Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chômage

Discussions et revue de presse sur des thèmes ne relevant ni de la politique ni de l'économie et des finances: technologies, emploi, écologie, transport, sport...
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 18404
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chômage

#1 Message par EmileZola » 23 févr. 2015, 10:54

21 février 2015
Le diplôme d’ingénieur : la meilleure protection contre le chômage ?
Alors que la saison de l'orientation bat son plein, il n'est pas inutile de rappeler quelques certitudes au sujet du diplôme et du métier d'ingénieur. L'un et l'autre offrent en effet, sur le marché de l'emploi, un certain nombre d'atouts que beaucoup d'autres filières pourraient leur envier. A l'exception de quelques métiers "de niche", très recherchés et en tension, peu de formations offrent une aussi bonne protection contre le chômage. Autant d'éléments à prendre en compte pour ceux qui hésitent au moment de choisir leur voie.
A lire ici :
http://focuscampus.blog.lemonde.fr/2015 ... e-chomage/
"Bisexuality immediately doubles your chances for a date on Saturday night."
Woody Allen

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18273
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#2 Message par wasabi » 23 févr. 2015, 11:09

encore de la propagande crasse. Ces articles réguliers sont là pour maintenir la pression sur la demande d'emploi d'ingénieur pour pouvoir offrir des conditions sans cesse moindre, en réalité c'est le contraire qu'on observe, des ingénieurs il y en a trop en France, beaucoup exercent des emplois que l'on aurait qualifiés il y a quelques années de "technicien superieur" et cette formation n'est pas du tout recherchée à l'étranger -sauf niche- car elle n'est pas visible dans un système international à l'anglophone, les gens s'expatrient pour ensuite souvent être sous employés.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 18404
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#3 Message par EmileZola » 23 févr. 2015, 11:10

Réaction typique de celui qui n'est pas ingénieur... :mrgreen:
"Bisexuality immediately doubles your chances for a date on Saturday night."
Woody Allen

Avatar du membre
Suricate
Modérateur
Modérateur
Messages : 12820
Enregistré le : 24 août 2011, 15:12

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#4 Message par Suricate » 23 févr. 2015, 11:13

On a récemment embauché 2 ingénieurs informatique.

Ils sont payés au même niveau que la Secrétaire de Direction qui a 5 ans d'expérience.

Coté positif : ils ont du boulot.

Avatar du membre
Groumf
Messages : 1524
Enregistré le : 20 sept. 2007, 12:16
Localisation : Diffuse

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#5 Message par Groumf » 23 févr. 2015, 11:23

Suricate a écrit :On a récemment embauché 2 ingénieurs informatique.
Ils sont payés au même niveau que la Secrétaire de Direction qui a 5 ans d'expérience.
Coté positif : ils ont du boulot.
Oui, ingé aujourd'hui ca garantit qu'on gagnera la competition contre un technicien... pour un poste de technicien.
On fabrique de l'ingé à foison, même les vieilles ecoles ont doublé, quadruplé leurs promotions en 30 ans, mais les debouchés ne se sont pas élargis eux.
Alors les ingés remplacent progressivement les techniciens, les vendeurs, les acheteurs, les logisticiens...

Avatar du membre
zaz.1
~~+
~~+
Messages : 6526
Enregistré le : 30 nov. 2010, 16:33

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#6 Message par zaz.1 » 23 févr. 2015, 11:33

Groumf a écrit :
Suricate a écrit :On a récemment embauché 2 ingénieurs informatique.
Ils sont payés au même niveau que la Secrétaire de Direction qui a 5 ans d'expérience.
Coté positif : ils ont du boulot.
Oui, ingé aujourd'hui ca garantit qu'on gagnera la competition contre un technicien... pour un poste de technicien.
On fabrique de l'ingé à foison, même les vieilles ecoles ont doublé, quadruplé leurs promotions en 30 ans, mais les debouchés ne se sont pas élargis eux.
Alors les ingés remplacent progressivement les techniciens, les vendeurs, les acheteurs, les logisticiens...
En même temps, l'article parle de protection contre le chômage. Pas garantie d'un job intéressant pour un ingénieur.

Avatar du membre
Pi-r2
Modérateur
Modérateur
Messages : 32972
Enregistré le : 08 juil. 2005, 19:31

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#7 Message par Pi-r2 » 23 févr. 2015, 11:49

zaz.1 a écrit : En même temps, l'article parle de protection contre le chômage. Pas garantie d'un job intéressant pour un ingénieur.
+1
c'est bien le problème.
Effectivement, on s'anglicise tranquillement, les ingénieurs sont relégués au rôle qu'ils ont chez les ricains, des super techos.
Les mecs qui doivent dessiner 8 lignes bleues transparentes qui se coupent toutes à angle droit...
Les bonnes idées triomphent toujours. D'ailleurs c'est à cela qu'on reconnait qu'elles étaient bonnes.
mon statut de modérateur ne m'interdit pas de participer aux discussions. Je ne modère pas les discussions auxquelles je participe.

Avatar du membre
zaz.1
~~+
~~+
Messages : 6526
Enregistré le : 30 nov. 2010, 16:33

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#8 Message par zaz.1 » 23 févr. 2015, 12:01

Pi-r2 a écrit :
zaz.1 a écrit : En même temps, l'article parle de protection contre le chômage. Pas garantie d'un job intéressant pour un ingénieur.
+1
c'est bien le problème.
Effectivement, on s'anglicise tranquillement, les ingénieurs sont relégués au rôle qu'ils ont chez les ricains, des super techos.
Les mecs qui doivent dessiner 8 lignes bleues transparentes qui se coupent toutes à angle droit...
:D Tu as la vidéo ? Je l'ai perdue. Edit : trouvée : http://www.koreus.com/video/the-expert.html C'est fantastique.
Par contre chez les ricains il me semble qu'ils sont payés assez cher pour faire ça.

JiBéPé
Messages : 1625
Enregistré le : 21 mars 2014, 13:23

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#9 Message par JiBéPé » 23 févr. 2015, 12:10

C'est exactement ça : ingé en France te garantit presque de pas être chômage, et dans le même temps, hors très grandes écoles, te garantit que tu vas être exploité à bosser comme un *** dans des conditions médiocres pour un salaire moyen, sauf à faire du chantage au salaire tous les ans et à changer de boite régulièrement. Même bosser comme un fou ne rapporte pas grand chose tellement c'est considéré comme normal, parce que tu comprends "tu as des responsabilités et tu devrais en être content"...
C'est mon cas aujourd'hui, 42k€ brut avec presque 10 ans d'expérience en sortant d'une ENSI en bossant à Paris dans une boite qui, théoriquement, va bien.
Les assistantes de direction ou de service avec 10 ans d'exp gagnent dans les 1,8 à 2k€ net par mois, soit environ 30% de moins, en faisant environ 30% d'heures en moins (et elles ont bien raison). Bref, aucune valeur ajoutée au diplôme, à part ne pas avoir peur d'être au chomdu et le droit de bosser comme un *** 10-11h/j + le week-end régulièrement sans toucher une part raisonnable de ce qu'on rapporte réellement à la boite.
Je conseillerais pas à un jeune aujourd'hui de faire la même formation que moi. :evil:

Avatar du membre
Pi-r2
Modérateur
Modérateur
Messages : 32972
Enregistré le : 08 juil. 2005, 19:31

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#10 Message par Pi-r2 » 23 févr. 2015, 12:15

JiBéPé a écrit : Je conseillerais pas à un jeune aujourd'hui de faire la même formation que moi. :evil:
Oui, mais quelle formation conseiller ?
Les bonnes idées triomphent toujours. D'ailleurs c'est à cela qu'on reconnait qu'elles étaient bonnes.
mon statut de modérateur ne m'interdit pas de participer aux discussions. Je ne modère pas les discussions auxquelles je participe.

