Bénévolat pour des enfants en difficulté

Discussions et revue de presse sur des thèmes ne relevant ni de la politique ni de l'économie et des finances: technologies, emploi, écologie, transport, sport...
Répondre
Message
Auteur
part
-+
-+
Messages : 1837
Enregistré le : 02 nov. 2011, 11:01

Bénévolat pour des enfants en difficulté

#1 Message par part » 23 oct. 2019, 09:50

Bonjour à tous,

J'aimerais m'investir dans du bénévolat pour des enfants en difficulté. Et j'aimerais des conseils et des pistes pour ne pas faire n'importe quoi.

Concrètement, j'aimerais aider un enfant orphelin ou en difficulté avec sa cellule familiale.

Je n'ai aucune compétence particulière. J'ai un travail prenant et bientôt 2 enfants en bas âge.

Dans mes phantasmes, je me vois consacrer à cet enfant une journée par mois pour le sortir, lui montrer des choses sympas, etc. Et une soirée par semaine pour faire les devoirs, parler avec lui, etc.

Est-ce que c'est pertinent ?

Si oui, vers qui je peux me tourner ?

Merci d'avance pour vos retours, vos expériences et vos conseils.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 18764
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#2 Message par kamoulox » 23 oct. 2019, 10:01

Aucune idée sur la question.
Mais je suis curieux de savoir pourquoi cette réflexion t’amène a cela. Cas personnel ou entourage vécu ou juste faire quelque d’utile et bon à tes yeux?

(Cest évidemment tout sauf un reproche évidemment je trouve ça bien et pas donné à tout le monde)

Avatar du membre
dioubiban
Messages : 514
Enregistré le : 18 sept. 2018, 13:05

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#3 Message par dioubiban » 23 oct. 2019, 10:09

Bonjour,
Je fais ça : une fois par mois tu t'occupes d'un gamin à haut potentiel qui est dans un quartier difficile. L'ado dont je m'occupe veut faire cardiologue et je pense qu'elle y arrivera.
Ton taff c'est de lui donner un coup de main éventuel pour ce qui concerne le scolaire (comment survivre en milieu scolaire quand on est HPI et entouré de neuneus moyens au mieux). Retour d'expérience inside....
Surtout ton taff c'est de lui montrer sans y toucher qu'il existe d'autres cadres de vie possible... La mienne je l’amène à Roland Garros, faire de la voile, au théâtre, au palais de la decouverte, à la villette...
La difficulté c'est de gérer les parents, leur faire comprendre que t'es pas là pour les remplacer ni pour les aider eux... Dans mon cas j'ai pas de soucis, ce sont 2 bledards à l'ancienne qui veulent pas sans meler, du coup je gere via la grande soeur qui est HPI aussi en mode beurette femme libérée. Au début elle nous accompagnait histoire de vérifier que j'étais pas un pervers pédophile je suppose, depuis ça se passe sans soucis.
Par contre ça a pris 18 mois pour que la greffe prenne.
Plus d'info sur l'assoce en MP si tu veux (il doit y en avoir des tonnes qui font ça). Par contre je me casse sous les tropiques pour 3 semaines demain soir et j'aurais plus de réseau sur l'eau donc pas de réponses avant mi novembre.
Volem rien foutre al pais.

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 9283
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#4 Message par WolfgangK » 23 oct. 2019, 10:39

Chapeau bas pour votre altruisme malgré vos obligations professionnelles et familliales !
L'histoire de doubidan me rappelle celle d'un ami (HPI lui-même) qui a fait du "soutien scolaire" avec une ado HPI des banlieues en mode "wesh" et en a profité pour ouvrir les horizons culturels / professionnels de celle-ci.
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

lisa
Messages : 803
Enregistré le : 19 juin 2008, 12:04

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#5 Message par lisa » 23 oct. 2019, 11:01

part a écrit :
23 oct. 2019, 09:50
Bonjour à tous,

J'aimerais m'investir dans du bénévolat pour des enfants en difficulté. Et j'aimerais des conseils et des pistes pour ne pas faire n'importe quoi.

