ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

Articles de presse ayant l'immobilier pour centre d'intérêt
Message
Auteur
supermascotte
Messages : 431
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#501 Message par supermascotte » 24 juin 2020, 19:38

miguel a écrit :
24 juin 2020, 15:14
krachboom a écrit :
24 juin 2020, 15:08
c'est bien ce que je dis.

les 150 k€ peuvent être brulés du jour au lendemain, voyage resto etc... pour la banque ça ne compte à mon avis presque pas (c'est mieux que devoir 10k€ à ta banque quand même hein).

Pour la RP sans crédit, ben fallait la mettre en garantie dans le nouveau financement, là ça passait ! (après faut le vouloir)

edith : ce dossier n'était à mon sens pas solide, et tu n'indiques pas les revenus.

Peut être aussi que le bien visé était dans une zone attendu à se dévaloriser ?
J'ai vu des trucs plus foireux passer auparavant.
Même des petits malins qui achetaient 2 biens en même temps pour se retrouver a 60% des revenus.
je peux pas détailler plus.

Ce qui est grave je pense c'est que le pognon est transféré vers les entreprises boiteuses.
(quelques boites que je connais qui étaient proches du DB avant crise sont enthousiastes avec les aides reçus et les PGE)
Oui bah vous êtes l'exemple parfait des raisons pour lesquelles il était grand temps de mettre un peu d'ordre dans le marché immobilier.

Et oui 100 fois, il est bien plus urgent de sauver les entreprises viables et de sauvegarder au max les emplois plutôt que d'alimenter une spéculation immobilière stérile.

Avatar du membre
miguel
+
+
Messages : 3093
Enregistré le : 18 nov. 2007, 13:54

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#502 Message par miguel » 24 juin 2020, 21:14

Sauver des entreprises foireuses, au détriment de limmo qui fait vivre un paquet d'artisans, etc...
Et au final des faillites bancaires en perspective :shock:
La French tech start up nation
Les affaires de ce monde sont gouvernées par la fortune et par Dieu. Machiavel.

Avatar du membre
krachboom
+
+
Messages : 3224
Enregistré le : 18 sept. 2008, 10:22

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#503 Message par krachboom » 25 juin 2020, 11:34

il a dit sauver des entreprises viables !

Les dossiers présentés n'étaient manifestement pas bons !

Rien ne vous empêche de les présenter à d'autres organismes vous verrez au moins de quoi il retourne, si 3 autres banques consultées = 3 refus, ben le dossier était pourri, et si 2/3 disent oui on finance, c'est qu'il y en a un qui a fait du zèle ou qui n'avait pas besoin d'un nouveau client "limite"...

supermascotte
Messages : 431
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#504 Message par supermascotte » 27 juin 2020, 06:18

supermascotte a écrit :
19 juin 2020, 07:13
Romario a écrit :
18 juin 2020, 21:25
Si les taux d'emprunt se stabilisent cet été, le taux de refus de prêts va retomber, puisque le taux d'usure remontera.
Oui mais non. Les taux de crédit immobilier remontent depuis Janvier 2020 et pourtant le taux d'usure, lui, continue de diminuer.

Et pour comprendre ça, il faut savoir comment est calculé le taux d'usure. Le taux d'usure est fixé tous les trimestres par la banque de France. Et il est calculé en faisant la moyenne des taux TAEG accordé le trimestre passé auquel on rajoute 33%.

Là, les banques durcissent les conditions d'accès aux crédits en relevant leurs barèmes de taux de crédit depuis Janvier 2020 (Pour donner un ordre de grandeur, les taux de crédit sur 25 ans ont augmenté de 1.25% à 1.60% en moyenne) et en imposant des conditions plus strictes aux acquéreurs (davantage d'apport personnel et un taux d'effort inférieur < 33% avec des durées d'emprunt ne dépassant pas 25 ans).

Par conséquent les banques sont de plus en plus sélectives sur les profils retenus et les profils moins bons sont exclus. Pour les profils retenus, le taux des crédits accordés restent encore très bas (en mai 2020, le taux moyen était de 1.25% contre 1.17% en mai et 1.12% en avril). Ce qui montre que même si les banques ont relevé significativement leurs barèmes de crédits de 1.25% à 1.60%, dans les faits, les crédits accordés véritablement, eux, n'augmentent pas significativement (1.25% en moyenne en mai 2020). Et comme le taux d'usure est indexé sur ce dernier taux, bah ça explique pourquoi le taux d'usure a continué de baissé jusqu'ici et pourquoi, il devrait augmenter très lentement.

En d'autres termes, la plus grande sélectivité des banques entraîne mécaniquement encore plus de sélectivité du fait du taux d'usure.
https://www.mieuxvivre-votreargent.fr/i ... redit/amp/

C'est bien comme ce que j'avais expliqué. Les taux d'usure augmentent TRES TRES légèrement pour le 3ème trimestre 2020. Hausse de +0,06% seulement sur les durées d'emprunt au-delà de 20 ans de 2,51% à 2,57%. Elle reste stable sur les autres durées voire en légère baisse pour les durées inférieures à 10 ans. La hausse des taux d'usure est donc très loin de suivre la hausse des barèmes des banques constatée depuis le début de l'année.

Avatar du membre
Romario
~~+
~~+
Messages : 7848
Enregistré le : 27 juil. 2006, 21:25
Localisation : Lyon

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#505 Message par Romario » 27 juin 2020, 10:28

+0,06 n'est pas déconnant, surtout que les taux d'emprunt ne semblent pas s'envoler.
Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. (T. Jefferson)

supermascotte
Messages : 431
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#506 Message par supermascotte » 27 juin 2020, 20:01

Romario a écrit :
27 juin 2020, 10:28
+0,06 n'est pas déconnant, surtout que les taux d'emprunt ne semblent pas s'envoler.
A toi de juger, sur la même période, les barèmes des banques ont augmenté en moyenne de l'ordre de 0.15% - 0.20% en 1 trimestre.

Avatar du membre
Romario
~~+
~~+
Messages : 7848
Enregistré le : 27 juil. 2006, 21:25
Localisation : Lyon

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#507 Message par Romario » 28 juin 2020, 21:48

supermascotte a écrit :
27 juin 2020, 20:01
Romario a écrit :
27 juin 2020, 10:28
+0,06 n'est pas déconnant, surtout que les taux d'emprunt ne semblent pas s'envoler.
A toi de juger, sur la même période, les barèmes des banques ont augmenté en moyenne de l'ordre de 0.15% - 0.20% en 1 trimestre.
je ne juge rien du tout, 33% de 15 - 20 points, ça ne fait pas 0,6 ?
Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. (T. Jefferson)

supermascotte
Messages : 431
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#508 Message par supermascotte » 29 juin 2020, 06:08

Romario a écrit :
28 juin 2020, 21:48
supermascotte a écrit :
27 juin 2020, 20:01
Romario a écrit :
27 juin 2020, 10:28
+0,06 n'est pas déconnant, surtout que les taux d'emprunt ne semblent pas s'envoler.
A toi de juger, sur la même période, les barèmes des banques ont augmenté en moyenne de l'ordre de 0.15% - 0.20% en 1 trimestre.
je ne juge rien du tout, 33% de 15 - 20 points, ça ne fait pas 0,6 ?
Si par 33%, tu veux essayer de pondérer mensuellement, ça ne marche pas. Les taux d'usure sont fixés trimestriellement (raison pour laquelle j'ai donné l'augmentation moyenne des barèmes de taux sur le T2 2020).

Donc c'est bien une augmentation des taux de l'ordre de 0.15-0.22% et une augmentation du taux d'usure de 0.06% dans le même temps.

PS : j'avais déjà prédis que le taux d'usure n'augmenterait que lentement et j'en avais déjà expliqué les raisons précédemment.

Avatar du membre
Romario
~~+
~~+
Messages : 7848
Enregistré le : 27 juil. 2006, 21:25
Localisation : Lyon

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#509 Message par Romario » 29 juin 2020, 08:14

Ah oui pardon, l'évolution du taux d'usure est faible, en effet.
Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. (T. Jefferson)

FrenchRigolade
Messages : 382
Enregistré le : 13 août 2018, 10:11

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#510 Message par FrenchRigolade » 29 juin 2020, 10:01

miguel a écrit :
24 juin 2020, 21:14
Sauver des entreprises foireuses, au détriment de limmo qui fait vivre un paquet d'artisans, etc...
Et au final des faillites bancaires en perspective :shock:
La French tech start up nation
Même si l'immo baisse, les travaux seront quand même faits, non ? Quel rapport avec le chômage des artisans ?
Peut se prévaloir de la cosignature de l'union française pour la santé bucco-dentaire.

