Bulle Immobilière

Forum de discussion concernant l'immobilier
Nous sommes actuellement le 17 Juil 2018, 20:30

Le fuseau horaire est UTC+1 heure




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 422 messages ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 5, 6, 7, 8, 9
Auteur Message
MessagePublié: 30 Déc 2017, 13:15 
Hors-ligne
~~+
~~+

Inscrit(e) le : 14 Avr 2013, 19:41
Message(s) : 8153
Citer:
Le volume de pétrole découvert en 2017 est le plus faible depuis les huit dernières décennies

Agence Ecofin 26 dec 2017

En 2017, avec moins de sept milliards de barils équivalent pétrole (bep), l’industrie mondiale du pétrole a enregistré son plus faible volume d’or noir découvert depuis 1940.

Jusqu’ici, le plus faible volume de pétrole découvert a été enregistré en 2016 avec huit milliards de bep. Le chiffre de 2017 est en baisse de plus de moitié par rapport aux 15 milliards de bep découverts en 2014 et 2015.

« En 2017, les volumes découverts atteignaient en moyenne 550 millions de barils d'équivalent pétrole par mois.», a précisé Sonia Mladá Passos, analyste principale chez Rystad Energy. Et de relever que « le plus inquiétant est le fait que le taux de remplacement des réserves pour l'année en cours n'a atteint que 11% (pour le pétrole et le gaz combinés), comparé à plus de 50% en 2012».

Le taux de remplacement des réserves mesure le volume de pétrole découvert par rapport à ce qui est produit au cours d'une année donnée. Il reviendrait donc à l’industrie de découvrir 100% de ce qu’elle produit pour éviter une baisse des réserves. Cette situation est la conséquence d’une troisième année consécutive de faibles budgets d’exploration dans l’amont pétrolier, en raison de la faiblesse des prix du pétrole qui a gravement affecté les recettes des compagnies du secteur.

Par ailleurs, cette situation devrait perdurer en 2018 car les dépenses d’exploration des plus importantes entreprises du secteur, ne sont toujours pas proches de celles de 2014.

https://www.agenceecofin.com/industrie/ ... -decennies


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 30 Déc 2017, 13:38 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 08 Juil 2005, 19:31
Message(s) : 32040
impossible d'en tirer la moindre conclusion vu qu'on ne peut pas faire la distinction entre la déplétion naturelle et le fait qu'on cherche moins. Il faudrait corriger le chiffre à budget de recherche constant.
Mais au prix actuel du baril, c'est très risqué de chercher.

_________________
Les bonnes idées triomphent toujours. D'ailleurs c'est à cela qu'on reconnait qu'elles étaient bonnes.
mon statut de modérateur ne m'interdit pas de participer aux discussions. Je ne modère pas les discussions auxquelles je participe.


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 30 Déc 2017, 15:28 
Hors-ligne
~~+
~~+
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 04 Déc 2007, 09:36
Message(s) : 8765
Localisation : 06
Exactement. On cherche moins donc on trouve moins.
Mon conjoint géologue n'est pas du tout inquiet pour les stocks de pétrole.

_________________
« La moitié des hommes politiques sont des bons à rien. Les autres sont prêts à tout » Coluche


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 05 Jan 2018, 20:00 
Hors-ligne
~~+
~~+

Inscrit(e) le : 14 Avr 2013, 19:41
Message(s) : 8153
Image

et pourtant Drill baby Drill, TRUMP et son administation le disent :


Citer:
En ouvrant la voie au forage pétrolier et gazier offshore, Trump balaie (à nouveau) l'effet Obama

Léna Corot le 05/01/2018 Usine Nouvelle

Donald Trump ouvre la voie à l'exploitation du pétrole et du gaz au large des côtes américaines. Revenant une nouvelle fois sur la politique menée par Barack Obama, le secrétaire à l'Intérieur Ryan Zinke a annoncé un nouveau programme national quinquennal sur la gestion des ressources énergétiques maritimes autorisant l'exploitation offshore du pétrole et du gaz sur une très grande majorité du littoral des Etats-Unis.