Concrètement, j'aimerais aider un enfant orphelin ou en difficulté avec sa cellule familiale.

Je n'ai aucune compétence particulière. J'ai un travail prenant et bientôt 2 enfants en bas âge.

Dans mes phantasmes, je me vois consacrer à cet enfant une journée par mois pour le sortir, lui montrer des choses sympas, etc. Et une soirée par semaine pour faire les devoirs, parler avec lui, etc.

Est-ce que c'est pertinent ?

Si oui, vers qui je peux me tourner ?

Merci d'avance pour vos retours, vos expériences et vos conseils.
Je conseillerais d'attendre la naissance du second, et de privilégier le temps consacré à ta famille avant d'envisager le bénévolat. Perso, quand les gamins étaient petits ( donc souvent pénibles ) si mon mari m'avait laissée seule un soir par semaine pour aller faire du soutien scolaire, j'aurais fait la tronche....

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18751
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#6 Message par wasabi » 23 oct. 2019, 11:49

lisa a écrit :
23 oct. 2019, 11:01
part a écrit :
23 oct. 2019, 09:50
Bonjour à tous,

J'aimerais m'investir dans du bénévolat pour des enfants en difficulté. Et j'aimerais des conseils et des pistes pour ne pas faire n'importe quoi.

Concrètement, j'aimerais aider un enfant orphelin ou en difficulté avec sa cellule familiale.

Je n'ai aucune compétence particulière. J'ai un travail prenant et bientôt 2 enfants en bas âge.

Dans mes phantasmes, je me vois consacrer à cet enfant une journée par mois pour le sortir, lui montrer des choses sympas, etc. Et une soirée par semaine pour faire les devoirs, parler avec lui, etc.

Est-ce que c'est pertinent ?

Si oui, vers qui je peux me tourner ?

Merci d'avance pour vos retours, vos expériences et vos conseils.
Je conseillerais d'attendre la naissance du second, et de privilégier le temps consacré à ta famille avant d'envisager le bénévolat. Perso, quand les gamins étaient petits ( donc souvent pénibles ) si mon mari m'avait laissée seule un soir par semaine pour aller faire du soutien scolaire, j'aurais fait la tronche....
vous envisagez les choses de la perspective du conjoint, mais il y a aussi la perspective des enfants. Un peu comme ces femmes aux foyer "débordées" par leurs activités sportives, culturelles, associatives, caritatives... qui sous traitent intégralement la gestion de leurs enfants à d'autres.
Ils vont être contents les enfants de se rendre compte que leurs parents débordés vont utiliser le peu de temps qu'il leur reste à s'occuper d'autres qu'eux. Ils se diront qu'ils ont été sacrifié -au choix- sur l'autel de la vanité ou de l’orgueil de leurs parents, en fonction des motivations initiales si elles consistaient à se donner une image extérieure de type bien, ou à se conforter dans son image intérieure de quelqu'un qui fait des choses qu'il aurait aimé recevoir petit ou qu'il aurait que quelqu'un donne à des gens qu'il a côtoyé.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18751
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#7 Message par wasabi » 23 oct. 2019, 11:56

WolfgangK a écrit :
23 oct. 2019, 10:39
L'histoire de doubidan me rappelle celle d'un ami (HPI lui-même) qui a fait du "soutien scolaire" avec une ado HPI des banlieues en mode "wesh" et en a profité pour ouvrir les horizons culturels / professionnels de celle-ci.
c'est très néocolonialiste comme attitude, ne trouvez vous pas ?
Ca nécessite en prérequis une hiérarchie des populations et de leurs valeurs / cultures, dans laquelle on s'estime supérieur à celui qu'on va aider et enrichir.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

