CPGE

Discussions et revue de presse sur des thèmes ne relevant ni de la politique ni de l'économie et des finances: technologies, emploi, écologie, transport, sport...
Message
Auteur
Avatar du membre
clarine
-+
-+
Messages : 1952
Enregistré le : 20 juin 2015, 19:10

Re: CPGE

#151 Message par clarine » 01 oct. 2016, 14:37

Jeffrey a écrit :
clarine a écrit :Avec la flopée de messages tombant sur ce fil, j'ai zappé ta réponse. Non, je ne pense évidemment pas que tous les profs se valent au collège (ne serait-ce que par expérience personnelle :roll: ). Cela dit, j'espère bien que les chefs d'établisssement ne concentrent pas tous les bons profs sur la(les) même(s) classe(s) et les moins bons sur l(es)'autre(s) mais qu'il y a un certain mélange. Ne serait-ce que pour les bons élèves des moins bonnes classes qui ont droit, eux aussi, à l'excellence de leurs professeurs.
Oui, je suppose en te lisant, que je rêve tout éveillée.
oui, je vais faire une pause, j'étais devant mon pc depuis hier midi non stop, insomnie...
c'est un sujet qui m'a toujours tenu à cœur.
ceci dit, ma réponse n'était pas voulue conflictuelle.
Personnellement, je considère que l'EN ne donne pas beaucoup de moyens pour récompenser les profs exerçant d'une meilleure manière leur fonction. Si je me mets à leur place, ça ne m'inciterait pas à me casser le tronc si le chef d'établissement répartissait aléatoirement les classes, les difficultés, les horaires sans tenir compte du mérite des profs, de leur aptitude à régler des problèmes. Ce qui ne veut justement pas dire filer le sale boulot à ceux qui savent mieux faire leur travail.
A mon sens, l'autonomie donnée aux chefs d'établissement va accentuer les écarts...
Je n'ai pas lu ta réponse comme conflictuelle :shock: .
Je soulignais juste ma "croyance" (en une école "juste", en l'égalité des chances, etc. toutes relatives, hein, je suis naïve mais pas aveugle...), sans doute un rêve éveillé, si j'en juge par ta réponse (de nouveau confirmée par cette nouvelle intervention de ta part) puisque tu dis grosso-modo que cela n'existe pas, même à la marge, et que, de toute façon, les écarts s'accentueront avec l'autonomie donnée aux chefs d'établissement.

Pour ma part, ce n'est pas ce que je souhaite (le creusement des écarts), et s'il ne s'agit certainement pas de rendre difficile (et aléatoire) l'organisation des classes et l'attribution de leurs professeurs, il s'agit d'équilibrer les choses pour que chacun ait sa part de sacerdoce (les élèves comme les profs).

Bonne sieste !

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#152 Message par Jeffrey » 01 oct. 2016, 14:44

clarine a écrit :
Jeffrey a écrit :
clarine a écrit :Avec la flopée de messages tombant sur ce fil, j'ai zappé ta réponse. Non, je ne pense évidemment pas que tous les profs se valent au collège (ne serait-ce que par expérience personnelle :roll: ). Cela dit, j'espère bien que les chefs d'établisssement ne concentrent pas tous les bons profs sur la(les) même(s) classe(s) et les moins bons sur l(es)'autre(s) mais qu'il y a un certain mélange. Ne serait-ce que pour les bons élèves des moins bonnes classes qui ont droit, eux aussi, à l'excellence de leurs professeurs.
Oui, je suppose en te lisant, que je rêve tout éveillée.
oui, je vais faire une pause, j'étais devant mon pc depuis hier midi non stop, insomnie...
c'est un sujet qui m'a toujours tenu à cœur.
ceci dit, ma réponse n'était pas voulue conflictuelle.
Personnellement, je considère que l'EN ne donne pas beaucoup de moyens pour récompenser les profs exerçant d'une meilleure manière leur fonction. Si je me mets à leur place, ça ne m'inciterait pas à me casser le tronc si le chef d'établissement répartissait aléatoirement les classes, les difficultés, les horaires sans tenir compte du mérite des profs, de leur aptitude à régler des problèmes. Ce qui ne veut justement pas dire filer le sale boulot à ceux qui savent mieux faire leur travail.
A mon sens, l'autonomie donnée aux chefs d'établissement va accentuer les écarts...
Je n'ai pas lu ta réponse comme conflictuelle :shock: .
Je soulignais juste ma "croyance" (en une école "juste", en l'égalité des chances, etc. toutes relatives, hein, je suis naïve mais pas aveugle...), sans doute un rêve éveillé, si j'en juge par ta réponse (de nouveau confirmée par cette nouvelle intervention de ta part) puisque tu dis grosso-modo que cela n'existe pas, même à la marge, et que, de toute façon, les écarts s'accentueront avec l'autonomie donnée aux chefs d'établissement.

Pour ma part, ce n'est pas ce que je souhaite (le creusement des écarts), et s'il ne s'agit certainement pas de rendre difficile (et aléatoire) l'organisation des classes et l'attribution de leurs professeurs, il s'agit d'équilibrer les choses pour que chacun ait sa part de sacerdoce (les élèves comme les profs).

Bonne sieste !
pour le conflictuel, je prends les devant, parce que je réponds à plusieurs personnes en même temps, et parce que je sais que j'ai tendance à répondre d'une manière un peu ...brutale.
Donc pas de pb.
Pour le creusement des écarts, je suis encore et toujours incertain sur ce qui est juste. Je ne pense pas qu'il soit juste de ne faire aucune différence entre enseignants, ni entre élèves. Il intervient des questions de gestion de personnels, et d'élèves. Après, il y a probablement une dynamique sur laquelle on peut se fixer. A mon humble avis, celle de NVB va droit dans le mur en matière de bénéfice pour les gamins.
Mais pour la partie relative au métier d'enseignant, je suis plus affirmatif encore, et je ne pense pas que l'approche syndicale ultra égalitaire et la part uniforme de sacerdoce soit une politique efficace en matière de gestion de personnel.
merci pour la sieste, mais je vais aller courir :wink: impossible de fermer l'œil.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: CPGE

#153 Message par stchong » 01 oct. 2016, 14:49

Jeffrey a écrit :[rien compris à ta philosophie. Je n'ai jamais dit que les enfants ne peuvent pas choisir. J'ai dit qu'ils n'ont pas les éléments d'appréciation pour choisir avec discernement. Et que toi tu ne les as pas forcément par rapport à ton vécu. Peut être que si tu faisais un travail objectif par rapport à ton propre parcours, ni chevilles qui enflent, ni rejet du système, tu serais capable de réagir et conseiller en tant qu'adulte, sans pour autant te projeter avec ton propre vécu. IL y a des gens qui y arrivent moins bien que d'autres (wasabi , ardoise...?...).
Tu ne comprends rien à ma philosophie, m'étonne pas, t'es obtus.
Pour info, mes filles ont un père donc je ne décide pas seule.
Le latin était optionnel . Donc à 11 ans tu peux choisir de travailler 2 heures de plus ou pas. Parce que évidement tant que tu n'as pas fait latin tu ne sais pas , donc le choix est:" Tu veux travailler plus pour faire un truc qui ne sert à rien (au contraire du grec), ou pas. " Y'aurait eu que mon choix, mes enfants n'auraient pas fait de Latin. C'est le respect du choix de ses enfants.
C'est un peu comme si tu disais, tel sport et mieux pour mon enfant, donc je le choisi pour lui.

Conclusion, le latin c'est fini pour tout le monde, j'étais donc en avance, sur cette option de langue morte.

Pour savoir si je réussi moins bien que d'autre, sûrement, parce que je ne m'investi pas, dans ce que je n'aime pas. Je suis une dilettante, ce qui ne veut pas dire incapable .
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 19476
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: CPGE

#154 Message par EmileZola » 01 oct. 2016, 14:59

ignatius a écrit :
EmileZola a écrit :Franchement parler de Prépa alors qu'il est en 6ème c'est un peu n'importe quoi.
Je me renseigne sur les prépas, qui sont un monde totalement inconnu pour moi (surtout les prépas scientifiques).
Ai je tort ?
Si quelqu'un s'était renseigné pour moi il y a de cela 25 ans, j'aurais peut être (surement en fait) fait des études différentes.
Après je n'aurais peut être pas été mieux loti niveau professionnel, mais au moins j'aurais ptet eu un peu plus de plomb dans la cervelle.
J'ai dû entendre parler de Prépa pour la première fois en fin de première S...

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: CPGE

#155 Message par stchong » 01 oct. 2016, 15:10

dernière info pour Ignatius

Des fois y'a ZERO place au concours contrôleurs aériens, dixit mon mari, il a beaucoup de contrôleurs aériens dans sa patientèle
Radar de Bretagne à moins de 10 km de son cabinet.
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 19476
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: CPGE

#156 Message par EmileZola » 01 oct. 2016, 15:14

C'est comme pour l'Enac pilote. Y'a plus aucun débouché en France. Air France n'a pas embauché depuis de nombreuses années par exemple.
Il faut partir à l'étranger, voire payer pour voler et conserver sa licence !