Dans le cadre d'un nouveau programme national sur la gestion des ressources énergétiques maritimes s'étalant sur la période 2019-2024, le secrétaire à l'Intérieur Ryan Zinke a annoncé jeudi 4 janvier vouloir autoriser de nouveau l'exploitation du pétrole et du gaz sur une très grande majorité du littoral américain. Avec cette nouvelle annonce, l'administration Trump revient encore sur une décision de son prédécesseur et continue de détricoter la politique environnementale de Barack Obama. Les Etats-Unis souhaitent autoriser l'exploitation du pétrole et du gaz offshore sur 90% des eaux côtières américaines, qui contiendraient 98% des ressources encore inexploitées en pétrole et en gaz situées dans le domaine fédéral, précise le secrétaire à l'Intérieur dans un communiqué. Par comparaison, la loi actuelle exclue 94% de ces eaux littorales des forages, précise le secrétaire à l'Intérieur.

Ryan Zinke ajoute que cette proposition initiale comprend 47 licences réparties sur 25 des 26 zones prévues pour l'exploration-production offshore de gaz et de pétrole. 19 licences seraient accordées au large des côtes de l'Alaska, 7 dans la région Pacifique, 12 dans le Golfe du Mexique et 9 dans la région Atlantique, détaille le communiqué. Ce nouveau programme prévoit donc d'accorder le plus grand nombre de licences d'exploitation offshore dans l'histoire des Etats-Unis, affirme encore le gouvernement.

Une proposition initiale ouverte à la discussion

Mais cela n'est qu'une proposition initiale tient à préciser l'administration Trump. Ce programme est ouvert à la discussion. Les autorités locales et fédérales, diverses agences ainsi que la société civile auront leur mot à dire avant la décision finale qui devrait être prise dans les mois à venir, a précisé Ryan Zinke. Cette consultation publique est une étape cruciale dans le processus, affirme le gouvernement

"L'important est de trouver le bon équilibre entre la protection du littoral et des personnes et l'autosuffisance énergétique des Etats-Unis", assure Ryan Zinke. Ce n'est pas parce qu'une zone est actuellement dans ce projet qu'elle sera finalement dans le programme final ouverte aux licences. Déjà à l'assaut du Clean Power Plan de Barack Obama, Donald Trump a signé en mars dernier un décret sur "l'indépendance énergétique" des Etats-Unis devant démanteler les règles édictées son prédécesseur afin de parvenir à l'indépendance énergétique du pays. Une nouvelle fois, le gouvernement Trump revient donc sur la politique de son prédecesseur afin d'atteindre ce but.

Des états opposés à l'exploitation offshore

Les Etats fédéraux ont déjà réagis. Sur la côte ouest, les gouverneurs de Californie, de l'Oregon et de Washington s'opposent à ce programme. Dans un communiqué commun, ils affirment que "cette décision politique d'ouvrir le littoral Pacifique, qui est magnifique et tranquille, à l'exploitation offshore du gaz et du pétrole fait face à une décennie d'opposition de la part [de leurs trois états], Républicains et Démocrates confondus".

Rick Scott, le gouverneur de Floride, a lui aussi rappelé son opposition à des forages au large de son Etat. "J'ai immédiatement demandé à rencontrer le secrétaire Ryan Zinke afin de discuter des préoccupations soulevées par ce projet et de la nécessité de retirer la Floride de la liste", a-t-il ajouté dans un communiqué. Une nouvelle fois, le projet de Donald Trump est loin de faire l'unanimité. Va-t-il tenir compte des réactions avant de prendre la décision finale ?

https://www.usinenouvelle.com/article/e ... ma.N633808


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 05 Mars 2018, 21:15 
Hors-ligne
~~+
~~+

Inscrit(e) le : 14 Avr 2013, 19:41
Message(s) : 8153
Citer:
La production de pétrole pourrait bientôt ne plus suffire

Par Armelle Bohineust le 05/03/2018 Le Figaro

L'Agence internationale de l'énergie craint qu'après 2020 les capacités d'exploitation soient insuffisantes pour répondre à la hausse de la demande.