PACA
-+
-+
Messages : 2080
Enregistré le : 26 déc. 2011, 12:31

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#8 Message par PACA » 23 oct. 2019, 12:04

part a écrit :
23 oct. 2019, 09:50
Est-ce que c'est pertinent ?
Je ne sais pas ? mais j'ai une autre approche qui me semble plus simple.
j'ai des difficultés avec le bénévolat pur ou les dons, j'ai utilisé des moyens détournés pour aider les jeunes défavorisés. Je préféré l'échange rémunéré de services.
Pourquoi ne pas aider indirectement l'enfant en aidant le père ou la mère, la famille, progressivement on peut être amené à garder l'enfant pour leur rendre service.
Si le père est bricoleur => on fait bosser régulièrement le père

Par exemple pour les gardes d'enfants, les travaux ménagers ou des cours particuliers.
Pour les cours particuliers de math de mon fils j'avais choisi un étudiant d'école d'ingénieur, black originaire du Bénin, je lui payais beaucoup plus d'heures qu'il n'en faisait pour qu'il puisse se payer l'avion et rentrer chez lui, je l'accompagnais même à l’aéroport.
Finalement en voulant l'aider, ce n'était pas de l’aumône, c'est lui qui m'a rendu un grand service : il a boosté mon fils en math, qui fait de la recherche actuellement, c'est en partie grâce à lui.

Principe : donner du travail à ceux qui en ont besoin et qui en cherchent…. en les payant "correctement" => ça aide leurs enfants.

fano
Messages : 818
Enregistré le : 18 janv. 2007, 17:04

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#9 Message par fano » 23 oct. 2019, 14:11

Pour ma part je n'ai jamais fait de bénévolat pour enfant en difficulté mais j'ai aidé une étudiante qui gardait mes enfants après l'école. Famille nombreuse dans un 3 pièce, pour préparer médecine c'est pas l'idéal, alors elle savait qu'elle pouvait venir à la maison quand elle voulait pour bosser ses cours, au début elle était très gênée, mais comme elle disait, c'était sa seconde famille. Elle avait les clés de la maison, elle venait bosser même quand on partait en vacances.
Aux début les voisins venaient me voir pour me dire qu'une fille (genre bizarre : donc après décodage, pas blanche) venait chez nous en notre absence, ensuite, j'ai expliqué le truc pour éviter que la police débarque à la maison...

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#10 Message par stchong » 23 oct. 2019, 17:23

fano a écrit :
23 oct. 2019, 14:11
Pour ma part je n'ai jamais fait de bénévolat pour enfant en difficulté mais j'ai aidé une étudiante qui gardait mes enfants après l'école. Famille nombreuse dans un 3 pièce, pour préparer médecine c'est pas l'idéal, alors elle savait qu'elle pouvait venir à la maison quand elle voulait pour bosser ses cours, au début elle était très gênée, mais comme elle disait, c'était sa seconde famille. Elle avait les clés de la maison, elle venait bosser même quand on partait en vacances.
Aux début les voisins venaient me voir pour me dire qu'une fille (genre bizarre : donc après décodage, pas blanche) venait chez nous en notre absence, ensuite, j'ai expliqué le truc pour éviter que la police débarque à la maison...
Est ce qu'elle a eu médecine.
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#11 Message par stchong » 23 oct. 2019, 17:26

wasabi a écrit :
23 oct. 2019, 11:56
WolfgangK a écrit :
23 oct. 2019, 10:39
L'histoire de doubidan me rappelle celle d'un ami (HPI lui-même) qui a fait du "soutien scolaire" avec une ado HPI des banlieues en mode "wesh" et en a profité pour ouvrir les horizons culturels / professionnels de celle-ci.
c'est très néocolonialiste comme attitude, ne trouvez vous pas ?
Ca nécessite en prérequis une hiérarchie des populations et de leurs valeurs / cultures, dans laquelle on s'estime supérieur à celui qu'on va aider et enrichir.
Le bénévolat c'est rarement , voir jamais par bonté de coeur, le bénévole doit s'y retrouver d'une manière ou d'une autre.
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21102
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#12 Message par lecriminel » 23 oct. 2019, 17:29

part a écrit :
23 oct. 2019, 09:50
Bonjour à tous,

J'aimerais m'investir dans du bénévolat pour des enfants en difficulté. Et j'aimerais des conseils et des pistes pour ne pas faire n'importe quoi.