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#157 Message par Jeffrey » 01 oct. 2016, 15:17

stchong a écrit :dernière info pour Ignatius

Des fois y'a ZERO place au concours contrôleurs aériens, dixit mon mari, il a beaucoup de contrôleurs aériens dans sa patientèle
Radar de Bretagne à moins de 10 km de son cabinet.
là, c'est du lourd.
Je capitule.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18751
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#158 Message par wasabi » 01 oct. 2016, 15:18

Jeffrey a écrit :
wasabi a écrit :C'est l'erreur classique des gens de penser que les établissements qui ont les meilleurs résultats sont ceux qui sont les meilleurs.
C'est pas le cas ? .
Pas nécessairement.
wasabi a écrit : Le meilleur c'est celui qui d'un élève donné moyen arrivera à lui faire intégrer la meilleur école.
Ah bon ? Ce n'est pas celui qui arrivera à faire intégrer un élève faible alors ? Ce n'est pas celui qui arrivera à faire intégrer un élève fort dans les meilleures écoles ? C'est sous entendu qu'un élève fort, il arrive toujours à rentrer partout où il essaye ?
Les meilleures prépas sont celles qui ont les meilleurs résultats, point. Et pas des pseudo critères invérifiables comme la meilleure progression par rapport au potentiel absolu des élèves. C'est quoi le potentiel absolu des élèves ? les meilleures prépas sont celles qui ont une multiplicité de facteurs, comme la sélectivité du recrutement, le niveau du public recruté, puis la qualité des professeurs.
Je me suis peut être mal exprimé en parlant d'élève moyen. Je veux dire pas celle qui a les meilleurs résultat mais celle qui arrive à exprimer le meilleur potentiel de chaque élève, en moyenne. Pas sur un élève moyen, mais sur chaque élève en moyenne.
C'est marrant que vous négligiez ce point, vu vos éternelles plaintes concernant la médiocrité d'une partie de vos enseignants. S'il y en a des mauvais, il doit bien y en avoir des bons non ?
Bien sûr qu'il y en a des bons. J'en ai eu d'ailleurs, et sans avoir jamais mis les pieds à LLG ou H4. Mais comment les reconnaître vu de l'extérieur au moment de remplir la fiche d'acceptation en terminale ? A leur diplôme ??? Sérieusement quasiment tous les profs que j'ai eu en CPGE étaient des normaliens ( majoritairement Cachan, quelques Paris et Fontenay) ou en tout cas c'était ce que prétendait les rumeurs quand ils n'annonçaient pas la couleur, et bien il y en avait des très bons, et des très nuls.
wasabi a écrit : Alors que ceux qui ont les meilleurs résultats sont ceux qui sélectionnent le plus et qui ont la zone d'admission géographique la plus grande.
Et vous, vous savez quelles sont les prépas qui sélectionnent le plus ? Vous savez quelles sont celles qui ont la zone d'admission géographique la plus grande ? ou c'est seulement une affirmation gratuite ?
Il est tout de même de notoriété publique que les 4 prépas parisiennes les plus réputées (Hoche, Ginette, LLG et H4) ont des zones de recrutement national. Alors que les autres parisiennes et celles de province sont plus limitées géographiquement à part quelques exceptions toujours possible.

De mes collègues de promo, ceux qui venaient de Thiers, ils habitaient... à Marseille et ses environs. Ceux de Masséna... de Nice et environs. Ceux du Parc... de Lyon et environs. Ceux de Kléber... de Strasbourg et environs. Ceux de Fermat... de Toulouse et environs. Ceux de Pasteur... de Neuilly et environ. Mais ceux des 4 citées venaient de toute la France, avec évidemment pas mal de RP. Quand je dis environs, c'est pas 400m mais dans les 200-300km. Evidemment il y a toujours des exceptions, j'avais bien un belge, un allemand et un marocain dans ma classe de Spé, mais le gros des élèves il vient d'à côté.
wasabi a écrit : C'est évident qu'une CPGE qui recrute sur toute la France et peut se permettre de faire la fine bouche tant les dossiers affluent, aura en moyenne des meilleurs élèves entrants qu'une CPGE régionale qui recrute à 90% sur sa zone régionale.
Bien bien, regardons les données publiques : site de l'étudiant, palmarès des classes prépas. Deux filières : MP et PC sur 5 ans et écoles visées = celles du groupe A.
On met de côté les 5 premières
http://www.letudiant.fr/palmares/classe ... ublic.html
http://www.letudiant.fr/palmares/classe ... ublic.html
Expliquez moi avec votre affirmation péremptoire sur la zone de recrutement pourquoi :
- Lakanal est 10e en filière PC , 60e en MP sur 110 établissements ?
- le lycée Corneille dont on parlait ici est 19e en MP et 35e en PC ?
- Blaise Pascal est 6e en MP et 31e en PC ?
etc
Expliquez moi aussi pourquoi Jacques Decour, situé en plein cœur de Paris est 64e en MP, 35e en PC, et pourquoi les lycées de la rue d'à côté comme Condorcet est 16e en MP.
Ou pourquoi le lycée Michelet, porte de Vanves est 30e en MP alors que Pasteur à Neuilly est 8e ?

En fait, vous n'avez aucune idée des modalités de recrutement des classes prépa, et encore moins de leur zone de recrutement, à l'exception évidente des grandes majeures.
Dans l'ouest, en filière MP, le lycée de Rouen est 19e, Rennes 20, celui de St Brieuc 44, Caen 54, Lorient 64. Vous croyez qu'ils recrutent sur des zones fondamentalement différentes ?

La réponse est que les élèves les plus forts cherchent à aller dans une prépa plus forte, et une prépa plus forte, c'est une prépa où les profs en font plus et sont capables de fournir plus de travail à leurs élèves. La réponse est qu'un élève doit se retrouver dans une classe où il est tiré vers le haut dans un processus commun, et pas isolé trop fort parmi les plus faibles, ou trop faible parmi les plus forts.
Ma comparaison portait sur les meilleures prépas parisiennes, celles qui sont connues de tout le monde et trustent une bonne partie des places des meilleures écoles (les 4 voire peut être une ou deux en plus), vs les meilleurs prépas de province ou les autres parisiennes de premier plan, celles qui ne sont que connues que localement et qui trustent les places restantes. Et mon propos est que si elles sur performent c'est entre autres parce qu'elles ont un choix de recrutement plus grand, et que donc en déduire qu'elles sont meilleures est hasardeux.
Ceci étant dit, vous avez dans chaque zone géographique plusieurs CPGE dont les réputations sont plus ou moins bonnes. Et les élèves choisissent en terminale dans leur liste de vœux de les classer et en général, ils mettent la plus réputée en avant car ils pensent qu'elle sera meilleure (avec la confusion que j'indique) et parce qu'on les y incite fortement, on leur dit que lors de l'examen de son dossier si une prépa voit qu'une moins réputée qu'elle est avant elle refuse le dossier. Et donc mécaniquement la majorité se retrouve dans la prépa la mieux réputée qui est susceptible de les accepter et à laquelle ils ont postulé.
Et donc d'année en année il y a une stabilité intrinsèque des résultats car chaque CPGE attire toujours la même gamme d'élèves et termine avec la même gamme de résultat. Mon opinion, qu'à mon avis vous ne partagez pas du tout, est que si on prenait deux CPGE de niveau très différents mais d'effectifs similaires et qu'une année on intervertissait leur corps enseignant toutes choses égales par ailleurs, ça ne changerait pas grand chose aux résultats. Et qu'il n'est même pas impossible que ça fasse l'inverse de l'effet attendu. Quand dans une CPGE de bon niveau de province on change le prof de math de la seule MP* -ça arrive forcément ils ne sont pas immortels-, ça devrait avoir une forte incidence sur les résultats aux concours X/ENS si c'était si important que ça ?
Je ne suis absolument pas en train de dire que le niveau dépend uniquement de la zone géographique de recrutement, comme vous semblez l'avoir compris.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: CPGE

#159 Message par stchong » 01 oct. 2016, 15:37

Jeffrey a écrit :
stchong a écrit :dernière info pour Ignatius

Des fois y'a ZERO place au concours contrôleurs aériens, dixit mon mari, il a beaucoup de contrôleurs aériens dans sa patientèle
Radar de Bretagne à moins de 10 km de son cabinet.
là, c'est du lourd.
Je capitule.
Tu dis cela pour rigoler ou non ?
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#160 Message par Jeffrey » 01 oct. 2016, 15:48

