le féminisme

Discussions et revue de presse sur des thèmes ne relevant ni de la politique ni de l'économie et des finances: technologies, emploi, écologie, transport, sport...
Message
Auteur
Avatar du membre
henda
~~+
~~+
Messages : 5233
Enregistré le : 23 déc. 2010, 13:56

Re: le féminisme

#9501 Message par henda » 04 nov. 2019, 22:16

Théorie du genre : confessions d'un homme dangereux
https://www.lepoint.fr/debats/theorie-d ... 4979_2.php
Un historien canadien, expert en « gender studies », avoue avoir falsifié les conclusions de ses recherches, au service de sa propre idéologie politique.
Aujourd'hui, j'aimerais faire mon mea culpa. Mais je ne me contenterai pas d'être désolé pour le rôle que j'ai pu jouer dans ce mouvement. Je veux détailler les raisons qui me faisaient faire fausse route à l'époque, et celles qui expliquent les errements des socio-constructionnistes radicaux contemporains. J'ai avancé les mêmes arguments qu'eux et que je sais qu'ils sont faux.
Et pour le reste, j'ai globalement tout inventé de A à Z. Je n'étais pas le seul. C'est ce que faisait (et que fait encore) tout le monde. C'est ainsi que fonctionne le champ des études de genre. Je ne cherche pas à me dédouaner. J'aurais dû faire preuve de plus de discernement. Mais, rétrospectivement, je crois que c'était le cas : je ne me bernais pas moi-même. Raison pour laquelle je défendais ma position avec autant de ferveur, de colère et d'assurance. Cela me permettait de camoufler qu'à un niveau très élémentaire j'étais incapable de prouver une bonne partie de mes propos.
Mes réponses, je ne les ai pas trouvées dans mes recherches primaires. Je les ai tirées de mes convictions idéologiques, même si, à l'époque, je ne les aurais pas qualifiées ainsi. Sauf que c'est bien ce qu'elles étaient : un ensemble de croyances préconçues et intégrées a priori dans la pénombre académique que sont les études de genre.
Tel était mon argument : si les gens parlaient des hommes comme je le décrivais, c'était parce que le genre est une construction sociale dont les contours ne peuvent être attribués qu'au pouvoir et à l'oppression. Les Canadiens avaient recours a une pensée genrée, car cela donnait du pouvoir aux hommes et en enlevait aux femmes, parce que cela structurait la masculinité comme supérieure à la féminité.
Mes recherches ne prouvaient rien, dans un sens comme dans l'autre. Je partais du principe que le genre était une construction sociale et je brodais toute mon « argumentation » sur cette base.
Je ne me suis jamais confronté – du moins pas sérieusement – à une autre opinion que celle-ci. Et personne, à aucun moment de mes études supérieures ou du processus de publication de mes articles de recherche, n'allait me demander de faire preuve d'un tel esprit d'ouverture. En réalité, les seules critiques que j'ai reçues me demandaient de renforcer davantage le paradigme, ou de me battre pour d'autres identités ou contre d'autres formes d'oppression.
Et la question du pouvoir alors, est-elle réellement omniprésente ? Peut-être. Et peut-être pas. Pour prouver que c'était le cas, je ne faisais que citer d'autres chercheurs qui en étaient persuadés. Et encore mieux s'ils étaient philosophes avec un nom français. Je me suis aussi beaucoup appuyé sur les travaux d'une sociologue australienne, R. W. Connell. Selon elle, la masculinité est avant tout une question de pouvoir – et permet d'affirmer la domination des hommes sur les femmes. Sauf que ses travaux ne permettent pas de le prouver. Tout ce qu'elle fait, comme je le faisais, c'est d'extrapoler à partir de petites études de cas. J'ai donc cité Connell. Et d'autres m'ont cité. Voici comment l'on « prouve » que le genre est une construction sociale et une question de pouvoir. Comment on peut prouver n'importe quoi et son contraire.
Mon raisonnement bancal et d'autres travaux universitaires exploitant une même pensée défectueuse sont aujourd'hui repris par des militants et des gouvernements pour imposer un nouveau code de conduite moral.
Il ne faut pas voir dans cette confession un argument pour dire que le genre n'est pas, dans de nombreux cas, socialement construit. Reste que les critiques des socio-constructivistes ont raison de lever les yeux au ciel lorsque de soi-disant experts leur présentent de soi-disant preuves. Les erreurs de mon propre raisonnement n'ont jamais été dénoncées – et n'ont en réalité qu'été confirmées par mes pairs. Tant que nous n'aurons pas un domaine d'études sur le sexe et le genre très critique et idéologiquement diversifié – tant que la validation par les pairs n'y sera peu ou prou que le dépistage idéologique d'un entre-soi –, alors, il nous faudra effectivement prendre avec énormément de pincettes toute « expertise » sur la construction sociale du sexe et du genre.

