RIC : débat sur la partie immobilière

Débats sur le thème de l'immobilier, anecdotes et annonces
Message
Auteur
Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3466
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#51 Message par Praséodyme » 17 janv. 2019, 23:26

ddv a écrit :
17 janv. 2019, 09:20
C'est comme si le pdg et les directeurs de Total demandait à ses employés le plan stratégique à suivre et les améliorations à apporter dans l'entreprise. C'est votre boulot, bordel !
Euh... comme les entreprises ne sont pas des démocraties, les états non plus ne doivent pas en être ?
Désolé, j'ai dû louper une étape dans ta démonstration, tu peux la refaire ?
Petroleum et circenses

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30113
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#52 Message par ignatius » 18 janv. 2019, 07:07

saturne a écrit :
16 janv. 2019, 22:18
Tout ce que vous proposez imaginez peut se ramener à UNE SEULE mesure:

Taxation confiscatoire (avec à terme: Interdiction législative) aux percepteurs de revenus PUBLICS d'avoir une activité ou des revenus immobiliers PRIVES (bail, plus-value, foncières, etc.)

Oui à l'impôt public. Non à l'impôt privé.


Effet immédiat (en une législature)
-- Les salariés de la fonction publique (État,Région,Commune) disparaissent du "marché". On ne peut pas parler de marché libre quand les 2/3 des acteurs fonctionnent en réalité comme des agents doubles: d'un côté ils sont payés par nos impots publics, et de l'autre, on leur permet d'utiliser leurs revenus publics pour "hympestir" dans l'immobilier afin de prélever un impôt privé sur leurs concitoyens.
Des conneries on en lit à la pelle sur ce forum, mais celle-ci remporte le pompon.
Les 5 millions de fonctionnaires deviennent un race de sous-citoyens, juste bons à vous servir, et dénués de tous droits ?
Vous faites la différence entre vie publique /professionnelle et vie privée /gestion du patrimoine personnel ?

Vous rêvez d'une armée de domestiques, avec des castes et des sous-ordres ?

Et vous vous placeriez à quel niveau dans ce dispositif ?
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
Goldorak2
~~+
~~+
Messages : 11720
Enregistré le : 25 sept. 2008, 22:51
Localisation : Nantes

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#53 Message par Goldorak2 » 18 janv. 2019, 09:08

Vincent92 a écrit :
16 janv. 2019, 17:09
- Pas d'aide aux logements les 5 premières années pour une personne nouvellement immigrée.
+1 et plus encore. Pas d'HLM et pas d'aide au logement pour les étrangers.
- Taxe dégressive sur les plus value immobilière commençant à 100% de taxe et jusqu'à 0% pour la résidence principale et jusqu'au niveau actuel pour le reste au bout de 5 ans.
Pas de taxe sur les plus values.
- Suppression des droits de mutation
- Compenser les recettes manquantes (Suppression DDM - nouvelle taxe sur les PV) avec une hausse de la taxe foncière (compensation de la perte pour les acheteurs récents)
oui !
- Retirer les "permis de louer"
oui. Il faut multiplier les bailleurs pour que louer soit moins cher pas éliminer les bailleurs pour que louer soit plus cher.
- Rendre plus transparent les prix (obliger les notaires à mettre à jour leur base)
Oui
- Assouplir les normes
oui. Et lâcher plein de droit à bâtir pour que le prix du droit à bâtir s'effondre. Limiter les obligations d'aménagement public. Dans mon monde idéal, on aurait le droit de se bâtir une maison au fond d'un bois (de son bois). Mais on se démerde pour construire sa route, sa ligne téléphonique, son électricité, sa fosse à caca, son transport scolaire etc...). Je peux me tromper. Donc de fait on préferera quand même l'agglomération à service mais les prix seront détendus.
- Faire en sorte qu'il soit plus facile d'expulser un mauvais payeur (justice plus rapide, baux plus équilibrés,...)
Oui.
- Sanctionner beaucoup plus durement les fraudeurs
?
- Diminuer le quota minimum de HLM
Oui. 5% de hlm. Pour les pauvres français (jeunes qui démarrent...)
- Maximum 5 logements/personne (taxe très dissuasive si ce n'est pas le cas).
Pourquoi pas
Modifié en dernier par Goldorak2 le 18 janv. 2019, 09:20, modifié 1 fois.
Posts préférés : Dossier immobilier et http://www.bulle-immobiliere.org/forum/ ... 04&t=75765
Ignorés : Marie 94 s_chlaf Matthieu Brucher et libertycom

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 8788
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#54 Message par Vincent92 » 18 janv. 2019, 09:18

Goldorak2 a écrit :
18 janv. 2019, 09:08
Vincent92 a écrit :- Taxe dégressive sur les plus value immobilière commençant à 100% de taxe et jusqu'à 0% pour la résidence principale et jusqu'au niveau actuel pour le reste au bout de 5 ans.
Pas de taxe sur les plus values.
Cette mesure accompagne les deux suivantes : Retirer les DDM encourage la spéculation. Le fait de taxer la plus value permet de diminuer la spéculation. Et le fait de taxer uniquement les 5 premières années ne change rien pour un investisseur moyen/long terme (ce qui est différent d'un spéculateur) ou quelqu'un qui veut se loger normalement.
De plus, quelqu'un qui revend avant 5 ans n'est pas forcément désavantagé par rapport au système actuel. Par exemple, au bout de 3 ans la taxe sur la plus value serait de 40% (100 puis au bout d'un an 80 puis 60 puis 40 puis 20 puis 0 pour une résidence principale ou taxe actuelle pour résidence secondaire). Pour payer plus que les DDM actuel la plus value doit être supérieure à 10% (6/0,4) - TF supplémentaire.
Enfin, çela permet de financer une (petite) partie de la suppression des DDM et de diminuer l'augmentation de la TF.
Si 5 ans est trop long, la durée peut éventuellement être un peu raccourci même si pour moi la durée est bonne. L'idée est d'éviter la multiplication des marchands de biens et que ce marché devienne une bourse.
Goldorak2 a écrit :
Vincent92 a écrit :- Sanctionner beaucoup plus durement les fraudeurs
?
La justice n'est pas assez sévère avec les fraudeurs (airBnB, locataires qui ne paient pas, marchands de sommeil,...).
Çela doit être d'avantage dissuasif.
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
dioubiban
Messages : 452
Enregistré le : 18 sept. 2018, 13:05

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#55 Message par dioubiban » 18 janv. 2019, 10:51

Goldorak2 a écrit :
18 janv. 2019, 09:08
Vincent92 a écrit :
16 janv. 2019, 17:09
- Pas d'aide aux logements les 5 premières années pour une personne nouvellement immigrée.
+1 et plus encore. Pas d'HLM et pas d'aide au logement pour les étrangers.

Ce sera marrant à observer quand on concentrera tous les white trash dans les lieux ou on concentre en ce moment les estrangers….
Volem rien foutre al pais.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 8788
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#56 Message par Vincent92 » 18 janv. 2019, 11:13

dioubiban a écrit :
18 janv. 2019, 10:51
Goldorak2 a écrit :
18 janv. 2019, 09:08
Vincent92 a écrit :
16 janv. 2019, 17:09
- Pas d'aide aux logements les 5 premières années pour une personne nouvellement immigrée.
+1 et plus encore. Pas d'HLM et pas d'aide au logement pour les étrangers.

Ce sera marrant à observer quand on concentrera tous les white trash dans les lieux ou on concentre en ce moment les estrangers….
Je ne sais pas pour Goldorak2 mais je n'ai personnellement rien contre les non blanc ou les noirs en particulier . Ma règle s'appliquerait aussi bien pour un chinois, un ivoirien ou un polonais.
Il s'agit d'éviter les appels d'air inutiles (aucun intérêt d’accueillir des immigrés qui ne peuvent pas s'assumer dès le début) et au bout de 5 ans ils deviendraient des citoyens comme les autres.
Je n'ai aucun doute qu'il y ait des problèmes avec des français (de toutes les couleurs et origines) là depuis plusieurs générations. Je dirais même que certains me gênent profondément (de la racaille de cité en passant par la femme voilée intégralement). Mais je ne vois aucun intérêt d'en importer des nouveaux.
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Ben92
+
+
Messages : 3193
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#57 Message par Ben92 » 18 janv. 2019, 11:34

dioubiban a écrit :
18 janv. 2019, 10:51
Ce sera marrant à observer quand on concentrera tous les white trash dans les lieux ou on concentre en ce moment les estrangers….
Il faudrait clairement séparer la destination des HLM : des quartiers pour wesh et des quartiers pour souchiens, y compris dans les villes du 93 qui contiennent une grosse partie du parc HLM d'IDF. Aujourd'hui beaucoup de souchiens refusent quand on leur propose un HLM du 93 (à juste titre, ils tiennent à leur vie), une partition claire des quartiers HLM leur permettrait de pouvoir habiter dans un quartier vivable y compris dans le 93.

