Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

Articles de presse ayant l'immobilier pour centre d'intérêt
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Romario
~~+
~~+
Messages : 7496
Enregistré le : 27 juil. 2006, 21:25
Localisation : Lyon

Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#1 Message par Romario » 26 mars 2020, 09:10

Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus
lesechos.fr, le 26 mars 2020
Entre décembre 2019 et février 2020, le nombre de compromis signés était en baisse de 4,2 % par rapport à la même période un an plus tôt, selon les données recueillies par SeLoger. Une tendance qui s'est même accélérée avec un repli de 7,5 % pour les mois de janvier et février 2020.
Selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA, le nombre de prêts bancaires est en baisse de 13 % entre décembre 2019 et février 2020 par rapport à la même période l'année précédente. Malgré des taux toujours attractifs , la production de crédit s'est ainsi repliée de 4 % sur un an.
Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. (T. Jefferson)

olmostoline
~~+
~~+
Messages : 5027
Enregistré le : 23 nov. 2011, 09:09
Localisation : Nancy (54)

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#2 Message par olmostoline » 26 mars 2020, 16:47

Les journalistes qui volent au secours de la victoire ! Maintenant que ca va tousser sur le marché, on va te dire que ca toussait déjà avant et que tout le monde le savait...
Ever tried. Ever fail. No matter. Try again. Fail again. Fail better.

Vainqueur du concours de pronos Bulle-Immo 2018.

Avatar du membre
roi.de.trefle
Messages : 1555
Enregistré le : 14 févr. 2008, 08:55
Localisation : La-Varenne-Saint-Hilaire

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#3 Message par roi.de.trefle » 26 mars 2020, 17:34

olmostoline a écrit :
26 mars 2020, 16:47
Les journalistes qui volent au secours de la victoire ! Maintenant que ca va tousser sur le marché, on va te dire que ca toussait déjà avant et que tout le monde le savait...
+10
Sursum corda

Avatar du membre
coolfonzi
-++
-++
Messages : 3998
Enregistré le : 05 févr. 2009, 20:29
Localisation : Dans une faille spatio-temporelle

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#4 Message par coolfonzi » 26 mars 2020, 18:02

Romario a écrit :
26 mars 2020, 09:10
Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus
lesechos.fr, le 26 mars 2020
Entre décembre 2019 et février 2020, le nombre de compromis signés était en baisse de 4,2 % par rapport à la même période un an plus tôt, selon les données recueillies par SeLoger. Une tendance qui s'est même accélérée avec un repli de 7,5 % pour les mois de janvier et février 2020.
Selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA, le nombre de prêts bancaires est en baisse de 13 % entre décembre 2019 et février 2020 par rapport à la même période l'année précédente. Malgré des taux toujours attractifs , la production de crédit s'est ainsi repliée de 4 % sur un an.
C'est normal : prix des biens au plus haut et resserrement du crédit = moins de dossiers acceptés. Ça n'a rien de pipeauté, ce durcissement du crédit était annoncé et voulu.
Bonjour chez vous ! :D

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 9423
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#5 Message par Vincent92 » 26 mars 2020, 18:14

coolfonzi a écrit :
26 mars 2020, 18:02
Romario a écrit :
26 mars 2020, 09:10
Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus
lesechos.fr, le 26 mars 2020
Entre décembre 2019 et février 2020, le nombre de compromis signés était en baisse de 4,2 % par rapport à la même période un an plus tôt, selon les données recueillies par SeLoger. Une tendance qui s'est même accélérée avec un repli de 7,5 % pour les mois de janvier et février 2020.
Selon l'Observatoire Crédit Logement/CSA, le nombre de prêts bancaires est en baisse de 13 % entre décembre 2019 et février 2020 par rapport à la même période l'année précédente. Malgré des taux toujours attractifs , la production de crédit s'est ainsi repliée de 4 % sur un an.
C'est normal : prix des biens au plus haut et resserrement du crédit = moins de dossiers acceptés. Ça n'a rien de pipeauté, ce durcissement du crédit était annoncé et voulu.
C'est pour le moment difficile de conclure puisque la fin d'année 2018/début d'année 2019 a été particulière bonne (donc on compare a des très bons chiffres) et que l'année 2019 a été bonne (donc le chiffre d'affaires était déjà réalisé pour les banques commerciales. Elles n'avaient pas besoin de faire beaucoup en fin d'année). En année glissante cela donne ca :
Image

Dans le même temps, le niveau d'apport personnel est en train d'augmenter rapidement.
Il n'est pas à exclure que la politique des banques (qui ont fait pour le moment peu chiffre d'affaires sur le crédit pour 2020) change aussi et devienne plus clémente pour rattraper.
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
slash33
~~+
~~+
Messages : 41316
Enregistré le : 21 mai 2005, 12:37

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#6 Message par slash33 » 26 mars 2020, 19:48

Les prévisions que j'ai lu jusqu'à présent, toutes provenant "du métier", concluent un truc intéressant: le marché de monsieur tout le monde ne devrait pas être affecté plus que ça (bien entendu le montant des transactions va en prendre un coup). Par contre, il en va tout autrement du marché des biens de prestige qui devrait accuser une baisse "significative".

