Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

Articles de presse ayant l'immobilier pour centre d'intérêt
Message
Auteur
Cagou780
Messages : 774
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3351 Message par Cagou780 » 29 juin 2020, 20:51

ddv a écrit :
29 juin 2020, 12:52
jobserve75 a écrit :
29 juin 2020, 12:28
Cagou780 a écrit :
29 juin 2020, 11:03
"Immobilier : le prix des bureaux pourrait baisser à cause du Covid-19 "
https://business.lesechos.fr/entreprene ... 338585.php
« En particulier La Défense, où le marché des bureaux était déjà un peu en suroffre avant la crise sanitaire […]. On y trouve par ailleurs de gros utilisateurs, avec d'importants volumes qui, s'ils instaurent une ou deux journées de télétravail pour tous leurs salariés, vont rendre un ou deux étages dans leur tour », estime-t-il. Une baisse des loyers sera alors inévitable.
https://www.lemonde.fr/economie/article ... _3234.html
Payant mais le début est instructif sur la reprise de l'activité sur site à la Défense.
Il faudrait profiter de cette crise pour convertir des bureaux en logements.
En logements sociaux.
Pourquoi pas mais ça coute cher et pas toujours simple. Rien que de mettre en place une évacuation des eaux usées pour x logements dans un immeuble prévu pour des bureaux.

Cagou780
Messages : 774
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3352 Message par Cagou780 » 29 juin 2020, 21:35

"Immobilier parisien : plus de biens en vente aujourd'hui qu'avant le confinement"
https://www.guideducredit.com/immobilie ... ement,3008
Le nombre de biens en vente dans la capitale a augmenté de 39% ! Le nombre d’annonces est ainsi passé de 5 814 au 6 mars 2020, à 8.099 au 16 juin 2020, selon une étude réalisée par Hosman pour BFM Immo. Un nombre d’annonces qui avait déjà progressé entre avril et mai... le 2ème arrondissement de Paris, le plus petit, qui détient la palme avec une augmentation de 80% des annonces de biens à vendre. L'arrondissement passe ainsi de 71 logements à vendre le 6 mars, à 128 le 16 juin. Notons ensuite le 11ème, où l’offre a progressé de 72% (passant de 310 à 532 annonces), puis le 9ème arrondissement de Paris, passé de 153 annonces en mars à 250 en juin (+63%), et le 10 ème qui progresse de 56% (262 annonces en mars et 408 en juin).Dans la suite du classement, le 7ème avec 30% d’annonces en plus, le 6ème arrondissement qui a fait + 24%, puis le 4ème et le 8ème avec un bond de 22%, et enfin le 3ème qui n’a pris "que" 13% pendant cette période.... Du côté des banques, l'attitude prudentielle est de mise toutefois, face aux incertitudes économiques. C'est pourquoi l'on a pu également observer un nombre important de refus de financement.
40 % d'annonce en plus. Ils ont oublié de parler de ça les notaires dans leur communiqué. c'est vrai que ce n'est pas important. Il ont quand même dit que les avant contrats étaient moins nombreux .

jobserve75
Messages : 916
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3353 Message par jobserve75 » 30 juin 2020, 00:15

Cagou780 a écrit :
29 juin 2020, 21:35
"Immobilier parisien : plus de biens en vente aujourd'hui qu'avant le confinement"
https://www.guideducredit.com/immobilie ... ement,3008
Le nombre de biens en vente dans la capitale a augmenté de 39% ! Le nombre d’annonces est ainsi passé de 5 814 au 6 mars 2020, à 8.099 au 16 juin 2020, selon une étude réalisée par Hosman pour BFM Immo. Un nombre d’annonces qui avait déjà progressé entre avril et mai... le 2ème arrondissement de Paris, le plus petit, qui détient la palme avec une augmentation de 80% des annonces de biens à vendre. L'arrondissement passe ainsi de 71 logements à vendre le 6 mars, à 128 le 16 juin. Notons ensuite le 11ème, où l’offre a progressé de 72% (passant de 310 à 532 annonces), puis le 9ème arrondissement de Paris, passé de 153 annonces en mars à 250 en juin (+63%), et le 10 ème qui progresse de 56% (262 annonces en mars et 408 en juin).Dans la suite du classement, le 7ème avec 30% d’annonces en plus, le 6ème arrondissement qui a fait + 24%, puis le 4ème et le 8ème avec un bond de 22%, et enfin le 3ème qui n’a pris "que" 13% pendant cette période.... Du côté des banques, l'attitude prudentielle est de mise toutefois, face aux incertitudes économiques. C'est pourquoi l'on a pu également observer un nombre important de refus de financement.
40 % d'annonce en plus. Ils ont oublié de parler de ça les notaires dans leur communiqué. c'est vrai que ce n'est pas important. Il ont quand même dit que les avant contrats étaient moins nombreux .
Arrête de t’exciter comme une puce à la moindre info. Tu verras dans 6 mois dans quel sens et dans quelle proportion le marché s’orientera.
Je trouve au contraire que 40% en plus est très faible sachant qu’il y a 2 mois de retard et que Mai-juin est une période propice à la vente.
Une question : depuis combien de temps tu regardes le marché immobilier et quelle ville t’intéresse?

Cagou780
Messages : 774
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3354 Message par Cagou780 » 30 juin 2020, 01:39

jobserve75 a écrit :
30 juin 2020, 00:15
Cagou780 a écrit :
29 juin 2020, 21:35
"Immobilier parisien : plus de biens en vente aujourd'hui qu'avant le confinement"
https://www.guideducredit.com/immobilie ... ement,3008
Le nombre de biens en vente dans la capitale a augmenté de 39% ! Le nombre d’annonces est ainsi passé de 5 814 au 6 mars 2020, à 8.099 au 16 juin 2020, selon une étude réalisée par Hosman pour BFM Immo. Un nombre d’annonces qui avait déjà progressé entre avril et mai... le 2ème arrondissement de Paris, le plus petit, qui détient la palme avec une augmentation de 80% des annonces de biens à vendre. L'arrondissement passe ainsi de 71 logements à vendre le 6 mars, à 128 le 16 juin. Notons ensuite le 11ème, où l’offre a progressé de 72% (passant de 310 à 532 annonces), puis le 9ème arrondissement de Paris, passé de 153 annonces en mars à 250 en juin (+63%), et le 10 ème qui progresse de 56% (262 annonces en mars et 408 en juin).Dans la suite du classement, le 7ème avec 30% d’annonces en plus, le 6ème arrondissement qui a fait + 24%, puis le 4ème et le 8ème avec un bond de 22%, et enfin le 3ème qui n’a pris "que" 13% pendant cette période.... Du côté des banques, l'attitude prudentielle est de mise toutefois, face aux incertitudes économiques. C'est pourquoi l'on a pu également observer un nombre important de refus de financement.
40 % d'annonce en plus. Ils ont oublié de parler de ça les notaires dans leur communiqué. c'est vrai que ce n'est pas important. Il ont quand même dit que les avant contrats étaient moins nombreux .
Arrête de t’exciter comme une puce à la moindre info. Tu verras dans 6 mois dans quel sens et dans quelle proportion le marché s’orientera.
Je trouve au contraire que 40% en plus est très faible sachant qu’il y a 2 mois de retard et que Mai-juin est une période propice à la vente .
Une question : depuis combien de temps tu regardes le marché immobilier et quelle ville t’intéresse?
Est ce que j'ai l'air de m'exciter ? Je donne une info.

Tu peux dire qu'une hausse de 40 % d'annonces entre mars et juin est une "moindre" info. Tu as le droit. La question de la saisonnalité explique peut être en (grande ?) partie cette hausse. Ceci dit le plus important n'est pas cette info seule (retour à un niveau d'offre au moins égal à la normale on va dire. Probablement plus) mais le lien avec le "manque d'avant contrats" en mai juin selon les notaires. On a donc actuellement un déséquilibre inhabituelle entre offre et demande. Mais peut être que les Ai commencent à signer les compromis qui manquent pour rééquilibrer le marché ? Ou pas. On verra.
Ce que je note toutefois c'est les très nombreux articles sur une reprise d'activité "en fanfare" en province (où l'acheteur type serait "Parisien" au sens large) alors que sur Paris c'est le désert sur ce sujet.
Enfin ces avants contrats devront encore être transformer en vente. Selon les dernières info le taux de refus de prêts des banques serait à + de 9 %.

supermascotte
Messages : 284
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3355 Message par supermascotte » 30 juin 2020, 04:59

Cagou780 a écrit :
29 juin 2020, 21:35
"Immobilier parisien : plus de biens en vente aujourd'hui qu'avant le confinement"
https://www.guideducredit.com/immobilie ... ement,3008
Le nombre de biens en vente dans la capitale a augmenté de 39% ! Le nombre d’annonces est ainsi passé de 5 814 au 6 mars 2020, à 8.099 au 16 juin 2020, selon une étude réalisée par Hosman pour BFM Immo. Un nombre d’annonces qui avait déjà progressé entre avril et mai... le 2ème arrondissement de Paris, le plus petit, qui détient la palme avec une augmentation de 80% des annonces de biens à vendre. L'arrondissement passe ainsi de 71 logements à vendre le 6 mars, à 128 le 16 juin. Notons ensuite le 11ème, où l’offre a progressé de 72% (passant de 310 à 532 annonces), puis le 9ème arrondissement de Paris, passé de 153 annonces en mars à 250 en juin (+63%), et le 10 ème qui progresse de 56% (262 annonces en mars et 408 en juin).Dans la suite du classement, le 7ème avec 30% d’annonces en plus, le 6ème arrondissement qui a fait + 24%, puis le 4ème et le 8ème avec un bond de 22%, et enfin le 3ème qui n’a pris "que" 13% pendant cette période.... Du côté des banques, l'attitude prudentielle est de mise toutefois, face aux incertitudes économiques. C'est pourquoi l'on a pu également observer un nombre important de refus de financement.
40 % d'annonce en plus. Ils ont oublié de parler de ça les notaires dans leur communiqué. c'est vrai que ce n'est pas important. Il ont quand même dit que les avant contrats étaient moins nombreux .
Je pensais que cette augmentation de 40% d'offres à Paris était une estimation de l'augmentation de l'offre par rapport à la période de confinement, mais si c'est une augmentation par rapport au 6 mars, alors là c'est absolument énorme.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 20271
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3356 Message par kamoulox » 30 juin 2020, 07:24

RTL :

Les Français veulent tirer des leçons du confinement, et font des arbitrages : 1 sur 4 a décidé d'aménager son logement pour améliorer son cadre de vie et 16% (1 sur 6) envisagent même de déménager, de changer de résidence principale pour avoir plus d'espace, un jardin ou une terrasse, quitte à s'éloigner un peu pour respirer l'air pur. La moitié déclare clairement qu'il va dépenser encore moins qu'avant, et mettre plus d'argent sur son compte épargne.

ParisIDF92
Messages : 253
Enregistré le : 14 avr. 2020, 13:06

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3357 Message par ParisIDF92 » 30 juin 2020, 07:38

Plus d'offre + moins de demande = les prix montent jusqu'au ciel à Paris.

Signé: les winners du 92 du forum.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 20271
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3358 Message par kamoulox » 30 juin 2020, 07:47

Il serait surtout intéressant d’avoir la typologie des biens.