vpl
~~+
~~+
Messages : 11781
Enregistré le : 20 sept. 2008, 13:12

Re: le féminisme

#9502 Message par vpl » 04 nov. 2019, 23:05

Mon raisonnement bancal et d'autres travaux universitaires exploitant une même pensée défectueuse sont aujourd'hui repris par des militants et des gouvernements pour imposer un nouveau code de conduite moral.
Heuuu, des militants je veux bien, mais quels pays se basent sur ces théories pour "imposer un nouveau code de conduite moral" ?
Je rappelle qu'en France par exemple il ya eu des campagnes pour l'égalité hommes-femmes mais rien d'officiel comme ca à ete prétendu pour mettre en œuvre à l'école une pseudo théorie du genre...

Indécis
~~+
~~+
Messages : 7965
Enregistré le : 19 mars 2009, 19:43

Re: le féminisme

#9503 Message par Indécis » 05 nov. 2019, 11:05

Pourquoi les Françaises travailleront gratuitement à partir de 16h47
http://madame.lefigaro.fr/societe/pourq ... 119-167813
En France, en 2019, les femmes gagnent toujours sensiblement moins que les hommes. Pour tenter de changer la donne, le collectif Les Glorieuses invite les Françaises à cesser le travail dès ce mardi 5 novembre, à 16 h 47.

Le mardi 5 novembre, à 16h47, les Françaises travailleront… pour du beurre. Face à ce constat, le collectif féministe Les Glorieuses appelle les femmes à cesser le travail afin de dénoncer les inégalités salariales entre les femmes et les hommes. «Entre le 5 novembre et le 31 décembre, c’est comme si les femmes actives travaillaient bénévolement», observe le collectif, qui s’inspire ici d’une initiative islandaise, dans un communiqué.

Cette date n’a pas été arrêtée au hasard. Elle a tout simplement été calculée en prenant le chiffre des inégalités de salaires femmes-hommes, dressé par le baromètre Eurostat. Concrètement, que dit l'Office européen de statistiques ? D’après lui, le salaire horaire brut moyen des Françaises est de 15,4% inférieur à celui des hommes. Sur la base de journées de 7 heures (et de semaines de 35 heures), Les Glorieuses ont ensuite rapporté cet écart au nombre de jours ouvrés en 2019, veillant à exclure les week-ends et les jours fériés. Résultat : on obtient la date du 5 novembre à 16h47.

C’est la quatrième année consécutive que Les Glorieuses, derrière le mouvement #5Novembre16h47, se mobilisent contre les inégalités salariales. Et si le collectif a retenu les chiffres du baromètre Eurostat, c’est «pour rendre hommage au mouvement islandais qui militait pour l’égalité salariale il y a quelques années», nous confie l'économiste et militante féministe Rebecca Amsellem, fondatrice des Glorieuses. D’autres données mettent en lumière l’inégale rémunération entre les femmes et les hommes. Pour l’Insee, les Françaises sont ainsi payées 23,7% de moins que leurs collègues masculins. Un chiffre qui prend aussi bien en compte les postes à temps plein que ceux à temps partiel. Quand il s’agit de comparer les écarts de rémunération à travail égal et à compétence égale, la donne n’est pas la même. En effet, le chiffre s’élève cette fois à 9%.

