CPGE

Discussions et revue de presse sur des thèmes ne relevant ni de la politique ni de l'économie et des finances: technologies, emploi, écologie, transport, sport...
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
caroline77
Modérateur
Modérateur
Messages : 7430
Enregistré le : 05 févr. 2012, 09:56
Localisation : Canada

Re: CPGE

#301 Message par caroline77 » 06 oct. 2016, 16:52

franckyfranck a écrit :Exemple je connais un X qui bosse à la DGA. Il est bien payé mais pas au niveau de ce que vaudrait un X dans le privé. Il a un certain nombre d'avantages en nature, dont un logement pas cher (pas vraiment du HLM mais c'est l'idée). Par rapport à ses camarades du privé, il est frustré car eux ont déjà acheté un logement de "standing" et en ont remboursé une partie (ca se passe en région parisienne et on parles effectivement de très haut salaires avec le conjoint qui est souvent du même monde). Bien sur tant qu'il reste dans son logement fourni par l'administration il vit bien. Mais cela veut dire au bout d'un moment renoncer à toute mobilité professionelle hors de la FP. Car recommencer à 40 ans sans capital quand tes camarades sont en voie de finir de payer leur logement c'est dur. (Avec les augmentations de salaire, ces crédits la ne dureront pas 20 ans).
C'est anormal de ne pas avoir de capital à 40 ans, dans ces niveaux de salaire. Surtout que je lis qu'il est logé à peu de frais. Ne pas avoir de capital peut provenir du fait de gagner peu, mais aussi du fait de ne pas du tout savoir gérer un budget, de dépenser en excès dans des choses inutiles. Les témoignages de personnes gagnant du 10.000 net par mois et n'ayant quasi aucun capital, j'en ai déjà lu.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 16467
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: CPGE

#302 Message par kamoulox » 06 oct. 2016, 17:04

Mon ex bossait dans le recouvrement de crédit.

Tu avais des patrons, médecins, joueurs de foot qui étaient dans la mouise

Ya tout les profils Meme des friqués

Quand t'as du pognon tu comptes plus et tu peux te mettre dans le caca

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18130
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#303 Message par wasabi » 06 oct. 2016, 18:04

kamoulox a écrit :Mon ex bossait dans le recouvrement de crédit.

Tu avais des patrons, médecins, joueurs de foot qui étaient dans la mouise

Ya tout les profils Meme des friqués

Quand t'as du pognon tu comptes plus et tu peux te mettre dans le caca
le train de vie n'a rien à voir avec les revenus ou le patrimoine contrairement à ce que beaucoup pensent. Il y a juste que sur le moyen terme si il est nettement trop élevé par rapport aux deux autres certaines réalités rattrapent les gens.

Les médecins, avocats et autres professions libérales sont des professions connues pour avoir des train de vie nettement élevé par rapport à leur revenus car ils doivent montrer par leurs dépenses qu'ils réussissent afin d'attirer de la clientèle. Alors qu'à l'opposé les métiers réputés "de gauche" peuvent se permettre de dépenser peu. Style un prof de CPGE peut gagner comme un cadre sup et s'habiller comme un ouvrier, une chemise et un jean de C&A font l'affaire. Un conducteur de TGV peut gagner comme un commercial,...
De même il y a la localisation des emplois, par exemple un petit patron de PME de province pourra se loger bien pour pas cher, alors que le cadre obligé de travailler à Paris se coupera un bras pour une cage à lapin.
Il y aussi l'insatisfaction du travail qui génère de la frustration, du stress et l'envie de dépenser pour compenser en se disant qu'on ne fait pas ça pour rien et qu'on est un winner. Style des voyages à l'autre bout du monde de façon régulière, des restos plus chers que de nécessaire, des cigares et des alcools fins...
Et enfin le rapport à l'argent hérité de sa famille et ses expériences propres de quand on était mineur. Le rapport à l'argent est quelque chose de très complexe et subtil.

Et le pire c'est que les gens souvent n'en ont pas conscience car ils se comparent avec leurs connaissances et évaluent le côté dispendieux de leur style de vie par rapport à eux ou par rapport à ce qu'ils peuvent voir dans les médias. Or leurs connaissances peuvent très bien ne pas être représentatives et dépenser trop ou trop peu. Et de plus, il est prouvé que les médias montrent n'importent quoi. Par exemple dans les films et séries américaines, les personnages ont des train de vie qui nécessitent un revenu en moyenne au moins 4 fois supérieur à ce que les gens faisant cela IRL peuvent gagner.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
Parsifal
-+
-+
Messages : 1837
Enregistré le : 09 févr. 2015, 10:22

Re: CPGE

#304 Message par Parsifal » 06 oct. 2016, 19:01

Jeffrey a écrit : Ceux qui terminent dans les 20 premiers sont des bourreaux de travail. Ils ne sont pas forcément plus fins que les autres (parfois même le contraire), mais ce sont ceux qui continuent de s'enfermer dans leur piaule tous les soirs pour cravacher les compos de classement alors que les autres sont des étudiants payés nourris et blanchis...
Chacun ses choix.
De ma promo, les plus fins n'étaient pas dans les 20 premiers, loin de là. Mais les plus bosseurs, assurément oui.
Ceux que je connais vraiment bien ont réalisé la chose tout en étant en quasi roue libre... (ok un des trois à juste eu corps des télécoms, honte à lui).
Sur les trois :
- Un est marié à une héritière. Il est excellent dans son boulot, mais finalement sa paie du corps n'est que son argent de poche.
- Un est parti chez Google car le poste de "Full Professor" qui lui était offert dès la sortie de sa thèse n'était pas assez rémunéré.
- Le dernier est parti dans un groupe financer après une demande un peu trop insistante de son corps pour appliquer ses travaux à un certain ministère.

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 8772
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: CPGE

#305 Message par optimus maximus » 06 oct. 2016, 19:10

Y a plein de polytechniciens qui commencent dans la fonction publique, ce qui leur permet d'acquérir des compétences et des réseaux qu'ils utiliseront dans le privé où ils peuvent prétendre à de très très hautes responsabilités.

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8139
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#306 Message par Jeffrey » 07 oct. 2016, 12:48

optimus maximus a écrit :Y a plein de polytechniciens qui commencent dans la fonction publique, ce qui leur permet d'acquérir des compétences et des réseaux qu'ils utiliseront dans le privé où ils peuvent prétendre à de très très hautes responsabilités.
non, pas vraiment. C'est une idée assez fausse de la réalité.
je préfère l'universalisme au différentialisme

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7069
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: CPGE

#307 Message par stchong » 07 oct. 2016, 12:54

Suite à manque de profs, dénoncé aujourd'hui par la FCPE, entendu ce matin, un jeune ingé (je ne sais de quelle école ou fac) disant avoir raté le concours de prof, parce que le niveau demandé dans le concours étaient celui de mats sup donc il était incapable répondre à une seule question. Voilà, voilà, donc y'a pas un manque de demande pour être enseignant, le niveau du concours reste élevé.
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/20107)

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8139
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: CPGE

