Cherche bien avec vue

Message
Auteur
Avatar du membre
Suricate
Modérateur
Modérateur
Messages : 16703
Enregistré le : 24 août 2011, 15:12
Localisation : Saumur (49)

Cherche bien avec vue

#1 Message par Suricate » 24 sept. 2012, 09:01

Cherche bien avec vue
«Voici les brochures. Vous pouvez patienter un peu s'il vous plaît ? » L'espace de vente de Bouygues Immobilier, Hangar 18 à Bordeaux, samedi après-midi, fourmille de monde. Derrière les vitres des cabines, toutes occupées, on sort des plans, on calcule, on murmure. Pas mal de couples d'âge mur. D'autres plus jeunes, la quarantaine. La voix d'un conseiller commercial s'échappe. « Oui, il va falloir vous dépêcher. »
Des exemples ?
Va pour le 5e, vue plein ouest sur les bassins à flot. L'appartement proposé fait 82 mètres carrés, avec un balcon de 15 mètres carrés et une place de parking. Prix : 334 300 euros.
Le premier appartement, 92 mètres carrés, avec deux places de parking est au 6e étage, avec un grand balcon orienté plein sud, donnant sur les bassins. Prix : 328 000 euros. « Sinon, au-dessus, il ne me reste qu'un appartement terrasse à 850 000 euros »
Dernière offre dans un autre bâtiment de cette même résidence, « mais ce sera sans vue directe sur l'eau », dans un duplex de 98 mètres carrés sous les toits aux 3e et 4e étage, avec terrasse. Le prix au mètre carré descend. 327 300 euros pour cette offre.

Avatar du membre
Suricate
Modérateur
Modérateur
Messages : 16703
Enregistré le : 24 août 2011, 15:12
Localisation : Saumur (49)

Re: Cherche bien avec vue

#2 Message par Suricate » 24 sept. 2012, 09:05

Le même jour, deux articles en dessous.

Nexity ou le blues post-Agora
Côté pile, tout semble aller bien pour Nexity. Le promoteur constructeur est le numéro un français du secteur avec quelque 11 % de parts de marché et le troisième sur l'agglomération bordelaise derrière le groupe Pichet et Bouygues Immobilier.
Côté face, l'horizon est peut-être un peu moins dégagé que le visiteur a pu le croire en venant écouter les nombreux débats d'Agora. D'abord, si son programme des bassins à flot peut partir, Nexity le doit surtout à une vente en bloc à un autre opérateur désireux d'acheter un bloc de 150 logements à la SNI, qui souhaitait disposer dans le centre de Bordeaux d'une offre locative en loyer libre. Les commercialisateurs des promoteurs et des bailleurs sociaux bordelais rament comme jamais aujourd'hui pour faire affaire avec les particuliers.
Le promoteur a pu au moins construire, contrairement à d'autres aujourd'hui dépités. Enfin parce que le marché est sérieusement à la baisse, d'environ 30 % en 2012, il est fort peu probable que le logement social à lui seul, bien qu'indispensable, ne réponde rapidement sur Bordeaux à la totalité des besoins. Conjoncture économique défavorable, prix du foncier, risque inondation, difficulté d'accès au crédit bancaire pour les accédants à la propriété, lenteur de la mise en œuvre de l'opération des 50 000 logements… Il n'est pas certain que Nexity puisse vendre rapidement les centaines de logements qu'il souhaiterait construire sur le grand Bordeaux. L'opérateur est loin d'être le seul dans ce cas. « Où sont les grues sur Bordeaux aujourd'hui ? », demande Alain Ferrasse, atteint, comme d'autres, bailleurs ou promoteurs, par le blues de l'après Agora.