Sans la mise en place de politiques publiques, Rebecca Amsellem l’assure : «Ce ne sera qu’en 2168 que les femmes seront aussi bien rémunérées que les hommes.» En effet, selon l’économiste, le chemin vers l’égalité salariale est encore trop lent. «On observe une stagnation et l’écart de salaires entre femmes et hommes ne bouge presque pas», précise-t-elle. Mais l’auteure des Chroniques d'une féministe assure : «En revanche, c’est un sujet dont on parle de plus en plus. Bien sûr, la communication ne fait pas tout mais c’est un bon début.»

Ces dernières années, en France, les pouvoirs publics ont misé sur plus de transparence. En découle, le vote de la loi Pacte en avril. Il est désormais prévu que les plus grandes entreprises communiquent l'écart entre le niveau de rémunération de ses dirigeants et la moyenne des salaires ainsi que la médiane (seuil en dessous duquel sont payés la moitié des salariés, NDLR), au sein de la même société.

Qui plus est, la loi sur l'égalité professionnelle - entrée en vigueur en 2019 - a instauré un index de l'égalité. Soit un outil permettant de savoir où se situe une entreprise en matière de parité, selon plusieurs indicateurs (dont les écarts de salaire, les chances d’augmentation ou de promotion). En cas de mauvais résultats, des sanctions notamment financières sont prévues. «Cela ne suffit pas, prévient Rebecca Amsellem. Il s’agit de mettre en place des politiques publiques d’envergure. C’est de cette manière qu’on parviendra à endiguer ces différences de salaires.» Pour la féministe, allonger le congé paternité apparaît comme une bonne idée. Et pour cause : la maternité est encore un frein dans la carrière des femmes. «Les inégalités salariales se creusent dès la naissance du premier enfant et cela se répercute ensuite d’années en années», déplore-t-elle.

Pendant plusieurs années, les Islandaises sont descendues dans la rue pour dénoncer les inégalités salariales. Un combat qui a fini par payer. En mars 2017, Thorsteinn Viglundsson, ministre des Affaires sociales et de l’Égalité des droits, a annoncé que toute entreprise de plus de 25 salariés se verrait imposer l’égalité salariale. Pour cela, elle devra prouver qu’elle paie femmes et hommes de façon identique. Alors que la proposition est entrée en vigueur dès janvier 2018, des contrôles sont depuis effectués et des sanctions imposées en cas de non-respect de l’égalité salariale. Rebecca Amsellem en est convaincue : ce sont de tels dispositifs qui conduiront vers l’égalité.
vpl : "OUI les migrants violent beaucoup plus que les suédois".
vpl : "Indécis et Zoumana, je fais suivre vos messages à la DCRI, au service qui s'occupe des prédicateurs radicaux".

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 20197
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: le féminisme

#9504 Message par lecriminel » 05 nov. 2019, 11:26

il y avait le même sujet traitant de cette magnifique étude sur lemonde.
Avec, il y avait un petit simulateur: combien gagnez vous ? etes vous un homme ou une femme ?
si vous mettez un homme au smic et cliquez, le message apparait comme quoi vous gagneriez 20% de moins si vous étiez une femme.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 8828
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: le féminisme

#9505 Message par WolfgangK » 08 nov. 2019, 00:23

https://www.sciencedirect.com/science/a ... cid=author
Estimating the true extent of gender differences in scholastic achievement: A neural network approach
Highlights

• 65% of children's gender correctly identified from responses in achievement test.
• Extent of gender differences in scholastic achievement not captured by performance.
• Some children show response patterns that are strongly indicative of their gender.
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 20197
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: le féminisme