wasabi a écrit :
Jeffrey a écrit :
wasabi a écrit :C'est l'erreur classique des gens de penser que les établissements qui ont les meilleurs résultats sont ceux qui sont les meilleurs.
C'est pas le cas ? .
Pas nécessairement.
wasabi a écrit : Le meilleur c'est celui qui d'un élève donné moyen arrivera à lui faire intégrer la meilleur école.
Ah bon ? Ce n'est pas celui qui arrivera à faire intégrer un élève faible alors ? Ce n'est pas celui qui arrivera à faire intégrer un élève fort dans les meilleures écoles ? C'est sous entendu qu'un élève fort, il arrive toujours à rentrer partout où il essaye ?
Les meilleures prépas sont celles qui ont les meilleurs résultats, point. Et pas des pseudo critères invérifiables comme la meilleure progression par rapport au potentiel absolu des élèves. C'est quoi le potentiel absolu des élèves ? les meilleures prépas sont celles qui ont une multiplicité de facteurs, comme la sélectivité du recrutement, le niveau du public recruté, puis la qualité des professeurs.
Je me suis peut être mal exprimé en parlant d'élève moyen. Je veux dire pas celle qui a les meilleurs résultat mais celle qui arrive à exprimer le meilleur potentiel de chaque élève, en moyenne. Pas sur un élève moyen, mais sur chaque élève en moyenne.
C'est marrant que vous négligiez ce point, vu vos éternelles plaintes concernant la médiocrité d'une partie de vos enseignants. S'il y en a des mauvais, il doit bien y en avoir des bons non ?
Bien sûr qu'il y en a des bons. J'en ai eu d'ailleurs, et sans avoir jamais mis les pieds à LLG ou H4. Mais comment les reconnaître vu de l'extérieur au moment de remplir la fiche d'acceptation en terminale ? A leur diplôme ??? Sérieusement quasiment tous les profs que j'ai eu en CPGE étaient des normaliens ( majoritairement Cachan, quelques Paris et Fontenay) ou en tout cas c'était ce que prétendait les rumeurs quand ils n'annonçaient pas la couleur, et bien il y en avait des très bons, et des très nuls.
Vous voulez dire que comme vous n'avez pas su les distinguer, ils est impossible d'y parvenir ? :|
wasabi a écrit :[
wasabi a écrit : Alors que ceux qui ont les meilleurs résultats sont ceux qui sélectionnent le plus et qui ont la zone d'admission géographique la plus grande.
Et vous, vous savez quelles sont les prépas qui sélectionnent le plus ? Vous savez quelles sont celles qui ont la zone d'admission géographique la plus grande ? ou c'est seulement une affirmation gratuite ?
Il est tout de même de notoriété publique que les 4 prépas parisiennes les plus réputées (Hoche, Ginette, LLG et H4) ont des zones de recrutement national. Alors que les autres parisiennes et celles de province sont plus limitées géographiquement à part quelques exceptions toujours possible.
Notoriété publique ? Vous voulez dire que comme c'est ce que vous pensez, c'est de notoriété publique ? Je me suis coltiné les portes ouvertes desdits établissements il n'y a pas si longtemps, j'ai entendu le contraire en fait.
Au passage, hoche n'est pas à paris, mais à versailles, ginette est à versailles et c'est un établissement privé.
Sinon, sur le site de H4, on lit cela :
H4 a écrit :L’origine géographique des étudiants demeure elle aussi assez stable. 29 à 33 % viennent de Paris (dont
les 2/3 du Lycée Henri-IV) ; 25% du reste de l’Île de France ; 43 à 44% d’ailleurs, dont 37 à 38% de
province et 4 à 6% de l’étranger. (Document annexe n°3)14
Et pour Hoche, le proviseur avait très bien expliqué lors de la journée porte ouverte que l'ultra majorité des élèves venaient de l'académie de Versailles, parce que l'internat ferme le week end. Donc il ne leur est pas possible de prendre des élèves venant de province.
Mais je comprends que c'est peu de choses par rapport à la notoriété publique.
wasabi a écrit : Ma comparaison portait sur les meilleures prépas parisiennes, celles qui sont connues de tout le monde et trustent une bonne partie des places des meilleures écoles (les 4 voire peut être une ou deux en plus), vs les meilleurs prépas de province ou les autres parisiennes de premier plan, celles qui ne sont que connues que localement et qui trustent les places restantes. Et mon propos est que si elles sur performent c'est entre autres parce qu'elles ont un choix de recrutement plus grand, et que donc en déduire qu'elles sont meilleures est hasardeux.
ce qui n'explique pas en quoi une même prépa obtient deux classements totalement différents dans deux filières distinctes. Mais si vous ne voulez pas réfléchir à la remarque. ..
wasabi a écrit : Ceci étant dit, vous avez dans chaque zone géographique plusieurs CPGE dont les réputations sont plus ou moins bonnes. Et les élèves choisissent en terminale dans leur liste de vœux de les classer et en général, ils mettent la plus réputée en avant car ils pensent qu'elle sera meilleure (avec la confusion que j'indique) et parce qu'on les y incite fortement, on leur dit que lors de l'examen de son dossier si une prépa voit qu'une moins réputée qu'elle est avant elle refuse le dossier. Et donc mécaniquement la majorité se retrouve dans la prépa la mieux réputée qui est susceptible de les accepter et à laquelle ils ont postulé.Et donc d'année en année il y a une stabilité intrinsèque des résultats car chaque CPGE attire toujours la même gamme d'élèves et termine avec la même gamme de résultat.
ça fait plus de dix ans que la procédure APB a changé les modalités de recrutement. Les prépas n'ont aucun moyen de connaitre le rang de classement des prépas par les demandeurs pour la bonne et simple raison qu'elles examinent les dossiers AVANT que les candidats ne classent leur demande.
Mais vous ne faites que projeter votre vécu qui commence à dater.
wasabi a écrit : Mon opinion, qu'à mon avis vous ne partagez pas du tout, est que si on prenait deux CPGE de niveau très différents mais d'effectifs similaires et qu'une année on intervertissait leur corps enseignant toutes choses égales par ailleurs, ça ne changerait pas grand chose aux résultats. Et qu'il n'est même pas impossible que ça fasse l'inverse de l'effet attendu. Quand dans une CPGE de bon niveau de province on change le prof de math de la seule MP* -ça arrive forcément ils ne sont pas immortels-, ça devrait avoir une forte incidence sur les résultats aux concours X/ENS si c'était si important que ça ?
Ben oui, renseignez vous.
Prenez une prépa de province, avec un effectif d'une ou deux classes, regardez si le régime est constant sur dix ans de suite. Vous avez toutes les clés pour sortir de votre préjugé et vous en rendre compte par vous même.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30952
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: CPGE

#161 Message par ignatius » 01 oct. 2016, 16:07

stchong a écrit :dernière info pour Ignatius

Des fois y'a ZERO place au concours contrôleurs aériens, dixit mon mari, il a beaucoup de contrôleurs aériens dans sa patientèle
Radar de Bretagne à moins de 10 km de son cabinet.
Oui.
Sauf que s'il veut faire ça, ce sera dans 10 ans.
Il ne t'as pas échappé que le transport aérien était en pleine expansion.
Qui dit traffic, dit gestion du traffic.
Mais ptet qu'il n'aura pas le niveau et fera ingénieur aéronautique ?
Ou ptet autre chose.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
Parsifal
-+
-+
Messages : 2021
Enregistré le : 09 févr. 2015, 10:22

Re: CPGE

#162 Message par Parsifal » 01 oct. 2016, 16:36

Jeffrey a écrit :
immo:( a écrit : Effectivement, vous avez raison, merci pour cette subtilité. Apparemment, par contre les heures d'enseignement ont diminué et tous les collèges n'offrent plus cet enseignement de complément. Par conséquent, amha, le latin en tant que cours identifié dans l'emploi du temps va mourir à petit feu puis disparaître mais peut être que je ne suis pas objectif.
Je pense qu'on se dirige irrémédiablement vers une privatisation de l'enseignement. Les décideurs savent prendre les bonnes décisions pour amener les gens à aller "naturellement" dans ce sens.
Je pense aussi que c'est le but. De savants calculs montrent qu'une scolarité dans le privé coute moins cher :
- Participation financière des parents pour l'entretien des locaux et du personnel Ogec.
- Prof n'ayant pas le statut de fonctionnaire, la plus grosse différence étant sur les retraites.
- Plus d'enfants en moyenne par classe.

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: CPGE

#163 Message par stchong » 01 oct. 2016, 17:16

Parsifal a écrit :
Jeffrey a écrit :
immo:( a écrit : Effectivement, vous avez raison, merci pour cette subtilité. Apparemment, par contre les heures d'enseignement ont diminué et tous les collèges n'offrent plus cet enseignement de complément. Par conséquent, amha, le latin en tant que cours identifié dans l'emploi du temps va mourir à petit feu puis disparaître mais peut être que je ne suis pas objectif.
Je pense qu'on se dirige irrémédiablement vers une privatisation de l'enseignement. Les décideurs savent prendre les bonnes décisions pour amener les gens à aller "naturellement" dans ce sens.
Je pense aussi que c'est le but. De savants calculs montrent qu'une scolarité dans le privé coute moins cher :
- Participation financière des parents pour l'entretien des locaux et du personnel Ogec.
- Prof n'ayant pas le statut de fonctionnaire, la plus grosse différence étant sur les retraites.
- Plus d'enfants en moyenne par classe.
Et là, les classes sont par niveau, et les gosses ne mouftent pas en classe.
Pas facile de laisser ses enfants dans le public jusqu'en terminale, surtout quand il y a des grèves !
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#164 Message par Jeffrey » 01 oct. 2016, 17:35

ignatius a écrit :
stchong a écrit :dernière info pour Ignatius

Des fois y'a ZERO place au concours contrôleurs aériens, dixit mon mari, il a beaucoup de contrôleurs aériens dans sa patientèle
Radar de Bretagne à moins de 10 km de son cabinet.
Oui.
Sauf que s'il veut faire ça, ce sera dans 10 ans.
Il ne t'as pas échappé que le transport aérien était en pleine expansion.
Qui dit traffic, dit gestion du traffic.
Mais ptet qu'il n'aura pas le niveau et fera ingénieur aéronautique ?
Ou ptet autre chose.
pour m'être professionnellement intéressé un petit peu à ça, il y a des algorithmes décisionnels qui sont en train de changer la donne en matière de trafic aérien. Je ne suis pas certain que ce soit vraiment un métier d'avenir...
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18751
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#165 Message par wasabi » 01 oct. 2016, 17:38