Taille, surface, balcon/terrasse ou non

Difficile d’y voir une tendance sinon

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10678
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3359 Message par Vincent92 » 30 juin 2020, 07:50

ParisIDF92 a écrit :
30 juin 2020, 07:38
Plus d'offre + moins de demande = les prix montent jusqu'au ciel à Paris.

Signé: les winners du 92 du forum.
Personnellement, je n'ai jamais dit ca. Les prix corrigent aussi à Paris (entre 2008 et 2009, entre 2012 et 2015, etc...).
Par contre, la rétention foncière de la mairie à tendance à avoir un effet inflationniste sur les prix de Paris et de certaines villes de banlieue.
Celui ci peut être contrebalancé par d'autres phénomènes.
S'il y a plus d'offres et moins de demandes, les prix pourraient corriger.
Modifié en dernier par Vincent92 le 30 juin 2020, 07:57, modifié 4 fois.
Ignoré : Cagou780

ParisIDF92
Messages : 253
Enregistré le : 14 avr. 2020, 13:06

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3360 Message par ParisIDF92 » 30 juin 2020, 07:50

Cagou780 a écrit :
30 juin 2020, 01:39
Tu peux dire qu'une hausse de 40 % d'annonces entre mars et juin est une "moindre" info. Tu as le droit. La question de la saisonnalité explique peut être en (grande ?) partie cette hausse. Ceci dit le plus important n'est pas cette info seule (retour à un niveau d'offre au moins égal à la normale on va dire. Probablement plus) mais le lien avec le "manque d'avant contrats" en mai juin selon les notaires. On a donc actuellement un déséquilibre inhabituelle entre offre et demande. Mais peut être que les Ai commencent à signer les compromis qui manquent pour rééquilibrer le marché ? Ou pas. On verra.
Ce que je note toutefois c'est les très nombreux articles sur une reprise d'activité "en fanfare" en province (où l'acheteur type serait "Parisien" au sens large) alors que sur Paris c'est le désert sur ce sujet.
Enfin ces avants contrats devront encore être transformer en vente. Selon les dernières info le taux de refus de prêts des banques serait à + de 9 %.
J'ai regardé à Seloger le T1-T2 dans mon coin (Boulogne, Issy, St Cloud) et si je ne constate pas une baisse significative des prix, je constate que 1) l'offre est beaucoup plus importante, et surtout 2) il y a beaucoup plus d'appartements "décents".

Car bien sûr à Paris/IDF même à des prix élevés, la plupart des appartements ont des tares (pas d'ascenseur, cuisine/salle de bain ancienne, appart intérieur/sans lumière, vieux bâtiment avec des espaces communs mal entretenus...) Maintenant, il me semble que dans la fourchette de prix que je paie mon loyer, il y a beaucoup plus d'appartements "décents". Avant il était très difficile de trouver un appartement sans défaut à un prix décent.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10678
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3361 Message par Vincent92 » 30 juin 2020, 07:54

ParisIDF92 a écrit :
30 juin 2020, 07:50
Cagou780 a écrit :
30 juin 2020, 01:39
Tu peux dire qu'une hausse de 40 % d'annonces entre mars et juin est une "moindre" info. Tu as le droit. La question de la saisonnalité explique peut être en (grande ?) partie cette hausse. Ceci dit le plus important n'est pas cette info seule (retour à un niveau d'offre au moins égal à la normale on va dire. Probablement plus) mais le lien avec le "manque d'avant contrats" en mai juin selon les notaires. On a donc actuellement un déséquilibre inhabituelle entre offre et demande. Mais peut être que les Ai commencent à signer les compromis qui manquent pour rééquilibrer le marché ? Ou pas. On verra.
Ce que je note toutefois c'est les très nombreux articles sur une reprise d'activité "en fanfare" en province (où l'acheteur type serait "Parisien" au sens large) alors que sur Paris c'est le désert sur ce sujet.
Enfin ces avants contrats devront encore être transformer en vente. Selon les dernières info le taux de refus de prêts des banques serait à + de 9 %.
J'ai regardé à Seloger le T1-T2 dans mon coin (Boulogne, Issy, St Cloud) et si je ne constate pas une baisse significative des prix, je constate que 1) l'offre est beaucoup plus importante, et surtout 2) il y a beaucoup plus d'appartements "décents".

Car bien sûr à Paris/IDF même à des prix élevés, la plupart des appartements ont des tares (pas d'ascenseur, cuisine/salle de bain ancienne, appart intérieur/sans lumière, vieux bâtiment avec des espaces communs mal entretenus...) Maintenant, il me semble que dans la fourchette de prix que je paie mon loyer, il y a beaucoup plus d'appartements "décents". Avant il était très difficile de trouver un appartement sans défaut à un prix décent.
Comparer le nombre d'annonces entre Mars (en plein confinement lorsque les vendeurs n'avaient pas d'intérêt à mettre une annonce) et Juin...
Pour chez moi en tout cas, le nombre d'annonces est stable depuis le 11 Mai et les prix d'annonces plutôt en hausse.
Modifié en dernier par Vincent92 le 30 juin 2020, 08:10, modifié 4 fois.
Ignoré : Cagou780

Avatar du membre
Suricate
Modérateur
Modérateur
Messages : 13762
Enregistré le : 24 août 2011, 15:12

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3362 Message par Suricate » 30 juin 2020, 07:55

Cagou780 a écrit :
29 juin 2020, 21:35
"Immobilier parisien : plus de biens en vente aujourd'hui qu'avant le confinement"
https://www.guideducredit.com/immobilie ... ement,3008
Le nombre de biens en vente dans la capitale a augmenté de 39% ! Le nombre d’annonces est ainsi passé de 5 814 au 6 mars 2020, à 8.099 au 16 juin 2020, selon une étude réalisée par Hosman pour BFM Immo. Un nombre d’annonces qui avait déjà progressé entre avril et mai... le 2ème arrondissement de Paris, le plus petit, qui détient la palme avec une augmentation de 80% des annonces de biens à vendre. L'arrondissement passe ainsi de 71 logements à vendre le 6 mars, à 128 le 16 juin. Notons ensuite le 11ème, où l’offre a progressé de 72% (passant de 310 à 532 annonces), puis le 9ème arrondissement de Paris, passé de 153 annonces en mars à 250 en juin (+63%), et le 10 ème qui progresse de 56% (262 annonces en mars et 408 en juin).Dans la suite du classement, le 7ème avec 30% d’annonces en plus, le 6ème arrondissement qui a fait + 24%, puis le 4ème et le 8ème avec un bond de 22%, et enfin le 3ème qui n’a pris "que" 13% pendant cette période.... Du côté des banques, l'attitude prudentielle est de mise toutefois, face aux incertitudes économiques. C'est pourquoi l'on a pu également observer un nombre important de refus de financement.
40 % d'annonce en plus. Ils ont oublié de parler de ça les notaires dans leur communiqué. c'est vrai que ce n'est pas important. Il ont quand même dit que les avant contrats étaient moins nombreux .
En même temps : le printemps est la période la plus propice aux mutations. Toutes celles qui n'ont pas pu avoir lieu faute de Covid se sont reportées sur la période actuelle.

Il faudra regarder les mutations à fin septembre pour y voir plus clair (donc en fin d'année, sauf 2ème vague).

J'ai presque envie de remettre à jour mon IPVC :mrgreen:
http://www.bulle-immobiliere.org/forum/ ... 07&t=84285

ParisIDF92
Messages : 253
Enregistré le : 14 avr. 2020, 13:06

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3363 Message par ParisIDF92 » 30 juin 2020, 07:59

Suricate a écrit :
30 juin 2020, 07:55
En même temps : le printemps est la période la plus propice aux mutations. Toutes celles qui n'ont pas pu avoir lieu faute de Covid se sont reportées sur la période actuelle.

Il faudra regarder les mutations à fin septembre pour y voir plus clair (donc en fin d'année, sauf 2ème vague).
En même temps certains chiffres ne sont pas par hasard. +80% au 75002? Le 2ème est un paradis pour AirBNB.

Avatar du membre
kamoulox
~~+
~~+
Messages : 20271
Enregistré le : 20 nov. 2008, 12:25

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3364 Message par kamoulox » 30 juin 2020, 08:01

Les entreprises ont accéléré, en 2019, leurs cessions de patrimoine immobilier. Cette tendance, qui s'observait déjà depuis 2016, devrait même encore s'accentuer, pronostique JLL. Dans une étude, le cabinet de conseil en immobilier tertiaire indique que le volume de ventes en « externalisations immobilières » a atteint 3,2 milliards d'euros en France l'an dernier. A comparer à 1,75 milliard en 2015.

Cagou780
Messages : 774
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3365 Message par Cagou780 » 30 juin 2020, 08:36

ça parle d'immo dans les médias mainstream
https://www.lefigaro.fr/societes/immobi ... r-20200630
https://www.europe1.fr/economie/informa ... er-3978192

Sinon Buzy est toujours énervé
https://www.capital.fr/immobilier/credi ... is-1373933
Certes, on se met à la place du ministre de la Ville et du Logement, qui entend à longueur de journées que l’immobilier n’a jamais si bien carburé. Au point qu’on en vient à se demander si la pandémie ne relèverait pas de la providence.( :lol: ) ... Le pire n’est pas dans cette apparente cécité, (...). Le pire, c’est la politique de distribution des crédits immobiliers, qu’on sait largement pilotée par les autorités de tutelle des banques....On peut comprendre que l’État protège des établissements financiers qui ont été au rendez-vous de l’histoire pour aider les entreprises, non seulement par l’octroi des prêts garantis par l’État (PGE) mais aussi en rééchelonnant des emprunts déjà souscrits. Ils ont dû provisionner des risques considérables attachés aux probables défaillances d’entreprises. ...L’État, ... commet une faute lourde en favorisant le resserrement de la distribution des crédits. Il est vital pour le pays et les familles que jusqu’à la fin de 2021 les règles prudentielles en vigueur soient assouplies. Le marché immobilier résidentiel, sans cela, sera réservé au plus aisés. Même une baisse des prix, en cours, ne suffira pas à donner assez d’oxygène aux acquéreurs.

rapha
Messages : 38
Enregistré le : 21 août 2017, 10:04

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3366 Message par rapha » 30 juin 2020, 10:25

Cagou780 a écrit :
30 juin 2020, 08:36
ça parle d'immo dans les médias mainstream
https://www.lefigaro.fr/societes/immobi ... r-20200630
https://www.europe1.fr/economie/informa ... er-3978192
ah si même le lefigaro commence à parler de stagnation/baisse c'est que ça va envoyer du lourd. Ils n'ont pas arrêté d"écrire des articles sur la reprise et qualité de la demande après le confinement.

FrenchRigolade
Messages : 313
Enregistré le : 13 août 2018, 10:11

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3367 Message par FrenchRigolade » 30 juin 2020, 11:07

rapha a écrit :
30 juin 2020, 10:25
Cagou780 a écrit :
30 juin 2020, 08:36
ça parle d'immo dans les médias mainstream
https://www.lefigaro.fr/societes/immobi ... r-20200630
https://www.europe1.fr/economie/informa ... er-3978192
ah si même le lefigaro commence à parler de stagnation/baisse c'est que ça va envoyer du lourd. Ils n'ont pas arrêté d"écrire des articles sur la reprise et qualité de la demande après le confinement.
Ce serait enfin une réaction saine dans ce monde - qui semble fou - mais je pense qu'il va falloir attendre une bonne année pour être sûr.
Peut se prévaloir de la cosignature de l'union française pour la santé bucco-dentaire.