Avatar du membre
crispus
~~+
~~+
Messages : 7208
Enregistré le : 11 août 2007, 12:44

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#7 Message par crispus » 26 mars 2020, 19:50

slash33 a écrit :
26 mars 2020, 19:48
Par contre, il en va tout autrement du marché des biens de prestige qui devrait accuser une baisse "significative".
Ben92 a du souci à se faire, alors ! :mrgreen:

Avatar du membre
optimus maximus
~~+
~~+
Messages : 9249
Enregistré le : 14 nov. 2014, 23:00

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#8 Message par optimus maximus » 26 mars 2020, 20:27

slash33 a écrit :
26 mars 2020, 19:48
Les prévisions que j'ai lu jusqu'à présent, toutes provenant "du métier", concluent un truc intéressant: le marché de monsieur tout le monde ne devrait pas être affecté plus que ça (bien entendu le montant des transactions va en prendre un coup). Par contre, il en va tout autrement du marché des biens de prestige qui devrait accuser une baisse "significative".
On avait déjà observé dans la période 2012-2015 des baisses de l'ordre de 15 à 20 % dans l'immobilier de luxe parisien.
Actuellement l'immobilier de luxe parisien c'est ce qui se vend entre 20 000 et 30 000 euros le m2... ça ne m'étonnerait pas que ce marché prenne une très très grosse claque. Mais c'est une niche...
Pour le reste, il y aura une baisse et un gel relatif du marché causé par l'absence des primo accédants. Un retour rapide un peu au-dessus de 9000 euros le m2 puis un marché en tôle ondulée descendante me semble un scénario plausible.

Pour la province, on est déjà très bas dans certains coins. Et les métropoles suivront sans doute les tendances observées en région parisienne.

Avatar du membre
crispus
~~+
~~+
Messages : 7208
Enregistré le : 11 août 2007, 12:44

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#9 Message par crispus » 27 mars 2020, 00:33

optimus maximus a écrit :
26 mars 2020, 20:27
Actuellement l'immobilier de luxe parisien c'est ce qui se vend entre 20 000 et 30 000 euros le m2... ça ne m'étonnerait pas que ce marché prenne une très très grosse claque. Mais c'est une niche...
E n temps normal, "plus c'est grand, moins c'est cher". C'est à ce genre de détail anormal qu'on peut entrevoir l'éventualité d'une bulle. :roll:

Avatar du membre
floflo
+
+
Messages : 2750
Enregistré le : 02 oct. 2008, 23:00

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#10 Message par floflo » 27 mars 2020, 07:11

Une ordonnance serait parue hier, qui suspend les délais de rétractation et les délais de préemption.. (urbain, Safer..)
Toutes les signatures des actes qui en font l’objet vont être reportées d’autant à compter de la fin du confinement.
Autant d’argent qui ne rentrera pas chez les agents immo, les notaires et les caisses de l’état..
Va y avoir du dégât. Et les hautes instances nous incitent à continuer à signer des actes à distances, avec des procurations.. sauf que les clients ne peuvent les certifier en mairie..
Donc risque d’un acte nul, sans compter les dossiers suspendus à cause de cette ordonnance..
Je me demande pourquoi on prend le risque d’aller encore bosser.. 👿

Portnawak
Messages : 38
Enregistré le : 06 avr. 2014, 13:45

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#11 Message par Portnawak » 27 mars 2020, 13:08

optimus maximus a écrit :
26 mars 2020, 20:27
slash33 a écrit :
26 mars 2020, 19:48
Les prévisions que j'ai lu jusqu'à présent, toutes provenant "du métier", concluent un truc intéressant: le marché de monsieur tout le monde ne devrait pas être affecté plus que ça (bien entendu le montant des transactions va en prendre un coup). Par contre, il en va tout autrement du marché des biens de prestige qui devrait accuser une baisse "significative".
On avait déjà observé dans la période 2012-2015 des baisses de l'ordre de 15 à 20 % dans l'immobilier de luxe parisien.
Actuellement l'immobilier de luxe parisien c'est ce qui se vend entre 20 000 et 30 000 euros le m2... ça ne m'étonnerait pas que ce marché prenne une très très grosse claque. Mais c'est une niche...
Pour le reste, il y aura une baisse et un gel relatif du marché causé par l'absence des primo accédants. Un retour rapide un peu au-dessus de 9000 euros le m2 puis un marché en tôle ondulée descendante me semble un scénario plausible.