Concrètement, j'aimerais aider un enfant orphelin ou en difficulté avec sa cellule familiale.

Je n'ai aucune compétence particulière. J'ai un travail prenant et bientôt 2 enfants en bas âge.

Dans mes phantasmes, je me vois consacrer à cet enfant une journée par mois pour le sortir, lui montrer des choses sympas, etc. Et une soirée par semaine pour faire les devoirs, parler avec lui, etc.

Est-ce que c'est pertinent ?

Si oui, vers qui je peux me tourner ?

Merci d'avance pour vos retours, vos expériences et vos conseils.
j'essaie toujours de faire les choses correctement,
dans ton cas, correctement signifierait pas de bénévolat avec un travail et un famille prenants.
Si c'est ce que tu aimes faire plus que tout, essaie plutôt d'en faire ton métier.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
dioubiban
Messages : 514
Enregistré le : 18 sept. 2018, 13:05

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#13 Message par dioubiban » 23 oct. 2019, 17:49

ouaip faut du temps libre pour faire cela..
Volem rien foutre al pais.

Madi94
Messages : 1691
Enregistré le : 13 oct. 2009, 10:25

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#14 Message par Madi94 » 23 oct. 2019, 19:53

stchong a écrit :
23 oct. 2019, 17:26
wasabi a écrit :
23 oct. 2019, 11:56
WolfgangK a écrit :
23 oct. 2019, 10:39
L'histoire de doubidan me rappelle celle d'un ami (HPI lui-même) qui a fait du "soutien scolaire" avec une ado HPI des banlieues en mode "wesh" et en a profité pour ouvrir les horizons culturels / professionnels de celle-ci.
c'est très néocolonialiste comme attitude, ne trouvez vous pas ?
Ca nécessite en prérequis une hiérarchie des populations et de leurs valeurs / cultures, dans laquelle on s'estime supérieur à celui qu'on va aider et enrichir.
Le bénévolat c'est rarement , voir jamais par bonté de coeur, le bénévole doit s'y retrouver d'une manière ou d'une autre.
Ne serait ce que pour se dire "je suis une bonne personne". :mrgreen:

Avatar du membre
Parsifal
-+
-+
Messages : 2021
Enregistré le : 09 févr. 2015, 10:22

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#15 Message par Parsifal » 23 oct. 2019, 20:00

Amha, c'est surtout pour trouver de l'intérêt pour soi dans le regard des autres.

Des copains l'on fait avec des personnes réellement pénibles et en difficulté, ils ont rapidement arrêté. Et ce n'était pas à cause des capacités, mais bien du coté jugé peu gratifiant d'aider une personne qui ne s'en rend pas compte.

Trouver quelqu'un qui ne coûte que quelques après midi par mois et qui met son bienfaiteur sur un piédestal, c'est une forme de ticket de loto.

Avatar du membre
Pepelsky
-+
-+
Messages : 2135
Enregistré le : 23 août 2012, 14:46
Localisation : Blois

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#16 Message par Pepelsky » 24 oct. 2019, 08:11

Je suis plutôt optimiste sur la nature humaine d'habitude...quand on a des relations d'égal à égal.
Or ici, le postulat est que vous êtes le champion dominateur et sans doute plus fortuné.
Je crains que ce bénévolat soit juste une manière de se faire exploité par la famille en difficulté en question.
Mais dans le cadre d'une association avec un cadre très très très bordé, pourquoi pas!

Pour ne pas paraître sans cœur, je précise que l'on peut aider et faire le bien...autour de soi.
Des neveux, des nièces, des enfants de collègues ou de voisins qui ont besoin d'un coup de pouce scolaire ou de sas de décompression, ça ne doit pas manquer.
Et le retour de gratitude doit être plus pertinent.
Si tu n'as pas encore traversé la rivière, ne te moque pas de celui qui se noie.

part
-+
-+
Messages : 1837
Enregistré le : 02 nov. 2011, 11:01

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#17 Message par part » 24 oct. 2019, 09:09

Je vais reformuler en répondant à Kamoulox.