Manquerons-nous de pétrole après 2020? C'est probablement ce qui se produira si les investissements, «trop faibles», n'augmentent pas, a averti lundi l'Agence internationale de l'Énergie (AIE). La production est abondante, notamment grâce à l'essor des États-Unis dans ce secteur. Mais la demande est encore plus forte, en dépit du développement des sources d'énergies parallèles.

«Il faudra plus d'investissements pour compenser les champs pétroliers en déclin. Le monde doit remplacer 3 millions de barils par jour chaque année, l'équivalent de la mer du Nord», a expliqué Fatih Birol, directeur exécutif de l'agence. Parallèlement au recul de la production de pétrole, l'AIE s'attend à une «croissance robuste de la demande», en particulier en Chine. Celle-ci devrait augmenter de 6,9 millions de barils par jour d'ici à 2023 et atteindre 104,7 millions de barils/jour. Or, si le rythme de croissance de la production devrait permettre de répondre à la demande sans problème d'ici à 2020, il risque d'être insuffisant ensuite, s'inquiète l'agence internationale de l'énergie.

Les États-Unis couvriront 80% de la croissance de la demande

Les États-Unis, dont la production est soutenue par l'exploitation des huiles de schiste, vont couvrir à eux seuls 80% de la croissance de la demande sur les trois prochaines années. Le reste viendra du Brésil, du Canada et de la Norvège. Mais cela ne suffira pas ensuite, alors que le secteur pétrolier n'a pas encore relancé ses dépenses après leur chute en 2015-2016. À la suite de l'effondrement des cours du pétrole en 2014, la plupart des compagnies pétrolières avaient, en effet, taillé dans leurs dépenses. Elles n'ont toujours pas revu leurs investissements à la hausse dans l'exploration et la production et elles ne prévoient pas de le faire, ou à peine, en 2018, prévoit l'AIE.


http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018 ... etrole.php


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 06 Mars 2018, 08:40 
Hors-ligne
~~+
~~+
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 20 Mai 2005, 20:42
Message(s) : 12194
Localisation : Ile de France Ouest
A 62$ le baril des tas de puits ne sont pas exploitables.
Si il vient à en manquer, le prix montera à 120$ et on les exploitera.


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 06 Mars 2018, 09:13 
Hors-ligne
~~+
~~+

Inscrit(e) le : 31 Oct 2010, 22:00
Message(s) : 24759
cashisking a écrit:
A 62$ le baril des tas de puits ne sont pas exploitables.
Si il vient à en manquer, le prix montera à 120$ et on les exploitera.
Et le barril est deja monté a presque 150$, il pourra meme monter a 200$, de fait les gens réduiront leur consommation..


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 06 Mars 2018, 10:05 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 25 Jan 2010, 16:57
Message(s) : 627
cashisking a écrit:
A 62$ le baril des tas de puits ne sont pas exploitables.
Si il vient à en manquer, le prix montera à 120$ et on les exploitera.


Effectivement, mais un puits ne s'exploite pas en quelques semaines / mois, en général il faut plusieurs années...
J'avais vu un reportage où il était expliqué qu'entre la découverte d'un gisement de pétrole et le moment où le carburant se retrouve dans un réservoir de voiture il fallait en moyenne 10 ans :roll:

C'est une moyenne, j'imagine qu'avec du pétrole de schiste c'est moins qu'un puits mer profonde, mais ça donne une idée...

Si la situation se tends le prix risque de rapidement atteindre des sommets :mrgreen:


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 06 Mars 2018, 10:54 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 24 Août 2011, 20:31
Message(s) : 8593
Gpzzzz a écrit:
Et le barril est deja monté a presque 150$, il pourra meme monter a 200$, de fait les gens réduiront leur consommation..
Oui, et ça a donné la crise des subprimes.