Pour la province, on est déjà très bas dans certains coins. Et les métropoles suivront sans doute les tendances observées en région parisienne.
Bonjour,
Plutot d'accord avec une évolution vers le bas. Les gens "fortunés" ont compris depuis quelques temps que l'immobilier perdait de plus en plus leur valeur 'refuge' puisque lors de cette pandemie, le refuge ils l'ont trouvé dans leur résidence secondaire à l'ile de Ré plutot qu'à Paris. En revanche les valeurs mobilières, et dans une autre mesure l'or (qui reste très haut et ce, bien avant la pandémie) , garderont la préférence ne serait-ce que pour pouvoir s'échapper rapidement sans avoir à revendre un bien dévalué dans un endroit virussé - asséché - cycloné - innondé etc. Hors au vu de l'évolution de plus en plus rapide de ces évènements, bien malin qui pourrait déterminer une grande ville qui en sera préservée. Seules les classes moyennes continueront à prendre des crédits sur 20 ans en espérant faire une plus value de plus en plus illusoire

Vincent92
~~+
~~+
Messages : 9423
Enregistré le : 06 janv. 2016, 11:16

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#12 Message par Vincent92 » 27 mars 2020, 16:48

Portnawak a écrit :
27 mars 2020, 13:08
optimus maximus a écrit :
26 mars 2020, 20:27
slash33 a écrit :
26 mars 2020, 19:48
Les prévisions que j'ai lu jusqu'à présent, toutes provenant "du métier", concluent un truc intéressant: le marché de monsieur tout le monde ne devrait pas être affecté plus que ça (bien entendu le montant des transactions va en prendre un coup). Par contre, il en va tout autrement du marché des biens de prestige qui devrait accuser une baisse "significative".
On avait déjà observé dans la période 2012-2015 des baisses de l'ordre de 15 à 20 % dans l'immobilier de luxe parisien.
Actuellement l'immobilier de luxe parisien c'est ce qui se vend entre 20 000 et 30 000 euros le m2... ça ne m'étonnerait pas que ce marché prenne une très très grosse claque. Mais c'est une niche...
Pour le reste, il y aura une baisse et un gel relatif du marché causé par l'absence des primo accédants. Un retour rapide un peu au-dessus de 9000 euros le m2 puis un marché en tôle ondulée descendante me semble un scénario plausible.

Pour la province, on est déjà très bas dans certains coins. Et les métropoles suivront sans doute les tendances observées en région parisienne.
Bonjour,
Plutot d'accord avec une évolution vers le bas. Les gens "fortunés" ont compris depuis quelques temps que l'immobilier perdait de plus en plus leur valeur 'refuge' puisque lors de cette pandemie, le refuge ils l'ont trouvé dans leur résidence secondaire à l'ile de Ré plutot qu'à Paris. En revanche les valeurs mobilières, et dans une autre mesure l'or (qui reste très haut et ce, bien avant la pandémie) , garderont la préférence ne serait-ce que pour pouvoir s'échapper rapidement sans avoir à revendre un bien dévalué dans un endroit virussé - asséché - cycloné - innondé etc. Hors au vu de l'évolution de plus en plus rapide de ces évènements, bien malin qui pourrait déterminer une grande ville qui en sera préservée. Seules les classes moyennes continueront à prendre des crédits sur 20 ans en espérant faire une plus value de plus en plus illusoire
Tout cela dit en "storytelling" dans un contexte où le CAC 40 a fait 6100 => 4350 en 1 mois malgré les sommes incroyables injectées par les gouvernements. C'est clair qu'ils doivent être sacrément contents d'avoir des valeurs mobilières en ce moment. C'est sûrement pour cela que le marché est vendeur :mrgreen:
"Trève de plaisanterie, bien sûr que c'est la valeur qui compte. Qu'est ce tu veux que j'ai à faire d'un 100m2 qui vaudrait 0€ ?" Ben92

Avatar du membre
RFK1
Messages : 114
Enregistré le : 07 nov. 2009, 22:13
Localisation : Province

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#13 Message par RFK1 » 27 mars 2020, 17:54

floflo a écrit :
27 mars 2020, 07:11
Une ordonnance serait parue hier, qui suspend les délais de rétractation et les délais de préemption.. (urbain, Safer..)
Etant concerné, je confirme.