Depuis que je suis papa, la souffrance des enfants est devenue quelque chose de très douloureux pour moi. Je n'ai rien vécu directement. Je n'ai jamais côtoyé un enfant maltraité d'une façon ou d'une autre (ou sans le savoir).

Mais quand j'entends l'histoire du petit Tony hier, que je vois un reportage sur des enfants malades, etc. ça me perturbe. Alors que ça me passait assez largement au dessus de la tête avant.

D'où la question de savoir si je pouvais faire quelque chose... Et franchement, tout le blabla sur c'est jamais désintéressé, on fait ça pour son égo... Oui, peut-être, peut-être pas, surtout on s'en fout. Non ?

Je réfléchis ainsi.
> Je donne des sous. Ok, ca mange pas de pain.
> Je peux aider Kevin à gagner 2 points en moyenne scolaire. Pourquoi pas ?
> Je peux aider Karima à réaliser son haut potentiel. Pourquoi pas ? Merci Dioudouban pour le témoignage. Je reviendrais vers toi à ton retour de voile (heureux homme...).
> Je peux aider une famille à aller mieux pour qu'il prenne mieux soin de Karl. Pourquoi pas ? Je ne saurais pas bien comment faire mais pourquoi pas.

> Mais celle qui me serre vraiment le cœur, c'est Karen qui est seule dans son foyer depuis que sa mère s'est plantée sur la route / est en cure de désintoxication de longue durée.
> Je ne veux/peux pas l'adopter.

> Je peux peut-être lui consacrer du temps pour la scolarité et passer quelques heures sympas ?
> Est-ce que cela peut se faire dans mon cadre familial ? Pas aujourd'hui mais dans 5/10 ans.
> Est-ce que ce n'est pas plus cruel qu'autre chose ? On fait une sortie le dimanche et je te ramène ensuite dans ton foyer où tu vas passer les 30 jours suivants...

> Peut-être le plus pragmatique, c'est aller passer du temps avec des enfants malades ? Mais est-ce que je suis assez costaud psychologiquement ?

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 18764
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#18 Message par kamoulox » 24 oct. 2019, 09:22

Merci de ta réponse.
Oui je pense que psychologiquement il faut être prêt aussi à ça et pas se surestimer. Chacun a ses sensibilités particulières.
Si ça te fais du bien et que tu en as besoin (donner sans retour peut faire beaucoup de bien sans tomber dans le toujours +)
Ne pas oublier que ta famille tes enfants doivent rester ta priorité, sauras tu gérer tout cela sans léser les tiens?
J’ai l’impression que ça risque d’être équilibriste.

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 9283
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#19 Message par WolfgangK » 24 oct. 2019, 10:16

Encore une fois, je ne veux surtout pas décourager votre élan altruiste. Mais je pense que deux points évoqués ici sont à prendre en compte pour éviter l'échec :
1. votre disponibilité effective compte tenu de vos obligations pro & familiales
2. le fait que l'expérience dépende ÉNORMÉMENT de la personne que vous aiderez. On peut changer le cadre des gens mais pas les gens eux-mêmes. J'ai de la famille qui accueille des migrants chez elle, et bien la façon dont ça se passe dépend complètement du ou des migrants en question. Pareil pour les histoires d'adoption. Je connais une famille qui a adopté plusieurs enfants : avec certains ça se passe très bien, mais l'un d'entre-eux a dû finalement être éloigné à l'adolescence tellement il est violent (il mettant en danger la vie de ses parents adoptifs et des autres enfants, sans doute à cause de troubles psychiatriques). Donc je pense qu'il faut avoir un moyen de sélectionner les personnes que vous aider. C'est terrible à dire pour des gamins, mais je pense qu'il y en a des gamins que vous ne pourrez pas aider.

