Uberisation de l'économie.

Discussions et articles de presse relatif à l'économie et à la finance personnelle comme générale.
Message
Auteur
Avatar du membre
coolfonzi
+
+
Messages : 3237
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Uberisation de l'économie.

#401 Message par coolfonzi » 11 janv. 2019, 12:59

Un chauffeur Uber requalifié en salarié par la justice

Dans un arrêt rendu jeudi, la cour d'appel de Paris a estimé que le lien qui unissait un chauffeur à la plateforme de réservation était bien un «contrat de travail». Une première concernant le géant américain en France. Uber va se pourvoir en cassation contre cet arrêt.

Une nouvelle brèche juridique en faveur des chauffeurs VTC convoitant un statut de salarié? Dans une décision rendue hier jeudi, la cour d'appel de Paris estime que le contrat «ayant lié» un ancien chauffeur à «la société de droit néerlandais Uber BV est un contrat de travail». Elle détaille «un faisceau suffisant d'indices» qui caractérise selon elle «le lien de subordination» liant le chauffeur à la plate-forme.

http://www.lefigaro.fr/social/2019/01/1 ... ustice.php
Bonjour chez vous ! :D

gabuzo-meu
Messages : 311
Enregistré le : 19 sept. 2017, 06:58

Re: Uberisation de l'économie.

#402 Message par gabuzo-meu » 11 janv. 2019, 13:26

On y vient, plus d'un an après les anglais (il y a eu un appel ou nouveau procès depuis ?)
http://www.leparisien.fr/economie/londr ... 385046.php

Avatar du membre
ddv
-++
-++
Messages : 4221
Enregistré le : 20 juin 2008, 14:43
Localisation : La Gacilly proche (56)

Re: Uberisation de l'économie.

#403 Message par ddv » 11 janv. 2019, 17:27

Dans le cadre de ma recherche d'emploi, j'ai été contacté par kicklox, une "plate-forme d'ingénierie collaborative". Il y aurait plusieurs "plate-formes" de ce type en développement. Serait-ce le début de l'ubérisation de l'ingénierie ?
https://www.lembarque.com/avec-sa-plate ... -rd_006576
Moi, je maintiendrai le passe Navigo à 70 euros car je ne jouerai pas avec le pouvoir d'achat des Franciliens - V. Pécresse, dec 2015.
Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le SMIC net de 20 % - V. Pécresse, juin 2018

Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 40775
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Re: Uberisation de l'économie.

#404 Message par slash33 » 27 janv. 2019, 20:33

9,15 euros/heure: Uber dévoile le revenu de ses chauffeurs
AFP, le 27/01/2019
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d4dde187b6
Premier constat, basé "sur des données réelles" tirées de l'application, le chiffre d'affaires médian horaire s'élève à 24,81 euros.

Ce n'est évidemment pas la somme qui va dans la poche du chauffeur. Son revenu horaire net après versement de la commission due à la plateforme (25%), frais de service, TVA et cotisations sociales, s'affiche à 9,15 euros.

Soit un revenu net mensuel de 1.617 euros, selon Uber. Ce revenu est calculé sur l'hypothèse de 45,3 heures de connexion hebdomadaire à l'application, ce qui est, souligne Uber, le "temps de travail des non-salariés".

A titre de comparaison, l'entreprise rappelle que le revenu médian des non-salariés dans le transport est de 1.430 euros mensuel et de 1.110 euros pour le "transport public particulier", selon l'Insee.
Alors l'arnaque intellectuelle est la suivante: on compare un Uber à 45h/semaine au standard 35h et on dit alors qu'Ubber paie mieux.

titmaison
Messages : 138
Enregistré le : 04 nov. 2007, 19:00

Re: Uberisation de l'économie.

#405 Message par titmaison » 27 janv. 2019, 21:09

Question naïve quid des frais d'essence, d'entretien voire de location du véhicule ?

Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 40775
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Re: Uberisation de l'économie.

#406 Message par slash33 » 27 janv. 2019, 21:23

On peut supposer que c'est compté en "frais de service".

alpha2
-++
-++
Messages : 3958
Enregistré le : 08 mars 2015, 16:17

Re: Uberisation de l'économie.

#407 Message par alpha2 » 27 janv. 2019, 21:24

titmaison a écrit :
27 janv. 2019, 21:09
Question naïve quid des frais d'essence, d'entretien voire de location du véhicule ?
J'imagine que ce sont les "frais de service", mais j'ai l'impression qu'ils sont largement sous-estimés.

Chiffre d'affaire horaire : 24,81€
- commission Uber 25% : 18,61€
- cotisations sociales micro-entrepreneur 22% : 14,52€

Cela laisserait donc 5,37€/h pour la location de la bagnole, l'assurance pro, le carburant...
Sachant que les premiers prix de bagnoles en location proposées par Uber Marketplace, c'est 950€ par mois, cela grille le budget (5€ x 45h x 4,5 semaines = 1012€).

Bref, il faut imaginer que le chauffeur paie ses frais d'essence sur son salaire de 9€.

Mais surtout, chez Uber ils ont oublié de parler des congés payés que le chauffeur n'a pas. Au final, il est évident que le salarié s'en sort beaucoup mieux que le chauffeur Uber.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10707
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Uberisation de l'économie.

#408 Message par moinsdewatt » 09 mai 2019, 07:30

Uber s'apprête à entrer en Bourse sur fond de grogne des chauffeurs

AFP•09/05/2019

Uber s'apprête à concrétiser vendredi l'entrée en Bourse la plus attendue de l'année et certainement la plus richement dotée, ce qui a incité ses chauffeurs à manifester mercredi pour demander une meilleure rémunération.

Dans une dizaine de grandes villes américaines, dont New York et San Francisco --la ville californienne où sont nés Uber et son principal concurrent aux Etats-Unis Lyft-- les chauffeurs ont été appelés à se déconnecter de la plateforme de réservation et à venir manifester devant les locaux.

A San Francisco, une manifestante devant le siège mondial d'Uber portait une pancarte énumérant ce que certains actionnaires d'Uber pourraient encaisser grâce à l'entrée en Bourse ("Initial Public Offering" -IPO- en anglais) : "Jeff Bezos (patron d'Amazon, NDLR) = 400 millions de dollars, Dara Khosrowshahi (actuel patron d'Uber, NDLR) = 10 millions, Travis Kalanick (fondateur et ancien PDG, NDLR) = 6 millions", par opposition aux "Chauffeurs = 0 dollar".

La première cotation d'Uber à Wall Street devrait en effet intervenir vendredi, des débuts attendus fébrilement: l'entreprise est leader du secteur, célèbre dans de nombreuses régions du monde, a connu une croissance exponentielle mais ... perd des sommes colossales sans que la rentabilité ne se profile à l'horizon.

Très attendue aussi parce que son rival Lyft, qui l'a précédé en Bourse fin mars, connaît des débuts boursiers difficiles.

Cette IPO prend donc des allures de moment de vérité pour Uber et Dara Khosrowshahi, nommé en 2017 pour améliorer une image très dégradée par des scandales à répétition, en vue de l'introduction en Bourse.