Avatar du membre
WarHouHa
Modérateur
Modérateur
Messages : 3016
Enregistré le : 12 déc. 2008, 16:46

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#11 Message par WarHouHa » 23 févr. 2015, 12:16

Pi-r2 a écrit :
zaz.1 a écrit : En même temps, l'article parle de protection contre le chômage. Pas garantie d'un job intéressant pour un ingénieur.
+1
c'est bien le problème.
Effectivement, on s'anglicise tranquillement, les ingénieurs sont relégués au rôle qu'ils ont chez les ricains, des super techos.
Les mecs qui doivent dessiner 8 lignes bleues transparentes qui se coupent toutes à angle droit...
Je ne sais pas s'il est ingénieur, le monsieur, mais il a relevé le défi : http://www.koreus.com/modules/newbb/topic117775.html

Avatar du membre
Bidibulle
~~+
~~+
Messages : 7547
Enregistré le : 06 sept. 2007, 13:38
Localisation : Dans les volcans qui riaient très fort

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#12 Message par Bidibulle » 23 févr. 2015, 12:48

Hors catégorie A, le diplôme d'ingénieur t'ouvre en 2015 les mêmes perspectives qu'un IUT dans les années 90 ou un bac dans les années 60.
Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. (Gandhi)

Alexandre
Messages : 4
Enregistré le : 19 sept. 2014, 13:21

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#13 Message par Alexandre » 23 févr. 2015, 12:51

Effectivement le diplôme d'ingé (ou un master en informatique dans mon cas) protège assez bien du chômage. Mais comme vous le dites on fait plus un boulot de technicien que d'ingénieur.

Cependant je vois souvent des gens dirent qu'ils bossent comme des malades (10-11h /jour comme le dit JiBéPé) mais ça n'a jamais vraiment été mon cas. Ça fait 4 années que je bosse et j'ai souvent fait un peu ce que je voulais avec mes horaires, du genre 9h30-17h30 avec 1h30-2h le midi. Mise à part quand j'étais en déplacement à Paris où je faisait du 9h-19h (et je m'en foutais un peu puisque sinon je me faisais chier à l'hôtel).

J'ai un peu l'impression que c'est surtout à Paris qu'on a des horaires aussi chargé ?

Avatar du membre
zaz.1
~~+
~~+
Messages : 6526
Enregistré le : 30 nov. 2010, 16:33

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#14 Message par zaz.1 » 23 févr. 2015, 13:03

WarHouHa a écrit : Je ne sais pas s'il est ingénieur, le monsieur, mais il a relevé le défi : http://www.koreus.com/modules/newbb/topic117775.html
Joli !
JiBéPé a écrit :Même bosser comme un fou ne rapporte pas grand chose tellement c'est considéré comme normal, parce que tu comprends "tu as des responsabilités et tu devrais en être content"...
[...] sans toucher une part raisonnable de ce qu'on rapporte réellement à la boite.
Le plus gros soucis des ingénieurs (je m'inclu dans le lot), c'est leur incapacité à se vendre. A mettre en valeur ce qu'ils produisent et ce qu'ils rapportent. Quand j'ai débuté, je m'imaginais que bien faire mon boulot suffirait à ce que l'on m'apporte des projets intéressants. En fait non.

D'un autre coté, j'ai l'impression qu'il n'y a pas assez d'ingénieurs qui se prennent un peu en main, et décident de monter une boite ou ils seraient bien (alors qu'il y a des centaines de commerciaux qui le font, avec des idées plus ou moins bancales...).

franckyfranck
+
+
Messages : 2596
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#15 Message par franckyfranck » 23 févr. 2015, 13:57

42K au bout de 10 ans d'XP tu dois te faire enfler parce que c'est globalement le niveau de sortie d'un jeune qui vient d'avoir son diplome Epita (s'il est bon) : Enfin bon non le jeune en question sera plutôt embauché à 39 brut mais sera rapidement à 45K... Et on ne parles pas la d'une "grande" école du groupe A pour lequel les salaires de sortie sont meilleurs.

Bon après l'article a juste dit que le diplome d'ingé évitait le chomedu et c'est assez vrai, je ne connais que des chomeurs "volontaires" chez les diplomés ingés. Que le boulot soit bien payé est une autre chose (mais en général ceux qui cherchent du fric à tout prix paviennent à en obtenir) et qu'il soit intéréssant est effectivement plus dur.

Après il est vrai que pas mal d'écoles ne se sont pas remises en question et offrent des formations assez foireuses.

ENSI enfin ca ne veut pas dire grand chose vu qu'il y a dans ce groupe d'écoles de l'excellent et du médiocre. Certaines offrent moins de débouchés que des écoles privées de seconde zone, d'autres comme l'ENSIMAG sont à la porte des "grandes" écoles.

Mais bon le principal problème reste que pour beaucoup d'étudiant le fait d'avoir décroché le concours Y (si j'avais mis X ca porterait à confusion) est vu comme l'obtention d'un titre de noblesse et non comme le point de départ de l'apprentissage. Et parfois, du fait que l'on veut pas être un super technicien mais un manager on néglige les enseignements scientifiques et techniques. Grave erreur, car à ce jeu la, il valait mieux faire une bonne école de management. Quand une école parvient à recruter sufisamment de passionnés ca change un peu l'ambiance de ce point de vue. Mais sinon, la punition à la sortie est directe. L'étudiant n'est pas assez bon pour avoir mieux qu'un taf de technicien, il fuit encore plus la technique pour avoir un taf de manager mais comme il ne comprend rien à la technique finalement il finit par se faire doubler par les épices et rumines que la société est injuste...