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18361
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#58 Message par wasabi » 18 janv. 2019, 11:40

ignatius a écrit :
18 janv. 2019, 07:07
saturne a écrit :
16 janv. 2019, 22:18
Tout ce que vous proposez imaginez peut se ramener à UNE SEULE mesure:

Taxation confiscatoire (avec à terme: Interdiction législative) aux percepteurs de revenus PUBLICS d'avoir une activité ou des revenus immobiliers PRIVES (bail, plus-value, foncières, etc.)

Oui à l'impôt public. Non à l'impôt privé.


Effet immédiat (en une législature)
-- Les salariés de la fonction publique (État,Région,Commune) disparaissent du "marché". On ne peut pas parler de marché libre quand les 2/3 des acteurs fonctionnent en réalité comme des agents doubles: d'un côté ils sont payés par nos impots publics, et de l'autre, on leur permet d'utiliser leurs revenus publics pour "hympestir" dans l'immobilier afin de prélever un impôt privé sur leurs concitoyens.
Des conneries on en lit à la pelle sur ce forum, mais celle-ci remporte le pompon.
Les 5 millions de fonctionnaires deviennent un race de sous-citoyens, juste bons à vous servir, et dénués de tous droits ?
Vous faites la différence entre vie publique /professionnelle et vie privée /gestion du patrimoine personnel ?

Vous rêvez d'une armée de domestiques, avec des castes et des sous-ordres ?

Et vous vous placeriez à quel niveau dans ce dispositif ?
c'est la première étape. La deuxième est que le rab de frites à la cantoche soit lié au mérite. Restriction calorique pour les moins vertueux, ainsi ils s'éteignent d'eux même. C'est la technique de la carotte et du bâton en même temps : récompensé par le minimum nécessaire.
Évidemment il faut aussi mettre en place une loi pour interdire les ciotyens de les nourrir dans la rue, comme les pigeons.


:mrgreen:
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 17125
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#59 Message par kamoulox » 18 janv. 2019, 11:45

Ben92 a écrit :
18 janv. 2019, 11:34
dioubiban a écrit :
18 janv. 2019, 10:51
Ce sera marrant à observer quand on concentrera tous les white trash dans les lieux ou on concentre en ce moment les estrangers….
Il faudrait clairement séparer la destination des HLM : des quartiers pour wesh et des quartiers pour souchiens, y compris dans les villes du 93 qui contiennent une grosse partie du parc HLM d'IDF. Aujourd'hui beaucoup de souchiens refusent quand on leur propose un HLM du 93 (à juste titre, ils tiennent à leur vie), une partition claire des quartiers HLM leur permettrait de pouvoir habiter dans un quartier vivable y compris dans le 93.
Oui. Et un gauchiste par exemple ira au milieu de la mixité sociale pour l’égalité des chances. Ainsi il pourra mettre en accord ses convictions à la pratique

Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3466
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#60 Message par Praséodyme » 18 janv. 2019, 11:59

Ben92 a écrit :
18 janv. 2019, 11:34
Il faudrait clairement séparer la destination des HLM : des quartiers pour wesh et des quartiers pour souchiens, y compris dans les villes du 93 qui contiennent une grosse partie du parc HLM d'IDF. Aujourd'hui beaucoup de souchiens refusent quand on leur propose un HLM du 93 (à juste titre, ils tiennent à leur vie), une partition claire des quartiers HLM leur permettrait de pouvoir habiter dans un quartier vivable y compris dans le 93.
Tu veux donc institutionnaliser le phénomène de ghettoïsation qui se produit déjà naturellement.
C'est de la provocation ou tu es sérieux ?
Petroleum et circenses

Ben92
+
+
Messages : 3193
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#61 Message par Ben92 » 18 janv. 2019, 12:11

Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 11:59
Tu veux donc institutionnaliser le phénomène de ghettoïsation qui se produit déjà naturellement.
C'est de la provocation ou tu es sérieux ?
On dirait que tu n'as aucune idée du désarroi des souchiens modestes en IDF. Sauf pour quelques chanceux qui ont obtenu un HLM dans quartier sympa, les autres ont le choix entre un HLM dans une cité de wesh, et dans le privé leurs moyens ne leur permettent pas d"éviter de vivre parmi les wesh. Sauf à aller au fins fond de l'IDF, r ce que beaucoup font d'ailleurs malgré 3 à 4 heures de transports par jour.
Je propose des quartiers HLM "sanctuaires", (pas à Paris bien sûr mais là où l'immobilier est pas trop cher, le 93 et une partie du 92 et 94) pour ce populations-là, pour qu'elles puissent vivre mieux, avec des gens qui leurs ressemblent, sans dealers et communautarisme exacerbé.
Arrêtez de parler de ghettoïsation. De toute façon ces quartiers sont déjà foutus, alors foutus pour foutus...

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 8788
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#62 Message par Vincent92 » 18 janv. 2019, 12:21

Ben92 a écrit :
18 janv. 2019, 12:11
Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 11:59
Tu veux donc institutionnaliser le phénomène de ghettoïsation qui se produit déjà naturellement.
C'est de la provocation ou tu es sérieux ?
On dirait que tu n'as aucune idée du désarroi des souchiens modestes en IDF. Sauf pour quelques chanceux qui ont obtenu un HLM dans quartier sympa, les autres ont le choix entre un HLM dans une cité de wesh, et dans le privé leurs moyens ne leur permettent pas d"éviter de vivre parmi les wesh. Sauf à aller au fins fond de l'IDF, r ce que beaucoup font d'ailleurs malgré 3 à 4 heures de transports par jour.
Je propose des quartiers HLM "sanctuaires", (pas à Paris bien sûr mais là où l'immobilier est pas trop cher, le 93 et une partie du 92 et 94) pour ce populations-là, pour qu'elles puissent vivre mieux, avec des gens qui leurs ressemblent, sans dealers et communautarisme exacerbé.
Arrêtez de parler de ghettoïsation. De toute façon ces quartiers sont déjà foutus, alors foutus pour foutus...
Il y a des viles avec assez peu d'immigration. Il y a moins de communautarisme effectivement (de fait, plus les gens se ressemblent moins c'est nécessaire). Mais cela n'empêche pas les problèmes dans les cités. Penser que les "souchiens" (il faudrait définir ce que cela veut dire) ne foutent pas le bordel est assez hallucinant.
L'immigration actuel ne fait qu'exacerbé un problème déjà existant. La facture était sociale avant d'être identitaire (et sociale).
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18361
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#63 Message par wasabi » 18 janv. 2019, 12:42

Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 11:59
Ben92 a écrit :
18 janv. 2019, 11:34
Il faudrait clairement séparer la destination des HLM : des quartiers pour wesh et des quartiers pour souchiens, y compris dans les villes du 93 qui contiennent une grosse partie du parc HLM d'IDF. Aujourd'hui beaucoup de souchiens refusent quand on leur propose un HLM du 93 (à juste titre, ils tiennent à leur vie), une partition claire des quartiers HLM leur permettrait de pouvoir habiter dans un quartier vivable y compris dans le 93.
Tu veux donc institutionnaliser le phénomène de ghettoïsation qui se produit déjà naturellement.
C'est de la provocation ou tu es sérieux ?
la ghettoïsation en France ne s'est pas produite naturellement. Tout a été décidé administrativement. Chercher des blédards juste après la décolonisation avec campagne de pub sur place pour calmer les ouvriers français et leurs prétentions salariales, affréter des ferrys, leur construire des logements HLM, créer des lois obligeant les taux de HLM, regrouper les HLM par origine ethnique pour diminuer les tensions intercommunautaires, le regroupement familial...
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Ben92
+
+
Messages : 3193
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#64 Message par Ben92 » 18 janv. 2019, 13:15

wasabi a écrit :
18 janv. 2019, 12:42
regrouper les HLM par origine ethnique pour diminuer les tensions intercommunautaires
Bah voilà : la ghettoïsation est la moins pire des solutions.