#308 Message par Jeffrey » 07 oct. 2016, 12:59

Parsifal a écrit :
Jeffrey a écrit : Ceux qui terminent dans les 20 premiers sont des bourreaux de travail. Ils ne sont pas forcément plus fins que les autres (parfois même le contraire), mais ce sont ceux qui continuent de s'enfermer dans leur piaule tous les soirs pour cravacher les compos de classement alors que les autres sont des étudiants payés nourris et blanchis...
Chacun ses choix.
De ma promo, les plus fins n'étaient pas dans les 20 premiers, loin de là. Mais les plus bosseurs, assurément oui.
Ceux que je connais vraiment bien ont réalisé la chose tout en étant en quasi roue libre... (ok un des trois à juste eu corps des télécoms, honte à lui).
Sur les trois :
- Un est marié à une héritière. Il est excellent dans son boulot, mais finalement sa paie du corps n'est que son argent de poche.
- Un est parti chez Google car le poste de "Full Professor" qui lui était offert dès la sortie de sa thèse n'était pas assez rémunéré.
- Le dernier est parti dans un groupe financer après une demande un peu trop insistante de son corps pour appliquer ses travaux à un certain ministère.
Je n'ai pas bien compris en quoi ton expérience de fréquentation de trois X dont tu décris le parcours professionnel/familial te permet d'affirmer qu'ils sont un cran au dessus des autres (en matière de performances au travail). J'ai peut-être loupé une part implicite de ton argumentaire ?
Toujours est-il qu'en ce qui concerne ceux de ma promo, je suis incapable de mettre un visage sur le nom du major de sortie. Je crois que je ne l'ai jamais vu sortir de sa piaule pour faire autre chose que pougner (bachoter en argot X). (Et c'est pas un problème de mémoire chez moi, parce que j'arrive à me rappeler des conversations à table au magnan et à l'endroit où je m'asseyais dans le réfectoire, près de trente ans après :mrgreen: :oops: :cry: )
La personne la plus brillante intellectuellement que j'ai rencontrée à l'X n'était pas le major de promo, ni le second, c'était le généK. Je ne l'ai jamais vu ailleurs qu'au bobard (le bar), il picolait et fumait à longueur de journée, et avait choisi de tenir "un rôle " social. J'ai toujours considéré qu'il était plus important pour lui d'être intégré aux autres que de montrer ses réelles capacités, il suffisait d'échanger avec lui pour comprendre l'ampleur de son "jardin secret". Il a fini dans les soixantièmes au classement de sortie je crois (ce qui veut dire qu'on me l'a dit, j'ai retenu, mais jamais vérifié).
je préfère l'universalisme au différentialisme

Avatar du membre
Adrien31
Messages : 1273
Enregistré le : 17 déc. 2009, 18:53

Re: CPGE

#309 Message par Adrien31 » 07 oct. 2016, 13:00

stchong a écrit :Suite à manque de profs, dénoncé aujourd'hui par la FCPE, entendu ce matin, un jeune ingé (je ne sais de quelle école ou fac) disant avoir raté le concours de prof, parce que le niveau demandé dans le concours étaient celui de mats sup donc il était incapable répondre à une seule question. Voilà, voilà, donc y'a pas un manque de demande pour être enseignant, le niveau du concours reste élevé.
Si un ingé n'est pas capable de répondre à une seule question niveau maths sup (donc 1ère année CPGE) il faudrait qu'il se pose des questions sur lui-même...

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18130
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#310 Message par wasabi » 07 oct. 2016, 14:08

Adrien31 a écrit :
stchong a écrit :Suite à manque de profs, dénoncé aujourd'hui par la FCPE, entendu ce matin, un jeune ingé (je ne sais de quelle école ou fac) disant avoir raté le concours de prof, parce que le niveau demandé dans le concours étaient celui de mats sup donc il était incapable répondre à une seule question. Voilà, voilà, donc y'a pas un manque de demande pour être enseignant, le niveau du concours reste élevé.
Si un ingé n'est pas capable de répondre à une seule question niveau maths sup (donc 1ère année CPGE) il faudrait qu'il se pose des questions sur lui-même...
plus de la moitié des ingénieurs sortants actuels n'ont pas mis les pieds en CPGE. Beaucoup même ont fait un DUT / BTS à la place et ont un niveau en math pas glorieux. Je connais plusieurs ingénieurs qui ont fait des DUT et n'ont même pas eu 10 en math au bac.
Modifié en dernier par wasabi le 07 oct. 2016, 14:53, modifié 1 fois.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 18325
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: CPGE

#311 Message par EmileZola » 07 oct. 2016, 14:42

Nivellement par le bas !
"Bisexuality immediately doubles your chances for a date on Saturday night."
Woody Allen

Avatar du membre
FunamBulle
+
+
Messages : 2522
Enregistré le : 15 avr. 2009, 13:30
Localisation : pns ǝɹǝɥdsıɯǝɥ

Re: CPGE

#312 Message par FunamBulle » 07 oct. 2016, 15:10

EmileZola a écrit :Nivellement par le bas !
Moi je connais un ingénieur sur ce forum qui n'aurait pas 5 au bac en sciences éco. Genre "le travail ça ne se partage pas ..." des trucs comme ça !

Avatar du membre
Pepelsky
-+
-+
Messages : 2026
Enregistré le : 23 août 2012, 14:46
Localisation : Blois

Re: CPGE

#313 Message par Pepelsky » 07 oct. 2016, 15:17

stchong a écrit :Suite à manque de profs, dénoncé aujourd'hui par la FCPE, entendu ce matin, un jeune ingé (je ne sais de quelle école ou fac) disant avoir raté le concours de prof, parce que le niveau demandé dans le concours étaient celui de mats sup donc il était incapable répondre à une seule question. Voilà, voilà, donc y'a pas un manque de demande pour être enseignant, le niveau du concours reste élevé.
Si c'est du capes de maths dont ils'agit, le niveau des questions va au-delà de math sup, plutôt maths spé et un peu plus.
Ensuite, on peut être admissible sans répondre aux questions les plus difficiles.
Si tu n'as pas encore traversé la rivière, ne te moque pas de celui qui se noie.

Avatar du membre
Marie 94
-+
-+
Messages : 2472
Enregistré le : 28 janv. 2016, 18:50

Re: CPGE

#314 Message par Marie 94 » 08 oct. 2016, 19:00

Pour répondre à la question initiale d'Ignatius, je dirai qu'il faut etre prudent à ne pas analyser les débouchés de demain à partir de notre expérience qui date d'hier (quand on était en CPGE il y à 10 ou 20 ans). Des métiers apparaissent, d'autres disparaissent. Bcp travaille dans un domaine qui n'a rien à voir avec leurs études. En fait, les métiers sollicitant notre cerveau gauche rationnel sont confrontés aux 3 risques que sont l'automatisation, l'abondance de profils similaires en France, la concurrence des salariés qualifiés des pays à moindre cout (cf. The whole new mind de Daniel Pink).

Les hiérarchies ne sont pas immuable. Des écoles décriées hier (on parlait de l'Epita plus haut, à mon époque fin des 90's c'est perçue comme une escroquerie) sont réputés aujourd'hui parmi les post-bac. La prépa c'est qqch de formateur où l'on apprend des qualités qui sont utiles dans le monde du travail au-delà de la simple finalité d'integrer une grande école, mais ça n'est plus le passage obligé (dvt des amissions parallèles dans nos écoles, concurrence des filières à l'étranger).
Enfin, gare aux échantillons d'amis winners qui affichent leur réussite avec des intitulés de poste ronflant et des K€.
Chaque chose en son temps pour notre Ignatius junior qui a encore du temps pour choisir sa voie.
Delambre : "Donc finale Europe-Afrique demain... En tant qu'européen, mon soutien ira bien-sûr à l'équipe de Croatie."