_________________
Mélenchon a écrit:
«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 06 Mars 2018, 19:25 
Hors-ligne
-+
-+

Inscrit(e) le : 30 Déc 2011, 18:49
Message(s) : 2455
Citer:
Oui, et ça a donné la crise des subprimes.


Non la crise des subprimes c'est quand les banques ont prétées à des gens non solvables. Ils avaient un acronyme dans le métier : Le prêt "NINJA" (No Income No Jobs). Le pétrole ralentissait l'économie mais pas à ce point. D'autant que toute hausse du prix du pétrole pousse les gens à consommer moins de pétrole. Par exemple à se rapprocher des centres villes, à isoler mieux son logement, etc, ...


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 06 Mars 2018, 19:47 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 24 Août 2011, 20:31
Message(s) : 8593
Non, la hausse du prix du pétrole pousse les gens à ne plus payer leur mensualité de crédit.
La crise des subprimes est une conséquence de la hausse du pétrole a partir de 2003, qui à provoqué de l'inflation et la hausse des taux obligataire à partir de 2005.
Tout ce mécanisme est largement avéré et bien démontré par une abondante littérature.

Certes les les banques ont financé à des gens peu solvables, mais ça aurait durait plus longtemps si le prix du pétrole en augmentant de 800% n'avait relancer une inflation à 5% que la Fed a voulu combattre par une forte hausse des taux directeurs entre 2005 et 2007 de 1% à 6.

C'est maintenant un fait historique démontré : la crise des subprimes fût bien causée par l'augmentation du pétrole. Et ça recommencera la prochaine fois que le baril atteindra 150 us$

_________________
Mélenchon a écrit:
«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 06 Mars 2018, 21:54 
Hors-ligne
~~+
~~+
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 20 Mai 2005, 20:42
Message(s) : 12194
Localisation : Ile de France Ouest
franckyfranck a écrit:
Le prêt "NINJA" (No Income No Jobs).


No income, no job, no asset.


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 06 Mars 2018, 22:59 
Hors-ligne
~~+
~~+

Inscrit(e) le : 31 Août 2005, 12:37
Message(s) : 5286
Localisation : Haute Corse
Hippopotameuuu a écrit:
Non, la hausse du prix du pétrole pousse les gens à ne plus payer leur mensualité de crédit.
La crise des subprimes est une conséquence de la hausse du pétrole a partir de 2003, qui à provoqué de l'inflation et la hausse des taux obligataire à partir de 2005.
Tout ce mécanisme est largement avéré et bien démontré par une abondante littérature.

Certes les les banques ont financé à des gens peu solvables, mais ça aurait durait plus longtemps si le prix du pétrole en augmentant de 800% n'avait relancer une inflation à 5% que la Fed a voulu combattre par une forte hausse des taux directeurs entre 2005 et 2007 de 1% à 6.

C'est maintenant un fait historique démontré : la crise des subprimes fût bien causée par l'augmentation du pétrole. Et ça recommencera la prochaine fois que le baril atteindra 150 us$


Je fais partie des gens qui pensent que le pétrole a probablement eu un rôle dans la crise de 2008, mais qui aimeraient en être sûrs.
Du coup, si tu peux nous extraire une ou deux sources de l'abondante littérature dont tu parles, je suis preneur.