Ben92
+
+
Messages : 3193
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#65 Message par Ben92 » 18 janv. 2019, 13:22

Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 12:21
Penser que les "souchiens" (il faudrait définir ce que cela veut dire) ne foutent pas le bordel est assez hallucinant.
Il y en a bien sûr (cf. les gilets jaunes), mais en proportion moindre que dans les familles d'origine africaine. Quant aux dealers, quasi tous les dealers de cité sont d'origine africaine (maghreb ou Afrique sub-saharienne). Il existe des dealers souchiens, mais ils sont plus discrets, et ne sont pas impliqués dans les affrontements en bandes et ne squattent pas les halls d'immeubles.

Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3466
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#66 Message par Praséodyme » 18 janv. 2019, 13:59

Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 12:21
les "souchiens" (il faudrait définir ce que cela veut dire)
Kamou et Goldo, respectivement fils d'immigrés portugais et italiens sont-ils des « souchiens » parce que blancs et de culture catholique ?
Quel vilain mot d'ailleurs. Il fallait vraiment s'appeler Bouteldja pour l'inventer.

On peut éventuellement faire ce sous-débat sur un autre fil. Pour rappel, on était censés parler d'immobilier pour une fois.
Petroleum et circenses

Ben92
+
+
Messages : 3193
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#67 Message par Ben92 » 18 janv. 2019, 15:33

Les HLM ont au cœur des politiques publiques en matière d'immobilier, on est tout à fait dans le sujet.

Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3466
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#68 Message par Praséodyme » 18 janv. 2019, 15:48

Oui, on sait. Plus une discussion s'étend sur ce forum, plus il est probable qu'elle dérive sur l'immigration.
On appelle ça le point Goldo.
Petroleum et circenses

Avatar du membre
miguel
+
+
Messages : 2958
Enregistré le : 18 nov. 2007, 13:54

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#69 Message par miguel » 18 janv. 2019, 15:49

Le permis de louer, leur dernière trouvaille admnistrative est un véritable désastre dans ma ville plusieurs bailleurs jette l'éponge. Par contre les mauvais bailleurs qui font pas de baux a des sans papiers ou autres sz frottent les mains.
Mais bon inutile dexpliquer cela aux politiques ils veulent pas reconnaître quils ont tort.
Cest a force de pondre des lois et des normes que la penurie s'amplifie et au final le parc locatif restant privé se réduit et les prix montent.
Jai voulu expliquer cela aux elus qui dirigent ma ville, jai été stigmatisé et victime de représailles.
Donc maintenant je dis plus rien.
Les affaires de ce monde sont gouvernées par la fortune et par Dieu. Machiavel.

Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3466
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#70 Message par Praséodyme » 18 janv. 2019, 15:58

miguel a écrit :
18 janv. 2019, 15:49
Le permis de louer, leur dernière trouvaille admnistrative est un véritable désastre dans ma ville plusieurs bailleurs jette l'éponge. Par contre les mauvais bailleurs qui font pas de baux a des sans papiers ou autres sz frottent les mains.
Mais bon inutile dexpliquer cela aux politiques ils veulent pas reconnaître quils ont tort.
Cest a force de pondre des lois et des normes que la penurie s'amplifie et au final le parc locatif restant privé se réduit et les prix montent.
Jai voulu expliquer cela aux elus qui dirigent ma ville, jai été stigmatisé et victime de représailles.
Donc maintenant je dis plus rien.
Ce permis de louer, ça peut avoir une utilité si les fraudeurs sont lourdement sanctionnés.
Généralement, les taudis et les pratiques mafieuses pour exploiter la misère sont à peu près connues. Mais dans un marché de la location immo parfaitement libéral, on n'a aucun moyen de lutter contre les marchands de sommeil.
Image

Quelles autres solutions y aurait-il ?
Petroleum et circenses

Avatar du membre
miguel
+
+
Messages : 2958
Enregistré le : 18 nov. 2007, 13:54

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#71 Message par miguel » 18 janv. 2019, 16:14

Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 15:58
miguel a écrit :
18 janv. 2019, 15:49
Le permis de louer, leur dernière trouvaille admnistrative est un véritable désastre dans ma ville plusieurs bailleurs jette l'éponge. Par contre les mauvais bailleurs qui font pas de baux a des sans papiers ou autres sz frottent les mains.
Mais bon inutile dexpliquer cela aux politiques ils veulent pas reconnaître quils ont tort.
Cest a force de pondre des lois et des normes que la penurie s'amplifie et au final le parc locatif restant privé se réduit et les prix montent.
Jai voulu expliquer cela aux elus qui dirigent ma ville, jai été stigmatisé et victime de représailles.
Donc maintenant je dis plus rien.
Ce permis de louer, ça peut avoir une utilité si les fraudeurs sont lourdement sanctionnés.
Généralement, les taudis et les pratiques mafieuses pour exploiter la misère sont à peu près connues. Mais dans un marché de la location immo parfaitement libéral, on n'a aucun moyen de lutter contre les marchands de sommeil.
Image

Quelles autres solutions y aurait-il ?
Moi je sais comment ils pourraient attraper les fraudeurs ou marchands de sommeil. Mais je le dirai pas sur un forum, ils ont qu'a travailler leur neurones ceux qui sont payés un pognon de dingue et qui pondent des lois.
Mais la le permis de louer et contreproductif. C'est une loi de bisounours.
Pour résumé les bons petits bailleurs honnêtes vont quitter le marché et les marchands de sommeil vont se régaler.
De toute façon ils ont le droit de loger des gens pour rendre service n'est ce pas ? +paiement en espéces...

Mettez vous à la place du petit bailleur qui doit passer toute une batterie des diagnostics aléatoires, faire quelques remises en normes élec car cela change toujours, et en plus attendre que l'administration donne le feu vert avec l'autorisation de louer....
Les affaires de ce monde sont gouvernées par la fortune et par Dieu. Machiavel.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 8788
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#72 Message par Vincent92 » 18 janv. 2019, 16:24

Praséodyme a écrit :Oui, on sait. Plus une discussion s'étend sur ce forum, plus il est probable qu'elle dérive sur l'immigration.
On appelle ça le point Goldo.
Excellent :lol:
Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 15:58
Ce permis de louer, ça peut avoir une utilité si les fraudeurs sont lourdement sanctionnés.
Généralement, les taudis et les pratiques mafieuses pour exploiter la misère sont à peu près connues. Mais dans un marché de la location immo parfaitement libéral, on n'a aucun moyen de lutter contre les marchands de sommeil.
Image
Oui, j'imagine bien un marchand de sommeil (le vrai hein, pas celui qui loue un bien de 8,75m2 en pensant que ca fait 9m2) aller en mairie pour demander un permis de louer :lol: :lol: . Décidément, je rigole bien avec tes postes aujourd'hui.
Plus sérieusement, cela ne sert à rien mise à part faire des lourdeurs administratives (malgré qu'on est 57% du PIB consacré aux dépenses publiques!) et faire raquer des propriétaires (qui vont payer pour faire des papiers et subir des vacances locatives plus importantes) qui sont totalement dans la légalité.
Ce truc est totalement inefficace. Même pas besoin de tester, cela se voit comme le nez au milieu de la figure.
Et si c'est pour sanctionner d'avantage les marchands de sommeil, il suffit de le faire, pas besoin de permis pour ca.
Quelles autres solutions y aurait-il ?
Le plus efficace est de mettre plus de fonctionnaires sur le terrain pour aller contrôler et faire appliquer la loi. Ce n'est pas parce qu'il y a un problème qu'il faut pondre une taxe ou une norme. Saleté de logique bureaucratique :evil:
Modifié en dernier par Vincent92 le 18 janv. 2019, 16:41, modifié 1 fois.
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
miguel
+
+
Messages : 2958
Enregistré le : 18 nov. 2007, 13:54

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#73 Message par miguel » 18 janv. 2019, 16:33

Exactement Vincent 92, comme pour les contrôles d'arrêts maladies ou autre, des enquêteurs par exemple.
Et stipuler par exemple qu'il est interdit d'héberger ou rendre service plus de "X" mois, des individus dans un logement sans bail.
Hormis la famille, des solutions il en existent…
Mais le permis de louer c'est vraiment débile, mis à part faire raquer le propriétaire, provoquer de la vacance locative etc...
C'est une bonne loi typer "soviétique"...
Rien que le diagnostic électrique ou gaz ils tolérent aucun défaut, une chambre doit faire au minimum 9m2, la hauteur sous plafond 2.3m,,, etc.etc..
Du coup certains T2, deviennent des studios avec une piéce atenante de 8.5m2
Il doit y avoir une VMC (ça c'est normal) mais certains immeubles anciens avec belle HSP n'ont pas pas donc inlouables, la surface des fenêtres des pièces de vie doivent faire 1/10éme de la surface carrez… faut fournir les photos, le plan, et prendre RDV visite de l'agent de ville etc.… Un parcours du combattant pour louer un logement!!!!