- Embouteillages -

Echaudé par la déconvenue de Lyft, Uber envisage d'ailleurs de faire des débuts prudents en termes de prix de l'action et donc de valorisation boursière. Selon une source proche du dossier, Uber compte fixer son prix dans le milieu de la fourchette annoncée jusqu'ici, 44 à 50 dollars, et le groupe espère lever environ 8 milliards de dollars d'argent frais lors de cette opération.

A 47 dollars l'action, Uber vaudrait un peu plus de 80 milliards de dollars si on prend en compte des éléments financiers tels que les stock-options.

L'entreprise, qui boucle la traditionnelle tournée des investisseurs servant à fixer le prix d'introduction du titre, devrait annoncer ce prix jeudi soir.

Dans les documents boursiers publiés récemment dans le cadre de cette IPO, Uber avançait une prévision de chiffre d'affaires d'environ 3 milliards de dollars au premier trimestre 2019 et une perte proche de 1 milliard de dollars.

Parmi les nombreux "risques" financiers actuels et futurs détaillés par Uber sur plusieurs dizaines de pages: la concurrence, les menaces légales et réglementaires et... les chauffeurs.

Pour maintenir un prix de course attractif pour attirer clients et chauffeurs, Uber a en effet multiplié réductions, promotions, bonus etc: c'est d'ailleurs une des causes de l'hémorragie financière qui plombe le groupe depuis ses débuts.

Uber, qui revendique 3 millions de chauffeurs dans le monde, le dit d'ailleurs sans ambages: "nous connaissons toujours un mécontentement (...) de la part d'un nombre important de chauffeurs. En particulier, comme nous prévoyons de réduire les incitations (financières) pour les chauffeurs, nous nous attendons à une hausse du mécontentement général" de leur part.

Autre menace: la requalification possible par la justice des chauffeurs en employés plutôt que travailleurs indépendants.

Rémunération, statut, protection sociale: autant de demandes formulées mercredi dans les rangs des manifestants.

"Il est très difficile de gagner sa vie", déplore Kevin Killelea, chauffeur Uber, devant le bâtiment new-yorkais qui abrite les bureaux d'Uber et Lyft.

"Ils pourraient nous traiter beaucoup mieux", dit-il. "Et sans nous, ils ne pourraient même pas aller en Bourse."

Conductrice pour les trois applications Uber, Lyft et Via, et mère de trois enfants, Neomi Oguto affirme gagner jusqu'à 6.000 dollars certains mois.

"Mais entre l'essence, l'assurance et les coûts d'entretien de ma voiture, mes revenus fondent", regrette-t-elle.

D'après l'Economic Policy Institute, aux Etats-Unis les chauffeurs Uber gagnent 9,21 dollars par heure en moyenne, une fois retirées les commissions versées à l'application, les dépenses d'entretien du véhicule et leurs dépenses de sécurité sociale.

Autre mauvaise publicité pour le secteur: Uber et Lyft ont contribué à une hausse importante des embouteillages à San Francisco, selon une étude parue mercredi.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... a296909528

ProfGrincheux
Messages : 614
Enregistré le : 28 févr. 2019, 20:46

Re: Uberisation de l'économie.

#409 Message par ProfGrincheux » 09 mai 2019, 15:02

J'espère de tout coeur qu'Uber ne gagnera pas en cassation la bataille juridique avec son chauffeur pour la requalification en contrat de travail de leur lien. Ce serait désolant.

Les chauffeurs d'Uber devraient former un syndicat menaçant d' engager un conflit social dur pour se faire requalifier en salariés. Le timing serait excellent après le rejet du recours pose par Uber. Les autres syndicats de salariés devraient alors comprendre que c'est leur intérêt d'être solidaires et financer leur caisse de grève. Les détenteurs de licence de taxi pourraient même faire un petit effort.

La valeur ajoutee d'Uber est de donner les moyens à des micro-entrepreneurs (les chauffeurs) de travailler sur un marche réglementé sans en respecter la réglementation.

Les chauffeurs ne devraient jamais accepter de porter ce risque juridique disproportionné pour le compte d'Uber. Je ne comprends pas bien comment leur activité pourrait ne pas etre requalifiée comme une activité de chauffeur de taxi et donc soumise à la reglementation professionnelle correspondante. Si l'urssaf ou des détenteurs de licence se mettent à attaquer en justice non pas Uber mais certains de ses chauffeurs ca pourrait faire vraiment très mal.

Le point faible juridique d'Uber me semble donc se situer aux niveau des chauffeurs. Soit ils se font requalifier en salariés et Uber devient alors une société de taxis perdant sa valeur (et ruinant les actionnaires) soit les chauffeurs seront en insécurité juridique.

Si on ne souhaitait pas que ce risque se matérialise, il faudrait déréglementer les taxis. Ce qui nécessiterait qu'on le veuille ou non d'indemniser partiellement les détenteurs de licence de taxi ainsi ruinés. L'achat d'actions Uber serait gagnant dans ce cas et la "valeur créee" aura été financée indirectement par le contribuable.

La joie de voir ruinés des petits riches (ici les détenteurs de licence taxi) se paye parfois assez cher. Les seuls qui en tireraient profit seraient les actionnaires d'Uber.

alexlyon
-+
-+
Messages : 2205
Enregistré le : 18 nov. 2015, 22:37

Re: Uberisation de l'économie.

#410 Message par alexlyon » 09 mai 2019, 15:09

Quel est l'actif fictif, économiquement parlant : la licence de taxi, ou l'action Uber ?

kaz
Messages : 661
Enregistré le : 22 févr. 2010, 12:12
Localisation : 9 815 € / m²

Re: Uberisation de l'économie.

#411 Message par kaz » 09 mai 2019, 15:55

slash33 a écrit :
27 janv. 2019, 20:33
9,15 euros/heure: Uber dévoile le revenu de ses chauffeurs
AFP, le 27/01/2019
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d4dde187b6
Premier constat, basé "sur des données réelles" tirées de l'application, le chiffre d'affaires médian horaire s'élève à 24,81 euros.

Ce n'est évidemment pas la somme qui va dans la poche du chauffeur. Son revenu horaire net après versement de la commission due à la plateforme (25%), frais de service, TVA et cotisations sociales, s'affiche à 9,15 euros.

Soit un revenu net mensuel de 1.617 euros, selon Uber. Ce revenu est calculé sur l'hypothèse de 45,3 heures de connexion hebdomadaire à l'application, ce qui est, souligne Uber, le "temps de travail des non-salariés".

A titre de comparaison, l'entreprise rappelle que le revenu médian des non-salariés dans le transport est de 1.430 euros mensuel et de 1.110 euros pour le "transport public particulier", selon l'Insee.
Alors l'arnaque intellectuelle est la suivante: on compare un Uber à 45h/semaine au standard 35h et on dit alors qu'Ubber paie mieux.
Où vois-tu que ça parle de 35h?
Ca parle de "revenus médiand des non-salariés", tu penses que le non-salarié normal fait 35h?
Par ailleurs, 1600 euros net quand on n'a besoin d'aucun diplôme en dehors du permis de conduire, je ne vois pas ce que ça a de choquant.

Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 40775
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Re: Uberisation de l'économie.

#412 Message par slash33 » 09 mai 2019, 19:16

Autant que je sache, l'INSEE communique uniquement des revenus en EQTP.

Ou bien tu peux prendre la statistique globale du secteur, et calculer que chacune des 52 902 entreprises répertoriées au code 4932Z fait en moyenne un résultat net annuel de 11 681,98€. Données 2016.

Avatar du membre
squamata
Messages : 1673
Enregistré le : 01 mars 2011, 22:09

Re: Uberisation de l'économie.

#413 Message par squamata » 09 mai 2019, 19:36

slash33 a écrit :
09 mai 2019, 19:16
Autant que je sache, l'INSEE communique uniquement des revenus en EQTP.

Ou bien tu peux prendre la statistique globale du secteur, et calculer que chacune des 52 902 entreprises répertoriées au code 4932Z fait en moyenne un résultat net annuel de 11 681,98€. Données 2016.
Ca c'est quand le terminal de paiement marche :evil:

ProfGrincheux
Messages : 614
Enregistré le : 28 févr. 2019, 20:46

Re: Uberisation de l'économie.

#414 Message par ProfGrincheux » 09 mai 2019, 23:23

alexlyon a écrit :
09 mai 2019, 15:09
Quel est l'actif fictif, économiquement parlant : la licence de taxi, ou l'action Uber ?
Poser une question en termes économiques est une façon d'éluder le fait qu'elle est politique.

Voila ma réponse, qui n'est pas en termes strictement economiques: les deux sont des actifs dont la valorisation dépend de l'interprétation de la réglementation.

Je pense que Uber ne respecte pas la réglementation du travail française en ne salariant pas ses chauffeurs et que ses chauffeurs en France exercent illégalement une profession réglementée. On verra bien ce que dira la cour de cassation sur le premier point.

La ou les chauffeurs Uber ont une licence, et ou la jurisprudence a établi qu'il n'avait pas à salarier ses chauffeurs, Uber est une entreprise de services pleinement légitime qui ne fait pas de concurrence déloyale.

Mon arriere-pensée politique est qu'il est absolument crucial d'interdire aux entreprises le type de relation contractuelle qu'Uber à imposé à ses chauffeurs sinon il n'y a plus de droit du travail.

alexlyon
-+
-+
Messages : 2205
Enregistré le : 18 nov. 2015, 22:37

Re: Uberisation de l'économie.

#415 Message par alexlyon » 10 mai 2019, 09:03

ProfGrincheux a écrit :
09 mai 2019, 23:23
alexlyon a écrit :
09 mai 2019, 15:09
Quel est l'actif fictif, économiquement parlant : la licence de taxi, ou l'action Uber ?
Poser une question en termes économiques est une façon d'éluder le fait qu'elle est politique.

Voila ma réponse, qui n'est pas en termes strictement economiques: les deux sont des actifs dont la valorisation dépend de l'interprétation de la réglementation.

Je pense que Uber ne respecte pas la réglementation du travail française en ne salariant pas ses chauffeurs et que ses chauffeurs en France exercent illégalement une profession réglementée. On verra bien ce que dira la cour de cassation sur le premier point.

La ou les chauffeurs Uber ont une licence, et ou la jurisprudence a établi qu'il n'avait pas à salarier ses chauffeurs, Uber est une entreprise de services pleinement légitime qui ne fait pas de concurrence déloyale.

Mon arriere-pensée politique est qu'il est absolument crucial d'interdire aux entreprises le type de relation contractuelle qu'Uber à imposé à ses chauffeurs sinon il n'y a plus de droit du travail.
1- Investiture
2- Mode de scrutin (pouvoir gagner avec 20%, par le scrutin uninominal majoritaire universel à 2 tours)
3- lobbying
4- retour au 1
Cette boucle rappelle que poser une question en termes politiques est une façon d'éluder le fait qu'elle est économique (le vrai pouvoir...).

ProfGrincheux
Messages : 614
Enregistré le : 28 févr. 2019, 20:46

Re: Uberisation de l'économie.

#416 Message par ProfGrincheux » 10 mai 2019, 18:10

Si l' économie est le vrai pouvoir c'est qu'une partie des décisions économiques sont fondamentalement politiques. Je ne le conteste pas. On sera sans doute d'accord qu'il n'y a pas d'autonomie des sphères politiques et économiques et que celles ci s'interpenetrent.

A ce point il faut que je clarifie en quel sens j'entends les mots politique et économie.

Le politique a pour objet la régulation des sociétés humaines par des structures internes à celles-ci.

L' économie est l'ensemble des rapports sociaux d'échange des biens et services. Effectivement toute décision économique d'assez haut niveau est politique en ce sens.

Mais attention, la notion d'échange sous entend la notion de propriété. Et je conçois la propriété comme une institution politique, c'est même, si on croit Rousseau, la première institution politique. Mon point de vue est plus terre à terre: il n'y a pas de propriété si la société ne la reconnait pas et ne se dote pas d'instances faisant respecter ce droit. Donc pas d'économie possible sans un substrat politique. De sorte que pour moi l'économie est fondamentalement une partie de la société.

Une partie mais pas le tout. Je ne pense pas qu'on puisse réduire l'ensemble des rapports sociaux à des rapports d'échange économique. Échanger des coups ou des idées n'est pas un échange économique.

Il y a donc selon moi un danger à ne voir que l'aspect économique dans les questions politiques au sens très large ou je définis le politique. Des aspects essentiels sont generalement passés par pertes et profits. L'écologie, le social, sans parler de la culture ou de la vie spirituelle dans le régime présent.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10707
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Uberisation de l'économie.

#417 Message par moinsdewatt » 11 mai 2019, 00:38

UBER TECHNOLOGIES INC : Uber perd plus de 6% pour ses débuts en Bourse à New York

REUTERS | LE 10/05

L'action Uber Technologies a ouvert en baisse de 6,7% à 42 dollars vendredi pour ses débuts à Wall Street à l'occasion de la plus importante introduction en Bourse de New York depuis celle de Facebook il y a sept ans.

La plate-forme de voitures de transport avec chauffeur (VTC) avait pourtant choisi la prudence en fixant le prix de son IPO dans le bas de sa fourchette indicative, à 45 dollars par action, ce qui valorisait le groupe à un peu plus de 82 milliards de dollars.
https://m.investir.lesechos.fr/actualit ... 47772.html

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10707
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Uberisation de l'économie.

#418 Message par moinsdewatt » 31 mai 2019, 10:34

Ils perdent 1 milliard mais tout est normal. :mrgreen:
Uber: Perte trimestrielle d'un milliard de dollars, conforme aux attentes

REUTERS•30/05/2019

Uber Technologies a publié jeudi une perte d'un milliard de dollars et une hausse de 20% de son chiffre d'affaires à l'occasion de sa première publication de résultats trimestriels depuis son introduction en Bourse au début du mois, des chiffres qui s'avèrent en ligne avec les prévisions données par le groupe de services de transport.