Ben92
-++
-++
Messages : 4358
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#511 Message par Ben92 » 29 juin 2020, 13:32

FrenchRigolade a écrit :
29 juin 2020, 10:01
Même si l'immo baisse, les travaux seront quand même faits, non ? Quel rapport avec le chômage des artisans ?
L'immobilier ne baisse pas par "magie". Si baisse il y a, c'est parce que les biens ne se vendent pas pendant des mois, et que les vendeurs sont contraints de baisser leurs prix.
Moins de ventes, et donc moins de travail pour les artisans.

FrenchRigolade
Messages : 382
Enregistré le : 13 août 2018, 10:11

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#512 Message par FrenchRigolade » 29 juin 2020, 13:37

Ben92 a écrit :
29 juin 2020, 13:32
FrenchRigolade a écrit :
29 juin 2020, 10:01
Même si l'immo baisse, les travaux seront quand même faits, non ? Quel rapport avec le chômage des artisans ?
L'immobilier ne baisse pas par "magie". Si baisse il y a, c'est parce que les biens ne se vendent pas pendant des mois, et que les vendeurs sont contraints de baisser leurs prix.
Moins de ventes, et donc moins de travail pour les artisans.
un peu spécieux cet argument
Peut se prévaloir de la cosignature de l'union française pour la santé bucco-dentaire.

Ben92
-++
-++
Messages : 4358
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#513 Message par Ben92 » 29 juin 2020, 13:55

FrenchRigolade a écrit :
29 juin 2020, 13:37
un peu spécieux cet argument
Disons que la baisse des prix n'est pas la raison directe d'une réduction du travail pour les artisans, mais elle est la conséquence d'une situation qui elle, l'est.

Avatar du membre
krachboom
+
+
Messages : 3224
Enregistré le : 18 sept. 2008, 10:22

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#514 Message par krachboom » 29 juin 2020, 17:23

oui enfin, ça finira pas se vendre, et peut être que ça donnera plus de taf aux artisans pour mieux rénover car il y aura plus d'€€€ de dispo si baisse de prix ?

supermascotte
Messages : 431
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#515 Message par supermascotte » 02 juil. 2020, 10:06

https://www.immobilier-danger.com/Taux- ... -1090.html

Les taux continuent de monter en juillet.

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#516 Message par Cagou780 » 02 juil. 2020, 11:26

supermascotte a écrit :
02 juil. 2020, 10:06
https://www.immobilier-danger.com/Taux- ... -1090.html

Les taux continuent de monter en juillet.
et les conditions semblent se durcir :
la crainte d’une crise économique, provoquée par la crise sanitaire, plane sur les banques qui refusent de prendre des risques et sélectionnent davantage les dossiers, pour ne conserver que les plus solvables et les emplois potentiellement les moins menacés de chômage ces prochains mois. Ils sont également plus réticents envers les dossiers sans apport. Ces paramètres aboutissent ainsi à une baisse comprise entre 15 et 20% du nombre de dossier de crédit immobilier acceptés sur ce 1er semestre 2020.
https://www.mysweetimmo.com/2020/07/01/ ... stre-2020/

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#517 Message par Cagou780 » 05 juil. 2020, 01:04

"Crédit immobilier : Les banques relèvent les barèmes sur les prêts à plus longue durée en juillet"
https://www.mysweetimmo.com/2020/07/04/ ... n-juillet/
Cette légère hausse des taux de crédit immobilier a pour conséquence une hausse du taux d’usure pour le 3e trimestre 2020, ce qui est une bonne nouvelle, mais insuffisante pour éviter l’exclusion de nombreux dossiers... les primo-accédants avec un statut de cadre et de gros apports peuvent emprunter, les profils les plus fragiles ont été refusés à cause des critères excessivement sélectifs imposés aux banques et de l’étranglement du taux d’usure, et ce, malgré une solvabilité avérée de ces emprunteurs

Avatar du membre
lemiamat13
Messages : 651
Enregistré le : 01 juil. 2010, 07:54
Localisation : Fribourg (Suisse)

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#518 Message par lemiamat13 » 07 juil. 2020, 15:00

krachboom a écrit :
29 juin 2020, 17:23
oui enfin, ça finira pas se vendre, et peut être que ça donnera plus de taf aux artisans pour mieux rénover car il y aura plus d'€€€ de dispo si baisse de prix ?
Entièrement d'accord. La valeur d'ajustement dans les prix immo est le terrain dont la part est complètement aberrante. Aucune valeur ajoutée si ce n'est une pénurie purement administrative ainsi que des contraintes constructives déraisonnables. Une baisse des prix n'engendrera pas une baisse de travail pour les artisans, il y aura seulement un gain pour les acheteurs et un gain moindre (une perte ?) pour le vendeur.
"L'État c'est un ténia qui se fait passer pour un rémora"
-Pajala-

wizi
-++
-++
Messages : 3735
Enregistré le : 24 avr. 2008, 17:16

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#519 Message par wizi » 07 juil. 2020, 16:59

lemiamat13 a écrit :
07 juil. 2020, 15:00
krachboom a écrit :
29 juin 2020, 17:23
oui enfin, ça finira pas se vendre, et peut être que ça donnera plus de taf aux artisans pour mieux rénover car il y aura plus d'€€€ de dispo si baisse de prix ?
Entièrement d'accord. La valeur d'ajustement dans les prix immo est le terrain dont la part est complètement aberrante. Aucune valeur ajoutée si ce n'est une pénurie purement administrative ainsi que des contraintes constructives déraisonnables. Une baisse des prix n'engendrera pas une baisse de travail pour les artisans, il y aura seulement un gain pour les acheteurs et un gain moindre (une perte ?) pour le vendeur.
Ce n'est pas forcément très intuitif, mais c'est l'inverse qui se passe.

Des études ont déjà été présentées sur ce forum, cela s'appelle "l'effet richesse" :

Lorsque les prix montent, un proprio a tendance à faire plus de travaux, et plus cher. Il a aussi tendance à plus consommer (voitures, voyages...).

A l'inverse, lorsque les prix baissent, un proprio ne fera que le minimum de travaux indispensables, et réduira sa consommation.

C'est un peu la même raison pour laquelle les théories libérales ne fonctionnent pas dans la réalité, elles ne prennent pas en compte l'esprit humain. Par exemple, si on baisse les salaires, c'est trop génial dans les théories libérales (on gagne en compétitivité, on réduit les coûts...), mais en fait, c'est une catastrophe car si on baisse les revenus de 2%, la consommation va baisser de 20/30%, par peur de l'avenir.
Ce n'est pas en améliorant la bougie que l'on a inventé l'ampoule électrique...

Vous connaissez le principe de l'Idiocratie ? Les c0ns gagnent toujours à la fin.

jobserve75
Messages : 1141
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#520 Message par jobserve75 » 07 juil. 2020, 18:32

A priori, les crédits repartiraient et les taux baisseraient.

https://www.mieuxvivre-votreargent.fr/i ... progresse/

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#521 Message par Cagou780 » 07 juil. 2020, 19:32

la Banque de France fixe le taux moyen des crédits nouveaux hors renégociation à 1,17 % en mai. Soit une très légère hausse par rapport au mois d’avril où le taux moyen était de 1,16 %.
A priori il y aurait pas mal de renégociation
https://immobilier.lefigaro.fr/article/ ... e76f530b2/

ParisIDF92
Messages : 574
Enregistré le : 14 avr. 2020, 13:06

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#522 Message par ParisIDF92 » 07 juil. 2020, 21:01

wizi a écrit :
07 juil. 2020, 16:59
Des études ont déjà été présentées sur ce forum, cela s'appelle "l'effet richesse" :

Lorsque les prix montent, un proprio a tendance à faire plus de travaux, et plus cher. Il a aussi tendance à plus consommer (voitures, voyages...).

A l'inverse, lorsque les prix baissent, un proprio ne fera que le minimum de travaux indispensables, et réduira sa consommation.

C'est un peu la même raison pour laquelle les théories libérales ne fonctionnent pas dans la réalité, elles ne prennent pas en compte l'esprit humain. Par exemple, si on baisse les salaires, c'est trop génial dans les théories libérales (on gagne en compétitivité, on réduit les coûts...), mais en fait, c'est une catastrophe car si on baisse les revenus de 2%, la consommation va baisser de 20/30%, par peur de l'avenir.
C'est en effet ce qui s'est passé en Espagne pendant la crise.