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 18325
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: CPGE

#315 Message par EmileZola » 08 oct. 2016, 19:07

C'est vrai que l'epita, à mon époque, c'était l'école bas de gamme où on allait quand on avait raté tous ses concours, et qu'on avait du POGNON pour acheter son diplôme.
"Bisexuality immediately doubles your chances for a date on Saturday night."
Woody Allen

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7069
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: CPGE

#316 Message par stchong » 08 oct. 2016, 19:16

EmileZola a écrit :C'est vrai que l'epita, à mon époque, c'était l'école bas de gamme où on allait quand on avait raté tous ses concours, et qu'on avait du POGNON pour acheter son diplôme.
Et eux ont appris à se faire de la pub et jouer des réseaux :mrgreen:
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/20107)

Avatar du membre
Marie 94
-+
-+
Messages : 2472
Enregistré le : 28 janv. 2016, 18:50

Re: CPGE

#317 Message par Marie 94 » 08 oct. 2016, 19:18

EmileZola a écrit :C'est vrai que l'epita, à mon époque, c'était l'école bas de gamme où on allait quand on avait raté tous ses concours, et qu'on avait du POGNON pour acheter son diplôme.
Ils sont accrédités CTI désormais et on crée l'Epitech. Mon beauf pourtant élève brillant TS ne voulait pas faire prépa et a fait l'Epitech. Je l'avais mis en garde avec mon referentiel «t'es brillant, tu veux pas faire prepa+Ingé, non mais allo quoi!». A la fin, il a kiffé ses années écoles dont 1 à l'étranger et a trouvé un CDI plutôt bien payé avant même d'etre diplômé. Comme quoi...
Delambre : "Donc finale Europe-Afrique demain... En tant qu'européen, mon soutien ira bien-sûr à l'équipe de Croatie."

Avatar du membre
Bidibulle
~~+
~~+
Messages : 7515
Enregistré le : 06 sept. 2007, 13:38
Localisation : Dans les volcans qui riaient très fort

Re: CPGE

#318 Message par Bidibulle » 08 oct. 2016, 19:34

Bah, au final, toutes ces études ne valent pas l'école de la vie win. :mrgreen:
Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. (Gandhi)

Avatar du membre
EmileZola
~~+
~~+
Messages : 18325
Enregistré le : 01 août 2011, 17:23

Re: CPGE

#319 Message par EmileZola » 08 oct. 2016, 20:06

Marie 94 a écrit :
EmileZola a écrit :C'est vrai que l'epita, à mon époque, c'était l'école bas de gamme où on allait quand on avait raté tous ses concours, et qu'on avait du POGNON pour acheter son diplôme.
Ils sont accrédités CTI désormais et on crée l'Epitech. Mon beauf pourtant élève brillant TS ne voulait pas faire prépa et a fait l'Epitech. Je l'avais mis en garde avec mon referentiel «t'es brillant, tu veux pas faire prepa+Ingé, non mais allo quoi!». A la fin, il a kiffé ses années écoles dont 1 à l'étranger et a trouvé un CDI plutôt bien payé avant même d'etre diplômé. Comme quoi...
Parce qu'il y a une pénurie de main d'œuvre en informatique.
"Bisexuality immediately doubles your chances for a date on Saturday night."
Woody Allen

Avatar du membre
Sifar
~~+
~~+
Messages : 6200
Enregistré le : 13 mai 2008, 19:52

Re: CPGE

#320 Message par Sifar » 08 oct. 2016, 20:22

stchong a écrit :Suite à manque de profs, dénoncé aujourd'hui par la FCPE, entendu ce matin, un jeune ingé (je ne sais de quelle école ou fac) disant avoir raté le concours de prof, parce que le niveau demandé dans le concours étaient celui de mats sup donc il était incapable répondre à une seule question. Voilà, voilà, donc y'a pas un manque de demande pour être enseignant, le niveau du concours reste élevé.
:lol:
...and suddenly, out of the blue, and with absolutely no reason at all people voted for Adolf Hitler.

Ils n'ont pas de homard ? Qu'ils mangent des kebabs!
( Adapté de Sibeth N'diaye, porte-parole du gouvernement de la République Française. ( ou pas. )

lisa
Messages : 785
Enregistré le : 19 juin 2008, 12:04

Re: CPGE

#321 Message par lisa » 09 oct. 2016, 19:10

Bonsoir,
Marie 94 a écrit :Pour répondre à la question initiale d'Ignatius, je dirai qu'il faut etre prudent à ne pas analyser les débouchés de demain à partir de notre expérience qui date d'hier (quand on était en CPGE il y à 10 ou 20 ans). Des métiers apparaissent, d'autres disparaissent. Bcp travaille dans un domaine qui n'a rien à voir avec leurs études. En fait, les métiers sollicitant notre cerveau gauche rationnel sont confrontés aux 3 risques que sont l'automatisation, l'abondance de profils similaires en France, la concurrence des salariés qualifiés des pays à moindre cout (cf. The whole new mind de Daniel Pink).

Les hiérarchies ne sont pas immuable. Des écoles décriées hier (on parlait de l'Epita plus haut, à mon époque fin des 90's c'est perçue comme une escroquerie) sont réputés aujourd'hui parmi les post-bac. La prépa c'est qqch de formateur où l'on apprend des qualités qui sont utiles dans le monde du travail au-delà de la simple finalité d'integrer une grande école, mais ça n'est plus le passage obligé (dvt des amissions parallèles dans nos écoles, concurrence des filières à l'étranger).
Enfin, gare aux échantillons d'amis winners qui affichent leur réussite avec des intitulés de poste ronflant et des K€.
Chaque chose en son temps pour notre Ignatius junior qui a encore du temps pour choisir sa voie.
Entièrement d'accord. Cela dit la motivation ayant une incidence importante sur la réussite scolaire, il est très bien que ce jeune garçon se soit déjà fixé un objectif précis, d'autant que cet objectif semble ( du moins pour l'instant ) en rapport avec ses capacités.
Si son père veut se tenir au courant de l'évolution des concours post CPGE, je lui conseille d'aller plutôt sur le forum des classes prépas ( actuellement un peu en panne....). Il y trouvera beaucoup d'informations ( à trier comme souvent ).
Par exemple sur les contrôleurs aériens :
http://forum.prepas.org/viewtopic.php?f=38&t=58435

franckyfranck
+
+
Messages : 2575
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: CPGE

#322 Message par franckyfranck » 10 oct. 2016, 11:32

Les hiérarchies ne sont pas immuable. Des écoles décriées hier (on parlait de l'Epita plus haut, à mon époque fin des 90's c'est perçue comme une escroquerie) sont réputés aujourd'hui parmi les post-bac. La prépa c'est qqch de formateur où l'on apprend des qualités qui sont utiles dans le monde du travail au-delà de la simple finalité d'integrer une grande école, mais ça n'est plus le passage obligé (dvt des amissions parallèles dans nos écoles, concurrence des filières à l'étranger).

...

C'est vrai que l'epita, à mon époque, c'était l'école bas de gamme où on allait quand on avait raté tous ses concours, et qu'on avait du POGNON pour acheter son diplôme.
Surtout il y a un décalage entre le niveau des écoles et leur perception par le public. L'Epita de 98-99 était déjà plus que correcte. Et franchement vu le niveau en terminale des étudiants recrutés la bas et ce qu'elle en a fait, l'école a fait du bon boulot. Elle a recruté des étudiants dont certains étaient plus que limite et en a fait globalement de bons professionnels. Elle l'a cela dit fait au prix d'un taux d'échec important. Environ 35% des recrutés en terminale avaient le diplome en 5 ans. (Pour y rentrer je confirme il suffisait de payer, pour en sortir c'était plus dur).

L'Epita d'aujourd'hui dépend de la réputation de ceux sortis au début des années 2000. Elle ne dit rien sur la formation d'aujourd'hui (je ne dis pas qu'elle est mauvaise je n'en sais rien).