Bref comme d'habitude, j'ai une expérience limitée, que j'ai mal assimilée, qui est trop vieille, finalement je ne sais rien et je dois fermer ma gueule. Ceci étant statué, deux remarques
Jeffrey a écrit :Au passage, hoche n'est pas à paris, mais à versailles, ginette est à versailles et c'est un établissement privé.
Versailles est dans l'agglomération parisienne. Si on se place au niveau national, dire que Versailles est dans Paris est vrai, si vous vous placez au niveau régional c'est plus faux.
Sinon, sur le site de H4, on lit cela :
H4 a écrit :L’origine géographique des étudiants demeure elle aussi assez stable. 29 à 33 % viennent de Paris (dont
les 2/3 du Lycée Henri-IV) ; 25% du reste de l’Île de France ; 43 à 44% d’ailleurs, dont 37 à 38% de
province et 4 à 6% de l’étranger. (Document annexe n°3)14
Vu le ton de votre message c'est censé aller dans votre sens.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89col ... 8France%29
En 2010, 42 % des élèves du cycle polytechnicien (X 2007, X 2008 et X 2009) étaient originaires d'Île-de-France, 40 % de province et 18 % de l'étranger
Donc si je comprends bien, 37-38% de province c'est recrutement sur base géographique locale, mais 40% c'est recrutement sur base géographique nationale ?
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
caroline77
Modérateur
Modérateur
Messages : 7466
Enregistré le : 05 févr. 2012, 09:56
Localisation : Canada

Re: CPGE

#166 Message par caroline77 » 01 oct. 2016, 17:55

ignatius a écrit :Si quelqu'un s'était renseigné pour moi il y a de cela 25 ans, j'aurais peut être (surement en fait) fait des études différentes.
Il y a 25 ans, tu pouvais te renseigner qu'au CIO, c'était vraiment les balbutiements d'internet. Maintenant tu as internet, c'est donc impossible de ne pas être informé Vs autrefois (vu la qualité lamentable des informations obtenues au CIO).

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9238
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: CPGE

#167 Message par optimus maximus » 01 oct. 2016, 18:01

Parsifal a écrit :
Jeffrey a écrit :
immo:( a écrit : Effectivement, vous avez raison, merci pour cette subtilité. Apparemment, par contre les heures d'enseignement ont diminué et tous les collèges n'offrent plus cet enseignement de complément. Par conséquent, amha, le latin en tant que cours identifié dans l'emploi du temps va mourir à petit feu puis disparaître mais peut être que je ne suis pas objectif.
Je pense qu'on se dirige irrémédiablement vers une privatisation de l'enseignement. Les décideurs savent prendre les bonnes décisions pour amener les gens à aller "naturellement" dans ce sens.
Je pense aussi que c'est le but. De savants calculs montrent qu'une scolarité dans le privé coute moins cher :
- Participation financière des parents pour l'entretien des locaux et du personnel Ogec.
- Prof n'ayant pas le statut de fonctionnaire, la plus grosse différence étant sur les retraites.
- Plus d'enfants en moyenne par classe.
Ça coûte moins cher pour les plus aisés dont les impôts se retrouvent amoindris.
Les autres parents seront contraints et forcés d'orienter leurs enfants vers des filières courtes.
Alors oui, il y aura toujours la charité de certains milliardaires pour permettre à quelques enfants pauvres de s'extirper de leur condition sociale de départ...

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#168 Message par Jeffrey » 01 oct. 2016, 18:03

wasabi a écrit :Bref comme d'habitude, j'ai une expérience limitée, que j'ai mal assimilée, qui est trop vieille, finalement je ne sais rien et je dois fermer ma gueule.
Vous avez en effet une expérience limitée et probablement qui date un peu. A moins que vous ayez effectivement des contacts récents avec les cpge. Est-ce le cas oui ou non ?
Si oui, il suffit de le dire, je vous croirai sur parole, si non, soyez humble svp.
wasabi a écrit :
Jeffrey a écrit :Au passage, hoche n'est pas à paris, mais à versailles, ginette est à versailles et c'est un établissement privé.
Versailles est dans l'agglomération parisienne. Si on se place au niveau national, dire que Versailles est dans Paris est vrai, si vous vous placez au niveau régional c'est plus faux.
D'autant que, comme je vous le disais, pour avoir assisté à la présentation du chef d'établissement il y a encore deux ans, aux journées portes ouvertes, il a expliqué qu'entre 80 et 90% du recrutement se fait sur l'académie de Versailles uniquement. Et comme vous devez le savoir, l'académie de Versailles est distincte de l'académie de Paris.
Au passage, le cinquième lycée du classement en filière mp est celui d'Orsay, qui ne dispose carrément pas d'internat. Lors des portes ouvertes, les enseignants (le proviseur les a laissés faire la présentation) ont indiqué que le recrutement est quasi uniquement sur la vallée de Chevreuse.
wasabi a écrit :
Sinon, sur le site de H4, on lit cela :
H4 a écrit :L’origine géographique des étudiants demeure elle aussi assez stable. 29 à 33 % viennent de Paris (dont
les 2/3 du Lycée Henri-IV) ; 25% du reste de l’Île de France ; 43 à 44% d’ailleurs, dont 37 à 38% de
province et 4 à 6% de l’étranger. (Document annexe n°3)14
Vu le ton de votre message c'est censé aller dans votre sens.

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89col ... 8France%29
En 2010, 42 % des élèves du cycle polytechnicien (X 2007, X 2008 et X 2009) étaient originaires d'Île-de-France, 40 % de province et 18 % de l'étranger
Donc si je comprends bien, 37-38% de province c'est recrutement sur base géographique locale, mais 40% c'est recrutement sur base géographique nationale ?
J'ignorais que l'école polytechnique faisait partie des classes préparatoires.
Il n'y a absolument rien d'étonnant à ce que des classes étoilées concentrent les meilleurs élèves. Il y a environ deux fois moins de classes étoilées en mp en France que de départements. Les établissements de trois académies Paris Versailles Créteil concentrent à elles seules plus de 30% de ces classes. En quoi une répartition uniforme de ces structures serait un avantage égalitaire pour la France ? Il faudrait entretenir des structures ultra spécifiques destinées à des élèves très peu représentatifs sur le plan statistique sur la totalité du territoire ? Il y a une logique de concentration qui correspond à une logique de structure. Si vous installez une structure étoilée à guéret dans la creuse ou à Montauban, vous allez y coller un gamin tous les deux ans qui sera susceptible de faire des miracles, et les autres élèves de la classe ils font quoi pendant ce temps là ?
Alors une fois que vous aurez saisi la nécessité de créer et concentrer des structures d'excellence qui concentrent les moyens déployés, mais qui restent accessibles à tous au mérite, vous mettez qui comme personnel dans ces structures ? Les cadors ? Ou vous jouez cela à tour de rôle façon syndicat snes partant du principe que les profs se valent tous ?
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#169 Message par Jeffrey » 01 oct. 2016, 18:08

A propos, vous savez quoi, je viens d'aller faire un tour sur le site de l'AX et me connecter à l'annuaire. Sur le planisphère, il y a 13200 polytechniciens en France , dont 8830 en région parisienne.
C'est injuste comme concentration hein. :twisted:
:mrgreen:
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 19476
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: CPGE

#170 Message par EmileZola » 01 oct. 2016, 18:59

Je me rappelle en seconde, j'étais tombé sur un magasine au CDI, genre "L'étudiant" avec les salaires d'embauche en fonction des écoles d'ingénieurs. C'était des salaires annuels, mais j'avais crû que c'était mensuel, tellement j'étais déconnecté de la réalité. :mrgreen:

Du coup, je me suis dit, ça a l'air cool comme boulot ça rapporte bien. 8)

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30952
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: CPGE

#171 Message par ignatius » 01 oct. 2016, 19:17

EmileZola a écrit :Je me rappelle en seconde, j'étais tombé sur un magasine au CDI, genre "L'étudiant" avec les salaires d'embauche en fonction des écoles d'ingénieurs. C'était des salaires annuels, mais j'avais crû que c'était mensuel, tellement j'étais déconnecté de la réalité. :mrgreen:

Du coup, je me suis dit, ça a l'air cool comme boulot ça rapporte bien. 8)
La caillasse, y a que ça de vrai :mrgreen:
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 19476
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: CPGE

#172 Message par EmileZola » 01 oct. 2016, 19:22

Le POGNON ! 8)

nic
Messages : 38
Enregistré le : 25 mars 2009, 18:37

Re: CPGE

#173 Message par nic » 01 oct. 2016, 19:55

Mon expérience à Corneille date d'il y a 20 ans donc j'espère que cela a changé pour le latin/grec... (c'etait vraiment juste le truc snob pour être dans une très bonne classe mais personne ne faisait le moindre travail en dehors des cours).
Quand on voit le niveau en anglais qui reste très faible de beaucoup de jeunes qui arrivent sur le marché du travail, même dans ceux ayant fait une CPGE, on se dit que c'est un peu du gachis de maintenir toutes ces heures de latin/grec pour autant d'élèves au lycée. L'initiation au collège, pourquoi pas.
Dans le collège de mon ainée, le principal a annoncé en début d'année que les actuels 6eme auront à choisir ou non de prendre l'option langues anciennes pour le début de la 5eme d'une manière engageante pour les 3 ans avec 1h par semaine en 5eme , 2h /s en 4eme et 3h / semaine en 3eme avec possibilité de faire du grec à la place du latin en 3eme.