Bravo!!!
C'est vraiment n'importe quoi...
Les affaires de ce monde sont gouvernées par la fortune et par Dieu. Machiavel.

Avatar du membre
pimono
~~+
~~+
Messages : 10419
Enregistré le : 03 juin 2011, 22:45

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#74 Message par pimono » 18 janv. 2019, 17:15

Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 15:58

Généralement, les taudis et les pratiques mafieuses pour exploiter la misère sont à peu près connues. Mais dans un marché de la location immo parfaitement libéral, on n'a aucun moyen de lutter contre les marchands de sommeil.

Quelles autres solutions y aurait-il ?
Tout le monde veut avoir son chez lui à lui, personne ne rêve de payer un loyer.
La location ne fait que reporter le problème du logement à demain, ce n'est donc pas une solution.

Il faut partir de ce postulat.

Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3466
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#75 Message par Praséodyme » 18 janv. 2019, 17:23

Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 16:24
Oui, j'imagine bien un marchand de sommeil aller en mairie pour demander un permis de louer :lol: :lol: . Décidément, je rigole bien avec tes postes aujourd'hui.
Justement, les margoulins sont connus dans leur quartier mais dans un marché libéral on n'a aucun moyen de les sanctionner.
Là il n'y a plus qu'à les chopper pour défaut de permis.
Petroleum et circenses

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 8788
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#76 Message par Vincent92 » 18 janv. 2019, 17:32

Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 17:23
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 16:24
Oui, j'imagine bien un marchand de sommeil aller en mairie pour demander un permis de louer :lol: :lol: . Décidément, je rigole bien avec tes postes aujourd'hui.
Justement, les margoulins sont connus dans leur quartier mais dans un marché libéral on n'a aucun moyen de les sanctionner.
Là il n'y a plus qu'à les chopper pour défaut de permis.
Si tu les connais tu peux deja les choper. Il n'y a pas besoin d'inventer un permis pour ça. Ca n'apporte rien.
La location est une pratique déjà réglementée et on peut évidement déjà les sanctionner. On parle d'une pratique illégale.
Et avec des structures en dur et des locataires. Les preuves restent. Ce n'est pas comme un dealer qui pourrait se débarrasser de son sac au dernier moment...
Modifié en dernier par Vincent92 le 18 janv. 2019, 17:58, modifié 2 fois.
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
pimono
~~+
~~+
Messages : 10419
Enregistré le : 03 juin 2011, 22:45

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#77 Message par pimono » 18 janv. 2019, 17:56

ignatius a écrit :
18 janv. 2019, 07:07
saturne a écrit :
16 janv. 2019, 22:18
...
Des conneries on en lit à la pelle sur ce forum, mais celle-ci remporte le pompon.
Les 5 millions de fonctionnaires deviennent un race de sous-citoyens, juste bons à vous servir, et dénués de tous droits ?
T'inquiètes pas Ignatius, ils vont continuer à essayer de vous envoyer des seaux de caca à la figure comme ils ont fait avec Laetitia mais la propagande qui consiste à faire croire que les fonctionnaires sont couteux, glandent et ne servent à rien est en train de tomber à l'eau, plus personne n'y croit, la populace est avec vous. Les gens tiennent beaucoup à leurs services publics.

Avatar du membre
Praséodyme
+
+
Messages : 3466
Enregistré le : 09 juil. 2014, 12:07

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#78 Message par Praséodyme » 18 janv. 2019, 18:02

Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 17:32
Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 17:23
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 16:24
Oui, j'imagine bien un marchand de sommeil aller en mairie pour demander un permis de louer :lol: :lol: . Décidément, je rigole bien avec tes postes aujourd'hui.
Justement, les margoulins sont connus dans leur quartier mais dans un marché libéral on n'a aucun moyen de les sanctionner.
Là il n'y a plus qu'à les chopper pour défaut de permis.
Si tu les connais tu peux deja les choper. Il n'y a pas besoin d'inventer un permis pour ça. Ca n'apporte rien.
On parle d'une pratique illégale avec des structures en dur et des locataires. Les preuves restent. Ce n'est pas comme un dealer qui pourrait se débarrasser de son sac au dernier moment...
Tu les connais, mais tu peux les faire tomber pour quel motif si le marché est parfaitement libre ?

Ceci dit, je ne sais pas si le défaut de permis permet vraiment de les faire tomber. Imaginons qu'un marchand de sommeil se fasse gauler. Son cas doit pouvoir se défendre :
Tu as une résidence secondaire, un truc pas génial que tu envisages de rafraîchir. Un permis de louer n'est pas obligatoire pour héberger gracieusement un ami pour le dépanner temporairement. Cela n'empêche pas cet ami de te dépanner à son tour en te filant quelques billets un jour où tu vas faire des courses. Pour caractériser la location illégale, il faut pouvoir prouver l'existence de transactions régulières. Tout se passe en liquide, voire en nature, alors la fraude est plus difficile à prouver qu'un traffic de stup.

Peut-être qu'au bout d'un certain nombre d'amis que tu « dépannes », ça permet au juge de distinguer un type sympa d'un marchand de sommeil.
Petroleum et circenses

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 8788
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#79 Message par Vincent92 » 18 janv. 2019, 18:09

Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 18:02
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 17:32
Praséodyme a écrit :
18 janv. 2019, 17:23
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 16:24
Oui, j'imagine bien un marchand de sommeil aller en mairie pour demander un permis de louer :lol: :lol: . Décidément, je rigole bien avec tes postes aujourd'hui.
Justement, les margoulins sont connus dans leur quartier mais dans un marché libéral on n'a aucun moyen de les sanctionner.
Là il n'y a plus qu'à les chopper pour défaut de permis.
Si tu les connais tu peux deja les choper. Il n'y a pas besoin d'inventer un permis pour ça. Ca n'apporte rien.
On parle d'une pratique illégale avec des structures en dur et des locataires. Les preuves restent. Ce n'est pas comme un dealer qui pourrait se débarrasser de son sac au dernier moment...
Tu les connais, mais tu peux les faire tomber pour quel motif si le marché est parfaitement libre ?

Ceci dit, je ne sais pas si le défaut de permis permet vraiment de les faire tomber. Imaginons qu'un marchand de sommeil se fasse gauler. Son cas doit pouvoir se défendre :
Tu as une résidence secondaire, un truc pas génial que tu envisages de rafraîchir. Un permis de louer n'est pas obligatoire pour héberger un ami gracieusement pour le dépanner. Cela n'empêche pas cet ami de te dépanner à son tour en te filant quelques billets quand tu vas faire des courses. Pour caractériser la location illégale, il faut pouvoir prouver l'existence de la transaction. Tout se passe en liquide, voire en nature, alors la fraude est plus difficile à prouver qu'un traffic de stup.

Peut-être qu'au bout d'un certain nombre d'amis que tu « aides », ça permet au juge de distinguer un type sympa d'un marchand de sommeil.
Je ne comprends pas pourquoi tu parles d'un "marché libre". Le marché de la location est tout sauf un marché libre. Il y a des dizaines de normes à respecter pour louer légalement.
La plus grosse partie des gens qu'on appelle marchand de sommeil sont des bailleurs qui ont découpé des biens pour en faire des micro logements ne respectant pas les normes (de surface, de volume, électrique, d'hygiène,...) et en les louant à prix d'or à des locataires (qui restent des mois voir des années) précaires. Pour cette partie, le permis est totalement inutile puisque l'unique moyen de les arrêter est d'aller sur place constater que les logements ne respectent pas tel ou tel norme.
Ces bailleurs ne vont pas aller en mairie pour avoir un permis de louer.
Ensuite, il y a - marginalement - des gangs qui poussent le vice plus loin en louant à la nuit ou à la semaine encore plus cher. Ceci dit, l'important n'est pas tant la durée d'une location. Le problème est surtout les conditions de la location et les éventuels non respect du contrat bailleur/locataire. Donc dans ce cas, le permis de sert à rien non plus. Il s'agit là aussi de démontrer que les bailleurs (il faut démontrer qu'ils le sont mais le permis ne sert à rien non plus) ne respectent pas telle ou telle norme ou telle ou telle cause du contrat bailleur/locataire.
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
Bernard minet
Messages : 1548
Enregistré le : 16 mars 2015, 23:42

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#80 Message par Bernard minet » 18 janv. 2019, 18:22

ignatius a écrit :
18 janv. 2019, 07:07
saturne a écrit :
16 janv. 2019, 22:18
Tout ce que vous proposez imaginez peut se ramener à UNE SEULE mesure:

Taxation confiscatoire (avec à terme: Interdiction législative) aux percepteurs de revenus PUBLICS d'avoir une activité ou des revenus immobiliers PRIVES (bail, plus-value, foncières, etc.)