Le chiffre d'affaires du premier trimestre clos fin mars s'élève à 3,1 milliards de dollars, en haut de la fourchette de prévision d'Uber pour le trimestre, et la perte d'un milliard de dollars est conforme à l'estimation de la firme (entre 1,0 et 1,1 milliard).

Le directeur financier d'Uber, Nelson Chain, a indiqué que le groupe avait commencé à voir "des prix moins agressifs" de la part de ses concurrents.

L'action Uber gagnait 2,6% dans les transactions électroniques après la clôture.

Alors que la valeur a perdu plus de 10% par rapport à son cours d'introduction en Bourse de 45 dollars, le PDG d'Uber, Dara Khosrowshahi, doit convaincre les investisseurs que son groupe peut être rentable sur toutes ses activités - des services de conduite à la livraison de repas - dans un contexte concurrentiel accru.

Les résultats publiés jeudi par Uber sont conformes aux objectifs de la société nouvellement cotée, ce qui devrait rassurer certains investisseurs.
.......
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 722fb3d485

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10707
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Uberisation de l'économie.

#419 Message par moinsdewatt » 10 août 2019, 00:13

Tout va pour le mieux :
Perte record de 5 milliards de dollars pour Uber au T2

MIS À JOUR LE 09/08/19
https://m.20minutes.fr/amp/a/2580175

Avatar du membre
ddv
-++
-++
Messages : 4221
Enregistré le : 20 juin 2008, 14:43
Localisation : La Gacilly proche (56)

Re: Uberisation de l'économie.

#420 Message par ddv » 10 août 2019, 20:25

En même temps, Amazon aussi a cumulé de grosses pertes pendant longtemps, puis c'est devenu très rentable (bon, c'est aussi parce qu'ils se sont diversifiés, notamment dans le cloud). Par contre, pour Uber, je la sens pas trop, la rentabilité, même à long terme. Je vois mal monsieur et madame toutlemonde utiliser des uber machins.
Moi, je maintiendrai le passe Navigo à 70 euros car je ne jouerai pas avec le pouvoir d'achat des Franciliens - V. Pécresse, dec 2015.
Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le SMIC net de 20 % - V. Pécresse, juin 2018

Avatar du membre
Bidibulle
~~+
~~+
Messages : 7535
Enregistré le : 06 sept. 2007, 13:38
Localisation : Dans les volcans qui riaient très fort

Re: Uberisation de l'économie.

#421 Message par Bidibulle » 10 août 2019, 20:54

ddv a écrit :
10 août 2019, 20:25
En même temps, Amazon aussi a cumulé de grosses pertes pendant longtemps, puis c'est devenu très rentable (bon, c'est aussi parce qu'ils se sont diversifiés, notamment dans le cloud). Par contre, pour Uber, je la sens pas trop, la rentabilité, même à long terme. Je vois mal monsieur et madame toutlemonde utiliser des uber machins.
Ah bon ? Il y a moins d'une semaine, Amazon pleurait d'être à peine rentable et disait être obligé de reporter la vilaine taxe des méchants français sur les fournisseurs.
Il y a assez de tout dans le monde pour satisfaire aux besoins de l'homme, mais pas assez pour assouvir son avidité. (Gandhi)

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 16796
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Uberisation de l'économie.

#422 Message par kamoulox » 10 août 2019, 21:09

ddv a écrit :
10 août 2019, 20:25
En même temps, Amazon aussi a cumulé de grosses pertes pendant longtemps, puis c'est devenu très rentable (bon, c'est aussi parce qu'ils se sont diversifiés, notamment dans le cloud). Par contre, pour Uber, je la sens pas trop, la rentabilité, même à long terme. Je vois mal monsieur et madame toutlemonde utiliser des uber machins.
A paris c’est bien plus pratique qu’un taxi sans parler du prix.

Donc tout le monde non, ça c’est sur, mais à paris dans quelques grosses villes de province ça doit bien marcher

Avatar du membre
nogelan
Messages : 1088
Enregistré le : 20 août 2009, 12:44
Localisation : Bordeaux

Re: Uberisation de l'économie.

#423 Message par nogelan » 10 août 2019, 22:31

Je n arrive pas à comprendre comment Uber n est pas rentable.
Ils ne s engagent sur rien, prennent des commissions importantes. La seul charge est la plateforme du système d informations.
- Athée ascendant Agnostique -
"Réveillez vous, ne vous laissez pas posséder par vos idées" »

Sea Shepherd :
« Il vient une heure où protester ne suffit plus, après la philosophie, il faut l’action. »
Victor Hugo

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 19930
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Uberisation de l'économie.

#424 Message par lecriminel » 10 août 2019, 22:51

nogelan a écrit :
10 août 2019, 22:31
Je n arrive pas à comprendre comment Uber n est pas rentable.
Ils ne s engagent sur rien, prennent des commissions importantes. La seul charge est la plateforme du système d informations.
alors imagine les profits de airbnb…..
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
coolfonzi
+
+
Messages : 3237
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Uberisation de l'économie.

#425 Message par coolfonzi » 10 août 2019, 23:18

nogelan a écrit :
10 août 2019, 22:31
Je n arrive pas à comprendre comment Uber n est pas rentable.
Ils ne s engagent sur rien, prennent des commissions importantes. La seul charge est la plateforme du système d informations.
Idem, comprend pas.
Bonjour chez vous ! :D

ProfGrincheux
Messages : 614
Enregistré le : 28 févr. 2019, 20:46

Re: Uberisation de l'économie.

#426 Message par ProfGrincheux » 11 août 2019, 08:12

Soutien inconditionnel aux livreurs de Deliveroo dans leur combat pour une rémunération digne.

Avatar du membre
ddv
-++
-++
Messages : 4221
Enregistré le : 20 juin 2008, 14:43
Localisation : La Gacilly proche (56)

Re: Uberisation de l'économie.

#427 Message par ddv » 11 août 2019, 09:35

ProfGrincheux a écrit :
11 août 2019, 08:12
Soutien inconditionnel aux livreurs de Deliveroo dans leur combat pour une rémunération digne.
Personne ne les a obligé à faire un boulot du tiers monde (mais à l'époque, ils trouvaient ça cool).
Moi, je maintiendrai le passe Navigo à 70 euros car je ne jouerai pas avec le pouvoir d'achat des Franciliens - V. Pécresse, dec 2015.
Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le SMIC net de 20 % - V. Pécresse, juin 2018

gilgamesh
Messages : 206
Enregistré le : 16 oct. 2010, 18:54

Re: Uberisation de l'économie.