PS: Vous avez tout à fait raison sur le fait qu'on se fout complètement des motivations internes : si tout le monde fait ce qu'il fait parce que ça lui apporte quelque chose, ça ne revient pas pour autant au même entre ceux qui aiment prendre et ceux qui aiment donner !
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

fano
Messages : 818
Enregistré le : 18 janv. 2007, 17:04

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#20 Message par fano » 24 oct. 2019, 10:30

stchong a écrit :
23 oct. 2019, 17:23
fano a écrit :
23 oct. 2019, 14:11
Pour ma part je n'ai jamais fait de bénévolat pour enfant en difficulté mais j'ai aidé une étudiante qui gardait mes enfants après l'école. Famille nombreuse dans un 3 pièce, pour préparer médecine c'est pas l'idéal, alors elle savait qu'elle pouvait venir à la maison quand elle voulait pour bosser ses cours, au début elle était très gênée, mais comme elle disait, c'était sa seconde famille. Elle avait les clés de la maison, elle venait bosser même quand on partait en vacances.
Aux début les voisins venaient me voir pour me dire qu'une fille (genre bizarre : donc après décodage, pas blanche) venait chez nous en notre absence, ensuite, j'ai expliqué le truc pour éviter que la police débarque à la maison...
Est ce qu'elle a eu médecine.
Non, elle a planté son année d'un rien, du coup elle a eu pharma quand même. Ca lui plait bien, c'est le principal.

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18751
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#21 Message par wasabi » 24 oct. 2019, 10:48

part a écrit :
24 oct. 2019, 09:09
D'où la question de savoir si je pouvais faire quelque chose... Et franchement, tout le blabla sur c'est jamais désintéressé, on fait ça pour son égo... Oui, peut-être, peut-être pas, surtout on s'en fout. Non ?
Je n'émettais pas de jugement de valeur, j'indique d'où sa vient. l'altruisme n'existe pas au sens strict, il répond toujours au minimum au désir de changement d'un état intérieur inconfortable ou bien au désir du changement du regard qu'ont les autres sur soi. C'est parce qu'on ressent de l'empathie qu'on essaye de faire quelque chose qu'on considère bien pour autrui sans attendre quelque chose en retour (dont entre autres le retour social de la phrase précédente).

Et je ne pense pas qu'on s'en fout, c'est pour cela que je l'ai indiqué.

Il faut faire un bilan de ce que l'on ressent et de ce que l'on pense être le mieux d'un point de vue rationnel.
Typiquement vous avez peu de temps pour vous, deux enfants en bas âge et quand même l'envie de s'occuper de quelqu'un d'autre par altruisme.
D'un point de vue rationnel c'est plutôt vos enfants qui devraient être une priorité. Si vous choisissez de faire passer vos pulsions avant votre raison, considérez quand même la situation où vos pulsions vous feraient faire autre chose au détriment du temps accordé à vos enfants, mais sans cet aspect "c'est altruiste / désintéressé / bien vu socialement". Comme du sport de compétition et de l’entraînement intensif chaque semaine. Aller dans les bars avec les potes jusqu'à pas d'heure chaque semaine. Faire de grandes balades dans la nature seul pour se ressourcer. Bref à chaque fois quelque chose de purement égoïste du point de vue de votre famille. Et si vous y voyez une différence importante avec votre cas, c'est que l'aspect "c'est altruiste / désintéressé / bien vu socialement" importe aussi pour vous

Après je ne juge pas, chacun a des motifs primaires différents.