Oui à l'impôt public. Non à l'impôt privé.


Effet immédiat (en une législature)
-- Les salariés de la fonction publique (État,Région,Commune) disparaissent du "marché". On ne peut pas parler de marché libre quand les 2/3 des acteurs fonctionnent en réalité comme des agents doubles: d'un côté ils sont payés par nos impots publics, et de l'autre, on leur permet d'utiliser leurs revenus publics pour "hympestir" dans l'immobilier afin de prélever un impôt privé sur leurs concitoyens.
Des conneries on en lit à la pelle sur ce forum, mais celle-ci remporte le pompon.
Les 5 millions de fonctionnaires deviennent un race de sous-citoyens, juste bons à vous servir, et dénués de tous droits ?
Vous faites la différence entre vie publique /professionnelle et vie privée /gestion du patrimoine personnel ?

Vous rêvez d'une armée de domestiques, avec des castes et des sous-ordres ?

Et vous vous placeriez à quel niveau dans ce dispositif ?
Oh toi à la niche... fiscale ! 🤣🤣🤣

T'inquiètes saturne il est en orbite, propulsé par ses idées sans jamais toucher terre...

Avatar du membre
Bernard minet
Messages : 1548
Enregistré le : 16 mars 2015, 23:42

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#81 Message par Bernard minet » 18 janv. 2019, 18:36

Moi je propose une défiscalisation totale de l'immobilier car les taxes participent de l'inflation des prix et pour financer tout ça une taxe des plus-values sur les marchés financier à mettons 50%, utilisée pour des prêt à taux 0 en faveur de l'entreprenariat.

Dans l'absolu je préférerai l'interdiction de la spéculation financière pure et simple plutôt que sa taxation mais faisons le par étape, il paraît qu'arracher des parasites trop violement peut provoquer quelques hémorragies.

Puis ici, beaucoup de contributeurs aiment à penser qu'il est logique que leur boursicottage rapporte vu qu'il fludifient le marché. Fluidifier à une connotation indéniablement positive. Sauf à côté d'immigration évidemment ! 😁

Râler sur l'immo tout en essayant de/spoliant les gueux à la bourse, c'est priceless!

L'individualisme vous a écorché le cortex.

gilgamesh
Messages : 225
Enregistré le : 16 oct. 2010, 18:54

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#82 Message par gilgamesh » 18 janv. 2019, 19:51

-Suppression des droits de mutation pour permettre de faire face aux imprévus de la vie (perte d'emploi, séparation, voisins bruyants...) qui peuvent forcer de revendre rapidement.
- Remplacer cette perte par une augmentation de la taxe foncière.Ce n'est pas logique de payer des DDM élevés si on ne reste qu'1 ou 2 ans dans son logement et doit partir à cause d'un imprévu.
- Taxer à 100% les plus values immobilières (déduction faite des travaux) de moins de 5 ans pour éviter la spéculation.
-Supprimer les abattements pour durée de détention sur l'immobilier.Il n'y a pas de raison que quelqu'un gagnant 100K ou 200K de plus value paye ZERO impôts alors que quelqu'un dont les revenus sont uniquement liés à son travail paye tous les ans.

-Compter la résidence principale à 100% pour calculer le patrimoine net d'un individu qui fait une demande de RSA.Pourquoi quelqu'un au RSA qui après avoir travaillé 20 ans a pu économiser 40K euros sur une assurance vie ou en actions devrait se voir déduit une partie du RSA (avec 40K on n'a pas assez pour s'acheter un appartement dans une grande ville) alors que quelqu'un qui a une maison de 500K euros (patrimoine 10 fois plus élevé) pourrait toucher le RSA sans aucune déduction ?
Actuellement un riche propriétaire immobilier (exonéré de déclarer sa résidence principale) peu toucher le RSA mais un ancien travailleur sans emploi qui a mis de l'argent de côté se voit réduit ou supprimé son RSA !

Avatar du membre
saturne
Messages : 1566
Enregistré le : 24 déc. 2011, 22:36

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#83 Message par saturne » 18 janv. 2019, 20:26

ignatius a écrit :
18 janv. 2019, 07:07
saturne a écrit :
16 janv. 2019, 22:18
Tout ce que vous proposez imaginez peut se ramener à UNE SEULE mesure:

Taxation confiscatoire (avec à terme: Interdiction législative) aux percepteurs de revenus PUBLICS d'avoir une activité ou des revenus immobiliers PRIVES (bail, plus-value, foncières, etc.)

Oui à l'impôt public. Non à l'impôt privé.


Effet immédiat (en une législature)
-- Les salariés de la fonction publique (État,Région,Commune) disparaissent du "marché". On ne peut pas parler de marché libre quand les 2/3 des acteurs fonctionnent en réalité comme des agents doubles: d'un côté ils sont payés par nos impots publics, et de l'autre, on leur permet d'utiliser leurs revenus publics pour "hympestir" dans l'immobilier afin de prélever un impôt privé sur leurs concitoyens.
Des conneries on en lit à la pelle sur ce forum, mais celle-ci remporte le pompon.
Les 5 millions de fonctionnaires deviennent un race de sous-citoyens, juste bons à vous servir, et dénués de tous droits ?
Vous faites la différence entre vie publique /professionnelle et vie privée /gestion du patrimoine personnel ?

Vous rêvez d'une armée de domestiques, avec des castes et des sous-ordres ?

Et vous vous placeriez à quel niveau dns ce dispositif ?
Je remarque que l'exploitation immobilière de ses concitoyens est une ACTIVITÉ LUCRATIVE (comme une autre, là n'est pas la question)

Mais concernant les fonks, je propose donc:
1) que le principe de l'interdiction faite aux fonctionnaires d'avoir une activité lucrative s'applique à l'activité lucrative de l'IMMO.
2) que la logique de cette interdiction -- qui vient de la saine considération qu'il faut limiter sévèrement l'"impôt privé" auquel les fonctionnaires se livre(rai)ent inévitablement -- vient de l'expérience acquise depuis la gabelle, les fermiers généraux et aujourd'hui les fonctionnaires qui complètent leurs fins de mois en tant que bailleurs.

Qu'est-ce que vous n'avez pas compris ?

(si vous vous contentez de payer votre logement, c'est un consommable, personne de vous le reproche, sauf peut-être qu'il y aurait des solutions plus intelligentes auxquelles revenir).
Modifié en dernier par saturne le 18 janv. 2019, 20:42, modifié 1 fois.
Billets philophynanciers crédit-consuméristes : http://ppcc-fr.blogspot.fr/?view=mosaic

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 8788
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#84 Message par Vincent92 » 18 janv. 2019, 20:34

saturne a écrit :2) que la logique de cette interdiction -- qui vient de la saine considération qu'il faut limiter sévèrement l'"impôt privé" auquel les fonctionnaires se livre(rai)ent inévitablement -- vient de l'expérience acquise depuis la gabelle, les fermiers généraux et aujourd'hui les fonctionnaires qui complètent leurs fins de mois en tant que bailleurs.
J'imagine qu'il ne t'a pas échappé qu'il y a une différence fondamentale entre la fonction publique avant la révolution francaise et après. À la Révolution, les privilèges sont abolis et le système des offices supprimé. Les révolutionnaires proclament le libre accès aux fonctions publiques sans autre distinction que celle des talents (article 6 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen).
Tout le monde peut aujourd'hui devenir fonctionnaire, à n'importe quel niveau. Et je ne comprends pas bien en quoi ils seraient plus ou moins nuisibles qu'un salarié du privé.
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18361
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#85 Message par wasabi » 18 janv. 2019, 20:51

Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 20:34
Tout le monde peut aujourd'hui devenir fonctionnaire, à n'importe quel niveau. Et je ne comprends pas bien en quoi ils seraient plus ou moins nuisibles qu'un salarié du privé.
Est ce bien possible pour l'ENA ?
l'ENA fut créée initialement pour éviter que les places de pouvoir non élues se retrouvent dans les mains des fils de bonnes familles introduites et ayant fait du droit et s'autocooptant. N'est elle pas aujourd'hui devenue ce qu'elle était censé empêcher ?
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
saturne
Messages : 1566
Enregistré le : 24 déc. 2011, 22:36

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#86 Message par saturne » 18 janv. 2019, 20:53

Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 20:34
saturne a écrit :2) que la logique de cette interdiction -- qui vient de la saine considération qu'il faut limiter sévèrement l'"impôt privé" auquel les fonctionnaires se livre(rai)ent inévitablement -- vient de l'expérience acquise depuis la gabelle, les fermiers généraux et aujourd'hui les fonctionnaires qui complètent leurs fins de mois en tant que bailleurs.
J'imagine qu'il ne t'a pas échappé qu'il y a une différence fondamentale entre la fonction publique avant la révolution francaise et après. À la Révolution, les privilèges sont abolis et le système des offices supprimé. Les révolutionnaires proclament le libre accès aux fonctions publiques sans autre distinction que celle des talents (article 6 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen).
Tout le monde peut aujourd'hui devenir fonctionnaire, à n'importe quel niveau. Et je ne comprends pas bien en quoi ils seraient plus ou moins nuisibles qu'un salarié du privé.
Pssst. C'est le 1) qui est l'argument. (Tu es à côté de la plaque, hein).