J'ajouterais la pression sociale (pas nécessairement pour se vanter, simplement par mimétisme). Si votre cousin, votre collègue de travail et votre voisin achètent un Mercedes GLC, font construire une piscine dans le jardin et partent en vacances en Thaïlande ou en Californie, vous finirez par faire la même chose (si votre niveau de revenus le permet). Si ces gens gardent leur Renault Kadjar et partent en vacances en Bretagne, vous ne penserez même pas à acheter la Mercedes ou à aller à San Francisco même si vous n'êtes pas touchés par la crise.

Il y a aussi l'effet pervers de l'épargne. En cas de crise, il y a déflation, en particulier des produits "non-essentiels". Les produits de base peuvent augmenter de prix (plus de taxes), comme l'essence, la nourriture (donc c'est la catastrophe pour les classes populaires)... mais d'un autre côté, l'immobilier, les voitures, la main-d'œuvre, etc. en général diminuent de prix. Donc en cas de crise, l'épargne gagne de valeur. Et avec la crainte de l'avenir, les gens épargnent encore plus.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 11177
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#523 Message par Vincent92 » 07 juil. 2020, 21:13

ParisIDF92 a écrit :
07 juil. 2020, 21:01
wizi a écrit :
07 juil. 2020, 16:59
Des études ont déjà été présentées sur ce forum, cela s'appelle "l'effet richesse" :

Lorsque les prix montent, un proprio a tendance à faire plus de travaux, et plus cher. Il a aussi tendance à plus consommer (voitures, voyages...).

A l'inverse, lorsque les prix baissent, un proprio ne fera que le minimum de travaux indispensables, et réduira sa consommation.

C'est un peu la même raison pour laquelle les théories libérales ne fonctionnent pas dans la réalité, elles ne prennent pas en compte l'esprit humain. Par exemple, si on baisse les salaires, c'est trop génial dans les théories libérales (on gagne en compétitivité, on réduit les coûts...), mais en fait, c'est une catastrophe car si on baisse les revenus de 2%, la consommation va baisser de 20/30%, par peur de l'avenir.
C'est en effet ce qui s'est passé en Espagne pendant la crise.

J'ajouterais la pression sociale (pas nécessairement pour se vanter, simplement par mimétisme). Si votre cousin, votre collègue de travail et votre voisin achètent un Mercedes GLC, font construire une piscine dans le jardin et partent en vacances en Thaïlande ou en Californie, vous finirez par faire la même chose (si votre niveau de revenus le permet). Si ces gens gardent leur Renault Kadjar et partent en vacances en Bretagne, vous ne penserez même pas à acheter la Mercedes ou à aller à San Francisco même si vous n'êtes pas touchés par la crise.

Il y a aussi l'effet pervers de l'épargne. En cas de crise, il y a déflation, en particulier des produits "non-essentiels". Les produits de base peuvent augmenter de prix (plus de taxes), comme l'essence, la nourriture (donc c'est la catastrophe pour les classes populaires)... mais d'un autre côté, l'immobilier, les voitures, la main-d'œuvre, etc. en général diminuent de prix. Donc en cas de crise, l'épargne gagne de valeur. Et avec la crainte de l'avenir, les gens épargnent encore plus.
C'est sûr sauf que pour le moment le CAC 40 est à ~5000 points et l'immobilier repart sur les mêmes bases qu'avant. On ne peut pas dire que les gens anticipent une crise profonde comme nous l'on dit certains ici (pire que la crise de 29).
A tord ou à raison, l'avenir nous le dira, pour le moment, les gens n'anticipent pas ca.


Avatar du membre
lemiamat13
Messages : 651
Enregistré le : 01 juil. 2010, 07:54
Localisation : Fribourg (Suisse)

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#525 Message par lemiamat13 » 08 juil. 2020, 05:52

wizi a écrit :
07 juil. 2020, 16:59
Ce n'est pas forcément très intuitif, mais c'est l'inverse qui se passe.

Des études ont déjà été présentées sur ce forum, cela s'appelle "l'effet richesse" :

Lorsque les prix montent, un proprio a tendance à faire plus de travaux, et plus cher. Il a aussi tendance à plus consommer (voitures, voyages...).

A l'inverse, lorsque les prix baissent, un proprio ne fera que le minimum de travaux indispensables, et réduira sa consommation.

C'est un peu la même raison pour laquelle les théories libérales ne fonctionnent pas dans la réalité, elles ne prennent pas en compte l'esprit humain. Par exemple, si on baisse les salaires, c'est trop génial dans les théories libérales (on gagne en compétitivité, on réduit les coûts...), mais en fait, c'est une catastrophe car si on baisse les revenus de 2%, la consommation va baisser de 20/30%, par peur de l'avenir.
C'est assez étrange comme phénomène. Je comprends que du point de vue du vendeur l'effet richesse existe bien en cas de hausse des prix mais donc dans ce cas on ne peut pas oublier l'effet pauvreté de l'acheteur. L'effet symétrique se produit tôt ou tard dans l'autre sens.
De plus, si on suit votre raisonnement les prix doivent monter parce que l'immobilier est rare.

Et pas la peine de parler de solutions liberales / socialistes, ce n'est pas le sujet.

"Lorsque les prix baissent, un futur acheteur a tendance à faire plus de travaux, et plus cher. Il a aussi tendance à plus consommer (voitures, voyages...) ce qu'il a économisé.

A l'inverse, lorsque les prix montent, un futur acheteur ne fera que le minimum de travaux indispensables, et réduira sa consommation."

Tiens c'est marrant çà marche aussi.

Edit :
D'ailleurs je ne comprends pas que l'on ne reproduise pas votre proposition pour toutes les marchandises, si les prix augmentent cela devrait créer un effet richesse pour tous les producteurs non ? Est ce votre souhait ?
"L'État c'est un ténia qui se fait passer pour un rémora"
-Pajala-

wizi
-++
-++
Messages : 3735
Enregistré le : 24 avr. 2008, 17:16

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#526 Message par wizi » 08 juil. 2020, 14:37

Wiki a écrit :En économie, l'effet de richesse renvoie à une propension à dépenser de manière proportionnellement plus importante au fur et à mesure que le patrimoine augmente : autrement dit, lorsque la richesse des ménages s'accroît, la consommation augmente encore plus rapidement.

lemiamat13 a écrit :
08 juil. 2020, 05:52
C'est assez étrange comme phénomène. Je comprends que du point de vue du vendeur l'effet richesse existe bien en cas de hausse des prix mais donc dans ce cas on ne peut pas oublier l'effet pauvreté de l'acheteur. L'effet symétrique se produit tôt ou tard dans l'autre sens.
Même s'il y a des exceptions, les proprios ont généralement plus de moyens (taf mieux payés, plus stables, + de patrimoine), et donc plus de possibilités pour consommer.

De plus on peut voir cela comme un transfert d'argent du primo vers le proprio, et, cet argent venant d'emprunt principalement, c'est de l'argent créé, directement injecté dans l'économie, à l'instant t.

lemiamat13 a écrit : De plus, si on suit votre raisonnement les prix doivent monter parce que l'immobilier est rare.
Plus pour maintenir la confiance dans l'avenir des humains/consommateurs. Et cela peut être en argent courant, si il y a un peu d'inflation.

lemiamat13 a écrit :Et pas la peine de parler de solutions liberales / socialistes. Ce n'est pas le sujet.
Je pensais à l'opposition capitalisme / libéralisme (je suis pour le premier), mais cela n'est pas le sujet, en effet.

lemiamat13 a écrit :"Lorsque les prix baissent, un futur acheteur a tendance à faire plus de travaux, et plus cher. Il a aussi tendance à plus consommer (voitures, voyages...) ce qu'il a économisé.

A l'inverse, lorsque les prix montent, un futur acheteur ne fera que le minimum de travaux indispensables, et réduira sa consommation."

Tiens c'est marrant çà marche aussi.

Non, car si les prix baissent, l'acheteur va attendre que cela baisse plus, et se dit qu'en attendant et économisant un peu, il va pouvoir revoir ses prétentions à la hausse. Cela grippe le marché immo (moins de vente, donc moins de rentrées fiscales et moins de travail pour les diverses entreprises du batiment). Avec l'effet richesse négatif sur les proprio en plus qui va gripper l'économie du pays.

Si les prix montent, même le primo qui a acheté 2 ans avant dépensera plus facilement dans des travaux d'amélioration.
lemiamat13 a écrit : Edit :
D'ailleurs je ne comprends pas que l'on ne reproduise pas votre proposition pour toutes les marchandises, si les prix augmentent cela devrait créer un effet richesse pour tous les producteurs non ? Est ce votre souhait ?
Cette effet est plus concentré sur le patrimoine (principalement immo en France, actions en plus aux USA).
Ce n'est pas en améliorant la bougie que l'on a inventé l'ampoule électrique...