#9506 Message par lecriminel » 08 nov. 2019, 10:19

ce qui est amusant avec cet os à ronger donné par l'oligachie, c'est qu'il admet qu'au moins un des deux principes sur lesquels elle s'appuie est faux
1- les gens sont payés justement selon leur mérite
2- les femmes et les hommes sont d'un niveau égal

et ce qui est encore plus amusant c'est que ces idiots de l'oligarchie admettent implicitement la deuxième proposition comme correcte,
alors que c'est la première qui leur est vitale pour continuer leurs malversations. Heureusement que les féministes (les fausses, celles qui passent dans les médias) sont leurs alliées, sinon ils seraient très mal.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 8828
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: le féminisme

#9507 Message par WolfgangK » 10 nov. 2019, 00:49

Jeffrey a écrit :
01 nov. 2019, 20:28
J'ai essayé très récemment d'amener des premiers de la classe à penser juste comme tu dis, je parle de gens que je connais depuis une bonne trentaine d'années et qui ont choisi des trajectoires que je trouve "stupides". J'ai essayé de leur donner des éléments de réflexion un peu plus ouverts, dans le sens où leur modèle de pensée se heurtait possiblement à des faits qui sont soit ignorés, soit mal interprétés. Résultat : échec total, sur toute la ligne, avec le sentiment d'être méprisé et considéré comme hostile.
Bonsoir,
Je voudrais revenir là-dessus. D'abord, je pense que convaincre quelqu'un qu'il se trompe sur un sujet "identitaire" (lorsque la croyance correspond à une valeur fondamentale) relève du miracle. La seule solution est à mon avis de court-circuiter le lien identité → valeurs → croyance en montrant qu'on partage l'identité et les valeurs de l'interlocuteur avant de montrer qu'on ne partage pas les croyances. Ça m'est arrivé dans le cadre d'une formation avec une après-midi de sensibilisation au "problème" de la sous-représentation des femmes dans les domaines techniques de l'informatique. Il y avait notamment des quizz sur les femmes plus ou moins célèbres qui m'avaient notamment donné l'occasion de montrer que je connaissais mieux Ada Lovelace, Grace Hopper, Hedy Lamarr et Margaret Hamilton & leurs contributions que la formatrice elle-même.
J'ai bien sûr attendu la fin de la journée pour aller dire en aparté à la formatrice : «À propos du "problème" des femmes qui ne sont pas assez nombreuses à choisir de faire de l'informatique, je pense quand même qu'il y a deux façons d'être misogyne :
La première, c'est d'assigner à toutes les femmes les rôles qui ont été considérés comme féminins par exemple s'occuper des personnes (secteur du 'care', enseignement) voire de leur famille , plutôt que de suivre des trajectoire traditionnellement masculines, comme gagner du pognon pour être support de famille ,par exemple en étant développeuse chez Google. Mais je pense qu'il y a aussi une deuxième forme de misogynie, qui consiste, celle-là, à considérer que les rôles traditionnellement féminins comme s'occuper de sa famille, sont objectivement intrinsèquement moins valables que les rôles traditionnellement masculins comme gagner du pognon et/ou s'occuper de machines plutôt que d'êtres vivants.»J'ai vu mon interlocutrice écarquiller les yeux en cherchant un certain temps une réponse avant de me dire "c'est vrai que je n'avais jamais envisagé les choses sous cet angle…".
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

Avatar du membre
Jeffrey
Modérateur
Modérateur
Messages : 8468
Enregistré le : 12 févr. 2012, 19:59

Re: le féminisme

#9508 Message par Jeffrey » 10 nov. 2019, 00:59

j'ai aussi essayé cet angle, mais ça n'a pas marché...
je préfère l'universalisme au différentialisme

neorural01
Modérateur
Modérateur
Messages : 2153
Enregistré le : 12 août 2009, 13:30

Re: le féminisme

#9509 Message par neorural01 » 10 nov. 2019, 12:08

Le féminisme : :|


Je fréquente des associations "philosophiques".

Certaines seulement constituées de femmes.

par le passé, à causes de tensions internes, certaines (souvent célibataires) ont souhaité constituer des asso mixtes.

Donc, création d'asso mixtes, avec agglomération/accueil de bonhommes.