Ensuite on confond souvent la qualité des écoles avec celle des étudiants qui y rentrent. Alors qu'il vaudrait parfois mieux considérer la valeur ajoutée apportée.
Parce qu'il y a une pénurie de main d'œuvre en informatique.
Bien sur la santé du secteur informatique a aidé l'Epita (puis l'Epitech). Mais d'autres écoles privées d'informatique qui étaient reconnues par la CTI ont connu un déclin relatif durant cette période. Je me souviens d'une école concurrente dont nous accueillions les étudiants qui avaient raté leur année. Quelques années plus tard, c'était l'inverse, ils accueillaient nos étudiants en échec. Le marché qui nous portait aurait du les porter aussi pourtant. Pire, on n'avait pas encore la CTI. Donc les gens quittaient une école non-CTI en échec pour aller dans une école CTI.

Mais on avait ici (et on a toujours) deux choses :
- Une pédagogie différente qui va convenir très bien à des étudiants à qui le système scolaire ne convient pas.
- Des compétences acquises différentes de celles fournies par les autres écoles (en lien avec la pédagogie différentes) et qui en soit correspondent mieux au besoin du marché.

Approfondissons :
- Epit{a, ech} et 42 vantent leur "piscine". C'est une métaphore. En début d'année on te met dans le bain et on regarde si tu flotte. Traduire, tu as des projets à rendre et tu te débrouille. La méthode horrifie certains étudiants trop "scolaires" mais peut se révèler très stimulante pour des étudiants non adaptés au système scolaire. Pas d'encadrement lourds, pas trop de règles, des problèmes concrets (mais complexes) pour lesquels trouver une solution, et finalement un environnement qui ressemble à la vraie vie. A Epita contrairement aux deux autres, on avait des cours théoriques a coté. C'était une bonne chose. Ils venaient volontairement trop tard, mais au moins, tu pouvais comprendre en quoi le cours t'aurait aidé à résoudre plus vite le problème sur lequel tu t'étais cassé les dents.
- Plus que l'excellence technologique (même si elle est réelle), l'école forme des jeunes débrouillards. Un jeune non autonome, même très bon, ne réussira pas à l'Epita alors qu'il peut réussir honorablement en prépa. C'est un réel besoin dans la vraie vie. Le plus souvent on recrute quelqu'un non pas parce qu'il est Albert Einstein mais parce que l'on sait que quoi qu'il arrive il trouvera un chemin. Il faudra peut être transgresser les règles, ne pas faire les choses dans les règles de l'art, présenter les choses différamment, bref, la fin justifiera les moyens. La dessus je dois dire que ma formation à l'Epita a été excellente. Quand tu sors, tu sais que tu peux te sortir de n'importe quoi. Et il n'y a pas grand chose qui te fait peur, tu as une confiance en toi démesuré. A l'inverse, un jeune brillant qui n'est pas prêt à se plier au système et à faire du calcul pour du calcul (même si cela ne suffit pas pour avoir l'X) n'a aucune chance en prépa. (Pégagogie différente). La prépa t'apprend à te plier au système aussi absurde qu'il soit. C'est également une compétence utile que l'on ne s'y trompe pas. Mais dans certains boulots tu cherche le bulldozer qui fera marcher les choses coute que coute. Epitech et 42 ont les mêmes caractéristiques.
- Le fait que ces écoles donnent une formation technique très solide est valorisé à l'heure ou toutes les écoles se veulent "généralistes". Quand toutes les écoles étaient plus ou moins spécialistes (y compris les mines qui te formaient des géologues pour l'IFP et Total), les quelques écoles généralistes sortaient du lot. C'était "rare" et recherché. Aujourd'hui la moindre école de 'Mot2Cambronne' tient à se dire généraliste. Celui qui arrive avec une expertise est alors valorisé par le marché car rare. Avoir des experts, c'est un VRAI besoin à l'heure ou on ne forme plus que des généralistes. Maintenant si dans 30 ans on ne forme plus que des experts, il faudra faire des études généralistes.

Donc non cela marche avant tout car c'est différent et adapté à un besoin du marché et à un type d'étudiant. Si tu es ce type d'étudiant alors
Mais la CPGE aussi est adapté à un type d'étudiant et il y a un marché pour ce type d'étudiants transofrmé par la CPGE.

Donc le plus important la dessus est de savoir ce que l'on est et ce que l'on veut. La formation adaptée coule alors de source si l'on se renseigne. J'ai fait le bon choix en choisissant l'Epita j'en connais qui auraient du faire une CPGE et inversement.

Bref, regarder le projet du gosse et ce qu'apportera l'école, pas la réputation des écoles.

franckyfranck
+
+
Messages : 2575
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: CPGE

#323 Message par franckyfranck » 10 oct. 2016, 11:39

Les meilleurs sont forcément ceux qui veulent le plus gros salaire? :roll:
Ben franchement, tu as le choix entre un boulot à 30K et un boulot à 55K tu choisis lequel ? Soit il y a une différence d'intérêt énorme entre les deux tafs (genre le boulot de tes rêves contre un boulot qui te déprimes), soit tu considére que le boulot à 30K va t'ouvrir des portes que celui à 55 ne t'ouvrira pas (et donc tu ivnestis pour plus tard) soit tu va tout simplement choisir celui à 55.

D'ou le fait que c'est très dur d'avoir de bons éléments si tu paie mal. Ne serait ce que parce que tu as des concurrents et que ca va les intérésser de débaucher un mec qu'ils savent bon.

Genre j'ai vu des tas de jeunes qui en soit seraient bien allé faire de la recherche dans le public. Mais un jour une offre chez Google, Facebook ou autre arrive. Tu embauche à 150K aux US, tu sais que tu passera vite les 200. De l'autre coté tu as un poste de MDC à 1700. Faut vraiment avoir la foi pour ne pas prendre l'offre du privé. Et au bout de quelques années de carrière quand le jeune a compris le monde dans lequel il vit, il a moins la foi.

Avatar du membre
Sifar
~~+
~~+
Messages : 6200
Enregistré le : 13 mai 2008, 19:52

Re: CPGE

#324 Message par Sifar » 10 oct. 2016, 11:47

Something went terribly wrong...
En fait, nous sommes en train de prendre le pire des deux cultures française et américaine.
Egalitarisme/constructivisme à la française: on est tous pareils, une formation adaptée peut transformer des escargots en lévriers.
Pragmatisme/haine de la théorie, à l'américaine: ce qui compte, c'est de se débrouiller, make it work, patch it, fix it..

Il faut juste avoir le pognon pour se payer un Von braun ou un Von Neumann pour faire le vrai boulot.
...and suddenly, out of the blue, and with absolutely no reason at all people voted for Adolf Hitler.

Ils n'ont pas de homard ? Qu'ils mangent des kebabs!
( Adapté de Sibeth N'diaye, porte-parole du gouvernement de la République Française. ( ou pas. )

Avatar du membre
Marie 94
-+
-+
Messages : 2472
Enregistré le : 28 janv. 2016, 18:50

Re: CPGE

#325 Message par Marie 94 » 10 oct. 2016, 12:15

L’Epita a su s’imposer en misant sur une pédagogie innovante, plus adaptée au monde professionnel. Ils ont aussi bien marketé cette formation (cf pub dans le métro). En même temps, si c’était pour avoir la même chose que n’importe quelle école d’ingé gratuite, elle n’aurait pas fait long feu.