Vous connaissez le principe de l'Idiocratie ? Les c0ns gagnent toujours à la fin.

Avatar du membre
lemiamat13
Messages : 651
Enregistré le : 01 juil. 2010, 07:54
Localisation : Fribourg (Suisse)

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#527 Message par lemiamat13 » 08 juil. 2020, 14:55

wizi a écrit :
08 juil. 2020, 14:37

Même s'il y a des exceptions, les proprios ont généralement plus de moyens (taf mieux payés, plus stables, + de patrimoine), et donc plus de possibilités pour consommer.

De plus on peut voir cela comme un transfert d'argent du primo vers le proprio, et, cet argent venant d'emprunt principalement, c'est de l'argent créé, directement injecté dans l'économie, à l'instant t.
Je ne nie pas l'effet richesse, il est correct. Mais avec des prix en hausse plus rapide que la hausse des revenus, il y aura mécaniquement moins d'acheteurs et donc rééquilibre à l'inverse. Ce point se dirige donc vers la politique monétaire accommodante mais ce n'est plus le sujet.
wizi a écrit : Plus pour maintenir la confiance dans l'avenir des humains/consommateurs. Et cela peut être en argent courant, si il y a un peu d'inflation.
La confiance se maintient également si il est aisé de se loger.

wizi a écrit : Non, car si les prix baissent, l'acheteur va attendre que cela baisse plus, et se dit qu'en attendant et économisant un peu, il va pouvoir revoir ses prétentions à la hausse. Cela grippe le marché immo (moins de vente, donc moins de rentrées fiscales et moins de travail pour les diverses entreprises du batiment). Avec l'effet richesse négatif sur les proprio en plus qui va gripper l'économie du pays.

Si les prix montent, même le primo qui a acheté 2 ans avant dépensera plus facilement dans des travaux d'amélioration.
Pourtant la pratique vous contredit, nous n'attendons indéfiniment pour acheter un smartphone ou une télé ou un ordinateur.... les prix baissent et/ou la qualité augmentent. Les consommateurs veulent / doivent consommer pour satisfaire leurs besoins. Ils anticipent certains paramètres mais ne peuvent reporter indéfiniment leurs choix. Si on caricature, quel serait le problème d'avoir des prix immobiliers à 0 ? Si les prix sont à 0, c'est qu'il y a une abondance telle que tous les besoins sont satisfaits. Est ce un mal pour l'Humanité ?
wizi a écrit : Cette effet est plus concentré sur le patrimoine (principalement immo en France, actions en plus aux USA).
Peut être aussi parce qu'il existe un effet de levier important et des taux incroyablement bas => retour politique monétaire.
"L'État c'est un ténia qui se fait passer pour un rémora"
-Pajala-

Ben92
-++
-++
Messages : 4358
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#528 Message par Ben92 » 08 juil. 2020, 15:05

wizi a écrit :
08 juil. 2020, 14:37
Non, car si les prix baissent, l'acheteur va attendre que cela baisse plus, et se dit qu'en attendant et économisant un peu, il va pouvoir revoir ses prétentions à la hausse. Cela grippe le marché immo (moins de vente, donc moins de rentrées fiscales et moins de travail pour les diverses entreprises du batiment). Avec l'effet richesse négatif sur les proprio en plus qui va gripper l'économie du pays.
Entièrement d'accord avec ça. C'est d'ailleurs ce que disent tous les économistes sérieux. Des prix immobiliers en augmentation régulière et continue sont ce qu'il y a mieux pour motiver les gens à acheter, et donc faire tourner l'économie (BTP, notaires, AI, diagnostiqueurs, banques, courtiers, artisans, magasins de bricolage, cuisinistes,..., ça fait vivre un paquet de monde). En cas de prix baisse, tout ça tourne au ralenti et ce sont des centaines de milliers d'emplois supprimés.
Aussi un constat personnel, un immobilier cher n' pas que mauvais côtés loin de là. J'ai une connaissance en province qui végète dans un emploi en dessous de son potentiel, mais il n'a aucune envie de se bouger : il a déjà une belle maison avec piscine alors à quoi bon, dit-il... Alors qu'en IDF, on est prêt à se défoncer au boulot pour progresser, ou prendre un poste à une heure de transport pour gagner plus pour s'acheter ses 10 m² supplémentaires... l'immobilier cher nous tire vers le haut! 8)

Avatar du membre
lemiamat13
Messages : 651
Enregistré le : 01 juil. 2010, 07:54
Localisation : Fribourg (Suisse)

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#529 Message par lemiamat13 » 08 juil. 2020, 15:12

Ben92 a écrit :
08 juil. 2020, 15:05
Entièrement d'accord avec ça. C'est d'ailleurs ce que disent tous les économistes sérieux. Des prix immobiliers en augmentation régulière et continue sont ce qu'il y a mieux pour motiver les gens à acheter, et donc faire tourner l'économie (BTP, notaires, AI, diagnostiqueurs, banques, courtiers, artisans, magasins de bricolage, cuisinistes,..., ça fait vivre un paquet de monde). En cas de prix baisse, tout ça tourne au ralenti et ce sont des centaines de milliers d'emplois supprimés.
Aussi un constat personnel, un immobilier cher n' pas que mauvais côtés loin de là. J'ai une connaissance en province qui végète dans un emploi en dessous de son potentiel, mais il n'a aucune envie de se bouger : il a déjà une belle maison avec piscine alors à quoi bon, dit-il... Alors qu'en IDF, on est prêt à se défoncer au boulot pour progresser, ou prendre un poste à une heure de transport pour gagner plus pour s'acheter ses 10 m² supplémentaires... l'immobilier cher nous tire vers le haut! 8)
Attention, je ne suis pas en désaccord finalement avec la hausse des prix dans l'absolu. J'ai un problème avec la hausse des prix qui n'est pas justifiée. Dans un bien immobilier vous payez peut être entre 30 et 60% le terrain. Qu'est ce que justifie cette valeur si ce n'est une rareté administrative ? Ce n'est pas un marché très sain
"L'État c'est un ténia qui se fait passer pour un rémora"
-Pajala-

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 13969
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#530 Message par cashisking » 08 juil. 2020, 15:17

lemiamat13 a écrit :
08 juil. 2020, 15:12
Qu'est ce que justifie cette valeur si ce n'est une rareté administrative ?
La réponse est dans la question.

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2207
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#531 Message par Pazuzu » 08 juil. 2020, 15:23

supermascotte a écrit :
24 juin 2020, 19:35
Pazuzu a écrit :
24 juin 2020, 12:46
supermascotte a écrit :
18 juin 2020, 19:15
https://www.capital.fr/immobilier/credi ... nt-1373110
Le Haut Conseil de Stabilité Financière a remis ce jeudi la pression sur les banques afin de maintenir le tour de vis sur les conditions d'octroi des crédits immobiliers.
Contracter un crédit immobilier ne sera pas plus facile cet été. Dans un contexte de crise économique, le Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF), présidé par le ministre de l'Economie et des Finances, a annoncé ce jeudi 18 juin qu’il maintenait ses recommandations formulées en décembre 2019 sur le resserrement des conditions d’octroi des crédits à l’habitat. Elles seront réévaluées lors de la prochaine réunion trimestrielle. Pour rappel, en fin d’année dernière, le HCSF, avait recommandé l’application stricte de la règle d’endettement de 33% pour les particuliers contractant un crédit. C'est-à-dire que le montant des mensualités ne puisse pas dépasser un tiers de revenus nets du ménage. Une règle, qui jusqu'à l’an dernier, était loin d’être toujours respectée par les banques, ces dernières gardant une certaines souplesse dans leur politique de crédit. Les prêts de plus de 25 ans ont également été proscrits.

>> A lire aussi - Crédit immobilier : pourquoi les emprunteurs peinent désormais à décrocher un prêt

De nouvelles règles qui ont marqué un véritable coup dur pour les emprunteurs, soulignent les courtiers en crédit. Sous l’effet des recommandations de Bercy et des régulateurs, “la part des dossiers refusés en 2020 atteint à mi-juin 9,8 % des dossiers, contre 6,6 % à fin mai et 5,4 % par rapport à juin 2019”, selon Sandrine Allonier, porte-parole du courtier Vousfinancer. Cette dernière constate que la demande de crédit a retrouvé son niveau d’avant confinement mais craint que “ces signes de reprise encourageants puissent être fragilisés par le maintien des recommandations du HCSF”. En clair, les banques refusent aujourd’hui des dossiers qu’elles auraient financés l’année dernière.