Mais il faut être conscient du fait qu'on ne devient pas quelqu'un de bien en suivant ses pulsions de ce style, on pense l'être devenu ou on espère que les autres en soient persuadés. C'est subjectif, pas objectif. Et l'autre, en particulier membre de votre famille, pourrait avoir une opinion tout autre.
Faut-il être l'esclave de ses pulsions sous prétexte que la subjectivité nous dit qu'il s'agit de "bonnes" pulsions ?
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
Praséodyme
-++
-++
Messages : 3710
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#22 Message par Praséodyme » 24 oct. 2019, 11:17

wasabi a écrit :
23 oct. 2019, 11:49
Ils vont être contents les enfants de se rendre compte que leurs parents débordés vont utiliser le peu de temps qu'il leur reste à s'occuper d'autres qu'eux. Ils se diront qu'ils ont été sacrifié -au choix- sur l'autel de la vanité ou de l’orgueil de leurs parents, en fonction des motivations initiales si elles consistaient à se donner une image extérieure de type bien, ou à se conforter dans son image intérieure de quelqu'un qui fait des choses qu'il aurait aimé recevoir petit ou qu'il aurait que quelqu'un donne à des gens qu'il a côtoyé.
Il n'y a qu'à leur expliquer que cette activité bénévole sert aussi à se faire la main pour l'éducation d'un adolescent HPI.
L'argument peut marcher à tous les coups :
Si ses enfants sont HPI, ils comprendront que c'est de l'entraînement pour leur éducation à eux.
Sinon, ils ne feront pas le rapprochement.

PACA
-+
-+
Messages : 2080
Enregistré le : 26 déc. 2011, 12:31

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#23 Message par PACA » 24 oct. 2019, 11:57

Il y a peut être un atavisme de l’entraide.
En milieu rural depuis toujours la faisabilité de certaines taches n'est possible que par l'entraide.
Quand je vois pousser une voiture en panne de batterie ... je vais pousser instinctivement, idem pour de nombreuses difficultés.
Même en étant privilégié, si j'arrive à vivre, si j'ai des privilèges, in fine, c'est quand même grâce aux autres qui sont moins privilégiés que moi ? … ils m'ont aidé ?

Avatar du membre
stchong
~~+
~~+
Messages : 7856
Enregistré le : 12 nov. 2014, 11:40

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#24 Message par stchong » 24 oct. 2019, 12:15

Ex: J'ai fait du bénévolat pour aider mes amis et participer à une manifestation nautique.Je l'ai fait 15 jours pendant mais vacances, j'en avais pas d'autres de vacances.J'ai trouvé cela très sympa et le remerciement des régatiers et de leurs entraineurs super sympas. Peu après je me suis aperçue que cette association de régates était le marche pied pour la politique de deux personnes. Là ça m'a gavée et pas qu'un peu. Depuis je hais les associations qui ne servent qu'à se faire un salaire pour le président et les proches ou un nom, ou défendre une cause qui est le rôle de l'Etat.
De haut le monarque Macron vous nargue. La rue s'anime. (04/05/2017)

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21102
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#25 Message par lecriminel » 24 oct. 2019, 12:24

part a écrit :
24 oct. 2019, 09:09

Depuis que je suis papa, la souffrance des enfants est devenue quelque chose de très douloureux pour moi.
c'est normal, tu as été "programmé" pour protéger tes enfants, et réagir fortement s'ils sont en danger.
mais cette programmation/instinct ne vient pas toujours avec des limites claires (dans ton cas tes enfants vs tous les enfants),
tu peux considérer que ce que tu ressens pour cette Karen est un défaut de ton programme et que tu dois l'oublier
ou la considérer comme ta fille (mais tu ne veux pas)
ou lui donner un peu (de ce que tu veux)
ou élargir à tous les enfants (mais tous ne te touchent pas).
Avec un programme aussi puissant que le tien, je me méfierais de mes instincts: tout ce que tu lui donnes, c'est ça en moins que tu peux donner à ta femme et tes enfants, et de gros problèmes de jalousie à venir. Pense fort avant de t'engager.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18751
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#26 Message par wasabi » 24 oct. 2019, 13:01

PACA a écrit :
24 oct. 2019, 11:57
Il y a peut être un atavisme de l’entraide.
En milieu rural depuis toujours la faisabilité de certaines taches n'est possible que par l'entraide.
Quand je vois pousser une voiture en panne de batterie ... je vais pousser instinctivement, idem pour de nombreuses difficultés.
Ce n'est pas pareil, l'entraide c'est une sorte de solidarité en nature, on aide l'autre à charge de revanche lui ou un autre, quand le cas peut se présenter. C'est comme une assurance.