Avatar du membre
clairette2
~~+
~~+
Messages : 10869
Enregistré le : 04 déc. 2007, 09:36
Localisation : 06

Re: CPGE

#174 Message par clairette2 » 01 oct. 2016, 20:04

Jeffrey a écrit :A propos, vous savez quoi, je viens d'aller faire un tour sur le site de l'AX et me connecter à l'annuaire. Sur le planisphère, il y a 13200 polytechniciens en France , dont 8830 en région parisienne.
C'est injuste comme concentration hein. :twisted:
:mrgreen:
8830 en région parisienne, et 4000 retraités ? :-)
« La moitié des hommes politiques sont des bons à rien. Les autres sont prêts à tout » Coluche

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9238
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: CPGE

#175 Message par optimus maximus » 01 oct. 2016, 23:38

Et ceux qui sont à l'étranger ?

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: CPGE

#176 Message par stchong » 01 oct. 2016, 23:44

Jeffrey a écrit :A propos, vous savez quoi, je viens d'aller faire un tour sur le site de l'AX et me connecter à l'annuaire. Sur le planisphère, il y a 13200 polytechniciens en France , dont 8830 en région parisienne.
C'est injuste comme concentration hein. :twisted:
:mrgreen:
En même temps être polytechnicien et ne trouver du boulot que sur Paris c'est la loose :twisted:
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: CPGE

#177 Message par stchong » 02 oct. 2016, 00:07

Bonne ou mauvaise nouvelle ?

http://www.challenges.fr/challenges-soi ... ional.html
Un bachelor pluridisciplinaire d'ici 2018

Six mois plus tard, la grande réforme voulue par l'Etat est donc enclenchée. Parmi les propositions retenues du rapport Attali, la création d'un bachelor, c'est à dire un programme généraliste et professionnalisant en trois ans accessible dès le Baccalauréat, apparaît comme le changement le plus important. Une petite révolution puisqu'il ne sera plus obligatoire de faire une prépa pour intégrer Polytechnique. Le bachelor concernera 150 étudiants, dont 60% d'étrangers, sélectionnés sur dossiers et entretiens. "L'X sera ainsi présente sur le créneau post-bac. C'était important car nous nous sommes rendus compte que beaucoup d'excellents bacheliers préféraient faire un bachelor au Royaume-Uni, Etats-Unis ou en Suisse plutôt qu'une classe préparatoire", a expliqué Jean-Yves Le Drian.
Ce n'est pas un journal pas contre l'X, comme soit disant "Le Monde" et les faits on l'air d'être en route.
Payer devrait être suffisant dorénavant.
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#178 Message par Jeffrey » 02 oct. 2016, 00:20

stchong a écrit :Bonne ou mauvaise nouvelle ?

http://www.challenges.fr/challenges-soi ... ional.html
Un bachelor pluridisciplinaire d'ici 2018

Six mois plus tard, la grande réforme voulue par l'Etat est donc enclenchée. Parmi les propositions retenues du rapport Attali, la création d'un bachelor, c'est à dire un programme généraliste et professionnalisant en trois ans accessible dès le Baccalauréat, apparaît comme le changement le plus important. Une petite révolution puisqu'il ne sera plus obligatoire de faire une prépa pour intégrer Polytechnique. Le bachelor concernera 150 étudiants, dont 60% d'étrangers, sélectionnés sur dossiers et entretiens. "L'X sera ainsi présente sur le créneau post-bac. C'était important car nous nous sommes rendus compte que beaucoup d'excellents bacheliers préféraient faire un bachelor au Royaume-Uni, Etats-Unis ou en Suisse plutôt qu'une classe préparatoire", a expliqué Jean-Yves Le Drian.
Ce n'est pas un journal pas contre l'X, comme soit disant "Le Monde" et les faits on l'air d'être en route.
Payer devrait être suffisant dorénavant.
t'excite pas cocotte. ça fait longtemps que ça existe, sous cette forme ou sous d'autres formes. L'X, comme toutes les grandes écoles, propose un certain nombre de formations universitaires, payantes en général, à plusieurs niveaux :
https://www.polytechnique.edu/fr/etudie ... diplomants
pas mal de ces formations n'ont jamais été accessibles par concours.
Ces nouveaux étudiants, de type bachelor, seront identifiés comme étant des bachelor de l'X, pas des polytechniciens élèves du cursus ingénieur.
Ca fait partie de ce que j'ai expliqué concernant le nécessaire auto-financement de toutes les écoles d'ingénieurs à l'heure actuelle, vu le désengagement financier de l'état.
Je vois bien que ça te travaille ce que je t'ai répondu plus haut, mais là, tu farfouilles dans des trucs que tu ne maitrises pas.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: CPGE

#179 Message par stchong » 02 oct. 2016, 01:13

Jeffrey a écrit :
stchong a écrit :Bonne ou mauvaise nouvelle ?

http://www.challenges.fr/challenges-soi ... ional.html
Un bachelor pluridisciplinaire d'ici 2018

Six mois plus tard, la grande réforme voulue par l'Etat est donc enclenchée. Parmi les propositions retenues du rapport Attali, la création d'un bachelor, c'est à dire un programme généraliste et professionnalisant en trois ans accessible dès le Baccalauréat, apparaît comme le changement le plus important. Une petite révolution puisqu'il ne sera plus obligatoire de faire une prépa pour intégrer Polytechnique. Le bachelor concernera 150 étudiants, dont 60% d'étrangers, sélectionnés sur dossiers et entretiens. "L'X sera ainsi présente sur le créneau post-bac. C'était important car nous nous sommes rendus compte que beaucoup d'excellents bacheliers préféraient faire un bachelor au Royaume-Uni, Etats-Unis ou en Suisse plutôt qu'une classe préparatoire", a expliqué Jean-Yves Le Drian.
Ce n'est pas un journal pas contre l'X, comme soit disant "Le Monde" et les faits on l'air d'être en route.
Payer devrait être suffisant dorénavant.
t'excite pas cocotte. ça fait longtemps que ça existe, sous cette forme ou sous d'autres formes. L'X, comme toutes les grandes écoles, propose un certain nombre de formations universitaires, payantes en général, à plusieurs niveaux :
https://www.polytechnique.edu/fr/etudie ... diplomants
pas mal de ces formations n'ont jamais été accessibles par concours.
Ces nouveaux étudiants, de type bachelor, seront identifiés comme étant des bachelor de l'X, pas des polytechniciens élèves du cursus ingénieur.
Ca fait partie de ce que j'ai expliqué concernant le nécessaire auto-financement de toutes les écoles d'ingénieurs à l'heure actuelle, vu le désengagement financier de l'état.
Je vois bien que ça te travaille ce que je t'ai répondu plus haut, mais là, tu farfouilles dans des trucs que tu ne maitrises pas.
Pas du tout, je n'étais absolument pas au courant de ce rapport Attali, ni de ce Bachelor, Master. Je farfouille pour savoir, j'ai déjà un polytechnicien sous la main, toi :mrgreen: Et t'inquiète, je peux maitriser le sujet rapidement.

Article intéressant, pour qui ne le sait pas, comme moi. On commence à se rendre compte que les diplômes vont aller aux riches. Pour un gouvernement de gauche ça me sidère, parce que sur le sujet je suis école publique, ayant moi même refusé un poste d'enseignant en BTS dans le privée. J'étais donc enseignante dans le public, je n'aime pas les diplômes qui s'achètent, chose qui se pratique depuis un bout de temps en école de commerce et par les étrangers dans les écoles d'ingés.

Donc sur ce coup je suis plus de ton côté, ce que je regrette c'est simplement le manque d'infos aux parents lambda.
Pour avoir pratiqué de près l'enseignement public, c'est pas joli joli ce qui s'y passent, donc je sais que tous les enseignants de se valent pas, que les enseignants sont incapables de faire des EPI pour la bonne raison que déjà ils se jaugent entre eux suivant leurs diplômes. Mais le proviseur lui, à sa culture d'entreprise, pour garder des classes ouvertes, ils sont capables de mettre la vie des élèves en l'air et d'orienter des élèves dans des filières qu'ils n'ont pas demandées, et pourtant du même niveau.
Ma belle mère (2 ans de plus que moi) a 2 agrégations, et la femme de mon neveu est prof de prépa à Cachan, ça c'est la partie pratique.
Mes filles n'étant plus concernées par le sujet, je ne m'y intéresse plus vraiment (attention je n'ai jamais eu de doute sur le fait qu'elles ne pourraient pas faire polytechniques, par compétences et aussi par goût, une refus du militaire , l'autre loin d'avoir l'esprit pour cela)
Il n'empêche que s'informer ce n'est pas une idée stupide, le sujet de cette file y est propice.