3 remarques me viennent à l’esprit sur l’évolution de l’enseignement supérieur en France :

1) Je m’interroge sur la pertinence du niveau Bac +5 Master systématique car à l’arrivée, on exerce en France des métiers qu’on exerce avec un Bachelor (Bac +3) dans d’autres pays. Ex : dans l’informatique, la plupart des Développeurs basés sur les sites Offshore ont un Bachelor (Bac + 3) tandis que leurs homologues français ont tous un diplôme équivalent Master (Bac +5). Quel est la valeur ajoutée d’avoir fait 2 ans d’études supplémentaires ?

2) Le modèle prépas + grandes écoles si exigeant alors qu’il y des tas de voies parallèles bcp moins exigeants. Soit admissions parallèles dans ces mêmes écoles (ça s’est sacrément développé). Soit départ à l’étranger pour des universités qui sont même mieux côtées:le phénomène est marginal aujourd’hui mais dans 10-20 ans qu’en sera-t-il quand les grandes écoles françaises auront perdu leur avantage compétitif en matière de frais de scolarité ? Si les écoles d’ingé suivent la même inflation que les écoles de commerces, on est mal.

3) les débouchés et les salaires offerts dans l'enseignement sont inquiétants. J'ai lu plus haut les salaires dans l'enseignement supérieur. Franchement, quand le prof d'université de classe exceptionnelle touche à 50 piges moins que le Smic Bulle Immo, voire même moins qu'un commercial d'une SSII de 35 ans, j'ai peur qu'on se retrouve avec une baisse du niveau des enseignants car les meilleurs seront partis soit enseigner à l'étranger, soit travailler dans la privé.
Delambre : "Donc finale Europe-Afrique demain... En tant qu'européen, mon soutien ira bien-sûr à l'équipe de Croatie."

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 12667
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: CPGE

#326 Message par cashisking » 10 oct. 2016, 12:19

Marie 94 a écrit :j'ai peur qu'on se retrouve avec une baisse du niveau des enseignants car les meilleurs seront partis soit enseigner à l'étranger, soit travailler dans la privé.
Et en collège...
Une amie prof depuis plus de 10 ans (ZUP, ZEP tout ça en plus) m'a avoué 1800€ nets + 400€ de prime.
J'ai pas su quoi répondre...

Avatar du membre
Parsifal
-+
-+
Messages : 1837
Enregistré le : 09 févr. 2015, 10:22

Re: CPGE

#327 Message par Parsifal » 10 oct. 2016, 12:25

Je crois surtout que la politique d'internet "Winner takes all" est en train de s'appliquer également aux employés de part les possibilités accrues d'automatisation.
Dans certains secteurs, améliorer les performances d'un algo de 1% peut correspondre à plus d'une centaine de millions d'euros annuels. Un (petit) très haut salaire (dans le 1%) coutera en super-brut de l'ordre de 300k€ annuels. Leur emploi est donc assez facilement rentable ; encore plus combiné avec du CIR et une croissance plus traditionnelle du CA.

Pour les chercheurs/enseignants du supérieur, l'hémorragie est clairement en marche. Il devient déjà difficile dans certain domaines (renforcement en machine learning par exemple) de trouver en France un directeur de thèse de niveau international acceptant encore des étudiants. Les GAFAs proposent en ce moment de véritables ponts en or aux profils expérimentés (tant en salaire qu'en conditions de travail) et pour le moment ne ressentent pas le besoin de former de nouveaux jeunes).
Tout n'est pas perdu cependant, car il reste pour le moment des éléments brillants dans le public dès que les sujets deviennent très théoriques, mais cela pourrait ne pas durer...

Avatar du membre
Marie 94
-+
-+
Messages : 2472
Enregistré le : 28 janv. 2016, 18:50

Re: CPGE

#328 Message par Marie 94 » 10 oct. 2016, 13:19

cashisking a écrit :
Marie 94 a écrit :j'ai peur qu'on se retrouve avec une baisse du niveau des enseignants car les meilleurs seront partis soit enseigner à l'étranger, soit travailler dans la privé.
Et en collège...
Une amie prof depuis plus de 10 ans (ZUP, ZEP tout ça en plus) m'a avoué 1800€ nets + 400€ de prime.
J'ai pas su quoi répondre...
J'espère que tu as eu la décence de ne pas rigoler en face d'elle :lol:

En fait, je parlais des profs de l'enseignement supérieur, notamment des professseurs d'universités censés être les mieux payés. La grille de rémunération est dans la page wiki: https://fr.wikipedia.org/wiki/Professeu ... sit%C3%A9s ça va de 36K€ à 73K€ :( Dire que je voulais faire ça quand j'étais plus jeune :oops: Finalement, j'ai aucun regret à avoir lâché l'affaire avec l'ENS.

Tiens, je vais montrer ça à la fin d'année aux éval quand j'en vois raler sur leur bonus. "Vous êtes mieux payé qu'un prof d'université Bac +10 bon sang!".
Delambre : "Donc finale Europe-Afrique demain... En tant qu'européen, mon soutien ira bien-sûr à l'équipe de Croatie."

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18130
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#329 Message par wasabi » 10 oct. 2016, 13:23

cashisking a écrit :
Marie 94 a écrit :j'ai peur qu'on se retrouve avec une baisse du niveau des enseignants car les meilleurs seront partis soit enseigner à l'étranger, soit travailler dans la privé.
Et en collège...
Une amie prof depuis plus de 10 ans (ZUP, ZEP tout ça en plus) m'a avoué 1800€ nets + 400€ de prime.
J'ai pas su quoi répondre...
faut jamais leur faire confiance, ça pipote souvent, et aller chercher l'info
http://www.education.gouv.fr/cid101179/ ... s_certifes

En moyenne selon ce site, 10ans de carrière traitement de base en 2015 :
2162€ brut mensuels + ISOE 1200€ annuels + 2Heures supplémentaires annuelles en moyenne 2* 1076 à 1420€ + Prof principal 895 à 1409 € annuels + REP+ 2312 €

soit entre 32 et 34k€ bruts. Pour 36 semaines de 20h annuels + correction, préparation et réunions

Mais le brut Fp ce n'est pas le brut privé, il n'y a que 15% de pertes, cela donne donc 27-29k€ nets soit 2250-2420€ nets mensuels

Donc votre amie semble honnête. Ce salaire me semble tout à fait correct comparé au travail demandé.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18130
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#330 Message par wasabi » 10 oct. 2016, 13:32

Marie 94 a écrit :
cashisking a écrit :
Marie 94 a écrit :j'ai peur qu'on se retrouve avec une baisse du niveau des enseignants car les meilleurs seront partis soit enseigner à l'étranger, soit travailler dans la privé.
Et en collège...
Une amie prof depuis plus de 10 ans (ZUP, ZEP tout ça en plus) m'a avoué 1800€ nets + 400€ de prime.
J'ai pas su quoi répondre...
J'espère que tu as eu la décence de ne pas rigoler en face d'elle :lol:

En fait, je parlais des profs de l'enseignement supérieur, notamment des professseurs d'universités censés être les mieux payés. La grille de rémunération est dans la page wiki: https://fr.wikipedia.org/wiki/Professeu ... sit%C3%A9s ça va de 36K€ à 73K€ :( Dire que je voulais faire ça quand j'étais plus jeune :oops: Finalement, j'ai aucun regret à avoir lâché l'affaire avec l'ENS.