>> Notre service - Trouvez le crédit immobilier le moins cher grâce à notre comparateur

Si ces mesures édictées par le HSSF ont pour but de protéger les consommateurs du surendettement, d’autres pistes - plus souples - sont avancées par les courtiers. Ainsi Meilleurtaux plaide pour remplacer la notion d’endettement actuelle par la celle du “reste à vivre”. “Cela permettrait une analyse prudente du dossier mais plus en adéquation avec le concret explique Maël Bernier, directrice de la communication et porte-parole de Meilleurtaux.com. En effet, il semble de bon sens de regarder quels sont les revenus restant après opération, car entre un couple qui gagne 2.800 euros à 2 et un couple qui gagne 5.000 euros, le reste à vivre avec la règle des 33% d'endettement ne sera évidemment pas le même.”
On peut saluer l'action de la HCSF qui maintient ses recommandations de bon sens et qui ne cède pas aux suppliques et au lobbying acharné des acteurs du marché (AI et courtiers). Il est toujours question de ramener de calmer l'exubérance de ces dernières années dans le marché immobilier et d'assainir le marché.

D'ailleurs, on apprend un chiffre intéressant. Le taux de refus de crédit immobilier augmente sensiblement en Juin comparé à mai dernier. 9.8% contre 6.6%.
C'est dommage que tu n'aies pas compris et pris en compte les remarques d'autres intervenants.

Cette recommandation, en l'état, est stupide. Et comme toute mesure stupide, elle aura des conséquences négatives pour tout le monde : locataire, proprio, acheteurs, vendeurs.
Non c'est une fausse idée de penser que d'accroître les facilités de credit est la solution.

Ces dernières années nous ont même prouvé le contraire. Les taux de credit ont baissé jusqu'à atteindre un record en décembre 2019. Mais au final ça n'a fait qu'entretenir une inflation des prix de l'immobilier.

Ce que tu gagnes en solvabilité tu le perds avec la hausse des prix de l'immobilier.

Pire encore ca a soutenu une forte demande spéculative alimentant les investissements locatifs au détriment des primo ascendants.

Restreindre l'accès au crédit et en particulier aux investisseurs est donc plus que bienven et va permettre de rééquilibrer le marché.
C'est pas en limitant la construction ou la remise sur le marché à la location de biens inoccupés qu'on fera baisser les prix non plus.

Perso, je suis pour une baisse des prix, mais c'est pas en limitant les investissements locatifs que ça aidera.

Dans les coins à pauvres, l'investissement locatif augmente l'offre.

Et ce n'est pas le locatif qui a fait monter les prix dans les coins à riches, au moins pour les 3+ Pièces, car c'est tellement peu rentable que personne n'achete pour investir. Et le peu qui pourraient le faire auraient de toute façon l'apport pour être validés par la recommandation.

Cette recommandation devrait aussi beaucoup gêner les secundo accédants qui voudraient garder leur appartement en location.

Et même les primo qui ont acheté le pinel à Nantes en étant locataires.

Bref, si on veut une méthode de sécurisation des prêts, qu'on fasse un règlement qui sécurise vraiment les prets.
Et si on veut un règlement qui favorise la baisse des prix, qu'on le fasse. Mais pas ce truc illogique sans queue ni tête qui aura forcément des conséquences néfastes.

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#532 Message par Cagou780 » 08 juil. 2020, 22:26

Pazuzu a écrit :
08 juil. 2020, 15:23
C'est pas en limitant la construction ou la remise sur le marché à la location de biens inoccupés qu'on fera baisser les prix non plus.

Perso, je suis pour une baisse des prix, mais c'est pas en limitant les investissements locatifs que ça aidera.
C'est totalement idiot. D'un côté on fait des prêts aux entreprises, on va payer pendant 2 ans des gens pour faire du chomage partiel dans des secteurs où il faudrait faire le ménage (dehors les pilotes AirFrance qui se gavent),.... et de l'autre on resserre le crédit pour le logement. Faut espérer qu'en septembre ils prennent des mesures pour la construction. C'est du temps de perdu, des emplois qui disparaissent et des boîtes qui coulent. Incompréhensible.

Pazuzu
-+
-+
Messages : 2207
Enregistré le : 29 juil. 2019, 15:39

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#533 Message par Pazuzu » 09 juil. 2020, 17:26

J ai rencontré mon banquier aujourd'hui. Ce que j'en retiens :
* c'est plus dur d'acheter du locatif si on n'a pas de RP
* c'est beaucoup plus dur de dépasser les 33%, même avec un reste à vivre mais pas impossible
* pas plus de 20 ans pour du locatif
* pas d'achat de RP sans apport

* pour le locatif, il prend 90% des loyers et ajoute ca aux revenus, prends 100% du crédit et le met en charge. Il faut donc trouver des investissement à 20% bruts pour ne pas baisser sa capacité d'emprunt.

franckyfranck
+
+
Messages : 2675
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#534 Message par franckyfranck » 09 juil. 2020, 18:27

Le sujet est intéréssant et je dis ca que parce que j'ai eu des retours amusants récemment :
- Sur la RP, ca ne s'est pas tendu du tout, je viens de renégocier mon crédit à un taux encore bien crevard (moins de 0.6% sur 14 ans). Je précise c'est une renégo et y'a pas mal d'equity dans le bien.
- Sur les invests locs c'est une autre paire de manches. Effectivement le 33% tu oublies, et pour 90% du loyer considéré comme un revenu ca dépend des banques. Les taux sont également plus monté sur ce type de prêt que les autres.

Plusieurs retours par contre ces derniers jours de personnes en galères avec des Airbnb et des locataires. Ceux qui fesaient cela n'avaient pas qu'un seul appartement on va dire. Donc la dessus, ca sent les lendemains qui schlinguennt. Le reclassement du bien en investissement locatif classique va clairement faire du mal aux couples concernés. Une poignée se pose la question de vendre.

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#535 Message par Cagou780 » 10 juil. 2020, 00:23

ça se resserre aussi aux States
https://www.cnbc.com/2020/07/09/wells-f ... -refi.html
The changes come at a difficult moment for Wells Fargo. Its earnings are under pressure because of the pandemic, and the lender is the only U.S. megabank to disclose that it has to cut its dividend as it sets aside billions more for loan losses when it reports second-quarter results next week.

supermascotte
Messages : 431
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#536 Message par supermascotte » 10 juil. 2020, 05:47

franckyfranck a écrit :
09 juil. 2020, 18:27
Le sujet est intéréssant et je dis ca que parce que j'ai eu des retours amusants récemment :
- Sur la RP, ca ne s'est pas tendu du tout, je viens de renégocier mon crédit à un taux encore bien crevard (moins de 0.6% sur 14 ans). Je précise c'est une renégo et y'a pas mal d'equity dans le bien.
- Sur les invests locs c'est une autre paire de manches. Effectivement le 33% tu oublies, et pour 90% du loyer considéré comme un revenu ca dépend des banques. Les taux sont également plus monté sur ce type de prêt que les autres.

Plusieurs retours par contre ces derniers jours de personnes en galères avec des Airbnb et des locataires. Ceux qui fesaient cela n'avaient pas qu'un seul appartement on va dire. Donc la dessus, ca sent les lendemains qui schlinguennt. Le reclassement du bien en investissement locatif classique va clairement faire du mal aux couples concernés. Une poignée se pose la question de vendre.
Pour ce qui est des crédits immobiliers, le HCSF a remis de l'ordre dans l'octroi des crédits immobiliers.

Déjà au niveau des conditions, pas plus de 33% de taux d'effort et pas plus de 25 ans. Seul 15 % des dossiers peuvent déroger à l'une de ces règles et encore seulement pour les dossiers de primo accédant.