Dans un premier temps, certaines m'ont fait part de leurs difficultés financières ou liées à la solitude affective que j'ai poliment ignorées ;

Dans un second temps, sont arrivées les remarques gentillettes ; parfois un peu moins qui n'ont servi qu'à assouvir leur rancoeur à l'égard de la gent masculine .

Résultat : les bonhommes quittent, ceux qui restent sont en couple avec des adhérentes.

Elles prônent l'égalité et l'émancipation tout en rechignant à payer leur cotisation....
tapent sur le bonhomme qui argumente, finance, plaît mais ne succombe pas,


Ma conclusion :

La féministe est seule, sans patrimoine et en veut aux hommes car elle n'a pas été capable d'en garder un.
La femme change tout le temps, soyez en certain, en cela, elle ne changera pas.
Il ne faut pas prendre la vie au sérieux, car de toutes façons, nous n'en sortirons pas vivants.
Le patriotisme est l'ultime argument des démagogues.

Avatar du membre
clarine
-+
-+
Messages : 1829
Enregistré le : 20 juin 2015, 19:10

Re: le féminisme

#9510 Message par clarine » 10 nov. 2019, 12:27

:lol: ça, c'est de l'étude sociologique !

Et, comme souvent dans ce fil, ça en dit plus sur l'émetteur du message que sur l'objet du message.

Manfred
~~+
~~+
Messages : 12029
Enregistré le : 20 oct. 2007, 17:35

Re: le féminisme

#9511 Message par Manfred » 10 nov. 2019, 12:47

clarine a écrit :
10 nov. 2019, 12:27
:lol: ça, c'est de l'étude sociologique !

Et, comme souvent dans ce fil, ça en dit plus sur l'émetteur du message que sur l'objet du message.
laisse moi deviner, tu es seule.

:twisted:

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 20197
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: le féminisme

#9512 Message par lecriminel » 10 nov. 2019, 13:16

vpl a écrit :
04 nov. 2019, 23:05
Mon raisonnement bancal et d'autres travaux universitaires exploitant une même pensée défectueuse sont aujourd'hui repris par des militants et des gouvernements pour imposer un nouveau code de conduite moral.
Heuuu, des militants je veux bien, mais quels pays se basent sur ces théories pour "imposer un nouveau code de conduite moral" ?
Je rappelle qu'en France par exemple il ya eu des campagnes pour l'égalité hommes-femmes mais rien d'officiel comme ca à ete prétendu pour mettre en œuvre à l'école une pseudo théorie du genre...
les hommes et les femmes sont déjà égaux en droit, et c'est officiel. La seule chose qu'un gouvernement peut faire de plus, c'est du bon brassage de vent inutile pour renforcer l'idée qu'ont certaines femmes que leurs échecs sont dûs à leur sexe sans toutefois rien y changer. Devine à quoi sert Marlène Schiappa….
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

neorural01
Modérateur
Modérateur
Messages : 2153
Enregistré le : 12 août 2009, 13:30

Re: le féminisme

#9513 Message par neorural01 » 10 nov. 2019, 13:30

Clarine,


seulement une constatation sur un panel de femmes de 25 à 75 ans, seules et qui y trouvent des inconvénients.


Les femmes seules déplorent un compagnon idéalisé ;

les femmes en couple font avec les mille et un défauts de leur compagnon... un temps idéalisé.


Clarine.... régale-toi ; je vais regarder un documentaire sur la relativité générale, après avoir abordé la relativité restreinte hier, avec... mes adorables filles. :wink:
La femme change tout le temps, soyez en certain, en cela, elle ne changera pas.
Il ne faut pas prendre la vie au sérieux, car de toutes façons, nous n'en sortirons pas vivants.
Le patriotisme est l'ultime argument des démagogues.