Ordonnance n° 2020-306 du 25 mars 2020 relative à la prorogation des délais échus pendant la période d'urgence sanitaire et à l'adaptation des procédures pendant cette même période.

Nouveau délai : date de cessation de l'état d'urgence sanitaire + 2 mois

Actes concernés : "Tout acte, recours, action en justice, formalité, inscription, déclaration, notification ou publication prescrit par la loi ou le règlement à peine de nullité, sanction, caducité, forclusion, prescription, inopposabilité, irrecevabilité, péremption, désistement d'office, application d'un régime particulier, non avenu ou déchéance d'un droit quelconque"
Fear not the path of truth for the lack of people walking on it.

Portnawak
Messages : 38
Enregistré le : 06 avr. 2014, 13:45

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#14 Message par Portnawak » 28 mars 2020, 14:39

Vincent92 a écrit :
27 mars 2020, 16:48
Portnawak a écrit :
27 mars 2020, 13:08
optimus maximus a écrit :
26 mars 2020, 20:27
slash33 a écrit :
26 mars 2020, 19:48
Les prévisions que j'ai lu jusqu'à présent, toutes provenant "du métier", concluent un truc intéressant: le marché de monsieur tout le monde ne devrait pas être affecté plus que ça (bien entendu le montant des transactions va en prendre un coup). Par contre, il en va tout autrement du marché des biens de prestige qui devrait accuser une baisse "significative".
On avait déjà observé dans la période 2012-2015 des baisses de l'ordre de 15 à 20 % dans l'immobilier de luxe parisien.
Actuellement l'immobilier de luxe parisien c'est ce qui se vend entre 20 000 et 30 000 euros le m2... ça ne m'étonnerait pas que ce marché prenne une très très grosse claque. Mais c'est une niche...
Pour le reste, il y aura une baisse et un gel relatif du marché causé par l'absence des primo accédants. Un retour rapide un peu au-dessus de 9000 euros le m2 puis un marché en tôle ondulée descendante me semble un scénario plausible.

Pour la province, on est déjà très bas dans certains coins. Et les métropoles suivront sans doute les tendances observées en région parisienne.
Bonjour,
Plutot d'accord avec une évolution vers le bas. Les gens "fortunés" ont compris depuis quelques temps que l'immobilier perdait de plus en plus leur valeur 'refuge' puisque lors de cette pandemie, le refuge ils l'ont trouvé dans leur résidence secondaire à l'ile de Ré plutot qu'à Paris. En revanche les valeurs mobilières, et dans une autre mesure l'or (qui reste très haut et ce, bien avant la pandémie) , garderont la préférence ne serait-ce que pour pouvoir s'échapper rapidement sans avoir à revendre un bien dévalué dans un endroit virussé - asséché - cycloné - innondé etc. Hors au vu de l'évolution de plus en plus rapide de ces évènements, bien malin qui pourrait déterminer une grande ville qui en sera préservée. Seules les classes moyennes continueront à prendre des crédits sur 20 ans en espérant faire une plus value de plus en plus illusoire
Tout cela dit en "storytelling" dans un contexte où le CAC 40 a fait 6100 => 4350 en 1 mois malgré les sommes incroyables injectées par les gouvernements. C'est clair qu'ils doivent être sacrément contents d'avoir des valeurs mobilières en ce moment. C'est sûrement pour cela que le marché est vendeur :mrgreen:
Comme tu le sais surement Vincent, les gens "fortunés" dont je parle ici sont des gens qui, s'ils n'y connaissent rien, ont recours à un gestionnaire de patrimoine, gestionnaires de patrimoine qui pour beaucoup avaient déjà vendu au plus haut pour sécuriser (sur l'or pourquoi pas) voire jouaient pour beaucoup sur des trackers à la baisse (http://www.boursorama.com/bourse/tracke ... ole=1rTBX4) ... et là on n'est plus dans les marges de 10% en 3ans de l'immobilier, même parisien.

Avatar du membre
IMMOLOLO
Messages : 474
Enregistré le : 13 déc. 2015, 18:20

Re: Immobilier : un marché déjà au ralenti avant le coronavirus

#15 Message par IMMOLOLO » 29 mars 2020, 13:16

Tout cela dit en "storytelling" :D :D :D :

Un Cosby Show Immo à lui tout seul 😂 Mister Storytelling 😜

Répondre