Ensuite un point très important. Le HCSF a donné une définition claire du taux d'effort. Et ça, pour les investissements locatifs, ça change beaucoup. Maintenant le taux d'effort est défini comme l'endettement divisé par les revenus nets imposables moins le total des charges mensuelles de l’emprunteur. Pour ce qui est des revenus locatifs, avant ils étaient pris en compte à 70%, maintenant ce sont les revenus locatifs avant impôt (moins les charges)

Par contre le changement majeur, c'est qu'il n'est plus possible pour certains petits futés d'utiliser la méthode "différentielle" pour obtenir des crédits à l'infini et c'est tant mieux.

illustration : Pour un emprunt avec des mensualités de 1000€, un revenu de 2000€ et un revenu locatif estimé de 800 € net moins les charges.

taux d'endettement (méthode différentielle = (1000 - 70% x 800) / 2000 = 22% => OK

Taux d'endettement (nouvelle méthode) = 1000 / (2000 + 800) = 36% => KO

Avatar du membre
miguel
+
+
Messages : 3093
Enregistré le : 18 nov. 2007, 13:54

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#537 Message par miguel » 11 juil. 2020, 19:25

Cest ce que je dis depuis des mois.
Donc quel impact sur l'offre locative privée ?
Il y aura moins de petits bailleurs ?
Les affaires de ce monde sont gouvernées par la fortune et par Dieu. Machiavel.

Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 42909
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#538 Message par slash33 » 21 juil. 2020, 18:50

Crédit immobilier : les renégociations de prêt ont explosé au premier semestre 2020
Boursorama avec Newsgene, le 21/07/2020
https://www.boursorama.com/patrimoine/a ... b799241a9b
Le nombre de prêts renégociés a bondi de plus de 50 % au premier semestre 2020 par rapport à 2019. Les Français ont voulu profiter des taux particulièrement bas.

Les Français ont massivement renégocié leurs crédits en ce début d'année 2020. Sur les six premiers mois de l'année, les renégociations ont augmenté de 53 % par rapport à la même période en 2019, selon des chiffres du courtier Vous Financer relayés par BFM Immo. Ce type de prêts représente ainsi 15 % des prêts accordés par les établissements bancaires au premier semestre 2020. C'est plus du double que la part constatée au premier semestre 2019 (7 %).
L'écart de taux doit être au moins de 0,8 point
Comprenne qui pourra.

franckyfranck
+
+
Messages : 2675
Enregistré le : 30 déc. 2011, 18:49

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#539 Message par franckyfranck » 22 juil. 2020, 12:58

slash33 a écrit :
21 juil. 2020, 18:50
Crédit immobilier : les renégociations de prêt ont explosé au premier semestre 2020
Boursorama avec Newsgene, le 21/07/2020
https://www.boursorama.com/patrimoine/a ... b799241a9b
Le nombre de prêts renégociés a bondi de plus de 50 % au premier semestre 2020 par rapport à 2019. Les Français ont voulu profiter des taux particulièrement bas.

Les Français ont massivement renégocié leurs crédits en ce début d'année 2020. Sur les six premiers mois de l'année, les renégociations ont augmenté de 53 % par rapport à la même période en 2019, selon des chiffres du courtier Vous Financer relayés par BFM Immo. Ce type de prêts représente ainsi 15 % des prêts accordés par les établissements bancaires au premier semestre 2020. C'est plus du double que la part constatée au premier semestre 2019 (7 %).
L'écart de taux doit être au moins de 0,8 point
Comprenne qui pourra.
Bah pour la banque une renégo c'est souvent peu risqué. je renégocie un crédit sur lequel j'ai déjà remboursé un peu de capital et comme l'immo est monté ces dernières années, le taux d'equity leur semble plus favorable que sur un nouveau crédit.

Sans compter qu'à chaque fois que je l'ai fait j'en ai profité pour rembourser un petit peu par anticipation. Et souvent diminuer la durée du crédit.

Du coup, ca passe dans la catégorie "très bon dossier" et le taux est canon. Franchement 0.6% sur 14 Ans j'y croyais pas. Et l'économie réalisée est faramineuse, même si au niveau cashflow c'est négatif.

Ce que je constate, c'est que les banquiers et mon CGP continuent à me faire des calins pour que je m'endette plus. Et je ne regrette pas d'avoir envoyé paitre ce dernier au sujet de ses investissements en EHPAD. Avec la Batmanite les cheptels ont du vachement se réduire.

Reste un problème qui va faire que les prix je pense ne vont pas baisser tant que cela, quand je discute avec les amis je vois qu'il y a du cash mais peu de débouché d'investissements. Ce qui conduit à un moment à se dire qu'est ce que je fais. En temps normal j'aurais dit : Remboursement Anticipé ! Mais à 0.60% ce n'est pas un bon placement. Et puis truc génial, chez Bourso il y a un effet de seuil. Il fallait que j'emprunte plus qu'une certaine somme pour avoir un bon taux. (Va comprendre Charles). Donc j'ai emprunté la bonne somme. Au final, je me suis retrouvé à maintenir des lignes d'investissements que je trouve abusives. Et le tout empire car comme je dépenses beaucoup moins vu que pas mal de lieux que je fréquentais sont fermés j'ai mon compte en banque qui grossit. J'ai pas dépensé en garde d'enfants, en femme de ménage et en divers services et je ne suis pas allé au resto pendant tout le confinement.

La seule porte de sortie de tout cela est l'inflation. Problème il n'est pas dit que les salaires vont suivre.

Bref, la question qui est liée à tout cela est : "Quels actifs vont prendre de la valeur par rapport à l'inflation ?". Personne n'est capable d'y répondre. Et vous vous en pensez quoi ?

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 21913
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#540 Message par kamoulox » 22 juil. 2020, 13:17

franckyfranck a écrit :
22 juil. 2020, 12:58
slash33 a écrit :
21 juil. 2020, 18:50
Crédit immobilier : les renégociations de prêt ont explosé au premier semestre 2020
Boursorama avec Newsgene, le 21/07/2020
https://www.boursorama.com/patrimoine/a ... b799241a9b
Le nombre de prêts renégociés a bondi de plus de 50 % au premier semestre 2020 par rapport à 2019. Les Français ont voulu profiter des taux particulièrement bas.

Les Français ont massivement renégocié leurs crédits en ce début d'année 2020. Sur les six premiers mois de l'année, les renégociations ont augmenté de 53 % par rapport à la même période en 2019, selon des chiffres du courtier Vous Financer relayés par BFM Immo. Ce type de prêts représente ainsi 15 % des prêts accordés par les établissements bancaires au premier semestre 2020. C'est plus du double que la part constatée au premier semestre 2019 (7 %).
L'écart de taux doit être au moins de 0,8 point
Comprenne qui pourra.
Bah pour la banque une renégo c'est souvent peu risqué. je renégocie un crédit sur lequel j'ai déjà remboursé un peu de capital et comme l'immo est monté ces dernières années, le taux d'equity leur semble plus favorable que sur un nouveau crédit.

Sans compter qu'à chaque fois que je l'ai fait j'en ai profité pour rembourser un petit peu par anticipation. Et souvent diminuer la durée du crédit.

Du coup, ca passe dans la catégorie "très bon dossier" et le taux est canon. Franchement 0.6% sur 14 Ans j'y croyais pas. Et l'économie réalisée est faramineuse, même si au niveau cashflow c'est négatif.

Ce que je constate, c'est que les banquiers et mon CGP continuent à me faire des calins pour que je m'endette plus. Et je ne regrette pas d'avoir envoyé paitre ce dernier au sujet de ses investissements en EHPAD. Avec la Batmanite les cheptels ont du vachement se réduire.

Reste un problème qui va faire que les prix je pense ne vont pas baisser tant que cela, quand je discute avec les amis je vois qu'il y a du cash mais peu de débouché d'investissements. Ce qui conduit à un moment à se dire qu'est ce que je fais. En temps normal j'aurais dit : Remboursement Anticipé ! Mais à 0.60% ce n'est pas un bon placement. Et puis truc génial, chez Bourso il y a un effet de seuil. Il fallait que j'emprunte plus qu'une certaine somme pour avoir un bon taux. (Va comprendre Charles). Donc j'ai emprunté la bonne somme. Au final, je me suis retrouvé à maintenir des lignes d'investissements que je trouve abusives. Et le tout empire car comme je dépenses beaucoup moins vu que pas mal de lieux que je fréquentais sont fermés j'ai mon compte en banque qui grossit. J'ai pas dépensé en garde d'enfants, en femme de ménage et en divers services et je ne suis pas allé au resto pendant tout le confinement.

La seule porte de sortie de tout cela est l'inflation. Problème il n'est pas dit que les salaires vont suivre.

Bref, la question qui est liée à tout cela est : "Quels actifs vont prendre de la valeur par rapport à l'inflation ?". Personne n'est capable d'y répondre. Et vous vous en pensez quoi ?
Retour en force des essentiels, comme l’or.
Après l’inflation j’y crois pas trop, enfin pas pour le moment.

0,6% par contre c’est juste dingue... tant mieux pour toi en tout cas. Même si tes grosses primes risques de fondre durant un moment ça rattrape un peu on va dire.