Korn
Messages : 1449
Enregistré le : 01 févr. 2019, 17:00

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3368 Message par Korn » 30 juin 2020, 12:13

Je pense qu'au sortir du déconfinement, après 2 mois sans aucune activité et un effet rattrapage inévitable, on a eu le droit à la communication "reprise en V, tout va bien" (j'ai même lu "c'est de la folie") pour ne pas faire fuir ceux qui finalisaient un projet ou se sont empressés d'en avoir un par peur d'une augmentation des taux.
Aujourd'hui, back to réality avec des prévisions d'activité sur l'année à -25% -30% et une macro économomie qui ne plaide pas à un retour à 2019.

jobserve75
Messages : 916
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3369 Message par jobserve75 » 30 juin 2020, 12:30

Cagou780 a écrit :
30 juin 2020, 01:39
jobserve75 a écrit :
30 juin 2020, 00:15
Cagou780 a écrit :
29 juin 2020, 21:35
"Immobilier parisien : plus de biens en vente aujourd'hui qu'avant le confinement"
https://www.guideducredit.com/immobilie ... ement,3008
Le nombre de biens en vente dans la capitale a augmenté de 39% ! Le nombre d’annonces est ainsi passé de 5 814 au 6 mars 2020, à 8.099 au 16 juin 2020, selon une étude réalisée par Hosman pour BFM Immo. Un nombre d’annonces qui avait déjà progressé entre avril et mai... le 2ème arrondissement de Paris, le plus petit, qui détient la palme avec une augmentation de 80% des annonces de biens à vendre. L'arrondissement passe ainsi de 71 logements à vendre le 6 mars, à 128 le 16 juin. Notons ensuite le 11ème, où l’offre a progressé de 72% (passant de 310 à 532 annonces), puis le 9ème arrondissement de Paris, passé de 153 annonces en mars à 250 en juin (+63%), et le 10 ème qui progresse de 56% (262 annonces en mars et 408 en juin).Dans la suite du classement, le 7ème avec 30% d’annonces en plus, le 6ème arrondissement qui a fait + 24%, puis le 4ème et le 8ème avec un bond de 22%, et enfin le 3ème qui n’a pris "que" 13% pendant cette période.... Du côté des banques, l'attitude prudentielle est de mise toutefois, face aux incertitudes économiques. C'est pourquoi l'on a pu également observer un nombre important de refus de financement.
40 % d'annonce en plus. Ils ont oublié de parler de ça les notaires dans leur communiqué. c'est vrai que ce n'est pas important. Il ont quand même dit que les avant contrats étaient moins nombreux .
Arrête de t’exciter comme une puce à la moindre info. Tu verras dans 6 mois dans quel sens et dans quelle proportion le marché s’orientera.
Je trouve au contraire que 40% en plus est très faible sachant qu’il y a 2 mois de retard et que Mai-juin est une période propice à la vente .
Une question : depuis combien de temps tu regardes le marché immobilier et quelle ville t’intéresse?
Est ce que j'ai l'air de m'exciter ? Je donne une info.

Tu peux dire qu'une hausse de 40 % d'annonces entre mars et juin est une "moindre" info. Tu as le droit. La question de la saisonnalité explique peut être en (grande ?) partie cette hausse. Ceci dit le plus important n'est pas cette info seule (retour à un niveau d'offre au moins égal à la normale on va dire. Probablement plus) mais le lien avec le "manque d'avant contrats" en mai juin selon les notaires. On a donc actuellement un déséquilibre inhabituelle entre offre et demande. Mais peut être que les Ai commencent à signer les compromis qui manquent pour rééquilibrer le marché ? Ou pas. On verra.
Ce que je note toutefois c'est les très nombreux articles sur une reprise d'activité "en fanfare" en province (où l'acheteur type serait "Parisien" au sens large) alors que sur Paris c'est le désert sur ce sujet.
Enfin ces avants contrats devront encore être transformer en vente. Selon les dernières info le taux de refus de prêts des banques serait à + de 9 %.
Déjà, le marché parisien n’intéresse pas beaucoup de monde et si c’est pour faire comme en 2008 ou 2012 avec -5%, ça ne vaut pas la peine. Il faudrait un beau -25% pour que ça devienne excitant. Mais à -25%, l’immobilier parisien offrira du 4-4,5% de Rendement brut, trop dans le contexte actuel.
L’immobilier est normalement 2 à 3 points au-dessus des rendements sans risque proche de 0 pour tenir compte de ses contraintes (liquidité, fiscalité,...)
Si les placements sans risque étaient à 5%, l’immobilier devrait plutôt être 9-10%. Les rendements sans risque sont en effet taxés à 0%, 17% ou 30% et l’immobilier souvent à 48%.
Donc fondamentalement, une forte baisse m’étonnerait dans le contexte actuel

ventadour
-+
-+
Messages : 2123
Enregistré le : 24 mai 2005, 21:38
Localisation : Paris 15

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3370 Message par ventadour » 30 juin 2020, 13:20

ParisIDF92 a écrit :J'ai regardé à Seloger le T1-T2 dans mon coin (Boulogne, Issy, St Cloud) et si je ne constate pas une baisse significative des prix, je constate que 1) l'offre est beaucoup plus importante, et surtout 2) il y a beaucoup plus d'appartements "décents".
Car bien sûr à Paris/IDF même à des prix élevés, la plupart des appartements ont des tares (pas d'ascenseur, cuisine/salle de bain ancienne, appart intérieur/sans lumière, vieux bâtiment avec des espaces communs mal entretenus...) Maintenant, il me semble que dans la fourchette de prix que je paie mon loyer, il y a beaucoup plus d'appartements "décents". Avant il était très difficile de trouver un appartement sans défaut à un prix décent.
Les appartements sans défaut devaient se vendre dès réception à des acheteurs déjà inscrits en agence, donc pas besoin d'annonce...

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10678
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3371 Message par Vincent92 » 30 juin 2020, 13:25

ventadour a écrit :
30 juin 2020, 13:20
ParisIDF92 a écrit :J'ai regardé à Seloger le T1-T2 dans mon coin (Boulogne, Issy, St Cloud) et si je ne constate pas une baisse significative des prix, je constate que 1) l'offre est beaucoup plus importante, et surtout 2) il y a beaucoup plus d'appartements "décents".
Car bien sûr à Paris/IDF même à des prix élevés, la plupart des appartements ont des tares (pas d'ascenseur, cuisine/salle de bain ancienne, appart intérieur/sans lumière, vieux bâtiment avec des espaces communs mal entretenus...) Maintenant, il me semble que dans la fourchette de prix que je paie mon loyer, il y a beaucoup plus d'appartements "décents". Avant il était très difficile de trouver un appartement sans défaut à un prix décent.
Les appartements sans défaut devaient se vendre dès réception à des acheteurs déjà inscrits en agence, donc pas besoin d'annonce...
Il y a toujours un "défaut" du point de vue de l'acheteur en général. Quand ce n'est pas sur les caractéristiques de l'appartement, c'est en général sur le prix 8) . Ou alors, cela peut arriver, le vendeur a vendu un poil en dessous du marché.
Si bien que ce n'est pas forcément les appartements offrants les meilleurs caractéristiques qui se vendent le plus vite.
Vendre des appartements sans mettre d'annonce n'a rien à voir avec les défauts d'un appartement à mon avis. C'est plutôt symptomatique d'un marché déséquilibré avec peu d'offres comparées à la demande.
Ignoré : Cagou780

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10678
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3372 Message par Vincent92 » 30 juin 2020, 17:11

Meilleursagents a mis son indicateur à jour. D'après eux, tout monte ce mois ci en IDF :

75 : +0,4% (+ 0.3% sur 3 mois)
77 : +0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
78 : + 0.3% (+ 0.4% sur 3 mois)
91 : + 0.4% (+ 0.5% sur 3 mois)
92: + 0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
93 : + 0.5% (+ 0.5% sur 3 mois)
94 : + 0.3% (+0,5% sur 3 mois)
95 : + 0.6% (+ 0.7% sur 3 mois)
Ignoré : Cagou780

jobserve75
Messages : 916
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3373 Message par jobserve75 » 30 juin 2020, 17:40

Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:11
Meilleursagents a mis son indicateur à jour. D'après eux, tout monte ce mois ci en IDF :

75 : +0,4% (+ 0.3% sur 3 mois)
77 : +0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
78 : + 0.3% (+ 0.4% sur 3 mois)
91 : + 0.4% (+ 0.5% sur 3 mois)
92: + 0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
93 : + 0.5% (+ 0.5% sur 3 mois)
94 : + 0.3% (+0,5% sur 3 mois)
95 : + 0.6% (+ 0.7% sur 3 mois)
Que représentent leurs statistiques par rapport au reste du marché et lui-même où en est-il dans ses volumes?
Si ce réseau représente 10-15% du marché local, leurs statistiques peuvent être jugées assez fiables mais je doute qu'il pèse autant.
je pense qu'il faudra toujours attendre la fin de l'année pour avoir des stat plus fiables des notaires

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10678
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3374 Message par Vincent92 » 30 juin 2020, 17:52

jobserve75 a écrit :
30 juin 2020, 17:40
Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:11
Meilleursagents a mis son indicateur à jour. D'après eux, tout monte ce mois ci en IDF :

75 : +0,4% (+ 0.3% sur 3 mois)
77 : +0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
78 : + 0.3% (+ 0.4% sur 3 mois)
91 : + 0.4% (+ 0.5% sur 3 mois)
92: + 0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
93 : + 0.5% (+ 0.5% sur 3 mois)
94 : + 0.3% (+0,5% sur 3 mois)
95 : + 0.6% (+ 0.7% sur 3 mois)
Que représentent leurs statistiques par rapport au reste du marché et lui-même où en est-il dans ses volumes?
Si ce réseau représente 10-15% du marché local, leurs statistiques peuvent être jugées assez fiables mais je doute qu'il pèse autant.
je pense qu'il faudra toujours attendre la fin de l'année pour avoir des stat plus fiables des notaires
Oui, c'est sûr que les notaires sont plus fiables. Surtout lorsque c'est labellisé Notaires-INSEE. Ceci dit, c'est tout de même un des indicateurs que je suis car je ne le trouve pas trop mauvais. Et cela permet d'avoir une indication plus rapidement.
Vu que je le mets presque tous les mois depuis x années, on ne peut pas dire que je choisis mes sources en fonction de ce qui m'arrange.
Par ailleurs, les notaires disent la même chose qu'eux ce mois ci concernant les prix.
Bref, pour le moment, tout porte à croire que tout va bien sur le marché. On peut même dire que les prix semblent en hausse. A voir à la rentrée si c'est pareil.
Personnellement, vu que je viens de trouver un acheteur pour mon appartement, je n'ai évident rien contre le fait d'avoir vendu au plus haut et qu'une baisse des prix commence le mois prochain. Mais cela ne sert à rien de faire l'autruche pour autant car ce n'est pas du tout ce que montre les indicateurs pour le moment.
Ignoré : Cagou780

supermascotte
Messages : 284
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3375 Message par supermascotte » 30 juin 2020, 18:24

Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:11
Meilleursagents a mis son indicateur à jour. D'après eux, tout monte ce mois ci en IDF :

75 : +0,4% (+ 0.3% sur 3 mois)
77 : +0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
78 : + 0.3% (+ 0.4% sur 3 mois)
91 : + 0.4% (+ 0.5% sur 3 mois)
92: + 0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
93 : + 0.5% (+ 0.5% sur 3 mois)
94 : + 0.3% (+0,5% sur 3 mois)
95 : + 0.6% (+ 0.7% sur 3 mois)
Tiens c'est étrange, tu ne nous donnes pas le baromètre meilleursagents dans son intégralité avec le lien qui va avec?

https://www.meilleursagents.com/wikimmo ... ompe-oeil/
Marché immobilier : une euphorie en trompe-l’œil

+35% de transactions par rapport à l’année dernière

Ça continue ! L’augmentation sans précédent du volume de transactions observée dans les premières semaines suivant le déconfinement s’est poursuivie tout au long du mois de juin. Au point, en ce début d’été, d’afficher un niveau d’activité en hausse de 35% par rapport à la même période l’année dernière qui était déjà exceptionnelle en termes de volume de ventes.