_________________
Petit recueil de pensées inouïes


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 06 Mars 2018, 23:25 
En ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 24 Août 2011, 20:31
Message(s) : 8593
fabinoo a écrit:
Je fais partie des gens qui pensent que le pétrole a probablement eu un rôle dans la crise de 2008, mais qui aimeraient en être sûrs.
Du coup, si tu peux nous extraire une ou deux sources de l'abondante littérature dont tu parles, je suis preneur.

https://blogs.mediapart.fr/julien-milan ... t-la-crise
Citer:
Il y a bien sûr un constat de départ : l'économie mondiale entra en récession en 2008, après six ans de hausse continue du prix du brut qui passa alors de 20 à 140 dollars le baril

Citer:
C'est ce que montrent différentes recherches qui ont pour point commun d'observer les réactions des ménages à l'augmentation de près de 400 % du prix de l'essence aux États-Unis entre 2002 et 2008

Citer:
Dans un autre registre, certains travaux dont ceux de Ben Bernanke (6), l'actuel patron de la Fed, mettent en évidence le rôle des banques centrales qui pour lutter contre l'inflation liée au pétrole augmentent les taux d'intérêts

Citer:
A l'origine, aux États-Unis, une bulle immobilière auto-entretenant (et vice-versa) une bulle financière : les prix de l'immobilier augmentaient d'autant plus que les banques facilitaient l'achat de maison en délivrant d'autant plus de prêts hypothécaires que les prix de l'immobilier augmentaient... A ce jeu où tout le monde gagnait jusqu'à ce que tout le monde (ou presque) perde, les prix des logements ont doublé en dix ans et des millions d'Etasunien·ne·s insolvables ont accédé à un pavillon dans les périphéries éloignées des centres-villes. Mais on connaît la suite de l'histoire : des ménages, de plus en plus nombreux, ont cessé de rembourser leurs maisons qui, de plus en plus nombreuses, ont été saisies, provoquant une baisse des prix de l'immobilier, fatale aux banques engagées dans ces crédits pourris (les fameux subprimes) qui dans leur chute ont failli entraîner le système financier mondial, etc, etc,



________________


Citer:
La Crise incomprise quand le diagnostic est faux, les politiques sont néfastes

Cracks bancaires, sub-primes, tensions sur les dettes souveraines, depuis 2009, l'écrasante majorité des experts et hommes politiques analysent cette crise globale comme un dérèglement "financier". De nombreux gouvernements, dont celui de la France, ont d'ailleurs pris, sans tarder, des mesures pour sauver les banques et initier des politiques de relance. Aujourd'hui, ces politiques n'ont pas permis de retrouver une croissance créatrice d'emplois. Mais nos dirigeants persistent et on entend même que la "crise financière" est finie, que la croissance revient... Selon Maarten Van Mourik et Oskar Slingerland, spécialistes hollandais des marchés pétroliers, cette logique repose sur un diagnostic erroné : ils démontrent dans ce livre que la crise n'est pas financière mais bel et bien énergétique. Dès 2006, devant de nombreux spécialistes réunis à Paris, ils furent les seuls à anticiper l'envolée du prix du pétrole et à prévoir le choc économique de 2008. Ils pronostiquent désormais, chiffres à l'appui, un prix du baril à un niveau insoutenable.Une telle contrainte doit pousser à un changement radical de modèle de production. Or, aucune des politiques engagées à ce jour dans le monde occidental et surtout pas en France, ne prend cette direction. Si rien ne change rapidement, nos économies se dirigent donc, d'un pas sûr, vers un effondrement majeur.


Image

https://www.amazon.fr/Crise-incomprise- ... 2810005737

__________________



Jean-Marc Jancovici a écrit:
"La dernière fois que la production mondiale de "liquides" (pétrole et condensats) a fait une longue pause, c'était de 2005 à 2010, et cela a directement déclenché le ralentissement économique qui a causé la "crise des subprime". Le nouveau plateau qui a démarré en 2015 a déjà fait monter le prix du baril de 20 à 70$... en attendant un nouveau "coup de froid" sur l'économie mondiale, qui tamponnera un volume de dettes qui a encore augmenté ?"


https://business.facebook.com/jeanmarc. ... 81/?type=3

_________________
Mélenchon a écrit:
«Vous allez cracher du sang avec Fillon, Macron ou Le Pen !! »


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 07 Mars 2018, 11:31 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 25 Jan 2010, 16:57
Message(s) : 627
fabinoo a écrit:
Je fais partie des gens qui pensent que le pétrole a probablement eu un rôle dans la crise de 2008, mais qui aimeraient en être sûrs.
Du coup, si tu peux nous extraire une ou deux sources de l'abondante littérature dont tu parles, je suis preneur.


