 756, while the natural gas rig count grew by four to 187.

Meanwhile, the U.S. offshore rig count is flat week over week and down two year over year.
..........................
https://www.thestreet.com/story/1429876 ... -drop.html

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#592 Message par moinsdewatt » 16 sept. 2017, 13:39

Après trois ans de découvertes effrénées, le Sénégal se dote d’un ministère du pétrole

Agence Ecofin 11 sept 2017

Alors que les nouvelles découvertes de pétrole et de gaz sont prévues pour donner un coup de pouce à l’économie sénégalaise, le pays vient de se doter d’un ministère en charge du pétrole. La création de ce nouveau département survient dans le cadre de la mise en place d’une nouvelle équipe gouvernementale de 39 ministères, au terme des élections législatives.

Dénommé ministère du pétrole et des énergies renouvelables, le département de tutelle du secteur sera conduit par Mansour Elimane Kane (photo), précédemment ministre des infrastructures et des transports terrestres depuis 2014.

Ce changement de Cap traduit aussi la volonté du président Macky Sall de bâtir une économie solide à partir des vastes ressources de pétrole et de gaz naturel dont regorge l’offshore du Sénégal et d'instaurer une bonne gestion de ces ressources.

Expliquant l'opportunité de la création de ce département, Mahammed Boun Abdallah Dionne, le premier ministre reconduit, a déclaré que « le Sénégal se prépare à une économie du pétrole et du gaz avec, à partir de 2021, l’exportation d’hydrocarbures », rapporte la presse locale.
http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... du-petrole

Avatar du membre
Toine
Messages : 703
Enregistré le : 25 janv. 2010, 16:57

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#593 Message par Toine » 26 sept. 2017, 10:22

Titre : Le pétrole au plus haut depuis deux ans
Date : 26/09/2017
https://www.lesechos.fr/finance-marches ... 117177.php
Le brent se rapproche des 60 dollars. Les cours sont tirés par les tensions au Kurdistan irakien.
Le vote kurde a provoqué la colère de la Turquie, pays stratégique pour le brut : le seul accès aux marchés internationaux passe en effet par son port de Ceyhan. Ankara a menacé de fermer les vannes du pipeline dont la capacité s'élève à pas moins de 700.000 barils par jour. Les exportations kurdes jusqu'à présent se sont élevées en moyenne à 590.000 b/j, rappelle la banque ING.
Menaces sur l'offre
Certains analystes pensent même que la tendance pourrait s'inverser. Selon Citigroup, dès 2018, le marché pourrait être sous tension en raison des faibles investissements en explorations en développement.
Le géant du négoce Trafigura va plus loin. Il estime que d'ici à 2019, le monde pourrait connaître une pénurie de pétrole. L'offre d'or noir pourrait diminuer de 9 millions de barils par jour sur fond de déclin du nombre de puits, a averti le trader.
Serait-il temps de se placer sur les parapétrolières qui ont étés massacrés depuis mi-2014 ?

Avatar du membre
davivd
~~+
~~+
Messages : 7283
Enregistré le : 05 oct. 2007, 15:24

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#594 Message par davivd » 26 sept. 2017, 12:18

Si le pétrole tape les 100$, il sera surtout temps de passer liquide....
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#595 Message par moinsdewatt » 01 oct. 2017, 13:09

Courbe de production de pétrole Russe des 10 derniéres années (courbe verte) :

Image

http://marketrealist.com/2017/09/russia ... -year-low/

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#596 Message par moinsdewatt » 16 oct. 2017, 12:12

L'Arabie contrainte à réduire de nouveau sa production de pétrole

AFP le 16/10/2017

Confrontée à des difficultés économiques en raison de la baisse des cours du brut, l'Arabie saoudite se prépare à de nouvelles réductions de sa production avant la vente de parts du géant pétrolier Aramco, selon des analystes.

Ces réductions visent, selon des analystes, à rééquilibrer le marché après la perte de centaines de milliards de dollars de revenus par ce poids lourd de l'Opep, qui affiche d'énormes déficits budgétaires depuis l'effondrement des cours du pétrole en 2014.