Le 2) c'est pour mettre en perspective ce que tu rappelles justement. QUE La formation de la République pour le Peuple, par le Peuple etc a posé le principe que la fonction publique est au service du Peuple. DONC, QU'on a introduit l'interdiction pour les agents publics d'avoir une activité lucrative qui serait, dans ce cas, financée par l'impôt public en premier ressort. Car dans ce cas là, on recrée un "impôt privé", tellement privé qu'il n'y a plus besoin "d'office".

Mais économiquement parlant, c'est comme si on avait des fonks qui utilisent leur traitement utiliser pour exploiter un bien de première nécessité comme le logement (=de l'accaparement, disait-on anciennement) pour se faire un "bonus" sur le dos des contribulables. Ceux-ci sont alors taxés 2 fois: impot public + impot privé.

Donc oui à l'impot public (=Républicain), non à l'impôt privé (ni à sa réintroduction par voie détournée)

Et surtout, je doute fortement que les fonctionnaires conscients de leur rôle public soient contre une telle mesure.
En pratique ils sont les larbins des "neólibéraux" qui ont un jour décidé que -- faute d'argent dans les caisses de l'État -- on allait utiliser l'armée de fonctionnaires pour transformer des cailloux en une source de crédit infinie, le vin et les roses, etc... Et le résultat c'est le Tiers-État qui ne peut se loger, parce qu' 1mº2 de cailloux vaut ... quoi, 10 briques!
Modifié en dernier par saturne le 18 janv. 2019, 21:00, modifié 2 fois.
Billets philophynanciers crédit-consuméristes : http://ppcc-fr.blogspot.fr/?view=mosaic

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 8788
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#87 Message par Vincent92 » 18 janv. 2019, 20:57

wasabi a écrit :
18 janv. 2019, 20:51
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 20:34
Tout le monde peut aujourd'hui devenir fonctionnaire, à n'importe quel niveau. Et je ne comprends pas bien en quoi ils seraient plus ou moins nuisibles qu'un salarié du privé.
Est ce bien possible pour l'ENA ?
l'ENA fut créée initialement pour éviter que les places de pouvoir non élues se retrouvent dans les mains des fils de bonnes familles introduites et ayant fait du droit et s'autocooptant. N'est elle pas aujourd'hui devenue ce qu'elle était censé empêcher ?
C'est toujours le débat entre égalité et égalitarisme. Je pense pour ma part qu'il est plus important d'avoir des personnes "compétentes" (au sens : qui ont les meilleures notes) qu'une représentativité.
Ce qui n'était pas normal à mon sens était que quelqu'un de moins compétent pouvait se retrouver plus haut. Et quelqu'un de très compétent pouvait être limité. Pas tellement que quelqu'un qui ait eu une meilleure éducation/préparation de ces parents ait plus de chance.
J'admets tout de même que cette non représentativité peut être problématique (peu d'hétérogénéité = peu de diversité de pensées). Ce qui n'est pas très important dans des domaines techniques mais un peu plus dans d'autres domaines (notamment politique).
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18361
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#88 Message par wasabi » 18 janv. 2019, 21:15

Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 20:57
Je pense pour ma part qu'il est plus important d'avoir des personnes "compétentes" (au sens : qui ont les meilleures notes) qu'une représentativité.
Moi aussi et c'est justement le sens de ma critique, est ce que ce sont réellement les personnes les plus compétentes où uniquement celles d'un certain milieu qui se reconnaissent ?
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 8788
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#89 Message par Vincent92 » 18 janv. 2019, 21:34

wasabi a écrit :
18 janv. 2019, 21:15
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 20:57
Je pense pour ma part qu'il est plus important d'avoir des personnes "compétentes" (au sens : qui ont les meilleures notes) qu'une représentativité.
Moi aussi et c'est justement le sens de ma critique, est ce que ce sont réellement les personnes les plus compétentes où uniquement celles d'un certain milieu qui se reconnaissent ?
Je ne comprends pas ce que tu veux dire vu qu'on rentre à l'ENA par concours. Il faudrait que tu détailles ta pensée (?) Veux tu dire la sélection de ce concours n'est pas pertinente?
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18361
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#90 Message par wasabi » 18 janv. 2019, 22:16

Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 21:34
wasabi a écrit :
18 janv. 2019, 21:15
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 20:57
Je pense pour ma part qu'il est plus important d'avoir des personnes "compétentes" (au sens : qui ont les meilleures notes) qu'une représentativité.
Moi aussi et c'est justement le sens de ma critique, est ce que ce sont réellement les personnes les plus compétentes où uniquement celles d'un certain milieu qui se reconnaissent ?
Je ne comprends pas ce que tu veux dire vu qu'on rentre à l'ENA par concours. Il faudrait que tu détailles ta pensée (?) Veux tu dire la sélection de ce concours n'est pas pertinente?
Le problème c'est un mec comme Macron. Qui n'arrive pas à avoir des écoles sur les vrais concours pas opaques après CPGE et qui ensuite en a une sur un concours où on se demande si il ne connaissait pas déjà les membres du jury. Et du coup ça m'a fait douter.
Le problème c'est que des zones chaudes il y a déjà des gens ayant fait les CPGE et ayant intégré les meilleures écoles. Personne n'a jamais intégré l'ENA après être passé par la prépa spéciale pour les zones sensibles qui fut créé justement parce que personne n'avait réussi à intégrer l'ENA depuis ces zones sans. Je ne parle pas de réprésentativité là -la représentativité serait anormale-, mais du fait qu'il n'y ait personne, pas un seul, ce qui là est une anomalie.
Le problème est aussi que la sélection affichée de l'ENA se fait sur les matières que l'école est le plus incapable d'enseigner et qui s’apprennent par imprégnation dans le milieu.

Et cela se rajoute déjà à mon parti pris sur les écoles sur CPGE où on récompense de moins en moins le mérite, car ça repose de moins en moins sur les matières académiques et de plus en plus sur les autres disciplines (TIPE, langues...). Il y a désormais beaucoup de gens arrivant sans concours dans les écoles d'ingénieurs, c'est désormais la filière majoritaire, et qui dit pas de concours dit avantage aux gens qui présentent le mieux et sont les mieux connectés, qui sont le mieux nés. Les langues vivantes prennent de plus en plus de place, les humanités aussi, or on sait que c'est ce que l'école est le moins capable d'enseigner et donc là où on récompense le fait d'être bien né. Le TIPE ça avantage celui qui n'a qu'à demander à son voisin où à la famille ou amis de la famille par rapport à celui dont les parents sont mal placés socialement. De même maintenant les écoles deviennent plus chères, ce qui engendre une sélection par l'argent, dans le même temps les salaires de sortie stagnent sauf pour certains, ce qui fait que c'est de moins en moins possible pour ceux qui doivent prendre des prêts pour payer les frais de scolarité, et les certains qui ont les bons salaires ont sait que c'est ceux qui ont les bonnes relations et donc aussi qui n'ont pas de soucis pour payer les frais. Et ensuite il faut désormais remettre le couvert avec une double compétence payante dans une autre école....et donc on favorise à nouveau certains profils. Donc beaucoup est fait pour remplacer le mérite par la bonne naissance. Et ce n'est que l'accès depuis les CPGE, avant ça, on a déjà fait pour avantager ceux qui sont bien nés par rapport aux méritants mal nés, en plus des avantages de leur famille ils ont le droit à des structures trilingue ou européennes et des initiations aux LV en primaire -alors que le méritant pas bien né il aura LV1 en 6eme LV2 en 4eme-, de meilleurs enseignants plus expérimentés, des voyages scolaires plus nombreux pour les langues et la culture, un meilleur environnement de travail, plus d'émulation... A la fin ça commence à faire beaucoup, et surtout plus le temps passe plus on renforce ce qui est injuste.
Et hop autre truc, on multiplie, les écoles, les BAC+5, et ainsi les stupides de bonne famille ils ont tous un bac+5, donc le niveau d'étude ne les distingue pas des méritants mal nés et on peut donc dans l'entreprise justifier qu'on les embauchera eux plutôt que les seconds.