Ce redémarrage en trombe des transactions se révèle d’autant plus significatif car il ne s’explique plus seulement par un phénomène de rattrapage du marché lié à la signature définitive des opérations initiées avant le 17 mars. En effet, l’équipe scientifique de Meilleurs Agents constate aujourd’hui l’arrivée de nouveaux projets avec un nombre important de nouvelles annonces mises en ligne qui est d’ailleurs nettement plus élevé pour cette époque de l’année qu’en 2019.

Qu’il s’agisse donc pour les particuliers de concrétiser rapidement une envie de changement mûrement réfléchie ou de réussir, comme à chaque fin de printemps, à boucler leur transaction afin de déménager pour la rentrée scolaire, cet empressement à mener à bien leur projet témoigne d’un regain de confiance. Ainsi, 72%* des vendeurs et des acheteurs interrogés courant juin se déclarent sereins face à l’avenir, soit 7%* de plus qu’au plus fort de la crise sanitaire.

Une poussée des prix inattendue

C’est LA surprise post-confinement. Alors qu’il y a un mois et demi les acheteurs anticipaient une baisse des prix de l’ordre de 10%*dès la remise en marche du marché, il n’en est rien. Si entre le 17 mars et le 11 mai, les perceptions des prix des vendeurs et acheteurs divergeaient fortement, ce gouffre s’est rapidement refermé. Ainsi, poussés par l’envie de reprendre immédiatement leur projet immobilier, les candidats à l’achat n’ont pas attendu un hypothétique recul des tarifs de la pierre pour se lancer.

Écart moyen entre le prix perçu par les particuliers et le prix issu de l’estimation Meilleurs Agents
Le marché repart en avant sur les mêmes bases tarifaires qu’avant la crise du coronavirus. Ce retour à la normale témoigne encore une fois de la confiance retrouvée des particuliers. Conséquence, contrairement aux attentes, les prix sont orientés à la hausse. Et ce, dans tout l’Hexagone. Si Paris et les dix plus grandes villes de France font toujours la course en tête (+0,4% en un mois), les zones rurales, d’habitude moins sujettes aux variations, les talonnent de près (+0,3%).

A raison de 0,8% de hausse, Lille enregistre la plus forte augmentation du mois suivie de près par Lyon et Nice (+0,7% chacune). Seules exceptions à cette nouvelle poussée tarifaire, Montpellier et Strasbourg dont les prix n’ont pas bougé depuis notre dernier baromètre.

La prudence s’impose

Impressionnant, ce rebond du marché tant en termes de volume de transactions que d’évolution des prix doit cependant être regardé avec prudence. Il est légitime de s’interroger quant au développement de la situation économique une fois levés les filets de sécurité mis en place au plus fort de la crise du Covid-19. De fait, de nombreuses entreprises annoncent d’ores et déjà des plans sociaux alors que les prêts garantis par l’Etat et le chômage partiel sont toujours d’actualité. La Banque de France elle-même ne cache pas sa préoccupation quant aux contrecoups de ce choc sans précédent. Selon ses dernières projections publiées courant juin, le taux de chômage dans l’Hexagone pourrait rapidement augmenter dans les trimestres à venir pour atteindre la barre des 11,5% à la mi-2021, soit environ 1 million de chômeurs en plus.

Il est fort à craindre que, combinée à un resserrement des conditions de crédit, cette envolée du chômage entraîne dans un futur proche une baisse de la demande solvable. Laquelle devrait à son tour affecter durablement le marché immobilier car aucune catégorie professionnelle ne sera épargnée par ce phénomène. Si le dynamisme actuel du marché atteste donc pour le moment d’une certaine fluidité des échanges avec un rapport acquéreurs/vendeurs encore équilibré, des résistances pourraient en revanche survenir dès l’automne. En effet, on constate que les vendeurs déclarent une intention de reprise plus rapide de leur projet de vente (42% dans les deux mois à venir) comparés aux projets des acquéreurs (24% d’ici deux mois). A cet égard, notre Indicateur de Tension Immobilière (ITI) indique déjà une contraction du nombre d’acheteurs dont les effets devraient se faire sentir dans les mois à venir. Ainsi, Lyon et Rennes ne comptent plus respectivement que 7% et 9% d’acquéreurs de plus que de vendeurs contre 16% et 27% avant le confinement. Même chose à Paris où cette proportion a chuté de 23% à 14% en seulement quatre mois.

Une augmentation homogène sur l’ensemble des territoires

Sans pour autant parler de retournement du marché immobilier, ces différentes alertes sur les fondamentaux du marché immobilier devraient mécaniquement tasser l’euphorie actuelle. L’automne nous apportera quelques éléments de réponse sur l’orientation du marché tant sur les volumes que sur les prix selon les territoires.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10678
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3376 Message par Vincent92 » 30 juin 2020, 18:29

supermascotte a écrit :
30 juin 2020, 18:24
Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:11
Meilleursagents a mis son indicateur à jour. D'après eux, tout monte ce mois ci en IDF :

75 : +0,4% (+ 0.3% sur 3 mois)
77 : +0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
78 : + 0.3% (+ 0.4% sur 3 mois)
91 : + 0.4% (+ 0.5% sur 3 mois)
92: + 0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
93 : + 0.5% (+ 0.5% sur 3 mois)
94 : + 0.3% (+0,5% sur 3 mois)
95 : + 0.6% (+ 0.7% sur 3 mois)
Tiens c'est étrange, tu ne nous donnes pas le baromètre meilleursagents dans son intégralité avec le lien qui va avec?
Tu t'enflammes pour rien. Si je ne l'ai pas mis (et je le mets quasiment tous les mois) c'est simplement que je n'avais vu qu'il était sorti. Encore une fois, une fois le délais de rétraction passé, je serais quasiment plus acheteur net mais acheteur tout court. Donc bon... je ne cherche pas à cacher des informations.
Par ailleurs, j'ai moi même fait preuve de prudence en indiquant qu'il faudrait attendre la rentrée (septembre) dans mon message précédent.
Ceci dit, concrètement, d'après les indicateurs, le marché va parfaitement bien en terme de prix pour le moment.
Mais merci pour l'article (éviter de le mettre en entier car c'est interdit sur le forum).
Modifié en dernier par Vincent92 le 30 juin 2020, 22:19, modifié 3 fois.
Ignoré : Cagou780

Indécis
~~+
~~+
Messages : 8341
Enregistré le : 19 mars 2009, 19:43

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3377 Message par Indécis » 30 juin 2020, 18:35

Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:52
Personnellement, vu que je viens de trouver un acheteur pour mon appartement, je n'ai évident rien contre le fait d'avoir vendu au plus haut et qu'une baisse des prix commence le mois prochain. Mais cela ne sert à rien de faire l'autruche pour autant car ce n'est pas du tout ce que montre les indicateurs pour le moment.
Félicitations !
Vas-tu prendre une location au minimum pour le temps d'acheter quelque chose d'autre ?
vpl : "OUI les migrants violent beaucoup plus que les suédois".
vpl : "Indécis et Zoumana, je fais suivre vos messages à la DCRI, au service qui s'occupe des prédicateurs radicaux".

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10678
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3378 Message par Vincent92 » 30 juin 2020, 18:38

Indécis a écrit :
30 juin 2020, 18:35
Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:52
Personnellement, vu que je viens de trouver un acheteur pour mon appartement, je n'ai évident rien contre le fait d'avoir vendu au plus haut et qu'une baisse des prix commence le mois prochain. Mais cela ne sert à rien de faire l'autruche pour autant car ce n'est pas du tout ce que montre les indicateurs pour le moment.
Félicitations !
Vas-tu prendre une location au minimum pour le temps d'acheter quelque chose d'autre ?
Merci. J'attends d'abord la fin du délais de rétraction. Mais c'est une vraie question car je ne connais pas bien les villes prospectées.
Nous allons déjà aller voir "en vrai" les différentes villes pour avoir une idée plus précise. Commencer à regarder les annonces, essayer d'avoir une tendance, etc...
S'il y a des doutes (sur la dynamique des prix/sur la ville/sur le quartier/...) nous prendrons probablement une location dans un premier temps. De toute facon, la signature devrait se faire dans ~3 mois si tout va bien et l'on ne va pas acheter avant. Cela nous laisse donc du temps pour réfléchir.
Ignoré : Cagou780

Indécis
~~+
~~+
Messages : 8341
Enregistré le : 19 mars 2009, 19:43

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3379 Message par Indécis » 30 juin 2020, 18:41

Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 18:38
Indécis a écrit :
30 juin 2020, 18:35
Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:52
Personnellement, vu que je viens de trouver un acheteur pour mon appartement, je n'ai évident rien contre le fait d'avoir vendu au plus haut et qu'une baisse des prix commence le mois prochain. Mais cela ne sert à rien de faire l'autruche pour autant car ce n'est pas du tout ce que montre les indicateurs pour le moment.
Félicitations !
Vas-tu prendre une location au minimum pour le temps d'acheter quelque chose d'autre ?
Merci, j'attends d'abord la fin du délais de rétraction. Mais c'est une vraie question car je ne connais pas bien les villes prospectées.
Nous allons déjà aller voir "en vrai" les différentes villes pour avoir une idée plus précise. Commencer à regarder les annonces, essayer d'avoir une tendance, etc...
S'il y a des doutes (sur la dynamique des prix/sur la ville/sur le quartier/...) nous prendrons probablement une location dans un premier temps. De toute facon, la signature devrait se faire dans ~3 mois si tout va bien et l'on ne va pas acheter avant.
Effectivement, c'est plus sage !
vpl : "OUI les migrants violent beaucoup plus que les suédois".
vpl : "Indécis et Zoumana, je fais suivre vos messages à la DCRI, au service qui s'occupe des prédicateurs radicaux".

jobserve75
Messages : 916
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3380 Message par jobserve75 » 30 juin 2020, 21:34

Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:52
jobserve75 a écrit :
30 juin 2020, 17:40
Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:11
Meilleursagents a mis son indicateur à jour. D'après eux, tout monte ce mois ci en IDF :

75 : +0,4% (+ 0.3% sur 3 mois)
77 : +0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
78 : + 0.3% (+ 0.4% sur 3 mois)
91 : + 0.4% (+ 0.5% sur 3 mois)
92: + 0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
93 : + 0.5% (+ 0.5% sur 3 mois)
94 : + 0.3% (+0,5% sur 3 mois)
95 : + 0.6% (+ 0.7% sur 3 mois)
Que représentent leurs statistiques par rapport au reste du marché et lui-même où en est-il dans ses volumes?
Si ce réseau représente 10-15% du marché local, leurs statistiques peuvent être jugées assez fiables mais je doute qu'il pèse autant.
je pense qu'il faudra toujours attendre la fin de l'année pour avoir des stat plus fiables des notaires
Oui, c'est sûr que les notaires sont plus fiables. Surtout lorsque c'est labellisé Notaires-INSEE. Ceci dit, c'est tout de même un des indicateurs que je suis car je ne le trouve pas trop mauvais. Et cela permet d'avoir une indication plus rapidement.
Vu que je le mets presque tous les mois depuis x années, on ne peut pas dire que je choisis mes sources en fonction de ce qui m'arrange.
Par ailleurs, les notaires disent la même chose qu'eux ce mois ci concernant les prix.
Bref, pour le moment, tout porte à croire que tout va bien sur le marché. On peut même dire que les prix semblent en hausse. A voir à la rentrée si c'est pareil.
Personnellement, vu que je viens de trouver un acheteur pour mon appartement, je n'ai évident rien contre le fait d'avoir vendu au plus haut et qu'une baisse des prix commence le mois prochain. Mais cela ne sert à rien de faire l'autruche pour autant car ce n'est pas du tout ce que montre les indicateurs pour le moment.
Selon moi, le fait que les prix augmentent avec +35% de demande en plus n'est pas révélateur à long terme comme ceux qui ont indiqué que l'offre avait bondi de 40%. Ce n'est qu'un rattrapage de 2 mois de confinement.
Une chose est certaine : si les prix augmentent, la politique de la BCE y est pour beaucoup. Le rendement financier de tous les actifs baisse augmentant la bulle spéculative.
Les riches continuent de s'enrichir. Voilà ce que nous pouvons constater.
Mais le plus inquiétant est que l'augmentation est globalisée sur le territoire. Quand ce n'est que Paris, cela représente une niche et le commun des mortels s'en fiche. Mais si la bulle atteint d'autres régions, c'est plus problématique.

Cagou780
Messages : 774
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3381 Message par Cagou780 » 30 juin 2020, 22:05

Vincent92 a écrit :
30 juin 2020, 17:11
Meilleursagents a mis son indicateur à jour. D'après eux, tout monte ce mois ci en IDF :

75 : +0,4% (+ 0.3% sur 3 mois)
77 : +0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
78 : + 0.3% (+ 0.4% sur 3 mois)
91 : + 0.4% (+ 0.5% sur 3 mois)
92: + 0.3% (+ 0.5% sur 3 mois)
93 : + 0.5% (+ 0.5% sur 3 mois)
94 : + 0.3% (+0,5% sur 3 mois)
95 : + 0.6% (+ 0.7% sur 3 mois)
+0.3 sur 3 mois. ça monte pas ! ça flambe :lol:

Et ça va tellement bien que le Président de la FNAIM demande à sauver l'immobilier et les AI...
https://www.mysweetimmo.com/2020/06/30/ ... a-reprise/
Habituellement, ces chiffres synthétiques occultent d’importantes disparités entre la capitale, les grandes métropoles régionales et les zones rurales. « Cette fois, il convient plutôt de souligner une amorce de rééquilibrage. La campagne et les petites localités ont commencé à enrayer leur baisse (0,7 % sur un an), alors que leur dégringolade, constante depuis dix ans (je suppose que c'est le genre d'élément que l'on retrouve dans les chiffres officiels depuis 10 ans), s’opérait jusqu’alors à un rythme autrement plus soutenu», précise Jean-Marc Torrollion, Président de la FNAIM....la crise sanitaire est venue s’ajouter à un cycle de mouvements sociaux, de grèves et de canicules. Cette accumulation de facteurs d’irritation peut-elle remettre en cause le dynamisme relatif des grandes villes ? En tout cas, un phénomène nouveau émerge, qui mérite d’être surveillé.
Mais que veut il dire ? :roll:

Indécis
~~+
~~+
Messages : 8341
Enregistré le : 19 mars 2009, 19:43

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3382 Message par Indécis » 01 juil. 2020, 09:49

Immobilier : les prix flambent dans la plupart des grandes villes
https://www.capital.fr/immobilier/immob ... tinale-eco
Rennes, Nantes, Dijon, Lille, Toulouse : dans la plupart des grandes villes régionales, les prix continuent de grimper... malgré la crise épidémique.

On ne connaît pas encore tous les effets du confinement sur les prix de l’immobilier. Mais une chose est sûre : sur un an, la plupart des grandes capitales régionales ont connu une forte augmentation de leurs tarifs. Selon la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim), sur les dix plus grandes villes du pays (hors Paris), l’envolée a atteint 4,4% en moyenne. Parmi les villes où l’inflation est la plus forte : Rennes, dont le prix du mètre carré a augmenté en moyenne de 6,5% en douze mois ; Paris (+6,4%), et surtout Toulouse, qui enregistre 8,4% de hausse sur un an !

“La plupart des professionnels que nous avons interrogés tablent sur une stabilité des prix dans les six prochains mois”, rapporte Jean-Marc Torrollion, le président de la Fnaim. Bref : malgré le confinement, la baisse des prix qu’auraient éventuellement pu espérer certains acheteurs n’a pas encore été constatée dans les grandes villes. A l’opposé, dans les zones rurales, les prix ont baissé en moyenne 0,7% sur un an.

Néanmoins, toutes les villes ne sont pas logées à la même enseigne. A Rouen, par exemple, la Fnaim enregistre des prix de ventes en baisse de 0,4% en moyenne sur ces douze mois. Le même constat de baisse s’établit aussi à Caen (-0,1% sur douze mois), ou au Mans (-2,3%). La hausse des prix a également été contenue à Mulhouse (+0,4% en moyenne sur un an), Grenoble (+0,5%) ou encore Montpellier (+1,3%).
vpl : "OUI les migrants violent beaucoup plus que les suédois".
vpl : "Indécis et Zoumana, je fais suivre vos messages à la DCRI, au service qui s'occupe des prédicateurs radicaux".

Avatar du membre
krachboom
+
+
Messages : 2625
Enregistré le : 18 sept. 2008, 10:22

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3383 Message par krachboom » 01 juil. 2020, 10:23

comme quoi pour Toulouse Airbus a un impact limité sur la vie éco !

Avatar du membre
lecriminel
~~+
~~+
Messages : 21913
Enregistré le : 01 oct. 2005, 20:34

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3384 Message par lecriminel » 01 juil. 2020, 10:25

jobserve75 a écrit :
30 juin 2020, 21:34
Une chose est certaine : si les prix augmentent, la politique de la BCE y est pour beaucoup. Le rendement financier de tous les actifs baisse augmentant la bulle spéculative.
Les riches continuent de s'enrichir. Voilà ce que nous pouvons constater.
Mais le plus inquiétant est que l'augmentation est globalisée sur le territoire. Quand ce n'est que Paris, cela représente une niche et le commun des mortels s'en fiche. Mais si la bulle atteint d'autres régions, c'est plus problématique.
bien sûr, si des milliards sont déversés et que 95% des gens n'en voient pas la couleur (enfin il y en a malgré tout une partie cette fois-ci avec le chomage partiel), les riches s'enrichissent. C'est de qui est attendu quand ils payent pour l'élection d'un complice.
Au niveau immobilier, on peut imaginer que ce sont des biens de meilleure qualité qui leur sont vendus, continuant l'effet qualité, comme ce fut le cas à Bordeaux (l'arrivée de parisiens avait fait augmenter le prix officiel de 20% avant de très légèrement se tasser). On peut aussi imaginer qu'ayant déjà un bien à Paris (entre autres), en province leur marché de prédilection sera moins genant pour le reste de la population type Megève, Alpilles, Saint Tropez, La Baule.
Si t'as un couple qui gagne 6000 euros par mois et un apport de 100 K€, il y a moyen d'acheter un bien de 500 k€ en étant au taquet. C'est un beau trois pièces en petite couronne. Pourquoi tu trouves ça drôle ?

Cagou780
Messages : 774
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3385 Message par Cagou780 » 01 juil. 2020, 10:56

krachboom a écrit :
01 juil. 2020, 10:23
comme quoi pour Toulouse Airbus a un impact limité sur la vie éco !
C'est une escroquerie : ça commence par "les prix continuent de grimper... malgré la crise épidémique". Très bien. Et ils donnent les prix.... sur un an :lol: Tout en sachant que les ventes de juin sont des compromis d'il y a 3 mois voir plus avec le covid :lol: :lol: :lol:
ça continue avec les prix vont se stabiliser sur les six prochain mois... Etonnant avec la reprise en fanfare mais bon...
ça fini par les prix ont baissé en zone rural sur un an.

La FNAIM sort ce genre de truc et en même temps pleure pour avoir un plan de soutien pour l'immobilier. C'est pathétique. ça me donnerait presque envie de leur envoyer un chèque de 10 euros.

C'est du même niveau que le graph de "reprise" fait par les notaire d'iDF à base de compromis datant de mars ou d'avant. Une honte.

jobserve75
Messages : 916
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3386 Message par jobserve75 » 01 juil. 2020, 12:06

Cagou780 a écrit :
01 juil. 2020, 10:56
krachboom a écrit :
01 juil. 2020, 10:23
comme quoi pour Toulouse Airbus a un impact limité sur la vie éco !
C'est une escroquerie : ça commence par "les prix continuent de grimper... malgré la crise épidémique". Très bien. Et ils donnent les prix.... sur un an :lol: Tout en sachant que les ventes de juin sont des compromis d'il y a 3 mois voir plus avec le covid :lol: :lol: :lol:
ça continue avec les prix vont se stabiliser sur les six prochain mois... Etonnant avec la reprise en fanfare mais bon...
ça fini par les prix ont baissé en zone rural sur un an.

La FNAIM sort ce genre de truc et en même temps pleure pour avoir un plan de soutien pour l'immobilier. C'est pathétique. ça me donnerait presque envie de leur envoyer un chèque de 10 euros.

C'est du même niveau que le graph de "reprise" fait par les notaire d'iDF à base de compromis datant de mars ou d'avant. Une honte.
Le gros problème est que les constats des agents immobiliers sur les ventes de juin vont dans le sens d’une augmentation.
Je pense plutôt à un effet bulle spéculative (valeur refuge, sécurité, Etc...). Mais ces augmentations qui peuvent être importantes sont limitées dans la durée. Soit ça pète comme en 1991, soit ça se dégonfle lentement comme en 2012-2016, soit l’inflation viendra gommer tout cela.