L'un des facteurs qui influencent la nouvelle politique du royaume saoudien, premier exportateur mondial de brut, est la vente prévue de 5% des parts d'Aramco via une introduction en Bourse en 2018.

Cette introduction, présentée comme la plus importante de l'histoire, fait partie d'un vaste programme de réformes visant à réduire la dépendance du royaume à l'égard du pétrole.

Une hausse potentielle des prix du pétrole d'ici là devrait valoriser les actions d'Aramco, même si le niveau de cette valorisation divise les analystes.

Pour Jean-François Seznec, expert associé à l'Atlantic Council's Global Energy Center, la hausse des prix sera probablement marginale mais pourrait faire grimper la valeur d'Aramco.

"Le marché ne fixera pas le prix des actions sur la base de fluctuations à court terme, mais plutôt sur la base d'anticipations à long terme", souligne-t-il.

La semaine dernière, l'Arabie saoudite a annoncé qu'elle réduirait sa production de 560.000 barils par jour à partir de novembre, la plus forte baisse depuis l'accord historique entre pays membres et non-membres de l'Opep pour réduire la production de 1,8 million de barils par jour.

L'accord, conclu en novembre 2016, est intervenu deux ans après que l'Arabie saoudite a défendu sa stratégie initiale de conserver ses parts de marché coûte que coûte.

"Sans cette réduction (décidée en 2016), les prix auraient pu être aujourd'hui inférieurs à 30 dollars par baril", a affirmé Ibrahim Muhanna, conseiller de l'ex-ministre saoudien du Pétrole Ali al-Naïmi.

"L'Opep, grâce à son alliance avec des producteurs clés non-membres de l'Opep, a récemment créé un nouveau paradigme pour la gestion des marchés", a-t-il déclaré lors d'une conférence de l'Arab Gulf States Institute à Washington le mois dernier.

L'Arabie saoudite, membre du G20, est la première économie du monde arabe. Elle est soumise à une pression budgétaire extrême depuis l'effondrement du marché pétrolier, avec des déficits de 200 milliards de dollars ces trois dernières années, des prélèvements de 245 milliards de dollars dans ses réserves et un recours à des emprunts internationaux.

Le royaume a également annoncé des hausses de prix, imposé des taxes aux expatriés et il se prépare à introduire la TVA en 2018.

- "morte et enterrée" -

Les prix du pétrole, et par ricochet les revenus, ont augmenté après l'accord Opep/non-Opep qui a duré six mois et a été prolongé de neuf mois jusqu'en mars.

L'Arabie et ses partenaires espèrent maintenant le reconduire encore et sont prêts à des réductions encore plus importantes, oubliant la politique de défense des parts de marché.

"La protection des parts de marché ne fonctionne pas vraiment", estime M. Seznec. "Les Saoudiens cherchent maintenant (...) un arrangement avec la Russie pour avoir un certain contrôle sur les prix", dit-il à l'AFP.

Les exportations saoudiennes envisagées de 7,2 millions de barils par jour en novembre seraient les plus basses en cinq ans et la preuve d'une renonciation à la politique des parts de marché.

"Cette politique est morte et enterrée", affirme à l'AFP Kamel al-Harami, spécialiste koweïtien du pétrole. "Nous assistons aujourd'hui à une nouvelle ère basée sur une nouvelle relation entre l'Opep et les non-membres de l'Opep articulée autour d'une entente saoudo-russe".

Selon des analystes, Ryad table sur un prix d'environ 60 dollars le baril. "Nous pourrions atteindre 60 dollars le baril avant la fin de cette année ou le début de l'année prochaine", a déclaré M. Muhanna.

Les prix ont enregistré des gains ces dernières semaines, dépassant les 56 dollars le baril, largement au-dessus du niveau de début 2017.

Des analystes affirment que les réductions ont réussi à rééquilibrer le marché et M. Harami prédit une pénurie d'ici fin 2018 ou début 2019.