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#541 Message par Cagou780 » 28 juil. 2020, 01:43

"Crédit immobilier: sans coup de pouce, la rentrée pourrait être rude"
https://www.boursorama.com/patrimoine/a ... 5d6920b51c
(Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi) prévoit une baisse d'un tiers de la production de crédit pour l'année qui vient ... en observant la baisse de la demande de crédit dans son enseigne alliée à la baisse des taux d'accord de crédit par les banques. Sachant que la production de crédit se concrétise largement sur le semestre suivant la demande, cela permet de se faire une idée assez précise. «En temps normal, le taux d'accord bancaire des crédits était de l'ordre de 60 à 65%, rappelle Philippe Taboret. Il a commencé à chuter sensiblement en début d'année avec l'effet des recommandations du HCSF et les difficultés liées au taux d'usure. Il s'établit désormais à 54% et pourrait bien encore chuter jusqu'à 50% si rien n'est fait.»

jobserve75
Messages : 1141
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#542 Message par jobserve75 » 28 juil. 2020, 13:24

Cagou780 a écrit :
28 juil. 2020, 01:43
"Crédit immobilier: sans coup de pouce, la rentrée pourrait être rude"
https://www.boursorama.com/patrimoine/a ... 5d6920b51c
(Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi) prévoit une baisse d'un tiers de la production de crédit pour l'année qui vient ... en observant la baisse de la demande de crédit dans son enseigne alliée à la baisse des taux d'accord de crédit par les banques. Sachant que la production de crédit se concrétise largement sur le semestre suivant la demande, cela permet de se faire une idée assez précise. «En temps normal, le taux d'accord bancaire des crédits était de l'ordre de 60 à 65%, rappelle Philippe Taboret. Il a commencé à chuter sensiblement en début d'année avec l'effet des recommandations du HCSF et les difficultés liées au taux d'usure. Il s'établit désormais à 54% et pourrait bien encore chuter jusqu'à 50% si rien n'est fait.»
Ce monsieur parle de future "catastrophe" mais pour qui et pourquoi?
Pour lui et son entreprise, peut-être?
Pour les acheteurs, certainement pas si cela permet un réajustement des prix.
En tout cas, les conseils du HCSF sont judicieux et éviteront que si un éclatement de bulle arrive, il ne soit trop important.

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#543 Message par Cagou780 » 28 juil. 2020, 22:36

jobserve75 a écrit :
28 juil. 2020, 13:24
Cagou780 a écrit :
28 juil. 2020, 01:43
"Crédit immobilier: sans coup de pouce, la rentrée pourrait être rude"
https://www.boursorama.com/patrimoine/a ... 5d6920b51c
(Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi) prévoit une baisse d'un tiers de la production de crédit pour l'année qui vient ... en observant la baisse de la demande de crédit dans son enseigne alliée à la baisse des taux d'accord de crédit par les banques. Sachant que la production de crédit se concrétise largement sur le semestre suivant la demande, cela permet de se faire une idée assez précise. «En temps normal, le taux d'accord bancaire des crédits était de l'ordre de 60 à 65%, rappelle Philippe Taboret. Il a commencé à chuter sensiblement en début d'année avec l'effet des recommandations du HCSF et les difficultés liées au taux d'usure. Il s'établit désormais à 54% et pourrait bien encore chuter jusqu'à 50% si rien n'est fait.»
Ce monsieur parle de future "catastrophe" mais pour qui et pourquoi?
Pour lui et son entreprise, peut-être?
Pour les acheteurs, certainement pas si cela permet un réajustement des prix.
En tout cas, les conseils du HCSF sont judicieux et éviteront que si un éclatement de bulle arrive, il ne soit trop important.
Le but de l'HCSF n'était surement pas d'avoir - 30 % de crédit à la fin de l'année.
Il y a l'HCSf (instructions de fin 2019) + le contexte Covid (il mentionne une baisse de la demande de crédit) + une hausse continue de refus des banques (plus de 6 mois après les recommandations de l'HSCF : donc il n'y a pas que ça pour expliquer que la hausse des refus se poursuit : taux d'usure, refus de demandes venant de ménages travaillant des secteurs les plus touchés,.??..)
- 30 % de crédit. ça fait quand même une belle baisse de la demande.

Avatar du membre
krachboom
+
+
Messages : 3224
Enregistré le : 18 sept. 2008, 10:22

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#544 Message par krachboom » 29 juil. 2020, 13:40

les refus sont peut être aussi lié qu'on est juste un beau pays de sans dent, et que les gens qui prétende au crédit n'en n'ont tout simplement pas les moyens...

contrairement à ce que crois Ignatius les français ne sont pas riches, après certes il y a une frange riche, voir très riche qu'il ne faut pas nier, mais c'est loin de former le gros du volume...

Cagou780
Messages : 1189
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#545 Message par Cagou780 » 31 juil. 2020, 01:12

krachboom a écrit :
29 juil. 2020, 13:40
les refus sont peut être aussi lié qu'on est juste un beau pays de sans dent, et que les gens qui prétende au crédit n'en n'ont tout simplement pas les moyens...
Mais non : Monsieur Natixis il a dit que les 10 millions de mal logés allaient avoir plein d'argent grâce au confinement.
Bon là c'est vrai : Ils n'ont pas de pognon pour se loger convenablement Ok. Mais grâce au covid ils vont épargner plein plein d'argent. Si si. Et avec leur 2500 euros d'apport et leur 1000 euros de revenus, Natixis va leur prêter 250 000 euros à 1.5 % pour s'acheter un 3 pièces.
D’ailleurs maintenant que c'est des nouveaux riches grâce au covid, il faut qu'ils protègent l'énorme quantité d'argent qu'ils ont épargné : ils savent que s'ils achètent pas et bien le gouvernement va venir le couteau entre les dents leur prendre tout leur bon argent. Si si. Et c'est pour ça que l'immobilier est une valeur refuge : le gouvernement il ne peut pas venir prendre un parpaing ou deux. Malins les nouveaux riches du Covid :wink:

Pour se faire une idée de l'"enrichissement" des Français au cours des dernières années.
Image

supermascotte
Messages : 431
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#546 Message par supermascotte » 31 juil. 2020, 09:44

Cagou780 a écrit :
28 juil. 2020, 22:36
jobserve75 a écrit :
28 juil. 2020, 13:24
Cagou780 a écrit :
28 juil. 2020, 01:43
"Crédit immobilier: sans coup de pouce, la rentrée pourrait être rude"
https://www.boursorama.com/patrimoine/a ... 5d6920b51c
(Philippe Taboret, directeur général adjoint de Cafpi) prévoit une baisse d'un tiers de la production de crédit pour l'année qui vient ... en observant la baisse de la demande de crédit dans son enseigne alliée à la baisse des taux d'accord de crédit par les banques. Sachant que la production de crédit se concrétise largement sur le semestre suivant la demande, cela permet de se faire une idée assez précise. «En temps normal, le taux d'accord bancaire des crédits était de l'ordre de 60 à 65%, rappelle Philippe Taboret. Il a commencé à chuter sensiblement en début d'année avec l'effet des recommandations du HCSF et les difficultés liées au taux d'usure. Il s'établit désormais à 54% et pourrait bien encore chuter jusqu'à 50% si rien n'est fait.»
Ce monsieur parle de future "catastrophe" mais pour qui et pourquoi?
Pour lui et son entreprise, peut-être?
Pour les acheteurs, certainement pas si cela permet un réajustement des prix.
En tout cas, les conseils du HCSF sont judicieux et éviteront que si un éclatement de bulle arrive, il ne soit trop important.
Le but de l'HCSF n'était surement pas d'avoir - 30 % de crédit à la fin de l'année.
Il y a l'HCSf (instructions de fin 2019) + le contexte Covid (il mentionne une baisse de la demande de crédit) + une hausse continue de refus des banques (plus de 6 mois après les recommandations de l'HSCF : donc il n'y a pas que ça pour expliquer que la hausse des refus se poursuit : taux d'usure, refus de demandes venant de ménages travaillant des secteurs les plus touchés,.??..)
- 30 % de crédit. ça fait quand même une belle baisse de la demande.
Et pourtant. Meme avec 30 % de baisse du nombre de crédit accordés, on reste à des niveaux historiquement très élevés. Ce qui souligne les excès de limmobilier de ces dernières années et combien il était nécessaire de mettre le holà.