Alors disons le, oui un ingénieur a pour vocation à être manager sur des projets technologiques ce qui nécéssite :
- De comprendre réelement les sciences et la technique sous jacente. Ce qui nécéssite d'avoir un bien meilleur niveau qu'un super technicien. Cela demandes du travail. La on a éliminé 90% des jeunes diplomés. (Au moins sur la partie informatique mais je suppose que c'est pareil ailleurs).
- De pouvoir lire et comprendre ce qui est issu de la recherche (pas faire de la recherche hein, juste pouvoir lire les papiers des labos intéréssants pour faire de la veille). La on élimine les 6 à 7% restants.
- D'avoir des compétences en management par dessus cela ce qui ne s'apprends pas à l'école : Manager ce n'est pas faire un diagramme de GANTT ou faire un boulot de PMO. Le mec qui fait un boulot de PMO fait un boulot de secrétaire technique et donc il gagne le salaire horraire de la secrétaire (étonnant non ?). Le manager comprend les hommes, leurs envies et sait les motiver pour avancer. Il sait gérer les situations d'urgence dans le calme et prendre les bonnes décisions et l'équipe le respecte car elle sait qu'à la fin elle sera amenée à bon port.

Donc non, commencez par apprendre un boulot de super technicien, à être bon la dedans et évoluez. Bizarrement les stats de mon ancienne école montrent clairement que ceux qui ont commençés par de la technique pure et évolué vers le management gagnent plus au bout de 15 ans de carrière que ceux qui ont démarré sur des postes de MOA. (Par contre les seconds gagnent plus que les premier en début de carrière.). Pourquoi ? Parce que les premiers lorsqu'ils sont bons finissent par accéder à des postes de management sur des projets pointus ou une expertise technique réelle est indispensable. Et il n'y a pas trop de concurrence à ce niveau. C'est aussi un bon plan pour monter sa boite, quand on peut faire les premiers protos soi même sans avoir à lever du seed capital. (La vrai levée de fonds vient après de toute façon mais ca évite de perdre un gros pourcentage du capital dès le seed, sachant que si revente il y a ca peut faire une différence de plusieurs millions à la sortie).

Avatar du membre
Groumf
Messages : 1524
Enregistré le : 20 sept. 2007, 12:16
Localisation : Diffuse

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#16 Message par Groumf » 23 févr. 2015, 14:03

zaz.1 a écrit :Quand j'ai débuté, je m'imaginais que bien faire mon boulot suffirait à ce que l'on m'apporte des projets intéressants. En fait non.
Si on te demande de visser des boulons, dur de te faire remarquer parceque tu visses mieux les boulons que ton voisin.
L’accélération de carrière des ingénieurs (techniques) groupe A vient en grande partie de là à mon avis : ils ont l'occasion de montrer ce qu'ils valent très tôt (mais c'est à double tranchant !).

Avatar du membre
Groumf
Messages : 1524
Enregistré le : 20 sept. 2007, 12:16
Localisation : Diffuse

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#17 Message par Groumf » 23 févr. 2015, 14:07

franckyfranck a écrit :Pourquoi ? Parce que les premiers lorsqu'ils sont bons finissent par accéder à des postes de management sur des projets pointus ou une expertise technique réelle est indispensable. Et il n'y a pas trop de concurrence à ce niveau.
Independament du salaire, ce que tu decris est le saint graal pour faire ce qu'on aime comme on l'aime quand on est passionné. :D

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18273
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#18 Message par wasabi » 23 févr. 2015, 14:19

Pi-r2 a écrit :
JiBéPé a écrit : Je conseillerais pas à un jeune aujourd'hui de faire la même formation que moi. :evil:
Oui, mais quelle formation conseiller ?
ça ne on ne peut le savoir à l'avance. Style quand j'étais au lycée (fin des années 90) j'ai regardé les papiers de l'ONISEP et on donnait alors ingénieur en moyenne 40kFF par mois, médecin 60kFFet notaire 80kFF. C'était un rapport 1 / 1.5 / 2 maintenant ça doit plutôt être 1 / 5 / 10.
Quand je suis allé en sup, il y a plusieurs gens qui ont arrété parce que trop dur pour eux, deux que je connaissais bien sont allés en médecine, résultat radiologue et médecin nucléaire (deux professions à plus de 30k€ mensuels en moyenne). Finalement ne pas réussir en sup a été une très forte opportunité pro pour eux, s'accrocher aurait été une arnaque, même -surtout ?- si ils avaient eu les meilleurs écoles.

Les études actuellement ne sont intéressantes financièrement que si on a un monopole d'exercice avec le diplôme ou un monopole d'exercice obtenu par concours public auquel le diplôme donne accès ou la possibilité d'acheter une charge qui donne un monopole, ou possibilité d'adhérer à un cartel (en général on appelle ça "ordre" ou "syndicat"). cartel, monopole et charge : capitalisme d'héritier et de connivence. Mais pour le politique il est urgent d'augmenter les minimas sociaux.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

franckyfranck
+
+
Messages : 2596
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#19 Message par franckyfranck » 23 févr. 2015, 14:26

zaz.1 a écrit : Le plus gros soucis des ingénieurs (je m'inclu dans le lot), c'est leur incapacité à se vendre. A mettre en valeur ce qu'ils produisent et ce qu'ils rapportent. Quand j'ai débuté, je m'imaginais que bien faire mon boulot suffirait à ce que l'on m'apporte des projets intéressants. En fait non.

D'un autre coté, j'ai l'impression qu'il n'y a pas assez d'ingénieurs qui se prennent un peu en main, et décident de monter une boite ou ils seraient bien (alors qu'il y a des centaines de commerciaux qui le font, avec des idées plus ou moins bancales...).
On entre dans le vif du sujet : les études sont trop scolaires dans la plupart des écoles et les jeunes restent dans l'état d'esprit : suit les consignes et tu aura ta récompense.

A l'école les régles du jeu sont connues et fixes dans le temps (tu sais que tu dois passer le concours centrale et les critères d'évaluation de ce concours) dans la vraie vie les règles ne sont pas écrites et elles changent en permanence. Ou parfois les règles qui sont connues ne sont pas les vraies règles du jeu. Par exemple, satisfaire son chef immédiat (et devenir son esclave) n'est parfois pas la meilleure façon de monter dans une entreprise. Parfois ce sont les gens d'un autre service qu'il faut satisfaire pour monter en diagonale. Parfois il faut faire quelque chose que l'on ne te demandes pas (en assurant la visibilité de ses actions en interne) et créer ainsi un poste sur-mesure pour soi. (Un de mes chefs l'avait fait, il avait développé un soft en plus de ses taches demandées et au bout d'un moment vu que tout le monde s'en servait un poste sur-mesure avait été crée pour qu'il s'occupe de son bébé). Parfosi aussi il faut savoir dire "non", le truc qu'on t'apprends à ne jamais dire à tes profs pourtant.

Bref, personne ne te dira à quelle techno te former dans ta vie professionelle, or c'est la que se situe la prochaine opportunité. Quand tout le monde dit qu'il faut se former à un truc c'est trop tard. Donc il faut faire de la veille par soi même, sans arrêt monter en compétence et s'assurer que les gens importants sont au courant de ses actions. Beaucoup de gens ont eu des super postes dans l'internet par exemple parce que tout le monde savait dans leur boite qu'ils s'intéréssaient à ce "truc" sur leur temps libre. Lorsqu'elles ont du s'y mettre et que personne n'était formé on a parfois pris le mec qui avait l'air de s'y connaitre on lui a filé un titre et du salaire et il est monté tout seul.