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 8828
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: le féminisme

#9514 Message par WolfgangK » 11 nov. 2019, 00:17

https://scihub.unblocked.ltda/https://j ... 7617741719
The Gender-Equality Paradox in Science, Technology, Engineering, and Mathematics Education
Our results indicate that achieving the goal of parity in STEM fields will take more than improving girls’ science education and raising overall gender equality. The gen-erally overlooked issue of intraindividual differences in academic competencies and the accompanying influ-ence on one’s expectancies of the value of pursuing one type of career versus another need to be incorporated into approaches for encouraging more women to enter the STEM pipeline
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

Avatar du membre
squamata
-+
-+
Messages : 1710
Enregistré le : 01 mars 2011, 22:09

Re: le féminisme

#9515 Message par squamata » 11 nov. 2019, 01:37

Sifar a écrit :
01 nov. 2019, 20:05
Anecdote: l'autre jour, je trouve à la fin du cours un élève avec un cadenas sur sa table. Je lui demande ce qu'il en fait, il finit par m'avouer qu'il s'amuse à l'ouvrir avec de petits outils ( des petites pinces, pointes )
et qu'il adore ça. Il ajoute: ' c'est tellement satisfaisant quand ça s'ouvre. ' Je lui dis que je trouve ça très bien et que bien sûr, l'an prochain il prend la spécialité sciences de l'ingénieur. Il se marre et me dit que c'est son but.
Je raconte ça à mon collègue de SI, il se marre et me dit qu'il faisait pareil à son âge. Je raconte ça à un collègue de maths, il sourit et trouve ça très bien.
Je raconte ça à une collègue de maths, elle me répond : 'mais ça sert à quoi ?'
Lol, je faisais cela aussi au lycée :) Des crochets achetés en Allemagne.
A priori c'est interdit d'avoir des outils de crochetage de serrures en France quand on n'a pas de licence de serrurier.
Maintenant j'ai un rubik cube au taf mais c'est le même principe.

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 8828
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: le féminisme

#9516 Message par WolfgangK » 11 nov. 2019, 10:51


Je découvre qu'il y a une catégorie "femmes" aussi pour des prix en maths https://en.wikipedia.org/wiki/William_L ... rd_winners

Je ne sais pas comment les féministes l'interprètent…
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

Avatar du membre
pangloss
Presse
Presse
Messages : 14489
Enregistré le : 25 août 2005, 10:24
Localisation : 92

Re: le féminisme

#9517 Message par pangloss » 11 nov. 2019, 13:10

Là, ça craint...
Excellente video (téléchargeable) de Hans Rosling sur l'évolution démographique au XXIème siècle: https://vimeo.com/79878808
Image

Avatar du membre
WolfgangK
~~+
~~+
Messages : 8828
Enregistré le : 20 juin 2011, 00:02

Re: le féminisme

#9518 Message par WolfgangK » 13 nov. 2019, 01:04

Jeffrey a écrit :
01 nov. 2019, 20:28
WolfgangK a écrit :
26 oct. 2019, 09:54
Jeffrey a écrit :
23 oct. 2019, 22:09
De toute façon, ce que tu sous entends, c'est que la façon complète de penser, disons inclusive n'est pas l'apanage des gens qui pensent vite pour simplifier le discours. Tu dis que cela n'évite pas les oblitérations volontaires de ce qui n'entre pas dans un modèl cognitif. Je suis assez d'accord avec toi, mais il faudrait distinguer l'aptitude à détecter un biais décisionnel de celui de vouloir l'intégrer, comme tu le dis, et en conséquence, je pense que les gens à qui s'adressent ce texte savent très bien qu'il y a un biais relativement à un modèle qui n'est pas le leur - celui de l'intégration soit disant égalitaire. En d'autres termes, je pense que cela ne sert à rien de dire à un X qu'il travaille dans la finance et que selon des critères moraux d'un autre système de valeurs, c'est pas bien de travailler dans la finance. Tout comme je pense qu'il ne sert à rien de mettre des points et des queues d'accord en genre à un adjectif pour s'adresser à quelqu'un qui sait que son modèle est masculin et n'en a strictement rien à battre.
Ce qui revient à dire qu'en simplifiant, on s'adresse à des gens qui n'en ont soit rien à carrer, soit qui le savent déjà. Je pense que dans un cas comme dans l'autre, c'est la hiérarchie du système de valeurs qui est simplement différente.
Bonjour,