Malgré ta position, et ton statut de polytechnicien, je ne prends pas pour argent comptant tout ce que tu dis, je recherche, je compare, quand le sujet m'intéresse et si les liens ne sont pas en anglais. La pratique de l'insulte est trop facile, il faut savoir se modérer.

signé
La cocotte

PS: t'imagine l'aura, de papoter avec un polytechnicien 8)
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#180 Message par Jeffrey » 02 oct. 2016, 01:30

:D
Allez, cocotte, c'est pas vraiment une insulte...
C'est presque une marque de familiarité.
J'ai beaucoup déchanté quand j'ai vu le nécessaire auto financement des grandes écoles.
Ca date de Mitterrand ce truc là, une haine de l'état central fort et de ses instruments.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30952
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: CPGE

#181 Message par ignatius » 02 oct. 2016, 07:07

Je viens de chercher, l'ENAC est classée comme une école du groupe A.
Moyenne au bac des admis : 16,17.

C'est intéressant de connaître ces éléments.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
clarine
-+
-+
Messages : 1952
Enregistré le : 20 juin 2015, 19:10

Re: CPGE

#182 Message par clarine » 02 oct. 2016, 08:18

Quelques réactions en vrac par rapports aux messages précédents. La connaissance, c'est le pouvoir (qui n'en veut du p'tit sujet de philo :mrgreen: ?). Aujourd'hui, avec internet, c'est difficile de ne pas accéder à cette connaissance, c'est vrai mais en même temps, la bonne information y est souvent noyée par une avalanche de blabla (oui, c'est comme ici !). Du coup, encore faut-il avoir la capacité d'extraire les pépites et de les exploiter...
Cela dit, il y a 20 à 30 ans (et plus), quand internet n'existait pas, assurément la connaissance des classes prépa, puisque c'est le sujet ici, n'était sans doute pas aussi largement diffusée mais, en fait, les "bons" élèves étaient tout à fait repérés par le corps professoral qui savait aller les chercher et leur parler des pistes post bac... Non, pas le CIO.

Pour le latin, j'y reviens, à l'époque d'aujourd'hui. Là encore, il faut souligner l'interventionnisme de l'école en matière de choix de la matière (et de sélection des meilleurs élèves pour faire... les meilleures classes ?). En ce qui concerne l'exemple que j'ai sous les yeux (ma fille donc, désolée pour le 3615 mylife :wink: ), comme je l'ai dit, elle ne voulait pas faire latin. Je lui en avais parlé mais sans trop insister (oui, je "savais" que c'était un des tickets d'entrée :roll: même si pas exclusif), elle m'avait dit que non, ça ne l'intéressait pas (comment pouvait-elle le savoir sans même connaître quoi que ce soit à la matière :roll: ?). J'avais accepté son choix, sachant par ailleurs que ce n'était pas cela qui l'empêcherait de tracer son bonhomme de chemin. Donc, nous n'avions pas coché la case latin comme option envisagée par l'élève pour l'année suivante (cf bulletin remis au 2ème trimestre pour connaître les intentions de l'enfant -ou de ses parents :mrgreen: ).
Et bingo, ça n'a pas trainé : nous avons eu droit à plusieurs incitations orales et écrites de la part du corps enseignant (en plus de la séance d'initiation destinée à ma fille) qui nous encourageaient vivement à lui faire suivre le latin en 5ème...

En aparté, je suis stupéfaite de constater que rien n'a changé en 30 ans, malgré les moult réformes de l'enseignement en France.

Avatar du membre
Bidibulle
~~+
~~+
Messages : 7804
Enregistré le : 06 sept. 2007, 13:38
Localisation : Dans les volcans qui riaient très fort

Re: CPGE

#183 Message par Bidibulle » 02 oct. 2016, 08:41

En plus, pas besoin de faire du latin, il suffit de faire comme le roi Loth. :mrgreen:
Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. (Gandhi)

Avatar du membre
Bidibulle
~~+
~~+
Messages : 7804
Enregistré le : 06 sept. 2007, 13:38
Localisation : Dans les volcans qui riaient très fort

Re: CPGE

#184 Message par Bidibulle » 02 oct. 2016, 08:50

ignatius a écrit :Je viens de chercher, l'ENAC est classée comme une école du groupe A.
Moyenne au bac des admis : 16,17.

C'est intéressant de connaître ces éléments.
Le soucis, c'est que les débouchés sont très fluctuants, voire limités si tu restes au périmètre France.

Un gars de ma prépa a intégré l'ENAC pilote en fin de sup. C'était son rêve, piloter. Ben, à la sortie, il a galéré grave : la pyramide des ages des pilotes d'Air France a fait qu'il y a eu 0 embauches pendant quelques années. Il passait de petites compagnies en petites compagnies sans les gros avantages des privilégiés d'Air France. Après j'ai perdu le contact avec lui.

Après, si ton fiston est prêt à travailler en Chine, là bas, y aura du boulot.
Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. (Gandhi)

Avatar du membre
clarine
-+
-+
Messages : 1952
Enregistré le : 20 juin 2015, 19:10

Re: CPGE

#185 Message par clarine » 02 oct. 2016, 09:02

Bidibulle a écrit :En plus, pas besoin de faire du latin, il suffit de faire comme le roi Loth. :mrgreen:
"Tempora mori, tempora mundis recorda. Voilà. Et bien ça, par exemple, ça veut absolument rien dire, mais l’effet reste le même, et pourtant j’ai jamais foutu les pieds dans une salle de classe attention !"

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30952
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: CPGE

#186 Message par ignatius » 02 oct. 2016, 09:20

Bidibulle a écrit :
ignatius a écrit :Je viens de chercher, l'ENAC est classée comme une école du groupe A.
Moyenne au bac des admis : 16,17.

C'est intéressant de connaître ces éléments.
Le soucis, c'est que les débouchés sont très fluctuants, voire limités si tu restes au périmètre France.

Un gars de ma prépa a intégré l'ENAC pilote en fin de sup. C'était son rêve, piloter. Ben, à la sortie, il a galéré grave : la pyramide des ages des pilotes d'Air France a fait qu'il y a eu 0 embauches pendant quelques années. Il passait de petites compagnies en petites compagnies sans les gros avantages des privilégiés d'Air France. Après j'ai perdu le contact avec lui.

Après, si ton fiston est prêt à travailler en Chine, là bas, y aura du boulot.
En Chine peut être pas.
Mais en Australie, Canada, pourquoi pas ?
Il ne faut plus réfléchir dans un périmètre national.
C'est pourquoi je suis inflexible sur l'anglais avec sa soeur et lui.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

lisa
Messages : 803
Enregistré le : 19 juin 2008, 12:04

Re: CPGE

#187 Message par lisa » 02 oct. 2016, 10:05

ignatius a écrit :
Bidibulle a écrit :
ignatius a écrit :Je viens de chercher, l'ENAC est classée comme une école du groupe A.
Moyenne au bac des admis : 16,17.

C'est intéressant de connaître ces éléments.
Le soucis, c'est que les débouchés sont très fluctuants, voire limités si tu restes au périmètre France.

Un gars de ma prépa a intégré l'ENAC pilote en fin de sup. C'était son rêve, piloter. Ben, à la sortie, il a galéré grave : la pyramide des ages des pilotes d'Air France a fait qu'il y a eu 0 embauches pendant quelques années. Il passait de petites compagnies en petites compagnies sans les gros avantages des privilégiés d'Air France. Après j'ai perdu le contact avec lui.

Après, si ton fiston est prêt à travailler en Chine, là bas, y aura du boulot.
En Chine peut être pas.
Mais en Australie, Canada, pourquoi pas ?
Il ne faut plus réfléchir dans un périmètre national.
C'est pourquoi je suis inflexible sur l'anglais avec sa soeur et lui.
Tu as raison une note inférieure à 8 en Anglais est éliminatoire au concours d'entrée pour devenir contrôleur aérien.
En revanche, il n'y a pas de problème de débouchés en sortie d'école puisque les élèves ont le statut de fonctionnaire:
http://www.enac.fr/fr/system/files/Noti ... A_2016.pdf

Pour l'ENAC( ingénieur ), les deux statuts sont possibles: Fonctionnaire( très peu de places ) ou Civil:
http://www.enac.fr/fr/system/files/Noti ... C_2016.pdf

Avatar du membre
henda
~~+
~~+
Messages : 5523
Enregistré le : 23 déc. 2010, 13:56

Re: CPGE

#188 Message par henda » 02 oct. 2016, 10:23

Jeffrey a écrit :
ignatius a écrit :
stchong a écrit :dernière info pour Ignatius

Des fois y'a ZERO place au concours contrôleurs aériens, dixit mon mari, il a beaucoup de contrôleurs aériens dans sa patientèle
Radar de Bretagne à moins de 10 km de son cabinet.
Oui.
Sauf que s'il veut faire ça, ce sera dans 10 ans.
Il ne t'as pas échappé que le transport aérien était en pleine expansion.
Qui dit traffic, dit gestion du traffic.
Mais ptet qu'il n'aura pas le niveau et fera ingénieur aéronautique ?
Ou ptet autre chose.
pour m'être professionnellement intéressé un petit peu à ça, il y a des algorithmes décisionnels qui sont en train de changer la donne en matière de trafic aérien. Je ne suis pas certain que ce soit vraiment un métier d'avenir...
Tout à fait. En ce moment, il y a des études pour remettre un peu à plat toute la gestion du trafic aérien au niveau européen (Ciel Unique Européen), permettant d'absorber plus de trafic avec moins de contrôleurs (ou du moins, ne pas augmenter les effectif proportionnellement avec la montée du trafic). Ce qui cause périodiquement des grèves chez les contrôleurs...