#428 Message par gilgamesh » 12 août 2019, 10:07

coolfonzi a écrit :
10 août 2019, 23:18
nogelan a écrit :
10 août 2019, 22:31
Je n arrive pas à comprendre comment Uber n est pas rentable.
Ils ne s engagent sur rien, prennent des commissions importantes. La seul charge est la plateforme du système d informations.
Idem, comprend pas.
L'explication tient en deux mots: subvention et innovation.
Le fonctionnement classique d'Uber est de prendre une commission sur la course (25% en France par exemple). Mais ce principe ne vaut que pour les pays où Uber est déjà bien implanté. Or le géant américain est en phase de fort déploiement, surtout en Asie. "Quand Uber arrive dans une ville, il faut qu'il puisse s'appuyer sur beaucoup de chauffeurs afin de proposer un service de qualité, explique un expert du secteur. Si un client potentiel doit attendre plus de 7 minutes sa voiture, il passe à autre chose."

Or pour convaincre un grand nombre de chauffeurs de le rejoindre dès son arrivée dans une ville, Uber les subventionne, en leur offrant un revenu garanti et ce généralement durant 6 mois. "À Paris par exemple, il garantissait 25 euros de l'heure à ses chauffeurs au lancement, explique un concurrent. Si le chauffeur gagnait moins, Uber lui versait la différence. Et ce fixe versé à ses chauffeurs lorsqu'Uber s'implante dans une ville occasionne des dépenses colossales au niveau mondial."

Si Uber dépense autant pour disposer d'un réseau de chauffeurs sans équivalent, c'est pour deux raisons. La première tient à ses ambitions mondiales. "Le voyageur d'affaires qui part de Paris pour atterrir à Hong-Kong, ouvre son appli Uber dès l'arrivée à l'aéroport, explique un expert du secteur. Uber doit donc être présent partout." La seconde raison est la forte concurrence avec des acteurs locaux comme Lyft aux États-Unis ou Didi en Chine. Pour s'imposer, Uber leur impose une guerre des prix, voire n'hésite pas à payer des chauffeurs pour qu'ils changent d'enseigne. "À un moment mes chauffeurs se sont vu proposer 1.000 dollars pour qu'ils passent de Sidecar à Uber", explique Sunil Paul, le patron de Sidecar, un concurrent américain d'Uber dans Forbes.
Uber est à ma connaissance rentable dans deux pays dans le monde: les États-Unis et la France. Deux pays dans lesquels le déploiement a été rapide.
Pour faire simple Uber investit pour être le leader auprès des clients en faisant en sorte que le maximum de chauffeurs l'utilisent quitte à rémunérer les chauffeurs au début.
Ce n'est que dans un deuxième temps, quand la majorité des chauffeurs l'utilisera qu'ils pourront se permettre de supprimer ces investissement et se contenter de percevoir une commission à chaque utilisation.

Bien sûr c'est une stratégie risquée du fait de la possible évolution réglementaire et n'importe qui peut créer la même application avec des commissions plus faibles mais une fois que tout le monde utilise une application c'est difficile d'informer le client des autres possibilités.

Avatar du membre
coolfonzi
+
+
Messages : 3237
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Uberisation de l'économie.

#429 Message par coolfonzi » 12 août 2019, 10:23

gilgamesh a écrit :
12 août 2019, 10:07

L'explication tient en deux mots: subvention et innovation.
Le fonctionnement classique d'Uber est de prendre une commission sur la course (25% en France par exemple). Mais ce principe ne vaut que pour les pays où Uber est déjà bien implanté. Or le géant américain est en phase de fort déploiement, surtout en Asie. "Quand Uber arrive dans une ville, il faut qu'il puisse s'appuyer sur beaucoup de chauffeurs afin de proposer un service de qualité, explique un expert du secteur. Si un client potentiel doit attendre plus de 7 minutes sa voiture, il passe à autre chose."

Or pour convaincre un grand nombre de chauffeurs de le rejoindre dès son arrivée dans une ville, Uber les subventionne, en leur offrant un revenu garanti et ce généralement durant 6 mois. "À Paris par exemple, il garantissait 25 euros de l'heure à ses chauffeurs au lancement, explique un concurrent. Si le chauffeur gagnait moins, Uber lui versait la différence. Et ce fixe versé à ses chauffeurs lorsqu'Uber s'implante dans une ville occasionne des dépenses colossales au niveau mondial."

Si Uber dépense autant pour disposer d'un réseau de chauffeurs sans équivalent, c'est pour deux raisons. La première tient à ses ambitions mondiales. "Le voyageur d'affaires qui part de Paris pour atterrir à Hong-Kong, ouvre son appli Uber dès l'arrivée à l'aéroport, explique un expert du secteur. Uber doit donc être présent partout." La seconde raison est la forte concurrence avec des acteurs locaux comme Lyft aux États-Unis ou Didi en Chine. Pour s'imposer, Uber leur impose une guerre des prix, voire n'hésite pas à payer des chauffeurs pour qu'ils changent d'enseigne. "À un moment mes chauffeurs se sont vu proposer 1.000 dollars pour qu'ils passent de Sidecar à Uber", explique Sunil Paul, le patron de Sidecar, un concurrent américain d'Uber dans Forbes.
Uber est à ma connaissance rentable dans deux pays dans le monde: les États-Unis et la France. Deux pays dans lesquels le déploiement a été rapide.
Pour faire simple Uber investit pour être le leader auprès des clients en faisant en sorte que le maximum de chauffeurs l'utilisent quitte à les payer au début.
OK Je comprends le principe mais ce modèle de développement a plusieurs écueils, prenons la France pour exemple : le chauffeur est en statut auto-entrepreneur donc sans lien de subordination avec Uber. On l'a vu précédemment, ce statut peut être requalifié en contrat de travail par un tribunal, par ailleurs ce chauffeur, puisqu'il est libre théoriquement, peut à tout moment utiliser une autre application qui serait plus intéressante financièrement, idem pour la clientèle par définition très connectée, très informée.
Bonjour chez vous ! :D

gilgamesh
Messages : 206
Enregistré le : 16 oct. 2010, 18:54

Re: Uberisation de l'économie.

#430 Message par gilgamesh » 12 août 2019, 10:31

coolfonzi a écrit :
12 août 2019, 10:23
ce chauffeur, puisqu'il est libre théoriquement, peut à tout moment utiliser une autre application qui serait plus intéressante financièrement, idem pour la clientèle par définition très connectée, très informée.
Tout à fait Uber et les investisseurs prennent un risque certain.C'est un pari sur le fait qu'ils arriveront à devenir leader, puis maintenir des marges suffisantes pour rembourser la dette accumulée, sans être trop élevée pour rester intéressantes pour le chauffeur et le client qui pourraient se tourner vers la concurrence d'autres applications.
L'application en elle même est facile à copier, je pense même qu'un bon codeur utilisant API et framework peut y arriver seul.C'est la capacité à fédérer les chauffeurs et à être connu des utilisateurs qui est plus difficile et demande du temps et de l'argent (être premier sur le store).

Avatar du membre
coolfonzi
+
+
Messages : 3237
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Uberisation de l'économie.