FrenchRigolade
Messages : 382
Enregistré le : 13 août 2018, 10:11

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#547 Message par FrenchRigolade » 31 juil. 2020, 12:03

krachboom a écrit :
29 juil. 2020, 13:40
les refus sont peut être aussi lié qu'on est juste un beau pays de sans dent, et que les gens qui prétende au crédit n'en n'ont tout simplement pas les moyens...

contrairement à ce que crois Ignatius les français ne sont pas riches, après certes il y a une frange riche, voir très riche qu'il ne faut pas nier, mais c'est loin de former le gros du volume...
Tout à fait, une autre question est : comment influencent-ils le marché ?
Peut se prévaloir de la cosignature de l'union française pour la santé bucco-dentaire.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 11177
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#548 Message par Vincent92 » 31 juil. 2020, 12:49

supermascotte a écrit :
31 juil. 2020, 09:44
Cagou780 a écrit :
28 juil. 2020, 22:36
jobserve75 a écrit :
28 juil. 2020, 13:24
Cagou780 a écrit :
28 juil. 2020, 01:43
"Crédit immobilier: sans coup de pouce, la rentrée pourrait être rude"
https://www.boursorama.com/patrimoine/a ... 5d6920b51c

Ce monsieur parle de future "catastrophe" mais pour qui et pourquoi?
Pour lui et son entreprise, peut-être?
Pour les acheteurs, certainement pas si cela permet un réajustement des prix.
En tout cas, les conseils du HCSF sont judicieux et éviteront que si un éclatement de bulle arrive, il ne soit trop important.
Le but de l'HCSF n'était surement pas d'avoir - 30 % de crédit à la fin de l'année.
Il y a l'HCSf (instructions de fin 2019) + le contexte Covid (il mentionne une baisse de la demande de crédit) + une hausse continue de refus des banques (plus de 6 mois après les recommandations de l'HSCF : donc il n'y a pas que ça pour expliquer que la hausse des refus se poursuit : taux d'usure, refus de demandes venant de ménages travaillant des secteurs les plus touchés,.??..)
- 30 % de crédit. ça fait quand même une belle baisse de la demande.
Et pourtant. Meme avec 30 % de baisse du nombre de crédit accordés, on reste à des niveaux historiquement très élevés. Ce qui souligne les excès de limmobilier de ces dernières années et combien il était nécessaire de mettre le holà.
Le problème n'est pas tant qu'il y ait beaucoup de transactions mais que les particuliers s'endettent trop (en taux d’effort et/ou en durée).
C'est très bien pour l'économie que le marché soit dynamique, comme c'est très bien qu'il y ait des garde-fous.
Un maximum de 33% sur 25 ans avec une marge de 15% des dossiers pas dans les clous, cela semble sain.

Qqun_de_Passage
Messages : 95
Enregistré le : 23 janv. 2020, 17:07

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#549 Message par Qqun_de_Passage » 31 juil. 2020, 15:25

Vincent92 a écrit :
31 juil. 2020, 12:49
supermascotte a écrit :
31 juil. 2020, 09:44
Cagou780 a écrit :
28 juil. 2020, 22:36
jobserve75 a écrit :
28 juil. 2020, 13:24


Ce monsieur parle de future "catastrophe" mais pour qui et pourquoi?
Pour lui et son entreprise, peut-être?
Pour les acheteurs, certainement pas si cela permet un réajustement des prix.
En tout cas, les conseils du HCSF sont judicieux et éviteront que si un éclatement de bulle arrive, il ne soit trop important.
Le but de l'HCSF n'était surement pas d'avoir - 30 % de crédit à la fin de l'année.
Il y a l'HCSf (instructions de fin 2019) + le contexte Covid (il mentionne une baisse de la demande de crédit) + une hausse continue de refus des banques (plus de 6 mois après les recommandations de l'HSCF : donc il n'y a pas que ça pour expliquer que la hausse des refus se poursuit : taux d'usure, refus de demandes venant de ménages travaillant des secteurs les plus touchés,.??..)
- 30 % de crédit. ça fait quand même une belle baisse de la demande.
Et pourtant. Meme avec 30 % de baisse du nombre de crédit accordés, on reste à des niveaux historiquement très élevés. Ce qui souligne les excès de limmobilier de ces dernières années et combien il était nécessaire de mettre le holà.
Le problème n'est pas tant qu'il y ait beaucoup de transactions mais que les particuliers s'endettent trop (en taux d’effort et/ou en durée).
C'est très bien pour l'économie que le marché soit dynamique, comme c'est très bien qu'il y ait des garde-fous.
Un maximum de 33% sur 25 ans avec une marge de 15% des dossiers pas dans les clous, cela semble sain.
Moi ce qui m’étonne dans cette histoire c’est que ces limitations aient pour origine Bercy, cad le gouvernement, et non la BCE ou la banque de France....
Y a clairement pas de risque bancaire lié à l’immobilier en l’état actuel car il y a en général de l’équity dans les opérations, et même quand y en a pas, vu les taux actuels, en 2 ans on a déjà remboursé facile 10% du bien. La banque est sure de jamais y perdre même en cas de grosse cata pour l’emprunteur.
Et si c’était un problème, il fallait juste demander au banques d’exiger un minimum d’equity (Disons 20%) dans les opérations pour être tranquille.

Alors pourquoi donc être gêné que les accédants aient un crédit sur 25 ans au lieu de 15 ans (années 90), ou que le taux d’effort dépasse 33% ?
Réponse à mon avis : comment voulez tondre à une bête déjà rasée à blanc ?
En clair, comment faire monter la TF et la TH (ou invention équivalente) si déjà les braves payeurs paient, charges incluses, 45-50% de leurs revenus pour leur RP ?
Comment relancer la consommation en même temps ?

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 11177
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: ça se durcit pour les taux et les conditions de prêt

#550 Message par Vincent92 » 31 juil. 2020, 16:05

Qqun_de_Passage a écrit :
31 juil. 2020, 15:25
Vincent92 a écrit :
31 juil. 2020, 12:49
supermascotte a écrit :
31 juil. 2020, 09:44
Cagou780 a écrit :
28 juil. 2020, 22:36

Le but de l'HCSF n'était surement pas d'avoir - 30 % de crédit à la fin de l'année.
Il y a l'HCSf (instructions de fin 2019) + le contexte Covid (il mentionne une baisse de la demande de crédit) + une hausse continue de refus des banques (plus de 6 mois après les recommandations de l'HSCF : donc il n'y a pas que ça pour expliquer que la hausse des refus se poursuit : taux d'usure, refus de demandes venant de ménages travaillant des secteurs les plus touchés,.??..)
- 30 % de crédit. ça fait quand même une belle baisse de la demande.
Et pourtant. Meme avec 30 % de baisse du nombre de crédit accordés, on reste à des niveaux historiquement très élevés. Ce qui souligne les excès de limmobilier de ces dernières années et combien il était nécessaire de mettre le holà.
Le problème n'est pas tant qu'il y ait beaucoup de transactions mais que les particuliers s'endettent trop (en taux d’effort et/ou en durée).
C'est très bien pour l'économie que le marché soit dynamique, comme c'est très bien qu'il y ait des garde-fous.
Un maximum de 33% sur 25 ans avec une marge de 15% des dossiers pas dans les clous, cela semble sain.
Moi ce qui m’étonne dans cette histoire c’est que ces limitations aient pour origine Bercy, cad le gouvernement, et non la BCE ou la banque de France....
Y a clairement pas de risque bancaire lié à l’immobilier en l’état actuel car il y a en général de l’équity dans les opérations, et même quand y en a pas, vu les taux actuels, en 2 ans on a déjà remboursé facile 10% du bien. La banque est sure de jamais y perdre même en cas de grosse cata pour l’emprunteur.
Et si c’était un problème, il fallait juste demander au banques d’exiger un minimum d’equity (Disons 20%) dans les opérations pour être tranquille.

Alors pourquoi donc être gêné que les accédants aient un crédit sur 25 ans au lieu de 15 ans (années 90), ou que le taux d’effort dépasse 33% ?
Réponse à mon avis : comment voulez tondre à une bête déjà rasée à blanc ?
En clair, comment faire monter la TF et la TH (ou invention équivalente) si déjà les braves payeurs paient, charges incluses, 45-50% de leurs revenus pour leur RP ?
Comment relancer la consommation en même temps ?
Le rôle d'un état est aussi de faire en sorte qu'il n'y ait pas d'accès. L'endettement au delà du raisonnable n'est bon que pour les vieux qui ont du patrimoine et nuit à l'économie (problème de consommation intérieur notamment comme tu le soulignes).
Il est important d'éviter qu'une bulle ne se forme pour rien car les conséquences peuvent être terrible.

Répondre