Tiens, je vais montrer ça à la fin d'année aux éval quand j'en vois raler sur leur bonus. "Vous êtes mieux payé qu'un prof d'université Bac +10 bon sang!".
Les valeurs en soit n'ont rien de ridicule, le problème est que l'âge moyen d'accès est de 43ans, ce qui décale de 20 ans environ la grille des salaires par rapport à ce que les gens pourraient croire.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
Zoumana
+
+
Messages : 3475
Enregistré le : 02 sept. 2013, 11:53

Re: CPGE

#331 Message par Zoumana » 10 oct. 2016, 14:01

wasabi a écrit :
Donc votre amie semble honnête. Ce salaire me semble tout à fait correct comparé au travail demandé.
ce serait marrant de te voir devant 30 sauvages dans une ZUS et voir si tu te considérerais assez payé pour le boulot demandé.

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18130
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#332 Message par wasabi » 10 oct. 2016, 14:45

Zoumana a écrit :
wasabi a écrit :
Donc votre amie semble honnête. Ce salaire me semble tout à fait correct comparé au travail demandé.
ce serait marrant de te voir devant 30 sauvages dans une ZUS et voir si tu te considérerais assez payé pour le boulot demandé.
c'est ZUS qui vous fait tiquer, pas enseignant ? Donc l'enseignant n'a pas de soucis, c'est la prime de ZUS qui est trop faible ?

Je ne pense pas que le problème des ZUS c'est le budget alloué ou le salaire des enseignants. C'est le fait qu'on y envoie les moins expérimentés, que le logement social a créé des ghettos et que les ethnies de ces ghettos ne se gèrent pas (comme les ghettos asiatiques non musulmans où il n'y a pas de soucis).
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
Zoumana
+
+
Messages : 3475
Enregistré le : 02 sept. 2013, 11:53

Re: CPGE

#333 Message par Zoumana » 10 oct. 2016, 14:55

wasabi a écrit :
Zoumana a écrit :
wasabi a écrit :
Donc votre amie semble honnête. Ce salaire me semble tout à fait correct comparé au travail demandé.
ce serait marrant de te voir devant 30 sauvages dans une ZUS et voir si tu te considérerais assez payé pour le boulot demandé.
c'est ZUS qui vous fait tiquer, pas enseignant ? Donc l'enseignant n'a pas de soucis, c'est la prime de ZUS qui est trop faible ?

Je ne pense pas que le problème des ZUS c'est le budget alloué ou le salaire des enseignants. C'est le fait qu'on y envoie les moins expérimentés, que le logement social a créé des ghettos et que les ethnies de ces ghettos ne se gèrent pas (comme les ghettos asiatiques non musulmans où il n'y a pas de soucis).
j'en dis que la pénibilité du métier de prof, c'est au minimum 50% (et dans certains cas extrêmes, surement au delà de 90%) lié au "public" d'élèves qu'on a face a soi.
Quand à l'expérience des profs, je ne suis pas certain que le prof de LLG qui débarque à Grigny soit forcément beaucoup mieux armé qu'un vigile de supermarché pour tenir sa classe, en tout cas surement moins qu'un jeune certifié qui à passé deux ans en ZUS.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 16467
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: CPGE

#334 Message par kamoulox » 10 oct. 2016, 15:01

Tu est jeune prof on t'envoie en RP au Bagne

Tu est jeune et jolie et on te dit d'éviter de te maquiller , d'oublier la jupe et de ne jamais laisser tes affaires sans surveillance

'L'école publique du 21 eme siècle dans certains quartiers c'est ca aussi

Quand tu est comme mon pote une armoire à glace de 1m90 tu peux t'imposer , quand tu est un petit bout de 1m60 et 50kg c'est pas la même musique...

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18130
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#335 Message par wasabi » 10 oct. 2016, 15:17

Zoumana a écrit : j'en dis que la pénibilité du métier de prof, c'est au minimum 50% (et dans certains cas extrêmes, surement au delà de 90%) lié au "public" d'élèves qu'on a face a soi.
Quand à l'expérience des profs, je ne suis pas certain que le prof de LLG qui débarque à Grigny soit forcément beaucoup mieux armé qu'un vigile de supermarché pour tenir sa classe, en tout cas surement moins qu'un jeune certifié qui à passé deux ans en ZUS.
le "public" comme vous dites aurait peut être plus de respect si on ne leur mettait pas en face des gars qui ont l'âge d'être leur grand frère.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 12667
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: CPGE

#336 Message par cashisking » 10 oct. 2016, 15:23

wasabi a écrit :Donc votre amie semble honnête. Ce salaire me semble tout à fait correct comparé au travail demandé.
Son premier collège (elle devait avoir 25 ans), c'était celui du film "Entre les Murs"...
Toujours partant ?

Avatar du membre
Zoumana
+
+
Messages : 3475
Enregistré le : 02 sept. 2013, 11:53

Re: CPGE

#337 Message par Zoumana » 10 oct. 2016, 15:33

wasabi a écrit :
Zoumana a écrit : j'en dis que la pénibilité du métier de prof, c'est au minimum 50% (et dans certains cas extrêmes, surement au delà de 90%) lié au "public" d'élèves qu'on a face a soi.
Quand à l'expérience des profs, je ne suis pas certain que le prof de LLG qui débarque à Grigny soit forcément beaucoup mieux armé qu'un vigile de supermarché pour tenir sa classe, en tout cas surement moins qu'un jeune certifié qui à passé deux ans en ZUS.
le "public" comme vous dites aurait peut être plus de respect si on ne leur mettait pas en face des gars qui ont l'âge d'être leur grand frère.
ou pas.
c'est étonnant cette faculté a évacuer totalement du débat les spécificités du public en question.
s'ils foutent le feu aux bagnoles de police, c'est que les policiers sont trop jeunes aussi ? :roll:

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18130
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#338 Message par wasabi » 10 oct. 2016, 15:50

cashisking a écrit :
wasabi a écrit :Donc votre amie semble honnête. Ce salaire me semble tout à fait correct comparé au travail demandé.
Son premier collège (elle devait avoir 25 ans), c'était celui du film "Entre les Murs"...
Toujours partant ?
J'avais compris que votre remarque concernait le salaire des enseignants expérimentés qui est souvent présenté comme faible. Et que l'information "ZEP" n'était qu'une information contextuelle et pas l'élément essentiel.

Quand vous dites que votre amie a 10+ d'années d'expérience en collège classé sensible, ce qui me frappe de prime abord, ce n'est pas son salaire qui devrait être plus haut (ou pas), c'est que :

-qu'on ne choisisse pas la ZEP mais qu'on se la fait imposer en attendant d'avoir assez de points pour en partir. Et que donc c'est une zone "débutants". On prétend faire de la "mixité" avec les élèves mais on n'en fait surtout pas avec les enseignants.
-qu'on puisse passer 10 ans en ZEP et plus les 2-3 de purgatoires qu'on promettait il y a quelques années, et que finalement ça devient de plus en plus long d'en partir
-que des ZEP existent, que ça soit toujours la 'Mot2Cambronne' et que rien d'efficace ne soit fait au niveau structurel au niveau de l'EN ou de l'urbanisme.
-que la politique migratoire française et la politique du logement social (ghettos et concentration monoethnique) a comme conséquence la promotion des ZEP "à tout prix"


Evidemment que c'est choquant qu'on mette les plus jeunes et les moins payés là où c'est le plus dur et les plus vieux et mieux payés là où c'est le plus facile. Mais c'est le boutiquage de l'éducation nationale qui ne fonctionne pas du tout sur les valeurs de la société qu'elle entend former. Par exemple on parle de "à travail égal salaire égal" or si il y a bien un endroit où il y a des variations de paye à travail égal c'est dans ce ministère (une heure d'enseignement d'une même matière devant une même classe sera payée de façon complètement différente en fonction du diplôme et de l'ancienneté de l'enseignant et en aucun cas en fonction de la difficulté ponctuelle sur des notions "plus difficile à acquérir", de la performance ou autre). Pareil pour la mixité citée au dessus.