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10678
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3387 Message par Vincent92 » 01 juil. 2020, 12:09

jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 12:06
Le gros problème est que les constats des agents immobiliers sur les ventes de juin vont dans le sens d’une augmentation.
Je pense plutôt à un effet bulle spéculative (valeur refuge, sécurité, Etc...). Mais ces augmentations qui peuvent être importantes sont limitées dans la durée. Soit ça pète comme en 1991, soit ça se dégonfle lentement comme en 2012-2016, soit l’inflation viendra gommer tout cela.
Si les gens achètent parce que cela leur apporte de la sécurité et que c'est un refuge, ce n'est au contraire pas spéculatif. La valeur spéculative est une valeur qu'on achète principalement parce qu'elle augmente.
A noter que les volumes de ventes sont chaque année assez élevées en Juin. Le marché immobilier est aussi saisonnier. La poussière peut très bien retomber par la suite (ou pas).
Tout le monde dit que les ventes sont élevées ce mois ci. Il n'y a que Cagou780 pour dire l'inverse. Je ne sais pas s'il est de nature contrariante ou s'il est acheteur et donc cela l'énerve. Mais, à un moment, il faut arrêter d'aller chercher le mot qui si on l’interpréte comme ci ou comme ca c'est "moins mieux" qu'ils le disent. Cela ne sert à rien de faire l'autruche.
Ignoré : Cagou780

jobserve75
Messages : 916
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3388 Message par jobserve75 » 01 juil. 2020, 12:38

Vincent92 a écrit :
01 juil. 2020, 12:09
jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 12:06
Le gros problème est que les constats des agents immobiliers sur les ventes de juin vont dans le sens d’une augmentation.
Je pense plutôt à un effet bulle spéculative (valeur refuge, sécurité, Etc...). Mais ces augmentations qui peuvent être importantes sont limitées dans la durée. Soit ça pète comme en 1991, soit ça se dégonfle lentement comme en 2012-2016, soit l’inflation viendra gommer tout cela.
Si les gens achètent parce que cela leur apporte de la sécurité et que c'est un refuge, ce n'est au contraire pas spéculatif. La valeur spéculative est une valeur qu'on achète principalement parce qu'elle augmente.
A noter que les volumes de ventes sont chaque année assez élevées en Juin. Le marché immobilier est aussi saisonnier. La poussière peut très bien retomber par la suite (ou pas).
Tout le monde dit que les ventes sont élevées ce mois ci. Il n'y a que Cagou780 pour dire l'inverse. Je ne sais pas s'il est de nature contrariante ou s'il est acheteur et donc cela l'énerve. Mais, à un moment, il faut arrêter d'aller chercher le mot qui si on l’interpréte comme ci ou comme ca c'est "moins mieux" qu'ils le disent. Cela ne sert à rien de faire l'autruche.
Acheter pour une valeur d’usage, OK
Acheter pour un rendement financier, OK. Et le rendement du marché parisien n’est pas si déconnant dans le contexte actuel
Les valeurs d’usage et financière sont d’ailleurs fortement intriquées.
Mais acheter pour une valeur refuge, non. C’est une bulle quand cette valeur dépasse la valeur d’usage et la valeur financière.
C’est comme l’or qui monte. A un moment, il descendra.

Avatar du membre
cashisking
~~+
~~+
Messages : 13695
Enregistré le : 20 mai 2005, 20:42
Localisation : Ile de France Ouest

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3389 Message par cashisking » 01 juil. 2020, 12:49

jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 12:38
Acheter pour une valeur d’usage, OK
Voilà. Y'a que que sur ce forum de findumondistes qu'on ne comprend pas pourquoi tout ne s'écroule pas tout le temps, mais dans la vraie vie les gens avancent et achètent des logements.

supermascotte
Messages : 284
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3390 Message par supermascotte » 01 juil. 2020, 19:15

Vincent92 a écrit :
01 juil. 2020, 12:09
jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 12:06
Le gros problème est que les constats des agents immobiliers sur les ventes de juin vont dans le sens d’une augmentation.
Je pense plutôt à un effet bulle spéculative (valeur refuge, sécurité, Etc...). Mais ces augmentations qui peuvent être importantes sont limitées dans la durée. Soit ça pète comme en 1991, soit ça se dégonfle lentement comme en 2012-2016, soit l’inflation viendra gommer tout cela.
Si les gens achètent parce que cela leur apporte de la sécurité et que c'est un refuge, ce n'est au contraire pas spéculatif. La valeur spéculative est une valeur qu'on achète principalement parce qu'elle augmente.
A noter que les volumes de ventes sont chaque année assez élevées en Juin. Le marché immobilier est aussi saisonnier. La poussière peut très bien retomber par la suite (ou pas).
Tout le monde dit que les ventes sont élevées ce mois ci. Il n'y a que Cagou780 pour dire l'inverse. Je ne sais pas s'il est de nature contrariante ou s'il est acheteur et donc cela l'énerve. Mais, à un moment, il faut arrêter d'aller chercher le mot qui si on l’interpréte comme ci ou comme ca c'est "moins mieux" qu'ils le disent. Cela ne sert à rien de faire l'autruche.
Faux. L'or, le bitcoin sont intrinsèquement des valeurs refuges. Ca fait l'objet de spéculation et ça peut même être victime de bulle.

Et acheter quelque chose parce que c'est quelque chose que tu considères comme étant une valeur refuge, c'est la définition même de la spéculation. La spéculation c'est bien le fait de prévoir quelque chose et d'agir en conséquence pour en tirer un bénéfice. Si tu achètes un parapluie parce que tu prévois qu'il va pleuvoir c'est de la spéculation. En d'autres termes, il n'y a pas grand chose qui ne soit pas sujet à spéculation.

La GRANDE question c'est de savoir si le marché immobilier est dans une bulle ou non. Il y a bulle à partir du moment où la logique de formation des prix devient essentiellement « auto-référentielle » et où le raisonnement d'arbitrage entre les différents actifs ne s'applique plus : un prix démesurément élevé aujourd'hui se justifie uniquement par la croyance qu'il sera « plus élevé demain », alors que la comparaison avec les prix d'autres actifs ne peut le justifier.

Cette définition wikipédia décrit parfaitement les prix de l'immobilier parisien. Actuellement les acheteurs sur le marché immobilier parisien ne s'interrogent pas pour savoir si le prix du bien immobilier qu'ils achètent vaut vraiment le prix qu'ils y mettent et l'usage qu'ils en font. La seule raison fondamentale pour laquelle ils achètent, c'est parce qu'ils sont persuadés que demain, ils pourront revendre leur bien plus cher.

jobserve75
Messages : 916
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3391 Message par jobserve75 » 01 juil. 2020, 20:25

supermascotte a écrit :
01 juil. 2020, 19:15
Vincent92 a écrit :
01 juil. 2020, 12:09
jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 12:06
Le gros problème est que les constats des agents immobiliers sur les ventes de juin vont dans le sens d’une augmentation.
Je pense plutôt à un effet bulle spéculative (valeur refuge, sécurité, Etc...). Mais ces augmentations qui peuvent être importantes sont limitées dans la durée. Soit ça pète comme en 1991, soit ça se dégonfle lentement comme en 2012-2016, soit l’inflation viendra gommer tout cela.
Si les gens achètent parce que cela leur apporte de la sécurité et que c'est un refuge, ce n'est au contraire pas spéculatif. La valeur spéculative est une valeur qu'on achète principalement parce qu'elle augmente.
A noter que les volumes de ventes sont chaque année assez élevées en Juin. Le marché immobilier est aussi saisonnier. La poussière peut très bien retomber par la suite (ou pas).
Tout le monde dit que les ventes sont élevées ce mois ci. Il n'y a que Cagou780 pour dire l'inverse. Je ne sais pas s'il est de nature contrariante ou s'il est acheteur et donc cela l'énerve. Mais, à un moment, il faut arrêter d'aller chercher le mot qui si on l’interpréte comme ci ou comme ca c'est "moins mieux" qu'ils le disent. Cela ne sert à rien de faire l'autruche.
Faux. L'or, le bitcoin sont intrinsèquement des valeurs refuges. Ca fait l'objet de spéculation et ça peut même être victime de bulle.

Et acheter quelque chose parce que c'est quelque chose que tu considères comme étant une valeur refuge, c'est la définition même de la spéculation. La spéculation c'est bien le fait de prévoir quelque chose et d'agir en conséquence pour en tirer un bénéfice. Si tu achètes un parapluie parce que tu prévois qu'il va pleuvoir c'est de la spéculation. En d'autres termes, il n'y a pas grand chose qui ne soit pas sujet à spéculation.

La GRANDE question c'est de savoir si le marché immobilier est dans une bulle ou non. Il y a bulle à partir du moment où la logique de formation des prix devient essentiellement « auto-référentielle » et où le raisonnement d'arbitrage entre les différents actifs ne s'applique plus : un prix démesurément élevé aujourd'hui se justifie uniquement par la croyance qu'il sera « plus élevé demain », alors que la comparaison avec les prix d'autres actifs ne peut le justifier.

Cette définition wikipédia décrit parfaitement les prix de l'immobilier parisien. Actuellement les acheteurs sur le marché immobilier parisien ne s'interrogent pas pour savoir si le prix du bien immobilier qu'ils achètent vaut vraiment le prix qu'ils y mettent et l'usage qu'ils en font. La seule raison fondamentale pour laquelle ils achètent, c'est parce qu'ils sont persuadés que demain, ils pourront revendre leur bien plus cher.
Entièrement d'accord avec votre définition de la bulle.
Je le suis un peu moins sur la déconnexion des prix parisiens avec d'autres actifs. 3% de rendement locatif comparés à 0,5% de rendement dans du sécurisé (livrets bancaires, assurance vie net d'impôts) n'est pas si déconnant. c'est d'ailleurs l'une des principales raisons de l'augmentation de la pierre parisienne ces dernières années.
Le rendement locatif sur Paris était beaucoup plus bullesque en 1991 malgré ses 5%. En comparaison, des placements sur des bons du Trésor pouvaient rapporter 2 points de plus.

Cagou780
Messages : 774
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3392 Message par Cagou780 » 01 juil. 2020, 20:32

Vincent92 a écrit :
01 juil. 2020, 12:09
jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 12:06
Le gros problème est que les constats des agents immobiliers sur les ventes de juin vont dans le sens d’une augmentation.
Je pense plutôt à un effet bulle spéculative (valeur refuge, sécurité, Etc...). Mais ces augmentations qui peuvent être importantes sont limitées dans la durée. Soit ça pète comme en 1991, soit ça se dégonfle lentement comme en 2012-2016, soit l’inflation viendra gommer tout cela.
Si les gens achètent parce que cela leur apporte de la sécurité et que c'est un refuge, ce n'est au contraire pas spéculatif. La valeur spéculative est une valeur qu'on achète principalement parce qu'elle augmente.
A noter que les volumes de ventes sont chaque année assez élevées en Juin. Le marché immobilier est aussi saisonnier. La poussière peut très bien retomber par la suite (ou pas).
Tout le monde dit que les ventes sont élevées ce mois ci. Il n'y a que Cagou780 pour dire l'inverse. Je ne sais pas s'il est de nature contrariante ou s'il est acheteur et donc cela l'énerve. Mais, à un moment, il faut arrêter d'aller chercher le mot qui si on l’interpréte comme ci ou comme ca c'est "moins mieux" qu'ils le disent. Cela ne sert à rien de faire l'autruche.
Je dit juste que les vente du mois de juin c'est des compromis d'avant crise en raison du confinement. Ce n'est pas des compromis d'après 11 mai. Impossible. C'est tout.
Mais quand on voit des compromis dans un graph relatif à des ventes on ne peut pas comprendre. :roll: c'est sûr.

