TGV Reims, impact sur l'immobilier

Articles de presse ayant l'immobilier pour centre d'intérêt
Message
Auteur
Avatar du membre
Jack Palmer
~~+
~~+
Messages : 8020
Enregistré le : 10 oct. 2006, 18:43

TGV Reims, impact sur l'immobilier

#1 Message par Jack Palmer » 05 juil. 2007, 17:06

Est ce qu'un modo pourrait svp déplacer l'article? merci d'avance.
Jack.

------------------

j'ai cherché sur le nouveau site de l'union (journal de reims) des exemples d'impacts du tgv sur l'immobilier, en cherchant une arrivée de population.
il y en a deux et je crois qu'il méritent le détour :
Naturellement les journalistes ont choisis les cas les plus extremes, mais le fait de ne pas avoir trouvé d'exemples plus "raissonables" me laisse reveur.


1) un pilote d'air france originaire de Reims se reinstalle dans sa ville natale:
http://www.lunion.presse.fr/index.php/c ... it_a_Reims

Une précision c'est un pilote long courrier, il vole donc 4 à 5 fois par mois, max.
Morceau choisi :
"Le train, qui reliera à partir de demain la gare Champagne-Ardenne TGV à Roissy en 30 mn, est l’outil rêvé pour ce nouveau Rémois. Pourtant, à raison de 3 allers-retours quotidiens, sa fréquence ne correspond pas aux horaires irréguliers du pilote. « Je recherche en fait une solution mixte. L’idée serait de louer une voiture à l’aller et de prendre le train au retour. Cela nous permettrait de nous séparer de l’une de nos deux voitures », calcule-t-il."

je doute fortement que cet exemple soit représentatif. Peu de gens ayant cette fréquence de travail, cette approche et le salaire de ce pilote, qui peut probablement s'offrir la voiture en plus du train...

2) Plus représentatif :
http://www.lunion.presse.fr/index.php/c ... _la_Vallee

Un jeune couple de chalons en champagne se rapproche de reims, monsieur travaille à Paris, qualité de vie à Reims sympa mais trajets et tarif... Aie!
Je cite :
Ce couple d’à peine 30 ans a fait le pari de lier qualité de vie et carrière professionnelle. Lui souhaitait conserver son emploi de chef de projet informatique à Marne-la-Vallée, sans avoir à migrer en région parisienne. Elle ne voulait pas trop s’éloigner de son poste d’employée de banque à Châlons, tout en misant à terme sur une mutation à Reims.
Déjà, il n’y a —pour la première année— que trois allers-retours par jour sur son tronçon. ... Avec près de 700 euros de budget mensuel en transport, le jeu en vaut-il la chandelle ?

Qui est plus est sa compagne se déplace toujours en voiture pour travailler à Chalons, bonjour la route (la fatigue, et les frais, encore et toujours...)


Cordialement

Jack