#431 Message par coolfonzi » 12 août 2019, 10:42

gilgamesh a écrit :
12 août 2019, 10:31
coolfonzi a écrit :
12 août 2019, 10:23
ce chauffeur, puisqu'il est libre théoriquement, peut à tout moment utiliser une autre application qui serait plus intéressante financièrement, idem pour la clientèle par définition très connectée, très informée.
Tout à fait Uber et les investisseurs prennent un risque certain.C'est un pari sur le fait qu'ils arriveront à devenir leader, puis maintenir des marges suffisantes pour rembourser la dette accumulée, sans être trop élevée pour rester intéressantes pour le chauffeur et le client qui pourraient se tourner vers la concurrence d'autres applications.
L'application en elle même est facile à copier, je pense même qu'un bon codeur utilisant API et framework peut y arriver seul.
Voila nous sommes d'accord.

C'est la capacité à fédérer les chauffeurs et à être connu des utilisateurs qui est plus difficile et demande du temps et de l'argent (être premier sur le store).
Bonjour chez vous ! :D

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 19930
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Uberisation de l'économie.

#432 Message par lecriminel » 12 août 2019, 11:21

coolfonzi a écrit :
12 août 2019, 10:42
C'est la capacité à fédérer les chauffeurs et à être connu des utilisateurs qui est plus difficile et demande du temps et de l'argent (être premier sur le store).
fédérer les chauffeurs ou livreurs, mais pas au point de les faire gagner le smic.
Le smic lui-même étant inférieur aux factures basiques mensuelles.
C'est pas gagné.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

gilgamesh
Messages : 206
Enregistré le : 16 oct. 2010, 18:54

Re: Uberisation de l'économie.

#433 Message par gilgamesh » 12 août 2019, 11:29

A priori la majorité gagne plus que le smic :
Les 28.000 chauffeurs français d’Uber gagnent en moyenne 1617 euros par mois pour un temps hebdomadaire de travail de 45,3 heures.
source: https://www.phonandroid.com/le-salaire- ... yenne.html

Sur un autre site 1617 euros correspond au salaire médian par moyen.

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 19930
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Uberisation de l'économie.

#434 Message par lecriminel » 12 août 2019, 12:34

je faisais référence d'abord aux coursiers, puisque l'équivalent smic est une de leurs revendications.

Quant aux chauffeurs, ces revenus "nets" sont nets de quoi ? d'amortissement, entretien de la voiture, essence, etc... ? je ne sais pas comment ils comptent
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Avatar du membre
ddv
-++
-++
Messages : 4221
Enregistré le : 20 juin 2008, 14:43
Localisation : La Gacilly proche (56)

Re: Uberisation de l'économie.

#435 Message par ddv » 12 août 2019, 15:02

gilgamesh a écrit :
12 août 2019, 11:29
A priori la majorité gagne plus que le smic :
Les 28.000 chauffeurs français d’Uber gagnent en moyenne 1617 euros par mois pour un temps hebdomadaire de travail de 45,3 heures.
source: https://www.phonandroid.com/le-salaire- ... yenne.html

Sur un autre site 1617 euros correspond au salaire médian par moyen.
la particularité du profil de ses chauffeurs : moyenne d’âge de 39 ans, et surtout un choix du métier chez Uber à 89% pour « l’indépendance » et à 81% pour être leur « propre patron ».
Je crois que c'est raté pour ces deux objectifs :mrgreen:
Moi, je maintiendrai le passe Navigo à 70 euros car je ne jouerai pas avec le pouvoir d'achat des Franciliens - V. Pécresse, dec 2015.
Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le SMIC net de 20 % - V. Pécresse, juin 2018

Avatar du membre
coolfonzi
+
+
Messages : 3237
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Uberisation de l'économie.

#436 Message par coolfonzi » 14 août 2019, 08:28

OK Je comprends le principe mais ce modèle de développement a plusieurs écueils, prenons la France pour exemple : le chauffeur est en statut auto-entrepreneur donc sans lien de subordination avec Uber. On l'a vu précédemment, ce statut peut être requalifié en contrat de travail par un tribunal,
La Californie va-t-elle mettre à terre l’ubérisation de l’économie ?

Les pouvoirs législatifs de l’État de Californie, berceau de nombreux géants de la «tech», examinent un projet de loi qui pourrait entraîner la requalification de dizaines de milliers de travailleurs indépendants en salariés.

C’est une histoire qui donne des sueurs froides aux géants américains des VTC et autres entreprises spécialisées dans la mise en relation, attaqués sur leur terre natale. Cette semaine, le législateur californien reprend l’examen d’un projet de loi qui pourrait bien faire tanguer le modèle économique de sociétés comme Uber ou Lyft. Le texte AB-5 a été déposé en décembre dernier.
Validé à l’Assemblée, il doit désormais être examiné par le Sénat de «l’État doré». Le principe de ce texte est simple: il vise à transformer une décision de la Cour suprême de Californie en loi pour mieux protéger les travailleurs indépendants.

http://www.lefigaro.fr/societes/la-cali ... e-20190814
Bonjour chez vous ! :D

ProfGrincheux
Messages : 614
Enregistré le : 28 févr. 2019, 20:46

Re: Uberisation de l'économie.

#437 Message par ProfGrincheux » 14 août 2019, 19:19

Espérons que la législation passera en Californie puis chez nous. Uber doit salarier ses chauffeurs. Si on accepte leur modèle, il n'y aura pas de limite au massacre des travailleurs peu qualifiés dans les pays de l'OCDE.

Avatar du membre
coolfonzi
+
+
Messages : 3237
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Uberisation de l'économie.

#438 Message par coolfonzi » 14 août 2019, 19:47

ProfGrincheux a écrit :
14 août 2019, 19:19
Espérons que la législation passera en Californie puis chez nous. Uber doit salarier ses chauffeurs. Si on accepte leur modèle, il n'y aura pas de limite au massacre des travailleurs peu qualifiés dans les pays de l'OCDE.
Si cela se généralise, ils sont morts, c'est pas du tout prévu dans leur business modèle.
Bonjour chez vous ! :D

ProfGrincheux
Messages : 614
Enregistré le : 28 févr. 2019, 20:46

Re: Uberisation de l'économie.

#439 Message par ProfGrincheux » 14 août 2019, 21:08

Il est préférable que cette entreprise meure.

On ne doit pas laisser survivre les entreprises dont le modèle d'affaires abuse manifestement la législation et qui mènent une guérilla judiciaire pour se legitimer.
Il est légitime de modifier la législation pour clarifier les choses pour éviter que l'entreprise n'arrive à jouer sur des ambiguités pour passer en force.

Les exigences des entreprises peuvent être illégitimes et contraires à l'intérêt général. C'est le cas ici. Si leur modèle d'affaires est validé, il sera possible d' imposer le statut d'autoentrepreneur aux travailleurs les moins qualifiés. Retour au paiement à la tache sans protection sociale d'aucune sorte puis au lumpenproletariat.

Recréer les conditions sociales du 19e siècle n'est pas une bonne idée.

alexlyon
-+
-+
Messages : 2205
Enregistré le : 18 nov. 2015, 22:37

Re: Uberisation de l'économie.