bref, ce n'est pas l'objet du fil.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18130
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: CPGE

#339 Message par wasabi » 10 oct. 2016, 15:51

Zoumana a écrit :
wasabi a écrit :
Zoumana a écrit : j'en dis que la pénibilité du métier de prof, c'est au minimum 50% (et dans certains cas extrêmes, surement au delà de 90%) lié au "public" d'élèves qu'on a face a soi.
Quand à l'expérience des profs, je ne suis pas certain que le prof de LLG qui débarque à Grigny soit forcément beaucoup mieux armé qu'un vigile de supermarché pour tenir sa classe, en tout cas surement moins qu'un jeune certifié qui à passé deux ans en ZUS.
le "public" comme vous dites aurait peut être plus de respect si on ne leur mettait pas en face des gars qui ont l'âge d'être leur grand frère.
ou pas.
c'est étonnant cette faculté a évacuer totalement du débat les spécificités du public en question.
s'ils foutent le feu aux bagnoles de police, c'est que les policiers sont trop jeunes aussi ? :roll:
traitez moi de gauchiste tant que vous y êtes, ça ne serait pas la première fois.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

franckyfranck
+
+
Messages : 2575
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: CPGE

#340 Message par franckyfranck » 10 oct. 2016, 17:15

Something went terribly wrong...
En fait, nous sommes en train de prendre le pire des deux cultures française et américaine.
Egalitarisme/constructivisme à la française: on est tous pareils, une formation adaptée peut transformer des escargots en lévriers.
Non cela veut juste dire que des méthodes d'enseignements qui conviennent à certains ne conviennent pas à d'autres. Ou que des compétences différentes peuvent mener au succès.

Exemple : J'avais un camarade de promo qui était une vrai tanche au niveau scientifique, et très moyen en technique. Il a validé sa scolarité en grugeant, ce que tout le monde savait. Par contre le mec a de vrai compétences à la fois sociales mais aussi en matière d'organisation. Il a réussi à faire une bonne carrière dans un endroit ou ses compétences étaient utiles. Il gére les achats pour un grand groupe (sur du matos technologique). Ce boulot la je suis sur qu'il le fait bien et qu'il a fait gagner du fric à sa boite. Et je suis sur, que, autant que j'ai pu me foutre de sa geule dans l'établissement, il est meilleur que ce que je ne serai jamais à son poste. Et bien qu'on ne bosses pas dans la même boite, je connais des postes chez nous ou un mec comme cela est utile. Pas au mien, mais je pourrais le recommander à certains postes et je serai content de bosser avec lui car je sais qu'il va assurer.

Pour ce qui est de l'apprentissage c'est pareil. Des méthodes différentes peuvent fonctionner chez des individus différents. Et c'est bien le problème de la massification de l'enseignement.
Pragmatisme/haine de la théorie, à l'américaine: ce qui compte, c'est de se débrouiller, make it work, patch it, fix it..
Dans certaines situations c'est plus important de savoir se débrouiller. Cela ne veut pas dire un mépris de la théorie ou de quoi que ce soit. Je bosses dans l'évènementiel on a des contraintes de livraison non négotiables. Et donc et bien, on te demande de livrer, et si tu ne peux pas livrer, et bien tu dois trouver une solution pour livrer quand même. Parfois on s'est fait des frayeurs terribles. Mais c'est la vie.

Ca ne veut pas dire :
- Qu'on fait de la 'Mot2Cambronne' à chaque fois. C'est en général fait sérieusement, mais il y a toujours des soucis de dernière minute. Souvent c'est des micro-soucis (pas moins stressant), parfois tu as une vrai erreur de conception dont tu t'apperçois une fois sur site. Tu dois trouver un moyen de faire avec et on te paie cher pour cette raison. Et des fois c'est la météo. (J'ai un mauvais souvenir d'un déluge qui a rendu une transmission satellite inutilisable dans un endroit ou ce genre de phénomène est rare... Le mec en face avait la possibilité d'envoyer un flux IP. Il a été configuré en 15 minutes comprenant le passage d'un câble Ethernet (en fibre optique) entre la salle et le camion satellite (un petit SNG, pas un car) garé dehors... Camion qu'il a fallu déplacer pour des contraintes de distance avec le câble qui passe par une sortie de secours que l'on a ouvert pour l'occasion... A part le filet de lumière qui rentrait par la sortie de secours, ca s'est bien passé et le public n'en a rien su. Avec le recul on en a bien rigolé surtout quand on était trempé et plus du tout présentables. Sur le moment cela n'était pas super drôle).
- Qu'on aimes pas la théorie. J'ai une formation en maths du signal faite à la fac après l'école. Ca me sert à comprendre un tas de choses. J'aimes bien cela et je ne méprises pas du tout les gens qui le font. Mais on a avant tout besoin de gens qui vont "make it work". Et une bonne partie derrière ce "make it work" ce n'est pas la théorie mais l'expérience : Tu connais la salle ou le stade et tu sais tout ce qui est susceptible de merder sur ce site. Mieux ton électricien quand il est face à un problème saugrenu (disjonctages a répétition) est capable d'orienter directement les vérifications vers le bon panneau électrique. Tu connais le matos et tu sais instinctivement ce qui va te faire chi3r. Tu connais le public et tu sais ce dont ils sont capables (par exemple ne jamais imaginer qu'une scène est trop haute pour qu'un *** puisse monter dessus : L'expérience nous a montré des performances athléthiques remarquables de gens parfois bien intoxiqué). Tu sens instinctivement ce que le client a oublié de te demander mais qu'il voudra. (C'est arrivé que l'on charge le camion avec du matos supplémentaire au cas ou... Et souvent ! Bingo ! Le mec appelle le service commercial dit qu'il veut, et en fait, tout avait été pensé pour, et c'est smooth).

Mais même comme cela des merdes arrivent. Demande à France TV qui a eu sa régie totalement inondée pendant Roland Garros (je peux t'assurer que les mecs sont compétents pourtant la bas. Déjà bossé avec eux, rien à redire) et comment ils ont galéré pour tout refaire marcher "au nominal". (Je ne peux donner plus de détails désolé). On a déjà vu des gens très compétents perdre tous leurs moyens dans ces situations. (J'ai raconté une fois ici comment un "nouveau" avait été retrouvé en train de chialer derrière une flycase lors d'un buildup qui se passait très mal... Les autres ont fait avec une personne en moins. Le public ne s'est jamais douté de rien. ).
Il faut juste avoir le pognon pour se payer un Von braun ou un Von Neumann pour faire le vrai boulot.
Pour certaines taches que tu peux sanctuariser des contraintes de production oui. Mais il y a des tas de taches ou le pragmatisme est roi.

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 8538
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: CPGE

#341 Message par WolfgangK » 10 oct. 2016, 17:51

Sifar a écrit : Pragmatisme/haine de la théorie, à l'américaine: ce qui compte, c'est de se débrouiller, make it work, patch it, fix it..
Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une "haine de la théorie". C'est plutôt une remise à sa place de la théorie : au service de la pratique.
Perso, je suis plutôt intéressé par la théorie et l'abstraction, et l'enseignement français m'a plutôt conforté dans cette vision centrée sur la théorie qui aurait éventuellement des applications.
Mais j'ai fini par comprendre pourquoi il est plus facile de sculpter la glaise, par retouches et essais successifs, que la pierre, par gestes irrémédiablement pour faire apparaître ce que l'on avait imaginé avant, ou qu'il est plus facile d'atteindre sa cible avec un tuyau d'arrosage qu'avec un arc.