Avatar du membre
roi.de.trefle
-+
-+
Messages : 2323
Enregistré le : 14 févr. 2008, 08:55
Localisation : La-Varenne-Saint-Hilaire

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3393 Message par roi.de.trefle » 01 juil. 2020, 20:48

Cagou780 a écrit :
01 juil. 2020, 20:32
Je dit juste que les vente du mois de juin c'est des compromis d'avant crise en raison du confinement.
Je te soutiens on y verra plus clair en septembre/octobre
Sursum corda

supermascotte
Messages : 284
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3394 Message par supermascotte » 01 juil. 2020, 21:37

jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 20:25
supermascotte a écrit :
01 juil. 2020, 19:15
Vincent92 a écrit :
01 juil. 2020, 12:09
jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 12:06
Le gros problème est que les constats des agents immobiliers sur les ventes de juin vont dans le sens d’une augmentation.
Je pense plutôt à un effet bulle spéculative (valeur refuge, sécurité, Etc...). Mais ces augmentations qui peuvent être importantes sont limitées dans la durée. Soit ça pète comme en 1991, soit ça se dégonfle lentement comme en 2012-2016, soit l’inflation viendra gommer tout cela.
Si les gens achètent parce que cela leur apporte de la sécurité et que c'est un refuge, ce n'est au contraire pas spéculatif. La valeur spéculative est une valeur qu'on achète principalement parce qu'elle augmente.
A noter que les volumes de ventes sont chaque année assez élevées en Juin. Le marché immobilier est aussi saisonnier. La poussière peut très bien retomber par la suite (ou pas).
Tout le monde dit que les ventes sont élevées ce mois ci. Il n'y a que Cagou780 pour dire l'inverse. Je ne sais pas s'il est de nature contrariante ou s'il est acheteur et donc cela l'énerve. Mais, à un moment, il faut arrêter d'aller chercher le mot qui si on l’interpréte comme ci ou comme ca c'est "moins mieux" qu'ils le disent. Cela ne sert à rien de faire l'autruche.
Faux. L'or, le bitcoin sont intrinsèquement des valeurs refuges. Ca fait l'objet de spéculation et ça peut même être victime de bulle.

Et acheter quelque chose parce que c'est quelque chose que tu considères comme étant une valeur refuge, c'est la définition même de la spéculation. La spéculation c'est bien le fait de prévoir quelque chose et d'agir en conséquence pour en tirer un bénéfice. Si tu achètes un parapluie parce que tu prévois qu'il va pleuvoir c'est de la spéculation. En d'autres termes, il n'y a pas grand chose qui ne soit pas sujet à spéculation.

La GRANDE question c'est de savoir si le marché immobilier est dans une bulle ou non. Il y a bulle à partir du moment où la logique de formation des prix devient essentiellement « auto-référentielle » et où le raisonnement d'arbitrage entre les différents actifs ne s'applique plus : un prix démesurément élevé aujourd'hui se justifie uniquement par la croyance qu'il sera « plus élevé demain », alors que la comparaison avec les prix d'autres actifs ne peut le justifier.

Cette définition wikipédia décrit parfaitement les prix de l'immobilier parisien. Actuellement les acheteurs sur le marché immobilier parisien ne s'interrogent pas pour savoir si le prix du bien immobilier qu'ils achètent vaut vraiment le prix qu'ils y mettent et l'usage qu'ils en font. La seule raison fondamentale pour laquelle ils achètent, c'est parce qu'ils sont persuadés que demain, ils pourront revendre leur bien plus cher.
Entièrement d'accord avec votre définition de la bulle.
Je le suis un peu moins sur la déconnexion des prix parisiens avec d'autres actifs. 3% de rendement locatif comparés à 0,5% de rendement dans du sécurisé (livrets bancaires, assurance vie net d'impôts) n'est pas si déconnant. c'est d'ailleurs l'une des principales raisons de l'augmentation de la pierre parisienne ces dernières années.
Le rendement locatif sur Paris était beaucoup plus bullesque en 1991 malgré ses 5%. En comparaison, des placements sur des bons du Trésor pouvaient rapporter 2 points de plus.
Non mais on peut pas comparer un investissement locatif avec un livret A ou une assurance vie juste sur la base du rendement. Un investissement locatif, c'est pas sans risque. Un locataire indélicat, une dégradation, un changement de fiscalité, une grosse baisse du marché... tu as des milliers de problèmes qui peuvent survenir et tout autant de te faire des cheveux blanc. Un investissement locatif ça peut aussi prendre du temps, parfois beaucoup de temps.

Et puis on peut pas comparer non plus des actifs qui n'ont pas du tout le même niveau de liquidité. De l'argent placé sur un livret A, c'est de l'argent que tu récupères quand tu veux. On peut pas en dire autant d'un bien immobilier.

Là en ce moment, le livret A ne rapporte pratiquement rien. Les assurances vie pas beaucoup plus et enregistrent une décollecte historique et bah pourtant, au regard de tout ce que j'ai énoncé au dessus, un investissement locatif avec un rendement de seulement 3%, c'est vraiment misérable.

PS: la raison pour laquelle l'immobilier locatif s'est relancé à Paris, c'est les locations courtes durées type Airbnb qui pour le coup offraient un rendement décent. Parce que franchement, désolé d'insister mais un rendement de 3% c'est vraiment pas fameux pour de l'immobilier locatif!!! Et ça me permet d'enchainer sur un aspect de la crise qu'on a un peu oublié, mais là actuellement, les hôtes airbnb à Paris, ils sont grave dans le caca parce que bonne chance pour espérer arriver à louer un studio airbnb cet été. :lol: :lol: :lol:

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 10678
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3395 Message par Vincent92 » 01 juil. 2020, 21:44

supermascotte a écrit :
01 juil. 2020, 21:37
jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 20:25
supermascotte a écrit :
01 juil. 2020, 19:15
Vincent92 a écrit :
01 juil. 2020, 12:09
Si les gens achètent parce que cela leur apporte de la sécurité et que c'est un refuge, ce n'est au contraire pas spéculatif. La valeur spéculative est une valeur qu'on achète principalement parce qu'elle augmente.
A noter que les volumes de ventes sont chaque année assez élevées en Juin. Le marché immobilier est aussi saisonnier. La poussière peut très bien retomber par la suite (ou pas).
Tout le monde dit que les ventes sont élevées ce mois ci. Il n'y a que Cagou780 pour dire l'inverse. Je ne sais pas s'il est de nature contrariante ou s'il est acheteur et donc cela l'énerve. Mais, à un moment, il faut arrêter d'aller chercher le mot qui si on l’interpréte comme ci ou comme ca c'est "moins mieux" qu'ils le disent. Cela ne sert à rien de faire l'autruche.
Faux. L'or, le bitcoin sont intrinsèquement des valeurs refuges. Ca fait l'objet de spéculation et ça peut même être victime de bulle.

Et acheter quelque chose parce que c'est quelque chose que tu considères comme étant une valeur refuge, c'est la définition même de la spéculation. La spéculation c'est bien le fait de prévoir quelque chose et d'agir en conséquence pour en tirer un bénéfice. Si tu achètes un parapluie parce que tu prévois qu'il va pleuvoir c'est de la spéculation. En d'autres termes, il n'y a pas grand chose qui ne soit pas sujet à spéculation.

La GRANDE question c'est de savoir si le marché immobilier est dans une bulle ou non. Il y a bulle à partir du moment où la logique de formation des prix devient essentiellement « auto-référentielle » et où le raisonnement d'arbitrage entre les différents actifs ne s'applique plus : un prix démesurément élevé aujourd'hui se justifie uniquement par la croyance qu'il sera « plus élevé demain », alors que la comparaison avec les prix d'autres actifs ne peut le justifier.

Cette définition wikipédia décrit parfaitement les prix de l'immobilier parisien. Actuellement les acheteurs sur le marché immobilier parisien ne s'interrogent pas pour savoir si le prix du bien immobilier qu'ils achètent vaut vraiment le prix qu'ils y mettent et l'usage qu'ils en font. La seule raison fondamentale pour laquelle ils achètent, c'est parce qu'ils sont persuadés que demain, ils pourront revendre leur bien plus cher.
Entièrement d'accord avec votre définition de la bulle.
Je le suis un peu moins sur la déconnexion des prix parisiens avec d'autres actifs. 3% de rendement locatif comparés à 0,5% de rendement dans du sécurisé (livrets bancaires, assurance vie net d'impôts) n'est pas si déconnant. c'est d'ailleurs l'une des principales raisons de l'augmentation de la pierre parisienne ces dernières années.
Le rendement locatif sur Paris était beaucoup plus bullesque en 1991 malgré ses 5%. En comparaison, des placements sur des bons du Trésor pouvaient rapporter 2 points de plus.
Non mais on peut pas comparer un investissement locatif avec un livret A ou une assurance vie juste sur la base du rendement. Un investissement locatif, c'est pas sans risque. Un locataire indélicat, une dégradation, un changement de fiscalité, une grosse baisse du marché... tu as des milliers de problèmes qui peuvent survenir et tout autant de te faire des cheveux blanc. Un investissement locatif ça peut aussi prendre du temps, parfois beaucoup de temps.

Et puis on peut pas comparer non plus des actifs qui n'ont pas du tout le même niveau de liquidité. De l'argent placé sur un livret A, c'est de l'argent que tu récupères quand tu veux. On peut pas en dire autant d'un bien immobilier.

Là en ce moment, le livret A ne rapporte pratiquement rien. Les assurances vie pas beaucoup plus et enregistrent une décollecte historique et bah pourtant, au regard de tout ce que j'ai énoncé au dessus, un investissement locatif avec un rendement de seulement 3%, c'est vraiment misérable.
Il y a aussi beaucoup d’acheteurs qui achètent pour se loger. Moins à Paris mais il suffit de faire quelques kilomètres au delà du périphérique pour que se soit souvent (cela dépend encore une fois des villes) la majorité des ventes.
A ce moment là, l’arbitrage n’est pas tout à fait le même puisque fiscalité différente et pas de risque autre qu’une baisse de prix (dont on peut faire assez facilement abstraction d’ailleurs si c’est pour du très long terme. Même si on préfère évidemment que son patrimoine soit valorisé et ne pas acheter avant une baisse).
Dans ce contexte, je dirais même qu’une liquidité extrême n’est pas nécessaire. Si on arrive à vendre en 6 mois, c’est souvent suffisant.
Pour finir une RP est un hybride entre un produit de consommation et un placement. Certains (comme toi) voient surtout le côté placement et d’autres le côté consommation. Un point de vue n’est pas meilleur qu’un autre d’ailleurs.
Ignoré : Cagou780

Cagou780
Messages : 774
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3396 Message par Cagou780 » 01 juil. 2020, 23:20

roi.de.trefle a écrit :
01 juil. 2020, 20:48
Cagou780 a écrit :
01 juil. 2020, 20:32
Je dit juste que les vente du mois de juin c'est des compromis d'avant crise en raison du confinement.
Je te soutiens on y verra plus clair en septembre/octobre
Oui. j'imagine que l'activité en juillet-août devrait être plus soutenue qu'à la normale.