#440 Message par alexlyon » 14 août 2019, 21:32

"Quand les evenements nous depassent, feignons d' en etre les organisateurs".

Uber n'est pas viable, le systeme (via le legal) va en profiter pour tuer ce modele deja mort, au nom de la protection du populo.

Apres que l'impasse economique a d'abord ete verifiee, pas avant...

Avatar du membre
coolfonzi
+
+
Messages : 3237
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Uberisation de l'économie.

#441 Message par coolfonzi » 11 sept. 2019, 10:23

coolfonzi a écrit :
14 août 2019, 19:47
ProfGrincheux a écrit :
14 août 2019, 19:19
Espérons que la législation passera en Californie puis chez nous. Uber doit salarier ses chauffeurs. Si on accepte leur modèle, il n'y aura pas de limite au massacre des travailleurs peu qualifiés dans les pays de l'OCDE.
Si cela se généralise, ils sont morts, c'est pas du tout prévu dans leur business modèle.
Paf !
La Californie requalifie les chauffeurs d'Uber et Lyft en salariés

La loi, qui met fin au statut de travailleur indépendant pour les entreprise de la «gig economy », menace le modèle économique des VTC. Selon la banque Morgan Stanley, le statut de salarié des chauffeurs va augmenter les coûts des deux applis leader de 35%.

Jusqu'ici sous le statut de travailleur indépendant, ils ne bénéficiaient pas de contrat de travail leur garantissant un salaire minimum, une assurance santé ou le droit de se syndiquer. Selon une étude publiée par l'Economic Policy Institute en mai dernier, le revenu médian des chauffeurs Uber et Lyft s'élevait à 9,21 dollars l'heure, en dessous du salaire minimum de 15 dollars en vigueur en Californie .

La loi, qui concerne au moins un million de personnes, doit être signée prochainement par le gouverneur californien, qui a déjà annoncé son soutien.

«Ces sociétés de l'économie à la demande se présentent comme le monde innovant de demain, un futur où les sociétés ne paient pas la sécurité sociale ou Medicare. Soyons clair: il n'y a rien d'innovant à sous-payer quelqu'un pour son travail », a réagi la sénatrice Maria Elena Durazo. Les démocrates californiens espèrent aussi récupérer une manne fiscale. Selon leurs estimations, le statut de travailleur indépendant faisait perdre 7 milliards de dollars par an de taxes au Golden State.

https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... r=CS1-3046
Bonjour chez vous ! :D

Avatar du membre
dioubiban
Messages : 371
Enregistré le : 18 sept. 2018, 13:05

Re: Uberisation de l'économie.

#442 Message par dioubiban » 11 sept. 2019, 10:43

coolfonzi a écrit :
11 sept. 2019, 10:23
coolfonzi a écrit :
14 août 2019, 19:47
ProfGrincheux a écrit :
14 août 2019, 19:19
Espérons que la législation passera en Californie puis chez nous. Uber doit salarier ses chauffeurs. Si on accepte leur modèle, il n'y aura pas de limite au massacre des travailleurs peu qualifiés dans les pays de l'OCDE.
Si cela se généralise, ils sont morts, c'est pas du tout prévu dans leur business modèle.
Paf !
La Californie requalifie les chauffeurs d'Uber et Lyft en salariés

La loi, qui met fin au statut de travailleur indépendant pour les entreprise de la «gig economy », menace le modèle économique des VTC. Selon la banque Morgan Stanley, le statut de salarié des chauffeurs va augmenter les coûts des deux applis leader de 35%.

Jusqu'ici sous le statut de travailleur indépendant, ils ne bénéficiaient pas de contrat de travail leur garantissant un salaire minimum, une assurance santé ou le droit de se syndiquer. Selon une étude publiée par l'Economic Policy Institute en mai dernier, le revenu médian des chauffeurs Uber et Lyft s'élevait à 9,21 dollars l'heure, en dessous du salaire minimum de 15 dollars en vigueur en Californie .

La loi, qui concerne au moins un million de personnes, doit être signée prochainement par le gouverneur californien, qui a déjà annoncé son soutien.

«Ces sociétés de l'économie à la demande se présentent comme le monde innovant de demain, un futur où les sociétés ne paient pas la sécurité sociale ou Medicare. Soyons clair: il n'y a rien d'innovant à sous-payer quelqu'un pour son travail », a réagi la sénatrice Maria Elena Durazo. Les démocrates californiens espèrent aussi récupérer une manne fiscale. Selon leurs estimations, le statut de travailleur indépendant faisait perdre 7 milliards de dollars par an de taxes au Golden State.

https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... r=CS1-3046
Rappel : le business model d'uber est de déployer des flottes de voitures autonomes.
Le modele des chauffeurs auto entrepreneur n'est qu'un modele transitoire.
Seulement voilà : les voitures autonomes sont un mythe ou une réalité?
Volem rien foutre al pais.

Avatar du membre
ddv
-++
-++
Messages : 4221
Enregistré le : 20 juin 2008, 14:43
Localisation : La Gacilly proche (56)

Re: Uberisation de l'économie.

#443 Message par ddv » 11 sept. 2019, 10:58

coolfonzi a écrit :
11 sept. 2019, 10:23
coolfonzi a écrit :
14 août 2019, 19:47
ProfGrincheux a écrit :
14 août 2019, 19:19
Espérons que la législation passera en Californie puis chez nous. Uber doit salarier ses chauffeurs. Si on accepte leur modèle, il n'y aura pas de limite au massacre des travailleurs peu qualifiés dans les pays de l'OCDE.
Si cela se généralise, ils sont morts, c'est pas du tout prévu dans leur business modèle.
Paf !
La Californie requalifie les chauffeurs d'Uber et Lyft en salariés

La loi, qui met fin au statut de travailleur indépendant pour les entreprise de la «gig economy », menace le modèle économique des VTC. Selon la banque Morgan Stanley, le statut de salarié des chauffeurs va augmenter les coûts des deux applis leader de 35%.

Jusqu'ici sous le statut de travailleur indépendant, ils ne bénéficiaient pas de contrat de travail leur garantissant un salaire minimum, une assurance santé ou le droit de se syndiquer. Selon une étude publiée par l'Economic Policy Institute en mai dernier, le revenu médian des chauffeurs Uber et Lyft s'élevait à 9,21 dollars l'heure, en dessous du salaire minimum de 15 dollars en vigueur en Californie .

La loi, qui concerne au moins un million de personnes, doit être signée prochainement par le gouverneur californien, qui a déjà annoncé son soutien.