Et donc à la fin je doute de plus en plus sur la réelle difficulté de l'ENA.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
pimono
~~+
~~+
Messages : 10419
Enregistré le : 03 juin 2011, 22:45

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#91 Message par pimono » 18 janv. 2019, 23:24

gilgamesh a écrit :
18 janv. 2019, 19:51

-Compter la résidence principale à 100% pour calculer le patrimoine net d'un individu qui fait une demande de RSA.Pourquoi quelqu'un au RSA qui après avoir travaillé 20 ans a pu économiser 40K euros sur une assurance vie ou en actions devrait se voir déduit une partie du RSA (avec 40K on n'a pas assez pour s'acheter un appartement dans une grande ville) alors que quelqu'un qui a une maison de 500K euros (patrimoine 10 fois plus élevé) pourrait toucher le RSA sans aucune déduction ?
Actuellement un riche propriétaire immobilier (exonéré de déclarer sa résidence principale) peu toucher le RSA mais un ancien travailleur sans emploi qui a mis de l'argent de côté se voit réduit ou supprimé son RSA !

ce qui est prit en compte c'est la valeur fictive que le patrimoine peut produire, c'est ça qui est déduit car c'est considéré comme un revenu, lequel est déduit du rsa... Mais c'est complexe à calculer, chaque département fait un peu ce qu'il veut et avec la prime d'activité ça arrange rien en cas de travail partiel.

La personne qui a 40ke de placé, elle a des intérêts qui lui reviennent, c'est un revenu et quand ces lois ont été faites, l'argent rapportait plus, c'est pour ça que l'impression de ponction est forte.

Le RUA arrive en France, tout va être chamboulé..., quand je pense qu'en Italie, ils sont en train de voter le revenu universel à 750euros... bientôt il sera plus intéressant de mener sa vie sans emploi ailleurs qu'en France. 8)

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30113
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#92 Message par ignatius » 19 janv. 2019, 08:03

saturne a écrit :
18 janv. 2019, 20:53
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 20:34
saturne a écrit :2) que la logique de cette interdiction -- qui vient de la saine considération qu'il faut limiter sévèrement l'"impôt privé" auquel les fonctionnaires se livre(rai)ent inévitablement -- vient de l'expérience acquise depuis la gabelle, les fermiers généraux et aujourd'hui les fonctionnaires qui complètent leurs fins de mois en tant que bailleurs.
J'imagine qu'il ne t'a pas échappé qu'il y a une différence fondamentale entre la fonction publique avant la révolution francaise et après. À la Révolution, les privilèges sont abolis et le système des offices supprimé. Les révolutionnaires proclament le libre accès aux fonctions publiques sans autre distinction que celle des talents (article 6 de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen).
Tout le monde peut aujourd'hui devenir fonctionnaire, à n'importe quel niveau. Et je ne comprends pas bien en quoi ils seraient plus ou moins nuisibles qu'un salarié du privé.
Pssst. C'est le 1) qui est l'argument. (Tu es à côté de la plaque, hein).

Le 2) c'est pour mettre en perspective ce que tu rappelles justement. QUE La formation de la République pour le Peuple, par le Peuple etc a posé le principe que la fonction publique est au service du Peuple. DONC, QU'on a introduit l'interdiction pour les agents publics d'avoir une activité lucrative qui serait, dans ce cas, financée par l'impôt public en premier ressort. Car dans ce cas là, on recrée un "impôt privé", tellement privé qu'il n'y a plus besoin "d'office".

Mais économiquement parlant, c'est comme si on avait des fonks qui utilisent leur traitement utiliser pour exploiter un bien de première nécessité comme le logement (=de l'accaparement, disait-on anciennement) pour se faire un "bonus" sur le dos des contribulables. Ceux-ci sont alors taxés 2 fois: impot public + impot privé.

Donc oui à l'impot public (=Républicain), non à l'impôt privé (ni à sa réintroduction par voie détournée)

Et surtout, je doute fortement que les fonctionnaires conscients de leur rôle public soient contre une telle mesure.
En pratique ils sont les larbins des "neólibéraux" qui ont un jour décidé que -- faute d'argent dans les caisses de l'État -- on allait utiliser l'armée de fonctionnaires pour transformer des cailloux en une source de crédit infinie, le vin et les roses, etc... Et le résultat c'est le Tiers-État qui ne peut se loger, parce qu' 1mº2 de cailloux vaut ... quoi, 10 briques!
Si j'ai bien compris, tu veux juste que les fonctionnaires soient une armée de larbins au service de chaque personne.
En fait tu n'as aucune notion de ce que peuvent être le service public, l'intérêt public, la déontologie.
Tu ne vois la société que comme une atomisation ou un agrégat d'intérêts personnels (privés donc), et le financement des besoins publics comme une spoliation de ta liberté individuelle.

Forcément avec une telle vision nous sommes à l'opposé toi et moi du spectre sur la vision de ce qui fait société.

Sur la question de l' engagement au sein du service public et le développement d'un patrimoine personnel, les commissions de déontologie sont pleines d'exemples et les interdits bombreux, afin qu'il n'y ait pas conflit d'intérêt.
L'immobilier n'en fait nullement partie, et le fonctionnaire peut être gérant de SCI, cette question relève de la gestion de son patrimoine privé et n'interfere pas dans l'exercice de ses missions de service public.

Ce qui est inacceptable dans tes propos, c'est de catégoriser les droits de chaque personne selon sa situation professionnelle.

A la rigueur, je pourrais être d'accord avec ta proposition si en contrepartie de cette privation de liberté, le fonctionnaire avait systématiquement un logement de fonction gratuit mis à sa disposition.

Et du rab de frites à la cantoche tous les jeudi midi.
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Nouveau stephanois
-+
-+
Messages : 1964
Enregistré le : 09 mars 2013, 23:44

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#93 Message par Nouveau stephanois » 19 janv. 2019, 08:41

Elles sont si bonnes que ça, les frites de la cantoche ?

Avatar du membre
dudu91
Messages : 999
Enregistré le : 14 sept. 2013, 12:41
Localisation : paris

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#94 Message par dudu91 » 19 janv. 2019, 08:47

wasabi a écrit :
18 janv. 2019, 22:16
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 21:34
wasabi a écrit :
18 janv. 2019, 21:15
Vincent92 a écrit :
18 janv. 2019, 20:57
Je pense pour ma part qu'il est plus important d'avoir des personnes "compétentes" (au sens : qui ont les meilleures notes) qu'une représentativité.
Moi aussi et c'est justement le sens de ma critique, est ce que ce sont réellement les personnes les plus compétentes où uniquement celles d'un certain milieu qui se reconnaissent ?
Je ne comprends pas ce que tu veux dire vu qu'on rentre à l'ENA par concours. Il faudrait que tu détailles ta pensée (?) Veux tu dire la sélection de ce concours n'est pas pertinente?
Le problème c'est un mec comme Macron. Qui n'arrive pas à avoir des écoles sur les vrais concours pas opaques après CPGE et qui ensuite en a une sur un concours où on se demande si il ne connaissait pas déjà les membres du jury. Et du coup ça m'a fait douter.
Le problème c'est que des zones chaudes il y a déjà des gens ayant fait les CPGE et ayant intégré les meilleures écoles. Personne n'a jamais intégré l'ENA après être passé par la prépa spéciale pour les zones sensibles qui fut créé justement parce que personne n'avait réussi à intégrer l'ENA depuis ces zones sans. Je ne parle pas de réprésentativité là -la représentativité serait anormale-, mais du fait qu'il n'y ait personne, pas un seul, ce qui là est une anomalie.
Le problème est aussi que la sélection affichée de l'ENA se fait sur les matières que l'école est le plus incapable d'enseigner et qui s’apprennent par imprégnation dans le milieu.