Elle serait causée en partie par la baisse des investissements pour développer la production. Selon cet analyste, quelque 1.000 milliards de dollars n'ont pas été injectés ces trois dernières années dans ce secteur.
http://www.boursorama.com/actualites/l- ... 6a85a9ef71

Avatar du membre
Hippopotameuuu
Modérateur
Modérateur
Messages : 10390
Enregistré le : 24 août 2011, 20:31

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#597 Message par Hippopotameuuu » 16 oct. 2017, 13:03

moinsdewatt a écrit :
L'Arabie contrainte à réduire de nouveau sa production de pétrole
Alors ça y est, Ghawar est en déplétion ?... Alors cette fois c'est bien la fin de notre mode de vie "Non négociable"... :D

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 36501
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#598 Message par Gpzzzz » 27 oct. 2017, 21:01

Le Brent vient de repasser au dessus des 60$ !!

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#599 Message par moinsdewatt » 28 oct. 2017, 12:15

ExxonMobil et Chevron en route vers leur meilleure année depuis 2014

AFP parue le 27 oct. 2017

ExxonMobil et Chevron ont annoncé vendredi de gros profits trimestriels, suggérant qu'ils sont en voie pour enregistrer leur meilleure année après deux ans à se serrer la ceinture face au plongeon des prix du pétrole.

Leurs profits ont augmenté à une vitesse effrénée dans le sillage du rebond des prix du baril du pétrole, qui s'est vendu en moyenne à 48,16 dollars à New York lors des trois derniers mois, en hausse de 6,7% sur un an. Ils ont flambé d'environ 50% au troisième trimestre, ExxonMobil enregistrant un bénéfice net de 3,97 milliard de dollars et Chevron un gain de 1,95 milliard.
...................
https://www.connaissancedesenergies.org ... 014-171027

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 14495
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Consommation de pétrole à travers le monde

#600 Message par moinsdewatt » 31 oct. 2017, 14:40

Pétrole: le prix du baril franchit les 60 dollars, le marché se tend

Par Claire Fages RFI31 octobre 2017

Depuis vendredi 27 octobre 2017, le baril de Brent a franchi le seuil des 60 dollars, pour la première fois depuis près de deux ans et demi. Le marché pétrolier a changé de structure.

Le baril vaut à nouveau plus de 60 dollars. Un seuil psychologique a été franchi sur les marchés pétroliers, et il s'est confirmé deux séances d'affilée, contrairement aux épisodes de hausse précédents. On est en train de passer d'un marché pétrolier excédentaire à un marché qui se tend. La courbe des prix ne dit pas autre chose, elle vient de s'inverser : jusqu'à présent le pétrole disponible immédiatement valait moins cher que celui qui était livré plus tard, ce qui encourageait à stocker.

Désormais, le pétrole disponible de suite est le mieux valorisé, ce qui va dégonfler les stocks, l'objectif précisément de l'OPEP et de ses alliés hors-OPEP.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et la Russie sont en train de gagner leur pari. Les déclarations officielles de ces pays ont d'ailleurs alimenté la hausse des prix actuelle tout au long des dernières semaines, jusqu'à l'engagement réitéré la semaine dernière du prince héritier saoudien sur la poursuite de l'effort de réduction de l'offre pétrolière OPEP-non-OPEP au-delà du printemps prochain, probablement neuf mois supplémentaires. Le mystère est levé sur la teneur du prochain sommet de l'organisation à Vienne, dans un mois.

Les marchés pétroliers sont rassurés, ils rachètent du pétrole. Y compris les fonds d'investissement spéculatifs, qui sont massivement de retour. Ils observent le contexte de reprise mondiale, et la hausse de consommation de pétrole plus rapide que l'augmentation de l'offre de brut. Car les Etats-Unis ralentissent depuis peu le rythme des nouveaux forages, les compagnies obéissant aux exigences de dividendes de leurs actionnaires.

Les perturbations des exportations au nord de l'Irak ont également joué un rôle dans l'accélération de la hausse des prix du pétrole, sans les faire retomber lorsque Bagdad a accru ses capacités d'exporter par le sud.

Un signe de plus que le retournement profond du marché pétrolier est davantage à l'œuvre que la géopolitique dans le regain des cours.

http://www.rfi.fr/emission/20171031-pet ... arche-tend