Mais bon on se rapproche effectivement des compétences demandées à un créateur d'entreprise et ces compétences peuvent aussi servir à monter en interne dans certaines structures. Il faut rajouter aux compétences demandées un minimum de politique car, malheureusement, cela sert toujours.

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 27312
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#20 Message par Gpzzzz » 23 févr. 2015, 14:39

Vous etes en train de vous chamailler pour qques milliers d'euros par an..
40k€ d'un coté 48k€ de l'autre.. en net sur la fiche de paye ca fait 500€ de différence par mois soit moins de 350€ de différence apres IR..
Bref une paille.. :lol:

franckyfranck
+
+
Messages : 2596
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#21 Message par franckyfranck » 23 févr. 2015, 14:52

wasabi a écrit : Je conseillerais pas à un jeune aujourd'hui de faire la même formation que moi. :evil:
Oui, mais quelle formation conseiller ?[/quote]
ça ne on ne peut le savoir à l'avance. Style quand j'étais au lycée (fin des années 90) j'ai regardé les papiers de l'ONISEP et on donnait alors ingénieur en moyenne 40kFF par mois, médecin 60kFFet notaire 80kFF. C'était un rapport 1 / 1.5 / 2 maintenant ça doit plutôt être 1 / 5 / 10.
Quand je suis allé en sup, il y a plusieurs gens qui ont arrété parce que trop dur pour eux, deux que je connaissais bien sont allés en médecine, résultat radiologue et médecin nucléaire (deux professions à plus de 30k€ mensuels en moyenne). Finalement ne pas réussir en sup a été une très forte opportunité pro pour eux, s'accrocher aurait été une arnaque, même -surtout ?- si ils avaient eu les meilleurs écoles.
[/quote]

On avance encore plus ;) Avec une infos importantes et vraies :

Les jeunes regardent trop ce qu'on dit sur les formations au moment ou ils choisissent alors que le marché sera différent quand ils sortiront. Or, la quote d'une école / formation c'est le niveau de ceux qui en sont sorti par le passé, pas son niveau actuel. Une école peut avoir bonne réputation et être devenue merdique ou cela peut être l'inverse. Un bon exemple pour les informaticiens : Je me souviens encore de toutes ces blagues sur l'Epita des années 90. Disons le clairement, elle avait la réputation d'être une école ou "tu paie, epita ton diplome" (il y avait plein de blagues du genre). Les premières promos de l'école étaient en effet très hétérogènes (on y trouvait de l'excellent comme du très mauvais) et l'école avait donc attrappé une mauvaise réputation à cause de certains de ses éléments. Pendant qu'une partie des professionnels qui en sortaient était au contraire très appréciés. Progressivement, elle s'est améliorée mais les blagues ont continuées.

A l'époque un jeune qui allait dans une école concurrente (nommée l'EFREI) et qui ratait sa première année rentrait à l'EPITA en deuxième année (et c'était la honte pour lui). Question de réputation. Pourtant l'EFREI était dans une passe difficile (un vieux qui ne voulait pas lacher les reines et qui a raté le virage de l'électronique vers l'informatique) et la formation de l'époque était meilleure à l'EPITA que ce qu'elle était à l'EFREI. Quelques années plus eux qui rataient à EPITA allaient à l'EFREI. Et rien ne nous dit que ce soit définitif : un jour (ou peut être déjà) la demande s'inversera à nouveau. Et peut être que même si la demande ne s'est pas encore inversée le bon choix aujourd'hui entre les deux écoles serait l'EFREI (je n'en sais rien). Juste pour dire que choisir une école / carrière sur les seuls classement de l'étudiant / onisep est une connerie absolue. Des étudiants qui ont quitté l'EFREI et sont allé à l'EPITA a cette époque ont fait en général une bonne affaire. Et beaucoup au final diront en privé qu'ils ont bien fait de se faire virer. Mais ils ne le savaient pas le jour ou ils ont été virés et l'ont parfois très mal vécu. (Ce qui rapproche de l'exemple du mec qui loupe sa prépa va en médecine et finalement s'y trouves bien). Depuis l'EPITA a même eu son diplome reconnu et attire beaucoup.

Donc le premier conseil à donner à un jeune est :
1. Trouve ce que tu as envie de faire.
2. Trouve ou on te donnera objectivement les moyens de l'apprendre. Pas un classement, pas un titre de noblesse, non. Un endroit ou tu te dis que même si tu n'avais pas de diplome (tiens c'est le concept de 42) tu aura appris à bosser. Tu te renseignes et tu va voir sur place.
3. Donne toi à fonds et profite de ton apprentissage.
4. Profites de la vie une fois que tu as une bonne situation.

Parce que le fait qu'il y ait aujourd'hui zéro chomage chez les ingés indique juste qu'il y a zéro chomage aujourd'hui. Comme on dit en bourse, les performances passée ne présagent en rien des perfos à venir. Pour les études c'est pareil : En 1980 entre prépa commerciale et prépa scientifique c'était comme comparer niveau carrière deux divisions de football. En 2015 franchement entre HEC et l'X ca ouvre des carrières différentes mais je dirai qu'on est dans la même division. Les choses changent.

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 27312
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#22 Message par Gpzzzz » 23 févr. 2015, 14:54

Est-ce qu'un ingé peut travailler 1h par jour pendant 3mois sans que ca se voit ? :lol:

Avatar du membre
davivd
~~+
~~+
Messages : 5998
Enregistré le : 05 oct. 2007, 15:24

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#23 Message par davivd » 23 févr. 2015, 14:58

Ha Cédric a réussi à relancer un de ses débats stériles sur le titre d'ingénieur et il se gausse derrière son écran de nous voir plonger dans son piège une fois de plus :mrgreen:
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"

Avatar du membre
davivd
~~+
~~+
Messages : 5998
Enregistré le : 05 oct. 2007, 15:24

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#24 Message par davivd » 23 févr. 2015, 14:59

Gpzzzz a écrit :Est-ce qu'un ingé peut travailler 1h par jour pendant 3mois sans que ca se voit ? :lol:
Un ingénieur de production qui a un produit qui tourne sans soucis....
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"

Gpzzzz
~~+
~~+
Messages : 27312
Enregistré le : 31 oct. 2010, 22:00

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#25 Message par Gpzzzz » 23 févr. 2015, 14:59

davivd a écrit :
Gpzzzz a écrit :Est-ce qu'un ingé peut travailler 1h par jour pendant 3mois sans que ca se voit ? :lol:
Un ingénieur de production qui a un produit qui tourne sans soucis....
Donc je considère que 42 ou 48k€ c'est un TRES BON salaire !! :lol:

Avatar du membre
zaz.1
~~+
~~+
Messages : 6526
Enregistré le : 30 nov. 2010, 16:33

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#26 Message par zaz.1 » 23 févr. 2015, 15:02

Petite correction :
franckyfranck a écrit : Par exemple, satisfaire son chef immédiat (et devenir son esclave) n'est parfois pas jamais la meilleure façon de monter dans une entreprise.
Sinon je suis d'accord avec ce que tu dis.