Cagou780
Messages : 774
Enregistré le : 19 mars 2020, 05:01

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3397 Message par Cagou780 » 02 juil. 2020, 01:57

Il y a un peu d'espace commercial qui va libèrer sur Paris (et en IDF)
La filiale distribution de PSA fermera d’ici 2021 l’essentiel de ses concessions dans Paris et plusieurs autres dans les communes limitrophes. En cause des coûts d’exploitation impossibles à rentabiliser par les volumes de ventes....PSA Retail a annoncé mardi aux représentants du personnel lors d’un CSE central la fermeture de six concessions dans Paris intra-muros, à République, Nation, gare de l’Est, Alésia, Victor Hugo, Avenue d’Italie
https://www.autoactu.com/actualites/psa ... ntra-muros

Avec changement du mode de commercialisation
Pour palier l’éloignement, PSA Retail annonce le déploiement d’un ensemble de dispositifs avec la livraison à domicile ou sur le lieu de travail ("Pick-up and delivery"), le déploiement de la vidéo ("Vidéo Check by PSA Retail"), la généralisation des bornes et du paiement en ligne à l’après-vente pour le dépôt et reprise du véhicule 24/24 ("Self-Service Après-Vente 24/24") ainsi que l’élargissement des plages horaires d’ouverture de ses sites.
On va voir ce que va faire la concurrence. Quand je lis ça je doute vraiment que des institutionnels se précipitent pour investir actuellement dans l'immobilier (commercial) à Paris (ou ailleurs) alors qu'eux même doivent probablement réfléchir à réduire la voilure (banques notamment).

jobserve75
Messages : 916
Enregistré le : 12 juil. 2014, 18:44

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3398 Message par jobserve75 » 02 juil. 2020, 02:19

Cagou780 a écrit :
02 juil. 2020, 01:57
Il y a un peu d'espace commercial qui va libèrer sur Paris (et en IDF)
La filiale distribution de PSA fermera d’ici 2021 l’essentiel de ses concessions dans Paris et plusieurs autres dans les communes limitrophes. En cause des coûts d’exploitation impossibles à rentabiliser par les volumes de ventes....PSA Retail a annoncé mardi aux représentants du personnel lors d’un CSE central la fermeture de six concessions dans Paris intra-muros, à République, Nation, gare de l’Est, Alésia, Victor Hugo, Avenue d’Italie
https://www.autoactu.com/actualites/psa ... ntra-muros

Avec changement du mode de commercialisation
Pour palier l’éloignement, PSA Retail annonce le déploiement d’un ensemble de dispositifs avec la livraison à domicile ou sur le lieu de travail ("Pick-up and delivery"), le déploiement de la vidéo ("Vidéo Check by PSA Retail"), la généralisation des bornes et du paiement en ligne à l’après-vente pour le dépôt et reprise du véhicule 24/24 ("Self-Service Après-Vente 24/24") ainsi que l’élargissement des plages horaires d’ouverture de ses sites.
On va voir ce que va faire la concurrence. Quand je lis ça je doute vraiment que des institutionnels se précipitent pour investir actuellement dans l'immobilier (commercial) à Paris (ou ailleurs) alors qu'eux même doivent probablement réfléchir à réduire la voilure (banques notamment).
Ce sera pareil pour les garages. L’heure de main-d’oeuvre est le double à Paris par rapport à la province.

supermascotte
Messages : 284
Enregistré le : 05 avr. 2020, 10:58

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3399 Message par supermascotte » 02 juil. 2020, 07:26

Vincent92 a écrit :
01 juil. 2020, 21:44
supermascotte a écrit :
01 juil. 2020, 21:37
jobserve75 a écrit :
01 juil. 2020, 20:25
supermascotte a écrit :
01 juil. 2020, 19:15


Faux. L'or, le bitcoin sont intrinsèquement des valeurs refuges. Ca fait l'objet de spéculation et ça peut même être victime de bulle.

Et acheter quelque chose parce que c'est quelque chose que tu considères comme étant une valeur refuge, c'est la définition même de la spéculation. La spéculation c'est bien le fait de prévoir quelque chose et d'agir en conséquence pour en tirer un bénéfice. Si tu achètes un parapluie parce que tu prévois qu'il va pleuvoir c'est de la spéculation. En d'autres termes, il n'y a pas grand chose qui ne soit pas sujet à spéculation.

La GRANDE question c'est de savoir si le marché immobilier est dans une bulle ou non. Il y a bulle à partir du moment où la logique de formation des prix devient essentiellement « auto-référentielle » et où le raisonnement d'arbitrage entre les différents actifs ne s'applique plus : un prix démesurément élevé aujourd'hui se justifie uniquement par la croyance qu'il sera « plus élevé demain », alors que la comparaison avec les prix d'autres actifs ne peut le justifier.

Cette définition wikipédia décrit parfaitement les prix de l'immobilier parisien. Actuellement les acheteurs sur le marché immobilier parisien ne s'interrogent pas pour savoir si le prix du bien immobilier qu'ils achètent vaut vraiment le prix qu'ils y mettent et l'usage qu'ils en font. La seule raison fondamentale pour laquelle ils achètent, c'est parce qu'ils sont persuadés que demain, ils pourront revendre leur bien plus cher.
Entièrement d'accord avec votre définition de la bulle.
Je le suis un peu moins sur la déconnexion des prix parisiens avec d'autres actifs. 3% de rendement locatif comparés à 0,5% de rendement dans du sécurisé (livrets bancaires, assurance vie net d'impôts) n'est pas si déconnant. c'est d'ailleurs l'une des principales raisons de l'augmentation de la pierre parisienne ces dernières années.
Le rendement locatif sur Paris était beaucoup plus bullesque en 1991 malgré ses 5%. En comparaison, des placements sur des bons du Trésor pouvaient rapporter 2 points de plus.
Non mais on peut pas comparer un investissement locatif avec un livret A ou une assurance vie juste sur la base du rendement. Un investissement locatif, c'est pas sans risque. Un locataire indélicat, une dégradation, un changement de fiscalité, une grosse baisse du marché... tu as des milliers de problèmes qui peuvent survenir et tout autant de te faire des cheveux blanc. Un investissement locatif ça peut aussi prendre du temps, parfois beaucoup de temps.

Et puis on peut pas comparer non plus des actifs qui n'ont pas du tout le même niveau de liquidité. De l'argent placé sur un livret A, c'est de l'argent que tu récupères quand tu veux. On peut pas en dire autant d'un bien immobilier.

Là en ce moment, le livret A ne rapporte pratiquement rien. Les assurances vie pas beaucoup plus et enregistrent une décollecte historique et bah pourtant, au regard de tout ce que j'ai énoncé au dessus, un investissement locatif avec un rendement de seulement 3%, c'est vraiment misérable.
Il y a aussi beaucoup d’acheteurs qui achètent pour se loger. Moins à Paris mais il suffit de faire quelques kilomètres au delà du périphérique pour que se soit souvent (cela dépend encore une fois des villes) la majorité des ventes.
A ce moment là, l’arbitrage n’est pas tout à fait le même puisque fiscalité différente et pas de risque autre qu’une baisse de prix (dont on peut faire assez facilement abstraction d’ailleurs si c’est pour du très long terme. Même si on préfère évidemment que son patrimoine soit valorisé et ne pas acheter avant une baisse).
Dans ce contexte, je dirais même qu’une liquidité extrême n’est pas nécessaire. Si on arrive à vendre en 6 mois, c’est souvent suffisant.
Pour finir une RP est un hybride entre un produit de consommation et un placement. Certains (comme toi) voient surtout le côté placement et d’autres le côté consommation. Un point de vue n’est pas meilleur qu’un autre d’ailleurs.
Tu te méprends. Je vois le logement uniquement pour sa valeur d'usage qui est une fonction du logement qu'il offre, le confort qui lui est associé, son emplacement vis-à-vis du travail, des commerces, des écoles ou autres services, etc... C'est jobserve75 qui faisait un comparatif du rendement d'un investissement locatif à Paris au regard du rendement qu'offre un livret A ou une assurance vie.

Du point de vue de sa valeur d'usage, au regard des prix de l'immobilier de Paris, clairement, Paris n'est pas attractive. Tous les avantages qu'offrent à Paris ne méritent évidemment pas les prix actuels. Etre un couple de CSP+ avec de très bons revenus et sans enfants et ne pouvoir s'offrir qu'un logement modeste et étroit en est un indicateur. La seule raison qui peut éventuellement pousser certains primo-accédants à malgré tout acheter à Paris (et ils ne sont finalement pas bien nombreux) c'est la croyance que, quand bien même ils achètent au prix fort, ils sont certains qu'ils revendront plus cher à l'avenir. C'est donc de ce point de vue là une bulle sans aucun doute. Demain le marché se gamelle, c'est une grosse partie des acheteurs potentiels qui risquent de remettre complètement en question leur motivation à acheter à Paris.

Du point de vue d'un investissement locatif classique, pour les raisons évoquées précédemment, non ce n'est pas du tout un investissement intéressant non plus. Rendement trop faible pour un risque, un investissement en temps et un manque de liquidité trop important. Clairement, je pense qu'il y a d'autres investissements bien plus intéressants à faire.

Là où Paris pouvait être encore intéressant, c'est l'investissement locatif de courte durée style Airbnb. Et c'est, avec la baisse des taux d'intérêts, l'un des principaux moteurs de la hausse des prix à Paris. Mais là, vu les circonstances actuelles, ce type d'investissement prend ultra cher et certains vont découvrir à leur dépend les risques. Et ça risque de mettre un certain temps avant de revenir à la normal, si tant est qu'il n'y ait pas de changement législatif d'ici là.

Ben92
-++
-++
Messages : 3904
Enregistré le : 20 mars 2014, 22:15

Re: Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%»

#3400 Message par Ben92 » 02 juil. 2020, 09:39

supermascotte a écrit :
02 juil. 2020, 07:26
La seule raison qui peut éventuellement pousser certains primo-accédants à malgré tout acheter à Paris (et ils ne sont finalement pas bien nombreux) c'est la croyance que, quand bien même ils achètent au prix fort, ils sont certains qu'ils revendront plus cher à l'avenir.
Si je peux me permettre, ce n'est pas une croyance : la hausse perpétuelle est une réalité que même la crise actuelle ne sait enrayer.
supermascotte a écrit :
02 juil. 2020, 07:26
C'est donc de ce point de vue là une bulle sans aucun doute. Demain le marché se gamelle, c'est une grosse partie des acheteurs potentiels qui risquent de remettre complètement en question leur motivation à acheter à Paris.
Si le marché "se gamelle" des bataillons d'acheteurs dormants dégaineront dès une baisse de même pas 5%. Ce qui fera remonter le marché de manière vertigineuse... Je n'invente rien : c'est exactement ce qui s'est passé en 2009. Baisse de 5%, suivi d'une envolée de plus de 35% sur 2010-2012.

Répondre