Et, à l'américaine si l'on veut, j'essaie de laisser la pratique et l'expérimentation informer mes théories plutôt que se contenter de les appliquer.
(concrètement en matière de développement informatique, par l'usage du REPL avec typage dynamique, plutôt qu'un prototypage avec un langage avec typage statique).
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 8538
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: CPGE

#342 Message par WolfgangK » 10 oct. 2016, 18:01

Pour revenir au sujet, mais en l'élargissant au contexte historique en France : https://www.canal-u.tv/video/culture_g_ ... 1840.21783
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

Avatar du membre
Sifar
~~+
~~+
Messages : 6200
Enregistré le : 13 mai 2008, 19:52

Re: CPGE

#343 Message par Sifar » 10 oct. 2016, 19:10

WolfgangK a écrit :
Sifar a écrit : Pragmatisme/haine de la théorie, à l'américaine: ce qui compte, c'est de se débrouiller, make it work, patch it, fix it..
Je ne pense pas qu'il s'agisse d'une "haine de la théorie". C'est plutôt une remise à sa place de la théorie : au service de la pratique.
Perso, je suis plutôt intéressé par la théorie et l'abstraction, et l'enseignement français m'a plutôt conforté dans cette vision centrée sur la théorie qui aurait éventuellement des applications.
Mais j'ai fini par comprendre pourquoi il est plus facile de sculpter la glaise, par retouches et essais successifs, que la pierre, par gestes irrémédiablement pour faire apparaître ce que l'on avait imaginé avant, ou qu'il est plus facile d'atteindre sa cible avec un tuyau d'arrosage qu'avec un arc.

Et, à l'américaine si l'on veut, j'essaie de laisser la pratique et l'expérimentation informer mes théories plutôt que se contenter de les appliquer.
(concrètement en matière de développement informatique, par l'usage du REPL avec typage dynamique, plutôt qu'un prototypage avec un langage avec typage statique).
Si l'on file la métaphore, on se retrouve avec un totem en terre glaise, là où l'on aurait pu avoir une statue en marbre.
( Ne nous méprenons pas, j'ai du respect pour l'aspect pratique des choses, la capacité à improviser et aller au plus simple, etc... Mais cette approche, si elle est très compatible avec ce que souhaitent les marchands, semble avoir tout envahi. Je pense que nous en payons déjà le prix ( abus de la simulation sur ordinateur ).)
...and suddenly, out of the blue, and with absolutely no reason at all people voted for Adolf Hitler.

Ils n'ont pas de homard ? Qu'ils mangent des kebabs!
( Adapté de Sibeth N'diaye, porte-parole du gouvernement de la République Française. ( ou pas. )

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 12667
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: CPGE

#344 Message par cashisking » 11 oct. 2016, 07:44

WolfgangK a écrit :Perso, je suis plutôt intéressé par la théorie et l'abstraction, et l'enseignement français m'a plutôt conforté dans cette vision centrée sur la théorie qui aurait éventuellement des applications.
Un ingénieur français parle à un ingénieur américain :
"Ok, votre invention ça marche en pratique, mais est-ce-que ça marche en théorie ?"

Avatar du membre
Bidibulle
~~+
~~+
Messages : 7515
Enregistré le : 06 sept. 2007, 13:38
Localisation : Dans les volcans qui riaient très fort

Re: CPGE

#345 Message par Bidibulle » 11 oct. 2016, 08:23

cashisking a écrit :
WolfgangK a écrit :Perso, je suis plutôt intéressé par la théorie et l'abstraction, et l'enseignement français m'a plutôt conforté dans cette vision centrée sur la théorie qui aurait éventuellement des applications.
Un ingénieur français parle à un ingénieur américain :
"Ok, votre invention ça marche en pratique, mais est-ce-que ça marche en théorie ?"
Ça serait plutôt : ok, vous avez bien vendu votre invention, mais est ce que ça fonctionne réellement ?
Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. (Gandhi)

Avatar du membre
Sifar
~~+
~~+
Messages : 6200
Enregistré le : 13 mai 2008, 19:52

Re: CPGE

#346 Message par Sifar » 11 oct. 2016, 08:37

Bidibulle a écrit :
cashisking a écrit :
WolfgangK a écrit :Perso, je suis plutôt intéressé par la théorie et l'abstraction, et l'enseignement français m'a plutôt conforté dans cette vision centrée sur la théorie qui aurait éventuellement des applications.
Un ingénieur français parle à un ingénieur américain :
"Ok, votre invention ça marche en pratique, mais est-ce-que ça marche en théorie ?"
Ça serait plutôt : ok, vous avez bien vendu votre invention, mais est ce que ça fonctionne réellement ?
Toi,tu n'as pas lu le contrat... :lol:
...and suddenly, out of the blue, and with absolutely no reason at all people voted for Adolf Hitler.

Ils n'ont pas de homard ? Qu'ils mangent des kebabs!
( Adapté de Sibeth N'diaye, porte-parole du gouvernement de la République Française. ( ou pas. )

Avatar du membre
Bidibulle
~~+
~~+
Messages : 7515
Enregistré le : 06 sept. 2007, 13:38
Localisation : Dans les volcans qui riaient très fort

Re: CPGE

#347 Message par Bidibulle » 11 oct. 2016, 08:41

Sifar a écrit :
Bidibulle a écrit :
cashisking a écrit :
WolfgangK a écrit :Perso, je suis plutôt intéressé par la théorie et l'abstraction, et l'enseignement français m'a plutôt conforté dans cette vision centrée sur la théorie qui aurait éventuellement des applications.
Un ingénieur français parle à un ingénieur américain :
"Ok, votre invention ça marche en pratique, mais est-ce-que ça marche en théorie ?"
Ça serait plutôt : ok, vous avez bien vendu votre invention, mais est ce que ça fonctionne réellement ?
Toi,tu n'as pas lu le contrat... :lol:
Moi, ça fait 10 ans que je passe derrière des ricains sur des projets industriels.
Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. (Gandhi)

Avatar du membre
Sifar
~~+
~~+
Messages : 6200
Enregistré le : 13 mai 2008, 19:52

Re: CPGE

#348 Message par Sifar » 11 oct. 2016, 08:54

Je n'ai pas cette connaissance intime des projets industriels avec les Américains, mais je vois que la plaquette et le power point du F-35 sont mieux faites que l'avion lui-même.
( Et je partage donc ton avis :D )
...and suddenly, out of the blue, and with absolutely no reason at all people voted for Adolf Hitler.

Ils n'ont pas de homard ? Qu'ils mangent des kebabs!
( Adapté de Sibeth N'diaye, porte-parole du gouvernement de la République Française. ( ou pas. )

franckyfranck
+
+
Messages : 2575
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: CPGE

#349 Message par franckyfranck » 11 oct. 2016, 10:39

Ça serait plutôt : ok, vous avez bien vendu votre invention, mais est ce que ça fonctionne réellement ?
Non mon expérience c'est plutot le commercial qui se pointe dans le bureau l'air extatique (et la les vieux techos font déjà la geule) :
- J'ai vendu ça (en montrant un zoli powerpoint).

Silence...

- Ah, tu as vendu CA ?

- Oui, on livre le 15 Novembre !

- (.....)

- On ne peut pas !

- Trouve une solution.

Et le pire dans tout cela est que dans de nombreux cas une solution est trouvée.

Répondre