Et cela se rajoute déjà à mon parti pris sur les écoles sur CPGE où on récompense de moins en moins le mérite, car ça repose de moins en moins sur les matières académiques et de plus en plus sur les autres disciplines (TIPE, langues...). Il y a désormais beaucoup de gens arrivant sans concours dans les écoles d'ingénieurs, c'est désormais la filière majoritaire, et qui dit pas de concours dit avantage aux gens qui présentent le mieux et sont les mieux connectés, qui sont le mieux nés. Les langues vivantes prennent de plus en plus de place, les humanités aussi, or on sait que c'est ce que l'école est le moins capable d'enseigner et donc là où on récompense le fait d'être bien né. Le TIPE ça avantage celui qui n'a qu'à demander à son voisin où à la famille ou amis de la famille par rapport à celui dont les parents sont mal placés socialement. De même maintenant les écoles deviennent plus chères, ce qui engendre une sélection par l'argent, dans le même temps les salaires de sortie stagnent sauf pour certains, ce qui fait que c'est de moins en moins possible pour ceux qui doivent prendre des prêts pour payer les frais de scolarité, et les certains qui ont les bons salaires ont sait que c'est ceux qui ont les bonnes relations et donc aussi qui n'ont pas de soucis pour payer les frais. Et ensuite il faut désormais remettre le couvert avec une double compétence payante dans une autre école....et donc on favorise à nouveau certains profils. Donc beaucoup est fait pour remplacer le mérite par la bonne naissance. Et ce n'est que l'accès depuis les CPGE, avant ça, on a déjà fait pour avantager ceux qui sont bien nés par rapport aux méritants mal nés, en plus des avantages de leur famille ils ont le droit à des structures trilingue ou européennes et des initiations aux LV en primaire -alors que le méritant pas bien né il aura LV1 en 6eme LV2 en 4eme-, de meilleurs enseignants plus expérimentés, des voyages scolaires plus nombreux pour les langues et la culture, un meilleur environnement de travail, plus d'émulation... A la fin ça commence à faire beaucoup, et surtout plus le temps passe plus on renforce ce qui est injuste.
Et hop autre truc, on multiplie, les écoles, les BAC+5, et ainsi les stupides de bonne famille ils ont tous un bac+5, donc le niveau d'étude ne les distingue pas des méritants mal nés et on peut donc dans l'entreprise justifier qu'on les embauchera eux plutôt que les seconds.

Et donc à la fin je doute de plus en plus sur la réelle difficulté de l'ENA.
Je suis d'accord. Le concours de l'ENA devrait être revu. Quant à sa difficulté et sa capacité à sélectionner les plus intelligents : Macron est l'exemple parfait que ce concours ne remplit pas sa fonction.

On peut tenter l'ENA après avoir raté Normal Sup, l'inverse non. De même on a des polytechniciens énarques, l'inverse non.
L'ENA me fait davantage penser a une école de commerce où les critères de sélection sont volontairement flous mais où l'on s'assure que les parents sont capables de raquer les frais de scolarité.
"Quand on parle pognon, à partir d’un certain chiffre, tout le monde écoute."

gilgamesh
Messages : 225
Enregistré le : 16 oct. 2010, 18:54

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#95 Message par gilgamesh » 19 janv. 2019, 10:03

pimono a écrit :
18 janv. 2019, 23:24
gilgamesh a écrit :
18 janv. 2019, 19:51

-Compter la résidence principale à 100% pour calculer le patrimoine net d'un individu qui fait une demande de RSA.Pourquoi quelqu'un au RSA qui après avoir travaillé 20 ans a pu économiser 40K euros sur une assurance vie ou en actions devrait se voir déduit une partie du RSA (avec 40K on n'a pas assez pour s'acheter un appartement dans une grande ville) alors que quelqu'un qui a une maison de 500K euros (patrimoine 10 fois plus élevé) pourrait toucher le RSA sans aucune déduction ?
Actuellement un riche propriétaire immobilier (exonéré de déclarer sa résidence principale) peu toucher le RSA mais un ancien travailleur sans emploi qui a mis de l'argent de côté se voit réduit ou supprimé son RSA !

ce qui est prit en compte c'est la valeur fictive que le patrimoine peut produire, c'est ça qui est déduit car c'est considéré comme un revenu, lequel est déduit du rsa... Mais c'est complexe à calculer, chaque département fait un peu ce qu'il veut et avec la prime d'activité ça arrange rien en cas de travail partiel.

La personne qui a 40ke de placé, elle a des intérêts qui lui reviennent, c'est un revenu et quand ces lois ont été faites, l'argent rapportait plus, c'est pour ça que l'impression de ponction est forte.

Le RUA arrive en France, tout va être chamboulé..., quand je pense qu'en Italie, ils sont en train de voter le revenu universel à 750euros... bientôt il sera plus intéressant de mener sa vie sans emploi ailleurs qu'en France. 8)
Je comprends bien la logique de déduire du RSA un montant fictif d'intérêt que génèrerait le patrimoine, je trouve cela normal même s'il vaudrait mieux prendre les intérêt réellement gagnés plutôt que 3% du montant qui ne correspond pas forcément à la réalité. Cependant il y a une inégalité entre propriétaire et locataires.
Si l'on veut exonéré la résidence principale alors il convient aussi d'exonérer un montant forfaitaire (par exemple 100K euros, ou le montant moyen d'une résidence principale en France) des locataires qui on économisé pour s'acheter un logement mais qui a un moment de leur vie se retrouvent sans travail et sans logement.

Un locataire ayant de l'argent de côté qui place 100K euros, cela va lui rapporter 2%/an soit 2.000 euros mais on va lui retirer 3% du montant par an soit 3.000 euros ou 250 euros par mois de RSA en moins.Ce locataire va par contre devoir payer 400 ou 500 euros/mois de loyers.
Un propriétaire ayant une maison de 400K (4 fois plus riche) mais n'ayant pas d'argent de côté va pouvoir toucher le RSA en entier (moins le forfait logement de 66.11 euros) alors qu'il n'a aucun loyer à payer.

Soit on applique un abattement sur le patrimoine de tous les demandeurs de RSA quelle que soit la forme de ce patrimoine (immobilier, placement financiers...) soit on exonère rien du tout.Pas de raisons de favoriser les propriétaires immobiliers par rapport aux épargnants locataires.

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30113
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#96 Message par ignatius » 19 janv. 2019, 10:35

Nouveau stephanois a écrit :
19 janv. 2019, 08:41
Elles sont si bonnes que ça, les frites de la cantoche ?
Tu n'imagines même pas. :oops:
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30113
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#97 Message par ignatius » 19 janv. 2019, 12:05

Dommage que je sois pas aux stazunis :oops:

http://www.topito.com/top-preuves-saven ... ire-frites
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18361
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#98 Message par wasabi » 19 janv. 2019, 12:25

ignatius a écrit :
19 janv. 2019, 12:05
Dommage que je sois pas aux stazunis :oops:
vous regrettez de recevoir votre salaire en cette fin de mois ?
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Avatar du membre
ignatius
~~+
~~+
Messages : 30113
Enregistré le : 23 oct. 2010, 09:41

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#99 Message par ignatius » 19 janv. 2019, 12:27

wasabi a écrit :
19 janv. 2019, 12:25
ignatius a écrit :
19 janv. 2019, 12:05
Dommage que je sois pas aux stazunis :oops:
vous regrettez de recevoir votre salaire en cette fin de mois ?
Je serais pas obligé d'être fonctionnaire.
Je me contenterais juste d'être obèse :oops:
Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2014.

"Le ressentiment est la preuve de sa propre faiblesse" Friedrich Nietzsche - Par delà le bien et le mal

Avatar du membre
wasabi
~~+
~~+
Messages : 18361
Enregistré le : 27 janv. 2008, 12:32

Re: RIC : débat sur la partie immobilière

#100 Message par wasabi » 19 janv. 2019, 12:37

ignatius a écrit :
19 janv. 2019, 12:27
wasabi a écrit :
19 janv. 2019, 12:25
ignatius a écrit :
19 janv. 2019, 12:05
Dommage que je sois pas aux stazunis :oops:
vous regrettez de recevoir votre salaire en cette fin de mois ?
Je serais pas obligé d'être fonctionnaire.
Je me contenterais juste d'être obèse :oops:
ça vous fait vraiment envie ces trucs là ? On dirait de la gerbe.
Normalement la subtilité gastronomique réside dans le subtil équilibre entre note de tête, coeur et queue, ainsi que dans la texture et la consistance. C'est à dire du tactile et de l'olfactif.
Là on est dans des goûts de base (gras, acide, sucré, salé, amer), c'est à dire ceux pour lesquels le goût est efficace et l'odorat inutile (la majorité des goûts ne sont pas sentis par le goût et les papilles gustatives de la bouche qui sont très basiques, mais par l'odorat via une remontée par le pharynx). Accompagné de photos apparemment qui font envie à certains. Donc vue et goût exactement le contraire.
"Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable" - J.M. Keynes, 1936

Répondre