Le plus gros défaut des ingénieurs est de croire que le monde du travail est un genre "d'état de droit", régi pas des vraies régles bonnes et justes. En cela, très clairement, les études ne m'avaient pas bien préparé à la masse de salopiauds que j'ai pu croiser dans le monde du travail, et qui pour certains sont montés très hauts.

J'avais lu un livre marrant, un titre du genre "comment devenir n°1 de n'importe quelle organisation". C'était assez cynique et imbuvable, mais ême si les méthodes étaient discutables, je pense que le type avait raison.

Avatar du membre
zaz.1
~~+
~~+
Messages : 6526
Enregistré le : 30 nov. 2010, 16:33

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#27 Message par zaz.1 » 23 févr. 2015, 15:04

davivd a écrit :
Gpzzzz a écrit :Est-ce qu'un ingé peut travailler 1h par jour pendant 3mois sans que ca se voit ? :lol:
Un ingénieur de production qui a un produit qui tourne sans soucis....
Très mauvaise idée.
Si tu veux glander sans que ça se voit, il te faut un truc qui plante toutes les 3 ou 4 semaines. Cela te permet réguliérement de sauver le monde, et de justifier ton salaire.
Attention, faut pas que ça plante trop non plus, sinon ils vont finir par changer le produit.

Très important aussi : il faut avoir l'air débordé. Ne jamais répondre immédiatement à un mail par exemple.

Avatar du membre
davivd
~~+
~~+
Messages : 5998
Enregistré le : 05 oct. 2007, 15:24

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#28 Message par davivd » 23 févr. 2015, 15:09

ça sent le vécu :P
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"

Avatar du membre
davivd
~~+
~~+
Messages : 5998
Enregistré le : 05 oct. 2007, 15:24

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#29 Message par davivd » 23 févr. 2015, 15:10

Il me faut la référence de ton bouquin :wink:
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"

Avatar du membre
zaz.1
~~+
~~+
Messages : 6526
Enregistré le : 30 nov. 2010, 16:33

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#30 Message par zaz.1 » 23 févr. 2015, 15:10

davivd a écrit :ça sent le vécu :P
Tu n'imagines pas à quel point (mais un peu plus que 3 mois....).
Bon, cela dit, c'est pas une fin en soit. Y'a un moment ou il faut quand même se décider à faire autre chose de sa vie. :mrgreen:

JiBéPé
Messages : 1625
Enregistré le : 21 mars 2014, 13:23

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#31 Message par JiBéPé » 23 févr. 2015, 15:13

franckyfranck a écrit :42K au bout de 10 ans d'XP tu dois te faire enfler [...] etc.
Oui, je me fais enfler. J'ai commencé en province, puis fait du déplacement, et de l'expat. J'ai eu beaucoup d'à côté qui font qu'en moyenne, je gagnais en général 1000€ net d'impôts en plus de mon salaire en frais et primes, donc je me suis pas plaint. Mais maintenant que je suis redevenu sédentaire (les à côté ont disparu définitivement l'année dernière), qui plus est en région parisienne, je me rends compte que je me fais enfler.

Bref, je me mets en recherche active pour faire le même boulot dans une autre boite pendant 2, 3 ou 4 ans, améliorer mon carnet d'adresse, puis je me mets en indépendant, voire je monte ma propre société si je vois que ça prend et que ça me plait de gérer ma propre activité au point de me sentir prêt à gérer celle des autres et donc d'embaucher.

Ce qui m'attriste, c'est que travailler bien et beaucoup ne suffit pas en France. Même être dans les petits papiers du chef de service et être connu (en bien, je précise :mrgreen: ) du DG ne suffit pas. Au final, c'est le financier qui décide, et il décide avec des chiffres généraux, c'est moins compliqué qu'évaluer le travail de chacun. Si les augmentations décidées pour la boite sont faibles et que tu gueules pas, tu n'as rien. Et ensuite, si tu ne changes pas de boite, tu n'as rien. J'ai essayé pendant quelques années de la jouer "employé modèle" (sauf quand je traine un peu trop sur BI.org). Maintenant, j'ai décidé de la jouer plus perso... on verra.

Ça fait un peu discours de frustré, mais bon c'est pas grave, j'ai plein d'idées et là où je te rejoins, c'est qu'au final, je suis libre de mon destin, et c'est à moi de me former sur la durée, de me vendre et de prendre ma liberté si je suis pas content.

La raison pour laquelle je dis que je conseillerais pas cette formation à un jeune, c'est davantage dans le sens de prendre le contrepied de la manière dont on me l'a vendue. A 16 ou 17 ans, au lycée, je ne savais pas trop ce que je voulais faire, c'était pas avec la musique ou les jeux vidéos que j'allais trouver un métier sérieux aux yeux de mes parents, donc ça a été ingénieur "parce que tu pourras faire ce que tu veux et que tu auras un bon salaire".
Aujourd'hui, je me rends compte que c'est faux, les entreprises ont leurs grilles de correspondance entre postes et écoles d'ingé, je ne fais donc pas quelque chose dans lequel je peux forcément m'épanouir et j'ai pas un "bon" salaire.

Reste plus qu'à se débrouiller tout seul! :wink:

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18273
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#32 Message par wasabi » 23 févr. 2015, 15:24

franckyfranck a écrit : Les jeunes regardent trop ce qu'on dit sur les formations au moment ou ils choisissent alors que le marché sera différent quand ils sortiront. Or, la quote d'une école / formation c'est le niveau de ceux qui en sont sorti par le passé, pas son niveau actuel. Une école peut avoir bonne réputation et être devenue merdique ou cela peut être l'inverse. Un bon exemple pour les informaticiens : Je me souviens encore de toutes ces blagues sur l'Epita des années 90. Disons le clairement, elle avait la réputation d'être une école ou "tu paie, epita ton diplome" (il y avait plein de blagues du genre). Les premières promos de l'école étaient en effet très hétérogènes (on y trouvait de l'excellent comme du très mauvais) et l'école avait donc attrappé une mauvaise réputation à cause de certains de ses éléments. Pendant qu'une partie des professionnels qui en sortaient était au contraire très appréciés. Progressivement, elle s'est améliorée mais les blagues ont continuées.
l'EPITA c'est un mauvais exemple. Car l'EPITA a acquis sa renommé non comme une école mais comme une entreprise, elle a énormément fait de pub TV sur les chaînes "économique" au début des années 2000 alors qu'aucune école n'en faisait. De ce fait elle a construit son image sur la pub et ensuite ça a peut être attiré de meilleurs candidats et l'image s'est auto entretenue sans campagne de pub. C'est une école marginale de ce fait, un peu comme l'ENSAM qui est une sous école (concours de niveau CCP moyen, pas mieux) mais qui est souvent considérée très positivement à cause de la taille de son réseau d'anciens élèves et de son ancienneté comme une école de premier plan.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
zaz.1
~~+
~~+
Messages : 6526
Enregistré le : 30 nov. 2010, 16:33