A ce sujet il y a l'excellent livre "Or Noir" de Matthieu Auzanneau :

https://livre.fnac.com/a9537261/Matthieu-Auzanneau-Or-noir-La-grande-histoire-du-petrole?oref=00000000-0000-0000-0000-000000000000

Image


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 07 Mars 2018, 11:36 
Hors-ligne
~~+
~~+

Inscrit(e) le : 31 Août 2005, 12:37
Message(s) : 5286
Localisation : Haute Corse
Merci bien.

_________________
Petit recueil de pensées inouïes


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 13 Juil 2018, 19:45 
Hors-ligne
~~+
~~+

Inscrit(e) le : 14 Avr 2013, 19:41
Message(s) : 8153
Citer:
Les découvertes de pétrole chutent

Par Armelle Bohineust Le Figaro le 11/07/2018

Le recul est dû essentiellement à la chute des investissements des compagnies pétrolières.

Les découvertes d'hydrocarbures sont à leur plus bas depuis près de trente ans. Seuls 11 milliards de barils d'équivalent pétrole ont été découverts en 2017, soit 13% de moins que l'année précédente, affirme l'Institut français du pétrole Energies nouvelles (IFPEN), repris par le journal Les Échos . En dehors de l'Amérique du Nord où le pétrole de schiste est en expansion depuis quelques années, le nombre de découvertes d'hydrocarbures conventionnels est à «son plus bas niveau depuis les années 1950», indique de son côté le site américain Energy and Capital.

Ce recul est dû essentiellement à la chute des investissements des compagnies pétrolières, en baisse de 50% à 60% depuis trois ans. Après l'effondrement des cours du pétrole en 2014, la plupart d'entre elles ont taillé dans leurs dépenses d'exploration et de production. Depuis, et elles sont loin de les avoir toutes revues à la hausse. Certaines préfèrent racheter des concurrents plutôt que d'investir dans l'exploration, trop incertaine. D'autant plus que «les zones explorées sont de plus en plus profondes et complexes d'un point de vue géologique», explique l'IFPEN. Et que les découvertes sont de plus en plus petites.

Ralentissement de la croissance de la consommation mondiale

Résultat, le monde manquera bientôt de pétrole si les investissements, «trop faibles», n'augmentent pas, avertissait en mars l'Agence internationale de l'Énergie (AIE). «Il faudra plus d'investissements pour compenser les champs pétroliers en déclin. Le monde doit remplacer 3 millions de barils par jour chaque année, l'équivalent de la mer du Nord», expliquait alors Fatih Birol, directeur exécutif de l'agence. Les montants nécessaires sont loin d'être négligeables. Les industries pétrolières et gazières devront investir au moins 3000 milliards de dollars par an pour faire face aux besoins à long terme, avance Energy & capital.

La hausse des cours, avec un baril proche de 80 dollars, devrait les y encourager. En attendant, mercredi, entre l'annonce de l'Opep qui estime que la croissance consommation mondiale ralentira l'an prochain, le plongeon des stocks américains et les inquiétudes liées aux tensions entre les États-Unis et la Chine, le baril de brent a reculé de 3,13% à 76,39 dollars en fin de soirée.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018 ... hutent.php


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 16 Juil 2018, 16:17 
Hors-ligne
~~+
~~+
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 05 Oct 2007, 15:24
Message(s) : 5509
Intéressant, on revient dans le cycle de 2008.
Pétrole trop cher, Crise, chute de l'économie, déversement de liquidité, augmentation des investissement dans la découverte de pétrole (dont gaz de schiste), le pétrole chute, hausse du dollar, baisse des liquidités, baisse des investissement dans les découvertes de pétrole, reprise de l'activité économique, le pétrole monte (situation actuelle) : (situation future) baisse de la production du pétrole faute d'investissement, hausse de la demande, pétrole trop cher => Crise et on est reparti pour un tour mais on part de plus bas encore.
Et comme la découverte et l'exploitation de pétrole, c'est environ 10 ans.....(2008-2018-2028???)