D'autre part, les systèmes informatiques progressent pour fournir de plus en plus d'assistance aux contrôleurs, dans le but de réduire leur nombre également. Mon métier consiste entre autre à détruire ces emplois :twisted:

Bon sinon, contrôleur aérien, faut aimer... Ça m'a l'air très routinier, répétitif et totalement dépourvu de créativité (application de process à 100%). C'est pas pour dénigrer, mais faut avoir un profil compatible si on ne veut pas s'ennuyer au boulot...

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30952
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: CPGE

#189 Message par ignatius » 02 oct. 2016, 11:09

henda a écrit : Bon sinon, contrôleur aérien, faut aimer... Ça m'a l'air très routinier, répétitif et totalement dépourvu de créativité (application de process à 100%). C'est pas pour dénigrer, mais faut avoir un profil compatible si on ne veut pas s'ennuyer au boulot...
Ben justement c'est le rôle de cette discussion.
Il rêve de cela, mais il se fait peut être une fausse idée de ce que cela peut être.
L'idée du stage de découverte me plait bien, pour valider ou invalider ce choix.

Par ailleurs, dans le cadre de ses études, peut être va t il se trouver une passion pour un autre domaine, ou une autre fonction dans le domaine aéronautique.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
henda
~~+
~~+
Messages : 5523
Enregistré le : 23 déc. 2010, 13:56

Re: CPGE

#190 Message par henda » 02 oct. 2016, 11:22

Si il veut palper un peu, il existe des « jeux », ou plutôt simulateurs de contrôle de trafic aérien. Exemple au hasard : Global ATC Simulator (pas testé, je ne sais pas ce qu'il vaut)

Certains sont même câblés avec des simulateurs de vols : tu as donc sur un même réseau (en ligne) des joueurs pilotes et des joueurs contrôleurs, par contre c'est un peu élitiste il me semble (application rigoureuse des procédures réelles, si tu fais n'importe quoi, on te dégage, ...). Voir VATSIM.

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#191 Message par Jeffrey » 02 oct. 2016, 11:25

ignatius a écrit :
Bidibulle a écrit :
ignatius a écrit :Je viens de chercher, l'ENAC est classée comme une école du groupe A.
Moyenne au bac des admis : 16,17.

C'est intéressant de connaître ces éléments.
Le soucis, c'est que les débouchés sont très fluctuants, voire limités si tu restes au périmètre France.

Un gars de ma prépa a intégré l'ENAC pilote en fin de sup. C'était son rêve, piloter. Ben, à la sortie, il a galéré grave : la pyramide des ages des pilotes d'Air France a fait qu'il y a eu 0 embauches pendant quelques années. Il passait de petites compagnies en petites compagnies sans les gros avantages des privilégiés d'Air France. Après j'ai perdu le contact avec lui.

Après, si ton fiston est prêt à travailler en Chine, là bas, y aura du boulot.
En Chine peut être pas.
Mais en Australie, Canada, pourquoi pas ?
Il ne faut plus réfléchir dans un périmètre national.
C'est pourquoi je suis inflexible sur l'anglais avec sa soeur et lui.
Ça veut dire quelque part que toi qui privilégies les relations familiales, tu envisages qu'un jour pas si lointain, ton fils parte s'installer à l'autre bout du monde. Pour faire quoi en définitive ? Observer des écrans radars avec des points qui clignotent. Il y fondera sa famille, sera indépendant bien sûr, parce que, bien entendu, il est dit que le rêve de chaque parent est que ses enfants soient indépendants...
Comme c'est un fil sur le futur lointain de tes enfants, et pas seulement sur les prépas. Ca m'intéresse que tu expliques ton point de vue là dessus.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 19476
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: CPGE

#192 Message par EmileZola » 02 oct. 2016, 11:28

Bidibulle a écrit :
ignatius a écrit :Je viens de chercher, l'ENAC est classée comme une école du groupe A.
Moyenne au bac des admis : 16,17.

C'est intéressant de connaître ces éléments.
Le soucis, c'est que les débouchés sont très fluctuants, voire limités si tu restes au périmètre France.

Un gars de ma prépa a intégré l'ENAC pilote en fin de sup. C'était son rêve, piloter. Ben, à la sortie, il a galéré grave : la pyramide des ages des pilotes d'Air France a fait qu'il y a eu 0 embauches pendant quelques années. Il passait de petites compagnies en petites compagnies sans les gros avantages des privilégiés d'Air France. Après j'ai perdu le contact avec lui.

Après, si ton fiston est prêt à travailler en Chine, là bas, y aura du boulot.
+1
C'est ce que je disais plus haut.

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30952
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: CPGE

#193 Message par ignatius » 02 oct. 2016, 11:36

Jeffrey a écrit : Ça veut dire quelque part que toi qui privilégies les relations familiales, tu envisages qu'un jour pas si lointain, ton fils parte s'installer à l'autre bout du monde. Pour faire quoi en définitive ? Observer des écrans radars avec des points qui clignotent. Il y fondera sa famille, sera indépendant bien sûr, parce que, bien entendu, il est dit que le rêve de chaque parent est que ses enfants soient indépendants...
Comme c'est un fil sur le futur lointain de tes enfants, et pas seulement sur les prépas. Ca m'intéresse que tu expliques ton point de vue là dessus.
Je suis pour l'expatriation temporaire, afin d'acquérir des expériences diverses, et s'ouvrir à d'autres pratiques professionnelles.
Par contre je suis pour un retour après cette expérience afin de faire profiter la communauté nationale des éléments positifs qui ont pu être appris durant l'expatriation.
Donc l'expatriation temporaire pour débloquer des situations ou comme accélérateur de carrière par exemple, mais non je ne suis pas pour l'expatriation définitive, même si parfois on ne choisit pas forcément.
Je préfère avoir des enfants qui trouvent ailleurs ce qu'ils cherchent, que des enfants obligés de renoncer à leurs rêves ici.
Par contre, je les inciterai fortement à prendre une maison avec une chambre pour leur vieux père :wink:

J'ai évoqué le Canada et l'Australie parce que j'ai de la famille là bas, et parce que les séjours y sont généralement courts, avec retour à la clé dans le pays d'origine assez souvent.
Les voir partir au Swaziland, en Mongolie, ou en Bolivie, ça ne serait pas pareil effectivement.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18751
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#194 Message par wasabi » 02 oct. 2016, 11:46

ignatius a écrit :En Chine peut être pas.
Mais en Australie, Canada, pourquoi pas ?
Vous avez quelque chose contre les asiatiques ?
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Indécis
~~+
~~+
Messages : 8201
Enregistré le : 19 mars 2009, 19:43

Re: CPGE

#195 Message par Indécis » 02 oct. 2016, 11:52

Jeffrey a écrit ::D
Allez, cocotte, c'est pas vraiment une insulte...
Cela dépend... A une époque, cela désignait les prostituées... :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Cocotte_(prostitu%C3%A9e)
vpl : "OUI les migrants violent beaucoup plus que les suédois".
vpl : "Indécis et Zoumana, je fais suivre vos messages à la DCRI, au service qui s'occupe des prédicateurs radicaux".

Avatar du membre
Pi-r2
Modérateur
Modérateur
Messages : 33641
Enregistré le : 08 juil. 2005, 19:31

Re: CPGE

#196 Message par Pi-r2 » 02 oct. 2016, 12:01

Indécis a écrit : Cela dépend... A une époque, cela désignait les prostituées... :
en même temps la plupart des mots désignent des prostituées :lol:
Les bonnes idées triomphent toujours. D'ailleurs c'est à cela qu'on reconnait qu'elles étaient bonnes.
mon statut de modérateur ne m'interdit pas de participer aux discussions. Je ne modère pas les discussions auxquelles je participe.

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#197 Message par Jeffrey » 02 oct. 2016, 12:40

ignatius a écrit :
Jeffrey a écrit : Ça veut dire quelque part que toi qui privilégies les relations familiales, tu envisages qu'un jour pas si lointain, ton fils parte s'installer à l'autre bout du monde. Pour faire quoi en définitive ? Observer des écrans radars avec des points qui clignotent. Il y fondera sa famille, sera indépendant bien sûr, parce que, bien entendu, il est dit que le rêve de chaque parent est que ses enfants soient indépendants...
Comme c'est un fil sur le futur lointain de tes enfants, et pas seulement sur les prépas. Ca m'intéresse que tu expliques ton point de vue là dessus.
Je suis pour l'expatriation temporaire, afin d'acquérir des expériences diverses, et s'ouvrir à d'autres pratiques professionnelles.
Par contre je suis pour un retour après cette expérience afin de faire profiter la communauté nationale des éléments positifs qui ont pu être appris durant l'expatriation.
Donc l'expatriation temporaire pour débloquer des situations ou comme accélérateur de carrière par exemple, mais non je ne suis pas pour l'expatriation définitive, même si parfois on ne choisit pas forcément.
Je préfère avoir des enfants qui trouvent ailleurs ce qu'ils cherchent, que des enfants obligés de renoncer à leurs rêves ici.
Par contre, je les inciterai fortement à prendre une maison avec une chambre pour leur vieux père :wink:

J'ai évoqué le Canada et l'Australie parce que j'ai de la famille là bas, et parce que les séjours y sont généralement courts, avec retour à la clé dans le pays d'origine assez souvent.
Les voir partir au Swaziland, en Mongolie, ou en Bolivie, ça ne serait pas pareil effectivement.
Ce n'est pas le contexte évoqué ici. On parle d'un métier en voie de disparition ou tout du moins de diminution drastique d'effectifs. Et il est évoqué la possibilité de l'exercer potentiellement dans un pays très loin pour trouver un emploi. Je ne vois pas en quoi une expatriation momentanée favoriserait au moment du retour l'emploi d'un personnel à la DGAC, organisme qui forme justement ses contrôleurs en fonction des besoins à venir, et chez lequel les employés sont quasiment fonctionnaires. C'est même a priori contre productif non ? Du moment que la DGAC forme ses personnels, c'est pour être en parfaite adéquation avec les protocoles et normes en vigueur. Tu crois que toi en tant que fonctionnaire des impôts, si tu avais exercé cinq ou dix ans à l'étranger, cela t'aurait valu une préséance au moment de passer un concours et d'être sélectionné ?
Cela marche effectivement pour certains métiers, comme parait il chercheur ou commercial, mais pour appliquer des protocoles et une réglementation ultra spécifique, je pense que c'est un plan de carrière moyen.
Quis custodiet ipsos custodes?