Ce n'était pas à mon sens l'essentiel de mon propos. Pour résumer, il faut distinguer :
- penser vite/complexe : cf. intelligence , c'est juste une capacité qui peut être mise ou non à profit pour les objectifs suivants
- penser "juste" : c'est-à-dire avoir des concepts/modèles en accord avec la réalité. C'est ce qui permet d'interagir de façon efficace (au sens avec la Nature.
- penser "Bien™" : c'est-à-dire avoir des concepts/modèles qui permettent de faire partie des coalitions les plus efficaces, en partageant les mêmes croyances.

Ce qui est intéressant, c'est de comprendre :
- que le penser Bien™ est plus important que le penser juste parce que notre survie dépend plus (au sens variance) du monde social que du monde naturel.
- que le penser Bien impose de [se] convaincre que notre objectif est de penser juste.
- que ceci est vrai indépendamment du niveau d'intelligence
- que dans les domaines scolaires en sciences "dures", penser Bien™ est aligné avec penser juste, donc les personnes qui pensent juste et Bien™ dans ces domaines et même mieux que les autres parce qu'elles sont plus intelligentes, peuvent croire qu'elle pensent plus généralement juste, et plus juste que les autres.

En tous cas, c'est ce que je crois ☺. Et j'ai l'impression de bien mieux comprendre le monde depuis que j'ai compris que les cerveaux ne servaient pas (principalement) à comprendre. Et que lorsque j'interagis avec quelqu'un qui régurgite de la bouillie idéologique incohérente pré-machée, j'ai conscience que ce n'est pas son cerveau qui est défectueux, mais le mien.
Il est difficile d'établir réellement une frontière entre penser juste et penser bien. Faire une distinction suppose être capable de s'extraire d'un modèle et d'en apprécier la valeur d'une manière absolue. Je pense que ton analyse est très pertinente et elle me fait m'interroger sur le modèle défendu par des gens que je connais qui pensent "bien" en l'occurrence. J'ai essayé très récemment d'amener des premiers de la classe à penser juste comme tu dis, je parle de gens que je connais depuis une bonne trentaine d'années et qui ont choisi des trajectoires que je trouve "stupides". J'ai essayé de leur donner des éléments de réflexion un peu plus ouverts, dans le sens où leur modèle de pensée se heurtait possiblement à des faits qui sont soit ignorés, soit mal interprétés. Résultat : échec total, sur toute la ligne, avec le sentiment d'être méprisé et considéré comme hostile.
Je pense que je vais m'atteler désormais à changer certains de mes cercles de fréquentation. ça va me donner de l'oxygène.
Tu m'as apporté quelque chose mon ami. On en reparlera. :wink:
Apparamment, s'ily a bien un lien entre intelligence et préjugés, ce n'est pas sur le fait d'en avoir, mais sur les cibles :
Image


https://journals.sagepub.com/doi/abs/10 ... 0616660592
Answering Unresolved Questions Aboutthe Relationship Between CognitiveAbility and Prejudice
Previous research finds that lower cognitive ability predicts greater prejudice. We test two unresolved questions about this association using a heterogeneous set of target groups and data from a representative sample of the United States (N = 5,914). First, we test “who are the targets of prejudice?” We replicate prior negative associations between cognitive ability and prejudice for groups who are perceived as liberal, unconventional, and having lower levels of choice over group membership. We find the opposite (i.e., positive associations), however, for groups perceived as conservative, conventional, and having higher levels of choice over group membership. Second, we test “who shows intergroup bias?” and find that people with both relatively higher and lower levels of cognitive ability show approximately equal levels of intergroup bias but toward different sets of groups.
https://scihub.unblocked.ltda/https://j ... 0616660592
L'islamophobie n'est pas plus du racisme que l'antisionisme n'est de l'antisémitisme.
Que les racistes soient islamophobes n'implique pas que les islamophobes soient racistes.

Répondre