_________________
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 16 Juil 2018, 18:57 
Hors-ligne
+
+
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 09 Juil 2014, 12:07
Message(s) : 2787
davivd a écrit:
Intéressant, on revient dans le cycle de 2008.
Pétrole trop cher, Crise, chute de l'économie, déversement de liquidité, augmentation des investissement dans la découverte de pétrole (dont gaz de schiste), le pétrole chute, hausse du dollar, baisse des liquidités, baisse des investissement dans les découvertes de pétrole, reprise de l'activité économique, le pétrole monte (situation actuelle) : (situation future) baisse de la production du pétrole faute d'investissement, hausse de la demande, pétrole trop cher => Crise et on est reparti pour un tour mais on part de plus bas encore.
Et comme la découverte et l'exploitation de pétrole, c'est environ 10 ans.....(2008-2018-2028???)

Si seulement ça pouvait
- exploser la bulle immo, faire coter les épaves thermiques pour ce qu'elles sont,
- faire décoller le marché des voitures hybrides et électriques, du ferroviaire,
- relancer les investissements pour la production électrique...

Ce serait tellement bon pour le pays


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 17 Juil 2018, 12:13 
Hors-ligne
~~+
~~+
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 05 Oct 2007, 15:24
Message(s) : 5509
L'abandon du ferroutage en France est une honte...c'est aussi du à la mère Royal qui a baissé son froc devant les bonnets rouges (bagatelle à 1Mds).
Ensuite pour tes voeux Praséodyme, c'est comme pour l'exploration pétrolière, il faut anticiper.
C'est pas une fois le pétrole à 150-170$ qu'on va se dire "vite une nouvelle centrale nucléaire"....

_________________
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 17 Juil 2018, 12:18 
En ligne
~~+
~~+

Inscrit(e) le : 20 Août 2007, 21:05
Message(s) : 9962
Localisation : 93
La démondialisation peut faire baisser drastiquement la demande de pétrole:

- moins de transport pour le même niveau de production
- moins de gaspillage en produits bas de gamme dû à la hausse des couts de production dans les pays développés.

J'éspère que Trump réussira son paris et que le monde suivra derriere.

_________________
Le patriotisme selon Cedric1940: "Vas y Merkel, bouffe le !"

à propos du PS et du FN: "la peste et le choléra en quelques sorte, eh bien je ne peux pas choisir. Alors je vote blanc."


Haut
 Profil  
 
MessagePublié: 17 Juil 2018, 13:23 
Hors-ligne
~~+
~~+
Avatar de l’utilisateur

Inscrit(e) le : 05 Oct 2007, 15:24
Message(s) : 5509
La démondialisation passe d'abord par la fin du consumérisme.
Mais difficile de faire décrocher des junkies à qui on sert la soupe depuis la naissance.
Elle viendra peut-être mais il faut s'attendre à une période de sevrage qui risque de faire très mal (certains ne s'en sortent pas vivants).

_________________
"car la nuit est sombre et pleine de terreurs"


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 422 messages ]  Aller vers la page Précédent  1 ... 5, 6, 7, 8, 9

Le fuseau horaire est UTC+1 heure


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Bernard minet, Google [Bot], Pi-r2 et 44 invité(s)


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum

Recherche de:
Aller vers :  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Ne pas nous contacter à cette adresse, il s'agit d'un piège pour spammeurs: piege-a-pourriel-ne-pas-utiliser@poure.com
Traduit par Maël Soucaze et Elglobo © phpBB.fr
Piège à pourriel, ne pas suivre.