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8830
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#198 Message par Jeffrey » 02 oct. 2016, 13:03

ignatius a écrit :Je viens de chercher, l'ENAC est classée comme une école du groupe A.
Moyenne au bac des admis : 16,17.

C'est intéressant de connaître ces éléments.
Il faut aussi les décrypter.
Les groupes d'écoles sont organisés selon le classement de l'étudiant.
Il y a 25 ans, il y avait trois groupes, A,B et C.
Maintenant, il y en a 5 : A+,A , B,C, D
Demandons nous un instant pourquoi il n'y a pas cinq groupes : A, B, C, D et E :mrgreen:
on pourra faire un rapprochement avec le cinéma des agences de notation de la dette : AAA; AAB+, etc et tout le tintouin ridicule auquel on a eu le droit, avant que les états ne puissent emprunter à un taux tout simplement négatif aujourd'hui. :roll:

Initialement, les distinctions entre écoles se faisaient sur le caractère généraliste de la formation + le niveau de rémunération.
D'ailleurs, les deux étaient fortement corrélés évidemment.
Aujourd'hui, où tout semble si normalisé et où avoir un label fait partie d'un process de communication, le magazine l'étudiant établit son critère sur 3 choses :
le niveau académique + la proximité des entreprises (comprenant le salaire d'embauche) +l'ouverture à l'international

Une école comme ENAC est fortement technique, liée à une famille de métiers, donc la note de proximité à l'entreprise est très valorisée. Mais cela ne dit pas comment ça se passe à l'intérieur des différentes composantes de l'école (pilote/contrôleur...).
Les écoles sont en train de courir après un facteur d'échelle, notamment pour gagner des points sur le critère d'ouverture à l'international. Et à l'intérieur, on masque toutes les disparités de formation par débouchés sous spécifiques.
Comme c'est un peu la quadrature du cercle, certaines écoles n'arrivent pas à faire le grand écart, et prennent de la distance par rapport à ces classements. Par exemple, le mag l'usine nouvelle publie tous les ans un classement des écoles d'ingé selon une famille de critères de ce type.

Ce qui est drôle dans ce classement, c'est que l'X est première, mais les places 2 et 3 sont prises par l'UTC et les Mines de Nancy. ça fera sourire ceux qui connaissent les modalités de recrutement de ces formations et les cours dispensés. Pourquoi ce classement ? parce que le mag a pris en compte le nombre de startup crées par les diplômés de l'école, comme critère "d'innovation".
Les mauvaises langues pourront faire remarquer qu'il aurait peut être été plus pertinent de prendre comme critère les startups créées qui ne capotent pas au bout de deux ans. :mrgreen:
Ce qui est encore plus drôle, c'est que dans ce classement, on pourra chercher longtemps Centrale Paris et Supelec, puisque la direction de l'école a refusé de participer à ce classement en ne fournissant pas les données. Evidemment, nulle part ce n'est mentionné dans le classement de l'usine nouvelle.
Faut pas déconner non plus, comment vendre un classement auquel une des principales écoles d'ingénieur refuse de participer ? :lol:

Sinon, pour en revenir au classement de l'étudiant, exit des critères de type "formation d'ingé généraliste versus spécifique". C'est aussi parce que les ingés sont devenus des consommables en sortie d'école, et que la notion d'investissement à long terme pour les entreprises est une chose qui disparait...
Quis custodiet ipsos custodes?

Boeuf1803
Messages : 139
Enregistré le : 21 août 2015, 09:59

Re: CPGE

#199 Message par Boeuf1803 » 02 oct. 2016, 13:54

Juste un petit mot sur un point qui apparaît aussi sur d'autres sujets et que je vis un peu au quotidien à travers ma chère et tendre (qui est prof, mais pas en prépa, loin s'en faut). Il est vrai que l'enseignement en France est sciemment détruit par nos élites complètement laissé à l'abandon. Les meilleurs profs que j'ai eu je les ai eu en prépa (Lycée Rabelais St Brieuc, petite prépa de province profonde donc). Ils étaient bons, pédagogues, et surtout extrêmement impliqués sur chaque élève (je dois d'ailleurs à mon prof de maths de MP la suite de mon orientation). ces profs bossaient probablement autant que leurs élèves, la différence c'est que ça ne dure pas que 2 ans...
J'ai eu par la suite l'occasion de faire un été comme vacataire à sa banque, et, voyant ce qui se fait aujourd'hui dans le privé (et ce qu'accessoirement je touche pour pas grand chose) je suis vraiment outré du peu qu'on les paye...sans parler du manque de considération.
Bref l'EN est vraiment devenu le parent pauvre de la république, et c'est d'une infinie tristesse.
Je ne peux malheureusement pas croire que ce soit involontaire... :|

Edit : Cela m'est d'autant plus douloureux que l'école de la république, et l'état plus généralement, ça a un sens chez nous. Parents communistes pour qui l'école de leurs enfants n'aurait pu être autre chose que l'établissement public le proche du domicile. S'il n'y avait pas eu la carte scolaire ils l'auraient inventée.

lisa
Messages : 803
Enregistré le : 19 juin 2008, 12:04

Re: CPGE

#200 Message par lisa » 02 oct. 2016, 15:21

Jeffrey a écrit :
ignatius a écrit :
Jeffrey a écrit : Ça veut dire quelque part que toi qui privilégies les relations familiales, tu envisages qu'un jour pas si lointain, ton fils parte s'installer à l'autre bout du monde. Pour faire quoi en définitive ? Observer des écrans radars avec des points qui clignotent. Il y fondera sa famille, sera indépendant bien sûr, parce que, bien entendu, il est dit que le rêve de chaque parent est que ses enfants soient indépendants...
Comme c'est un fil sur le futur lointain de tes enfants, et pas seulement sur les prépas. Ca m'intéresse que tu expliques ton point de vue là dessus.
Je suis pour l'expatriation temporaire, afin d'acquérir des expériences diverses, et s'ouvrir à d'autres pratiques professionnelles.
Par contre je suis pour un retour après cette expérience afin de faire profiter la communauté nationale des éléments positifs qui ont pu être appris durant l'expatriation.
Donc l'expatriation temporaire pour débloquer des situations ou comme accélérateur de carrière par exemple, mais non je ne suis pas pour l'expatriation définitive, même si parfois on ne choisit pas forcément.
Je préfère avoir des enfants qui trouvent ailleurs ce qu'ils cherchent, que des enfants obligés de renoncer à leurs rêves ici.
Par contre, je les inciterai fortement à prendre une maison avec une chambre pour leur vieux père :wink:

J'ai évoqué le Canada et l'Australie parce que j'ai de la famille là bas, et parce que les séjours y sont généralement courts, avec retour à la clé dans le pays d'origine assez souvent.
Les voir partir au Swaziland, en Mongolie, ou en Bolivie, ça ne serait pas pareil effectivement.
Ce n'est pas le contexte évoqué ici. On parle d'un métier en voie de disparition ou tout du moins de diminution drastique d'effectifs. Et il est évoqué la possibilité de l'exercer potentiellement dans un pays très loin pour trouver un emploi. Je ne vois pas en quoi une expatriation momentanée favoriserait au moment du retour l'emploi d'un personnel à la DGAC, organisme qui forme justement ses contrôleurs en fonction des besoins à venir, et chez lequel les employés sont quasiment fonctionnaires. C'est même a priori contre productif non ? Du moment que la DGAC forme ses personnels, c'est pour être en parfaite adéquation avec les protocoles et normes en vigueur. Tu crois que toi en tant que fonctionnaire des impôts, si tu avais exercé cinq ou dix ans à l'étranger, cela t'aurait valu une préséance au moment de passer un concours et d'être sélectionné ?
Cela marche effectivement pour certains métiers, comme parait il chercheur ou commercial, mais pour appliquer des protocoles et une réglementation ultra spécifique, je pense que c'est un plan de carrière moyen.
Ce qu'il faut comprendre c'est que TOUS les contrôleurs aériens sont fonctionnaires, donc il n'est pas question en sortie d'école de s'expatrier pour trouver du boulot. Ce n'est pas le cas des ingénieurs formés à l'ENAC qui dans leur majorité travailleront dans le privé.
Quant à l'avenir de la profession de contrôleur.....Le syndicat semble assez puissant :mrgreen: :
http://www.sncta.fr/?wpfb_dl=931

Répondre