«Ces sociétés de l'économie à la demande se présentent comme le monde innovant de demain, un futur où les sociétés ne paient pas la sécurité sociale ou Medicare. Soyons clair: il n'y a rien d'innovant à sous-payer quelqu'un pour son travail », a réagi la sénatrice Maria Elena Durazo. Les démocrates californiens espèrent aussi récupérer une manne fiscale. Selon leurs estimations, le statut de travailleur indépendant faisait perdre 7 milliards de dollars par an de taxes au Golden State.

https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... r=CS1-3046
C'est pas très malin. Il y a certainement beaucoup de travailleurs indépendants qui travaillent pour Uber qui ne veulent surtout pas être salariés.
Moi, je maintiendrai le passe Navigo à 70 euros car je ne jouerai pas avec le pouvoir d'achat des Franciliens - V. Pécresse, dec 2015.
Je vais peut-être vous surprendre, mais je pense qu'il faut augmenter le SMIC net de 20 % - V. Pécresse, juin 2018

Avatar du membre
coolfonzi
+
+
Messages : 3237
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Uberisation de l'économie.

#444 Message par coolfonzi » 11 sept. 2019, 11:02

ddv a écrit :
11 sept. 2019, 10:58
coolfonzi a écrit :
11 sept. 2019, 10:23
coolfonzi a écrit :
14 août 2019, 19:47
ProfGrincheux a écrit :
14 août 2019, 19:19
Espérons que la législation passera en Californie puis chez nous. Uber doit salarier ses chauffeurs. Si on accepte leur modèle, il n'y aura pas de limite au massacre des travailleurs peu qualifiés dans les pays de l'OCDE.
Si cela se généralise, ils sont morts, c'est pas du tout prévu dans leur business modèle.
Paf !
La Californie requalifie les chauffeurs d'Uber et Lyft en salariés

La loi, qui met fin au statut de travailleur indépendant pour les entreprise de la «gig economy », menace le modèle économique des VTC. Selon la banque Morgan Stanley, le statut de salarié des chauffeurs va augmenter les coûts des deux applis leader de 35%.

Jusqu'ici sous le statut de travailleur indépendant, ils ne bénéficiaient pas de contrat de travail leur garantissant un salaire minimum, une assurance santé ou le droit de se syndiquer. Selon une étude publiée par l'Economic Policy Institute en mai dernier, le revenu médian des chauffeurs Uber et Lyft s'élevait à 9,21 dollars l'heure, en dessous du salaire minimum de 15 dollars en vigueur en Californie .

La loi, qui concerne au moins un million de personnes, doit être signée prochainement par le gouverneur californien, qui a déjà annoncé son soutien.

«Ces sociétés de l'économie à la demande se présentent comme le monde innovant de demain, un futur où les sociétés ne paient pas la sécurité sociale ou Medicare. Soyons clair: il n'y a rien d'innovant à sous-payer quelqu'un pour son travail », a réagi la sénatrice Maria Elena Durazo. Les démocrates californiens espèrent aussi récupérer une manne fiscale. Selon leurs estimations, le statut de travailleur indépendant faisait perdre 7 milliards de dollars par an de taxes au Golden State.

https://www.lesechos.fr/industrie-servi ... r=CS1-3046
C'est pas très malin. Il y a certainement beaucoup de travailleurs indépendants qui travaillent pour Uber qui ne veulent surtout pas être salariés.
le revenu médian des chauffeurs Uber et Lyft s'élevait à 9,21 dollars l'heure, en dessous du salaire minimum de 15 dollars
Bonjour chez vous ! :D

Avatar du membre
coolfonzi
+
+
Messages : 3237
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Uberisation de l'économie.

#445 Message par coolfonzi » 11 sept. 2019, 16:00

dioubiban a écrit :
11 sept. 2019, 10:43

Rappel : le business model d'uber est de déployer des flottes de voitures autonomes.
Le modele des chauffeurs auto entrepreneur n'est qu'un modele transitoire.
Seulement voilà : les voitures autonomes sont un mythe ou une réalité?
Ouais ben avant que la technique soit tout à fait au point, que la réglementation l'autorise et que tout cela soit généralisé à travers la planète ya du temps à s"écouler.

D'autant plus qu'un autre acteur, tout neuf dans ce secteur, peut venir jouer des coudes. Parce que là en l’occurrence ce qui coute cher c'est pas l'appli sur le smartphone, c'est la voiture autonome et certains sont bcp plus avancé que les petits copains, Tesla par ex.
Bonjour chez vous ! :D

Avatar du membre
dioubiban
Messages : 371
Enregistré le : 18 sept. 2018, 13:05

Re: Uberisation de l'économie.

#446 Message par dioubiban » 11 sept. 2019, 16:05

coolfonzi a écrit :
11 sept. 2019, 16:00
dioubiban a écrit :
11 sept. 2019, 10:43

Rappel : le business model d'uber est de déployer des flottes de voitures autonomes.
Le modele des chauffeurs auto entrepreneur n'est qu'un modele transitoire.
Seulement voilà : les voitures autonomes sont un mythe ou une réalité?
Ouais ben avant que la technique soit tout à fait au point, que la réglementation l'autorise et que tout cela soit généralisé à travers la planète ya du temps à s"écouler.

D'autant plus qu'un autre acteur, tout neuf dans ce secteur, peut venir jouer des coudes. Parce que là en l’occurrence ce qui coute cher c'est pas l'appli sur le smartphone, c'est la voiture autonome et certains sont bcp plus avancé que les petits copains, Tesla par ex.
J'ai jamais dit le contraire...
Mais bon first move advantage marketing samere toussaaaaa..
B sky B one, Kule un mouton...
Volem rien foutre al pais.

moinsdewatt
~~+
~~+
Messages : 10707
Enregistré le : 14 avr. 2013, 19:41

Re: Uberisation de l'économie.

#447 Message par moinsdewatt » 13 sept. 2019, 21:17

Le mirage de "l'uberisation" est-il sur le point de s'évaporer ?

ANALYSE La Californie sonne la fin de la récréation. L'Etat a voté une loi donnant aux chauffeurs des plates-formes de VTC le statut de salarié. Un coup dur pour Uber et Lyft, dont le modèle économique repose sur le fait de mettre en relation des professionnels ayant le statut d'autoentrepreneur avec des particuliers se verront fortement impactées. Si même la Silicon Valley leur tourne le dos, qu'est-ce que cela dit de leur avenir ?

LÉNA COROT usine Nouvelle 13 SEPTEMBRE 2019
........
https://www.usine-digitale.fr/editorial ... er.N883810

ProfGrincheux
Messages : 614
Enregistré le : 28 févr. 2019, 20:46

Re: Uberisation de l'économie.

#448 Message par ProfGrincheux » 14 sept. 2019, 10:50

Il faut saluer les bonnes nouvelles. Il n'y en a pas tant que ça. 8)

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 12789
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: Uberisation de l'économie.

#449 Message par cashisking » 14 sept. 2019, 11:09

ProfGrincheux a écrit :
14 sept. 2019, 10:50
Il faut saluer les bonnes nouvelles. Il n'y en a pas tant que ça. 8)
Vaut-il mieux 100 indépendants qui vivotent ou 50 salariés avec un salaire correct ?
Zatssdeukouechtione.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 16796
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Uberisation de l'économie.

#450 Message par kamoulox » 14 sept. 2019, 11:10

Les salariés au moins ont une couverture.

C’est une précarité déguisée la...

Répondre