Là ce dont il est question n'est pas de l'entraide, le flux n'est pas symétrique et le flux de retour a une autre nature (orgueil, vanité, état intérieur plus serein... comme je disais)
On est plus dans ce cas là dans une solidarité dans le sens gauchiste -donner avec un tiers intermédiaire, où la réciproque ne sera jamais donnée aux mieux c'est l'intermédiaire qui est remercié-, ou dans de la charité au sens de droite -on donne en espérant la reconnaissance morale de l'aidé ou des témoins de l'aide-. Or la solidarité dans le sens gauchiste a déjà des mécanismes en place auxquels il est obligatoire de contribuer (école, assistance sociale, HLM... financés par les impôts et taxes), et la charité de droite a normalement un objectif de prosélytisme religieux, on aide celui qui partage la même religion ou qui souhaite se convertir.
Donc rentrer dans cette mécanique là c'est quand même crier haut et fort la faillite du système, le religieux et l'état sont en panne.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
clairette2
~~+
~~+
Messages : 10869
Enregistré le : 04 déc. 2007, 09:36
Localisation : 06

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#27 Message par clairette2 » 24 oct. 2019, 17:43

C'est bien ton envie de faire quelques chose de concret. N'écoute pas ceux qui disent que tu dois tout consacrer à ta propre famille, et fais comme tu le sens. Mes propres parents ont toujours été très engagés, et ont bien élevés leurs 5 enfants. Pas le souvenir de leur en avoir voulu. Leurs engagements enrichissaient plutôt l'histoire familiale.
Parmi leurs engagements, ils ont accompagné un enfant handicapé qui vivait en pension à l'hôpital de Garches. Il y a une pensions pour la scolarité d'enfants handicapés physique.
La mère de cet enfant était décédée et son père ne s'en occupait pas ( la honte du fils handicapé ?), mais ne l'abandonnait pas non plus car avantages fiscaux....

Personne ne venait le voir. Alors, il venait chez nous le week-end (1sur 2? Je ne sais plus) et parfois en vacances. Et pour les fêtes... Jusqu'à ce qu'il soit adulte et se marie....

C'est par l'assistante sociale de l'hôpital qu'ils avaient eu vent de ce cas là. Il y en avait d'autres...

Plus tard mon père a fait du soutien scolaire. Il a longtemps accompagné un enfant doué dont les parents étaient peu éduqués. Par le biais d'une association d'aide aux devoirs.

Voilà quelques pistes...
« La moitié des hommes politiques sont des bons à rien. Les autres sont prêts à tout » Coluche

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 9283
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#28 Message par WolfgangK » 25 oct. 2019, 00:46

J'ai pensé à cette file en tombant sur https://abcnews.go.com/GMA/Family/year- ... d=66472542

Little boy with cerebral palsy gets to try skateboarding as mum pushes him using special frame

C'est vrai qu'il y a quelque chose de spécifique avec les enfants …

L'instagram du projet : https://www.instagram.com/skate_anima/? ... e=ig_embed
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

Madi94
Messages : 1691
Enregistré le : 13 oct. 2009, 10:25

Re: Bénévolat pour des enfants en difficulté

#29 Message par Madi94 » 25 oct. 2019, 02:15

Cas perso : Je suis rentree en contact avec une asso d aide aux collégiens dans les zones rep. Très bien structurée, il y avait 1 journée de formation. C est la que je me suis vraiment rendue compte de l investissement nécessaire qu ils réclamaient + ils n ont pas caché les difficultés. J ai du admettre que pour l instant, pas possible de m investir. Quitte à le faire, je voudrais le faire bien et pas juste pour dire : je fais du bénévolat auprès de collégiens.

Et ce n'est pas vraiment facile de se rendre compte de l extérieur.

Répondre