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#33 Message par zaz.1 » 23 févr. 2015, 15:28

davivd a écrit :Il me faut la référence de ton bouquin :wink:
Trouvé : http://www.amazon.fr/gp/product/2352870 ... ge_o03_s00
Les 75 lois de fox.
Attention hein : le style, tout est imbuvable. Mais ça n'empeche pas que ça me semble assez bien vu.
JiBéPé a écrit :Ce qui m'attriste, c'est que travailler bien et beaucoup ne suffit pas en France.
C'est pas spécifique à la France ça. Je voit exactement la même chose partout ailleurs, aussi bien en europe qu'aux Etats Unis. C'est même peut-être pire aux EU, a part éventuellement dans des startups ou un "mauvais" se voit tout de suite. Mais dans la plupart des boites, il préféront virer un techos qui fait son boulot mais que personne ne connais plutot qu'un chef de projet qui se tripote la nouille et le montre à tout le monde.

En inde c'est un peu différent : les bons profils se font systèmatiquement chasser et partent pour +20% de salaire (au moins).

En un sens, c'est plutot une bonne chose que travailler beaucoup ne suffise pas. Vu que j'aime pas travailler beaucoup...

Avatar du membre
davivd
~~+
~~+
Messages : 5998
Enregistré le : 05 oct. 2007, 15:24

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#34 Message par davivd » 23 févr. 2015, 15:34

Merci zaz.1, je me l'offrirai très prochainement.
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"

Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3368
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#35 Message par Praséodyme » 23 févr. 2015, 15:39

franckyfranck a écrit :A l'époque un jeune qui allait dans une école concurrente (nommée l'EFREI) et qui ratait sa première année rentrait à l'EPITA en deuxième année (et c'était la honte pour lui). Question de réputation. Pourtant l'EFREI était dans une passe difficile (un vieux qui ne voulait pas lacher les reines et qui a raté le virage de l'électronique vers l'informatique) et la formation de l'époque était meilleure à l'EPITA que ce qu'elle était à l'EFREI. Quelques années plus eux qui rataient à EPITA allaient à l'EFREI. Et rien ne nous dit que ce soit définitif : un jour (ou peut être déjà) la demande s'inversera à nouveau. Et peut être que même si la demande ne s'est pas encore inversée le bon choix aujourd'hui entre les deux écoles serait l'EFREI (je n'en sais rien). Juste pour dire que choisir une école / carrière sur les seuls classement de l'étudiant / onisep est une connerie absolue. Des étudiants qui ont quitté l'EFREI et sont allé à l'EPITA a cette époque ont fait en général une bonne affaire. Et beaucoup au final diront en privé qu'ils ont bien fait de se faire virer. Mais ils ne le savaient pas le jour ou ils ont été virés et l'ont parfois très mal vécu. (Ce qui rapproche de l'exemple du mec qui loupe sa prépa va en médecine et finalement s'y trouves bien). Depuis l'EPITA a même eu son diplome reconnu et attire beaucoup.
Rhô ouiiii ! Je me souviens de la journée porte ouverte à l'EFREI en 2000. On y était allé avec des potes du lycée, et le discours du vieux gâteux nous avait fait rire jaune. Clairement l'EFREI sentait l'école sur le déclin. Les élèves avaient l'air tellement moins fun et motivés, comparé à l'EPITA. Mais, cette dernière était largement moins sélective à l'entrée, ceux de mes camarades qui avaient des dossiers assez médiocres étaient accepté en une semaine. Après en revanche, il paraît que ça bossait dur, les élèves y passaient des nuits blanches (parfois pour des parties LAN, mais parfois pour des projets un peu prenants). Il y avait de l'écrémage aussi, les premières années, non ?
Petroleum et circenses

Avatar du membre
zaz.1
~~+
~~+
Messages : 6526
Enregistré le : 30 nov. 2010, 16:33

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#36 Message par zaz.1 » 23 févr. 2015, 15:44

Praséodyme a écrit : Rhô ouiiii ! Je me souviens de la journée porte ouverte à l'EFREI en 2000. On y était allé avec des potes du lycée, et le discours du vieux gâteux nous avait fait rire jaune. Clairement l'EFREI sentait l'école sur le déclin. Les élèves avaient l'air tellement moins fun et motivés, comparé à l'EPITA. Cette dernière était largement moins sélective, ceux de mes camarades qui avaient des dossiers assez médiocres étaient accepté en une semaine. Après en revanche, il paraît que ça bossait dur, les élèves y passaient des nuits blanches (parfois pour des parties LAN, mais parfois pour des projets un peu prenants).
En 95, l'épita passait pour une école de guignols/fils a papa passant leur soirée à faire du jeu de role. Les éléves se financaient en vendant des CD-ROM remplis de logiciels pirate (c'est l'époque des premiers graveurs qui nécessitaient un investissement considérable).

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils avaient déjà compris comment profiter de la technologie pour se faire du beurre... :mrgreen:

Shermann
~~+
~~+
Messages : 22236
Enregistré le : 26 avr. 2007, 20:32

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#37 Message par Shermann » 23 févr. 2015, 15:46

Et encore une file de cémoiquiailaplugrosse.

Avatar du membre
davivd
~~+
~~+
Messages : 5998
Enregistré le : 05 oct. 2007, 15:24

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#38 Message par davivd » 23 févr. 2015, 15:48

Shermann a écrit :Et encore une file de cémoicédricingénieurquiailaplugrosse.
rectification.... :wink:
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"

JiBéPé
Messages : 1625
Enregistré le : 21 mars 2014, 13:23

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#39 Message par JiBéPé » 23 févr. 2015, 15:54

Shermann a écrit :Et encore une file de cémoiquiailaplugrosse.
C'est marrant, justement, c'est pas l'impression que ça me donne.
C'est plutôt une file de fête'palémèmzereurkemoa ou yapadrecett'mirakle, non?

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 18404
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#40 Message par EmileZola » 23 févr. 2015, 15:59

davivd a écrit :Ha Cédric a réussi à relancer un de ses débats stériles sur le titre d'ingénieur et il se gausse derrière son écran de nous voir plonger dans son piège une fois de plus :mrgreen:
Image
"Bisexuality immediately doubles your chances for a date on Saturday night."
Woody Allen

franckyfranck
+
+
Messages : 2596
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#41 Message par franckyfranck » 23 févr. 2015, 17:09

En 95, l'épita passait pour une école de guignols/fils a papa passant leur soirée à faire du jeu de role. Les éléves se financaient en vendant des CD-ROM remplis de logiciels pirate (c'est l'époque des premiers graveurs qui nécessitaient un investissement considérable).

Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils avaient déjà compris comment profiter de la technologie pour se faire du beurre... :mrgreen:
C'est la raison pour laquelle l'école avait mauvaise réputation ;) Comme toute nouvelle école, elle a cherché à se "remplir" et donc il y avait dans le lot de bons guignols. A leur décharge, ils ont quand même bien réussi à faire avancer les guignols et pour la minorité qui était bon certains ont super bien réussi. Et puis en 94 l'école avait fait faillite donc 95 ca devait être la pire époque pour le recrutement. Les choses ont changées rapidement ensuite et pour les promos rentrées à partir de 1997 il y avait déjà beaucoup plus d'exigence pas tant en terme de niveau de recrutement mais d'écrémage après recrutement. Mais il est clair que jusqu'en 2000 l'image de 95 collait à la peau.

De l'autre coté, il y avait des étudiants qui étaient la parce qu'ils voulaient faire de l'informatique sans être ennuyé par le reste (et que l'environnement était sympa) et ca a donné de très bons résultats pour eux. De sorte qu'à l'époque leurs diplomés étaient soit de grosse brelles soit des tueurs. (Mais la brelle fesait en général plus parler d'elle vu qu'elle collectionnait les employeurs ;)).
Rhô ouiiii ! Je me souviens de la journée porte ouverte à l'EFREI en 2000. On y était allé avec des potes du lycée, et le discours du vieux gâteux nous avait fait rire jaune. Clairement l'EFREI sentait l'école sur le déclin. Les élèves avaient l'air tellement moins fun et motivés, comparé à l'EPITA. Mais, cette dernière était largement moins sélective à l'entrée, ceux de mes camarades qui avaient des dossiers assez médiocres étaient accepté en une semaine. Après en revanche, il paraît que ça bossait dur, les élèves y passaient des nuits blanches (parfois pour des parties LAN, mais parfois pour des projets un peu prenants). Il y avait de l'écrémage aussi, les premières années, non ?
Oui en gros, environ 35% des gens rentré avec le niveau Bac en sortaient avec le diplôme. L'administration cherchait à tout prix à cacher ce chiffre aux parents à l'époque mais c'était la réalité. C'était très simple d'y rentrer mais assez dur d'en sortir. L'écrémage était constant au cours des 5 années (y compris durant le cycle ingénieur). C'était la bonne époque dans le sens ou on avait une formation atypique et de qualité mais encore non reconnue donc aussi bien les étudiants que les profs étaient "volontaires". (Le mec qui voulait juste un diplome passait son chemin vu la réputation de l'établissement s'il était la c'est qu'il adhérait au projet. Pareil pour les profs). Il y avait aussi un mix théorie / pratique qui était très différent de ce que peuvent être 42 ou Epitech aujourd'hui. Depuis l'école s'est "normalisée", le niveau de recrutement est plus haut et je suppose que l'écrémage est plus faible. Mais du coup ils ont des étudiants qui viennent "parce que c'est une bonne école".

Pour l'EFREI je sais qu'ils ont eu une période difficile à cause du vieux gateux, je ne sais pas s'ils s'en sont remis. (Depuis le temps ca a eu le temps de redevenir bien). Il n'empéche qu'ils passaient leur temps à nous vanner et que pour certains la sortie a du être difficle ;) Mais c'est vrai qu'on voyait arriver en deuxième année les étudiants presque honteux de s'être fait virer et d'arriver dans "cette école de fils à papa" et quelques années plus tard ils disaient être content car ils avaient mieux réussis que ceux qui ne s'étaient pas fait virer.

Matthieu Brucher
Messages : 1384
Enregistré le : 08 juil. 2008, 08:58
Contact :

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#42 Message par Matthieu Brucher » 23 févr. 2015, 17:51

EmileZola a écrit :Réaction typique de celui qui n'est pas ingénieur... :mrgreen:
Non, c'est la verite.

Avatar du membre
Bullitt
+
+
Messages : 3191
Enregistré le : 07 sept. 2006, 21:01
Localisation : là où c'est cher

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#43 Message par Bullitt » 23 févr. 2015, 18:08

Pi-r2 a écrit :
JiBéPé a écrit : Je conseillerais pas à un jeune aujourd'hui de faire la même formation que moi. :evil:
Oui, mais quelle formation conseiller ?
Les "écoles de commerce" semblent être mieux payés, avoir des perspectives d'évolution plus variées et beaucoup moins nombreux que les ingés. Je précise, je suis dans l'industrie (multinationale).
Ça semble être de plus en plus dur pour les ingés de sortir du lot, à moins de se prostituer :roll:
Parrainages Fortuneo, Boursorama, LinXea, Altaprofits, ING, BforBank, Monabanq, Zesto, Bourse Direct, Assurancevie.com, c'est la crise...

Avatar du membre
zaz.1
~~+
~~+
Messages : 6526
Enregistré le : 30 nov. 2010, 16:33

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#44 Message par zaz.1 » 23 févr. 2015, 18:10

Bullitt a écrit :
Pi-r2 a écrit :
JiBéPé a écrit : Je conseillerais pas à un jeune aujourd'hui de faire la même formation que moi. :evil:
Oui, mais quelle formation conseiller ?
Les "écoles de commerce" semblent être mieux payés, avoir des perspectives d'évolution plus variées et beaucoup moins nombreux que les ingés. Je précise, je suis dans l'industrie (multinationale).
Ça semble être de plus en plus dur pour les ingés de sortir du lot, à moins de se prostituer :roll:
Ce qui est marrant, c'est que de leur coté les commerciaux (du moins ceux que je connais) me disent qu'ils n'arrivent pas a trouver d'ingé compétants. Ils trouvent le marché totalement bloqué.

C'est pas pour autant qu'ils proposent des jobs intéressants et biens payés hein, n'éxagérons rien.

Avatar du membre
pigiste
~~+
~~+
Messages : 8172
Enregistré le : 27 mai 2009, 15:12

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#45 Message par pigiste » 23 févr. 2015, 18:14

Pi-r2 a écrit :
zaz.1 a écrit : En même temps, l'article parle de protection contre le chômage. Pas garantie d'un job intéressant pour un ingénieur.
+1
c'est bien le problème.
Effectivement, on s'anglicise tranquillement, les ingénieurs sont relégués au rôle qu'ils ont chez les ricains, des super techos.
Sauf que chez les ricains :

1) Si t'es bon techos, t'auras ton poste de super techos même sans avoir le moindre diplôme ;
2) ton poste de super techos il est mieux payé que celui de petit manager ignare dont les compétences se limitent à Excel/Powerpoint.

Ça fait deux grosses différences par rapport à la France.
La réduction d'impôt ce n'est pas de l'argent que l'on donne, mais de l'argent que l'on rend. Comme le bouclier fiscal. Nuance de taille !

La redistribution selon Cedric1973.

Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3368
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#46 Message par Praséodyme » 23 févr. 2015, 18:14

franckyfranck a écrit :Et puis en 94 l'école avait fait faillite donc 95 ca devait être la pire époque pour le recrutement. Les choses ont changées rapidement ensuite et pour les promos rentrées à partir de 1997 il y avait déjà beaucoup plus d'exigence pas tant en terme de niveau de recrutement mais d'écrémage après recrutement. Mais il est clair que jusqu'en 2000 l'image de 95 collait à la peau.
Vu des salons de l'étudiant, l'image était déjà meilleure en 1999-2000. On était en pleine bulle internet et la communication de l'école calquait celle des start-up de l'époque.
« Viendez, on est une école jeune et dynamique, à la sortie les entreprises s'arrachent nos ptits jeunes pour 230kF en moyenne. »

A cette époque, j'avais visité l'IPSA qui venait de s'installer dans l'arrière boutique de l'EPITA. Ils avaient connu de grosses difficultés et venaient d'être rachetés par le groupe IONIS. L'enseignant chercheur qui nous avait reçu avait l'air de sortir doucement d'une dépression. Pas de labo, pas de matériel... circulez y a rien à voir. J'ai fui à toute jambe. Ils ont l'air de s'en être pas mal tiré depuis.
Petroleum et circenses

Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3368
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#47 Message par Praséodyme » 23 févr. 2015, 18:21

zaz.1 a écrit :Ce qui est marrant, c'est que de leur coté les commerciaux (du moins ceux que je connais) me disent qu'ils n'arrivent pas a trouver d'ingé compétants. Ils trouvent le marché totalement bloqué.

C'est pas pour autant qu'ils proposent des jobs intéressants et biens payés hein, n'éxagérons rien.
Tu parles des commerciaux des SSII ? Forcément qu'ils ne trouvent jamais assez de marchandise bon marché pour maximiser leur marge. Les ptits ingés avant de les relâcher dans la nature, leurs écoles les ont bien briefés sur le salaire auquel ils peuvent et doivent prétendre.

Tu sais quoi aussi ? Les bons ingés, les SSII n'arrivent pas à les garder bien longtemps. C'est pas malheureux, ça ?

Pareil, y a pas moyen de trouver une bonne voiture à moins de 10 000€. Le marché est totalement bloqué.
Petroleum et circenses

Avatar du membre
Groumf
Messages : 1524
Enregistré le : 20 sept. 2007, 12:16
Localisation : Diffuse

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#48 Message par Groumf » 23 févr. 2015, 18:23

Bullitt a écrit :Les "écoles de commerce" semblent être mieux payés, avoir des perspectives d'évolution plus variées et beaucoup moins nombreux que les ingés.
Sauf que c'est connu depuis longtemps deja et les eleves se sont depuis massivement engouffrés dans les ecoles de commerce (qui se sont multipliées elles aussi).
Va y a voir des lendemains qui déchantent de ce coté là.

Avatar du membre
Bullitt
+
+
Messages : 3191
Enregistré le : 07 sept. 2006, 21:01
Localisation : là où c'est cher

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#49 Message par Bullitt » 23 févr. 2015, 18:45

Groumf a écrit :
Bullitt a écrit :Les "écoles de commerce" semblent être mieux payés, avoir des perspectives d'évolution plus variées et beaucoup moins nombreux que les ingés.
Sauf que c'est connu depuis longtemps deja et les eleves se sont depuis massivement engouffrés dans les ecoles de commerce (qui se sont multipliées elles aussi).
Va y a voir des lendemains qui déchantent de ce coté là.
Ça me rappelle un de nos ancien PDG il y a environ 20 ans, en France, qui nous parlait les écoles d'ingés en Chine qui formait des ingénieurs "pop corn" :mrgreen:
J'ai aussi eu l'occasion de voir à l’œuvre une ingé polytechnique "Roumanie", niveau tech :cry: .
http://fr.wikipedia.org/wiki/Universit% ... %C8%99oara
Parrainages Fortuneo, Boursorama, LinXea, Altaprofits, ING, BforBank, Monabanq, Zesto, Bourse Direct, Assurancevie.com, c'est la crise...

franckyfranck
+
+
Messages : 2596
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: Le diplôme d’ingé : meilleure protection contre le chôma

#50 Message par franckyfranck » 23 févr. 2015, 19:13

Vu des salons de l'étudiant, l'image était déjà meilleure en 1999-2000. On était en pleine bulle internet et la communication de l'école calquait celle des start-up de l'époque.
« Viendez, on est une école jeune et dynamique, à la sortie les entreprises s'arrachent nos ptits jeunes pour 230kF en moyenne. »
Vrai la bulle internet a pas mal aidé et pas que cette école la. Subitement c'était presque devenu fashionable d'être un geek alors qu'avant tu avais quand même l'impression d'être un pestiféré ;)
A cette époque, j'avais visité l'IPSA qui venait de s'installer dans l'arrière boutique de l'EPITA. Ils avaient connu de grosses difficultés et venaient d'être rachetés par le groupe IONIS. L'enseignant chercheur qui nous avait reçu avait l'air de sortir doucement d'une dépression. Pas de labo, pas de matériel... circulez y a rien à voir. J'ai fui à toute jambe. Ils ont l'air de s'en être pas mal tiré depuis.
Oui on va dire qu'IONIS s'est fait une spécialité de racheter des écoles en difficulté financière. Forcément au moment ou ils arrivent elles sont au fond du trou. Vu qu'ils ont de quoi recapitaliser et faire un peu de marketing ca repart assez vite. En général ils ont racheté des écoles plutot bonnes mais qui ont eu des problèmes de sous (comme Sudria récemment).

Ce qui est marrant, c'est que de leur coté les commerciaux (du moins ceux que je connais) me disent qu'ils n'arrivent pas a trouver d'ingé compétants. Ils trouvent le marché totalement bloqué.
[/quote}

Ben c'est vrai c'est très dur à trouver les ingés compétents (et il parait que c'est vrai aussi dans d'autres domaines). Le problème c'est que comme personne ne veut faire de la technique en France, celui qui sait réelement faire (je ne parles pas qui bidouille un peu, je parles d'un vrai ingé) vaut cher sur le marché et est recruté avant même d'envoyer son CV.
Sauf que c'est connu depuis longtemps deja et les eleves se sont depuis massivement engouffrés dans les ecoles de commerce (qui se sont multipliées elles aussi).
Va y a voir des lendemains qui déchantent de ce coté là.
Oui le mouvement de balancier vers le commerce / management est déjà allé très (trop ?) loin, je ne serai pas surpris que ca revienne vers la technique. Quelque part on est allé trop loin dans la gestion des boites par les MBA de même que la gestion par des ingé qui ne s'occupaient que d'augmenter la quantité de prod avait fait long feu dans les années 70. Il va être temps de réequilibrer les choses. Et comme la nature est mal faite, on va à nouveau aller trop loin ce qui redonnera une chance aux écoles de management dans quelques dizaines d'années. D'une certaine façon si je compare le salaire / évolution de carrière des très bon développeurs on y va à grand pas.

Répondre